Armées Comtes Vampires et mort-vivants


 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le Sang du Pouvoir - Récit de Lanoar

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Alaric
Champion squelette
Champion squelette
avatar

Age : 35
Nombre de messages : 63
Expérience de jeu (CV) : Connétable Bretonnien depuis des années, jeune noble haut elfe et nouvellement investi chef d'un petit clan skaven
Date d'inscription : 08/09/2009

MessageSujet: Re: Le Sang du Pouvoir - Récit de Lanoar   Ven 20 Aoû 2010 - 11:12

j'ai lu tout ton récit d'une traite, vraiment bon... décidément ce forum regorge de jeunes talents Very Happy

Je suivrai ton histoire désormais, tu comptes un nouveau lecteur . Continue comme ça!

(cool j'inaugure ta deuxième page)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomov Le Poussiéreux
Comte de la Crypte 2010 & 2013
avatar

Age : 31
Nombre de messages : 3358
Expérience de jeu (CV) : Ancien Vampire, vieux Chef de Guerre Orque, Favori de Slaanesh depuis peu, nouveau chef de Clan Elfe Sylvain, jeune Poil-au-Menton Nain, vénérable Connétable Bretonnien et très ancien Kuraq Saurus
Date d'inscription : 25/03/2009
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: Le Sang du Pouvoir - Récit de Lanoar   Mar 24 Aoû 2010 - 15:10

Très intéressants ces deux derniers textes. On part sur une histoire différente mais avec tout de même un lien qui semble évident.
Curieux de voir comment tu vas rattacher tout ça

_________________
Vulnerant Omnes, Ultima Necat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lanoar
Chevalier de sang
Chevalier de sang
avatar

Age : 27
Nombre de messages : 801
Expérience de jeu (CV) : depuis Février 2009
Date d'inscription : 02/07/2010

MessageSujet: Re: Le Sang du Pouvoir - Récit de Lanoar   Lun 20 Déc 2010 - 16:16

Misère que ça fait longtemps que ce récit est en suspend. Trop longtemps, je vous l'accorde. Pour me faire pardonner, je vous propose un petit aparté, la suite du récit de Kurt étant en préparation. Ce petit hors série reviens sur l'histoire du vampire qui a attaqué Rurik, le kislévite. Si vous vous rappelez la phrase de Frédérik lorsqu'il dit "n'oublie pas ce que tu me dois" (si ce n'est pas le cas, relisez la fin de la 1ère partie Happy) vous allez tout savoir ici.
Ce récit est la version longue de celui que j'ai posté pour le concours, je pense que vous l'aurez remarqué. Je l'ai un peu remanié mais pas de beaucoup. J'ai surtout ajouté des précisions pour qu'il s'intègre mieux dans mon histoire, et surtout, j'ai mis la fin qui va bien Smile

Bonne lecture.

Dette Sanglante

Lors du règne du comte Mannfred von Carstein. Près d'une forêt perdue de Sylvanie.

- I -
Morrslieb s’extirpait à peine des sommets des montagnes à l’horizon lorsque Bada’k arriva à la lisière de la sinistre forêt. L’astre, éclatant, baignait de sa lumière d’émeraude la plaine derrière lui. Sa cape de voyage oscillait avec la faible brise, laissant apparaître la garde d’une épée dont un quillon avait la forme d’un crochet. L’homme rabattit sa capuche sur sa chevelure blanche et s’enfonça dans la forêt.

Mannfred les avait chargé, lui et Frédérik d’aller explorer cette région calme et a priori sans intérêt. En effet, des mouvements de troupe skavens y avait été repéré depuis plusieurs semaines. Ces êtres répugnants ne sortent jamais de leurs galeries sans une bonne raison, et il ne pouvait y en avoir qu’une seule : la découverte d’un site de Malepierre. Le petit contingent mené par les deux vampires devait donc confirmer cela et s’emparer de se site s’ils jugeaient leur moyens suffisants. En cette Geheimnisnacht, les pouvoir de Mannfred étaient décuplés, c’est pourquoi il était en mesure de se débrouiller sans ses deux fidèles combattants lors de ses assauts contre l’Empire.

La forêt était calme et silencieuse. La présence du vampire y était sans nuls doutes pour quelque chose. Frédérik l’avait chargé de partir en éclaireur alors que ce premier dirigeait la construction de maigres fortifications en prévision de la prochaine attaque contre les skavens. Même s’il n’aimait pas recevoir d’ordres, Bada’k préférait la solitude, et se trouver éloigné de ce vampire arrogant valait bien la peine de supporter un de ses ordres. Les deux hommes ne se portaient pas dans leur cœur de glace, mais une entente informelle les empêchait de s’étriper à chaque regard. Sans doute le fait qu’ils servaient Mannfred tous les deux.

Il progressait lentement, prenant soin de dissimuler sa présence et sollicitant tous ses sens. Il n’avait pas autant de puissance brute que Frédérik et il ne maîtrisait pas la magie comme Mannfred. Ses atouts reposaient sur sa rapidité sans commune mesure. Mais la rapidité n’est rien sans effet de surprise. Il était comme une ombre inquiétante glissant sur le tronc des arbres, effleurant les feuilles mortes, l’œil et l’oreille aux aguets.
Soudain, il perçut du mouvement et du bruit un peu plus loin sur sa droite. C’était à bonne distance mais suffisamment fort pour être repéré facilement. Toujours aussi silencieux, il se rapprocha. Les bruits se précisaient en grondements mêlés d’autres petits cris, et les mouvements se spécifiaient en déplacements amples et féroces.
Il grimpa dans un arbre avec agilité pour avoir un meilleur point de vue. Il vit ainsi une grande masse sombre qui s’agitait violemment et trois autres plus petites qui semblaient essayer de la maîtriser. Il distinguait sur la plus grande des endroits brillants qui semblaient refléter la lumière verte de Morrslieb.

Il ne faisait aucuns doutes que les petites formes étaient des Skavens, à en juger par les cris, mais il allait devoir s’approcher pour identifier clairement ce qu’était la plus grosse créature. Il prit tout d’abord l’initiative d’explorer le périmètre car les Skavens ne se déplaçaient jamais seuls. Il sauta prestement et sans aucuns bruits au pied de l’arbre et entama son exploration. Il ne lui fallut pas longtemps pour s’apercevoir que ce groupe étrange était isolé. La turbulence de la créature n’y était certainement pas pour rien.
Il s’approcha avec l’agilité du prédateur. Il n’était pas facile d’arriver dans leur dos car le groupe était très turbulent. Il était maintenant assez près pour distinguer toute la scène : les trois Skavens étaient munis de cordes et de fouets et essayaient de maîtriser un énorme rat-ogre. Jamais il n’avait eu l’occasion d’en voir un de cette taille. Il était au moins deux fois plus grand que la normale, ses cuisses étaient aussi larges que des troncs d’arbre et ses bras puissants semblaient pouvoir soulever des montagnes. A plusieurs endroits de son corps, des fragments de malepierre étaient incrustés, palpitant sous l’influence de l’astre vert comme autant de cœurs et une énorme hache était greffée en lieu et place de sa main gauche. Mais tout ça n’était rien en comparaison de sa gueule menaçante et de ses nombreuses cicatrices purulentes.

Bada’k, les yeux luisants et un sourire fou à ses lèvres se délectait à la vue de cette créature. Sa vie était faite pour le combat, et ce rat immonde allait contenter cette soif pour longtemps. Il s’élança, sachant que le combat allait être un des plus rudes qu’il ait jamais connu.
Avec vivacité il fondit sur un premier Skaven et lui planta la main en dessous du plexus. Il prit le temps de sentir le cœur chaud palpiter sous ses doigts avant de jeter la créature sur le côté. Il lécha le sang âpre et corrompu puis le recracha sachant qu’il ne pouvait pas s’en nourrir. Le vampire passa rapidement au second et lui brisa la nuque d’un coup sec de la main droite tout en tirant son épée avec l’autre d’un geste vif pour embrocher le dernier homme-rat.
Le rat-ogre n’avait pas eu le temps de comprendre ce qu’il s’était passé que Bada’k avait libéré sa lame et se ruait sur l’énorme créature. Il bondit pour tenter de porter un coup à la tête. Il avait dû sacrifier sa vitesse pour pouvoir se concentrer sur la force de l’attaque, ainsi, le monstre eut le temps se protéger de son bras démesuré. Malgré la puissance fournie par le vampire, l’entaille dans la chair était bien moindre que ce à quoi il s’attendait. Sa longue épée était à peine arrivée à trancher jusqu’au muscle. Ce combat promettait d’être long… très long.


Voilà. j'ai séparé le récit en 2 pour ne pas tout mettre d'un coup. Je poste la suite très prochainement puisqu'elle est déjà prête. Et j'ai aussi trouvé un titre à mon histoire, comme vous avez pu le remarquer.


Dernière édition par Lanoar le Jeu 23 Déc 2010 - 18:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomov Le Poussiéreux
Comte de la Crypte 2010 & 2013
avatar

Age : 31
Nombre de messages : 3358
Expérience de jeu (CV) : Ancien Vampire, vieux Chef de Guerre Orque, Favori de Slaanesh depuis peu, nouveau chef de Clan Elfe Sylvain, jeune Poil-au-Menton Nain, vénérable Connétable Bretonnien et très ancien Kuraq Saurus
Date d'inscription : 25/03/2009
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: Le Sang du Pouvoir - Récit de Lanoar   Lun 20 Déc 2010 - 16:24

Chouette récit, c'est toujours un plaisir à lire bien qu'il me soit déjà familier.
Quoi qu'il en soit je suis content que tu fasses quelque peu revivre ton sujet Lanoar. J'espère que cela marque un tournant et que tu ne baisseras pas les bras.

_________________
Vulnerant Omnes, Ultima Necat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lanoar
Chevalier de sang
Chevalier de sang
avatar

Age : 27
Nombre de messages : 801
Expérience de jeu (CV) : depuis Février 2009
Date d'inscription : 02/07/2010

MessageSujet: Re: Le Sang du Pouvoir - Récit de Lanoar   Jeu 23 Déc 2010 - 18:53

Voici la suite et fin de cet aparté. Dans le dernier paragraphe, vous allez savoir pourquoi les 2 vampires de mon histoire voyagent toujours ensemble malgré la disparition de Mannfred (je rappelle que ce "hors-série" se déroule pendant son règne alors que mon histoire se passe bien après sa défaite).


- II -
Bada’k avait tout juste reposé ses pieds à terre que le rat-ogre lui portait un coup de sa hache. Il aurait eu le corps tranché violemment par l’attaque s’il ne s’était pas protégé. Le coup l’envoya rouler sur une bonne distance avant d’aller s’écraser contre un arbre. L’homme repris ses esprits avec difficulté pour voir le monstre lancer une charge féroce. Ce dernier assena un coup de taille avec son bras-hache et Bada’k put tout juste esquiver le coup en se jettant entre les jambes du monstre. Dans la confusion, il arriva à s’éloigner et entendit un craquement sourd : c’était le bruit que fit l’arbre en tombant lorsque la créature extirpa sa hache du tronc.
La lueur des fragments de malepierre dans son corps étaient maintenant plus éclatant au fur et à mesure que Morrslieb montait dans le ciel. Il jeta sa tête en arrière et poussa un puissant grondement qui fit trembler jusqu’aux racines des arbres. Le vampire se délesta de sa cape encombrante, laissant apparaître son plastron de cuir, et se prépara à la suite de l’affrontement.
Les deux adversaires se toisaient du regard. L’un avait les yeux exorbités, injectés de sang, l’autre les avait perçant et concentrés. L’écume aux lèvres, le monstre faisait montre de son impatience. Il finit par s’élancer dans une rage emplie de folie.
Les coups s’enchainèrent. La masse de muscles et de fureur était bien plus rapide qu’elle n’y paraissait. Sa force et sa rapidité étaient décuplées par la malepierre qui réagissait à la lune. Sa peau était si dure qu’il était très difficile pour Bada’k de la trancher. Le vampire bondissait et esquivait autant qu’il pouvait, tentant d’asséner des coups pour trouver un point faible.

Les lames sifflaient, les branches tombaient, les os craquaient, la chair saignait. Cela faisait plusieurs heures que le combat faisait rage, avec une intensité sans pareille. Le vampire était meurtrit, exténué. Il avait un bras cassé, une jambe sur le point de l’être, une épaule démise, et des entailles sur tout le corps. Le monstre était tout ensanglanté mais ne paraissait pas faiblir. Bada’k devait garder ses sens en éveil, sinon il était finit. Il fallait trouver la faille.
Soudain, alors que la chose entama une attaque, il passa derrière en un éclair, empoigna fermement son épée des deux mains et la planta de toute ses forces dans le dos de l’animal. Ce dernier se courba en avant sous l’effet de la douleur, emportant le vampire encore accroché à son épée. Il devait saisir cette chance. Rassemblant ses dernières volontés, il grimpa sur les épaules de la bête et lui creva les yeux. Déroutée, elle titubait, donnant des coups au dessus de sa tête dans le vide. Bada’k se saisit de sa lame craignant qu’il ne pût l’extraire de la chair. Il y parvint malgré tout et la plaça sous la gorge de la créature. Il enserra de son bras libre la lame de l’épée et effectua un mouvement de guillotine pour tenter de trancher la gorge de l’abomination.
Le sang gicla abondamment du cou de son adversaire. Bada’k tirait sur l’épée tant qu’il pouvait. Il croyait ne jamais arriver à l’achever.
Le monstre commença finalement à tomber en arrière mais le vampire, à bout de force, ne pouvait plus bouger. Il resta sur le dos du rat-ogre et ne put qu’appréhender la chute. En touchant le sol, il sentit ses os se briser sous le poids de la créature.
C’était finit.
La forêt était calme maintenant.
Il ne pouvait pas s’extirper de cette masse de chair. La Soif le terrasserait.
Il commença à fermer les yeux dans l’attente de la « mort ». Et cela promettait d’être long. Infiniment long…

Après plusieurs jours et plusieurs nuits d’agonie. Un bruit étouffé de sabots sur le parterre de la forêt arriva jusqu’à ses oreilles.
« - Te voilà en bien piteux état Bada’k. » Il tourna péniblement la tête pour voir Frédérik descendre de son sombre destrier, le regard froid et le visage inexpressif.
« - J’aurai aimé pouvoir te laisser mourir mais le seigneur Mannfred aurait été très mécontent. » Il posa son pied sur la dépouille du monstre imposant et la fit rouler d’un geste laborieux mais puissant.
« - Cesse tes railleries ! Articula Bada’k d’une voix étranglée. Achève-moi puisque ça te ferai tant plaisir !
- Du calme. Contrairement à ce que tu crois, je suis venu t’aider, affirma Frédérik tout en tirant de la sacoche de son cheval une petite fiole remplie d’un liquide rouge sombre. C’est un cadeau de Mannfred, cela va te remettre sur pied en un rien de temps. »
Un sourire narquois s’esquissant sur ses lèvres, il s’avança pour être suffisamment en vue du vampire gisant au sol. Il déboucha la fiole et en vida la moitié sur le sol.
« - Mais qu’est-ce que tu fais ? Ma situation ne te suffit pas ? »
Le vampire en armure resta silencieux, retira un de ses gants et se mordit le poignet. Le sang noir et corrompu suinta de la plaie. Il en remplit la petite fiole qui était maintenant un mélange de son sang et du liquide rouge offert par Mannfred.
« - Boit maintenant. » Dit-il en approchant le récipient des lèvres de Bada’k.
Il savait très bien ce qui l’attendait, mais avait-il vraiment le choix ? Après une minute d’hésitation, il bu finalement le contenu.
Un flot de pouvoir se déversa dans son corps meurtri, ressoudant ses os, regonflant ses muscles, remboitant ses articulations et étanchant sa Soif. Mais en même temps, il sentait son esprit se lier irrémédiablement à celui de Frédérik. Il rageait intérieurement. S’en était fini de sa liberté, il devrait se plier à la volonté de cet infâme personnage et ce pour longtemps. Le lien mettrait plusieurs siècles avant de s’estomper.
« - Maintenant lève-toi. Le seigneur nous attend. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arcanide valtek
Seigneur vampire
Seigneur vampire
avatar

Age : 26
Nombre de messages : 2442
Expérience de jeu (CV) : Depuis Mai 2006
Date d'inscription : 24/05/2010

MessageSujet: Re: Le Sang du Pouvoir - Récit de Lanoar   Jeu 23 Déc 2010 - 21:34

Pauvre Bada'k. Après son échec face au rat-ogre, le voila lié à un vampire qu'il déteste et à qui il est maintenant forcé d'obéir. Mais cette situation est-elle réellement irrémédiable ? Il devrait être possible pour Bada'k d'opposer sa volonté à celle de Frédérik, vu que c'est quand-même un vampire.

Sinon, le texte est agréable à lire et fluide. Mais quid du kislévite ? Ces deux vampires sont-ils ceux qu'il a combattu (j'écris ce message sur le vif, je n'ai pas regardé tes précédents textes pour vérifier, désolé). Et le reverra-t-on ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lanoar
Chevalier de sang
Chevalier de sang
avatar

Age : 27
Nombre de messages : 801
Expérience de jeu (CV) : depuis Février 2009
Date d'inscription : 02/07/2010

MessageSujet: Re: Le Sang du Pouvoir - Récit de Lanoar   Ven 24 Déc 2010 - 11:27

C'est vrai que ça fait longtemps que je n'ai pas posté de textes donc votre mémoire n'est peut être plus très fraiche. Effectivement, ce récit est un flash back concernant les 2 vampires qu'a combattu Rurik le kislévite. Je n'avais pas trouvé de nom pour Bada'k à l'époque, c'est surement pour ça que vous ne l'avez pas reconnu (même si j'en ai fait une brève description pour le rappeler).

La suite reprendra avec l'histoire de notre Kurt éploré qui s'en va à Bechafen (et des pâtés d'écriture moins gros Happy)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomov Le Poussiéreux
Comte de la Crypte 2010 & 2013
avatar

Age : 31
Nombre de messages : 3358
Expérience de jeu (CV) : Ancien Vampire, vieux Chef de Guerre Orque, Favori de Slaanesh depuis peu, nouveau chef de Clan Elfe Sylvain, jeune Poil-au-Menton Nain, vénérable Connétable Bretonnien et très ancien Kuraq Saurus
Date d'inscription : 25/03/2009
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: Le Sang du Pouvoir - Récit de Lanoar   Ven 24 Déc 2010 - 15:08

Hâte de lire tout ça Lanoar.
Je dois dire que j'aime beaucoup aussi ton Kislévite et son charmant animal de compagnie; tu penses le réintégrer dans de futurs textes?

_________________
Vulnerant Omnes, Ultima Necat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lanoar
Chevalier de sang
Chevalier de sang
avatar

Age : 27
Nombre de messages : 801
Expérience de jeu (CV) : depuis Février 2009
Date d'inscription : 02/07/2010

MessageSujet: Re: Le Sang du Pouvoir - Récit de Lanoar   Dim 16 Jan 2011 - 22:32

C'est avec une certaine émotion que je vous poste la suite du récit de notre cher Kurt von Liebenstein. Comment ça vous avez oublié qui c'est ?
Comme ça fait longtemps, je vous invite à vous rafraîchir un peu la mémoire concernant notre jeune veuf.

Tristesse (suite)

- IV -

Le carrosse approcha de la grande porte sud, activement gardée par des hommes portant de lourds plastrons de métal. En ces temps troublés, le trône de l’Empire était vide depuis des décennies et les provinces devaient s’en remettre à leurs troupes locales pour assurer leur sécurité. Après un bref contrôle et surtout à la mention du nom de la famille de Kurt, ils les laissèrent entrer dans Bechafen.
Ils remontaient la rue principale au bout de laquelle se trouvait l’imposante demeure des von Liebenstein, passant devant de grandes bâtisses de pierre grises claires à la façade magnifique.
Ils arrivèrent au portail de la maison familiale et Kurt se remémorait son enfance plutôt morne tandis qu’ils longeaient les jardins. Ses parents étaient durs avec lui et n’acceptaient jamais que des amis viennent lui rendre visite. Amis qu’il aurait pu compter sur les doigts d’une main, d’ailleurs.
En arrivant dans le hall, il fut accueilli par sa nourrice. Elle était si bonne avec lui et sentir un peu de chaleur humaine le réconfortait un peu.
« - Bienvenue chez toi mon petit, dit Olga tendrement en le serrant dans ses bras, le repas va être servi, monte donc te détendre et te laver.
- Merci beaucoup.
- Hilda, va donc préparer le bain pour le jeune maître, dit la nourrice à une jeune servante. »
Kurt s’attarda un moment auprès d’Olga. Sa silhouette bien en chair révélait une jovialité qui lui réchauffait toujours le cœur.
Il monta dans sa chambre et trouva sur le lit des vêtements propres et Hilda en train de remplir la baignoire à l’aide de seaux d’eau chaude. Lorsqu’elle eut fini, Kurt la remercia et commença à se dévêtir. La jeune servante fit alors un signe de tête en rougissant et quitta la pièce.
Ce bain chaud était une vraie bénédiction. Il se frottait négligemment avec un savon tout en réfléchissant à ce qu’il prévoyait de faire. L’apprentissage de la magie n’était pas une promenade de santé, surtout en la pratiquant seul.
Perdu dans ses pensées, il sentait son esprit aller à l’apaisement, puis sombrer inévitablement vers un léger sommeil.

Il se réveilla lorsqu’on tapa à la porte.
« - Le repas va être servi maître, dit Hilda à travers la porte.
- Très bien je me prépare, répondit le jeune homme en se redressant.
- Avez-vous besoin de quelque chose ?
- Un linge pour me sécher me serait utile !
- Oh que je suis étourdie ! Je vous l’amène tout de suite ! S’exclama la jeune servante en s’éloignant à pas rapides. »
Elle revint rapidement et entra avec précipitation.
« - Tenez… Ah ! Elle détourna le regard et son visage devint écarlate en voyant que Kurt était nu. Toutes mes excuses ! »
Kurt la remercia et elle quitta la pièce avec empressement. Il se sécha et s’habilla rapidement et descendit dans la grande salle à manger tout en réfléchissant à ce qu’il allait dire à ses parents.



Bon j'avoue, il ne se passe pas grand chose. Mais ça va venir ne vous en faites pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomov Le Poussiéreux
Comte de la Crypte 2010 & 2013
avatar

Age : 31
Nombre de messages : 3358
Expérience de jeu (CV) : Ancien Vampire, vieux Chef de Guerre Orque, Favori de Slaanesh depuis peu, nouveau chef de Clan Elfe Sylvain, jeune Poil-au-Menton Nain, vénérable Connétable Bretonnien et très ancien Kuraq Saurus
Date d'inscription : 25/03/2009
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: Le Sang du Pouvoir - Récit de Lanoar   Dim 16 Jan 2011 - 22:59

Pas de problème, un texte d'ambiance comme celui-ci donne de la profondeur au personnage et c'est très agréable. Ca change de voir toujours les héros en action; on fini par se dire qu'il ne dorment jamais...
Et puis, ça installe le personnage dans son contexte familial.
Perso, j'aime beaucoup.

_________________
Vulnerant Omnes, Ultima Necat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lanoar
Chevalier de sang
Chevalier de sang
avatar

Age : 27
Nombre de messages : 801
Expérience de jeu (CV) : depuis Février 2009
Date d'inscription : 02/07/2010

MessageSujet: Re: Le Sang du Pouvoir - Récit de Lanoar   Lun 28 Fév 2011 - 16:52

1 mois et demi, je trouve que j'ai un bon rythme, je tiens le bon bout là Razz
Sans plus de cérémonie, voici la suite :

- V -

Le repas se passa en silence dans une ambiance oppressante comme à l’accoutumée. Kurt attendit l’arrivée du dessert pour aborder le sujet. Ne voyant pas d’autres entrées en matière possibles, il déclara de but en blanc, sans lever les yeux de son assiette :
“- Je veux suivre une formation de médecin. Je vais d’abord passer quelques mois à lire des ouvrages à la bibliothèque avant de chercher un médecin qui me formera. J’aurai bien sûr besoin d’argent pour mener à bien ce projet...”
Il laissa volontairement sa phrase en suspens et serra les dents. Il s’est rendu compte en parlant à quel point sa justification n’avait aucun sens. Allaient-ils y croire ?
“- Très bien, acquiesça son père. Tu peux te servir librement de l’argent de la famille comme tu l’entends. Tu dois devenir adulte et connaître tes responsabilités cepedant.”
Le jeune homme leva les yeux avec étonnement et regarda son père, abasourdi. Ses yeux étaient froids et impassibles et son visage ne laissait rien transparaître. Il avait dit ces paroles avec tout le naturel du monde. Il se ressaisi et quitta la table en les remerciant et en s’inclinant sans même finir son assiette.
“- Croyez-vous à son histoire de médecin, très cher ?” Demanda Mme von Liebenstein.
“- Pas le moins du monde, répondit-il. Attendons de voir ce qu’il a derière la tête. Peut-être que nous n’aurons pas besoin de le forcer et qu’il s’engagera sur la voie de lui-même après tout.
- Vous avez sans doute raison.
- Rupert, approche je te prie.
- Monsieur désire-t-il une autre part ? Demanda le majordome en s’avançant.
- J’aimerai que tu conduise Kurt à la bibliothèque de temps en temps. Il t’apprécie et j’aimerai être sûr de ce qu’il mijote vraiment.
- Monsieur, je ne sais pas si... A la vue du regard accusateur que lui adressa la maîtresse de maison de l’autre côté de la table, il se ressaisi. Bien monsieur, je le ferai.” Il s’inclina respectueusement et quitta la pièce.
Les deux nobles amenèrent leurs verres de vin jusqu’à leurs lèvres et burent, chacun avec le même rictus naissant au coin de leur bouche.

D’aussi loin qu’il se souvienne, Kurt avait toujours ressentit des sensations qu’il n’arrivait pas expliquer. Par moment elles étaient fortes et oppressantes, d’autres fois douces, d’autres fois encore tristes et sombres. Il ressentait ce flux et reflux d’énergie depuis tout petit. Au fil de certaines conversations, il appris que des personnes étaient plus sensibles que d’autres aux “vents de magie”. En grandissant, il arriva à contrôler ce phénomène et à ressentir ces énergies uniquement lorsqu’il le désirait. En se concentrant suffisemment, il arrivait même à percevoir un bref instant quelle était la direction de ces énergies sans pour autant les voir, mais cela était très éprouvant pour lui. Il n’avait jamais tenté de s’entraîner réellement car il ne savait pas à quoi cela lui servirait. Le sujet était d’autant plus dur à aborder que les autorités de l’empire, en ces temps troublés, voyaient d’un très mauvais oeil les pratiques arcaniques. Il allait devoir faire profil bas durant les mois qu’il allait passer à étudier.
Kurt arriva devant la bibliothèque accompagné de Rupert. C’était un édifice imposant de trois étages. Sa construction en “U” si singulière permettait d’acceuillir au centre un petit parc où les personnes pouvaient se détendre à l’ombre des quelques arbres tout en s’adonnant à la lecture.
“- Merci de m’avoir accompagné, dit Kurt d’un ton grave.
- C’est bien normal jeune maître. Bon courage dans vos lectures. J’espère que vous trouverez ce que vous cherchez.
- Je l’espère aussi.”
Il monta l’escalier menant à la grande porte principale du bâtiment le coeur serré. Et s’il ne trouvait pas ce dont il avait besoin ? Et si l’entreprise se révélait trop ardue pour lui ? Et s’il n’avait en fait aucun don pour la magie ? Il devait chasser ses interrogations au plus vite et rester concentré sur le but qu’il s’était fixé. Il devait réussir.
Il arriva dans le hall et se dirigea vers ce qui semblait être l’acceuil. Il n’était venu qu’une seule fois dans cette grande bibliothèque lorsqu’il était enfant pour accompagner son père. Dans ses souvenir tout lui paraissait plus grand évidemment, et il ne reconnaissait pas les lieux. Un vieil homme était assis derrière le bureau, absorbé dans sa lecture et tenant ses binocles d’une main légèrement tremblante.
“- Bonjour monsieur, j’aimerais...” Kurt ne put finir sa phrase, interrompu par un geste du bibliothécaire lui signalant de patienter, le regard toujours porté sur son livre. Après deux ou trois minutes, il releva la tête et rangea ses binocles après les avoir nettoyé.
“- Bonjour, que désirez-vous ? demanda le vieil homme d’une voix fatiguée et neutre.
- J’aimerais louer un emplacement de travail pour une assez longue durée.
- Et vous êtes ? fit l’homme en le dévisageant de ses yeux patauds.
- Kurt von Liebenstein, monsieur.
- Je vois. Vous ne devriez pas avoir de problèmes pour payer dans ce cas. Veuillez me suivre, dit-il en se levant lentement.
- Merci, répondit Kurt, et j’aimerai également avoir accès à vos ouvrages rares.
- Faites comme bon vous semble. Ils se trouvent dans l’aile ouest au troisième étage. Donnez votre nom à la personne que vous trouverez là haut pour qu’elle vous laisse entrer. Vous aurez à signer un registre si vous désirez déplacer un ouvrage.”
Le vieux bibliothécaire le conduisit au deuxième étage. Là étaient alignés des dixaines de bureaux spacieux séparés par des panneaux de bois de six pieds de haut environ. Il pris une feuille de papier avant d’amener Kurt devant le bureau qui serait le sien pendant de longs mois. Il lui demanda d’écrire son nom sur cette feuille avant de l’accrocher à un clou planté dans une des cloisons.
“- Bienvenue chez vous, déclara le vieil homme toujours de sa voix neutre et tendant une main vers lui, cela fera 5 pistoles d’argent par semaine payables d’avance.”
Kurt s’exécuta aussitôt et l’homme repartit vaquer à ses occupations d’un pas nonchalant. Il devait maintenant se mettre au travail car la tâche promettait d’être longue et rude.



J'aimerai demander à ceux qui connaissent bien le JdR warhammer quelle est la valeur de la monnaie, car j'ai lancé le prix de la location un peu sans savoir (je connais juste les divisions de la monnaie impériale), donc si les personnes concernées pouvaient m'éclairer je leur en serai très reconnaissant.
A part ça, les commentaires et autres lancés de tomates sont les bienvenue (certains moins que d'autres, vous aurez devinés lesquels Smile).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arcanide valtek
Seigneur vampire
Seigneur vampire
avatar

Age : 26
Nombre de messages : 2442
Expérience de jeu (CV) : Depuis Mai 2006
Date d'inscription : 24/05/2010

MessageSujet: Re: Le Sang du Pouvoir - Récit de Lanoar   Lun 28 Fév 2011 - 23:41

C'est assez marrant quand même.

Tes textes sont très bien écrits, là n'est pas le problème, mais ce que je trouve marrant c'est que quand on les lit on ne sait pas du tout où l'on va.

Après tout, on parlait de deux vampires, et nous voila à embrayer sur l'histoire d'un jeune noble qui veut apprendre la magie. Les deux histoires sont certainement liées, mais comment, mystère.

Mais à part ça, très bon texte.

Concernant la question sur les pièces, je ne sais pas trop quelles est la valeur de la monnaie de Warhammer, n'ayant pas accès à mon GBR de WH JDR avant deux semaines. Désolé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lanoar
Chevalier de sang
Chevalier de sang
avatar

Age : 27
Nombre de messages : 801
Expérience de jeu (CV) : depuis Février 2009
Date d'inscription : 02/07/2010

MessageSujet: Re: Le Sang du Pouvoir - Récit de Lanoar   Lun 28 Fév 2011 - 23:55

Je prends ça comme un compliment Happy
En fait il faudrait que j'écrive plus, tout est quasiment tissé dans ma tête, il faut juste que je prenne le temps de taper (j'ai tapé cette partie en 2h à peine et en faisant autre chose en même temps en plus) parce que je m’aperçoit que mon histoire est en train de prendre de l'ampleur, plus que je n'avais calculé au début. Je vais essayer d'augmenter la fréquence, surtout si je commence à faire des ellipses ou des retours en arrière, ça va être incompréhensible si je poste à 2 mois d'intervalle à chaque fois !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lanoar
Chevalier de sang
Chevalier de sang
avatar

Age : 27
Nombre de messages : 801
Expérience de jeu (CV) : depuis Février 2009
Date d'inscription : 02/07/2010

MessageSujet: Re: Le Sang du Pouvoir - Récit de Lanoar   Mar 1 Mar 2011 - 14:21

Comme je suis motivé, voici la conclusion de cette 2è partie (Tristesse). J'espère que cela va éclairer vos lanternes car je raccroche une partie des wagons ensemble. Comme ça fait longtemps, je vous engage à relire le chapitre II de cette deuxième partie, le passage où Kurt accompagne son majordome au marché si vous ne vous en souvenez pas trop. Je ne vous en dit pas plus.

- VI -
A plusieurs lieues à l’ouest de Bechafen, à l’orée de la grande forêt.

La nuit était tombée depuis une heure maintenant. Frédérik se tenait droit, le regard fixé en direction de Bechafen qui n’était qu’une petite forme noire piquée de points brillants sur l’horizon. Bada’k s’extirpa des buissons en essuyant le sang qui coulait de sa bouche.
“- Tu devrais arrêter de te nourrir de sang animal. C’est répugnant, et tu risque de dégénérer, d’autant que ta santé mentale laisse à désirer, lança Frédérik avec dédain.
- C’était un sanglier ! Un porc avec des poils, rien de plus. Le porc à le même goût que l’humain, donc l’un dans l’autre je m’y retrouve ! Et je te signale que je faisais cela bien avant que tu ne naisse en tant qu’homme !”
Le vampire se retourna, les yeux rougeoyants et emplis de méprise. Il commença à s’approcher de Bada’k d’un air menaçant lorsqu’une silhouette apparut à côté d’eux.
“- Allons, allons. Vous n’allez pas recommencer à vous battre.”
Cette voix douce et ferme à la fois, émanait d’une bouche aux lèvres délicates. Ses yeux luisants semblait pouvoir percer l’âme et son visage harmonieux dissimulait une malice et une fourberie sans pareilles. Elle retira sa capuche et libéra ses longs cheveux qui coulèrent jusqu’à ses hanches. Sa présence était apaisante et inquiétante tout à la fois.
“- Te voila enfin Léonore.
- En effet, et je crois que j’arrive au bon moment, sans quoi vous alliez encore vous étriper, dit-elle avec un sourire malicieux.
- On se taquine, il n’aime pas que je lui rappelle que c’est moi le plus ancien ici !
- Assez ! cracha Frédérik. Qu’as-tu à m’apprendre ? reprit-il d’une voix plus calme en s’adressant à la femme.
- Le mercenaire qui nous poursuis est arrivé à Darmstadt, une petite bourgade au sud de la grande ville, depuis une semaine maintenant. Dit-elle en se rapprochant affectueusement du grand vampire, il est malin et suis les pistes que je lui laisse plus vite que prévu.
- Bien. Continue de le suivre et aiguille le sur de fausses pistes de sorte qu’il te poursuive pendant encore deux années. Il saisit le menton de Léonore avec une tendresse inattendue et plongea son regard dans le sien. J’ai encore des choses à préparer.
- J’ai également apperçu quelqu’un qui pourrait t’intéresser, un fils de noble très probablement. J’ai vu la noirceur dans son âme et une profonde blessure. J’ai sentit que la magie ne lui était pas étrangère. Il doit être à Bechafen maintenant.
- Il pourra peut être nous être utile effectivement. Cette ville en est d’autant plus intéressante. Il pausa ses lèvres sur les siennes.
- Surtout dites-le si je dérange, je me ferai une joie de partir !
- Tait-toi chien ! cria-t-il. Maintenant va, d’une voix posée en regardant la vampire. Et toi vient avec moi ! reprit-il sur un ton agressif à destination de Bada’k.”
Léonore regarda s’éloigner les deux vampires avant de s'éclipser à son tour dans la nuit.



Qu'est ce que ça peut causer les vampires !
La prochaine partie continuera avec Kurt mais elle devrait être moins longue que celle là. Désolé pour ceux qui attendent Rurik, soyez patients Smile
Dans peu de temps, vous aurez même le droit de voir la figurine de Léonore ! Je prévois une figurine pour chacun de mes protagonistes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomov Le Poussiéreux
Comte de la Crypte 2010 & 2013
avatar

Age : 31
Nombre de messages : 3358
Expérience de jeu (CV) : Ancien Vampire, vieux Chef de Guerre Orque, Favori de Slaanesh depuis peu, nouveau chef de Clan Elfe Sylvain, jeune Poil-au-Menton Nain, vénérable Connétable Bretonnien et très ancien Kuraq Saurus
Date d'inscription : 25/03/2009
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: Le Sang du Pouvoir - Récit de Lanoar   Mer 2 Mar 2011 - 13:48

J'avais un peu zappé le dernier chapitre hélas (foutu problèmes de pc) mais je me rattrape enfin. Content que tu postes plus régulièrement et content aussi de constater que ton récit, bien qu'étant quelque peu décousu de prime abord comme le soulignais Arcanide, est toujours aussi agréable à lire!

_________________
Vulnerant Omnes, Ultima Necat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wargut
Zombie
Zombie
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 6
Date d'inscription : 03/03/2011

MessageSujet: Re: Le Sang du Pouvoir - Récit de Lanoar   Jeu 3 Mar 2011 - 19:30

Je me suis inscris sur le forum pour pouvoir te donner mon avis sur ton histoire Happy
Je suis ton avancée depuis le début du sujet et j'adore complètement ton écriture, surtout l'histoire de Rurik et sa louve.

Celle de Kurt est tout aussi bien, même si elle est moins originale. On comprends rapidement ce qui va advenir de ce petit nobliau. A part, si tu nous as préparé une suite inattendue Tongue

Alors, à quand la suite ?! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lanoar
Chevalier de sang
Chevalier de sang
avatar

Age : 27
Nombre de messages : 801
Expérience de jeu (CV) : depuis Février 2009
Date d'inscription : 02/07/2010

MessageSujet: Re: Le Sang du Pouvoir - Récit de Lanoar   Mer 30 Mar 2011 - 14:37

Me revoilà, avec le début de la 3è partie de mon récit qui concerne toujours notre jeune noble. C'est trop d'honneur que de s'inscrire seulement pour mon récit, je vais être gêné ! *dit-il avec une once de fierté qui point Sun glasses *

Ahem, sur ce, le texte. On commence en douceur car il va se passer quelque chose d'important dans le prochain chapitre. Mais vous n'en saurez pas plus ! Je n'accepte que les pots de vin suffisamment alléchants...
Pour re-situer l'histoire temporellement, la première partie concernant le mercenaire Kislévite a eu lieu en hiver 2174. Le texte remonte à loin alors je préfère le rappeler vu que mon histoire est assez décousue je le concède.

Renouveau

- I -

Automne 2173. Un peu plus d’un an après le début de l’entraînement de Kurt.


Le temps était frais en ce début d’après-midi lorsque Kurt se rendit à la bibliothèque pour la dernière fois. Son apprentissage de la magie avait été étonnamment rapide, comme s’il avait des prédispositions insoupçonnées. Ses progrès étaient tels que les livres ne lui serviraient plus à rien désormais. Il allait devoir pratiquer, et pratiquer encore.
Il avait organisé ses journées pour optimiser son apprentissage : il allait consulter des ouvrages toute la journée jusqu’à la fermeture de l’établissement, et il méditait pour entraîner son esprit jusque très tard le soir. La méditation requérait un lieu calme et isolé, ce qui n’était pas toujours facile à trouver. D’autant plus qu’il ne pouvait pas faire usage de la magie à l’intérieur de la demeure familliale pour des raisons évidentes et, surtout, il devait changer d’endroit régulièrement pour ne pas se faire connaître de la garde.
Ses parents manifestaient une implication totalement inexistante pour son projet et ne lui posaient aucunes questions, ce qui l’arrangait tout à fait. Seul Rupert, le majordome, montrait quelque intérêt et l'accompagnait à la bibliothèque de temps en temps. Devant l’amitié et le dévouement de cet homme, Kurt ne pu retenir son secret que quelques mois et dû lui révéler l’objet de son entreprise. L’homme manifesta de la compréhension et une certaine empathie pour lui.
Kurt arriva jusqu’à son bureau afin de tout remettre en ordre. C’était un rude travail qui l’attendait, car n’étant pas très ordonné, il allait devoir organiser toute les notes accumulées jusqu’à maintenant afin de pouvoir s’y référer au besoin. Sans parler de tous les ouvrages à remettre à leur place, cela allait lui prendre une bonne partie de l’après-midi.

Le soleil était déjà très bas et l’établissement allait fermer ses portes lorsqu’il eut fini. Ce soir il allait s’exercer une dernière fois avant son départ au petit matin. Il allait voyager à travers l’empire pour forger son esprit et pourquoi pas faire des rencontres qui lui permettront de parfaire son apprentissage. Cela n’allait pas être aisé compte tenu du regard que porte la plèbe sur la pratique de la magie.
A la nuit tombée, Kurt trouva un endroit sûr dans l’enceinte de la ville, un cabanon qui devait servir de débarra pour un commerçant quelconque. Il s’installa par terre en tailleur et commença à se concentrer. Il parvenait sans aucun mal maintenant à voir les vents de magie. En se concentrant un peu plus, il en distinguait parfaitement les différentes teintes. Il patienta un moment, prenant le temps d’apprécier les énergies qui affluaient et refluaient autour de lui. Il tendit le bras, la paume de la main tournée vers le plafond et commença à canaliser les vents. Une forme incolore naquit sur sa paume. Avec de la persévérence, les vents couleur de jade prirent le dessus et la forme changea peu à peu de couleur et gagna en consistance jusqu’à devenir quasiment opaque. Une feuille de lierre émergea, accrochée à une fine liane qui vint s’enrouler autour des doigts de Kurt. La forme verte dans sa main commençait à briller d’une lueur discrète quand d’autres lianes s’en extirpèrent lentement. L'apprenti magicien abaissa sa main avec précaution, veillant à ne pas relâcher sa concentration et enfonça la forme dans le sol. Des racines en jaillirent puis des branches avec quelques feuille bien vertes qui se rassemblèrent pour former un tronc. Il avait donné vie à un tout jeune arbuste d’un pied de haut environ !
L’expérience était concluante. Il recommença plusieurs fois en canalisant d’autres couleurs de vent à chaque fois. Selon son humeur, il avait plus ou moins de mal à en canaliser certains. Notamment le mauve ou le noir qui lui laissaient un sentiment de malaise voir de désespoir. Il était exténué lorsqu’il décida de s’arrêter. Il faisait nuit noire depuis plusieurs heures maintenant et il avait besoin de repos. Il se leva, se dégourdit les jambes et épousseta ses habits avant de sortir du débarra. Personne ne l’avait repéré, en tout cas il l’espérait.

Kurt marchait, perdu dans ses pensées, lorsqu’un bruit de tuile brisée le fit sursauter. Il se retourna pour constater qu’elle était tombée à quelques pieds de lui à peine. En levant la tête, le jeune homme distinguât une ombre menaçante sur le toit. Elle était penchée pour l’observer de ses deux yeux luisants, tel un prédateur prêt à fondre sur sa proie et semblait porter quelque chose sous son bras. Le jeune noble était pétrifié de peur. Son coeur battait à tout rompre et la sueur perlait sur son visage. Ce moment de terreur indicible paraissait ne plus jamais finir. Que comptait faire cette chose ? Allait-elle fondre sur lui ?
Finalement, l’ombre se détourna d’un mouvement de cape et disparu dans la nuit. Kurt eut tout de même le temps de distinguer ce qui semblait être une chevelure dans la forme que transportait cet être terrifiant. La tension redescendit et il s'affaissa, les jambes tremblantes.
Il resta là un moment le temps de reprendre ses esprits. Quand il put finalement se lever, il aperçut un petit livre près des débris de tuile. Il s’en approcha, tremblant encore d’effroi. Lorsqu’il tendit la main, une sensation étrange l’envahit, la même que lorsqu’il percevait les vents de magie. Sa curiosité l’emporta sur sa prudence et il se saisit de l’objet.
Il l’observa, le tournant et le retournant dans ses mains. La couverture de cuir était complètement nue : aucunes inscriptions ni aucunes décorations. Il l’ouvrit et le feuilleta mais ne distingua rien de plus qu’une écriture manuscrite sans pouvoir la déchiffrer en raison de la trop faible lumière. Il tournait les pages encore et encore, incapable de s’arrêter, comme si l’objet le faisait à sa place. Il se sentait comme happé, le livre occupant tout son champ de vision. Le temps semblait ralentir et il avait l’impression d’être là depuis des heures et des heures sans pour autant voir le jour se lever. Ce simple amas de papier devenait lourd et les pages de plus en plus lentes à tourner.
“- Qui va là !”
Ce cri le fit sortir de sa torpeur. Il leva la tête tout en fermant le livre et vit un garde, l’épée défouraillée et une torche à la main.
“- L’vez les mains bien haut et dites moi qui vous êtes ! Poursuivit le garde d’une voix forte.
- Kurt von Liebenstein. Répondit-il d’une voix calme, connaissant très bien la réaction qu’allait produire la mention de ce nom.
- V... von Liebenstein ! Je... j’suis confus seigneur, je... je n’ faisait qu’ mon devoir ! Bégaillat l’ homme en rangeant son arme. L... laissez moi donc vous racompagner à vot’ maison si’ous plait. Les rues sont pas très sûres la nuit.
- Ce n’est rien. Merci bien mon brave.”
Sur le chemin du retour, Kurt était perdu dans ses pensées. Le livre était bien entendu enchanté mais cela ne faisait qu’attiser sa curiosité. Il devait à tout pris savoir ce qu’il contenait. Il en saurait probablement plus demain. Pour le moment, le repos était de mise.


Dernière édition par Lanoar le Mer 20 Avr 2011 - 16:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keraad de Gespenst
Comte de la Crypte 2011 et 2015
avatar

Age : 24
Nombre de messages : 657
Date d'inscription : 07/10/2009
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: Le Sang du Pouvoir - Récit de Lanoar   Jeu 31 Mar 2011 - 14:44

Ah, maudit lycée, dont les implacables horaires m'ont empêché de tout lire d'une traite!

Dans l'ensemble le texte est très bien écrit (mis à part de très rares fautes d'orthographe, et c'est le seul défaut que j'ai réussi à trouver!), l'ambiance est bien rendue, les personnages ont des caractères variés (de l'ultraclassique "je veux apprendre la magie pour ressusciter ma fiancée" au très original "je veux devenir un vampire pour échapper à la vieillesse"), l'histoire est juste ce qu'il faut d'alambiquée pour nous donner des maux de tête. Bref, très bien.

Ma seule remarque concernant l'histoire est que les premiers mystères sont trop rapidement résolus. On apprend un peu trop tôt qui sont les deux vampires, et qui est l'étrange dame, alors que les deux humains n'ont même pas encore de vrais liens avec eux. Personnellement j'aurais préféré me demander pendant longtemps si cette mystérieuse vampire travaillait avec les deux autres ou contre eux. Le fait qu'elle embrasse Frédérik règle un peu vite la question.

Mais ça reste une question de goût, et tu maintiens toujours assez de suspense pour nous donner (très) envie de lire la suite. Que je t'encourage d'ailleurs à écrire rapidement, car sinon il y aura une personne de plus pour te pendre. Vampire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomov Le Poussiéreux
Comte de la Crypte 2010 & 2013
avatar

Age : 31
Nombre de messages : 3358
Expérience de jeu (CV) : Ancien Vampire, vieux Chef de Guerre Orque, Favori de Slaanesh depuis peu, nouveau chef de Clan Elfe Sylvain, jeune Poil-au-Menton Nain, vénérable Connétable Bretonnien et très ancien Kuraq Saurus
Date d'inscription : 25/03/2009
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: Le Sang du Pouvoir - Récit de Lanoar   Lun 4 Avr 2011 - 14:14

Yeah, de retour du ski je trouve la section récits en pleine ébullition! Merci les gars!

Bravo pour ce chapitre Lanoar, j'aime bien l'idée des essais selon les différents vents de magie.

_________________
Vulnerant Omnes, Ultima Necat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lanoar
Chevalier de sang
Chevalier de sang
avatar

Age : 27
Nombre de messages : 801
Expérience de jeu (CV) : depuis Février 2009
Date d'inscription : 02/07/2010

MessageSujet: Re: Le Sang du Pouvoir - Récit de Lanoar   Mer 20 Avr 2011 - 16:11

Bon en écrivant la suite, je me suis rendu compte que c'était en fait la suite du chapitre.... j'ai donc édité mon précédent texte, en ajoutant le dernier paragraphe.

Je ne sais pas pourquoi j'ai posté sans prendre la peine de finir puisque j'avais déjà commencé l'écriture de la partie que je viens de rajouter. Bref, on va mettre ça sur le compte de la fatigue Very Happy

Je vous invite donc à remonter de 2 posts pour lire le chapitre au complet, avec toutes mes excuses et toutes mes confuses Blushing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomov Le Poussiéreux
Comte de la Crypte 2010 & 2013
avatar

Age : 31
Nombre de messages : 3358
Expérience de jeu (CV) : Ancien Vampire, vieux Chef de Guerre Orque, Favori de Slaanesh depuis peu, nouveau chef de Clan Elfe Sylvain, jeune Poil-au-Menton Nain, vénérable Connétable Bretonnien et très ancien Kuraq Saurus
Date d'inscription : 25/03/2009
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: Le Sang du Pouvoir - Récit de Lanoar   Ven 22 Avr 2011 - 20:17

Un petit plus bien souriant en attendant la suite Happy

_________________
Vulnerant Omnes, Ultima Necat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lanoar
Chevalier de sang
Chevalier de sang
avatar

Age : 27
Nombre de messages : 801
Expérience de jeu (CV) : depuis Février 2009
Date d'inscription : 02/07/2010

MessageSujet: Re: Le Sang du Pouvoir - Récit de Lanoar   Ven 20 Mai 2011 - 9:56

Voilà enfin la suite. Je crois que ce sont les 2 pages les plus longues que j'ai jamais écrit... J'ai mis un temps fout à faire sortir ça, faudrait que je me trouve plus de temps pour écrire. J'espère que ça va vous plaire même si c'est encore un peu ennuyeux. Ne vous inquiétez pas, ça bouge après !
Lisez cheers

- II -

La brume. Une noiceur oppressante. Il court sans savoir ou il va. Il trébuche et s’étale de tout son long. Il a mal, se relève. Il n’est même pas écorché. Il n’a plus mal. Il lève la tête et une lueur verte apparaît. C’est suffisant, il voit désormais. Une forme se dessine au loin et s’approche de lui. On dirait un bâtiment. Non, trop droit, trop fin. Il tente de faire le tour mais impossible. Il s’approche. Non, c’est la forme qui s’approche, pas lui. Il peut la toucher maintenant. C’est rugueux. Il se déplace à tâtons vers un coté. Il touche enfin une arrête. Il tire. Ça s’ouvre en pivotant comme une porte. Non, comme un livre. Il ne peux qu’entrouvrir. Il essaye de lire les pages mais ce n’est pas assez ouvert. Il essaye de refermer mais de la fumée noire s’échappe. Il recule, paniqué. La fumée deviens opaque, prend forme humaine. Il essaye de fuir mais on l'attrape par la gorge. Il ne peux plus respirer. Il veut hurler mais aucun son. Il va mourir.

Kurt se réveilla en sursaut, trempé de sueur, le cœur battant à tout rompre. Il mis un moment avant de s'apercevoir que ce n’était qu’un rêve. Il parcourra sa chambre du regard et constata que le jour était déjà bien avancé. Il chercha le livre du regard, en vain. Il se leva avec empressement et se mit à fouiller partout pendant un bon moment. Il tenait en fait le livre serré contre lui d’une main crispée. Il le fixa et passa sa main sur la couverture. La sensation était étrange. Il avait l’impression de toucher du cuir, mais quelque chose n’allait pas. Les vents de magie étaient fortement perturbés aux alentours du livre. Ils étaient comme absorbés puis refoulés par l’objet. L'apprenti sorcier plaça ses doigts et appuya. Au bout d’un moment, la couverture devint plus molle et ils commencèrent à s’enfoncer comme dans un morceau de beurre trop mou. Trois coups forts sur sa porte l’interrompirent.
“- Qui est-ce ?
- C’est Rupert monsieur. Je tape à votre porte depuis plus d’une demi heure sans succès. Est-ce que monsieur va bien ?
- Oui tout va bien, j’étais simplement très fatigué. Vous pouvez entrer, qu’y a-t-il ?
- C’est que... la diligence pour Wurzen part dans moins de quinze minutes. Dit le majordome en entrant d’un air désolé. Je peux aller la faire retarder mais il vous faut tout de même faire vite si vous ne voulez pas la rater.
- Pourquoi ne m’avez-vous pas réveillé avant ! Cria Kurt d’un ton qu’il trouva lui-même anormalement irrité.
- C’est que... je ne savais pas... je ne voulais pas vous déranger.
- Mes valises sont-elle prêtes ?
- Oui jeune maître, elles vous attendent dans le hall.
- Très bien. Dîtes au cocher qu’il aura un supplément confortable s’il repousse l’heure de départ de quinze minutes.
- J’y court !”
Le noble retomba sur son lit, effaré d’avoir parlé sur un tel ton. Il ne s’était pas reconnu. Sans doute la fatigue et l’empressement du départ avaient parlé pour lui.
Il n’avait pas le temps de se poser de telles questions. Il se leva et prépara sa sacoche avec précipitation. Il avait seulement besoin de quelques livres. Il jeta un dernier regard à l’objet qui accaparait son esprit avant de le mettre au fond, bien à l'abri des regards.
Il dévala les marches quatre à quatre et trouva deux valises qui l’attendaient à côté de la grande porte d’entrée ainsi que des morceaux de viande séchée et du pain enroulés dans un linge accompagnés d’une gourde. Il s’en saisit et sortit de la demeure du plus vite qu’il put.
Un petit fiacre l’attendait à l’extérieur des grilles du manoir pour l'emmener jusqu’à la place principale. Il s’y engouffra et le cocher démarra aussi sec.

A son arrivée sur la place, Kurt fut soulagé de trouver Rupert en train de parlementer ferme avec le cocher de la diligence. Cette dernière était de facture robuste et imposante. Avec ses six roues et ses quatre compartiments il ne fallait pas moins de six chevaux pour la tirer. Il se présenta devant le cocher, manifestement en colère et lui glissa un joli lot de pièces dans la main, ce qui le fit changer d’expression rapidement même si une moue renfrognée déformait ses traits. Il n’aurait probablement pas eu cette réaction s’il avait connu le nom de Kurt, mais il ne désirait pas voyager en tant que membre de la famille von Liebenstein. Cela risquerait d’attirer l’attention sur lui, plus encore que la pratique de la magie, et il n’avait pas besoin de ça. Il tendit ses valises au cocher qui les arrima sur le toit de la diligence.
Le jeune homme pris place dans le troisième compartiment en s’excusant. Les deux premiers pouvaient acceuillir six personnes chacun et semblaient être pleins, alors que les deux derniers, plus confortables, ne pouvait en abriter que quatre. Il allait voyager avec pour compagnie ce qui semblait être un couple de riches commerçants et un homme d’un âge avancé mais tout de même habillé avec élégance.
La diligence se mit en branle, escortée par deux modestes carrosses transportant des mercenaires destinés à protéger les voyageurs. Deux semaines de voyage attendaient les passagers qui se rendaient à Wurzen dans le comté d’Ostland. Le convoi allait longer la rive du fleuve Talabec et faire trois escales principales d’une journée au moins sans compter celles qui servaient seulement à changer les chevaux ou à faire dormir les voyageurs dans un endroit convenable. Les nuits en forêt étaient peu nombreuses du fait des nombreux villages d'artisans et autres haltes qui se sont développés le long du trajet.
Kurt n’allait pas jusqu’à Wurzen. Il s'arrêtait à la deuxième escale principale, à une semaine de voyage, dans la modeste ville de Anrath dans le Talabecland dirigée par un oncle de sa défunte fiancée Irina. Cela faisait longtemps qu’il n’avait pas vu l’oncle Dieter, un homme bon et à la joie communicative. Cette retraite loin de la grande ville lui ferait du bien. Au moins pour son moral mais aussi pour son entraînement.
La grille de la grande porte ouest fut soulevée dans un grincement lent et criard. Il n’était pas fâché de quitter Bechafen tant l’atmosphère de cette ville l’étouffait.
En se rendant tous les jours à la bibliothèque, il avait écouté les ragots et les conversations d’une oreille attentive. Il appris ainsi que le manoir d’un vieil homme décédé il y a de cela cinq ans avait enfin trouvé acquéreur. Le vieillard ne l’avait plus entretenu et n’avait même plus un seul domestique pour s’occuper de lui à la fin de sa vie. L’héritage était parvenu à ses petits enfants qui en avaient demandé une somme exorbitante. Pour une baraque en tel état de délabrement, Kurt se demandait bien qui avait pu en faire l’acquisition car le noble en question ne se serait même pas montré. Il aurait demandé à ce qu’on lui envoie les papiers nécessaires par pigeon voyageur. Et le plus étrange : la somme requise avait été retrouvé sur le pas de la porte des propriétaires.
Des tas d’autres rumeurs avaient circulé, plus ou moins intéressantes, comme la vague de cambriolages qui avait sévit dans le sud-ouest de l’Ostermark et dans le sud-est du Talabecland. Pas moins de cent maisons de nobles auraient été détroussées. Kurt soupçonnait ce nombre d’être quelque peu surestimé.
Le jeune homme échangea quelques paroles avec les autres voyageurs alors qu’ils s’éloignaient peu à peu des murs. C’était le mieux à faire pour le moment.


Je me suis relu mais j'ai les yeux qui flanchent un peu avec la fatigue, j'espère qu'il ne reste pas trop de fautes Smile


Dernière édition par Lanoar le Ven 20 Mai 2011 - 15:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arken
Maîtresse des fouets
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 2695
Expérience de jeu (CV) : Depuis juillet 2006 (livre CV fin V6, jeu fin V7)
Date d'inscription : 12/03/2011

MessageSujet: Re: Le Sang du Pouvoir - Récit de Lanoar   Ven 20 Mai 2011 - 11:34

Citation :
J'espère que ça va vous plaire même si c'est encore un peu ennuyeux.

Justement, ce n'est pas ennuyeux car on sent le suspense monter, que quelque chose va arriver.

Lecture très agréable, puisque le texte est fluide. La suite ! Happy

_________________
Les mots sont un don. Les mots sont une arme. Les mots ne se gaspillent pas. P.B.
"Despierta y ponte a soñar"
Ceux qui ne croient pas en la magie ne la trouveront jamais.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arcanide valtek
Seigneur vampire
Seigneur vampire
avatar

Age : 26
Nombre de messages : 2442
Expérience de jeu (CV) : Depuis Mai 2006
Date d'inscription : 24/05/2010

MessageSujet: Re: Le Sang du Pouvoir - Récit de Lanoar   Ven 20 Mai 2011 - 15:33

Eh bien, ça valait le coup d'attendre un peu.

Cette suite est palpitante, car on sent que quelque chose se prépare, comme le dit Arken68 (pourquoi 68 d'ailleurs ? Je n'ai jamais compris ceux qui mettent des chiffres sur leur pseudo). Et on se doute bien que ce quelque chose ne va pas être très réjouissant (normal, on est dans un forum de vampires).

Et donc, tu t'en doutes, on veut la suite !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomov Le Poussiéreux
Comte de la Crypte 2010 & 2013
avatar

Age : 31
Nombre de messages : 3358
Expérience de jeu (CV) : Ancien Vampire, vieux Chef de Guerre Orque, Favori de Slaanesh depuis peu, nouveau chef de Clan Elfe Sylvain, jeune Poil-au-Menton Nain, vénérable Connétable Bretonnien et très ancien Kuraq Saurus
Date d'inscription : 25/03/2009
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: Le Sang du Pouvoir - Récit de Lanoar   Mer 25 Mai 2011 - 13:32

Arcanide valtek a écrit:
Et donc, tu t'en doutes, on veut la suite !

+1 banane

Au boulot mon vieux, on veut savoir ce qui va se passer chez ce bon vieux Dieter!

_________________
Vulnerant Omnes, Ultima Necat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lanoar
Chevalier de sang
Chevalier de sang
avatar

Age : 27
Nombre de messages : 801
Expérience de jeu (CV) : depuis Février 2009
Date d'inscription : 02/07/2010

MessageSujet: Re: Le Sang du Pouvoir - Récit de Lanoar   Ven 17 Juin 2011 - 10:21

Votre attente est récompensée, car j'ai beaucoup beaucoup écrit pour ce chapitre. Mais j'arrête le blabla, vous avez déjà assez à lire.
Attention : âmes sensibles s'abstenir (mais vraiment).
Soyez pas trop sévères sur les fautes, je pense que j'en ai laissé passé un bon paquet Smile

- III -
La fin du jour approchait et les trois carrosses allaient s’arrêter pour la nuit dans un camp d'artisans occupé majoritairement par des tanneurs de peau. Il avait fait connaissance avec les personnes de son compartiment : Kurt avait vu juste au sujet du couple quadragénaire, ils étaient commerçants et avaient manifestement plutôt réussi dans leur entreprise. Il allaient jusqu’à Wurzen pour fêter la naissance de leur deuxième petite fille. Quant au vieil homme, il ne payait pas de mine mais il était en fait banquier. Il voyageait jusqu’à Wurzen également, pour rendre visite à son frère cadet comme tous les ans car le hasard avait voulu qu’ils aient la même date d’anniversaire.
Le camp, fait de modestes habitations en bois, n’était pas très vivant. Si proche de la ville, les familles des travailleurs avaient plutôt tendance à vivre là-bas. Le confort allait être très austère. Pas de favoritisme, quel que soit le statut, tout le monde allait dormir sur des paillasses. Au moins avaient-ils un toit pour s’abriter.
Il faisait encore jour, aussi le jeune noble s’éloigna un peu et trouva un arbre contre lequel s'asseoir. Il grignota un morceau de pain et de viande séchée avant de se plonger dans un livre, la mine sévère.
Il fut dérangé par une une petite balle de cuir qui atterrit près de ses pieds. Un petite fille d’une dizaine d’année qui portait des vêtements un peu trop grands pour elle arriva à la course.
“- Bonjour monsieur. Je peux avoir la balle ? Demanda-t-elle de sa petite voix timide.
- Oui bien sûr. Répondit-il négligemment.”
Elle s’en saisit et s’arrêta pour le fixer un moment.
“- Monsieur, pourquoi t’es triste ?”
Il releva la tête de sa lecture et resta silencieux.
“- Nina ! Envoie la balle ! Criait une autre petite fille derrière elle. Elles se ressemblaient comme deux gouttes d’eau. Des jumelles !
- Nina, Anna, qu’est-ce que vous faites ? Venez, il va faire nuit.”
Une femme d’une trentaine d’année apparut, probablement leur mère, et la dénommée Nina tourna les talons pour s’en aller la rejoindre.
“- Faut pas embêter les gens comme ça ! Allez file. Sermonna la mère avec bienveillance avant de s’approcher de Kurt. Je suis désolée monsieur, elles sont un peu turbulentes. Dit-elle en s’inclinant poliment.
- Ce n’est rien ne vous inquiétez pas. Elle ont l’air pleines de vie.
- Oui elles sont très heureuses. Mon mari et moi sommes de condition modeste mais nous veillons à ce qu’elles ne manquent de rien.”
Elle se redressa, ses cheveux blonds encadrant un visage rayonnant, a peine usé malgré ses mains un peu rugueuses qui trahissaient des activités difficiles. Une aura maternelle et protectrice émanait d’elle. Kurt était subjugué et mit un moment avant de pouvoir dire quelque chose.
“- Le soleil commence à se coucher, il vaudrait mieux rentrer. Dit-il en se relevant.
- Oui vous avez raison monsieur... ? Elle laissa sa phrase en suspens avec un ton interrogateur.
- Kurt von... Euh, Kurt. Se corrigea-t-il.
- J’avais remarqué que vous étiez de condition noble, dit-elle avec un air amusé, ne vous en faites pas. Peu de gens peuvent lire vous savez.
- Ah ! Fit Kurt d’un air embarrassé. Et vous ? Comment vous appelez-vous ?
- Je m’appelle Sigrid.”
Il discutèrent encore un peu en marchant vers les couches.
Le voyage suivait son court paisiblement. A chaque arrêt, le jeune noble passait du temps avec la petite famille qui allait rejoindre le mari de Sigrid, charpentier dans un petit village qu’ils atteindraient deux jours avant Anrath, la destination de Kurt. Il appréciait beaucoup leur compagnie et commençait à tisser des liens avec elles, bien que cela le rende un peu mélancolique car elles représentaient la famille qu’il n’avait jamais eu. Il aurait préféré mille fois abandonner la noblesse et l’instruction intellectuelle contre la chaleur humaine d’une famille soudée.
Quelques jours plus tard, ils arrivèrent à la première escale principale du voyage : Satzstein, petite ville calme et prospère. Ils allaient y passer deux nuit et une journée complète afin de faire quelques provisions, vérifier l’état des carrosses et surtout dormir d’un sommeil réparateur.
La première nuit, Kurt tomba littéralement sur le matelas moelleux de l’auberge pour ne se réveiller que tard dans la matinée suivante, tant le voyage l’avait fatigué.
Il flânait dans les rues de Satzstein jusqu’à midi, l’esprit vide et reposé, ce qui ne lui était pas arrivé depuis quelques temps. L’après-midi, il trouva les deux jumelles en train de jouer près de la fontaine sur la place principale. Leur mère était assise sur un banc à l’ombre d’un pré-haut, les surveillant d’oeil attentif. Kurt alla s'asseoir à côté d’elle et ils discutèrent le restant de la journée.

Encore le même rêve. Mais Kurt avait l’impression d’être plus lucide cette fois, et le brouillard était moins épais. Il était encore devant le livre géant. Il hésitait. S’il l’ouvrait, l’ombre allait sortir, il le savait. La tentation était trop grande. Il lui fallait une arme. Il tenait un bâton de bois noir dans sa main. Il rassembla son courage, saisi le bord de la couverture et commença à ouvrir. Une lumière pourpre et sombre s'échappa du livre. Kurt recula vivement et se prépara. La fumée noire apparut et commença à prendre forme, plus consistante que l’autre fois. Une silhouette familière, tenant une arme. Le noble fut subjugué lorsqu’il vit son propre visage émaner des volutes, les yeux écarlates et un rictus malsain au bord des lèvres. Le reflet prépara une attaque et Kurt, se laissant surprendre, reçus le coup de bâton en plein dans les côtes. La douleur était vive et bien réelle. Il chancela mais se repris rapidement pour se défendre de l’attaque suivante. Il parait tant bien que mal, sans arriver à prendre le dessus. A bout de force, il fut désarmé. L’ombre jeta son bâton au sol et lui sauta à la gorge. Kurt était impuissant et la poigne de l’autre était de fer. Il tentait de crier, d’appeler à l’aide, en vain. Son jumeau l’amena près de son visage et ouvrit la bouche à s’en décrocher la mâchoire, sans langue, sans dents, entièrement noire. Kurt sentit sa vitalité, non, son âme être aspirée, lentement.
“- Kurt ! Kurt réveillez-vous qu’est-ce qui vous arrrive ?” Appela une voix dans le lointain.
“Si seulement je pouvais”, pensa-t-il.
Il tenta de se concentrer pour arriver à se réveiller. Il sentait des tapotements sur son visage, tandis que l’autre aspirait toujours.
Finalement, tout se dissipa peu à peu. Les dernières choses à disparaître furent les yeux flamboyant de cette chose. Il émergea de son cauchemar, par terre et en sueur, Sigrid penchée au dessus de lui, affolée.
“- Vous allez bien ? Demanda-t-elle.
- Oui... je crois. Aïe !”
Une douleur lancinante dans les côtes le fit revenir à la réalité. Il souleva ses vêtements pour révéler un énorme hématome violacé, ainsi que d’autres, plus petits et plus bénins à différents endroits.
“- Mais qu’est-ce qui vous est arrivé ? On dirait que vous vous êtes battu !
- J’ai dû me faire mal en tombant... S’expliqua-t-il piètrement. Qu’est-ce que vous faites là ?
- Je suis sortie prendre l’air un moment et en revenant à ma chambre je vous ai entendu crier. Cela fait bien une demi heure que je vous vois vous débattre par terre sans que je puisse vous réveiller !
- Merci de votre sollicitude. Cela m’arrive quelques fois mais ça va maintenant. Vous pouvez retourner dormir.
- Bon, si vous le dites... Répondit-elle, inquiète”
Elle sortit de la chambre en jetant un dernier regard interrogateur pour s’assurer que tout allait bien. Kurt se leva difficilement et commença à chercher le livre. Comme la dernière fois, il le tenait déjà dans sa main sans s’en être aperçu. Il fallait absolument qu’il perce son secret ou bien il serait emporté par la folie.
Il l’ouvrit lentement, se concentrant sur les vents de magie pour ne pas se laisser hypnotiser comme la première fois. Lorsqu’il l’eut ouvert en entier, il découvrit des pages vides. Soudain, des images, des symboles, des idées, des pensées se déversèrent dans son esprit. Le savoir à l’état brut. Il tenta de retenir des choses mais ne se souvint que de bribes sans liens entre elles. Il referma le livre avec empressement. Chaque information, même sans l’avoir retenue, lui avait laissé la même impression : la mort. Mais aussi plus que cela : le dépassement de la mort. Allait-il devoir en passer par ces arts sombres et interdits afin de mener à bien son dessein ? L’obsession qui le rongeait depuis la mort d’Irina s’était peu à peu transformée en crainte de sa propre mort. Aussi, la réponse lui vint à l’esprit malgré lui : “oui”.
Il reprit le livre et se munit de quoi écrire. Il tenta de l’ouvrir en se cachant les yeux et en ne laissant qu’une petite ouverture. Cela semblait marcher car les images étaient moins nombreuses et moins confuses.
Il écrivit des choses incompréhensibles jusqu’au matin.

----------------
Ils avaient repris la route depuis deux jours maintenant. Le temps était gris et de petites averses tombaient par moment. Ils voyageaient sur des chemins forestiers depuis qu’ils avaient quitté le tout premier village, avec des états d’entretiens pour le moins irréguliers. Celui-ci était suffisamment large pour que deux diligences comme celle-là puissent se croiser et le sol n’était pas trop meuble, ce qui leur permettait d’aller bon train.
Soudain, le cocher du fiacre de tête fit signe de s’arrêter et deux mercenaires en descendirent.
“- J’ai vu quelque chose bouger là-bas. Dit le premier. C’est peut-être rien mais ça coûte rien d’aller voir.
- Tu sais que j’te suis parc’que j’t’aime bien, mais y’a des fois où t’as peur pour un rien. Maugréa le second.”
Arrivés au pied des arbres, l’épée à la main, ils observaient, silencieux.
“- Tu vois bien qu’y’a rien. Allez on s’en v...”
Il n’eut pas le temps de finir sa phrase qu’il reçut une flèche en plein dans l’abdomen tandis qu’une chose bondit sur l’autre et lui fracassa le crâne avec sa hache. C’était une de ses abominations du Chaos : un homme-bête. Celui-ci n’avait pour cornes que des petites protubérances. L’homme qui avait reçus une flèche n’était pas encore mort et il planta son épée dans les côtes de la créature. A ce moment là, une douzaine d’homme-bêtes à petites cornes jaillirent des bois, précédés par d’horribles chiens difformes tout droit sortis de l’enfer. On pouvait distinguer dans la masse, des assaillants qui possédaient de longues cornes.
Les mercenaires sortirent des carrosses avec empressement. Les chiens furent les premiers au contact mais malgré leur aspect terrifiant, un coup bien placé suffisait à en venir à bout.
La plupart des voyageurs restaient dans la diligence, pétrifiés et apeurés. Certains, sachant se battre, descendirent mais ne prirent pas part à la mêlée afin de protéger les autres.
Kurt ne savait que faire. Il n’avait aucune expérience du combat, et sa connaissance de la magie n’était pas assez instinctive pour pouvoir l’utiliser ainsi. Il se contenta d’observer.
Un homme-bête beaucoup plus massif émergea des arbres et grimpa sur un petit rocher. Sa stature impressionnante et ses nombreuses cicatrices attestaient de son expérience au combat. Quatre longues cornes ornaient sa tête démoniaque et il brandissaient deux haches tâchées de sang coagulé depuis longtemps. Du haut de son promontoire improvisé, il beugla ce qui semblait être un ordre et l’ardeur des attaquants n’en fut que plus intense.
La rixe était violente. Les épées et les boucliers s’entrechoquaient et le sang éclaboussait le sol. Les mercenaires étaient bien entraîné mais trop peu nombreux, se battant à un contre deux, voir trois. Bien que les sans-cornes soient de piètres combattants, il y en avait toujours un aux longues cornes pour tenir tête aux guerriers.
Quatre créatures s’approchèrent de la diligence. Les voyageurs qui étaient descendus se défendirent tant bien que mal, mais avec seulement des bâtons ou des épées de fortune pour arme, il ne purent les retenir. Un homme-bête seulement tomba tandis que les voyageurs furent sauvagement éventrés ou assommés. Un des homme-bêtes donna de violents coups de hache dans l’attelage des chevaux jusqu’à le décrocher pendant que les autres commençaient à pousser pour faire basculer le lourd carrosse sans grand succès.
Le chef tourna son regard vers eux et s’élança dans une course folle. Il percuta la diligence de son épaule avec une violence inouïe. Elle commença à pencher et les autres monstres n’eurent qu’à finir le travail.
Les voyageurs paniqués étaient maintenant à leur merci, complètement impuissant. Kurt sentait que les vents écarlates étaient très présents par ici. Il devait tenter quelque chose. Les enfants hurlaient, les adultes étaient pétrifiés de peur. Le noble concentra les vents dans sa paume. Lorsqu’une des créatures apparut, il relâcha l’énergie qu’il avait accumulé et une gerbe de flamme brûla le visage du démon. Sa magie était imparfaite, mais au moins cela pouvait aider. Il s’extirpa du compartiment et vit un chaos indescriptible. La moitié des mercenaires gisaient dans leur propre sang, et l’autre moitié n’allait pas tarder à les rejoindre. Beaucoup d’homme-bêtes étaient morts également mais les plus coriaces se battaient toujours avec rage.
Il envoya une autre boule de feu, mieux maîtrisée, lorsqu’un autre essaya de grimper. Le chef était repartit dans la mêlée, assommant et fauchant tout sur son passage, amis ou ennemis. Kurt continuait son rituel d’accumulation et de relâchement d’énergie. L’adrénaline aidant, il arrivait envoyer des flammes de plus en plus grosses et de plus en plus consistantes. Il espérait attirer suffisamment l’attention des pillards pour que les guerriers puissent prendre le dessus.
Un cri de femme retentit derrière lui. C’était Sigrid. Un de ceux aux longues cornes avait attrapé les deux pauvres fillettes et la mère était sortie pour essayer tant bien que mal de l’en empêcher. Kurt se précipita. Il ne pouvait pas utiliser la magie sans risquer de blesser les jumelles.
Au même moment, l’imposant chef de la harde, attiré par ce cri, accouru à son tour en beuglant. Le jeune homme essaya de le brûler avant qu’il n’y arrive mais la féroce créature était trop rapide. Son attention portée sur lui, il ne put éviter le coup de gourdin sur l’arrière de son crâne. Il s’écroula, à demi conscient. Trop sonné pour pouvoir se lever, il fut témoin, impuissant de la scène horrible qui allait suivre.
La pauvre femme était toujours accrochée à ses filles lorsque l’imposant chef sauta sur le carrosse et s’empara d’elle. La pauvresse tenait bon. Il repoussa l’autre aux longues cornes et jeta les deux petites à terre avant de les piétiner sauvagement. Leur sang éclaboussa de toute part dans un spectacle d’une horreur sans nom.
Le cri de la paysanne déchira l’air. Le temps était comme arrêté. La bataille se figea l’espace d’un instant.
Le monstre s’empara de Sigrid, en état de choc, tel un trophée et se dirigea vers les bois, son attribut dressé attestant de ses intentions.
La colère emplit le coeur de Kurt. Une lueur rouge apparut dans ses yeux. Il se leva et commença à lancer d’énormes boules de feu dans toute les directions. Les rejetons du Chaos prirent peur et commencèrent à déguerpir. Des pensées malsaines s’insinuaient dans l’esprit du jeune sorcier. Ses boules de feu s’obscurcissaient. Il voyait les vents sombres se mêler aux vents flamboyants lorsqu’il les canalisait, puis, petit à petit, seuls ces vents maléfiques persistaient et il envoyait des concentrés d’énergie noire. Lorsqu’elle entrait en contact avec quelqu’un, Kurt pouvait voir l’âme s'échapper et être aspirée par le livre.
Il poursuivit le chef des créatures. Il savait instinctivement ou aller. Il le trouva en train d’arracher les vêtements de la malheureuse avec un regard fou. La rage toujours omniprésente en lui, il accouru et posa ses paumes sur le monstre. Celui-ci se figea, le visage tordu de douleur et le noble sentait son essence vitale s’échapper jusqu’à ce qu’il meure. La peau et la chair se mirent ensuite à pourrir puis à se désagréger. Il ne restait que les os.
Le jeune homme s’écroula, exténué. Tout était fini.
Sigrid resta là, en pleurs. Kurt l’aida à se relever et il revinrent vers ce qui restait du convoi sans dire un mot.
“- Hé toi ! Le magicien ! Tu dois savoir soigner, non ? Vient vite dépêche toi !” Appela un mercenaire blessé.
Trois seulement avaient survécus et étaient bien mal en point. Les voyageurs étaient indemnes mis à part ceux qui avaient combattu et... Les pauvres fillettes.
Il se dirigea lentement vers l’homme, le regard vide, l’esprit absent. Il s’agenouilla et plaça ses mains au dessus d’une blessure. Il canalisa négligemment.
“- Merci on te revaudra ça. Promis on dira rien mon gars. On sait ce qu’ils font aux gens comme vous. Hé mais... !”
La blessure commença à puruler et le mercenaire se tordit de douleur.
“- Mais qu’est-ce que tu fais ?! Haaaaaa !”
Comme avec l’homme-bête. L’essence vitale du mercenaire s’échappa et il mourut. Il n’avait pas voulu ça ! Il se releva, paniqué. Les autres guerriers défouraillèrent et commencèrent à devenir menaçant. Il recula, trébucha sur un corps, se releva et s’enfuit en direction des bois. Il passa à côté de Sigrid. Elle lui jeta un regard noir qui lui glaça le sang.
Il n’avait pas le temps de s’attarder, il allait devoir fuir pour survivre désormais.


Et voilà : comment passer pour un enfoiré sadique et pessimiste en 1 chapitre...
Allez-y je suis prêt à recevoir cailloux, tomates et autres légumes. Camouflé Ninja
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arken
Maîtresse des fouets
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 2695
Expérience de jeu (CV) : Depuis juillet 2006 (livre CV fin V6, jeu fin V7)
Date d'inscription : 12/03/2011

MessageSujet: Re: Le Sang du Pouvoir - Récit de Lanoar   Ven 17 Juin 2011 - 11:07

Je t'aurais bien jeter une ou deux tomates si tu l'avais changé en une gentille peluche rose. Comme ce n'est pas le cas, je te dis bravo! Clap Clap Clap

_________________
Les mots sont un don. Les mots sont une arme. Les mots ne se gaspillent pas. P.B.
"Despierta y ponte a soñar"
Ceux qui ne croient pas en la magie ne la trouveront jamais.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arcanide valtek
Seigneur vampire
Seigneur vampire
avatar

Age : 26
Nombre de messages : 2442
Expérience de jeu (CV) : Depuis Mai 2006
Date d'inscription : 24/05/2010

MessageSujet: Re: Le Sang du Pouvoir - Récit de Lanoar   Dim 19 Juin 2011 - 15:12

Citation :
Allez-y je suis prêt à recevoir cailloux, tomates et autres légumes.
Très bien, alors je choisis les melons. Devil

Bon, sans blagues, notre attente a servi. Mais il faut dire que ce pauvre Kurt n'a pas eu beaucoup de chances. Malgré le fait que grâce à lui les hommes bêtes ont été mis en déroute, personne n'a eu la moindre considération pour lui dés qu'il a tué ce pauvre mercenaire par erreur.

Maintenant, il va lui en falloir, de la chance, pour survivre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lanoar
Chevalier de sang
Chevalier de sang
avatar

Age : 27
Nombre de messages : 801
Expérience de jeu (CV) : depuis Février 2009
Date d'inscription : 02/07/2010

MessageSujet: Re: Le Sang du Pouvoir - Récit de Lanoar   Lun 11 Juil 2011 - 8:15

Devant la liesse générale Razz, voilà enfin la fin des mésaventures de Kurt. N'hésitez pas à me dire s'il reste des fautes.
La prochaine partie reprendra avec Rurik, l'ex-mercenaire devenu vampire que vous aimez tant.

- IV -

La fatigue, la solitude, la tristesse. C’était le pain quotidien de Kurt il fallait croire. Les mercenaires ne l’avaient pas poursuivit mais il aurait presque aimé que cela soit le cas. Il ne savait pas depuis combien de temps il errait dans cette forêt. Les jours et les nuits passaient inlassablement sans qu’il s’en rende compte, le temps changeait du jour au lendemain. Tantôt le vent lui glaçait le sang, tantôt le soleil l'assommait de ses rayons. Lorsqu’il arrivait à s’allonger pour un demi-sommeil, parfois il se réveillait en plein milieu de la nuit, parfois le jour était très avancé. Il avait perdu toute notion du temps. A moitié conscient la plupart du temps, il lui semblait qu’il se nourrissait ou buvait quelques fois. La seule chose immuable : le livre. Présent dans son esprit à chaque moment de la journée et de la nuit. L’objet tourmentait ses rêves et perturbais ses réflexions. Kurt sentait son influence maléfique : partout ou il allait dans cette forêt, pas un animal, pas insecte aux alentours. La solitude absolue.
Au court de son errance, il arriva enfin aux abords d’un village. Il allait pouvoir se sustenter, prendre enfin un vrai repos et également se renseigner sur l’époque de l’année. Il s’approcha, méfiant. Ce devait être le matin car les commerçants ouvraient tout juste leurs boutiques. Le village était petit mais avait l’air de présenter toutes les commodités nécessaires. Il sentait le bon pain chaud venant d’une maison et s’en approcha. Il devait avoir piètre allure avec son teint blafard et ses habits sales et déchirées.
“- Hola mon pauv’ gars ! T’as l’air tout débiné ! Ramène don’ ta trogne ici, j’vais t’filer de la bectance !
- Heu... Oui, merci beaucoup.
- Fais don’ voir tes louches, tiens.”
Le vieux boulanger lui donna une miche de pain encore chaude et un broc d’eau. Kurt, affamé, s’assit par terre et mangea avec appétit. Il n’avait strictement rien compris au palabre du vieil homme mais qu’importe. Il l’avait sans doute pris pour une personne du petit peuple et il s’était adressé à lui dans leur langage horrible.
“- Si t’as qu’ces vieilles frusques sur le dos tu vas attraper du mal avec l’hiver qui vient. J’m’en va t’chercher une de mes vieilles pelures.”
L’homme rentra dans sa maison pendant que Kurt finissait son repas improvisé. Il reparu un moment après avec un vieux gilet de laine puant mais très épais. Le boulanger avait dit que l’hiver arrivait, il avait donc erré presque trois mois dans cette forêt puisqu’il était partit au début de l’automne.
“- Brave homme, on est bien en 2173, non ?
- Ah non mon gars tu te gourres d’une année, ça va êt’ l’hiver de 2174 !”
Kurt tomba de haut. Un an qu’il vagabondait sous les arbres ! Comment était-ce possible qu’il ne s’en soit pas rendu compte ?
“- Toi ! C’est toi ! Qu’est-ce que t’es venu faire ici ?!”
Kurt fut surpris par une femme qui lui sauta dessus pour l’étrangler. Un homme, sans doute son mari, accouru pour la retenir. Le jeune homme eu du mal à la reconnaître. Son visage lui était familier mais ses mèches de cheveux blanc et l'expression de haine sur son visage l’avaient induit en erreur.
“- Sigrid ! S’écria le noble.
- Oui c’est moi ! Et je vais te faire payer ce que t’as fait !”
Elle qui était autrefois la douceur incarnée, n’était maintenant plus qu’une femme qui n’avait rien à perdre.
“- Ecoutez tous ! C’est à cause de lui si mes pauvres petites ont été tuées ! Cria-t-elle en haranguant la foule, des larmes de colère lui coulant le long des joues.”
C’est vrai que Kurt aurait pu agir, mais il n’était pas responsable ! Le choc émotionnel devait être trop important, et elle l’a alors associé à la mort de ses filles. Mais il n’avait plus le temps de penser, il allait encore devoir fuir.
Il courru vers la forêt encore une fois, poursuivi par Sigrid, son mari et les quelques badauds présents à ce moment là. Il trébucha plusieurs fois mais maintenait son allure tant bien que mal. Une pensée malsaine traversa son esprit : avec l’aide du livre il pourrait sans aucun doute les tuer tous en un rien de temps. Non ! il ne fallait pas. Un morceau de bois vint heurter sa tête et ce fut suffisant pour lui faire perdre son équilibre et tomber. Il voulait se relever mais trop tard, ils seraient sur lui dans la seconde.

Soudain, les villageois s’arrêtèrent, interloqués. Kurt était mal à l’aise. Les vents de magie étaient très oppressants, étouffants. Il se retourna et vit un homme, seul, les bras croisés sur la poitrine. Il était de forte stature et portait une armure rouge sombre. Ses cheveux gris encadraient un visage très pâle, impassible, dur. La faible brise faisait battre sa longue cape de voyage sur ses bottes. Sa présence était inquiétante et ses yeux semblaient vides de toute âme. Des vents de magie gris tournoyaient autour de lui.
Tout à coup il disparu dans une brume sombre pour réapparaître devant Sigrid et lui transperça le thorax avec sa main. Les villageois prirent leurs jambes à leur cou et fuirent en criant. Seul restait le mari de la pauvre femme. Fou de rage, il tenta d’assener un coup à l’inconnu mais le malheureux eut la tête tranchée instantanément.
L’homme jeta la paysanne à terre et se dirigea vers Kurt. Il tendit une main griffue.
“- Le livre, donne-le moi.
- Qu... qu... quel livre ? Bégaya le jeune homme, apeuré.
- Tu sais très bien de quoi je parle, c’est moi qui l’ai fait tombé en trébuchant sur le toit cette nuit là. Donne le moi avant que je perde patience, je ne te tuerais pas. Tu seras même content de ce que je vais te proposer. Dit-il d’un ton appuyé, le regard insistant.
- Ou... oui, je vois de quoi vous voulez parler...”
Il tendit le livre avec un instant d'hésitation mais l’homme s’en saisit avec une rapidité surnaturelle.
“- Ce livre a une influence plutôt néfaste sur un esprit normal. Tu dois être quelqu’un d’exceptionnel et c’est ce que je voulais vérifier en te le laissant. Désires-tu savoir ce qu’il est en réalité ?”
Kurt hocha la tête, n’osant rien dire.
“- Ceci est une relique que m’a légué le seigneur Mannfred von Carstein. Il a rassemblé les quelques pages de l’antique livre de Nagash qu’il a réussi à se procurer et a créé une enveloppe de magie afin de les protéger. C’est ce livre. Observe.”
L’homme mystérieux canalisa les vents du livre et Kurt pu voir par transparence les fameuses pages. Elles étaient écrites en lettres de sang sur une sorte de parchemin étrange. On aurait dit de la peau, pâle et très fine. Puis il arrêta et le livre repris sa forme d’origine.
“- Je sais que tu veux apprendre la magie. Que désires-tu en faire ?
- Je... je veux ramener quelqu’un à la vie.
- Ha ! La vie ! Tellement facile à dire ! Ricana-t-il. Viens avec moi et je t’apprendrai à transcender la mort plutôt que donner la vie ! Vois !”
Il tendit la main vers le couple mort. Des volutes de magie violette s'engouffrèrent dans leurs corps meurtris. Au bout d’un moment, les cadavres se relevèrent et attendirent là, sagement, l’un sans tête et l’autre avec un trou béant au milieu de la poitrine.
“- Ce ne sont que des enveloppes sans âme, sans conscience, mais je peux t’aider à trouver ce que tu cherches. Suis-moi et tu ne seras plus jamais triste.”
Ce n’est pas comme s’il avait le choix.
“- Très bien. Je vous accompagne. Puis-je connaître votre nom ?
- A la bonne heure. Répondit-il avec un rictus malsain. Je m’appelle Frédérik. Dépèche-toi, j’ai à faire au nord.”

Kurt le suivit jusqu’à un carrosse à l’aspect lugubre. Il pris place à côté d’un homme aux cheveux blancs qui avait l’air jeune cependant. Ce dernier regardait négligemment à la fenêtre et ne leur jeta pas un seul regard. Ils voyageaient vers le nord à vive allure, pourtant la voiture n’était pas du tout cahotée. Le but du voyage était apparemment la frontière kislévite. Ils y arrivèrent dans le courant de l’hiver. La neige était tombée abondamment. Il eut pour ordre d’attendre dans le carrosse. Peu après, les deux hommes revinrent. Celui aux cheveux blanc était couvert de sang, qui n’était manifestement pas le sien car il était en pleine forme. Frédérik semblait heureux. Du moins il le devinait car son visage ne laissait pas paraître énormément d’expressions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keraad de Gespenst
Comte de la Crypte 2011 et 2015
avatar

Age : 24
Nombre de messages : 657
Date d'inscription : 07/10/2009
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: Le Sang du Pouvoir - Récit de Lanoar   Lun 11 Juil 2011 - 10:14

J'ai rattrapé mon retard et pu lire d'une seule traite la transformation d'un apprenti sorcier en sombre nécromancien. Excellente idée de le faire errer un an, le temps que sa folie mûrisse, ça rend son changement de personnalité très crédible. Même remarque pour l'attaque des hommes-bêtes (par ailleurs très...réaliste). En bref, l'ensemble est Cool

Surtout continue comme ça!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Sang du Pouvoir - Récit de Lanoar   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Sang du Pouvoir - Récit de Lanoar
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le Trône de fer ou le Pouvoir dans le sang
» Edward ne devrait pas pouvoir avoir d'enfants: expliquation..
» Amulette blasphèmatoire et pendentif de sang avec palaquin.
» D'amour et de sang
» Pouvoir d'achat à kinshasa

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armées Comtes Vampires et mort-vivants :: 
La Bibliothèque
 :: Récits, Fanfics et Fanart
-
Sauter vers: