Armées Comtes Vampires et mort-vivants


 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Voyage à la Norse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hjalmar Oksilden
Banshee
Banshee
avatar

Age : 23
Nombre de messages : 720
Expérience de jeu (CV) : Berserker de Khorne, ex-kurak et amateur de bon vins bretonniens
Date d'inscription : 15/08/2015

MessageSujet: Voyage à la Norse   Lun 22 Aoû 2016 - 19:14

Le titre est probablement amené à changer, mais j'ai improvisé sur le coup Fou Sur ce, le texte :



     La Taverne de la Non-vie était en effervescence en ce soir d’été.
     Bon, il est vrai que cet état de fait était plus que normal pour la période. Après tout, les récits allaient bon train, on recevait les dernières nouvelles des tournois, la crypte s’était rouverte et avait ainsi rameuté bon nombre de clients… Clients qui lancèrent des débats enflammées (au propre comme au figuré) sur plusieurs nuitées d’ailleurs ! Mais revenons-en à l’effervescence susnommée qui, à vrai dire, était due à ces mêmes nouveaux clients. Non pas parce qu’il pourrait créer des troubles qui mettrait en péril la taverne. Non, cela était habituel, voire journalier.  Le problème était plus simple : plus il y a clients, plus la consommation augmente et plus les réserves s’amenuisent. Et les réserves, justement, s’amenuisaient un peu trop vite au goût du chroniqueur des Von Carstein.
     Cette nuit-là, Von Essen donc, regardait d’un œil inquiet les grandes caves de la taverne et leurs stocks notablement amoindris. La main sur le menton, il faisait les cent pas en comptant et triant les réserves.
     « Encore un voyage à prévoir… et tellement peu de temps à disposition, surtout en ce moment. »
     Von Essen retourna en soupirant dans la taverne - par le biais d’un moyen qui ne sera pas décrit car connu uniquement des tenanciers- et observa la salle d’un air distrait tout en tenant sa liste de courses. Il fut tiré de ses rêveries par une voix familière qui s’éleva du comptoir à côté de lui.
     « Je vois que tu prévois de renflouer les caves ! s’exclama Nyklaus en se relevant de ses parchemins. Si tu veux des tonneaux Von Essen, j'en ai trop dans mes réserves, avec tous les navires marchands qui sombrent, je sais plus quoi en faire...
     -Merci, mais je prévois de faire le voyage moi-même. C'est comme une cueillette de champignons dans la forêt : on s'y plaît tout du long et on ramène de quoi se régaler chez soi. »
     Après un rapide coup d’œil vers les inscriptions étranges écrites sur les parchemins de Nyklaus (ce qui lui donna quelques sueurs froides) Von Essen se retourna à demi vers la grande salle. Son regard épiant les moindres recoins à la recherche d’une certaine elfe… Mais sa quête d’un encas de luxe fut interrompue par une autre voix. Celle, franche et bourrue, du norse de service :
     « Eh ! Von Essen, si j’ai bien compris tu as besoin d’alcool ?
     -Eh bien oui, les…
     -Impeccable ! le coupa un Hjalmar jovial au possible. Si tu veux j’ai un moyen de te fournir de l’alcool norse et du bon qui plus est ! Tout droit de mon village natal !
     -Tu m’intéresses… »
     Le vampire se dirigea vers le nordique et se plaça à ses côtés. Il sortit une carte et entreprit de la déplier sur le comptoir tout en évitant les restes de liquide plus ou moins douteux.
     « Heu… Et pour mes approvisionnements Von Essen, t'en dis quoi ? » fit Nyklaus qui prit un air dépité alors que le norse et le vampire discutaillait du trajet à suivre :
     « Donc il faudrait aller jusqu’à la Talabec… - murmurait Von Essen en traçant au charbon de bois des lignes sur la carte. - Ensuite Talabheim, Altdorf, Marienburg et…
     -Mon village. Il est dans cette crique, c’est chez les Bjornlings - compléta Hjalmar.
     -D’accord… -une nouvelle croix apparu au niveau de la Norsca – Et on termine en revenant par Wurtbad, bien plus simple pour le retour.
     -Et ben ça ne me semble pas mal ! »
     Tandis que Hjalmar et Von Essen se réjouissait de la forme que prenait leur voyage, de son côté, Nyklaus sanglotait à côté du comptoir.
     « Personne ne veut de moi… »
     Le capitaine de la flotte maudite se recroquevillait lentement en position fœtale tandis que ses espoirs mouraient lentement… Jusqu’à ce que la main de Von Essen ne vienne lui tapoter dans le dos.
     « Évidemment que tu peux venir amiral ! » -en voyant le sourire radieux qui apparaissait sur le visage de Nyklaus, le chroniqueur leva néanmoins un doigt accusateur – « Mais à une condition ! Que tu nous laisse nous amuser avec… Disons, nos rencontres fortuites ?
     -Accordé ! s’exclama Nyklaus. »
     Les trois compagnons se levèrent du comptoir et entreprirent de préparer leurs affaires… Nous retrouvons donc Von Essen et Hjalmar quelques instants plus tard qui sortent de la taverne. Dans le ciel, ils purent apercevoir un gyrocoptère et un dragon qui volaient tranquillement vers le sud. Reconnaissant Gromdal et Gilgalad, Von Essen les salua du sol en leur souhaitant silencieusement bon voyage.
     « Bon, Hjalmar il va juste falloir attendre que Nyklaus en finisse avec ses papiers et on devrait être… Mais où est-il ? »
     En effet, le chroniqueur se retrouvait subitement seul devant l’entrée de la taverne. Le vampire tenta de retrouver le norse turbulent à l’aide de ses sens aiguisés.
     « Voyons…Croassement, non…Bruit de machine à vapeur ? Non, ça c’est Gromdal. Hmm… Non, cours d’eau… Hurlement de douleur dû à une carbonisation de membres ? Oui ça doit être le bon. »
     Tout en soupirant, Von Essen alla dans la direction où se trouvait l’échauffourée. En arrivant sur les lieux, il retrouva très vite le nordique. Ce dernier était au milieu d’une bande de goules et envoyait tantôt une hache, tantôt une épée, tantôt ses poings à droite et à gauche dans la masse de nécrophage. Le vampire allait dégainer pour aller aider Hjalmar dans son combat, mais en entendant son rire franc et sadique percer au milieu du carnage il se dit que ce n’était pas forcément la peine de se déranger finalement…
     « Hjalmar ! cria Von Essen.
     -Ouais ? lui répondit le norse en pourfendant une goule par le crâne.
     -Tu peux te balader, mais ne t’éloigne pas trop, il nous manque encore Nyklaus !
     -Pas de problème ! Je l’attends, là, justement !
     -En défénestrant des goules ? »
     Hjalmar esquiva une série de coups de griffes et envoya un uppercut qui brisa net la mâchoire de son adversaire.
     « J’avais besoin d’exercice… grogna-t-il avec un sourire en coin avant de repartir dans la mêlée. »
     Voyant qu’il serait difficile de raisonner le nordique, Von Essen ne se donna pas cette peine. Après tout, il n’irait nulle part pour le moment et Nyklaus semblait en avoir pour un moment…

     Après un petit quart d’heure à essayer de comprendre les arcanes maléfiques de l’arithmétique, Nyklaus Von Carstein émergea de la taverne avec tout son équipement. Il repéra immédiatement Von Essen sur une colline non loin, adossé à un rocher. En s’approchant du chroniqueur il lui lança :
     « Voilà ! Cela devrait être bon ! -Nyklaus avise la nouvellement nommée clairière du massacre- Mais qu’est-ce qu’il se passe ici ?
     -Oh rien, Hjalmar s’amusait en t’attendant. C’est plutôt divertissant à regarder en fait. »
     L’amiral resta circonspect devant la situation, mais il se laissa convaincre par le spectacle. Il faut dire que Hjalmar était passé maître dans l’art de la décapitation artistique (une discipline respectable mais malheureusement peu représentée). Quelques minutes plus tard, le nordique revint, en essuyant ses armes sur des bouts de tissus récupérés au passage.
     « Aaaah, ça fait du bien… -le norse enleva un bout de bras pourri qui pendait sur son épaulière- Ah bah t’es là Nyklaus ! Génial ! Bon, allons-y. »
     Et Hjalmar repartit en sifflotant vers le Nord, comme si de rien était.
     « Eh ben, ça va être exotique comme voyage, ironisa Von Essen. »
     Les deux vampires se regardèrent et rirent de bon cœur en suivant le norse qui avait pris un peu d’avance.

     La Talabec était non loin au nord. Elle prenait sa source dans les montagnes du bord du monde mais on pouvait trouver quelques bras de rivières qui serpentaient dans les collines du sud de l’Ostermark. Et c’était justement ces bras d’eau que le groupe cherchait. Nyklaus, marin dans l’âme, pouvait sentir de l’eau couler à plusieurs kilomètres s’il se concentrait, ce qui aida grandement le groupe pour se repérer.
     Alors qu’il était en chemin, ils traversèrent une petite forêt. Von Essen et Hjalmar discutaient encore des derniers détails du trajet et, en partie, des bienfaits ‘curatifs’ de l’alcool norse. Nyklaus se tenait légèrement devant, guidant ses camarades.
     « … certaines cuvées ont même des yeux de calamar à l’intérieur. Alors oui, ça parait bizarre, mais en fait ça donne un petit goût salé qui n’est pas mauvais.
     -Je me contenterais peut-être de la version habituelle pour commencer, dit Von Essen avec un air intéressé et dégouté à la fois. Et sinon Nyklaus, tu trouves le chemin ? »
     Nyklaus, justement, s’était arrêté de marcher et se tenait aux aguets, comme prêt à frapper. L’amiral était sûr d’avoir entendu un bruit venant des arbres alentours. Une mouette ? Non, impossible au vu de la distance avec la mer… Mais si c’en était une ? Nyklaus dégaina sa paire de pistolets avec la lueur pétillante de l’appétit dans les yeux. Oh, il se réjouissait déjà de faire goûter à Von Essen et Hjalmar sa recette de mouette braisée à la broche… Un craquement se fit entendre à sa gauche.
     « Je te tiens ! » cria brusquement Nyklaus qui déchargea ses pistolets à tout va dans la canopée.
     « Mais qu’est-ce que tu fabriques ! s’étonna Von Essen. Et… Vous n’avez pas entendu quelqu’un crier ? »
     En effet, après la pluie de plomb déchainé par Nyklaus, on entendit plusieurs cadavres tomber… Des cadavres humains dont un répurgateur.
     « Ah ?! Ben merdre, c’était pas prévu ça… - dit Nyklaus, abasourdi. Il se retourna alors vers ses compagnons. – Bon bah, au moins on ne se fera pas prendre en embuscade ! …Non ? »
     Hjalmar et Von Essen regardait Nyklaus avec un air excédé.
     « Nyklaus, on t’avait dit…
     -De nous laisser …
     -Nous amuser…
     -Avec nos proies ! »
     Dans leur indignation, le norse et le vampire ne remarquèrent même pas qu’ils avaient complétés la phrase de l’autre. Ce qui amusa Nyklaus mais pas les deux autres, qui, en voyant qu’il en rigolait, en prirent encore plus ombrage. S’ensuivit une suite de réprimandes pédagogues demandant à Nyklaus de se calmer sur la gâchette qui durèrent jusqu’à ce que Nyklaus s’exclame :
     « Attendez ! Nous ne sommes pas loin de la rivière !
     -Et alors ? grognèrent en cœur Hjalmar et Von Essen.
     -Eh bien, ces types doivent bien venir de quelque part ! Et donc leur barque ne doit pas être bien loin ! »
     Von Essen cligna des yeux le temps que sa colère passe. Une fois calmé, il pesta contre lui-même pour ne pas l’avoir remarqué plus tôt.
     « Bien joué amiral…. Mais tu me dois un repas !
     -Et un combat ! grogna Hjalmar dont la hache le démangeait.
     -Promis messieurs ! rigola Nyklaus. »
     Les trois compagnons trouvèrent la barque non loin comme l’avait dit Nyklaus. Il devait s’agir d’une énième expédition impériale anti-vampire comme tant d’autres, mais cela ils s’en fichaient pas mal. Ils avaient trouvé un moyen de transport et c’est tout ce qui comptait.  Les compagnons se mirent au travail et l’embarcation fila sur la rivière en deux temps, trois mouvements.
     « Eh bien ce n’est pas trop mal, ça ne vaut pas mes navires, mais ça fera l’affaire. Il y a même quelques bouteilles d’eau-de-vie ici ! dit Nyklaus.
     -Voilà une bonne nouvelle, ricana Von Essen.
     -Au fait, Von Essen ? Je peux mettre le répurgateur sur la proue ? Je suis sûr que ça rendrait très bien.
     -Nyklaus… L’idée est bonne c’est vrai… Mais non ! Nous devons être un minimum discret. »
     Pendant que Nyklaus tentait d’argumenter en faveur de sa nature morte, Hjalmar de son côté s’était accoudé au bastingage avec une bouteille d’eau-de-vie. Il fallait bien un petit apéritif avant de se mettre à s’entrainer, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gilgalad
Seigneur vampire
Seigneur vampire
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 3430
Expérience de jeu (CV) : On parle en Comtes Vampires ou du Curriculum Vitæ ?
Date d'inscription : 04/01/2013
Maître floodeur Maître floodeur

MessageSujet: Re: Voyage à la Norse   Lun 22 Aoû 2016 - 19:27

Bon, je vais entièremment commenter hors RP, n'ayant pas de corbeau à disposition Tongue (et ayant surtout la flemme de le faire et puis vous n'avez besoin de rien).

Le texte est vraiment très bon. Mais je suis étonné du peu de créatures que vous avez sur votre passage. Peut-être est-ce dû à la nature vampirique de Nyklaus (enfin presque) et de Von Essen (surtout).
Toutefois, il a un petit défaut, il est trop court je trouve Very Happy Et il n'y a pas assez de descriptions de décors et autres éléments autour des personnages. Par exemple, on ne sait pas comment est la forêt, comment est la barque, etc...

Enfin, je voudrais prendre la défense de ce pauvre Nyklaus. Comment pouvait-il savoir qu'il s'agissait d'un inquisiteur et de sa troupe Rolleyes Mais ce n'est pas une raison, je l'accorde Very Happy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hjalmar Oksilden
Banshee
Banshee
avatar

Age : 23
Nombre de messages : 720
Expérience de jeu (CV) : Berserker de Khorne, ex-kurak et amateur de bon vins bretonniens
Date d'inscription : 15/08/2015

MessageSujet: Re: Voyage à la Norse   Lun 22 Aoû 2016 - 19:31

Je suis plutôt d'accord avec ta critique. J'aurais pu être plus inspiré pour les descriptions, mais commencer une histoire (surtout avec des personnages appartenant à d'autres) n'est pas forcément facile pour moi et j'ai fait ce que j'ai pu.
Pour les bestioles... Ben la sylvanie est plutôt vide selon moi, c'est une terre quasiment morte après tout.

Je me rattraperais avec mon prochain texte Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gilgalad
Seigneur vampire
Seigneur vampire
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 3430
Expérience de jeu (CV) : On parle en Comtes Vampires ou du Curriculum Vitæ ?
Date d'inscription : 04/01/2013
Maître floodeur Maître floodeur

MessageSujet: Re: Voyage à la Norse   Lun 22 Aoû 2016 - 19:42

Hjalmar Oksilden a écrit:
Je suis plutôt d'accord avec ta critique. J'aurais pu être plus inspiré pour les descriptions, mais commencer une histoire (surtout avec des personnages appartenant à d'autres) n'est pas forcément facile pour moi et j'ai fait ce que j'ai pu.
Pour les bestioles... Ben la sylvanie est plutôt vide selon moi, c'est une terre quasiment morte après tout.
Je comprends tout-à-fait ton point de vue. Je suis d'accord aussi avec le fait que commencer un texte avec des personnages "appartenant" à des personnes IRL est souvent assez compliqué. Mais par exemple, tu peux leur demander si jamais tu as un doute quelque part. Ensuite, il y a quand même des bestioles. Certes, il n'y a pas forcément des animaux. Mais il y a quand même des chances de croiser des créatures mort-vivantes, surtout dans les bois et surtout si le bois est épais. Je parle de bois épais car il est dit qu'il y a un certain nombre de cadavres impériaux. Pour qu'ils ne soient pas repérés à la vue (pourtant perçante des vampires), il faut donc que la forêt soit assez épaisse. Et il peut alors y avoir un certain nombre de créatures "maléfiques", profitant de l'absence ou quasi-absence de lumière (si elles y sont sensibles).

Hjalmar Oksilden a écrit:
Je me rattraperais avec mon prochain texte Happy
Tu n'es pas obligé tu sais Smile C'était juste pour dire qu'à mon avis, c'était allé un peu vite. Mais, tout comme l'intégralité de mon commentaire précédent, cela n'engage que moi. Si les autres trouvent que c'est parfait, il n'y a pas besoin de te rattraper sur le prochain Very Happy Et je dis ça sérieusement Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gromdal
Seigneur vampire
Seigneur vampire
avatar

Age : 21
Nombre de messages : 1810
Expérience de jeu (CV) : Les Vampires ? Très peu pour moi ! Les Nains, par contre... Depuis 2009, V7
Date d'inscription : 23/08/2014

MessageSujet: Re: Voyage à la Norse   Mar 23 Aoû 2016 - 11:20

Lu ! Very Happy

Ça commence bien, votre voyage, dites-donc. Mr. Green

Comme le dit Gilgalad, quelques descriptions ne seraient pas de trop, surtout qu'autrement le texte est très bien, les actions se déroulent de façon bien fluides et c'est très agréable à lire. Smile

Si je n'avais qu'une chose à dire, c'est que j'attends la suite de pied ferme. Happy

Grom'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://karak-grom.webnode.fr/
ethgri wyrda
Comte de la crypte 2016
avatar

Age : 20
Nombre de messages : 929
Date d'inscription : 03/04/2015
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: Voyage à la Norse   Mar 23 Aoû 2016 - 12:21

isdem eadem, idem! la suite!

simple question, vu que c'est la première fois que je vois au jour le jour un récit roleplay sensé être suivit de la taverne, doit-on envoyer des lettres, des corbeaux, des mouettes et autres pour écrire ici, ou ce n'est pas nécessaire? ma préférence allant bien évidement aux piaffes. Happy

Citation :
C'est comme une cueillette de champignons dans la forêt : on s'y plaît tout du long et on ramène de quoi se régaler chez soi. »
yep! j'approuve IRL&RP! chanterelles powaaaaaaa!!!!!!! CHAMPIGNON POWAAAAAAAAAAAAAAAA!!!
*l'elfe part trouver un gobelin pour crier avec lui
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nyklaus von Carstein
Seigneur vampire
Seigneur vampire
avatar

Age : 19
Nombre de messages : 1832
Expérience de jeu (CV) : Aucun mais possède tous les LA. Joue Tyranides et Nécrons dans W40K et rois des tombes dans W B
Date d'inscription : 24/06/2014

MessageSujet: Re: Voyage à la Norse   Jeu 1 Sep 2016 - 12:56

@ Ethgri : De mémoire tu peux envoyer des piafs Smile !



Et voici la suite !


      Quelques jours passèrent durant lesquels la barque navigua sans encombre, Von Essen évoquant souvent à la mage elfe, Nannerl, au grand amusement de Nyklaus... Le fleuve devint cependant subitement plus important et le courant quelque peu plus puissant. La barque fut un peu secoué et, les trois compagnons de voyage s’accrochèrent chacun aux deux côtés de la barque tandis que Nyklaus jugeant suffisant de s’asseoir. Mal lui en prit car il fut éjecté par-dessus-bord lorsque la barque heurta un rocher juste sous la surface. Hjalmar et Von Essen regardèrent avec surprise Nyklaus sortir de l’eau et se rasseoir comme s’il ne c’était rien passé avant de se justifier par une phrase hésitante comme : « Les courants maritimes sont plus prévisibles », ce qui provoqua l’hilarité des deux autres… Seul cet événement marqua le voyage, même si Hjalmar tenta d’attraper des poissons à la main, que Nyklaus enleva lorsqu’il remarqua qu’une anguille électrique se rapprochait dangereusement de la main du Norse dans le but de manger ce bout de viande. Cette créature, ignorée de nombre marins et pêcheurs, possédait pourtant une décharge capable de paralyser un homme pendant un bon bout de temps, d’où la réaction de Nyklaus. Hjalmar réagit alors d’une manière improbable : il prit un poignard dont le manche était en métal et, d’un mouvement vif et précis, embrocha l’anguille qui libera alors toute l’énergie qu’elle avait accumulée… Les cheveux et les poils de Hjalmar se dressèrent avant que les extrémités ne grésillent. Il semblant pourtant encore conscient et, en réponse à l’ultime défi de la créature, il la mordit sauvagement à la tête avant de l’arracher avec les dents et de balancer la tête dans le fleuve. Hjalmar, ignorant son état, se retourna vers Nyklaus avant de l’empoigner et de lui crier : - - On avait dit QUOI Nyklaus ?

- Heu… Que je ne devais pas intervenir dans vos délires et vos combats ?

- Oui… Et qu’as-tu fais à l’instant ?, répliqua Hjalmar agacé.

- J’ai intervenu car je pensais qu’elle allait t’immobiliser, se défendit Nyklaus. D’ailleurs, comment as-tu fais pour résister à cela ?

- Ce frisson ? Bah, j’ai juste serré les dents… Mais laisse-moi sinon je te lance dans l’eau comme au début !, le visage de Hjalmar s’éclaira alors et tapa dans le dos de Nyklaus qui se demandait comment il allait finalement s’occuper.

Von Essen dut lire dans son esprit comme dans un livre ouvert car il lui tendit une feuille possédant des cases blanches et noires, certaines blanches possédant des flèches et des numéros qui correspondaient à des définitions.

- Ceci s’appelle des mots croisés mon cher Nyklaus, occupe-toi avec. Faisons une règle, préviens-nous juste si un danger est présent et laisse nous aviser si nous pensons avoir besoin de ton aide ou pas.

Nyklaus n’acquiesça que par réflexe, concentré sur ce passe-temps devant lui. Voici ce qu’il y avait comme définitions :

1. Pierre favorite des hommes-rats
2. Divinité particulièrement révérée parmi les peuplades de l'actuel Middenland.
3. Créature ailée utile dans la chasse.
4. Personne qui risque de finir sur un bûcher de répurgateur.
5. Édifice mortuaire.

Nyklaus réagit en lui lançant un regard noir, auquel Von Essen répondit par un sourire sarcastique.

Quelques minutes plus tard, les trois compères aperçurent l’entrée de Taalgaad, le port de Talabheim, représentée par une herse en fer rivetée dont la moitié était sous l’eau. La herse resta fermée malgré le fait que la barque soit toute proche. La réponse fut donnée et ce fut la preuve d’une uniformisation des populations… Un garde regardait Hjalmar avec un regard méfiant, l’arc tendu, la flèche encochée. Ce dernier lança alors d’une voix de ténor dans la direction opposée : « Viens donc voir Hans ! S’trouve que j’ai quequ’ chose d’intéressant sous mes mirettes ! ». Des pas se firent entendre sur de la pierre et un deuxième visage apparut de derrière le rempart : « Ah oui ! J’savais que le Chaos était fourbe mais c’est la première fois que j’vois qu’il peut être con ! Regarde la tête de c’te personne ! Que j’sois pendu si c’est pas un servant du Chaos ! Vas-y Robert, j’t’autorise à lui tirer d’ssus en premier et après tu descends les autres car sont surement en train de s’faire corrompre… Les cons » Et le dénommé Hans éclata alors de rien… Le reste se passa alors en une fraction de seconde. Robert tira la flèche, se dirigeant à toute vitesse tout droit vers le visage de Hjalmar. Ce dernier interposa sa hache entre la pointe de la flèche et son visage, la stoppant net. Durant ce laps de temps, Von Essen et Nyklaus se regardèrent, Nyklaus possédant un visage montrant son envie d’intervenir mais qui disparut lorsqu’il vit que Von Essen était déjà rentré en action. Ce dernier regardait fixement Robert et un duel de volonté était déjà engagé pour voir qui prendrait le dessus. Hjalmar quant à lui, prit une hache de lancer et s’apprêta à tuer le dénommé Hans en accumulant de la force en positionnant son bras en arrière. Au moment où la hache allait quitter la main de Hjalmar, Nyklaus l’attrapa et se mit à lui parler, laissant Von Essen tranquille :

- C’est pas toi qui me disais avec Von Essen que l’on devait rester discret ? Alors je te conseille de passer outre cette insulte. Concentre toi sur tes alliés et pas sur ces idiots sur le rempart. Tu n’es pas un homme de main du Chaos, tenta Nyklaus avant de sourire.

- Mouais… J’irais me défouler plus tard si je peux pas maintenant…, répondit Hjalmar déçu mais réalisant sa bêtise.



           Durant ce temps, Von Essen avait pris le contrôle du Robert et parlait doucement mais avec une voix plein d’autorité : « Tu es maintenant sous mon contrôle et tu vas m’obéir. Tu vas faire tomber ton ami dans le fleuve puis tu vas nous ouvrir la porte et ensuite oublier que tu nous as vus. Exécute mes ordres maintenant ! ». Robert fit alors le salut militaire à Von Essen et se tourna vers son camarade qui n’eut pas le temps de crier qu’il était déjà dans l’eau en train de se noyer. On entendit ensuite des bruits de pas descendre vers la herse et des engrenages s’actionner… La herse monta alors progressivement, alors que la barque avançait lentement. Lorsque les trois compères passèrent devant Robert, Hjalmar ne put s’empêcher de l’attraper au col avant de l’entrainer dans l’eau et de lui cracher au visage avant de lui dire « C’est pour l’insulte de tout à l’heure… Crom va te punir comme il faut en temps voulu ». Le soldat ne dit rien, encore sous hypnose (et heureusement) alors que la barque avança tandis que Hjalmar remettait sa chevelure et sa barbe dans leur état initial. Ils arrivèrent au port intérieur, laissa la barque près d’un quai P42 avant d’aller en ville chercher quelques éléments en vue de leur voyage, ce qui constituait en gros à de la nourriture pour Hjalmar à : de la boisson, encore de la boisson et un peu de nourriture… Nyklaus en profita alors pour trainer dans le port en vue d’attraper des mouettes ou autres volatiles marins dans le but de les contrôler par la magie et les envoyer à certains des membres de sa lignée dans le but d’avoir une aide future…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Von Essen
Collecteur de Sang
avatar

Age : 21
Nombre de messages : 3634
Expérience de jeu (CV) : 5 ans
Date d'inscription : 22/12/2013

MessageSujet: Re: Voyage à la Norse   Ven 9 Sep 2016 - 12:04

Et donc, pendant que le kage-bunshin de Von Essen vidait des tonneaux de sang à la taverne...


     Parvenus dans la soirée à la sortie de Taalgaad, le port de Talabheim, Hjalmar, Nyklaus et Von Essen étaient déterminés à passer tout aussi discrètement que précédemment. Les sentinelles en faction firent preuve d'un zèle louable, mais l'hypnose du chroniqueur fit de nouveau effet et sa victime s'empressa de lever la herse après avoir balancé son camarade dans le fleuve.
     Las, aucun des trois héros n'était au courant d'un récent couvre-feu imposé par les autorités du port : afin de lutter contre la contrebande, nul navire n'était autorisé à quitter l'endroit une fois la nuit tombée. Le grincement métallique de la herse ameuta deux patrouilles, et alors que la petite barque laissait le passage derrière elle, deux autres embarcations se mirent à sa poursuite.

     Quelques tirs dans le noir et des cris impérieux attestèrent des intentions musclées des représentants de la loi ; en guise de réponse, Hjalmar se mit debout et brandit bien haut sa hallebarde, envoyant des louanges aux dieux du chaos pour lui avoir ENFIN envoyé un combat.
     Calé au fond de leur barque, Von Essen se mit méthodiquement à charger son pistolet. Nyklaus, quant à lui, marmonna quelque sombres paroles : immédiatement, un requin d'ombre surgit dans les flots nocturnes.
     - Saute sur lui ! - indiqua l'amiral au guerrier norse.
     - Hein ?!
     Dans les ténèbres à s'en crever l'oeil, Hjalmar peinait à distinguer quoi que ce soit, et s'orientait surtout à l'ouïe.
     - Bref, saute et accroche-toi à ce que tu trouves !
     - D’accord !
     Quand les instructions étaient claires, il n’y avait pas lieu d’hésiter : le norse sauta et fut stupéfait d’être à moitié immergé, avant de sentir une violente poussée juste en dessous de lui. Son bras valide trouva une accroche sûre (l’aileron dorsal du poisson arcanique), et l’improbable cavalier s’élança à contre-courant.

     Nous prions nos aimables lecteurs de s’imaginer eux-mêmes de ce que peut faire un champion du chaos norse monté sur un requin avec une patrouille de pauvres arquebusiers impériaux.

     Par la suite, lorsque Nyklaus interrogea Von Essen sur les raisons qui le poussèrent à fermer les yeux sur une manœuvre si peu discrète, le chroniqueur lui répliqua que dans la nuit, tous les chats sont gris. On mettra le tout sur le compte de créatures chaotique… Et on n’aura pas tout à fait tort…

     Le port de Taalgaad était leur seule escale à même de barrer tout un fleuve : les autres bourgs n’étaient pas assez riches, et à Altdorf les flots atteignaient une telle largeur que nul n’avait encore songé à en faire quoi que ce soit. Des rumeurs de taverne avaient couru sur un mage du collège des cieux ayant proposé de construire un barrage sur le Reik pour en tirer… on ne savait trop quoi, les répurgateurs eurent tôt fait de s’intéresser à son cas, transformant les rumeurs en souvenirs.  

     Toujours est-il que les trois dangereux personnages furent deux-trois escales de ravitaillement sur leur route : Von Essen fut captivé par la vue d’une adorable demoiselle du nom de Cody, fille d’un marchand qui faisait également la traversée du pays par voie fluviale. Après qu’ils eurent dépassé le navire marchand, il insista d’attendre jusqu’à la nuit pour s’arrêter ; ses deux compagnons exigèrent sa parole d’honneur que ce serait son seul caprice jusqu’à Altdorf, et le chroniqueur obtempéra.
     Il ne leur raconta jamais comment, après avoir goûté le sang délicieux de la jouvencelle au short moulant, il échappa de justesse à un groupe d’aventuriers des plus chanceux et nigauds à la fois. Il ne leur raconta pas non plus comment, en voyant l’archère du groupe, il regretta sa promesse de ne déguster que Cody, et emporta le seul souvenir d’un cou comparable à celui de la poétesse Nannerl.

     Hjalmar, de prime abord ravivé par la glorieuse escarmouche de Taalgaad, fut de bonne humeur des jours durant. L’ennui le rattrapa finalement, et lors de leur escale pour acquérir quelques victuailles, le norse ne résista pas à l’envie de visiter la caserne locale, lançant un « KHORNE C’EST LE PLUS FORT ! » dès son entrée et traçant le symbole impie de son dieu sur le mur de la bâtisse. Avec son propre sang.
     Lorsque les soldats réagirent enfin, il les attendait avec un grand sourire. Lorsque Nyklaus le retrouva et l’attira tant bien que mal vers la sortie, il ne restait plus que les couards chanceux qui s’étaient dissimulés sous les couchettes de la caserne.

     Nyklaus von Carstein reçut sous peu un message concluant de ses hommes de main : Amenhotep tiendrait son navire au large des côtes du Pays perdu, non loin de Marienburg, et serait accompagné d’Euron le pirate revenant.
     Nullement excité par le soif de sang ni la soif de combat, l’amiral semblait l’antithèse de ses deux compagnons. A l’approche d’Altdorf, il impressionna le norse comme le vampire en invoquant un gigantesque et épais brouillard recouvrant la ville entière, condamnant les représentants de l’ordre à une dure journée de labeur contre tous les larcins qui allaient se faire à la faveur d’une telle purée de pois. Ils pouvaient ainsi passer sans encombre, mais c’était sans compter sur… une intervention divine.

     Pour une fois, les dieux du chaos tombèrent d’accord : il était hors de question que ces trois individus passent par la capitale des humains inaperçus. Tout bonnement impensable de laisser passer une occasion pareille.

     Alors qu’un régiment de hallebardiers encerclaient tant bien que mal une grande place marchande située au bord du Reik, le brouillard se dissipa brusquement, comme s’il n’avait jamais existé.
     La plupart des navires s’étaient immobilisés pour ne pas se heurter par accident, et la vue d’une petite barque avançant comme si de rien n’était attira plus d’un regard. Las, Trouptili le prêtre-guerrier de Sigmar était parmi ceux-là. La vue de deux individus étrangement vêtus accompagnés d’un hérétique du nord suffit pour piquer sa curiosité. Il les indiqua aux soldats les plus proches de lui, qui passèrent le mot aux autres.

     - Eh…
     - Lui, là, c’est le type qui s’appelle… Von Essen ! Celui qui a peint les portes de la ville en rouge et noir en laissant sa signature !
     - Hjalmar Oksilden ! La terreur d-d-des M-marches !
     - Hein ?!
     - C’est un FOU !!
     - Hérétiques !!
     - A mort !!!

     Nyklaus et Von Essen se regardèrent, médusés ; Hjalmar songea que pour une fois, les dieux mettaient son champion à rude épreuve…


Mr. Green

 




_________________
L'eau, ça mouille. Et ça fait des vagues puis ça devient plat. Et on voit dedans comme dans une vitre. Et ça fait froid quand ça mouille.

Spoiler:
 


Dernière édition par Von Essen le Ven 9 Sep 2016 - 12:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gilgalad
Seigneur vampire
Seigneur vampire
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 3430
Expérience de jeu (CV) : On parle en Comtes Vampires ou du Curriculum Vitæ ?
Date d'inscription : 04/01/2013
Maître floodeur Maître floodeur

MessageSujet: Re: Voyage à la Norse   Ven 9 Sep 2016 - 12:18

Dit, les aventuriers ne cherchaient pas un donjon par hasard ? Very Happy

Sinon, c'est très sympa comme suite Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hjalmar Oksilden
Banshee
Banshee
avatar

Age : 23
Nombre de messages : 720
Expérience de jeu (CV) : Berserker de Khorne, ex-kurak et amateur de bon vins bretonniens
Date d'inscription : 15/08/2015

MessageSujet: Re: Voyage à la Norse   Lun 31 Oct 2016 - 10:43

Mesdames, messieurs, la suite ! (oui enfin  Mr. Green )

******


   Devant un tel spectacle, Trouptili - dont le sang croyant venait de faire huit tours avec triple salto inversé - vida ses poumons pour hurler à tous les gardes, mages et répurgateurs de la ville que l’alerte était donnée. Une réaction plutôt compréhensible somme toute, mais, comme Trouptili n’était qu’un humain, ce n’est que le port de la rive nord de la capitale impériale qui fut alerté. C’est qu’elle est grande cette ville.
   Néanmoins, il ne fallut pas longtemps avant qu’un régiment entier de lanciers affecté au port ne prenne place aux abords de la rivière avec Trouptili en son centre. La garde fluviale ne se fit pas prier elle non plus et les bâtiments de guerre impériaux se mirent en branle pour viser l’embarcation au plus vite. Mais, malheureusement pour les canonniers qui était bien content d’avoir trouvé une cible en cette journée ennuyeuse, ladite embarcation s’arrêta sur-place et effectua un quart de tour impeccable vers la jetée de la rive nord. Leur cible s’approchant dangereusement des habitations, la marine ne put que grincer des dents et se décida à aller rejoindre les troupes au sol pour les aider tout en maintenant la pression pour les empêcher de repartir par le fleuve.
   Sur la rive d’ailleurs, quand les lanciers virent l’embarcation virer droit vers eux, plusieurs soldats pestèrent et resserrent leurs prises sur la hampe de leurs armes. Un combat difficile était en train de s’approcher dangereusement vite…
   « N’ayez crainte, braves hommes de l’empire ! Nous… Nous les vaincrons sans difficulté car Sigmar veille sur nous !... Enfin j’espère. »
   Alors qu’il terminait sa tirade, Trouptili, prêtre-guerrier depuis peu, vit sa foi et son courage fondre comme neige au soleil à la vue des monstres horrifiques qui leur fonçait dessus. C’est qu’il était devenu prêtre-guerrier par hasard après un malentendu et il n’avait donc pas reçut d’entrainement particulier. Ainsi, au début sa fonction lui avait donné un regain d’espoir quant à leur victoire. Mais maintenant qu’il y repensait, ça avait l’air mal barré.
   Le prêtre-guerrier regarda autour de lui pour voir si les hommes étaient dans le même état que lui – une retraite générale était encore possible après tout... Mais tous les lanciers semblaient revigorés par son discours et se mirent subitement à hurler des insultes à l’encontre des impies. Trouptili regarda à nouveau l’embarcation, puis ses hommes. Décidément, la chance ce n’était pas son truc.

   Sur l’embarcation, l’ambiance n’était pas aux chants de victoire non plus. Von Essen s’était posté à la proue et tentait de garder un air noble et impérieux tout en essayant de cacher son inquiétude. C’est qu’une cinquantaine de canons les visaient en ce moment-même ! Juste à côté de lui, Hjalmar rongeait son frein à force d’attendre. Le petit tour des dieux - il était maintenant habitué à reconnaître l’œuvre de ces quatre-là - lui permettait de se battre, mais ce n’était pas dans les meilleures conditions. Le norse détestait rester sur place à la merci d’ennemis inatteignables. Le plus vite ils débarqueraient, le mieux ce serait. Et derrière, à la barre, Nyklaus sifflotait, imperturbable.
   « Encore combien de temps ? grogna Hjalmar.
   -Hjalmar, la ferme, siffla Von Essen. Le plan dont nous avons convenu …
   -N’est qu’une fuite déguisée en stratégie, le coupa Hjalmar. Et j’ai horreur de fuir !
   -Si tu souhaites dire bonjour aux canons de la marine, à toi l’honneur ! Je préfère tenter ma chance au sol. De toute façon, le voyage doit être annulé. Arken m’a prévenu il y a peu que des affaires urgentes se tramaient à la taverne…
   -Moué, si tu le dis, grommela Hjalmar qui s’affaissa un peu sur la rambarde.
   -Relève-toi imbécile ! siffla Von Essen à nouveau à travers ses dents. De la prestance bon sang ! Il ne faut pas qu’il s’imagine que nous sommes faibles, montre que tu es plus dangereux qu’eux et la peur fera le reste ! Donc relève-toi et affiche ton plus beau sourire menaçant…
   -La peur ? Mais je n’ai pas envie qu’ils fuient moi ! »
   Von Essen et Hjalmar s’invectivèrent ainsi sur la marche à suivre pendant deux bonnes minutes. Du moins jusqu’à ce que Nyklaus émette un sifflement bref. Le vampire et le norse arrêtèrent leurs chamailleries et regardèrent derrière eux vers Nyklaus qui affichait une mine quelque peu fatiguée, voire blasée.
   « Dites… On est arrivé en fait. »
   Ils regardèrent derrière eux à nouveau pour se rendre compte qu’effectivement, sur le quai et à moins d’un mètre d’eux, une troupe impériale complète les observaient en chien de faïence avec une sorte de prêtre-guerrier rondouillard en tête. A la surprise générale, ce dernier réussit l’exploit d’essayer de briser le statu quo tout en ayant l’air de tenter un demi-tour brutal. Evidemment ces actions contradictoires n’eurent pas l’effet escompté et le résultat plus que comique fut que son coup de marteau fendit l’air misérablement et, à cause du poids et du placement hasardeux de ses pieds, le prêtre-guerrier perdit l’équilibre et tomba dans le fleuve tout en affichant une magnifique expression de terreur. Devant cette scène passablement gênante, il se passa quelques secondes durant lesquelles les deux camps en présence se demandèrent sérieusement s’il ne fallait pas tout recommencer depuis le début et oublier dans un coin de leur mémoire les évènements qui venaient de se produire.
   Mais c’était sans compter sur la formidable force de simplification du cerveau de Hjalmar Oksilden. Ce dernier avait une vision bien plus simple du monde qui se résumait par : « Un type qui brille en moins, dommage. Mais il y en a d’autres sur le ponton… » C’est donc avec un cri de guerre qui congela de peur la colonne des lanciers que le nordique s’élança dans la mêlée. Sa hallebarde s’embrasant de plus belle alors que les premiers lanciers tombaient sous les coups furieux du norse qui s’était retenu depuis bien trop longtemps. Von Essen soupira, dégaina son épée et invoqua une malédiction en s’engouffrant dans la brèche créée par le nordique.
   Il ne fallut pas longtemps au petit groupe pour se débarrasser du régiment de lancier qui prit ses jambes à son cou peu de temps après le début du combat. Alors qu’il achevait un impérial en fuite, Von Essen se retourna vers les deux autres membres de l’expédition et leur cria de se dépêcher. Ils devaient sortir de la ville au plus vite pour rejoindre une zone sûre. Mais au moment où ils allaient emprunter une rue, cette dernière et toutes les rues adjacentes se remplirent de soldats en tout genre. L’alerte avait enfin pu atteindre le reste de la ville et les renforts arrivaient.
   « Et merdre, jura Von Essen. Bon, nous sommes partis pour un autre tour alors… »

   Quelques minutes plus tard, l’escarmouche était devenue un champ de bataille en règle avec en son épicentre, trois figures qui se battaient rageusement pour survivre. Plus le temps passait et plus les troupes qui arrivaient étaient coriaces. Les lanciers étaient remplacés par des épéistes puis enfin par des joueurs d’épée et ainsi de suite… Les renforts impériaux s’organisèrent pour contenir la menace en attendant qu’une autorité plus compétente (ou plus destructrice) puisse prendre le relais et ils formèrent un mur de lames pour empêcher les trois compagnons d’avancer plus avant.
   La tactique de ces derniers constituait d’ailleurs à former littéralement un cercle de mort autour d’eux dont personne ne sortait en un seul morceau. Von Essen envoyait sort sur sort sur les assaillants pour diminuer leur moral en jouant avec leurs esprits faibles et créa ainsi des brèches utilisables par Hjalmar qui enfonçait leurs rangs avec sa subtilité tout personnelle. Le tout pendant que Nyklaus se baladait derrière eux tout en descendant un tireur posé sur un toit de temps en temps ou en assénant de formidables revers de la main qui déboitaient quelques vertèbres aux soldats assez fous pour s’approcher.
   Après plusieurs percées plus ou moins fructueuses, les trois compagnons s’arrêtèrent pour reprendre leur souffle. Mais c’est alors que Von Essen remarqua un comportement étrange chez leurs ennemis en regardant autour de lui.
   « Dites, ils n’attaquent plus là ? haleta Von Essen.
   -Allez ! Bougez-vos bandes de lâches ! cria Hjalmar avant de s’approcher de Von Essen. Ils m’énervent à nous esquiver…
   -Si je puis me permettre… commença Nyklaus.
   -Ah non ! Tu nous avais promis de ne pas intervenir ! dirent en chœur le vampire et le norse.
   -Mais c’est ce que je fais ! bouda momentanément Nyklaus.
   -Bon quoi alors ? demande Von Essen.
   -Il y a un truc qui fait un drôle de bruit dans les environs, bougonna Nyklaus.
   -De quoi tu… ? »
   La main de Hjalmar se posa sur l’épaule de Von Essen, le coupant dans sa phrase. Le vampire se retourna vers son compagnon norse et remarqua qu’il souriait à pleine dents en regardant au loin. Ce qui était mauvais signe d’habitude.
   C’est alors qu’il l’entendit. Le cliquetis. Le brouhaha de quelque chose de lourd et rapide sur les pavés. Le sol se mit à trembler légèrement alors qu’un bruit mécanique se laissait distinguer. Autour d’eux les Reiklanders se mirent à sourire à leur tour. Ça aussi c’était mauvais signe. Un passage se dégagea subitement dans une des rues alors que les soldats laissaient place à une forme massive et brinquebalante au bout du carrefour. Cette forme était celle d’un tank à vapeur pleinement fonctionnel équipé d’un canon chargé ainsi que d’une tourelle à vapeur. Et ce monstre constitué de plusieurs tonnes d’acier et de rouages leur fonçait dessus.
   Von Essen n’était pas du genre à s’effrayer, mais il devait bien admettre que sa main eu un tressautement incontrôlé quand il aperçut la machine impériale. Mais en bon vampire qu’il était, il redevint maître des émotions :
   « Bon… On peut se le faire ! »
   D’un geste impérieux, Von Essen lança un sort direct sur la machine. L’éclair violacé crépita dans sa main et fut propulsé à une vitesse impressionnante vers le tank… Pour ricocher misérablement et partir éclater sur un toit avoisinant. Nullement affecté, le tank répliqua par un bruit tonitruant qui provenait de son canon de front. Le boulet rasa le sol et frôla la tête du vampire de peu, lui ébouriffant sa coiffure au passage. Stoïque, Von Essen regarda derrière lui le petit cratère formé par le boulet et se retourna vers ses camarades.
   « Bon… On ne peut pas se le faire.
   -Pff, foutaises ! s’enorgueillit Hjalmar qui s’avançait déjà vers le tank qui accélérait au fond de la rue. Restez là si vous voulez, je m’en occupe !
   -Non, Hjalmar !! »
   Mais Nyklaus s’époumonait pour rien, le norse était déjà parti au triple galop pour aller rejoindre ses ancêtres apparemment. Hjalmar courut sur les pavés en zigzag de manière experte, évitant sans problème les tirs d’arbalète des multiples tireurs embusqués et taillant à travers les rangs d’épéistes. Complètement maître du terrain, Hjalmar atteint rapidement le tank et sauta pour s’accrocher sur son toit. Ce qu’il n’avait pas prévu, ce que l’artilleur avait déjà rechargé le canon de front.
   La détonation et le boulet qui suivirent fauchèrent Hjalmar en plein vol. Il parcouru la rue en sens inverse mais en volant cette fois-ci. Evidemment, la chute fut plus que brutale et Hjalmar atterrit devant Nyklaus et Von Essen dans un fracas d’armure, d’armes et de pavés. Les vampires se penchèrent à son chevet pour observer l’état du nordique qui semblait mort au dernier degré. Mais ce dernier, à leur grande surprise, avait survécu. Hjalmar grogna lourdement et se releva à moitié alors que le boulet précédemment logé sur son ventre tombait à côté de lui avec quelques éclairs bleutés, signe que les dieux du norse lui avait fait grâce d’un traitement intestinal plutôt radical. En revanche, s’il avait survécu au choc, Hjalmar n’avait clairement plus l’air en état de se battre. Il grognait en se tenant le flanc et peina à se remettre sur pied tout en s’appuyant sur sa hallebarde comme une canne.
   « Bon, cracha le norse. Je pense que… Arg… ça va pas le faire.
   -Sans blague ?! s’indigna Von Essen. »
   Le vampire remarqua du coin de l’œil que les troupes encore présentes s’avançaient lentement vers eux. Les impériaux avaient vu dans quel état était le nordique et l’avait interprété comme le signal de l’assaut final. Leur situation s’empirait et avec un tank à vapeur non loin, leurs minutes étaient comptées… Ils allaient devoir utiliser leur joker.
   « Nyklaus ?
   -Oui ?
   -Tu te rappelle de ce que l’on t’avait dit au début du voyage ?
   -Eh bien oui, ne pas intervenir.
   -Oublie ça. Maintenant. »
   L’amiral se retourna vers son congénère non-mort et arbora un sourire enfantin.
   « Vraiment ?
   -Oui ! s’écria Von Essen qui pressentait déjà le prochain boulet de canon. »
   Devant le silence qui se faisait pesant, les deux vampires regardèrent le norse qui était en piteux état.
   « Quoi ? répondit Hjalmar. Ah, oui c’est vrai… Ouais, tu peux y aller… »
   Le norse avait donné son accord à contrecœur mais cela Nyklaus s’en fichait. Il avait enfin le droit de s’amuser un peu.


   Dans un bâtiment autrement plus somptueux que le port de la ville, au dernier étage pour être précis, un homme grand au port impérial regardait la ville d’Altdorf depuis son balcon. Les mains dans le dos, par-dessus sa cape courte et son armure de plates finement ouvragée, il semblait concerné par l’échauffourée qui se déroulait en contrebas. L’homme avait ce type de regard qui embrasse le paysage comme s’il lui appartenait de droit. Et en même temps c’était le cas puisqu’il s’agissait de l’empereur.
   Karl Franz, donc, faisait jouer nerveusement ses doigts pour essayer de libérer un peu de sa frustration. Pourquoi ce spectacle ridicule n’avait-il pas été contenu et réglé depuis longtemps ? La garde de la ville était-elle si incompétente ? Quand tout sera fini, il enverra les responsables faire un stage de formation avec Kurt Hellborg, ça leur fera les bras à ces incapables…
L’empereur entendit le claquement de la porte derrière lui. Il jeta un regard par-dessus son épaule pour apercevoir qu’il s’agissait d’un de ses conseillers, un mage du collège lumineux pour être précis.
   « Que me vaut le plaisir ? déclara Karl Franz en reportant tranquillement son regard vers la ville.
   -Mon empereur, je viens vous demander, au nom des collèges de magie, que vous autorisiez l’utilisation de nos compétences pour annihiler pour de bon cette menace impie !
   -Impie ?
   -Deux vampires et un chaotique d’après les rapports. »
   Franz se retourna vers le mage, l’air surprit.
   « Un petit groupe fort étrange s’il en est… Peu importe, la garde finira bien par s’en débarrasser. J’ai déjà autorisé le déploiement du tank à vapeur de la ville. C’est déjà bien trop de moyens pour une si petite incursion. Mais il faut bien faire tourner la mécanique pour qu’elle ne… »
   Un bourdonnement bruyant dans l’air fit tourner la tête à Karl Franz qui reporta son attention vers le port. Ou plutôt vers ce qu’il devinait du port puisque ce dernier était en train de se faire submerger par le Reik qui serpentait en l’air hors de son lit.
   L’empereur resta de marbre devant le spectacle apocalyptique. Un homme de sa trempe n’était que rarement impressionné. Par contre, il était en colère. Très même que l’on ose souiller SA cité de la sorte. Karl Franz se retourna vers le mage avec sa contenance toute royale.
   « Envoyez les patriarches. Tous.
   -P…Pardon ?
   -J’ai dit… » -L’empereur de rapprocha du mage, le surplombant de sa taille - « …Tous. »
   Sur ce, l’empereur quitta ses quartiers au pas de course.

   Un message télépathique plus loin et les tours surplombant les différents collèges de magie se mirent à briller d’une lumière vive au couleur du vent de magie concerné.
   A vrai dire, les patriarches des collèges de magie n’aimaient pas travailler de concert, pas du tout même. Ils étaient incapables de faire un repas tous ensemble sans que cela ne dégénère en tir au pigeon explosif. Mais quand l’empereur ordonne, on obéit. C’est donc pour cela qu’un flux magique gigantesque convergea vers le port d’Altdorf, emprisonnant la rivière déchainée dans un cercle de matière éthérée. Une fois le contact établi, les patriarches surent dans l’instant que la tâche allait s’avérer difficile… mais pas insurmontable. Le dôme de magie se resserra sur la zone, lentement mais sûrement.


   Dans le port, Nyklaus se tenait les bras tendus au centre du tsunami apocalyptique qu’il était en train de déclencher. Lui, Hjalmar et Von Essen étaient à l’abri dans une bulle d’air inviolable alors que tout autour des torrents d’eau se déversaient sur les impériaux. Le tank à vapeur était le seul élément stable dans cet enfer marin mais son moteur maintenant noyé ne lui était plus d’aucune utilité.
   Un flash de lumière octarine emplit le ciel alors que la contre-attaque impériale venait contenir le carnage. Nyklaus trembla au moment du contact et on pouvait voir qu’il se concentrait d’autant plus pour garder le torrent en place.
   « Et maintenant ? cria Hjalmar pour tenter de se faire entendre à travers le vacarme.
   -On cours ! lui répondit Von Essen. »
   Nyklaus se mit à se déplacer au pas, les bras toujours tendus alors qu’il accomplissait l’exploit impensable de tenir tête aux patriarches des collèges de magie impériaux. Hjalmar et Von Essen se tenait juste derrière, accompagnant le vampire et protégeant ses arrières alors qu’il les ramenait vers l’ancien lit du Reik.
   « Mais on doit sortir de la ville ! Pas retournez sur la rivière ! cria Hjalmar.
   -Van…gheist ! hurla Nyklaus entre deux phases de transes magiques.
   -De quoi ?
   -Notre voie de sortie ! lui répondit Von Essen avec un sourire radieux. »
   Hjalmar allait demander aux vampires de s’expliquer un peu plus car il ne comprenait rien à la situation avant de se rendre compte qu’un nuage de brouillard épais, voire verdâtre était en train d’occuper les environs. Entre deux émanations de fumée, le nordique vit avec étonnement un navire rachitique, irradiant d’une lumière malsaine émerger d’un bras gesticulant du Reik. Le navire fantôme de Vangheist traversa les cieux comme s’il était sur une mer d’huile et se posa devant eux. Du bastingage, des morts-vivants firent signe aux vampires et au norse d’embarquer au plus vite.
   « La prochaine fois, prévenez-moi qu’on a ça en réserve, ricana Hjamar. »


Quelque part, dans un endroit impossible, Tzeentch regardait la scène avec un air dépité. C’est qu’il avait travaillé dur sur son sortilège de dissipation de brouillard et voilà qu’un autre arrivait ? Et celui-là ne voulait pas se dissiper en plus ! Oh, ils allaient voir ce qu’il en coûte de ruiner la soirée divination du dimanche d’un dieu du chaos…
Von Essen ? Nurgle va lui rendre une petite visite. Hm, c’est bien ça ? Oui…
Hjalmar ? Il allait faire tout ce qui était en son pouvoir pour qu’il n’affronte rien pendant… pendant une semaine !
Et Nyklaus ? Ah lui… Il lui réservait un sort bien particulier, mais en temps voulu…


   A peine étaient-ils arrivés sur le pont du navire que Nyklaus laissa échapper un cri sourd de douleur. Les patriarches étaient en train de gagner le combat de longue haleine. Aussi puissant que Nyklaus puisse être, ce genre de combat était perdu d’avance…
   Pour en rajouter une couche supplémentaire, un cri d’oiseau survitaminé et passablement mortel se fit entendre malgré le vacarme. Les passagers du navire regardèrent en l’air pour s’apercevoir que le propriétaire de la cité était en train de venir vers eux. Et il avait l’air énervé a vu de sa vitesse de pointe et de l’aura étincelante qu’il dégageait. Karl Franz et son griffon, donc, alternaient entre des tonneaux et autres loopings acrobatiques et se déplaçaient sans problème dans l’enfer aquatique. Rien n’arrêtait l’empereur, le brouillard se dissipait autour de lui, les requins d’ombre de Nyklaus se faisaient déchiqueter par Griffe Mortelle ou le Ghal Maraz…
   « Heum… Nyklaus, si tu as une idée, je te conseille de l’appliquer maintenant !
   -Grmrmmrm, grogna Nyklaus alors qu’il se concentrait.
   -Non parce que là on a le rejeton de Sigmar qui nous fonce dessus et notre combattant anti-monstre est hors d’état donc active-toi quelque peu ! »
   Dans un dernier élan, Nyklaus passa à l’attaque et envoya le Reik se fracasser sur le mur magique. La force de l’impact fut telle qu’une petite brèche apparut dans le mur mais elle était suffisamment grande pour que le navire fantôme passe à travers. Après s’être engouffré par leur porte de sortie le trio pu enfin souffler un peu. Le navire de Vangheist était devenu invisible aux yeux des mortels et ils voguaient tranquillement au-dessus de la forêt qui entourait la ville en complète sécurité.
   Von Essen s’approcha de Hjalmar qui regardait la cité meurtrie et la forme de l’empereur enragé depuis l’arrière du navire.
   « Allez, tu en auras d’autres des… combats de masse, tenta Von Essen.
   -Merci, gloussa Hjalmar. Mais c’est plutôt l’alcool norse que je vois disparaître au loin.
   -Ah… Effectivement, la mission m’a l’air plus que compromise… Quoi que.
   -Quoi que ? Comment ça ? »
   Von Essen se retourna vers Nyklaus qui discutait avec Vangheist en le remerciant de son soutien. Le vampire héla l’amiral qui prit congé du capitaine mort-vivant pour les rejoindre. Son visage fatigué était cependant éclairé par un grand sourire joyeux.
   « Je ne regrette pas d’être venu tiens ! Que me veux-tu ?
   -Tu contrôles l’eau oui ?
   -Je peux effectivement. Mais pourquoi cette question, je croyais que tu le savais.
   -Oui, mais ce n’est pas le sujet… Dans l’alcool, il y a de l’eau, oui ?
   -Eh bien oui m… Oh, fit Nyklaus avec un grand sourire.
   -Tu a une idée à ce propos ?
   -Oh oui… »
   Hjalmar, qui se tenait à côté des deux vampires commença à comprendre où la conversation voulait en venir et sourit à son tour. D’un simple hochement de tête, il approuva l’idée. C’était plus qu’il n’en fallait pour Nyklaus qui demanda à ce que l’on amène un chaudron et il tendit les bras vers la ville. En voyant arriver le récipient, Von Essen se rappela qu’il s’agissait du chaudron étrange que Euron avait ramené pour le tournoi du Fort du Sang.
   « Est-ce que c’est…
   -Oui, c’est le même. Il faut bien mettre l’alcool quelque part. Et ce navire ne pourra jamais contenir tout ce que je ramène en ce moment-même. »
   Comme pour confirmer ses dires, une sorte de nuage sombre gigantesque, dont les relents alcoolisés commençaient à leur parvenir, arrivait depuis Altdorf. (On notera que la quasi-totalité des brasseries et autres établissements d’alcool non protégé par magie furent vidé ce jour-là. Depuis ce jour, tous les tonneaux de la ville possèdent une petite rune naine anti-magie. Les artisans nains n’avaient jamais été aussi heureux par la suite)
   « Décidément, il m’impressionnera toujours, murmura Von Essen »
   Quand le nuage arrive à leur niveau, il se mit à tourner sur lui-même, formant une spirale au-dessus du navire. La spirale descendit lentement et se déversa en se condensant dans le chaudron qui se mit à briller d’une lueur rougeâtre, voire ambrée. Le typhon d’alcool mit plusieurs minutes à se vider provoquant l’émerveillement des membres de l’équipage.
Une fois cette action fastidieuse terminée, Nyklaus s’accouda au bastingage subitement. Ses forces avaient été sensiblement affaiblies après un tel déferlement de magie et il avait besoin de repos. Il put néanmoins ordonner à l’équipage de mettre le cap sur la taverne de la non-vie.
   « Et donc pour ce chaudron ? s’enquerra Hjalmar.
   - Je vous en dirais plus, mais à la taverne… Pour le moment, j’ai besoin de dormir un peu… »
   Sur ce, Nyklaus partit vers ses quartiers laissant Von Essen et Hjalmar seuls avec le chaudron. Ils n’y touchèrent point, la prudence était mère de sureté. Mais ils ne pouvaient s’empêcher de regarder avec envie cet artefact magique qui contenait un tel potentiel alcoolique… Hjalmar finit tout de même par se rappeler de ses blessures et partit en grognant s’adosser au bastingage et tomba de sommeil en un instant. Von Essen, n’ayant rien d’autre à faire que d’attendre, sortit alors un petit livret et se mit à dessiner des croquis et autres notes en rapport à son voyage… Tellement de choses à archiver…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Von Essen
Collecteur de Sang
avatar

Age : 21
Nombre de messages : 3634
Expérience de jeu (CV) : 5 ans
Date d'inscription : 22/12/2013

MessageSujet: Re: Voyage à la Norse   Dim 6 Nov 2016 - 11:34


     Bien des surprises attendaient nos trois compères à leur retour ; Von Essen, du moins, en fut effaré : dans une contrée ravagée par le vent de la Mort, les environs de la Crypte Noire ainsi que l’arrière-cour de la taverne frémissaient de vie.
     Des nuages lourds de pluie étaient suspendus dans les cieux ; ils surplombaient des arbres aux feuilles vertes et aux troncs recouverts de mousse et de lichens. L’ouïe fine du vampire capta un bourdonnement lointain d’abeilles sauvages. Le chroniqueur s’apprêta à mentionner cette anomalie auprès de leurs compagnons, mais ce retint : leurs pensées à eux semblaient manifestement ailleurs…
     - Bon !
     - Oui !
     - Cette bière !
     Deux pirates revenants entrèrent d’un pas hésitant dans la taverne. Ils portaient à deux un gros chaudron à l’apparence douteuse. Hjalmar Oksilden et Nyklaus von Carstein les suivirent de près, laissant Von Essen seul dehors (le vampire était sidéré après avoir capté un parfum de fleurs dans l’air ambiant).
     Le navire fantôme de Vangheist se mit en branle sans le moindre bruit, comme porté par la brise, et s’en alla bientôt vers d’autres horizons.

     Le commandant de la flotte maudite et le barbare ignorèrent les quelques pointes d’ironie que leur adressèrent la tenancière et quelques autres habitués du comptoir (« Eh bah alors ? » « Ce fameux alcool ? » « Vous avez ramené de la soupe dans ce chaudron ? »). Nyklaus fit déposer l’imposant récipient métallique au milieu de la grande salle, sous le regard approbateur de Hjalmar, qui l’encouragea d’un hochement de tête.
     Nyklaus lui jeta un regard complice, puis se plaça devant le chaudron, plissa un peu le front…
     Les habitués observèrent, d’abord intrigués, puis de plus en plus déconcertés, comment un petit nuage opaque se formait au dessus du récipient, avant de se déverser en pluie fine, puis se dissiper sans laisser de trace. Hjalmar acheva de surprendre l’assemblée en attrapant une chope propre, puis en la trempant dans le chaudron pour le ressortir pleine d’un liquide ambré. Il le vida cul-sec, et les habitués le virent écarquiller les yeux stupéfaction :
     - Ouh ! – le barbare plaqua sa chope sur une table qui trembla sous l’impact. – C’est du bon ! Je dirais même mieux que le premier essai !
     Nyklaus lui sourit franchement, bombant le torse avec fierté.
     - Je me suis un peu entrainé pendant le retour… Eliminer les impuretés présentes dans l’air, toussa…
     Hjalmar remplit de nouveau la chope et la tendit muettement à l’amiral. Celui-ci accepta de bonne grâce, et sembla tout aussi enjoué après avoir porté la chope aux lèvres.

     Inquisiteur, Ethgri Wyrda l’elfe sylvain s’approcha du chaudron, et la vision du liquide confirma les soupçons de son odorat :
     - Pff ! J’en voudrai pas ! – lança-t-il.
     Nyklaus allait répondre quelque chose, mais fut coupé par un « Tu as tort, c’est du bon alcool ! » de Hjalmar.
     Près du comptoir, Von Essen menait une conversation à voix basse avec la tenancière, qui remplissait deux fines coupes de sang. Ils ne semblaient que peu intéressés par des boissons de mortels.
     Gromdal le nain et Gilgalad, un haut-elfe-vampire, s’approchèrent du chaudron à leur tour :
     - Il fait de la bière aussi, ce machin ? – plaça le nain en premier.
     - C’est qu’on a un sérieux problème, - trancha l’elfe-vampire. – Quelqu’un s’est amusé à polluer la bière de la taverne avec de la poudre à canon.
     Nyklaus et Hjalmar haussèrent les sourcils, étonnés, puis l’amiral répondit, rassurant :
     - Avec les bons réglages, en fait, je crois que je peux enchanter ce chaudron pour qu’il puisse produire à peu près tous les alcools connus, y compris la bière.



     Le lendemain après-midi, Hjalmar, armé d’un bon cuissot de sanglier abattu dans le bois d’à-côté, s’approcha du chaudron afin de se servir. Il fut toutefois retardé par la recherche d’une chope propre (une beuverie sauvage de la veille avait accumulé pas mal de vaisselle). Lorsqu’il se releva enfin, il fut salué par Gromdal : le nain venait à peine de se lever, et sa résistance naturelle à la gueule de bois encourageait son envie de profiter encore de l’incroyable artefact chaudronnesque. Il leur fallut toutefois un autre quart d’heure pour se rendre compte qu’il n’y avait plus d’autre chope propre, et Gromdal dut faire un aller-retour à l’étage afin de revenir avec sa chope de voyage. Enfin, les deux barbus pouvaient trinquer ensemble.
     Ils furent agréablement surpris en voyant que le liquide dans le chaudron dégageait déjà une agréable odeur de houblon. Regrettant un petit peu l’absence de mousse, le nain et le barbare trinquèrent à la bonne santé de l’amiral puis vidèrent leurs chopes dans leurs gosiers…
     « AH ! »
     « OH ! »
     L’un comme l’autre venaient de recracher leur boisson, qui dégoulinait à présent de leurs barbes. Tous deux venaient de ressentir le même goût enfantin et sucré de la framboise. Immédiatement après, ils captèrent un fou-rire à moitié étouffé se dégager de derrière le comptoir.
     Tous deux y jetèrent un regard rempli de vindicte, et si Gromdal ne vit rien à cause de sa taille,  Hjalmar aperçut deux oreilles pointues ainsi qu’une capuche verte dépasser du bois vermoulu.
     Il n’en fallut pas plus pour qu’il envoie sa hallebarde virevolter à travers la salle pour s’écraser contre le zinc dans un fracas assourdissant.
     « ARGR !!! » - rugit-il.  (authentique insulte viking)
     Et alors que le nain sprintait vers le comptoir à la vitesse d’un boulet de canon, la figure verte et mince de l’elfe des bois bondit hors de son refuge vers la fenêtre la plus proche, sans plus retenir son hilarité.
     Il traversa la fenêtre ouverte, suivi peu après par Gromdal ; Hjalmar avait depuis longtemps pris l’initiative de fracasser le mur d’un coup d’épaule afin de passer à travers et prendre l’effronté de court. A ce moment-là, Von Essen apparut dans la grande salle, éberlué depuis en-haut par le vacarme (habituel). Du sang se déversait par terre depuis le tonneau qu’avait éventré la hallebarde du barbare.
     La tenancière apparut derrière lui, il se tourna vers elle :
     - Je…
     - Laisse-les faire, - le coupa-t-elle. – Tant qu’ils règlent leurs affaires en dehors de la taverne… Mais ils devront ranger après ! Ou sinon…
     Un « CLAC » retentit dans la taverne, et la lourde hallebarde, saisie soudain par de solides lanières de cuir, fut projetée en air pour atterrir sur sa place au râtelier avec une précision effroyable.    
 




 






_________________
L'eau, ça mouille. Et ça fait des vagues puis ça devient plat. Et on voit dedans comme dans une vitre. Et ça fait froid quand ça mouille.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Voyage à la Norse   

Revenir en haut Aller en bas
 
Voyage à la Norse
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Offre voyage-prive.com séjour à -55% dès le 22/06
» Voyage en autocar pour Disneyland Paris
» Publicités pour le voyage inaugural
» [Larsen, Reif] L'extravagant voyage du jeune et prodigieux T.S. Spivet
» voyage interne ..

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armées Comtes Vampires et mort-vivants :: 
La Bibliothèque
 :: Récits, Fanfics et Fanart
-
Sauter vers: