AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le Sang du Pouvoir - Récit de Lanoar

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Lanoar
Chevalier de sang
Chevalier de sang
avatar

Age : 27
Nombre de messages : 801
Expérience de jeu (CV) : depuis Février 2009
Date d'inscription : 02/07/2010

MessageSujet: Le Sang du Pouvoir - Récit de Lanoar   Mar 20 Juil 2010 - 22:18

J'ai pu constater que ce forum regorgeait d'écrivains et j'ai eu envie de tenter l'expérience moi aussi. Peut être pardonnerez-vous la maladresse de certains passages de mon récit, c'est en effet la 1ère fois que je m'essaye à un récit complet et concret. Pardonnez-moi également si certaines occurences géographiques et chronologiques relatives au monde warhammer ne sont pas rigoureusement exactes.
Je n'ai pas encore trouvé de titre à cette histoire, mais je vais nommer les chapitres pour s'y retrouver plus facilement.

Trève de blabla. Bonne lecture !

Solitude

Hiver 2174, province de Kislev, près de la frontière avec l’Ostermark.

- I -
La neige s’était arrêtée de tomber depuis quelques minutes et la nuit était froide. Mais le sang kislévite de Rurik y était habitué. Le feu de camp faisait vaciller les ombres sur son visage marqué par le temps. Ses yeux bleus délavés n’avaient que trop vus le vieux monde ainsi que les hommes et leurs batailles. Assis contre un arbre, près de sa tente, une cape en fourrure jeté sur ses épaules, le mercenaire se remémorait sa vie d’errance. A bientôt quarante-deux ans, cette vie faite de voyages, de rencontres mais surtout de combats touchait à sa fin. La fatigue de plus de vingt ans de pérégrination se faisait sentir dans son corps mais aussi dans son esprit.
Il était né dans un village de 300 âmes au cœur de la province de Kislev. La vie y était dure, particulièrement en hiver mais les habitants menaient une vie paisible. Ils vivaient de la chasse et du commerce de fourrures et de peaux. Les jeunes années de Rurik avaient été paisibles. Trop paisibles. Il avait besoin d’aventure et était toujours prêt à tester sa force. L’insouciance d’être jeune.
Un hurlement de loup le sortit de sa torpeur nostalgique. Les oreilles d’Era se dressèrent et quand vint un deuxième hurlement, elle se leva lentement, se dirigea à l’écart du feu sur une position légèrement en hauteur et poussa un hurlement à son tour. Puis, tout aussi lentement, elle revint se blottir aux cotés de Rurik.
Era était une louve qu’il avait trouvé alors qu’il avait dix-huit ans. C’était un matin d’automne, il partait chasser, comme à son habitude, avant que les derniers animaux n’aient commencé leur hibernation. La neige était précoce cette année, une tempête de neige avait même fait rage la nuit passée et il n’était pas certain de trouver beaucoup de gibier. Il arrivait en bordure de forêt lorsqu’il trouva la toute jeune louve, seule, abandonnée. Probablement avait-elle été égarée par sa meute lors de la tempête. Il s’approcha doucement. Ses oreilles bougèrent, puis elle leva la tête d’un air triste et fatigué. Les loups étaient des animaux craints mais respectés dans son village. Il tira un morceau de viande séchée de sa besace et le posa non loin de la petite louve avant de poursuivre sa route. A peine eut-il fait une dizaine de pas que quelque chose saisit sont pantalon comme pour le retenir. Manifestement, la louve lui était reconnaissante. C’est ainsi qu’une longue relation d’amitié naquit entre eux.
A l’âge de vingt ans, Rurik ce décida à partir pour la grande ville comme ils l’appelaient dans son village, Kislev, pour y faire ses armes. Qu’il le veuille ou non, il suivait les traces de son père qui faisait autrefois partit de la force armée kislévite. Durant les dernières années de son père, les guerres vampiriques commençaient à s’éteindre, mais les batailles faisaient encore rage, et l’Empire avait cruellement besoin d’homme. C’est pour cela que les comtes électeurs engageaient des hommes d’arme kislévites en tant que mercenaires. Son père fut tué en 2144 alors que le comte vampire Mannfred von Carstein allait être défait l’année suivante mettant ainsi fin à plus de 130 années de guerre. Bien qu’il n’ait pas beaucoup connu son père, cette nouvelle l’attrista fortement et c’est sans aucuns doutes ce qui affecta ses choix futurs. Il avait douze ans à cette époque et il avait entendu toutes sortes d’histoires sur les vampires. Ils le terrifiaient mais le fascinaient tout autant. Comment des êtres ayant été autrefois des hommes pouvaient avoir une telle puissance et montrer une telle cruauté ?


Si ça plait je continue, sinon je laisse vos yeux tranquille Happy.


Dernière édition par Lanoar le Lun 20 Déc 2010 - 15:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le Sang du Pouvoir - Récit de Lanoar   Mer 21 Juil 2010 - 11:24

Très sympa ce récit, j'aime beaucoup ta description qui se mêle au récit, évitant ainsi les gros paragraphes de "il avait les yeux bleus, les cheveux noirs, la bouche carrée, les oreilles décollées, etc...".

Le chapitre fait l'intro sans précipiter les choses, c'est cllassique mais très bien.

Moi je veux bien voir la suite (allez, retourne taper !)
Revenir en haut Aller en bas
Lanoar
Chevalier de sang
Chevalier de sang
avatar

Age : 27
Nombre de messages : 801
Expérience de jeu (CV) : depuis Février 2009
Date d'inscription : 02/07/2010

MessageSujet: Re: Le Sang du Pouvoir - Récit de Lanoar   Mer 21 Juil 2010 - 11:41

Merci beaucoup pour ce commentaire, je finirai de lire ton recit et posterai un commentaire des que j'ai une minute Smile

En realite la suite est deja prete, mais je veux eviter de tout envoyer d'un coup. Je prefere avoir une certaine marge par rapport a l'ecriture de mon recit. En plus vu que je suis (trop) maniaque/perfectionniste, je trouve toujours des trucs a modifier. Mais bon pour cette partie c'est trop tard Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abhoren
Collecteur de Sang
avatar

Age : 37
Nombre de messages : 368
Expérience de jeu (CV) : Euh, je commence avec la V7... rigolez pas...
Date d'inscription : 08/10/2006

MessageSujet: Re: Le Sang du Pouvoir - Récit de Lanoar   Mer 21 Juil 2010 - 12:04

Je suis d'accord avec Nagash72380, on veut la suite.

Bon récit, le paragraphe sur son père me gène un poil, j'ai l'impression qu'il y a un petit truc qui cloche dans la façon de l'amener. j'aurai vu ça autrement pour un souvenir.

Mais sinon c'est très bon.

La suite.

Ab.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lanoar
Chevalier de sang
Chevalier de sang
avatar

Age : 27
Nombre de messages : 801
Expérience de jeu (CV) : depuis Février 2009
Date d'inscription : 02/07/2010

MessageSujet: Re: Le Sang du Pouvoir - Récit de Lanoar   Mer 21 Juil 2010 - 18:50

C'est vrai que le fait d'amener la mort de son père de cette façon est un peu bizarre, mais je ne voulais pas rentrer dans les détails pour éviter d'alourdir le paragraphe. J'aurais pu lui consacrer un paragraphe mais c'est quelque chose que je voulais éviter.
Face à la liesse générale (on peut bien se predre à réver non ?) voici la suite et fin du passé de notre cher kislévite, et une rencontre... Mais je vous laisse découvrir.


- II -
Brillant épéiste, il eut tôt fait de faire ses preuves à l’académie militaire. Toujours accompagné d’Era, il partit en direction de l’Empire et louait ses services en tant qu’homme de main, mercenaire ou tout autre travail qui s’en rapprochait. Parfois éclaireur pour un détachement de l’armée, parfois garde du corps pour un noble opulent, lui et sa louve formaient un duo hors pair, se complétant à la perfection. Le travail ne manquait pas. Peut être était-ce dû à sa forte carrure, à son accent kislévite prononcé, à sa lourde claymore qu’il portait ou au loup qui l’accompagnait fidèlement. Tout à la fois le dépeignait comme un homme rustre, probablement inapte à comprendre les subtilités d’un contrat et que l’on pourrait facilement sous-payer. Comme ils se trompaient. Il ne recherchait pas la gloire ou la fortune. Il voulait devenir fort, mais pour une obscure raison.
Déjà dix ans qu’il remplissait méthodiquement ses contrats. Les comtes électeurs étaient retournés à leurs querelles de pouvoir depuis bien longtemps, mais même quarante années après, les guerres vampiriques des von Carstein avaient laissé d’énormes séquelles. Il restait peu de gens ayant survécu à une rencontre avec un vampire, et encore moins qui voulaient ou pouvaient en parler. Mais Rurik savait être persuasif. Au gré de ses voyages, il put recueillir beaucoup d’informations à leur sujet. Une, tout particulièrement, semblait se confirmer : les vampires pouvaient faire don de leur pouvoir à un autre être humain, faisant de la victime sa progéniture en quelques sortes.
La vie lui paraissait trop courte, à déjà trente ans son esprit était encore avide d’exploration et son corps de force, mais ses aptitudes physiques allaient décroitre avec l’âge. Il ne pouvait se résoudre à cette fatalité. Il était un rôdeur, parcourant le vieux monde encore et encore, le voyant changer, en bien ou en mal. Il lui était impossible d’abandonner cette vie qu’il affectionnait tant. Maintenant il savait ce qui lui restait à faire, il était déterminé, il devait trouver un vampire et obtenir de lui ce don noir. Mais la tâche n’allait pas être aisée et il ne le savait que trop. Il devait se montrer digne de recevoir ce don et, plus important, il devait trouver un vampire puissant capable de le lui offrir.

Les oreilles d’Era se dressèrent à nouveau, cette fois ce n’était pas le hurlement d’un loup. Quelqu’un approchait. Rurik redressa la tête. Aurait-il enfin trouvé le vampire qu’il pourchassait depuis près de dix ans maintenant ? Depuis qu’il s’était lancé dans cette épreuve, les seuls vampires qu’il avait rencontré étaient des êtres décadents, à moitié fous, ne prenant même pas la peine de se dissimuler. Plus proches de l’animal que de l’homme, ils lui avaient inspiré plus de dégout et de pitié que de respect. Mais depuis cinq ans maintenant, il avait trouvé une piste sérieuse, assez sérieuse en tout cas pour faire froid dans le dos des personnes qu’il avait interrogé…
Les battements de son cœur s’accélérèrent, il se leva brusquement et empoigna sa lourde épée, la brandissant devant lui prêt à combattre. Sa cape glissa de ses épaules pour tomber à ses pieds avec un bruit étouffé. Le feu crépitait faiblement et était prêt à s’éteindre. Il se tenait immobile, son regard fixé dans la direction où lui et sa louve entendaient la neige craquer. Era laissa échapper un faible grondement, aussitôt calmé par un geste de Rurik. Soudain, une forme humaine se dessina. La faible lumière du feu permettait à peine de distinguer sa silhouette vêtue d’une cape de voyage et d’une capuche. Le mercenaire relâcha un peu la tension dans ses bras à mesure que l’homme approchait. Il ne semblait pas dangereux, son esprit lui avait joué des tours.
« - Qui va là ? » demanda Rurik d’une voix grave et puissante en langue kislévite.
« - Simplement un humble voyageur tout comme vous. » Répondit l’homme à capuche tout en s’arrêtant. Rurik ne distinguait de son visage qu’un sourire amical. Il avait répondu avec un kislévite parfait, presque littéraire. Sa voix paraissait jeune et très assurée.
« - Découvrez-vous que je puisse voir votre visage. »
« - Bien entendu mon bon ami. »


Héhé, j'aime le suspens Happy
La suite est en cours de paufinage/relecture.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le Sang du Pouvoir - Récit de Lanoar   Mer 21 Juil 2010 - 20:04

"Sous le capuchons, c'était un homme fort aux longues dents" (Hé ! Hé !)

Bon chapitre encore une fois, j'aurais juste rappelé que le début raconte son passé mais la je cherche vraiment la petite bête.

Et pour moi, c'est la liesse générale. Et tien prend une liasse en cadeau (je sais, c'est nul !).
Revenir en haut Aller en bas
Lanoar
Chevalier de sang
Chevalier de sang
avatar

Age : 27
Nombre de messages : 801
Expérience de jeu (CV) : depuis Février 2009
Date d'inscription : 02/07/2010

MessageSujet: Re: Le Sang du Pouvoir - Récit de Lanoar   Jeu 22 Juil 2010 - 15:10

Comme vous avez ete sage, voici la suite. Vous allez en savoir plus sur ce mysterieux inconnu.
A propos, l'ecriture de ce chapitre intitule "Solitude" est terminee et je l'ai decoupe en 6 parties (ceci etant la 3e), et je m'apprete a entamer l'ecriture du second chapitre que je nommerai "Tristesse".

Si vous avez aime/deteste, faites le moi savoir en laissant un petit mot, car pour le moment j'ai l'impression de n'avoir que 2 lecteurs meme si le nombre de visite augmente. Happy

- III -
L’inconnu retira sa capuche, découvrant un visage jeune et pâle à la lueur du feu mourant. Ses cheveux courts en bataille étaient d’un blanc surnaturel. Son sourire n’avait pas quitté sa bouche cependant fermée. Rurik se détendit et reposa son épée contre le tronc d’arbre.
« - Je vais remettre un peu de bois dans le feu. Le froid peut tuer par ici. Allez-y mettez vous à l’aise. » Dit Rurik tout en rajoutant une buche dans le feu.
« - Merci, je préfère rester debout. »
Era n’avait pas quitté sa position, oreilles en arrière et montrant les crocs.
« - Que se passe t’il avec votre chien ? »
« - C’est une louve et elle n’aime pas beaucoup les étrangers. Tant que vous ne la touchez pas tout ira bien. »
« - Une louve… Intéressant. » L’homme fixait la louve d’un regard insistant, puis tendit la main, paume vers elle.
« - Vous ne devriez pas faire ça, je vous aurais prévenu. »
La louve redressa ses oreilles et se dirigea d’un pas léger vers l’étranger pour lui lécher la main en signe d’affection.
« - Vous voyez qu’elle n’est pas si méchante tout compte fait. » Le feu regagnait de la vigueur et Rurik vit le sourire de l’homme s’effacer peu à peu pour se transformer en un rictus qui déformait ses traits, laissant apparaitre des dents longues et acérées. Lorsque ses yeux luisant se tournèrent vers lui, il comprit immédiatement. Il rappela la louve d’une voix pressante, et se saisit de sa claymore avec précipitation, la brandissant devant lui. Personne. Le vampire avait disparut. Il entendit derrière lui une lame se dégainer lentement de son fourreau. Il se retourna et le vit en train de triturer la pointe de son épée. Elle avait une lame suffisamment longue pour qu’un homme l’ait manié à deux mains. La largeur était normale au niveau de la garde et elle allait en s’effilant pour terminer aussi pointue qu’une rapière. Le vampire releva la tête, les yeux exorbités.
« - Amusons-nous ! »
Sa voix et son accent n’avaient plus rien de littéraire. Son visage n’avait plus rien de jeune et ses traits étaient déformés. Ses yeux étaient ceux d’un fou dangereux. Le vampire s’approcha lentement toujours en triturant son épée. Comment avait-il réussi à passer dans son dos sans qu’il l’ait remarqué ? Rurik était sur ses gardes.
Soudain, le vampire s’élança avec une vitesse folle et bondit légèrement avant d’asséner un coup vertical puissant, tenant son épée seulement de sa main gauche. Le solide guerrier eut à peine le temps de positionner la sienne pour bloquer le coup. Ses muscles se durcirent et ses bras et ses jambes fléchirent tellement la force du vampire était impressionnante.
Era se mit à aboyer et grogner férocement, oreilles repliées et toutes dents dehors, prête à bondir sur l’ennemi. Ce dernier s’éloigna de quelques pas pour montrer qu’il n’avait pas mentit : il voulait s’amuser avec le mercenaire et cette attaque directe n’avait servi qu’à tester sa force.
« - C’est pas mal pour un humain ! » Toujours avec cette voix et ce visage de fou. Il semblait se délecter du combat qui allait se dérouler, car cela ne faisait que commencer.
Il lécha la lame de son épée tel un affamé devant un plat de viande avant de s’élancer à nouveau. Ses mouvements étaient hypnotiques, et Rurik n’eut pas le temps de le voir venir qu’il sentit une douleur naître dans son bras gauche. Il se dit que la lame avait au moins dû le traverser mais il n’en était rien. Le vampire l’avait seulement éraflé avant d’aller reprendre sa position d’un bond agile. Il lécha de nouveau son épée qui était un peu ensanglanté cette fois.
« - Ton sang a bon goût voyageur. On va peut être pouvoir se battre sérieusement maintenant. Tu n’as encore pas fait un seul mouvement ! »


Ca sent pas bon pour notre solide gaillard !

Stay tuned.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le Sang du Pouvoir - Récit de Lanoar   Jeu 22 Juil 2010 - 22:29

Coupé juste quand cela devient intéressant, méchant on veux savoir !
Sinon, le texte est très bien, je trouve juste que l'appellation de "le vampire" est répétée un peu trop souvent, essai de varier avec par exemple "l'homme", "son adversaire", etc...
Enfin je dit ça mais des fois j'ai la même impression avec mon récit.
Revenir en haut Aller en bas
Arcanide valtek
Seigneur vampire
Seigneur vampire
avatar

Age : 26
Nombre de messages : 2291
Expérience de jeu (CV) : Depuis Mai 2006
Date d'inscription : 24/05/2010

MessageSujet: Re: Le Sang du Pouvoir - Récit de Lanoar   Jeu 22 Juil 2010 - 22:51

Je viens de tout lire, et je trouve ce récit très bon. Les descritions sont bien gérées, et le vampire est bien représenté je trouve.

Ton personnage principal est d'emblé attachant de par sa singularité, nottamment représentée par la louve, mais aussi parce qu'on a directement accés à son histoire.

Mais une question me brûle le clavier. Que fait un vampire de cette force au beau milieu d'une forêt Kislévite ? J'imagine que ce n'est en rien un hasard vu qu'il est tombé pile sur celui qui le cherchait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Lanoar
Chevalier de sang
Chevalier de sang
avatar

Age : 27
Nombre de messages : 801
Expérience de jeu (CV) : depuis Février 2009
Date d'inscription : 02/07/2010

MessageSujet: Re: Le Sang du Pouvoir - Récit de Lanoar   Jeu 22 Juil 2010 - 23:02

J'essaye de varier pour les expressions servant à désigner le vampire, mais ce n'est pas facile, puisqu'il faut varier pour le personnage principal aussi.

Encore merci pour ces commentaires. Quant au vampire qu'il cherchait... vous verrez Happy

La suite demain ! (je corrige et je paufine)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lanoar
Chevalier de sang
Chevalier de sang
avatar

Age : 27
Nombre de messages : 801
Expérience de jeu (CV) : depuis Février 2009
Date d'inscription : 02/07/2010

MessageSujet: Re: Le Sang du Pouvoir - Récit de Lanoar   Ven 23 Juil 2010 - 14:35

Bon je vais faire le rebelle et double-poster. Je m'en excuse Blushing
Voici la suite du combat. En lisant la fin de cette partie, je sens que vous allez encore me détester Innocent

- IV -
Era allait s’élancer pour défendre son maître, mais Rurik l’empêcha d’un geste de la main. Elle avait plus de vingt ans maintenant, et Rurik savait qu’elle ne tenait debout que grâce à la fidélité qu’elle lui vouait. Le moindre coup lui serait fatal. La louve obéit et s’éloigna, se tenant près du feu.
A peine l’homme eut-il tourné la tête vers son ennemi que ce dernier se remettait en mouvement. Cette fois il arriverait à voir son coup.
Le vampire préparait un coup d’estoc en direction de sa jambe gauche. Dans un effort désespéré, il réussit à parer le coup mais le vampire fit un tour sur lui-même pour entailler son bras droit. La blessure, bien que superficielle, était plus profonde cette fois. Une fois encore le vampire se replaça. Rurik ne flancha pas et profita de l’occasion pour lancer un assaut. Il couru vers son ennemi, empoignant fermement son épée, pointe en avant. Aucune subtilité dans cette attaque, il comptait sur son allonge et l’effet de surprise. De toute façon cet être sans âme était bien plus rapide que lui.
D’un geste agile et parfaitement ajusté, le vampire dévia la lame qui alla se planter dans le sol à coté de son pied. Il posa le talon de sa bote sur le tranchant de la lame et plaça son visage tout près de celui de Rurik qui ne lâchait pas prise.
Une odeur rance émanait de sa peau d’albâtre.
« - C’est tout ce que tu sais faire ? Amuse-moi au moins un peu avant de crever ! » S’exclama-t-il avant de lui enfoncer le poing dans l’estomac, l’envoyant rouler dans la neige sur une dizaine de mètres.
Rurik se mis sur ses genoux tant bien que mal, hoquetant et toussant. La douleur était étourdissante mais elle allait passer. Il ressentait la peur tout autant que la fascination et ses mains tremblaient d’excitation. C’était donc ça un vampire, une âme damnée possédant des capacités physiques sans communes mesures. Il aurait rendu jaloux les monstrueux êtres du chaos eux-mêmes, il en était persuadé.
L’être malfaisant lui renvoya son épée d’un coup de pied et défit sa cape, l’envoyant à terre d’un geste vif pour laisser apparaître un plastron en cuir renforcé de couleur brune tirant vers le rouge.
Animé d’une force nouvelle, l’homme se saisi de sa claymore et se rua vers la créature. Il feinta pour porter un coup horizontal à la taille que le vampire repoussa sans mal. Rurik jouait de ses meilleures passes pour tenter de blesser son ennemi, en vain. Ce dernier se contentait de parer prestement, sans sourciller, contre-attaquant de temps en temps pour porter des entailles bénignes.
Le métal qui s’entrechoquait violemment et les ricanements acides du vampire étaient les seuls sons à retentir dans la nuit. Les esquives et les parades flirtaient avec le surnaturel. Jamais Rurik n’avait mené un tel combat. Les sons sortant de la gorge de ce fou faisaient froid dans le dos, tout autant que ses crocs qui semblaient pouvoir déchiqueter chair et os sans le moindre mal. Les muscles du mercenaire vieillissant commençaient à devenir douloureux et il avait l’impression que ses poignets pouvaient se démettre à tout moment. Il était exténué. Son adversaire, au contraire, semblait plein de « vie ».
Era, les oreilles dressées, ne manquait pas une miette du combat. Sans doute est-ce pour cela qu’elle n’entendit rien arriver. Un pied se posa à côté de sa tête, la faisant sursauter. Elle voulu grogner mais le nouvel arrivant porta un doigt à ses lèvres en signe de silence tout en la fixant de ses yeux sombres. Elle se recoucha avec un gémissement, les oreilles basses.
Le combat s’éternisait. Les entailles sur son corps se multipliaient et sa vue commençait à devenir floue. Son sang avait éclaboussé la neige tout autour d’eux.
Rurik devait en finir sur cette attaque. Il mit toute la force qui lui restait en un coup désespéré destiné à toucher le vampire à l’épaule. Celui-ci bloqua le coup avec une légère difficulté cette fois, l’obligeant à utiliser ses deux mains. L’espace d’un instant, l’homme cru lire de la stupeur sur le visage de son assaillant. Le temps semblait suspendu. Rurik s’attarda sur la garde de l’épée que maniait son adversaire : elle formait, d’un côté, une sorte de crochet orienté ver le haut. Etrange.
Le vampire jeta un coup d’œil par-dessus l’épaule du guerrier, et un éclair passa dans son regard. Les épées étaient toujours l’une contre l’autre. D’un geste vif qui le surprit, la créature fit glisser sa lame contre celle de la claymore tout en pivotant son poignet et y colla sa garde, de sorte que le crochet chevauchait la large lame. Il saisit son épée avec sa main droite, et d’un coup sec et puissant du poignet, désarma Rurik. La claymore virevolta dans l’air pour aller se planter dans le sol.
C’était finit.
Le vampire saisit l’homme à la gorge pour le soulever et le tint comme cela pendant un instant, le regardant droit dans les yeux et sortant sa langue d’une manière sadique. Sa poigne était puissante et étouffait quasiment le mercenaire.
Finalement, le fou furieux le projeta à quelques mètres du feu de camp.
« - Il est pas mauvais, pour de la vieille carne. » Dit-il, toujours avec ce même ricanement et ce rictus insupportable. Il rengaina son épée avant d’aller récupérer sa cape et la claymore.
Mais à qui avait-il parlé ?


Je sais c'est moche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arcanide valtek
Seigneur vampire
Seigneur vampire
avatar

Age : 26
Nombre de messages : 2291
Expérience de jeu (CV) : Depuis Mai 2006
Date d'inscription : 24/05/2010

MessageSujet: Re: Le Sang du Pouvoir - Récit de Lanoar   Ven 23 Juil 2010 - 20:14

Alors voila, je vais présenter les choses le plus calmement possible.

Tu as intérêt à nous poster la suite vite fait bien fait ou je sens que le sang qui va couler ne sera pas seulement celui de Rurik. Nous laisser dans une situation pareille dans un récit d'une telle qualité n'est pas tolérable, et tu as intérêt à ne pas lambiner.

Arca, impatient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Lanoar
Chevalier de sang
Chevalier de sang
avatar

Age : 27
Nombre de messages : 801
Expérience de jeu (CV) : depuis Février 2009
Date d'inscription : 02/07/2010

MessageSujet: Re: Le Sang du Pouvoir - Récit de Lanoar   Ven 23 Juil 2010 - 20:20

Je ne cèderai pas aux menaces Smile
Par contre comme je tiens quelque chose de concret pour le chapitre suivant, vous aurez droit à un double épisode demain ! Soyez patients, tout n'est pas encore paufiné.

Et merci merci pour cette impatience élogieuse Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le Sang du Pouvoir - Récit de Lanoar   Ven 23 Juil 2010 - 21:47

ET OUAI !!!

La suite, vite !
Revenir en haut Aller en bas
Lanoar
Chevalier de sang
Chevalier de sang
avatar

Age : 27
Nombre de messages : 801
Expérience de jeu (CV) : depuis Février 2009
Date d'inscription : 02/07/2010

MessageSujet: Re: Le Sang du Pouvoir - Récit de Lanoar   Ven 23 Juil 2010 - 21:48

Bon, dans ma grande clémence (et parce que n'avais pas spécialement grand chose d'autre à faire Smile) Voici la suite et fin de ce chapitre.
Vous allez tout savoir (ou presque). Quelle est la marque de dentifrice de Rurik, comment fait le vampire pour avoir des cheveux si blanc, mais surtout, qui est ce nouvel arrivant Happy

- V -
Era accouru jusqu’à lui, apeurée. Rurik entendit craquer la neige derrière lui. Il se retourna, et le vi. De larges épaules, une armure d’un rouge sanglant, sombre et profond à la fois. Le feu, revigoré, y produisait des jeux d’ombres troublant. Son visage impassible, pâle comme la mort était rehaussé d’yeux d’un noir de nuit. Il émanait de lui une aura inquiétante et noble, presque chevaleresque. La main droite posée sur le pommeau de son épée, il avait une prestance et une présence dignes d’un roi. Le vent qui s’était mis à souffler faiblement, faisait onduler ses cheveux gris sombres ainsi que sa cape. On aurait cru voir le légendaire Vlad von Carstein en personne. Evidemment c’était impossible. Il avait été vaincu il y a plus de cent ans maintenant.
Comment un vampire comme lui avait-il pu passer inaperçu jusqu’à aujourd’hui ?
Maintenant que la frénésie du combat retombait, il sentait ses forces l’abandonner. La neige rougissait sous lui.
De petits points noirs venaient perturber sa vision déjà brouillée. Il était près à s’évanouir lorsque le nouvel arrivant le saisit par le col et le souleva.
« - Tu devrais te dépêcher de lui parler, sinon il va tourner de l’œil avant même que t’ai pu lui dire un mot ! » Cria l’autre vampire tout en époussetant la neige de sa cape.
« - Je sais ce que j’ai à faire, et ôte ce ricanement stupide de mes oreilles, c’est insupportable. » Sa voix était dure et ferme. « Maintenant écoute-moi bien, pauvre voyageur égaré, j’ai une proposition à faire que tu ne pourras pas refuser. »
Il laissa l’homme retomber lourdement dans la neige. Rurik se força à rester conscient. Il avait atteint son but et, apparemment, il avait fait bonne impression. Cependant, il ne savait pas ce que voulait vraiment ce duo improbable. Qu’allaient-ils faire de lui ? S’ils l’avaient vu comme de la vulgaire nourriture, le noble vampire n’aurait pas eu de proposition à lui faire. Il se redressa tant bien que mal en s’appuyant sur ses coudes.
« - Je vois que tu es prêt à m’écouter, voyageur. Je sais ce que tu recherches car j’ai volontairement fais en sorte que tu te rapproche de moi ces cinq dernières années. Cela fait longtemps que je t’observe et j’ai pu voir que ta détermination était sans failles. Par chance, tu n’étais point un de ses vulgaires répurgateurs que j’exècre. Je sais que notre pouvoir te fascine, et tu t’es montré suffisamment habile pour que je daigne porter mon attention sur toi. »
Rurik écoutait attentivement, hypnotisé par ses paroles. Sa voix était calme et posée. Elle perçait jusqu’au plus profond de son âme, comme s’il s’adressait directement à son esprit.
Le vampire fou s’approcha de lui.
« - Tu parles trop Frédérik ! Abrège ! » Il empoigna les cheveux de Rurik et amena son visage en face du sien. « Ce qu’il veut dire c’est qu’il va te donner le baiser de sang, on va pas y passer la nuit ! »
« - Silence, ingrat ! » Ses paroles, puissantes, étaient mêlées d’un grondement et ses yeux lançaient des éclairs. « N’oublie pas ce que tu me dois et montre un peu de respect ! »
L’autre lâcha un soupir contrarié.
« - Oui, oui, je sais. Mais faisons ça vite et quittons ce pays. Je déteste la neige. »
Il ne souriait plus.


- VI -
Le vampire en armure était immobile. Il reprit, son visage et sa voix redevenus aussi calmes et posés qu’auparavant.
« - Prépare-toi à recevoir le baiser de sang, voyageur. » Il souleva Rurik et ouvrit lentement la bouche, découvrant de longs crocs acérés. Il les plongea dans la gorge de sa victime et en aspira quelques gorgées de sang. Il retira ensuite son gant, s’ouvrit le poignet et mêla les deux sangs dans sa bouche qu’il plaça au dessus de celle de Rurik, y laissant couler le liquide rouge sombre.
Le goût était ferreux et écœurant. Il sentait le sang corrompu du vampire couler dans sa gorge et s’insinuer dans son corps.
Ce dernier relâcha son emprise et le mercenaire retomba dans la neige écarlate. Era commença à aboyer avec férocité, mais elle n’attaquait cependant pas les vampires.
Les nuages s’écartaient, laissant apparaitre une demi-lune, blanche et étincelante. Une lame était tirée de son fourreau.
« - Et maintenant, tu doit mourir, afin de renaître. »
Il tourna la tête et vit sa louve, aboyant, gémissant, affolée. Il lui sembla tendre la main vers elle comme pour lui dire adieu.
Rurik laissa échapper un faible cri étranglé. Le froid de la lame perçant sa poitrine provoqua une douleur indicible. Son cœur s’emballa. Il le sentait battre autour de la lame en une sensation très désagréable. Lorsque la lame se retira, il sentait sa vie le quitter peu à peu, et les ténèbres enserrer son âme. Lentement. Inexorablement. Puis, tout devint silencieux.

Le son lui paraissait être à des centaines de kilomètres mais il le reconnu. C’était l’aboiement d’Era, si fidèle. Il sentait son esprit changer peu à peu et ses souvenirs se détacher de lui, comme si c’était ceux d’un étranger. Sa raison était en train de l’abandonner.
Non ! Il ne serait pas leur esclave !
Dans un élan de volonté, il se raccrocha à ses souvenirs comme à une corde qui l’empêcherait de chuter dans le précipice. Il entendait les aboiements désespérés plus clairement maintenant. Il arriverait à s’extirper de ce précipice de tourment. Il vit une faible lumière qui gagnait en intensité à mesure qu’il grimpait la corde, et les aboiements de la louve assourdissaient ses oreilles.
Il ouvrit les yeux et se redressa lentement. Le vampire fou était en train de dessiner dans les cendres du feu de camp en se servant d’un bout de bois. Un ennui mortel se lisait sur visage.
« - Enfin ! C’est pas trop tôt, on va pouvoir se tirer d’ici ! »
L’autre vampire, que le fou avait appelé « Frédérik », lui tournait le dos, scrutant l’horizon qui commençait à devenir violacé. Il se retourna et son visage, froid et inexpressif, afficha cependant une expression de surprise.
« - Je vois dans ton regard que tu as pu conserver une once d’humanité. Prend garde, j’ai été témoins de cas similaires. Tous sans exception perdirent la raison au bout d’un moment et se jetèrent du haut d’une falaise ou se laissèrent dominés par leur folie. »
« - Ne vous inquiétez pas. Après tout, j’ai voulu ce pouvoir. »
« - Si tu le dis. Le soleil sera levé dans un peu plus d’une heure. Nos routes doivent se séparer. Tu dois faire la connaissance de tes nouveaux pouvoirs par toi-même. Lorsque j’aurais besoin de toi tu le sauras, de même que tu sauras où me trouver, car maintenant nous sommes liés. Va, et découvre la non-vie. »
« - Bien, maître. » Acquiesça Rurik en s’inclinant.
L’autre se leva et jeta sa cape sur ses épaules. Tout deux mirent leurs capuches et s’éloignèrent en direction du sud.
Rurik restait là un moment. Il jeta un œil aux alentours et vit sa louve accourir vers lui. Elle se dressa sur ses pates arrière et lui lécha le visage en remuant la queue. Rurik posa une main sur sa tête pour la rassurer.
Il alla ramasser sa claymore laissée près de l’arbre et la rangea dans son dos. Son regard se porta sur sa tente. Il n’en aurait plus besoin, mais il allait en garder le tissu pour se confectionner une cape plus légère et munie d’une capuche ainsi qu’une paire de gants, pour protéger sa peau des rayons du soleil.
Il s’apprêtait à partir mais s’arrêta brusquement. Il tourna sa tête en direction de l’arbre contre lequel il était adossé la veille, et un sourire s’esquissa sur ses lèvres.
Il posa son paquetage et sortit sa claymore.
Il l’empoigna fermement et prépara son coup. Il ne l’avait pas remarqué au premier abord, mais elle lui semblait si légère qu’il avait l’impression de porter une épée d’entrainement en bois.
Il porta un coup si vif et puissant, que la lame en fit siffler l’air.
Le tronc fut tranché net et l’arbre tomba sur le côté.
Un large sourire de jubilation malsaine naquit sur son visage laissant apparaitre de grandes canines. Il rengaina son arme, prit son paquetage et entama sa route, Era sur ses talons.
Cette nouvelle non-vie allait être des plus palpitantes.
Le sourire malsain n’avait pas quitté son visage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le Sang du Pouvoir - Récit de Lanoar   Ven 23 Juil 2010 - 23:36

EDIT: PREUM'S !!! Ouai ! Ouai ! C'est moi ! (Calme toi Nagash72380)

Et voilà ! Désormais nous savons que le matin, Rurik boit du Kislev-vite, afin de partir à la chasse sans tarder (qui s'lève vite) !

Non plus sérieusement, on a un sacré lot de révélations. Par contre, le vampire donne trop facilement le baiser de sang à Rurik alors qu'il s'est fait mené par le bout du nez par son adversaire... ça colle pas (selon moi, bien entendu).
Mais sinon, encore une fois, très bon chapitre !
Revenir en haut Aller en bas
Arcanide valtek
Seigneur vampire
Seigneur vampire
avatar

Age : 26
Nombre de messages : 2291
Expérience de jeu (CV) : Depuis Mai 2006
Date d'inscription : 24/05/2010

MessageSujet: Re: Le Sang du Pouvoir - Récit de Lanoar   Ven 23 Juil 2010 - 23:48

Ce qui ne colle pas d'après moi, c'est le fait que Rurik reprenne trop facilement ses esprits après sa trandformation. Un vampire nouvellement formé ressent une doif de sang incroyable, et se met à la chasse immédiatement, sans se mettre à réflechir posément.

Mais je pinaille là. Le reste est très bien, et le nouvel arrivant, Frédérik, a tout du vampire froid et puissant. Je suis un peu déçu par l'autre, qui passe de vampire cherchant l'amusement à l'état de fou psychopathe. Il aurait pu faire un puissant antagoniste lui aussi (en considérant que tous les vampires sont des antagonistes dans les récits, même s'ils en sont les héros).

Mais à part ça, c'est toujours très bon et bien écrit.


Dernière édition par Arcanide valtek le Sam 24 Juil 2010 - 0:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Lanoar
Chevalier de sang
Chevalier de sang
avatar

Age : 27
Nombre de messages : 801
Expérience de jeu (CV) : depuis Février 2009
Date d'inscription : 02/07/2010

MessageSujet: Re: Le Sang du Pouvoir - Récit de Lanoar   Sam 24 Juil 2010 - 0:07

Citation :
Je suis un peu dessus par l'autre, qui passe de vampire cherchant l'amusement à l'état de fou psychopathe.
Ca veut dire que je suis arrivé au résultat que je voulais, ouf. J'avais peur de pas rendre cet aspect comme il se devait.

Pour la soif, comme il a gardé une conscience humaine, il ne la ressent pas sur le coup, on va dire ça comme ça Smile

Pour répondre à Nagash72, vu que j'ai positionné le récit du point de vue de Rurik, nous ne savons pas ce qu'il se trame dans l'esprit de ce seigneur vampire Happy
Ensuite, Rurik s'est fait baladé, et c'est bien normal vu la puissance de ces 2 vampires... Mais je commence à en dire trop.

Merci beaucoup à mes 2 (seuls) lecteurs pour leurs compliments Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le Sang du Pouvoir - Récit de Lanoar   Sam 24 Juil 2010 - 10:26

ce n'est pas parce qu'on ne pots pas qu'on ne lis pas ^p

je trouve le test cohérent, la soif de sang lors de l'éveil est différente selon les vampires et de la quantité de sang qu'il avait perdu avant.

génial continu.
Revenir en haut Aller en bas
Lanoar
Chevalier de sang
Chevalier de sang
avatar

Age : 27
Nombre de messages : 801
Expérience de jeu (CV) : depuis Février 2009
Date d'inscription : 02/07/2010

MessageSujet: Re: Le Sang du Pouvoir - Récit de Lanoar   Lun 26 Juil 2010 - 22:36

Rapport de stage finit, je vais pouvoir m'y remettre. Voici donc le début du chapitre suivant, consacré à un autre personnage principal de mon histoire.
Cette première partie se passe 2 ans avant que notre cher Rurik rencontre sa funeste destiné.
Comme vous pourrez le constater, j'arrète de couper le récit comme un sadique, je me rend compte que c'est très frustrant pour le lecteur Smile

Bonne lecture.

Tristesse


Printemps 2172, Darmstadt, Ostermark.

- I -
Kurt serrait les draps de toutes ses forces. Des larmes coulaient le long de ses joues, se rejoignant sur son menton pour aller mourir sur le bras inerte de sa bien-aimée. Rien ne la ramènerai, il ne le savait que trop. Son désespoir était aussi grand qu’il avait été impuissant à lui porter secours.
La maladie s’était aggravée depuis ces deux dernières années, mais personne ne s’attendait à ce qu’elle l’emporte si vite. C’était une énorme perte pour tout le monde.
Ils étaient promis l’un à l’autre depuis qu’ils étaient tout petits. Ils ont grandi ensemble et le mariage entre Kurt von Liebenstein et Irina Sylhart devait avoir lieu le lendemain de ce funeste jour, qui était aussi le lendemain des dix-huit printemps du jeune homme.
Kurt était las. Ni les médecins ni les prêtres n’avaient pu la guérir, si grandes leurs connaissance furent-elles. Il était anéantit. C’était tout un pan de sa vie qui partait en lambeaux.
Les membres de la famille Sylhart étaient partis de la chambre de la défunte un à un, le visage morne. A la nuit tombée, seuls restaient le jeune Kurt et la mère de la pauvre jeune fille.
Il restait là, les bras appuyés sur le bord du lit, le visage enfouit dans les draps. Il serrait la main glacée d’Irina.
La demeure des Sylhart était silencieuse. La mère de la défunte vint à lui et le pris par les épaules avec tendresse.
« - Allons Kurt, il est temps. Il faut que tu ailles te reposer, tout le monde a besoin de sommeil. » Kurt sentait qu’elle retenait sa tristesse du mieux qu’elle pouvait pour l’encourager à venir.
Il se leva avec peine et essuya les larmes de ses yeux avec sa manche.
« - Non t’avons fait préparé une chambre. Tu resteras ici pour la nuit car il se fait tard maintenant. J’ai dépêché un majordome pour qu’il aille prévenir les von Liebenstein. »
« - C’est très aimable à vous. » Sanglota Kurt. « Mais je ne pense pas que cela était bien nécessaire. Ils n’en ont rien à faire de moi ou de l’amour que je porte à Irina. Ils me voient comme un incapable et ce mariage n’allait avoir lieu que pour servir leurs intérêts. »
« - Tu es trop dur avec ta famille Kurt, je suis sûre qu’ils seront aussi attristés que nous en apprenant cette terrible nouvelle. » Dit la mère en amenant le triste jeune homme jusqu’à la porte.

Ils mirent le corps en terre le lendemain matin. La cérémonie se passa dans le silence, seulement perturbé par les paroles du prêtre. Une profonde tristesse se lisait sur tous les visages. Irina était une jeune fille charmante et douce et cette perte était une tragédie. D’autant qu’elle représentait un grand espoir pour la famille Sylhart de s’associer avec une famille aussi noble que les von Liebenstein.
Les Sylhart étaient une importante famille de marchands dans cette partie de l’Ostermark. Mais aussi influents furent-ils, les Sylhart n’était que des marchands et avoir l’opportunité de rentrer dans le cercle de la noblesse n’était pas donnée à tout le monde. D’autant que la famille de Kurt était dans les bons papiers du compte électeur de l’Ostermark.
Ce mariage aurait représenté une association durable et prospère pour les deux familles.
Mais le jeune homme n’avait cure de toutes ces manigances politiques. Il ne reverrait plus celle qui représentait tout pour lui.

Une semaine s’était écoulée. Il ne mangeait presque pas, et les volets de sa chambre étaient toujours fermés.
Le majordome frappa à sa porte pour lui apporter son repas. Il n’avait plus aucune notion du temps. Etait-ce le déjeuner ou le dîner ? Ou peut être même le petit-déjeuner. Il ne savait plus.
Ruppert entra. Son visage bienveillant soulageait un peu la tristesse de Kurt.
« - Voici votre diner jeune maître. Ayez un peu de pitié pour le cuisiner cette fois et mangez-en au moins la moitié. »
« - Merci Ruppert. » Dit le jeune homme sans quitter son lit sur lequel il était recroquevillé.
« - Cela fait une semaine maintenant. Vous devriez essayer de prendre l’air, cela vous ferait du bien. Demain c’est jour de marché, j’aimerai que vous m’accompagniez. »
Kurt hocha la tête lentement, sans pour autant bouger de son lit.
« - Bien. » Acquiesça le majordome en refermant la porte.


Dernière édition par Lanoar le Ven 30 Juil 2010 - 23:21, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arcanide valtek
Seigneur vampire
Seigneur vampire
avatar

Age : 26
Nombre de messages : 2291
Expérience de jeu (CV) : Depuis Mai 2006
Date d'inscription : 24/05/2010

MessageSujet: Re: Le Sang du Pouvoir - Récit de Lanoar   Lun 26 Juil 2010 - 22:45

J'en ai les larmes aux yeux (enfin presque). Il faut croire que c'est la mode de parler d'histoires d'amour qui se finissent mal (cf le récit de Thomov).

Plus sérieusement, le récit est très bien mené je trouve. Il nous entraîne directement dans un moment d'une grande tristesse, et on ressent d'emblée (encore une fois) de la sympathie pour le personnage principal.

Bon, par contre un truc m'a frappé. Sache qu'on dit majordome et pas major d'homme (j'ai bien ri sur ce coup là).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Lanoar
Chevalier de sang
Chevalier de sang
avatar

Age : 27
Nombre de messages : 801
Expérience de jeu (CV) : depuis Février 2009
Date d'inscription : 02/07/2010

MessageSujet: Re: Le Sang du Pouvoir - Récit de Lanoar   Lun 26 Juil 2010 - 23:03

major d'homme ? où est la faute ? Tu la vois toi ? Tongue

Plus sérieusement, il y a des fois ou je fais des "jeux de mots" involontaires comme ceux là, et même à la relecture, ça me choque pas ^^

Merci, je pensais que j'allais avoir du mal à écrire ce passage émouvant mais appremment ça va Smile

Dommage que le majordome ait cassé l'ambiance Tongue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arcanide valtek
Seigneur vampire
Seigneur vampire
avatar

Age : 26
Nombre de messages : 2291
Expérience de jeu (CV) : Depuis Mai 2006
Date d'inscription : 24/05/2010

MessageSujet: Re: Le Sang du Pouvoir - Récit de Lanoar   Lun 26 Juil 2010 - 23:10


Citation :
major d'homme ? où est la faute ? Tu la vois toi ?
Cherche bien, il en reste.

Et c'est majordome avec un seul 'm'. Quitte à corriger ton orthographe, autant le faire sans refaire de faute.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
vg11k
Comte de la Crypte 2014
avatar

Age : 25
Nombre de messages : 518
Date d'inscription : 19/07/2010
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: Le Sang du Pouvoir - Récit de Lanoar   Lun 26 Juil 2010 - 23:44

Un homme qui aspire à la non-vie, voila quelqu'un de bien ténébreux...
Et ensuite un jeune veuf effondré par la perte de son amour. Quel sera le lien entre les deux ?

L'action est bien rythmée et agréable à lire
j'accroche en particulier l'arrivée du jeune vampire qui accompagne frédérik, stylée je trouve


la suite Lanoar =)


Dernière édition par vg11k le Mar 27 Juil 2010 - 21:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vg11k.tumblr.com/
Thomov Le Poussiéreux
Comte de la Crypte 2010 & 2013
avatar

Age : 31
Nombre de messages : 3335
Expérience de jeu (CV) : Ancien Vampire, vieux Chef de Guerre Orque, Favori de Slaanesh depuis peu, nouveau chef de Clan Elfe Sylvain, jeune Poil-au-Menton Nain, vénérable Connétable Bretonnien et très ancien Kuraq Saurus
Date d'inscription : 25/03/2009
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: Le Sang du Pouvoir - Récit de Lanoar   Mar 27 Juil 2010 - 7:40

Voilà, je viens de lire tout ce qui précède d'une seule fois et je suis sous le charme! Décidément, la section "Récits" s'enrichit de plus en plus ces derniers temps!

Si je peux me permettre juste une remarque, Kislev n'est pas une Province Impériale, c'est une nation à part entière. Et les mercenaires Kislévites sont nommés les Kossars; ils sont effectivement très recherchés mais leur arme de prédilection est plutôt une sorte de lourd sabre à lame courbe.
Cela dit, tu avais prévenu que tu commetrais certainement quelques erreurs de ce genre.

_________________
Vulnerant Omnes, Ultima Necat.


Dernière édition par Thomov Le Poussiéreux le Mar 27 Juil 2010 - 11:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lanoar
Chevalier de sang
Chevalier de sang
avatar

Age : 27
Nombre de messages : 801
Expérience de jeu (CV) : depuis Février 2009
Date d'inscription : 02/07/2010

MessageSujet: Re: Le Sang du Pouvoir - Récit de Lanoar   Mar 27 Juil 2010 - 10:40

Pour la nation de Kislev je savait qu'elle ne faisait pas partit de l'empire. J'ai utilisé le mot "province" car la capitale s'appelle aussi Kislev me s'emble-t-il mais c'est vrai que ce mot est ambigue.

Merci pour l'info sur les mercenaires en tous cas, et je suis heureux de compter un autre lecteur Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lanoar
Chevalier de sang
Chevalier de sang
avatar

Age : 27
Nombre de messages : 801
Expérience de jeu (CV) : depuis Février 2009
Date d'inscription : 02/07/2010

MessageSujet: Re: Le Sang du Pouvoir - Récit de Lanoar   Ven 30 Juil 2010 - 23:37

Encore un double post, je suis impardonnable Blushing
Il faudrait vraiment que je trouve un titre pour ce récit. Je vais me creuser la caboche.

Voici avec "un peu" d'attente, tadada, la suite.
Maintenant que j'ai repris un texte d'avance sur les publications, ça devrait être un peu plus régulier. J'ai bien dis "devrait" Smile

- II -
Les jours de marché étaient toujours très animés à Darmstadt. La grand place était investie par les maraichers et les paravents colorés formaient un toit aux miles couleurs. Par manque de place, des marchants s’installaient dans les rues avoisinantes mais cela était très réglementé pour ne pas perturber la bonne circulation des autochtones.
Les étalages croulaient sous les marchandises qui étaient pourtant dévalisés à la fin de la matinée. On y trouvait des légumes, des fruits et de la viande. Beaucoup d’éleveurs étaient présent pour vendre leurs veaux et autres agneaux lors de grandes enchères. On y trouvait également des maroquiniers, des couturiers et des bijoutiers vendant leurs dernières créations aux acheteurs les plus raffinés.
Kurt aurait probablement été ravi d’arpenter ce labyrinthe de merveilles en d’autres circonstances. Il avait le regard vide et hagard, et son visage était triste au possible. Même les jolis reflets blonds produits par le fort soleil matinal sur sa tignasse couleur châtain n’embellissaient pas son apparence.
Il suivait Ruppert, l’air maussade.
Le majordome avançait dans les étals, s’attardant devant un marchand d’antiquité ou un apothicaire. Arrivé devant les étalages des légumiers, il choisit les produits avec soin, consultant régulièrement une liste, probablement donnée par le cuisinier. Tous ces étalages de nourriture commençaient à redonner un début d’appétit au jeune homme.
Ses parents étaient retournés dans leur résidence principale à Bechafen, situé à quatre jours de carrosse au nord-est. Ils avaient ainsi laissé à Darmstadt un gardien et une servante pour garder la demeure, comme à l’accoutumée. Ruppert et le cuisinier n’étaient resté la uniquement parce que Kurt ne pouvait se résoudre à partir.
Alors qu’ils étaient à hauteur des marchands de fruits, Kurt remarqua que la foule portait son attention sur quelque chose en particulier.
Il tourna la tête et vit un homme grand à la large carrure remonter la rue à pas lents. Il portait une grande épée dans son dos et sa cape de fourrure entre-ouverte laissait apparaitre des muscles saillants. Ses yeux, d’un bleu délavé, laissait paraitre les nombreuses années qu’il avait dû vivre. Kurt lui aurait donné une quarantaines d’année sans aucun mal.
Alors qu’il passait à sa hauteur, il vit qu’un chien le suivait. Il ne l’avait pas remarqué à première vue, tant l’homme était imposant. Le chien avait d’ailleurs tout l’air d’un loup.
Ce duo sortit d’un autre âge semblait chercher quelque chose ou quelqu’un avec grand intérêt, ne prêtant pas attention aux personnes alentours qui les observaient et les dévisageaient.
Il les suivait du regard lorsqu’ils passèrent devant une ruelle très ombragée. Kurt distingua alors dans l’ombre une femme étrange qui avait tout d’une banale citoyenne à première vue.
Elle avait son regard fixé sur lui, comme si elle essayait de percer son âme.
Il sentait sa gorge se serrer, et de la sueur perla sur son front.
Il était très mal à l’aise. Il lui semblait qu’une ombre au-dessus de lui l’enserrait, le piégeait. Il voulait détourner son regard de ces yeux malfaisant, mais il était dans l’impossibilité de bouger.
Tout était sombre, excepté ces yeux. Ces yeux…
Kurt était affolé. Il transpirait maintenant abondamment et sa respiration était laborieuse. Il voulait appeler à l’aide mais aucun son ne sortait de sa bouche. Il aurait souhaité mourir tellement cette sensation était insoutenable.
Il était prêt à s’évanouir lorsque la femme détourna les yeux et tout s’arrêta soudainement, comme si de rien n’était.
Elle jeta son capuchon par-dessus sa tête et se mit à suivre le gaillard en fourrure à bonne distance, d’un pas mesuré, comme si elle ne voulait pas être remarquée de lui.
Kurt repris son souffle. Il avait un genou par terre et était pétrifié. Ce qui venait tout juste de se passer lui semblait être un rêve confus maintenant, mais la sueur sur son front était bien réelle. Il tira un mouchoir de sa poche pour s’éponger. Peut-être n’avait-il vraiment pas assez mangé ces derniers jours et cela lui faisait avoir des vertiges. Du moins c’est ce que son esprit trouva de plus logique comme explication.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lanoar
Chevalier de sang
Chevalier de sang
avatar

Age : 27
Nombre de messages : 801
Expérience de jeu (CV) : depuis Février 2009
Date d'inscription : 02/07/2010

MessageSujet: Re: Le Sang du Pouvoir - Récit de Lanoar   Dim 1 Aoû 2010 - 23:18

Pas de nouvelles, bonnes nouvelles comme on dit. Du coup je triple-post.
Dans cette partie, je décris la ville de Bechafen. C'est une grande ville qui est sur la carte de l'Empire, mais comme je ne sais absolument pas à quoi elle ressemble, j'ai inventé toute la description.

Il faut que je décide de ce comment va se dérouler la suite de l'histoire pour notre pauvre Kurt, donc soyez patients pour le prochain texte Smile

- III -
Une fois rentrés, Kurt se mit à errer dans la demeure, encore perturbé par ce qui c’était passé au marché et perdu dans des pensées noires. Il massait son cou inconsciemment.
Il se remémorait, encore et encore, ce funeste jour.
Pourquoi était-elle morte ? Pourquoi était-ce arrivé ? Qu’avaient-ils fait pour mériter cela ?
Les écrits d’un vieil ouvrage lui revinrent en tête. Il s’intitulait
Naissance et Propagation des Arts Noirs mais il en avait oublié l’auteur. Il l’avait feuilleté à la dérobée dans la bibliothèque de son père avant que ce dernier ne le lui arrache des mains et ne l’expulse violemment de la pièce. C’était une sorte de rapport ou d’exposé plus qu’un récit. Il y était question d’événements faisant état de morts qui revenaient à la vie partout dans le monde et à différentes époques.
Vaincre la mort.
Il était instruit et, même si le sujet était inabordable, il avait entendu de nombreuses histoires sur les guerres qu’avait mené l’empire au début de ce siècle contre des ennemis pouvant commander aux morts.
Une association d’idées malsaines naquit dans son esprit, très certainement aidée par son désespoir.
Et s’il pouvait la ramener ? Oui c’est ça. Si des êtres ont pu commander une armée d’hommes revenus à la vie, pourquoi ne pourrait-il pas faire revenir la seule personne qu’il aimait plus que tout au monde ?
Une main se posa sur son épaule, le sortant de ses sinistres songes.
« - Tout va bien jeune maître ? Le déjeuné va être servit, venez donc prendre place à table. »
« - Oui Ruppert, tout va bien… je crois. »

Kurt entretenait de bonnes relations avec le « petit personnel » comme disaient ses parents. Ainsi, lorsque ces derniers étaient absents, il préférait manger en leur compagnie plutôt que seul en se faisant servir.
Le repas se déroula relativement silencieusement. Le cuisinier paraissait ravi de l’appétit renaissant de Kurt. Celui-ci avait finit ses assiettes, redemandant même du ragoût de bœuf.
Une fois le repas terminé, Kurt sortit de table et se remis à réfléchir. Il fallait qu’il fasse des recherches. Demain il repartirait pour Bechafen. Il y avait une grande bibliothèque, pas aussi grande que les bibliothèques d’Altdorf bien entendu, mais il n’avait pas le temps d’aller jusqu’à la capitale. De plus, son statut de noble de Bechafen lui permettrait d’avoir accès à des textes normalement impossibles à consulter pour le commun des citoyens.
Kurt en parla au majordome qui commença immédiatement les préparations. Ils partiraient le lendemain à l’aube.

Après quatre jours de voyage, Ils apercevaient enfin Bechafen.
C’était une grande cité fortifiée qui s’élevait fièrement dans la plaine rocailleuse. Le soleil matinal illuminait les murs et les toits, et les contreforts du mur d’enceinte étendaient leurs ombres obliques sur la solide muraille.
D’ici, ils pouvaient distinguer l’énorme porte du mur sud se dresser fièrement au milieu des fortifications, fidèlement surveillée par le poste de garde à proximité.
La cathédrale, majestueuse, était excentrée à l’est de la cité et surplombait légèrement la ville. Sa construction en pierres blanche la rendait éblouissante. Kurt avait toujours admiré les sculptures situées tout autour de la porte d’entrée. Lorsque qu’il passait devant, il s’attardait un moment pour les contempler.
Ils seraient arrivés pour midi et Kurt commencerait ses recherches sur le champ.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blood Knight
Chevalier noir
Chevalier noir
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 348
Expérience de jeu (CV) : 1 an de CV ma première armée et débute un petit contingent de Hauts elfes
Date d'inscription : 11/04/2009

MessageSujet: Re: Le Sang du Pouvoir - Récit de Lanoar   Lun 2 Aoû 2010 - 12:00

Super récit, j'aime beaucoup l'emboîtement des deux histoires, [mode gamin OFF] comme un puzzle Fou [mode gamin ON]

Mais qui est cette mystérieuse femme ? L'effet hypnotique est très bien décrit, j'ai bien failli me faire hypnotiser par ton texte. Je pense que c'est une Lahmiane qui se méfie des plans du Dragon de Sang.

Enfin bref, je veux la suite !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le Sang du Pouvoir - Récit de Lanoar   Lun 2 Aoû 2010 - 17:59

C'est toujours aussi bon. Ce pourrait-il que Kurt et Rurik s'associent ?
Ça me rappelle le livre "Ceux qui sauront", les histoires de deux personnages se mêlent un chapitre sur deux.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Sang du Pouvoir - Récit de Lanoar   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Sang du Pouvoir - Récit de Lanoar
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le Trône de fer ou le Pouvoir dans le sang
» Edward ne devrait pas pouvoir avoir d'enfants: expliquation..
» Amulette blasphèmatoire et pendentif de sang avec palaquin.
» D'amour et de sang
» Pouvoir d'achat à kinshasa

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armées Comtes Vampires et mort-vivants :: 
La Bibliothèque
 :: Récits, Fanfics et Fanart
-
Sauter vers: