Armées Comtes Vampires et mort-vivants

Forum communautaire et cosmopolite dédié aux Comtes Vampires, mais pas que : récits, concours, modélisme, peinture et conseils autour de warhammer, age of sigmar, 9e age, king of war. . . Ainsi qu'un discord multi-forum !

 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 De la nature du côté obscur.

Aller en bas 
AuteurMessage

avatar





Seigneur vampire

Seigneur vampire
Age : 27
Nombre de messages : 2673
Expérience de jeu (CV) : Depuis Mai 2006
Date d'inscription : 24/05/2010

MessageSujet: De la nature du côté obscur.   Jeu 24 Mai 2018 - 21:53

Bonsoir à tous.

Je ne sais pas si c'est ici la section appropriée, mais vu que ça ne parle pas de Warhammer ça me semblait le cas.

Éloignons-nous un peu de notre univers bien connu de Warhammer pour nous envoler vers une galaxie lointaine, très lointaine. Je vous propose de lire un 'essai' que j'ai écrit sur l'inspiration du moment il y a environ un an. L'idée est aussi de lancer un débat, si certains sont intéressés.

C'est un peu long j'en conviens, mais j'avais envie de partager cette réflexion avec d'autres personnes.

Sur ce je vous laisse à votre lecture.





La Force. Avec un "F" majuscule, parce qu'on ne parlera pas ici de l'action exercée par un objet sur un autre, mais de ce qu'Obi-Wan Kenobi décrit comme étant "an energy field created by all living things". Il s'agit là d'un élément spécifique à la saga STAR WARS et qui la distingue des autres univers de science-fiction futuristes. La présence de cette "énergie" est en effet une composante essentielle de la célèbre saga de space opera, que l'on ne pourrait imaginerait sans. Dans cet univers il est possible de canaliser cette énergie, de la sentir et de l'utiliser de bien des façons différentes (télékinésie, télépathie, éclairs de Force, visions, etc). On ne s'intéressera pas ici à la tentative de donner une définition à la Force, travail que d'autres ont déjà tenté de réaliser. Il s'agira plutôt de s'intéresser à un aspect fondamental de la Force : la distinction entre le côté lumineux et le côté obscur.

Il convient avant tout de préciser un certain cadre. Il y a quelques années le groupe Disney a racheté la saga STAR WARS et dans la foulée a décrété que tout ce qui constituait à l'époque "l'univers étendu" n'était alors plus considéré comme "canon". Mais votre serviteur a décidé qu'il n'en avait cure (n'en déplaise à certains) et de prendre en considération dans sa réflexion des éléments issus d'oeuvres telles que : "Knights of the old Republic", "Knights of the old Republic II the Sith Lords", "The old Republic : Revan", "Star Wars : The Old Republic" ou "The darth Bane trilogy : Dinasty of Evil". La liste est non exhaustive, mais vous l'aurez compris : que Disney ait dit ceci ou cela ne m'intéresse pas. Ce qui m'intéresse sont les idées développées dans ces oeuvres. Et il faut dire que l'ami Georges Lucas a su déchainer les passions littéraires en nous offrant cet univers aux multiples possibilités.

Maintenant que le cadre est établi, passons à la réflexion proprement dite. Dans la saga la Force est divisée en deux facettes, l'une lumineuse et l'autre obscure. La distinction est faite très tôt dans les films, Yoda mettant souvent Luke en garde contre l'obscurité, qui semble attractive et plus facile. Et il est alors aisé d'identifier des personnages comme Darth Vader et l'empereur Palpatine comme étant maléfiques, alors que Luke, Obi Wan et Yoda sont clairement des gentils. La seconde trilogie rajoute cependant plus de perspective à tout cela, puisqu'elle nous montre la chute dans les ténèbres d'Anakin Skywalker, alors que celui-ci ne voulait que faire le bien. La distinction entre lumière et ténèbres est donc plus floue, et si il est facile de dire si tel ou tel personnage est du côté lumineux ou du côté obscur, le moment exact de la chute d'Anakin est sujet à controverses. Est-ce le moment où il tranche la main de Mace Windu ? Le moment où il abat tout un clan Tusken ? Le moment où il assume sa passion pour Padmé ? Ou même avant tout cela ? La pente semble en fait être plus douce que ce que l'on pourrait croire.

Profitons ici de tordre le cou à une idée préconçue : Anakin était bien l'élu de la prophétie, mais il ne l'a pas réalisée. Certains pensent que le fait de rétablir l'équilibre dans la Force était justement de tuer les jedi, car ceux-ci étaient devenus bien trop nombreux par rapport aux Sith. L'explication ne me satisfait pas, car même si les jedi sont en effet plus nombreux, l'influence du côté obscur est claire dans la prélogie, et les évènements auraient pu se dérouler de la même façon sans Anakin. Cependant, dans le livre "Darth Plaguis", il est énoncé qu'Anakin aurait été conçu par les midichloriens (qui eux sont canons, peu importe que vous les aimiez ou non) en réponse aux manipulations du maître de Palpatine. Celui-ci, en manipulant les midichloriens de façon à pouvoir vaincre la mort elle-même, aurait causé le déséquilibre et ainsi la Force aurait réagi en créant Anakin, un être exceptionnellement doué dans la Force, et en le plaçant sur le chemin du Maître jedi Qui Gon Jin. Cette explication est plus satisfaisante car elle justifie la naissance d'Anakin à cet instant précis, alors que cela fait 1000 ans que les Sith se cachent, ce qui est bien long pour une réaction à un "trop plein" de jedi. Fermons ici cette parenthèse. Viennent se rajouter les différentes capacités des utilisateurs de la Force, et là encore la distinction est plus difficile que prévue. Que ce soit la télékinésie, la télépathie, le renforcement de leurs capacités physiques ou leur talent au sabre laser, les utilisateurs du côté lumineux et du côté obscur sont assez similaires. Le "manuel du jedi" nous enseigne même que les jedi savent parfaitement utiliser des éclairs de Force (du moins ceux qui en ont reçu l'enseignement), la technique étant par contre considérée comme interdite, réservée aux grands maîtres et utilisable seulement quand la situation l'impose. La question vers laquelle tous ces éléments tendent est la suivante : comment distinguer, chez un utilisateur de la Force, si celui-ci est affilié au côté lumineux ou au côté obscur.

Vous aurez remarqué que depuis le début je parle de jedi et de Sith sans forcément les affilier à une de ces facettes. Et cela n'est pas par hasard, car même si les jedi sont clairement affiliés au côté lumineux et les sith aux côté obscur, ils ne sont pas les seuls dans leurs catégories respectives. Mais pour la facilité de la réflexion nous allons nous intéresser principalement à ces deux ordres. Et commençons par le plus évident qui est l'ordre jedi. Gardiens de la paix, soldats de la justice, les jedi ont beaucoup d'appellations et existent depuis des millénaires. Ils ne sont pas les premiers utilisateurs de la force de la galaxie, mais sont certainement parmi ceux à avoir duré le plus longtemps. Ils sont associés au côté lumineux, l'ordre jedi oeuvrant pour la paix et la justice dans toute la galaxie. Le code jedi, enseigné à chaque nouvel initié dès son arrivée, est composé des mots suivants :

Il n'y a pas d'émotions, il n'y a que la paix.

Il n'y a pas d'ignorance, il n'y a que le savoir.

Il n'y a pas de passion, il n'y a que la sérénité.

Il n'y a pas de chaos, il n'y a que l'harmonie.

Il n'y a pas de mort, il n'y a que la Force.

Ce sont des mots puissants, qui sont emblématiques de la philosophie de l'ordre. Le premier vers notamment nous donne un aperçu de l'idéal vers lequel tendent les jedi : devenir des être capables de se libérer des émotions pour que leur jugement soit le plus impartial possible. Cela est repris par le troisième vers, qui est plus fort dans son approche de la chose. Les mots "émotion" et "passion" sont séparés, sans doute pour mettre en exergue le fait que même s'ils ont une origine commune, la passion est une émotion parmi tant d'autres. L'utilisation de ce terme "passion" permet également de mettre ce code en opposition avec le code Sith, que nous aborderons plus tard.

Le quatrième vers est plutôt ambigu, car il est nombre de choses que l'on peut considérer comme étant affiliées au "chaos". À priori le mot, plutôt fort, est volontairement utilisé par les maîtres pour montrer l'aspect intransigeant de la formation jedi. Plus simplement, on pourrait dire que ce quatrième vers signifie : "si ton esprit n'est pas en paix avec lui-même, si tu ne sais pas où tu en es dans ta vie, alors tu succombes au chaos, et tu t'éloignes de l'idéal jedi". La méditation, souvent pratiquée chez les jedi, est la mise en application de ce vers. Elle sert à se clarifier l'esprit, à mettre de l'ordre dans ses pensées et à calmer ses émotions, et les jedi estiment qu'il s'agit d'un aspect fondamental de leur compréhension de la Force.

Enfin, le dernier vers est certainement l'un des plus simples et des plus fondamentaux. Il s'agit d'abord d'enseigner que la Force permet de continuer d'exister, même après la mort. Dans les films, on voit Obi-Wan, Yoda et Anakin revenir en tant que "fantômes" de Force, ayant effectivement ignoré la mort pour continuer d'agir en ce monde. Pour autant ce vers peut aussi exprimer le fait que lorsqu'un jedi meurt, on dit qu'il "ne fait qu'un avec la Force", associant alors la mort à une étape supplémentaire du cycle de la vie. La Force donne alors la vie et la récupère au moment de la mort. Mais d'une façon plus pratique, on peut aussi voir ce vers comme une invitation à ne plus craindre la mort. Si la mort ne fait que nous ramener à la Force, alors elle n'est plus à craindre. Et comme le dit Yoda : "la peur est le chemin du côté obscur." Si la peur est vaincue, alors le jedi se protège contre la tentation du côté obscur.

Vous remarquerez que je n'ai pas encore parlé du second vers. Eh bien il s'agit du plus simple à expliquer selon moi, et les archives jedi en sont la mise en pratique. Il s'agit avant tout d'une invitation à comprendre, à analyser et à transmettre. Le savoir est une chose très importante dans l'ordre, et nombre de jedi se consacrent à la science ou à l'exploration. Il s'agit aussi d'une mise en opposition directe avec l'Eglise Chrétienne, car si celle-ci a longtemps dominé l'Europe, c'était souvent à coups de campagnes de désinformations, en diffamant ceux qui cherchaient à voir plus loin. Les jedi, malgré leur aspect sectaire, sont toujours attachés à la vérité, quelle qu'elle soit. Il n'est qu'un aspect sur lequel ils sont intransigeants : la conception de la Force, ou plutôt la conception de la Force telle qu'ils l'enseignent. Ce deuxième vers est là pour rappeler aux jedi que leur mission est de comprendre et d'apprendre avant de juger. Entre parenthèses, les sith accordent aussi une grande importance à la connaissance, la différence étant que chaque sith garde jalousement les secrets qu'il a acquis, alors qu'un jedi partage ce qu'il a appris.
Les jedi sont beaucoup de choses, mais ce sont avant tout des serviteurs de la lumière. Combattants aguerris, ambassadeurs, agents infiltrés, explorateurs, scientifiques, philosophes, chaque jedi sert la lumière à sa façon et du mieux qu'il peut. Ils sont déterminés à oeuvrer avant tout pour la paix, pour le bien et pour la justice. Il est de notoriété publique que les ambassadeurs jedi sont appréciés, d'une part parce que leur entraînement assure leur impartialité, et d'autre part parce que cela fait montre d'un certain prestige. Et malgré leur côté monacal, l'ordre jedi comprendra toujours des membres versés dans la science. Dans le jeu "Star Wars : the old republic", on voit par exemple certains jedi se lancer dans la réhabilitation d'une planète dévastée par la flotte sith. On est loin du stéréotype présenté dans la saga de Lucas, où l'ordre n'a alors qu'un rôle militaire au service de la république (mais avec une grosse dose d'indépendance). La variété est l'une des forces des jedi, et chaque membre apporte sa pierre à l'édifice.

Une autre de ces forces est l'entraide. Par définition un jedi ne sera jamais guidé par des motivations personnelles telles que l'ambition ou l'appât du gain. Il est donc très courant que les jedi s'aident les uns les autres pour le bien de tous. La rivalité n'étant pas bien vue au sein de l'ordre, étant considérée comme une source de conflits et non comme un moyen d'obtenir de meilleurs résultats, les membres de l'ordre se tournent volontiers vers les autres. La faiblesse n'est en rien un fardeau chez les jedi, car l'une de leurs philosophies est que chacun dispose de son champ de prédilection, et que l'on ne peut exceller partout.

Il n'est cependant pas toujours bon d'être jedi dans cette galaxie aux enjeux multiples et complexes. Certains les voient comme des êtres arrogants, persuadés que parce qu'ils peuvent faire bouger des objets par la pensée ils sont au-dessus des autres. La façon de s'exprimer de la plupart des jedi peut également énerver leur entourage, car ils peuvent alors passer pour des moralisateurs. D'autres enfin les voient comme des voleurs d'enfants, car généralement lorsqu'un jeune enfant dispose d'un potentiel suffisant dans la Force il est alors conduit au temple et ne verra plus jamais sa famille (nous reviendront sur ce point plus tard également). Et à cause du mythe qui les entoure, il est courant qu'un jedi déçoive ceux qui voyaient en lui la solution à tous leurs maux.

L'ordre dispose également de sa part d'ombre, si l'on peut dire. En premier lieux y entrer n'est pas simple, même si l'on dispose des qualités requises. Les initiés doivent se soumettre à une rigueur qui sied mal aux jeunes enfants, et le moindre faux pas peut être une raison de se faire expulser. De fait, tous les initiés ne deviennent pas des padawans, qui eux-mêmes ne deviennent pas tous des chevaliers. Ceux qui échouent restent généralement au sein de l'ordre, mais deviennent alors membres des corps utilitaires. La frustration de ne jamais pouvoir accéder au rang de chevalier jedi doit être réellement difficile à vivre, malgré leur entraînement. Un autre point sur lequel l'ordre a eu sa part de critiques internes concerne les relations amoureuses. De fait, la passion et l'attachement étant prohibés, car menant au côté obscur selon les anciens maîtres, il est généralement interdit à tout jedi d'entretenir une relation de ce type. Pourtant certaines exceptions existent, et toutes n'ont pas mal tournées. La position des maîtres est donc critiquable, mais le conseil a toujours rejeté toute tentative de changement. À l'inverse, certains jedi prennent leur crédo de lutte contre le côté obscur bien trop au sérieux, et se mettent à voir partout des signes de corruption. La maîtresse Atris, présente dans "Knights of the old Republic II" et dans "The old Republic : Revan" fait montre d'un comportement quasi extrémiste envers des personnages comme Meetra Surik et Revan, les accusant d'être affiliés au côté obscur et en refusant de voir les preuves allant contre ses allégations. Ce genre de comportement est certes occasionnel, son cas n'est pas isolé.

De plus, si on regarde l'ordre dans son ensemble, on se rend compte qu'il n'a guère évolué au cours des âges. Entre les évènements de l'époque de "The old republic" et de la saga cinématographique, les jedi obéissent aux mêmes codes, prêchent la même philosophie et se battent pour les mêmes causes. Certes, le monde autour d'eux ne semble pas avoir beaucoup changé non plus en 4000 ans, mais les faits sont tout de même là. Entre leur conception de la Force qui est restée identique, leur attachement aux mêmes valeurs et leur application stricte du code, les jedi sont peut-être un pilier de la république, mais un pilier qui repose sur des fondations vieillissantes.

Maintenant que nous avons été voir comment c'était dans la lumière, il est temps d'en sortir et d'aller visiter l'ombre. L'ordre sith nous a été présenté pour la première fois dans le film "Star Wars épisode I : la menace fantôme", qui est sois dit en passant considéré comme étant le pire film de la saga (avis que votre serviteur ne partage pas, bien au contraire, mais ce n'est pas le sujet). Ce film n'est pas avare d'informations sur le sujet : on y apprend l'existence de Darth Sidious, et surtout de la règle des deux, qui est un des piliers de la culture Sith depuis 1000 ans avant la bataille de Yavin. Mais commençons par le commencement. De même que les jedi, les sith ont un code, et celui-ci est tout aussi emblématique de la philosophie sith que son homologue lumineux :

La paix est un mensonge, il n'y a que la passion.

Par la passion j'obtiens la force.

Par la force j'obtiens le pouvoir.

Par le pouvoir j'obtiens la victoire.

Par la victoire je brise mes chaînes.

La Force me libèrera
.

Ce code est construit de la même façon que celui des jedi, mais en même temps de façon très différente. Le code jedi est structuré comme une liste, dont l'ordre des vers semble presque interchangeable. Il n'y a alors pas réellement de début ou de fin, et aucun des vers ne semble plus important qu'un autre ni dépendant d'un autre. Tout dans sa construction est fait pour faire ressentir l'harmonie et la sérénité, et de fait les mots sont écrits pour être prononcés calmement, presque comme une leçon (renforcé par l'emploie de la même formulation "il n'y a pas" au début de chaque vers). À l'inverse, le code sith est un crescendo, qui commence doucement et termine en une explosion, la proclamation de la liberté et de l'absence d'obéissance aux règles. Et les mots qu'il contient expriment la même chose.

Le premier vers est une sorte de réponse au code jedi. Les deux mettent en opposition paix et passion, mais les sith commencent dés le début par discréditer leur adversaire en utilisant le mot "mensonge". Et cette passion, si chère aux sith, est présentée comme étant la source de leur puissance. En menant à la force (avec un "f" minuscule), celle-ci menant au pouvoir, et ainsi de suite jusqu'à la rupture des chaînes, la passion permet de se "libérer", en l'occurrence des carcans imposés par l'environnement d'un sith sur lui-même. Mis ensemble ces vers sont la base du fonctionnement des sith, et on pourrait résumer leur idéologie en une phrase que ce code exprime en six : "si tu es assez puissant pour faire ce que tu veux, alors fais-le". Et pour revenir sur la construction, le code sith est fait pour être déclamé de plus en plus fort. Si vous l'énoncez à haute voix, vous verrez que votre ton montera au fur et à mesure, et vous en serez presque à crier que la Force vous libèrera. Ce cri est le cri de la liberté que chaque sith veut et doit pousser.

Les mots de ce code peuvent vouloir dire beaucoup de choses. La "force" évoquée au second paragraphe peut exprimer la maîtrise de la Force, ou encore la force physique, ou également un ascendant politique, etc, les possibilités sont nombreuses. Il s'agit en gros d'un avantage sur le reste du monde, un avantage qui mène directement au "pouvoir" du troisième paragraphe. Celui-ci n'est en fait que l'application de cette "force" pour obtenir la "victoire", et là encore il y a de nombreux types de victoires. La défaite d'un ennemi en combat singulier, l'éclosion d'une machination qui met à bas une faction adverse, et plus encore. Mais là où le code aurait pu s'arrêter à la victoire, il continue plus loin et passe d'abord par la rupture des "chaînes". Ces chaînes sont une métaphore de toute barrière qui aurait pu avoir été imposée au sith avant qu'il n'obtienne la fameuse "victoire". Ces barrière, chaque sith a comme devoir de les briser, et la plus évidente d'entre elles est bien sûr les autres sith, généralement leur maître. Lorsqu'un sith tue son maître en combat singulier, alors il a mis en application chaque vers du code sith et s'est réellement "libéré". Le dernier vers est une sorte d'hommage à la Force et à la liberté qu'elle permet d'obtenir, et là encore on peut mettre cela en opposition avec la philosophie des jedi qui eux sont là pour servir.

Mais il ne faut pas croire pour autant que les sith voient la Force comme un instrument, un outil, et rien d'autre. Il y a un grand respect de la Force dans l'idéologie sith. Après tout Darth Vader nous rappelle dés l'épisode 4 que "le pouvoir de détruire une planète n'est rien en comparaison de la Force". Mais ils voient la Force comme le don qui leur permet d'atteindre leurs rêves, de voir leurs plus grandes ambitions réalisées. Et c'est là qu'on atteint le coeur de la différence entre sith et jedi, car là où les jedi vont être tournés vers le reste du monde et être fondamentalement des altruistes, les sith vont être tournés vers eux-mêmes, sans regard pour le monde extérieur (on a tourné en rond autour de ce point jusqu'à maintenant et j'imagine que le lecteur voyait déjà où je voulais en venir).

Mais désormais il faut aussi faire un peu d'histoire, car contrairement aux jedi, les sith ont subi une évolution. Et cette évolution fut forcée, causée par la révélation de leur plus grand ennemi à l'un d'entre eux. Celui-ci comprit que la menace principale à laquelle les sith ont fait face depuis leur apparition n'était pas les jedi, la république ou autre chose dans ce genre, mais bien eux-mêmes. L'idéologie sith étant basée sur l'égoïsme, il est très courant de voir des sith comploter les uns contre les autres, surtout contre les plus puissants, car abattre un puissant seigneur ne peut apporter que du prestige. L'histoire des sith est pavée de trahisons, de complots et de combats internes, et il est admis que les sith n'ont jamais pu envahir la galaxie du temps de l'ancienne république autant grâce à la puissance des jedi qu'à cause de leurs luttes internes. Mais n'allez pas croire que comme les skavens de Warhammer Fantasy Battle (RIP) ils auraient pu dominer la galaxie s'ils s'étaient unis. Par définition les sith ne peuvent s'unir, car alors ce ne seraient plus des sith. Et pourtant ils l'ont tenté. Dans la trilogie "Dynasty of evil" relatant l'histoire de Darth Bane, on apprend que les sith se sont regroupés sous la bannière d'un certain Seigneur Kaan, qui créa la confrérie des ténèbres. La différence principale avec l'ordre sith est que ses membres sont considérés comme égaux, dans une tentative de copier ce qui fait la force des jedi. Mais ce fut un echec cuisant, Bane ayant compris que ce mode de fonctionnement verrait les faibles prendre un pouvoir qu'ils ne méritaient pas. Il causa alors la mort de tous les sith et créa la règle des deux. Après ce moment là il n'y eu plus que deux sith en même temps : un maître pour incarner le pouvoir, et un apprenti pour le convoiter. La victoire de l'apprenti sur le maître serait alors seulement possible si l'apprenti est devenu le plus fort. De cette façon, Bane initia une dynastie de sith qui devinrent de plus en plus puissants, aboutissant à Darth Sidious, l'un des sith les plus puissants et habiles de l'Histoire de la galaxie. Et sa victoire fut presque totale, les jedi étant quasiment tous tués et la république devenant un empire sous son règne.

Mais je vous vois venir, cher lecteur. Ne s'est-on pas un peu éloigné du sujet ? Après tout celui-ci était de tenter de définir la différence entre les côtés lumineux et obscur, et donc in extenso de tenter de définir le côté obscur. Mais j'y viens, doucement.

Car malgré tout ce que vous venez de lire, la différence entre jedi et sith peut être très floue. À l'image d'Anakin, certains jedi se sont laissé tenter par le côté obscur, et à l'inverse certains adeptes de l'ombre se sont tournés vers la lumière. Et je parle d'"adeptes de l'ombre" car certains utilisateurs du côté obscur ne sont pas des sith. L'un des exemples les plus parlants est Asajj Ventress, personnage de la série "clone wars" qui est au service du comte Dooku. Bien que se battant contre les jedi et utilisant le côté obscur de la Force, elle n'est pas une sith. Rappelons qu'à ce moment-là il n'y a que deux sith, et on les connait : Sidious est le maître et Dooku est l'apprenti. Ventress est ce que l'on pourrait appeler une "jedi noire", bien que ce terme s'applique plutôt aux jedi s'étant tournés vers le côté obscur (comme Pong Krell ou Sora Bulk). Mais la distinction avec les sith est claire : les sith sont un ordre, ils ont un crédo et une philosophie, ainsi que de vastes connaissances, et sont avant tout une structure. Ce n'est pas parce qu'un jedi tourne le dos à son ordre qu'il devient automatiquement un sith, et à l'inverse un sith repenti ne devient pas un jedi pour autant.

On pourrait faire la remarque qu'il y a bien plus de jedi se tournant vers le côté obscur que de sith qui rejoignent la lumière. L'explication est en réalité assez simple, et est notamment avancée par Revan dans le livre éponyme. Il est en effet bien plus simple de sombrer dans le côté obscur quand on a passé toute sa vie à ne pas profiter de celle-ci. Les jedi sont dés l'enfance maintenus en isolation complète du monde extérieur, afin que celui-ci ne vienne pas les soumettre à la tentation. Les plaisirs de la vie leurs sont interdits parce que ceux-ci pourraient, en cas d'excès, provoquer chez eux des tendances égoïstes et les rapprocher du côté obscur. Et essayez d'imaginer des jedi adolescents, en pleine puberté, à qui on interdit de sortir le soir et de fréquenter le sexe opposé. Et maintenant imaginez qu'ils découvrent pour la première fois l'alcool, les divertissements et l'amour. Comment ne pas céder ? Certes, certains jedi succombent pour d'autres raisons, mais la principale source de "trahison" est qu'enfin, ces jedi ont l'impression qu'on s'intéresse à eux en tant que personne. Et il est alors très difficile de retourner vers la lumière, car alors les autres jedi paraissent austères, insensibles et inhumains. C'est comme essayer de convaincre un adolescent moderne que si on lui interdit de sortir en semaine ce n'est pas pour l'embêter personnellement mais pour son bien, et que dans dix ans il se rendra compte que c'était une bonne idée. Certains comprendront, mais la plupart feront le mur. Mais d'autres jedi plus expérimentés, par exemple le comte Dooku, se tournent vers les ténèbres pour des raisons qui sont à la base bonnes, comme dans ce cas précis tenter de résoudre tous les problèmes de corruption politique au sein du sénat galactique. Certes, il a finit par devenir l'un des responsables d'une guerre qui a fait des milliards de morts, mais ses motivations étaient à la base altruistes.

Dans le cas d'un sith le problème est différent, car il faut arriver à l'ouvrir sur le monde extérieur pour qu'il retourne vers la lumière. En gros il est nécessaire de lui faire ressentir de la compassion, et c'est un exercice bien plus difficile que de soumettre un jedi à la tentation de profiter de la vie. Le fait que la pitié est le sentiment que les sith abhorrent par-dessus tout permet de comprendre pourquoi il y a bien peu de sith qui se repentent. Parmi les plus célèbres on ne citera pas Revan car la raison de son retour dans la lumière est plus une tricherie des jedi. Mais on peut mentionner Darth Vader dans l'épisode 6, ou Bastila dans "Knights of the old republic". Pour ma part j'ajouterai le seigneur Praven, personnage mineur de "The old republic", qui était un sith considérant l'honneur et la noblesse comme étant des vertus. Il finit par se rejoindre les jedi quand un chevalier le vainquit en combat singulier et refusa de le tuer.
Il y a une dualité intéressante qui apparait ici et que l'on retrouve dans beaucoup de concepts similaires. Comme nous l'enseigne l'introduction de Dark Souls ( \\[-|-]// ) la lumière et les ténèbres viennent ensemble. Il ne peut y avoir l'un sans l'autre, et dans le cas des jedi et des sith le cycle "s'auto alimente". Les jedi, de par leur vision restrictive de l'individu, provoquent eux-mêmes l'apparition de nouveaux sith, qui alors entreront dans le cycle autodestructeur de ces derniers. Ainsi la lumière nourrit l'ombre, qui en se détruisant elle-même permet à la lumière de ne pas se faire engloutir. La période du règne de Palpatine est donc très bien nommé "the Dark times", car durant cette époque la lumière a presque été éteinte.

La frontière entre jedi et sith est ténue sur un autre point important : l'amour. Etrangement, les deux ordres voient d'un très mauvais oeil ce sentiment profond que les poètes déclament depuis des siècles, mais pour des raisons bien différentes. Comme je l'ai dit, les jedi considèrent que l'amour provoque l'attachement, qui peut se mettre en-travers du chemin de l'impartialité. Les sith voient pour leur part l'amour comme un frein à l'ambition. Il est courant que des gens fassent des choses stupides "par amour", notamment se sacrifier (quel que soit le type de sacrifice), et c'est là la différence avec la "passion" prônée par les sith. Si l'amour peut entraîner la passion, elle-seule est entièrement tournée vers l'individu. Lorsqu'on fait quelque chose "par passion" c'est qu'il y a une notion de récompense à la clé qui justifie ces actions. Mais faire quelque chose "par amour" peut n'avoir comme seule récompense que la satisfaction d'avoir été là pour l'être aimé quand il en avait besoin. Et cela les sith ne peuvent le comprendre. On peut donc de facto éliminer l'amour comme élément permettant de différencier les jedi des sith, et par extension la lumière des ténèbres. Je fais le raccourci ici car je pense que l'amour fait se rapprocher de la frontière entre les deux, mais ne la fais pas franchir. Il s'agirait d'une émotion réservée aux "jedi gris", que l'on n'abordera pas ici.

Tout cela nous mène à tenter d'établir une distinction précise entre lumière et ténèbres. Si on essaye de résumer en regardant les choses dans leur ensemble : les jedi sont tournés vers l'absence d'émotion, vers la paix et vers la solidarité. Les sith sont tournés vers la liberté, vers la passion et vers eux-mêmes. Les jedi vont essayer d'œuvrer pour le bien commun alors que les sith vont uniquement se battre pour leur propre bien. Ma définition du côté obscur, qui arrive après 6 longues pages de développement (navré cher lecteur), est ainsi la suivante : "ne pas se soucier des conséquences en-dehors de celles qui me concernent". Je me refuse de croire que c'est plus compliqué que cela. Les jedi et les sith savent faire les mêmes choses, se battent de la même façon, mais là où les jedi seront toujours attachés à leur moralité, un véritable adepte du côté obscur n'accordera aucune pensée à ce que ses actions génèrent pour les autres si cela ne le concerne pas. L'utilisation ou non de la foudre, le fait de se nourrir des peurs de ses adversaires ou au contraire de s'en détacher, tout cela est basé sur la philosophie des deux ordres. Et ces philosophies découlent de cette définition simple et à la fois complexe de la distinction entre lumière et ténèbres. Tout l'enseignement des jedi est axé sur l'objectif d'être capable de distinguer ce qui est juste de ce qui ne l'est pas, sans s'encombrer de considérations personnelles. Ils agissent donc à l'opposé de cette définition de l'obscurité, car un jedi fera toujours passer les autres avant lui-même. Au contraire, un adepte du côté obscur commencera par se soucier de lui-même avant les autres, et plus il avancera sur ce chemin, moins les autres auront d'importance. On se rappelle de la façon dont Anakin traite Padmé sur Mustafar, lorsqu'il l'étrangle en pensant qu'elle lui a menti. Son égoïsme et sa colère sont donc plus forts que son amour, alors que dans l'épisode précédent il ne la rejoint pas lorsqu'elle tombe de la navette sur Geonosis, même s'il en a très envie. Son sens du devoir est alors plus fort que son amour. Si l'amour permet de repérer la frontière, alors on peut établir qu'Anakin la franchit entre ces instants des deux films.

Comme toute dissertation digne de ce nom (mais l'est-elle ?) ne peut pas se terminer sans une petite ouverture, essayons-nous à l'exercice. Ici nous avons survolé les philosophies et idéologies des ordres jedi et sith, mais il y a beaucoup plus de choses à dire et à interpréter. Il pourrait aussi être intéressant de se pencher sur ces mystérieux "jedi gris" que j'ai mentionné il y a quelques paragraphes. Ils sont présentés comme étant à la frontière des deux côtés de la Force, à l'équilibre, sans pencher d'un côté ou de l'autre. Mais le sont-ils réellement, ou comme leur nom permet de le supposer sont-ils plus proches des jedi que des sith ? La question reste en suspens.




_________________
 "Et quand les morts se lèvent, leurs tombeaux sont remplis par les vivants"  

Livre d'armée V8 : 7V/2N/2D

Le lien vers mon premier récit : l'Histoire de Van Orsicvun

Le lien vers mon second récit : la geste de Wilhelm Kruger tome 1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar






Comte de la Crypte 2014
Age : 27
Nombre de messages : 1074
Date d'inscription : 19/07/2010
Vainqueur de concours : Concours de texte

MessageSujet: Re: De la nature du côté obscur.   Sam 26 Mai 2018 - 0:08

Citation :
Anakin aurait été conçu par les midichloriens (qui eux sont canons, peu importe que vous les aimiez ou non)
la réponse qu'on ne voulait pas à la question que nous n'avons pas posés

Citation :
il est nombre de choses que l'on peut considérer comme étant affiliées au "chaos".
Tzeench powa.

Citation :
la lumière et les ténèbres viennent ensemble
le ying et le yang petit scarabé.

Et bieeeen... sa c'est fait. J'suis pas un expert de cet univers, mais c'est intéressant à lire tout ça. On découvre des choses. Tu as lut une partie/tout l'univers étendu ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vg11k.tumblr.com/

avatar





Seigneur vampire

Seigneur vampire
Age : 27
Nombre de messages : 2673
Expérience de jeu (CV) : Depuis Mai 2006
Date d'inscription : 24/05/2010

MessageSujet: Re: De la nature du côté obscur.   Sam 26 Mai 2018 - 1:18

@vg11k a écrit:
Tu as lut une partie/tout l'univers étendu ?
Une petite partie seulement, il est immense.

@vg11k a écrit:
c'est intéressant à lire tout ça
Merci Happy .

@vg11k a écrit:
la réponse qu'on ne voulait pas à la question que nous n'avons pas posés
Navré Blushing , c'est un point qui me semblait indispensable.

_________________
 "Et quand les morts se lèvent, leurs tombeaux sont remplis par les vivants"  

Livre d'armée V8 : 7V/2N/2D

Le lien vers mon premier récit : l'Histoire de Van Orsicvun

Le lien vers mon second récit : la geste de Wilhelm Kruger tome 1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé









MessageSujet: Re: De la nature du côté obscur.   

Revenir en haut Aller en bas
 
De la nature du côté obscur.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armées Comtes Vampires et mort-vivants :: 
Le Cimetière
 :: La Crypte
-
Sauter vers: