Armées Comtes Vampires et mort-vivants


 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Dessins, Récits et Curiosités diverses

Aller en bas 
AuteurMessage
vg11k
Comte de la Crypte 2014
avatar

Age : 26
Nombre de messages : 860
Date d'inscription : 19/07/2010
Vainqueur de concours : Concours de texte

MessageSujet: Dessins, Récits et Curiosités diverses   Jeu 26 Oct 2017 - 21:49

Je souhaitais initialement ouvrir ce nouveau topic pour partager des récits cours liés à mon "univers" warhammer, comme l'arc ayant introduit mon personnage de Carmen.




Cependant, depuis un mois mes écrits sont au point mort. Et pour cause, je réalise un challenge appelé "Inktober". Il consiste à, pendant tout le mois d'Octobre, réaliser un dessin par jour. Pour les puristes, le créateur de ce challenge fourni une liste de 31 mots, fixant les thèmes journaliers à respecter. Du coup, en plus des jeux vidéos et autres interférences avec mes écris, voilà un mois que je m'escrime chaque soir sur des feuilles de papier. Et plusieurs de mes dessins sont liés à Warhammer, ou du moins l'interprétation que j'en ai. C'est pourquoi j'ouvre sans plus attendre ce topic afin de vous partager mes esquisses Rolleyes

De plus j'ai commencé a effectuer des dessins digitaux à l'aide d'une tablette graphique. Du coup, lorsque l'inspiration sera là...

Mais, je ne consacrerais pas ce topic qu'à des dessins. Une fois mon arc actuel Feu et Sang terminé, je réaliserais comme je l'avais prévu initialement des récits et arc narratifs beaucoup plus cours que je regrouperais ici.




Également, je continue régulièrement à relire et traquer les vilaines fautes dans mes anciens récits, améliorant parfois une tournure ici et là. Toutefois je n'effectue ces corrections que sur mon site http://vg11k.tumblr.com/warhammer, gérer les multiples autres lieux où je les ai postés étant un travail assez fastidieux. Ils y sont également ordonnés dans l'ordre chronologique selon la timeline de cet univers, tout arcs confondus.



RIP



Sur ce, assez de pub.
Voici les trois dessins de ce Inktober 2017 que j'ai réalisés étant en lien avec Warhammer.

déplier:
 

Ainsi que deux dessins réalisés il y a plusieurs années. Le premier était un cadeau pour un camarade jouant Druchii et démonettes de Slaanesh, le second une inspiration soudaine sur 40k.

déplier:
 

Enfin, mon tout premier dessin digital. Soyez indulgent, j'apprends à m'en servir Mr. Green

déplier:
 


Dernière édition par vg11k le Jeu 25 Jan 2018 - 11:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vg11k.tumblr.com/
Von Essen
Collecteur de Sang
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 3699
Expérience de jeu (CV) : 5 ans
Date d'inscription : 22/12/2013

MessageSujet: Re: Dessins, Récits et Curiosités diverses   Dim 29 Oct 2017 - 15:49

Mon dessin préféré est sans doute le double-portrait de l'elfette druchii et de la démonette. Le trait est net et les formes gracieuses, les visages sont délicats et expressifs, les contrastes gris/blanc sont bien répartis. En somme, un beau bijou que tu nous révèles là Love

Le dessin digital est très bien géré au niveau des couleurs ! Le jour où tu parviens à appliquer les formes sur ton écran aussi bien que tu le fais à la fin, tes oeuvres seront sans doute saisissantes !

Pour les trois dessins de l'Inktober, déjà bravo pour l'inspiration et la volonté de tenir le rythme. Mon préféré est le deuxième : ce cyclope nurglien est terrifiant, l'aspect massif est bien rendu et la langue enroulée sur l'épée est un détail bien trouvé ! Je rajouterais une texture claire sur son ventre, tout blanc il perd un peu son côté "solide", notamment du fait que le 2nd plan est blanc aussi.
En ce qui concerne les deux autres dessins, tu gères vraiment bien les proportions du corps ! A mon humble avis, tu pourrais tenter de les faire un peu plus élancés, éventuellement un peu plus musclés, pour accentuer encore plus le physique d'un "guerrier adulte".

Citation :
Une fois mon arc actuel Feu et Sang terminé, je réaliserais comme je l'avais prévu initialement des récits et arc narratifs beaucoup plus cours que je regrouperais ici.
Fais donc, ça promet  Clap

_________________
L'eau, ça mouille. Et ça fait des vagues puis ça devient plat. Et on voit dedans comme dans une vitre. Et ça fait froid quand ça mouille.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vg11k
Comte de la Crypte 2014
avatar

Age : 26
Nombre de messages : 860
Date d'inscription : 19/07/2010
Vainqueur de concours : Concours de texte

MessageSujet: Re: Dessins, Récits et Curiosités diverses   Dim 29 Oct 2017 - 22:52

@Von Essen a écrit:
le double-portrait de l'elfette druchii et de la démonette
Content qu'il te plaise autant qu'à son actuel propriétaire Sourire

@Von Essen a écrit:
Le dessin digital est très bien géré au niveau des couleurs !
m'est avis que je n'en coloriserais pas beaucoup. C'est vraiiiiment chronophage la couleur :-s

@Von Essen a écrit:
bravo pour l'inspiration et la volonté de tenir le rythme
merci ! L'ayant réalisé avec une avance-tampon de deux jours (qui a parfois été réduite à 0) je viens tout juste de terminer le dernier. Dur dur...

pour le grand immonde, j'vais pas mentir j'avais un super modèle sur lequel me baser...
Spoiler:
 
pour les corps, c'est ironique que tu me conseilles de les faire plus élancés car j'ai justement tendance à les faire trop grand/musclés...

un dessin de plus arrive avec le thème de demain : trouvé (j'éditerais surement ici pour éviter le double post)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vg11k.tumblr.com/
vg11k
Comte de la Crypte 2014
avatar

Age : 26
Nombre de messages : 860
Date d'inscription : 19/07/2010
Vainqueur de concours : Concours de texte

MessageSujet: Re: Dessins, Récits et Curiosités diverses   Ven 3 Nov 2017 - 0:42

J'en suis à 2 edits du coup je me permet un double-post avant de les insérer à la chaine...

1) le dernier inktober lié à warhammer que j'ai évoqué à mon post précédent
dernier inktober:
 

2) petite digression dnd
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vg11k.tumblr.com/
vg11k
Comte de la Crypte 2014
avatar

Age : 26
Nombre de messages : 860
Date d'inscription : 19/07/2010
Vainqueur de concours : Concours de texte

MessageSujet: Re: Dessins, Récits et Curiosités diverses   Jeu 14 Déc 2017 - 22:26

Et c'est le triiiiiplééééééé

En prévision d'un futur tournois très particulier, j'ai commencé à rédiger une petite transition pour mes participants du tournoi de la Reiksguard. J'ai entamé un début d'esquisse de cette scène, cependant j'ignore si je la terminerais... 'verras.


Petit rappel sur mes différents personnages:
 



- M'est avis qu'elles n'auraient eu aucune chance de fonctionner sans mon intervention, souffla Jürger en s'essuyant le front.

Le visage maculé d'huile noire, il fit un pas en retrait et admira son travail. Par chance, Jeremy était un animal docile. Dagan avait su le dresser. Malgré le poids conséquent de l'appareil impérial et l'inconfort qu'il éprouvait probablement, la bête ne protestait pas. Récupérant un boulon dans sa poche, Jürger reprit ses efforts.

- Elles ne marcheront pas, estima leur nouveau compagnon avec un regard critique.
- Je te trouve bien pessimiste.

L'enfant haussa les épaules à la remarque du bretonnien. Assis en tailleur, il observait le manège des deux adultes pour harnacher la monture de Dagan. A ses côtés, la ménestrelle pinçait les cordes de son luth d'un air absent. Elle était elle aussi tournée vers eux sans pour autant les voir, ses doigts se promenant sur les cordes de l'instrument.

- Il suffit de le regarder.

Jürger jeta un regard noir au gamin aux yeux lumineux qui leva les mains au ciel en signe de reddition. Tout comme lui, ce gosse avait les yeux rouge sang. Mais si son apparence était due à son albinisme, il n'était dupe quant à celle de son interlocuteur. Cela n'aurait tenu qu'à lui, il l'aurait chassé, voire criblé de plomb. Mais Dagan étant... Dagan, il avait proposé au môme de les accompagner suite au tournois de la Reiksguard. Secouant la tête, il revint à ses moutons électriques.

Un ingénieur proche du tireur impérial leur avait parlé d'un futur événement de l'autre côté des monts gris. Le bretonnien avait d'abord été sceptique en l'écoutant. Revoir son pays et assister à une compétition l'enthousiasmait, mais sans plus : celle-ci était réservée aux montures volantes. Or ils n'en possédaient tout simplement pas. C'était sans compter sur l'ami de Jürger dont l'invention avait sut réveiller la soif de compétition du noble sans terres.

C'est ainsi que tout les quatre - cinq en incluant Jeremy- se retrouvaient à traverser les montagnes. Avec un cheval harnaché d'un prototype d'ailes mécaniques.
Voilà, avec ce câblage réorienté cela devrait...

Les pistons de l'appareil émirent un grincement qui firent sursauter les différents spectateurs. Jürger recula, n'osant plus rien toucher. Même Shannon sorti de sa torpeur lorsque, lentement, les membranes en feuilles d'aluminium se déployèrent. Réalisant que quelque chose de totalement contre-nature était sur le point de lui arriver, le destrier s'affola brusquement.

- Jeremy ! Non ! Calme ! s'écria Dagan qui se précipita vers lui comme il cabrait malgré le poids effarant qu'il avait sur le dos.

Ignorant la menace des sabots volant dangereusement près de sa tête, le bretonnien persévéra. S'il se roulait par terre pour se débarrasser du prototype, non seulement celui-ci serait réduit en miette, mais en plus son compagnon de toujours risquait de se blesser sur les armatures. Son poing se referma sur la longe de l'animal. De tout son poids il l'empêcha de cabrer à nouveau tout en lui prodiguant des paroles rassurantes.

Un souffle puissant vint lui fouetter le visage, l'obligeant à fermer les yeux. Malgré cela il ne céda pas. Jeremy avait retrouvé un calme relatif et il n'était pas question de le laisser paniquer.

- Là, là, tout doux, le rassura-t-il en lui flattant l'encolure.
- Da... Dagan... bégaya Shanon.

Celle-ci le dévisageait, bouche-bée. Suivant son regard, Dagan partagea sa stupeur. Avant qu'un sourire ne vienne illuminer son regard. Les grandes ailes mécaniques, modifiées par Jürger, fonctionnaient enfin. A chaque battement d'ailes, étonnamment silencieuses, une brassée d'air venait souffler ses cheveux en arrière et l'obliger à plisser le regard.

Mieux : faisant preuve d'un calme étonnant, Jeremy voyait ses sabots patiner dans le vide. Montant et redescendant à chaque brassement d'air. L'animal tourna un regard à la fois effrayé et emplit de confiance vers son maître qui se frotta le front contre lui.

- Tu l'as fait Jeremy, tu l'as fait ! Tu voles ! s'écria-t-il en riant.

Sans prévenir, une valve crachota et le mouvement lent s'arrêta, faisant retrouver le plancher des vaches à la monture. Celle-ci sembla un instant hagarde avant de se tourner à nouveau vers un Dagan euphorique.

- C'est... c'est absurde, balbutia l'enfant en se levant. Il ne devrait pas pouvoir quitter le sol. Ce canasson est trop lourd. Sans parler de cet harnachement de métal.
- Jeremy, tiqua Dagan.
- Quant à la vitesse où ce... ce truc bat des ailes... C'est impossible !
- Et pourtant, contra Jürger avec un grand sourire en venant inspecter l’œuvre des ingénieurs impériaux.
- Quelles sorcelleries sont à l’œuvre au sein de cet... artefact ? Questionna-t-il en se tournant vers l'artificier.

Celui-ci se contenta de hausser les épaules. Il était un arquebusier avec quelques notions de mécaniques, pas un fichu magicien. N'en démordant pas, l'enfant s'approcha et tendit la main vers le harnais. Il ferma les yeux.

- Qu'essais-tu de...
- Shh...

Dagan croisa les bras, étudiant la posture de l'enfant.

- Tu pratiques la magie ? grimaça le bretonnien.
- Peut-être, répondit le vampire avec un sourire énigmatique sans rouvrir les paupières.

Il baissa le bras après un moment, songeur. Cette chose de métal était décidément pleine de surprise.

- Alors ? lui demanda l'impérial.

L'enfant fit la moue. Il ressentait bel et bien une activité arcanique. Cependant, il était bien incapable de l'expliquer. Il était évident qu'elle permettait à l'ensemble de fonctionner. Sur un malentendu à priori. Mais cela fonctionnait. Comment en revanche... dans le doute, il se garda d'en dire plus. Lorgnant de côté, il changea de sujet.

- Mettons de côté le phénomène dont nous venons d'être témoins. Ne devriez-vous pas chevaucher un griffon plutôt qu'un pégase ? Il s'agit de votre emblème après tout.

Du pouce il désigna le bouclier écarlate de Dagan, posé dans un coin. Un griffon stylisé y était effectivement représenté sur fond rouge.

- Je n'ai jamais vu de griffon, sourit le chevalier qui échangea une poignée de main fraternelle avec Jürger. Il s'agit de mon ancêtre qui a obtenu ce blason. Il y a bien des siècles à Brionne ou Bordeleaux, père n'en était point sur.
- Brionne ou Bordeleaux, répéta le gosse avec un sourire songeur.
- Et cesse donc de nous vouvoyer. Même si tu refuses de nous indiquer ton nom, tu marches avec nous depuis une semaine désormais...

Il haussa les épaules.

- Comme tu voudras.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vg11k.tumblr.com/
Arcanide valtek
Seigneur vampire
Seigneur vampire
avatar

Age : 26
Nombre de messages : 2539
Expérience de jeu (CV) : Depuis Mai 2006
Date d'inscription : 24/05/2010

MessageSujet: Re: Dessins, Récits et Curiosités diverses   Ven 15 Déc 2017 - 8:46

Très bon texte, encore une fois. Ça fait plaisir de revoir Jürger, Dagan, Shannon et le gamin. L'alchimie qui lie ces personnages es palpable, et l'idée de faire voler ce cheval est très originale j'en conviens. M'est avis que l'ingénieur est plus mystérieux que prévu cela dit, parce que la magie est forcément impliquée Shifty .

J'ignorais que le fameux tournoi était en approche, à moins que cela ne soit du qu'au fait que nous en avons simplement parlé lors du précédent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vg11k
Comte de la Crypte 2014
avatar

Age : 26
Nombre de messages : 860
Date d'inscription : 19/07/2010
Vainqueur de concours : Concours de texte

MessageSujet: Re: Dessins, Récits et Curiosités diverses   Ven 15 Déc 2017 - 9:09

Merci

Moi aussi je m'impatientais de ressortir ces quatre lascars. Et a force d'en discuter sur le tchat j'ai eu un élan d'inspiration. S'aurait été dommage de ne le laisser retomber.

@Arcanide valtek a écrit:
l'idée de faire voler ce cheval est très originale j'en conviens
rendons à césar ce qui est à césar, l'idée initiale du prototype d'ailes mécaniques est de Hjalmar.

@Arcanide valtek a écrit:
J'ignorais que le fameux tournoi était en approche
pas pour tout de suite comme te le confirmera probablement Hjalmar. Il a d'autre projet sur le feu actuellement. Juste que moi je ne souhaitais pas attendre alors que mon texte était rédigé ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vg11k.tumblr.com/
Hjalmar Oksilden
Banshee
Banshee
avatar

Age : 23
Nombre de messages : 781
Expérience de jeu (CV) : Berserker de Khorne, ex-kurak et amateur de bon vins bretonniens
Date d'inscription : 15/08/2015

MessageSujet: Re: Dessins, Récits et Curiosités diverses   Ven 15 Déc 2017 - 20:58

Comme dit précédemment dans le chat, c'est une belle tournure que tu as donné à cette idée farfelue. Et en plus tu rajoutes un peu de mystère pour avoir de quoi développer, comme que c'est bien Sourire

Pour Arca', effectivement le tournoi ne sera pas pour de suite. Faute de situation professionnelle stable et d'un tournoi de trébuchet en préparation chez les bretonniens, je vais devoir attendre avant de me lancer. Mais il arrivera Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Von Essen
Collecteur de Sang
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 3699
Expérience de jeu (CV) : 5 ans
Date d'inscription : 22/12/2013

MessageSujet: Re: Dessins, Récits et Curiosités diverses   Jeu 25 Jan 2018 - 10:27

Un épisode très plaisant à découvrir ! J'apprécie tout particulièrement l'interaction entre le sire Dagan et son destrier Jérémy Clap

Je pressens déjà toute la beauté des descriptions de ses premiers vols, quand le tournoi arrivera Happy

_________________
L'eau, ça mouille. Et ça fait des vagues puis ça devient plat. Et on voit dedans comme dans une vitre. Et ça fait froid quand ça mouille.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vg11k
Comte de la Crypte 2014
avatar

Age : 26
Nombre de messages : 860
Date d'inscription : 19/07/2010
Vainqueur de concours : Concours de texte

MessageSujet: Re: Dessins, Récits et Curiosités diverses   Jeu 25 Jan 2018 - 11:23

Merci à tout les deux. J'm'efforcerais d'écrire la suite quand l'inspiration se présentera ;-)
J'avais commencé un dessin illustrant ces cinq personnages, si je le fini je le partagerais ici.

@Von Essen a écrit:
J'apprécie tout particulièrement l'interaction entre le sire Dagan et son destrier Jérémy
sa me touche que ces passages te plaisent car j'y ai apporté un soin tout particulier. N'étant pas fan de ces braves animaux plus que cela... ce n'est pas facile de décrire ce genre de relations Huh
Néanmoins, un chevalier bretonnien sans cheval n'en est pas vraiment un. Or là Jeremy prends un rôle central du coup il faut bien le mettre en avant.



Sinon n'ayant rien rédigé depuis un moment déjà, j'vais tout de même vous partager un texte qui commence à dater. Il n'est pas lié aux vampires et certains ici l'ont probablement déjà lut, mais je pense qu'il pourra quand même vous plaire.



Abandonnés des Cieux
Intro

Pas après pas, la douleur lui vrillait les côtes. Il progressa entre les imposantes colonnades, laissant une trainée écarlate dans son sillage. Lame ébréchée et sarbacane brisée tombèrent au sol. Toutes deux seraient inutiles désormais. Aucune menace ne viendrait à lui en ces lieux oubliés de toute manière.

Les bâtiments antiques défilaient autour de lui, désertés depuis des siècles et dévorés par la végétation. Péniblement il remonta les allées sans fin. Les ombres s’allongeaient mais il ne les craignait pas. Y aurait-il eu un ennemi, celui-ci n’aurait pu échapper à son regard. Mais Keg’zalt se savait seul. Seul depuis des siècles et jusqu’à la fin des temps.

Les bêtes sauvages n’osaient s’introduire dans la cité oubliée. A l’extérieur en revanche la mort était embusquée à chaque recoin. Sa blessure sanguinolente en témoignait. Las, il s’arrêta face à un édifice en particulier : le sentier tracé dans la végétation s’arrêtait au pied du mur, témoin silencieux de ses allées et venues régulières. Dans une niche en hauteur se trouvait son refuge. Doucement, il posa ses doigts sur la pierre et tenta de se hisser. La douleur traversa son corps, mais il passa outre et se hissa doucement. Ce n’est qu’après quelques mètres d’ascension que ses prises le trahirent. Il chuta et rebondit lourdement au sol, misérable. Ses doigts étaient poisseux d’humeur et ne collaient plus à la pierre. Il ne pourrait pas grimper à son refuge pour cette nuit. Cela n’avait pas d’importance. Il serait en sécurité dans les ruines de toute façon.

A bout de forces il déambula à travers les ruelles méconnaissables ayant cédé à la végétation depuis bien longtemps. C’est après un long moment, hagard, qu’il réalisa où ses pas l’avaient menés. Il se trouvait devant les anciens bassins, asséchés depuis longtemps. L’instant suivant il roulait par terre, s’abandonnant enfin à la fatigue.

Lentement, les étoiles défilèrent sous son regard. Keg’zalt aurait souhaité trouver le repos, pouvoir fermer les yeux et s’abandonner au sommeil. Ou même renoncer, définitivement. Mais malgré ses blessures, son corps s’acharnait à rester en vie. Malgré son épuisement, il ne pouvait fermer des paupières inexistantes. Malgré la douleur et la solitude, il ne pouvait verser de larme. Ne restaient que sa faim croissante et le rythme lent de sa respiration.

Alors que les deux lunes illuminaient son regard toujours attentif, il sentit le vent du nord se lever. Ce vent chaud et sec chargé de poussière qui venait dessécher ses écailles. Ce vent chaud qui lui porta le murmure d’un doux clapotis.

Keg’zalt mit un instant à réaliser que quelque chose clochait. Péniblement, il se tourna sur les coudes et releva la tête. Une souche imposante était tombée dans le creux il y a quelques décades. Et malgré celle-ci, malgré les pierres brisées et les herbes folles, une lueur bleutée émanait du bassin. Il sentit son cœur battre plus fort au creux de sa poitrine en se redressant, toute douleur envolée.

Une fine brume ondulait au-dessus de la surface tranquille. Le liquide diffusait cette douce lumière qui avait attiré son attention. Et, minuscules, de fragiles têtards se tortillaient devant le caméléon ébahi. Après plusieurs millénaires, le bassin de frai venait d’apporter la vie à une toute nouvelle génération. Keg’zalt n’était plus seul.







Question:
 




RIP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vg11k.tumblr.com/
Hjalmar Oksilden
Banshee
Banshee
avatar

Age : 23
Nombre de messages : 781
Expérience de jeu (CV) : Berserker de Khorne, ex-kurak et amateur de bon vins bretonniens
Date d'inscription : 15/08/2015

MessageSujet: Re: Dessins, Récits et Curiosités diverses   Jeu 25 Jan 2018 - 14:45

J'avais déjà lu ce petit récit sur le forum des hommes-lézards et je l'avais trouvé fort sympathique Smile D'autant plus que les pauvre sauriens sont rarement représentés dans des récits je trouve. La faute au peu de sources extérieures aux LA pour développer leur fluff je présume.

Rapport à ta question:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vg11k
Comte de la Crypte 2014
avatar

Age : 26
Nombre de messages : 860
Date d'inscription : 19/07/2010
Vainqueur de concours : Concours de texte

MessageSujet: Re: Dessins, Récits et Curiosités diverses   Jeu 25 Jan 2018 - 14:58

Pour les bassins dissociés yep j'étais au courant. Les saurus c'est dans les profondeurs des temples qu'ils naissent, alors que skinks/krokx c'est à l'air libre. C'est d'ailleurs un des arguments sur table pour justifier que les krokx et skinks peuvent aller une une même unité (frères de marre) mais peuvent pas se mêler aux saurus.

De mémoire, les skinks sont capable d'effectuer de vrais discours (pour des lézards) là où les saurus ont une centaine de mots de vocabulaire tout au plus. La majorité étant liés aux fonctions militaires ou martiales. Egalement, tout les HL partagent un langage corporel très riche, bien plus que verbal (j'incline la tête, je détourne le regard, j'expire lentement, je colore ma crête, j'ondule ma collerette, je fouette de la queue...). Pour le corporel pas de doute pour moi il n'y a pas besoin d'enseignement. Mais yep, les LA restent très vague concernant le verbal.


De mémoire (encore et toujours) les slanns de la cité où est issu Tentenhuin (j'ai perdu l'orthographe, mais le prophète du serpent) ont examinés ce qu'il s'est produit et conclus qu'il y avait un doute concernant l'interprétation céleste parlant du serpent. Et que vu la tournure des évènement, ce qu'ils avaient négligé (Sotek) serait en réalité un allié dont ils ont du coup autorisé le culte. Mais pas encouragé. Choix qui a ensuite été accepté par la généralité des slanns.


Pour digresser sur les bassins, perso je garde à l'esprit que ces spawns irréguliers sans reproduction quelconque c'est des cuves de clonages. C'est pas abordé en tant que tel car univers fantastique, mais entre ça et les rumeurs de pyramides/vaisseaux stellaires liées aux lézard... (confirmées dans EoT d'ailleurs. Ils ont poussés le délire mais aussi trahi ce qu'ils imaginaient concernant cette civilisation)


Notez que mes sources, c'est "de mémoire" d'après le web et des LA dont je ne connais pas les versions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vg11k.tumblr.com/
vg11k
Comte de la Crypte 2014
avatar

Age : 26
Nombre de messages : 860
Date d'inscription : 19/07/2010
Vainqueur de concours : Concours de texte

MessageSujet: Re: Dessins, Récits et Curiosités diverses   Lun 29 Jan 2018 - 17:11

Double post qui n'a strictement rien à voir avec l'histoire précédente. Quittons les lézards et revenons à notre bonne vieille sylvanie. Vers les années 1850 du calendrier impérial de tête. Fin' à l'époque où Manesh'k a rencontré sa dulcinée Carmen histoire d'être exact. Le récit qui suit se déroule pendant les mois trop courts qu'il a partagé avec elle. Cependant, vous pouvez découvrir ce récit même sans avoir lu le précédent (sur le forum http://whcv.forumactif.com/t3782p30-feu-et-sang#p107513 ou sur mon blog ici)

Sa fait un moment que ce texte traîne dans mes tiroirs. Je voulais me changer de Feu et Sang dont je n'arrive pas à m'avancer et j'avais cette idée de scenar one-shot, un peu creepy, qui me trottait. Du coup... ben le voila ^^

Aller bonne lecture  Rolleyes




Une histoire à Dol'Valhar




- As-tu entendu les bohèmes ?

Charles avait la mine soucieuse. Il posa le verre propre derrière le comptoir.

- Comment ne pas les entendre, répliqua la jeune femme en finissant de nettoyer la dernière table de l'auberge reconstruite.

Satisfaite, elle jeta finalement son torchon de l'autre côté du bar, puis vint s'y accouder.

- Combien ont-ils dit ?
- Il n'ont pas donné de chiffre exact, répondit-t-elle en inclinant la tête.

Elle plongea les mains dans ses longs cheveux détachés, plus noirs que l'encre. Et soupira après un instant.

- Enttäuschend, murmura-t-elle en rivant son regard contre la vitrine face à elle. Comment uns à uns une quinzaine d'enfants a pu disparaître sans laisser de traces...
- Des bêtes rôdent dans cette région, commença l'aubergiste.
- Ce n'est pas une bête, soupira Carmen en grimaçant. Les animaux ne frappent pas précisément tous les dix jours. Et des gobelins ne seraient pas passés inaperçus. Quant à un homme seul, il aurait été remarqué par les rondes qu'ils effectuent maintenant toutes les dix nuits...
- Je sais bien, ne put-il que lui concéder. Et pourtant... Pour que ces gens prennent la route de peur que leurs enfants disparaissent à leur tour...

Elle réprima un frisson rien que d'y songer. Si la poignée d'hommes du Comte sur place se révélaient incapable de mettre la main sur l'auteur de ces disparitions, les familles auraient tôt fait de déserter le village d'Enttäuschend. Comme ces bohèmes qui y résidaient une bonne partie de l'année. Et ensuite, qu'adviendrait-il ? Leur propre village, Dol'Valhar, était à peine plus grand et se trouvait à seulement une journée de carriole.

Charles vint la rejoindre de ce côté du comptoir. Il regardait la porte d'entrée donnant sur la nuit déjà bien avancée.

- Est-ce qu'il... tu sais...
- Il ne passe pas toutes les nuits à Dol'Valhar, le devança-t-elle. Régulièrement, il part vagabonder en forêt. Mais il ne me parle pas de ce qu'il y fait. Ni de son passé d'ailleurs...

Devant la mine soucieuse qu'il affichait, elle leva les yeux au ciel.

- Enfin, Charles ! Tu penses vraiment que Mandrak... qu'il pourrait avoir un lien avec ça ? Allons, c'est ridicule...
- Pourtant...
- Il nous a ramené cette nuit-là, lui rappela-t-elle en plantant son regard dans le sien. S'il ne l'avait pas fait, nous serions toutes mortes. Et ces monstres seraient ensuite certainement revenus jusqu'à ce que Dol'Valhar ne soit plus qu'un tas de cendre. De plus...

Elle fit quelques pas entre les tables. Puis pivota, paumes vers le plafond.

- Ne nous a-t-il pas aidé à tout reconstruire ici ? Dont ta propre auberge ?
- De nuit uniquement, lui fit remarquer Charles en soutenant difficilement son regard. Sans oublier son teint pâle, ses yeux écarlates... Et tu l'as vu tout comme moi à l’œuvre... il soulevait des rondins comme s'ils ne pesaient rien... Cette poutre, insista-t-il en désignant le madrier au-dessus d'eux. Je l'ai vu la supporter seul lorsque ton frère c'est cassé la figure. Et il ne m'a pas semblé éprouver le moindre problème à...
- Cela fait plus d'une dizaine qu'il n'a pas été vagabonder dans la nuit, le coupa-t-elle avec une mine peinée. Il était avec moi, je te le jure. Et tes propos me font de la peine...
- Je... tu en es certaine ? Insista-t-il, ne sachant plus que penser.
- Comment pourrais-je-me...

Elle s'interrompit en détournant le regard, rosissant soudain à vue d’œil. Elle se mordit la lèvre inférieure, ne sachant quoi ajouter de plus. Charles ouvrit lentement la bouche, prit au dépourvus. Puis agita la main autant pour lui signifier que cela n'avait pas d'importance que pour dissiper ce brusque malaise entre eux.

- Je devrais avoir honte de douter de moi, s'excusa-t-il. Nous nous connaissons depuis si longtemps... mais tant de choses ont changés depuis cette nuit...
- A qui le dis-tu, lui répliqua-t-elle en se reprenant. Entre les clients, Florion et lui... j'en voit de toutes les couleurs...

Charles prit place à une table, y posant les coudes, songeur.

- Ce n'est pas... Mandrak, déclara-t-il le regard vague. D'après ces voyageurs, la dernière disparition a eu lieu il y a huit jours...

Carmen garda le silence comme il levait les yeux vers elle. Elle eut un léger rire sans joie.

- Tu veux que je lui demander d'aller à Enttäuschend, devina-t-elle.

L'homme esquissa une moue gênée.

- Si ce n'est pas lui... je vois mal qui d'autre pourrait faire quelque chose. Les trois soulots du Comte qui y sont de faction sont des bons à rien et les villageois sont trop terrifiés pour faire plus que patrouiller eux-mêmes les rues ou s’enfermer. Pourtant cela n'aurait rien changé aux deux dernières fois...
- Soit, céda-t-elle en levant les bras en signe de reddition. Je lui en toucherais deux mots en rentrant.



*



Les deux lunes se faisaient discrètes ce soir-là. D'un pas nonchalant, Mandrak s'avança hors du sentier qui l'avait mené jusque-là. Il ne portait pas son armure mais un simple pourpoint et des vêtements légers. Tirant les mains de ses poches, il étudia l'édifice lui faisant face. Cette ruine différait des précédentes qu'il avait visité récemment : elle n'était justement pas en ruine. Contrairement à ce que lui avaient affirmés plusieurs personnes la veille au couchant.

Il croisa les bras, sceptique, mais s'approcha néanmoins. Il ne percevait pas un bruit à l'intérieur et ne distinguait nul signe de lumière derrière les volets clos. Le bois semblait entretenu. La porte et ses charnières récentes. Et nulle trace de mousse sur les pierres composant la structure.

Il soupira. Ce lieu était intriguant, mais ce n'était pas pour cela qu'il était venu. La demeure secondaire cachée de quelque nobliau n'était pas ses affaires. Les nuits étaient courtes en cette saison : il devait se hâter.

D'un pas rapide il entreprit de faire le tour du bâtiment, cherchant une quelconque trace de vie. Revenu devant l'entrée principale, il se fit une raison : le lieu était vide. Et pour cause, il ne percevait pas le moindre battement de cœur à l'intérieur. Mandrak approcha toutefois la porte épaisse. Le bois semblait juste verni et pas la moindre petite trace de rouille ne venait tacher les clous renforçant l'ensemble. Ce détail, ajouté à l'aspect immaculé du lieu, attisait sa curiosité. D'ailleurs, se fit-il la remarque, il n'avait pas vu une seule fenêtre dépourvue de barreaux en-dessous du second étage. Flambants neufs, eux aussi.

Définitivement, cet endroit était une énigme qu'il brûlait de résoudre. Il tourna la tête lorsqu'un rapace nocturne passa non loin avant de disparaître dans la nuit.

- Comme j'aimerais avoir ton don en ces moments, mon vieil ami...

Via sa connexion unique avec les oiseaux, Gilnash aurait tout de suite pu... La lumière se fit dans son esprit. Mais bien sûr, c'était pourtant évident. Quelque magie était à l’œuvre et justifiait la qualité de cet édifice. Fermant les yeux, il expira par réflexe afin de focaliser son attention. Lorsqu'il les rouvrit, c'est un regard nouveau qu'il posa sur l'endroit. Jaillissant du sol, d’épaisses volutes d'énergie imperceptibles à l’œil nu venaient tourbillonner autour des murs. Par quelque sorcellerie, cet endroit était abrité des ravages du temps. Et quelle énergie. Il resta coi de ne pas l'avoir ressentie plus tôt. A peu de choses près, il revivait sa découverte des vents dans la clairière aux dolmens de Loren...

Tendant le bras, il happa quelques brises pour son propre compte, les filaments intangibles venant s'enrouler autour de son poignet. D'un effort de volonté, il condensa cette énergie et d'un claquement de doigts produisit une flammèche. Euphorique, il la vit enfler sans efforts, devenant un brasier allant jusqu'à lécher les branches des arbres. Que cette sensation grisante lui avait manq...

Un cri aigu le tira brusquement de ses rêveries. Une voix d'enfant, assurément. D'un revers il dissipa les flammes avant de revenir à l'édifice. Il n'avait pas imaginé cette voix, même plongé dans sa fascination arcanique.

- C'est toute cette mélasse qui m'empêche de te discerner, devina-t-il à voix haute en étudiant la porte léchée par cette énergie qu'il ne pouvait justifier.

D'une main posée contre le bois, il fit pression pour la pousser en arrière. Mais malgré sa force insoupçonnée, elle demeura immobile. Pas même un grincement de protestation du bois malmené.

- Si c'est comme ça, grinça-t-il en perdant patience.

Il fit quelques pas en arrière pour prendre de l'élan. Et sans plus cacher sa véritable nature, le vampire effectua un bond vertigineux en direction des étages. Il passa à travers une fenêtre du second, brisant la vitre comme son volet dans une pluie de verre et d'échardes.

Mandrak traversa deux pièces à toute vitesse, guidé par les cris de panique allant croissant. Il déboula dans un grand salon donnant sur une autre pièce. Une cheminée éteinte lui faisait face et de grandes fenêtres éclairaient la pièce depuis la droite. Au centre un petit homme abasourdit le dévisageait tout comme un gamin d'une dizaine d'années un peu plus loin. Ce dernier était recroquevillé contre une commode à un mètre de l'homme, vêtu d'habits luxueux. Bien que la peur puisse se lire sur le visage de l'enfant, lui aussi était bouche-bé quant à l'interruption du mort-vivant.

En un battement de cœur, le vampire dominait le noble, l'épée antique brandie au-dessus de sa tête. Il trancha en deux le maître des lieux sans plus de cérémonie. Froidement, Manesh'k se redressa avant d'être à son tour prit au dépourvu. Les quelques cheveux épars de sa victime avaient été soufflé par le coup violent qu'il venait de réaliser. Mais loin d'être tranché en deux, l'individu était indemne. Pas le moindre saignement. Même ses habits n'avaient pas été affectés par le coup au chef du combattant. Il balbutia un instant de surprise avant de comprendre.

- Un spectre, murmura-t-il.

Lentement, un sourire s'étira sur la face du petit homme. Levant un bras, il balaya l'air comme on chasse un insecte importun. La bourrasque qu'il engendra propulsa le vampire à travers la pièce, l'envoyant se fracasser contre le mur opposé. Mandrak vint rebondir contre un mur avant de rouler douloureusement devant l'enfant paniqué. Mâchoire crispée, il se força à ignorer la douleur et se redressa sur les coudes. Puis il coula un regard de colère en direction du revenant. Son sourire continuait de s'élargir, allant d'une oreille à l'autre et témoignant d'une malice qui n'avait rien de naturelle. Une sensation pernicieuse le parcouru soudain. L'épée Lahmianne n'avait pas eu le moindre effet. Et ses compétences dans les arcanes nécromantiques ne lui permettraient pas de se débarrasser de cette créature. Malgré ses siècles d'errances et de combats, le jeune patrouilleur frontalier de Lahmia qu'il était se retrouvait ici impuissant.

Il réprima un frisson et secoua la tête, chassant ces doutes à l'aide d'une froide détermination. Ces pensées soudaines, cette peur viscérale qui se frayait brusquement un chemin dans son esprit... L'autre mort-vivant s'insinuait dans ses pensées. Il ne devait surtout pas y céder.

Se relevant sur un genou, il passa un bras autour de l'épaule de l'enfant paralysé par la peur.  Celui-ci poussa un cri et tenta de se débattre, mais lutter face à la force du vampire était vain. Un instant Manesh'k réalisa l'état dans lequel ce petit devait se trouver, si lui-même était à deux doigts de paniquer. Par le feu du dragon, d'où sortait ce spectre ?

- Je vais te sortir de là petit, déclara-t-il à haute voix autant pour le rassurer que pour se persuader lui-même.

Péniblement il se releva et remis son arme au fourreau. Elle ne lui servirait à rien. Il tendit les bras en direction de leur hôte toujours immobile. Il n'essaya même pas de prendre le contrôle de cet esprit : sur ce point les craintes qu'il lui avait instigué était fondées. Il n'en était tout bonnement pas capable. Dans un crépitement, des flammes apparurent dans les paumes de ses mains. Cet endroit était balayé par les vents de magie ? Qu'à cela ne tienne. Même ses maigres compétences actuelles suffiraient à réduire l'endroit en cendre dans ces conditions.

- Aqshy ! s'écria-t-il en prenant possession du torrent arcanique qui jaillissait en ce lieu.

Il libéra un déluge ardent qui envahit la pièce. La chaleur et les flammes lui dissimulèrent momentanément le revenant. Toutefois, il doutait que celui-ci soit réellement incommodé par la pièce transformée en brasier. Prenant le garçon contre lui, il lorgna rapidement les différentes issues. L'ouverture par laquelle il était entré, la baie vitrée en face d'eux et une porte sur leur gauche vers une nouvelle pièce. Le spectre leur barrait la route aux deux premiers.

Sans perdre une seconde de plus, Mandrak s'élança dans cette direction. Il ne prit pas la peine de l'ouvrir, jetant son épaule en avant. L'impact brutal contre ses hanches le prit de court. Il s'écroula avec un cri mêlé de douleur et de surprise. Recroquevillé sur lui-même, il parvint à discerner l'obstacle imprévu venu s'interposer : la commode. Elle venait de glisser latéralement sur plus d'un mètre pour leur barrer la route.

- Que...

Il n'eut le temps de poursuivre sa phrase. Une pièce de mobilier ardente vint s'écraser contre le vampire à terre. Le choc contre son bras et ses côtes déjà meurtries lui monta les larmes aux yeux. Et malgré la tourmente il devinait que le pire était encore à venir.

Prenant sur lui-même et serrant les dents à s'en briser les crocs, il roula de côté en emportant le gosse avec lui. L'instant suivant, deux bûches venues tout doit de l'âtre venaient rejoindre le fauteuil l'ayant écrasé plus tôt. Il fit un pas en direction de la baie vitrée, mais interrompit aussitôt sa course comme le lustre venait s'encastrer dans le parquet en lui frôlant les genoux.

Sans s'attarder il enjamba le plafonnier, tirant par le dos de son manteau rapiécé l'enfant tétanisé par cette scène irréelle. Il poursuivit sur sa lancée, soucieux de quitter cette demeure et son hôte intangible. Quelques enjambées seulement les séparaient des immenses fenêtres. Mais à peine eut-il fait un pas de plus que le sol se déroba sous ses pieds.

La carpette aux couleurs passées sur laquelle ils se trouvaient avait fusé dans la direction opposée à sa course. Il s'écrasa sur le parquet de tout son long en jurant, échappant le pauvre gamin.

Sonné, il se redressa une fois de plus sur les coudes, prêt à encaisser un nouveau projectile improvisé. Mais celui-ci ne vint pas. Le fantôme, nullement dérangé par la fournaise dont le vampire avait totalement abandonné le contrôle, les dévisageait de ses yeux vitreux. Il ne s'était pas défaussé de son sourire malsain, visiblement très amusé par les efforts du vampire.

Les fenêtres. Elles étaient à la fois si proche et si éloignées. Ils devaient les atteindre. Coûte que coûte. Tirant à nouveau le garçon contre lui, il lâcha un hoquet de surprise. Ce n'était plus l'enfant qu'il serrait contre sa poitrine mais l'occupant de cette sinistre demeure qui lui offrit son sourire le plus macabre. Avec un glapissement de surprise, Mandrak le repoussa. En vain : ses poignets passèrent à travers le corps immatériel. En désespoir de cause, il rampa en arrière pour s'éloigner du petit homme, s'éloignant de son échappatoire tant désiré.

Il avait perdu le môme. Cette chose jouait avec ses sens. Elle le manipulait comme un marionnettiste agite les fils de son pantin. Rien de ce qu'il voyait n'avait de sens, hormis les blessures qu'il accumulait au fil des secondes. A ce rythme-là il aurait succombé aux illusions et artifices de ce maudit spectre dans quelques minutes. Acculé, il s'adossa au mur et ferma les yeux.

Rien de ce qu'il voyait n'avait de sens. Il n'entendait que le crépitement de ses propres flammes. Ne sentait que poussière de ce lieu et la fumée de ses flammes. Le phantasme dans lequel il évoluait touchait ses cinq sens. Même les vents de magie qu'il discernait n'étaient que foutoir et il n'avait pas le temps de les démêler. Néanmoins... il restait un sens auquel il pouvait se fier. Un sens que son bourreau ne pouvait connaître et donc abuser : les battements affolés d'un petit cœur. Rapides. Précipités par la terreur. Mais réels. Juste là, de l'autre côté de la porte bloquée par la commode. Il les percevait avec toute la précision du prédateur ayant ferré sa proie. Par quelque artifice, l’esprit était parvenu à lui faire quitter la pièce !

- Tu abuses de mes sens et de ma patience, revenant ! s'écria-t-il avec irritation en rouvrant les yeux.

Visiblement amusé, l'autre inclina la tête sans se départir de son sourire morbide, s'étirant littéralement d'une oreille à l'autre.

A cours d'options, Mandrak expira lentement avant d'esquisser une grimace. Il rebroussa sa manche gauche avant de poser l'index sur une boursouflure au milieu de son poignet. Se forçant au calme, il ferma à nouveau les yeux et se détourna du spectre comme de l'enfant. Il n'y avait aucune échappatoire à ce traquenard. Nulles armes ou magies n'affectaient l'être immatériel.

Toutefois, le vampire possédait un dernier atout. Une carte que jamais il n'aurait imaginé utiliser dans ces conditions. Canalisant le vent noir avec précaution, Mandrak ouvrit un passage depuis l'excroissance lovée au creux de son bras.
Un grondement bestial résonna aussitôt dans la pièce comme la température, déjà basse malgré ses flammes, chutait de quelques degrés de plus. Il sentit un filet d'air repousser ses cheveux en arrière. Puis le parquet trembla sous un poids imposant. Un hoquet de surprise vint lui arracher un sourire de satisfaction comme il rouvrait les yeux.

Dominant le petit homme de toute sa hauteur, la créature conjurée était plus haute que le vampire lui-même. La tignasse immatérielle de l'homme éthéré fut projetée en arrière lorsque le monstre renâcla. Exactement comme lorsque Mandrak l'avait pourfendu en deux lors de son arrivée. Sauf qu'à présent le sourire suffisant de ce fantôme avait disparu, remplacé par une grimace d'effroi. Il faisait désormais face à un énorme reptile dressé sur deux pattes. Sa mâchoire garnie de crocs transparents s'abaissa à quelques centimètres de son visage.

- J'ai jadis effectué un voyage de l'autre côté de l'océan, commenta Manesh'k en se relevant tant bien que mal. J'y ai beaucoup perdu, mais je ne suis pas revenu les mains vides.

Ouvrant la gueule, le sang-froid spectral poussa un rugissement sauvage avant de happer le petit homme. Avec une furie animale, le monstre intangible secoua la tête de droite à gauche, déchirant les chairs immatérielles de sa victime. Mandrak eu la satisfaction de voir des projections de matières visqueuses à travers la pièce. Il saignait de l'ectoplasme. Sa monture lustrienne, habituellement incapable de toucher qui que ce soit d'autre que lui-même, pouvait blesser leur adversaire. D'un dernier mouvement de tête, elle projeta les restes du spectre qui volèrent à travers la pièce. Toutefois, Mandrak ne fut pas surpris de voir non pas un corps déchiqueté rouler au sol mais le petit homme dont les blessures avaient déjà disparues. Au détail près qu'il ne souriait plus et qu'une nouvelle émotion se lisait dans son regard jusque-là insondable. De la peur.

- Réduis-le en charpie.

Sans perdre un instant, il passa derrière le reptile qui se précipitait sur le fantôme avec un cri aigu. Sans effort, Mandrak envoya voler cette foutue commode. Et le coup de pied qu'il assena à la porte en fit trembler le chambranle. Le garçon se trouvait effectivement de ce côté du mur. Il posa sur le vampire un œil emplit de folie.  Ses joues étaient inondées de larmes, traçant de multiples sillons dans la suie dont il était maculé.

Mandrak s'agenouilla un instant à sa hauteur, prenant le temps de plonger son regard dans le sien. Avec intensité il déclara :

- N'ai plus peur et ai confiance en moi.

Aussitôt le visage du garçon se décrispa. Ses yeux s’agrandirent, subjugués par ces prunelles écarlates.

- Ecoute ma voix...

A aucun moment il ne sentit le sol disparaître sous ses pieds comme un brouillard cotonneux emplissait brusquement la limite de son champ de vision.

Le gamin sous le bras, Mandrak dévala quatre à quatre les marches d'un escalier donnant sur le vestibule du rez-de-chaussée. A l'étage, la bataille faisait rage, de la poussière tombant du plafond à chaque pas du reptile. Le vampire doutait sincèrement que le nauglir vienne à bout de leur hôte. Néanmoins, il leur faisait gagner un temps précieux. A
présent, le môme était en sécurité contre lui et leur agresseur occupé. La sortie leur tendait les bras. Main sur la poignée, il ouvrit grand la porte qui n'opposa aucune résistance. Néanmoins, il s'abstint de fuir dans la nuit. Il n'aurait probablement pas de meilleure chance de détruire ce monstre et revenir l'affronter une autre nuit sans l'effet de surprise ne l'enchantait guère.

Sans reposer l'enfant, Mandrak revint au centre de la pièce. Il était temps de se pencher sur la pagaille arcanique qu'était cette demeure. S'ouvrant aux vents, il retrouva dans son champ de vision les volutes d'énergies immatérielles qui se superposèrent à la réalité. Il discerna sans peine l'agitation engendrée par la conjuration de sa monture. Il l'ignora. Tout comme Aqshy et deux autres vents colorés dont il ignorait les noms. Ne restait que le vent sombre. Le vent des morts. Il tourbillonnait furieusement en direction du plafond tel un cordon ombilical... reliant le spectre dans ce monde ? Se pouvait-il que cet homme désincarné soit relié à cet endroit par une ancre spirituelle ?

Esquissant un sourire carnassier, Mandrak se détourna de la porte d'entrée. Il remonta à la place le courant arcanique jusqu'à un nouvel escalier. Il s'enfonçait dans les profondeurs du bâtiment, vers la cave. Sans hésiter, il plongea dans les ténèbres. L'enfant ne discernait probablement plus rien, mais c'était probablement pour le mieux. Le vampire y voyait comme en plein jour et même lui sentit son estomac protester. Les gosses disparut étaient là. Tous. Leurs corps méconnaissables, chacun mutilé de plus atroce manière que le précédent. Et au beau milieu de ce charnier, incrusté dans le sol par la poussière et la saleté, gisait les restes momifiés d'un individu de petite taille. Sans surprise, de ce cadavre jaillissait le flux arcanique qui disparaissait dans les étages.

Sans plus de cérémonie, Mandrak leva son bras libre et claqua des doigts. Aussitôt, une étincelle embrasa le corps ancien. D'une pensée, il attisa les flammes qu'il propagea rapidement aux restes des malheureux. Un repos qui ne serait jamais plus troublé était la seule chose qu'il pouvait leur offrir désormais.

Un hurlement résonna soudain dans les étages. Le fantôme jusque-là muet semblait avoir retrouvé la parole comme sa dépouille rôtissait face au vampire. Et tout aussi brusquement, le cri s'arrêta. Mandrak eut la satisfaction de voir les derniers filets de magie s'étioler sous ses yeux, consumé par Aqshy comme les restes l'étaient par ses flammes. Quel que soit la sorcellerie qui avait lié ce fou à cette demeure, il était parvenu à la dissiper.


*



Tenant la main du garçon, il s'abaissa une dernière fois à sa hauteur, captant son regard.

- Va, déclara-t-il avec douceur. Ta maison se trouve à quelques mètres. Retrouve tes parents, ils t'attendent. Et quoi qu'il arrive, souvient-toi : tu t'es perdu dans les bois. Tu as retrouvé ton chemin au clair de lune. Quant à la suie...

- ...j'ai trébuché sur les restes d'un feu de camp, répéta-t-il d'un ton monocorde.

Le vampire approuva d'un hochement de la tête. Le regard vague, l'enfant fit un premier pas maladroit. Puis marcha jusqu'à chez lui tel un automate, a peine conscient de ces propres mouvements.

Satisfait, Mandrak se releva. Au lever du jour, le petit n'aurait aucun souvenir de son aventure. C'était mieux ainsi. Ces pauvres gens n'avaient pas besoin de savoir quel mal se tapissait à quelques kilomètres de chez eux. Jusqu'à cette nuit.

Faisant demi-tour, il s'engagea tranquillement dans les ombres du sous-bois. L'imposante créature immatérielle leva le mufle en sa direction comme il approchait. Chose rare, il gratifia le reptile spectral d'une caresse sur le museau. Il lui devait une fière chandelle sur ce coup là.

- Plus qu'à reprendre la route de Dol'Valhar soupira-t-il.

Las, il se tourna vers le ciel obscur. Il discernait à peine les lunes avec la végétation au-dessus d'eux. Mais devinait l'heure avancée. Il ne serait pas de retour au village pour l'aube. Il lui faudrait passer le jour tapis dans les bois. Ses épaules s'affaissèrent lentement. Entre ses habits en lambeaux et maculés de suie ou le retard dont elle ne manquerait pas de s'inquiéter, il redoutait d'avance les reproches de Carmen...


RIP


Dernière édition par vg11k le Mer 31 Jan 2018 - 17:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vg11k.tumblr.com/
Hjalmar Oksilden
Banshee
Banshee
avatar

Age : 23
Nombre de messages : 781
Expérience de jeu (CV) : Berserker de Khorne, ex-kurak et amateur de bon vins bretonniens
Date d'inscription : 15/08/2015

MessageSujet: Re: Dessins, Récits et Curiosités diverses   Mar 30 Jan 2018 - 18:55

Un petit récit fort sympathique que voilà Sourire Cela me donne envie de me replonger dans Feu&Sang tiens, il me restait encore le dernier chapitre à lire si mes souvenirs sont bons.

Je tiens aussi à noter la façon dont tu décrit la magie et son utilisation. C'est d'une fluidité qui mérite le respect. Cool
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vg11k
Comte de la Crypte 2014
avatar

Age : 26
Nombre de messages : 860
Date d'inscription : 19/07/2010
Vainqueur de concours : Concours de texte

MessageSujet: Re: Dessins, Récits et Curiosités diverses   Mar 13 Fév 2018 - 14:24

Merci du com' Hjalmar Blushing


Retour chez les lézards. Je pensais avoir publié ce chapitre ici il y a longtemps mais ce n'est pas le cas. Du coup après ceci je crois que je n'ai plus rien en ligne qui n'ai été partagé sur ce forum.


Abandonnés des cieux
Chapitre 1


Porté par les courants aériens, il survolait l'imposant complexe dans en silence. En quelques instants il se retrouva au-dessus de son objectif dont la couleur tranchait avec les pierres alentours. Traversant son territoire de chasse, il avait remarqué l'apparition brutale de cette nouvelle mare. Ainsi que les proies facile qui y avaient déjà élu domicile. Rien ne pouvait échapper à son regard perçant, pas même la menaçante créature bipède qui rôdait en permanence près de celle-ci. Et celle-ci était justement absente en ce moment même. Comment refuser un tel festin, offert par la providence ?

Incurvant ses ailes volumineuses, il sentit le tapis d'air gonfler son plumage comme il amorçait sa descente. Tournoyant, attentif au moindre détail, il cherchait la bête si souvent vue dans cette partie de la forêt. Une bête solitaire, incapable de le suivre dans les airs. Mais son instinct lui intimait de ne pas s'y frotter. Prudence comme lâcheté étaient des concepts étranger au rapace dont les griffes se plantèrent dans l'écorce. En revanche, il savait se montrer opportuniste quand l'occasion se présentait. L'arbre où il venait de se poser plongeait dans la mare étonnamment fraîche à l'ombre d'une structure dévorée par les plantes grimpantes.

Une dernière fois, il balaya l'endroit de ses grands yeux jaunes. Le lieu était désert. Il était seul. Seul avec ses proies. Celles-ci se tortillaient sous la surface de l'eau. Inclinant la tête, il en estima la profondeur à présent qu'il avait osé s'en approcher. Et en conclut qu'elle était plus profonde qu'il ne s'y serait attendu, mais surtout, pas assez pour dissimuler un quelconque prédateur embusqué. Même si dans les profondeurs il pensait discerner… sous les remous causés par les gros têtards… Avide de découvrir un met inattendu, il approcha son bec de l'eau…

Un mouvement suspect le fit bondir de côté. L'instant suivant une douleur fulgurante lui traversa le poitrail. L’imposant rapace roula de côté en lâchant un cri assourdissant et dévala les quelques marches du bassin, bâtant des ailes pour se redresser. Bondissant du muret végétal surplombant ses protégés, le reptile aux écailles bigarrée se redressa en brandissant une seconde javeline. Bien que blessé, l'oiseau mesurait facilement deux fois la taille de Keg'zalt pour une envergure des plus impressionnantes. Et était doté d'ergots acérés. Tentant maladroitement de redécoller de battements d'ailes furieux, il fouetta l'air de ses pattes et essaya de taillader l'homme-caméléon. Mais celui-ci le prit de vitesse et chargea, bondissant au-dessus des serres tranchantes. La seconde javeline pénétra profondément l'épaule de l’intrus, un nouvel élan lui paralysant l'aile dans la foulée. Tout deux retombèrent sur le sol pavé dans un amas confus d'écailles et de plumes.

Quelques moments plus tard le calme était revenu sur les ruines. Péniblement, Keg'zalt se redressa. Ses doigts épais étaient encore fermement serrés sur les manches de ses armes. Il secoua la tête, puis abandonna là la dépouille de son ennemi. Malgré la plaie profonde à sa hanche, il se traîna sur trois pattes jusqu'au rebords du bassin. Impassible, il laissa toutefois transparaître son soulagement lorsque ses épaules s'affaissèrent. Ses protégés n'avaient rien.

Tournant son regard vers l'imposant rapace, il l'étudia longuement, mettant de côté la douleur lancinante qu'il éprouvait. Voila trois jours qu'il avait remarqué le manège du rapace géant. Après une première approche alors qu'il avait la négligence de consulter les autres bassins de la cité, il c'était contenté de survoler les lieux en planant très haut dans le ciel. Mais le regard de Keg'zalt ne cillait jamais, pas même au zénith. Et sa patience ne souffrait aucune rivale. Il avait attendu embusqué pendant toute une journée, accroché dans le lierre et imitant le motif complexe des entrelacs végétaux. Le reptile était parvenu à tromper les sens affûtés de l'oiseau. Et venait d'obtenir de quoi se sustenter pour les jours à venir.

Le caméléon l'ignorait, mais il était le doyen de toutes les créatures de la jungle. Et il pratiquait l'art de l'embuscade depuis sa prime jeunesse avec un talent perfectionné au fil des siècles.

L’astre brûlant poursuivait inlassablement sa course, jours après jours. Et malgré l’épreuve de la chaleur, Keg’zalt continuait à surveiller le bassin, attentif de l’aube au crépuscule. Et pourtant le nouveau jour trouvait le reptile éveillé. Toujours attentif. Il ne s’éclipsait plus depuis l'attaque une semaine plus tôt.


*


Depuis des milliers d’années, les bassins s’étaient taris, n’engendrant plus de nouveaux reptiles. Et, les siècles passant, tous ceux de la cité avaient trouvés la mort. Uns par uns. Jusqu’à ce que Keg’zalt ne finisse seul. Dernier survivant d’un monde révolu.

Mais l’espoir renaissait. Au fil des jours, il voyait les amphibiens grandir sous ses yeux, évoluant sous la surface de l'eau. Les plus téméraires venaient déjà happer au vol les libellules qui flânaient au bord de l'onde. Dans une lune à peine ils seraient assez grands et forts pour émerger.

Si le caméléon restait de longues heures immobile, son esprit lui bouillonnait. Quels étaient les projets des anciens disparus ? Pourquoi donner redonner vie à leur espèce éteinte ? Avaient-ils réellement anticipés qu’il serait seul pour accueillir cette nouvelle génération ? Serait-il capable de leur transmettre ses propres connaissances ? Encore eu-t-il fallut qu’il se rappelle comment communiquer. Il n’avait pas articulé un mot depuis plus d’un demi-millénaire. De plus… il était peut-être encore tôt pour se projeter dans l’avenir. Keg’zalt était âgé. Très âgé. Mais il avait des souvenirs très précis sur le sort à réserver aux portées difformes. Et si ses espoirs devaient n’être que des mirages, la lame ébréchée à son flanc ne lui ferait pas défaut.



*


- Elle existe ! S'écria-t-il.

Titubant d'émotion, la poignée de primates franchit les colonnades délimitant jadis les portes de la cité.

- Elle existe ! Elle existe elle existe elle existe ! J'vous l'avais bien dit bande d'idiots !

Et pour ponctuer sa déclaration, il alla embrasser le crâne dégarnit d'un de ses compagnons à bout de souffle. A la différence du reste du groupe, le spécimen le plus loquace n'était pas affublé d'un lourd paquetage et allait déjà s'aventurer dans les premières ruelles. Maugréant, les autres lui emboîtèrent péniblement le pas, dégoulinant de sueur en quittant la jungle étouffante.

- Suivre les dessins gravés sur le mur d'une ruine… tu parles d'une idée…

- Une idée à la con, surenchérit son voisin. Pourtant il a vu juste… et tu me doit trois pièces.

- J'ai l'air de les avoir sur moi ?

Alors que les sherpas suivaient leur ‘guide’, ils ne remarquèrent pas l'ombre toute proche glisser dans les fougères.

- C'est tout bonnement incroyable, poursuivit le premier primate. Quel genre d'homme a bien pu vivre dans un tel endroit ?

- Hey l'génie, et si tu arrêtais de baver sur ce que tu vois pour plutôt nous dégotter où on va récupérer d'l'or ?

- De l'or, oui oui de l'or… répéta le guide sans réellement l'écouter, ébloui par les baraquements dévorés par le lierre. Même après tant d'années ils résistent au ravages du temps, pensa-t-il à voix haute.

Exaspérés, les suivants déposèrent leurs paquetages à l'ombre d'une statue éboulée. D'un œil mauvais, le premier des trois larrons murmura en désignant l'illuminé du menton :

- Nikolas, tu crois pas qu'on devrait l'planter là ?

Ces deux complices échangèrent un regard étonné, puis lorgnèrent eux-aussi vers le quatrième de leur groupe.

- On s'est trimballés tout l'bardas pendant des semaines à travers la jungle pendant qu'y crapahutait devant. Dévorés par les moustiques, empêtrés dans les marais, a bouffer des saletés avariées…

- Bouffés par les sangsues… ajouta Nikolas en reniflant.

- Bouffés par les sangsues, acquiesça le premier en hochant la tête.

- Et aussi Aie !

Le-dis Nikolas se claqua le mollet en pestant. Mais le mal était fait et la piqûre lui brûlait déjà la peau.

- Foutu pays de mes deux !

Les quatre primates progressèrent dans les allées désertes de la cité. Sans remarquer l'ombre silencieuse qui longeait leur avancée.

- Deux pièces qu'on trouve de l'or avant ce soir ! relança l'un des porteurs en sortant d'une bâtisse vide.

- Tenu !

- Tu m'devras bientôt deux pièces de plus, ricana-t-il. Y'a de l'or dans cette ville. J'le sens. Et…

Il fit un bond en avant tout en poussant un glapissement minable. Les autres sursautèrent alors qu'il frottait vigoureusement son postérieur.

- Foutu moustiques ! s'écria-t-il. Comment un si petit truc peut-il faire aut…

S'arrêtant en pleine tirade, il se pencha pour ramasser par terre un petit objet. L'étudiant le nez collé à la main, il fronça les sourcils.

- Qu'est-ce ? s'étonna Nikolas en approchant.

Sans un mot, il lui montra ce qu'il tenait. Une petite aiguille. Un filet de sang était tracé sur sa paume par la pointe de celle-ci.

- C'est quoi ces conneries ?

- Un aiguillon, murmura le sherpa à calvitie. Un aiguillon…

Perdant toutes couleurs, il se rua sur son paquetage et s'empressa d'en tirer une machette. Il dégaina son arme devant ses compagnons, surpris par sa réaction, comme il scrutait les hauteurs des toits environnants.

- Allez repartons, déclara citadin d'un ton jovial. J'ai hâte de découvrir des…

- Silence ! ordonna Nikolas avec autorité. Vous…

Un hoquet l'interrompit à son tour. Tous se tournèrent vers lui alors qu'un nouveau haut-le-cœur lui agitait les épaules. Il s'appuya sur le mur proche pour conserver son équilibre, se cachant la bouche du dos de la main.

- Nikolas ? Sa…

Mais il tomba brusquement à genoux et laissa échapper une gerbe écarlate. Pris d'une violente quinte de toux, il se maintint un instant dans cette posture comme aucun n'osait l'approcher. Tétanisés. Puis ses inspirations devinrent un sifflement aigu comme il tentait de respirer. Mais un nouveau soubresaut l'agita, suivit d'une crise de vomissement supplémentaire. Il s'effondra enfin, tremblant quelques secondes avant de finalement s'immobiliser dans un dernier sifflement étouffé.

Paralysés par cette scène qui n'avait duré que quelques instants, les survivants échangèrent des regards paniqués. Blêmissant à vue d’œil, le sherpa tenant l'aiguillon le lâcha comme s'il venait d'être brûlé.

- Foutons le camp ! s'écria son camarade.

Toutefois, le primate qu'ils avaient guidé jusque là protesta vivement :

- Il n'en est pas question ! Nous sommes si près du but et nous…

Il fut happé en pleine protestation par un choc sourd qui le projeta en avant. Hébété, ses deux interlocuteurs le virent s'affaisser sans un bruit. Un long manche de bois lui traversait l'abdomen, la pointe acérée lui ressortant sous le torse de plus d'une dizaine de centimètres. Sans demander leur reste, les deux rescapés tournèrent les talons et fuirent dans la direction opposée.

Mais à peine une dizaine de minutes plus tard, l'un des sherpas fut à son tour pris d'une quinte de toux. Alors que son compagnon dégarni l'exhortait à continuer, il s'effondra et vida ses tripes. Jurant, il l'abandonna à son sort et prit ses jambes à son cou. Il ne savait pas qui les agressait. Il ne savait pas pourquoi. Mais il n'en avait cure. Il ne voulait que quitter cet endroit de cauchemar et retourner à la sécurité toute relative de la foret vierge.

A bout de souffle, il déboula à un embranchement et prit le temps de calmer sa respiration. S'essuyant le front dégoulinant de sueur, il parcouru les trois allées du regard. Mais aucun signe de leur invisible assaillant.

- Foutue cité, cracha-t-il en reculant pas à pas.

Un clapotis dans son dos le fit brusquement sursauter. Il fit volte-face et découvrit un bassin artificiel dans lequel gisait une souche imposante. Une brise rafraîchissante provenant de l'eau stagnante vint le cueillir au visage. Étonnamment, elle n'était pas verdâtre comme les marais tout autour, mais d'un bleu trouble où s'agitaient quelques ombres.

Un sifflement soudain trahi le projectile furtif. Il plongea en avant pour éviter la javeline qui passa au-dessus de lui. Recrachant une gorgée d'eau fraîche, il se redressa et secoua la tête. Prêt à bondir de côté, il parcourut les ruelles du regard. Mais toujours aucun signe de… lentement sa mâchoire s’abaissa lorsqu'une silhouette se détacha des pierres d'un mur face à lui. La couleur de ses écailles virait au vert foncé, plus clair sur l'abdomen. Un reptile bipède était pendu d'un bras à l'arrête du toit. Il se laissa tomber au sol, fixant le primate de ses yeux globuleux et dépourvus de paupières.

- Approche pas ! s'écria-t-il en menaçant l'étrange créature de sa machette. Approche pas ou je coupe en rondelles !

Enfoncé dans l'eau jusqu'aux hanches, il recula pas à pas pour s'éloigner du monstre ignorant ses menaces. Jusqu'à ce que son talon ne bute contre quelque chose qui reflua à son contact.

- Que…

Levant les bras, il réalisa finalement qu'il n'était pas seul dans le bain. Une multitude de créature se cachait sous la surface de l'eau. Il abattit son arme un grand coup, tentant de donner un coup de pied à l'une d'elle qu'il aperçut entre deux reflets de lumière. Malgré ses mouvements ralentis par l'eau, il parvint à toucher sa cible qui passa une seconde à la surface. Un autre reptile. Pas plus gros qu'un chiot.

- T'approches pas ! s'écria-t-il à nouveau en revenant au bipède, arrivé aux pierres délimitant son bassin. J'te coupe en rondelles !

Dos au muret opposé, il pointait son arme vers le caméléon immobile. Attentif. Le reptile avait remarqué le remous au pied du primate paniqué. Pas celui-ci.

Dans une grande éclaboussure, une forme sombre jaillit soudain de l'eau. Surpris, le dégarni ne put frapper cette nouvelle menace qui s'accrocha à son torse avant de peser de tout son poids. Il sentit plus qu'il ne vit la profonde griffure qui lui parcourut le visage du front au menton. Battant des bras, il s'effondra lentement contre la paroi comme un étau implacable se resserrait sur sa gorge. Il poussa un cri étranglé en disparaissant sous l'eau, entraîné par la bête moins pesante que lui mais faisant preuve d'une force prodigieuse.

Immobile, Keg'zalt observa les dernières bulles d'air remonter à la surface du bassin agité de derniers tourbillons qui se teintait de rouge. Il resta un long moment à méditer ce à quoi il venait d'assister.

Dans ce bassin ne venait pas seulement de renaître une génération d'homme-lézards. Un frère de couvée, bien plus puissant, se trouvait parmi eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vg11k.tumblr.com/
vg11k
Comte de la Crypte 2014
avatar

Age : 26
Nombre de messages : 860
Date d'inscription : 19/07/2010
Vainqueur de concours : Concours de texte

MessageSujet: Re: Dessins, Récits et Curiosités diverses   Sam 24 Fév 2018 - 18:42

Ptit dessin rapide (car je me suis basé sur le dessin d'un autre artiste dont je n'ai pas trouvé le nom) de mon farfadet ayant quitté loren. Le pauvre, je me suis rendu compte après publication que, dans mon dernier chapitre publié, je l'avais complétement oublié... promis petit farfadet, je te trouverais une place dans le dernier chap !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vg11k.tumblr.com/
Gromdal
Seigneur vampire
Seigneur vampire
avatar

Age : 21
Nombre de messages : 1883
Expérience de jeu (CV) : Les Vampires ? Très peu pour moi ! Les Nains, par contre... Depuis 2009, V7
Date d'inscription : 23/08/2014

MessageSujet: Re: Dessins, Récits et Curiosités diverses   Dim 25 Fév 2018 - 23:34

Et j'ai failli rater ça à cause de mes problèmes d'ordi !

J'suis bien content que ça ait pas été le cas, ton farfadet est absolument superbe, enfin selon les critères des farfadets WHB bien sûr. Happy Il a de sacrées proportions mais les formes sont très bien dosées et le tout rend très bien. Je note le travail de la texture, je trouve que c'est ce qui donne à la bête son côté beaucoup plus réaliste. Cool

Allez, pour y aller de ma petite remarque, il m'a l'air d'avoir beaucoup de poids dans son avant du corps pour ne pas pouvoir se passer de s'appuyer de ses (gros) bras à la manière d'un gorille pour tenir en équilibre. Happy

Et, pour ma curiosité, tu as fait ça sur palette graphique ?

Grom'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://karak-grom.webnode.fr/
vg11k
Comte de la Crypte 2014
avatar

Age : 26
Nombre de messages : 860
Date d'inscription : 19/07/2010
Vainqueur de concours : Concours de texte

MessageSujet: Re: Dessins, Récits et Curiosités diverses   Lun 26 Fév 2018 - 6:57

Pour la posture et les formes du corps, j'ai aucun mérite. J'ai pratiquement décalqué sur un vieux modèles de bête-hérisson qui me plaisait. J'ai juste refait le museaux et les 4 pattes.

Concernant le poids sur le haut du corps c'est volontaire. Je voulais une bête entre le hérisson et la grenouille avec une allure simiesque. Sans oublier qu'elle n'est pas sensée marcher : c'est une créature intangible cappable de flotter dans les airs. Et encore heureux vu ses pattes postérieures completement atrophiées.

Pour le matos j'ai en effet utilisé une palette de dessin, de categorie amateur (pas d'écran dessus donc je regarde mon ordi pour avoir un retour, pas de détecteur de pression pour nuancer le trait).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vg11k.tumblr.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dessins, Récits et Curiosités diverses   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dessins, Récits et Curiosités diverses
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dessins humoristiques
» chevalet a dessins? quel choix faire !
» Pour les dessins naïfs...
» [Revue] Revues diverses
» Quelques dessins [stylo] :). [Edit 01]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armées Comtes Vampires et mort-vivants :: 
La Bibliothèque
 :: Récits, Fanfics et Fanart
-
Sauter vers: