AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le coût de la (non-)vie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
Gilgalad
Seigneur vampire
Seigneur vampire
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 3346
Expérience de jeu (CV) : On parle en Comtes Vampires ou du Curriculum Vitæ ?
Date d'inscription : 04/01/2013
Maître floodeur Maître floodeur

MessageSujet: Re: Le coût de la (non-)vie   Mar 9 Sep 2014 - 19:27

Tu ne veux pas citer Chuck Norris non plus Very Happy ? Parce que là j'ai l'impression que tu fais tes révisions de personnages importants de Warhammer.
Je vais donner un petit indice : il a un très fort rapport sur mes personnages. Je te conseille d'attendre un peu pour voir si quelqu'un d'autre n'as pas la réponse ou une autre idée qui donnerai le déclic.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nyklaus von Carstein
Seigneur vampire
Seigneur vampire
avatar

Age : 19
Nombre de messages : 1758
Expérience de jeu (CV) : Aucun mais possède tous les LA. Joue Tyranides et Nécrons dans W40K et rois des tombes dans W B
Date d'inscription : 24/06/2014

MessageSujet: Re: Le coût de la (non-)vie   Mar 9 Sep 2014 - 19:34

Aborrash ou Walach. Je vois que ces deux là
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Von Essen
Collecteur de Sang
avatar

Age : 21
Nombre de messages : 3433
Expérience de jeu (CV) : 2 ans
Date d'inscription : 22/12/2013

MessageSujet: Re: Le coût de la (non-)vie   Mer 10 Sep 2014 - 19:23

Je voterais aussi pour Abhorash !

Sinon, la fin tragique de cette partie ne fait que d'attiser les braises de ma curiosité...

La suite ! Happy

_________________
L'eau, ça mouille. Et ça fait des vagues puis ça devient plat. Et on voit dedans comme dans une vitre. Et ça fait froid quand ça mouille.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arken
Maîtresse des fouets
avatar

Age : 21
Nombre de messages : 2677
Expérience de jeu (CV) : Depuis juillet 2006 (livre CV fin V6, jeu fin V7)
Date d'inscription : 12/03/2011

MessageSujet: Re: Le coût de la (non-)vie   Sam 13 Sep 2014 - 10:50

Alala... Cross over avec Ashur... Rolleyes

Moi je parierais justement sur lui Tongue

Ensuite... Von Essen, comment tu as pu rater ça ?!
Il savait que le Démon de Khorne allait gagnait contre cette misérable humaine.

La suite ! Very Happy

_________________
Les mots sont un don. Les mots sont une arme. Les mots ne se gaspillent pas. P.B.
"Despierta y ponte a soñar"
Ceux qui ne croient pas en la magie ne la trouveront jamais.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gilgalad
Seigneur vampire
Seigneur vampire
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 3346
Expérience de jeu (CV) : On parle en Comtes Vampires ou du Curriculum Vitæ ?
Date d'inscription : 04/01/2013
Maître floodeur Maître floodeur

MessageSujet: Re: Le coût de la (non-)vie   Mar 23 Sep 2014 - 10:53

En direct de la Bibliothèque Universitaire du PEGE à Strasbourg, je vous livre cette suite de mon récit. Ce nouveau récit verra quelques rebondissements. Vous allez avoir enfin la réponse à la question posée à la fin du dernier chapitre.

Comme d'habitude, si vous voyez de gros problèmes, n'hésitez pas à me le dire car je ne suis pas parfait (quoique...).




CHAPITRE 14 :

Martkin ne regardait même pas le démon qu’il venait de bannir. Tout ce qui l’intéressait c’était ses héritiers. Il avait déjà perdu Erkan et Hermann il y a plusieurs semaines de cela. Ils avaient été les deux seuls hommes à qui il avait fait don du Baiser de Sang. Il venait de perdre l’enfant d’Erkan. Il n’avait eu que quatre héritiers depuis des millénaires. Depuis qu’il avait quitté Abhorash, il n’avait eu que ces suivants. Et il venait d’en perdre encore un. Il s’approcha d’Erik et le tint par ses épaules. Alexandr restait immobile et surveillait les environs. Il se demandait encore ce qui avait provoqué la fuite du démon bleu. Il attendait que Mathilda soit mise en terre. Erik tenait sa fiancée dans ses bras depuis trois heures quand Martkin se décida à agir. Ne pouvant pas la brûler car aucun d’eux n’avait de quoi faire du feu, il se résolut à la mettre en terre. Il commença à creuser. Sa force surhumaine lui permettait de creuser profondément. Après une dizaine de minutes, un tombeau avait pris forme. Pendant tout ce temps, le fiancé malheureux n’avait quitté le corps de son ex-compagne. Martkin le prit alors de force, le jeune vampire n’opposa aucune résistance. Le fils d’Abhorash déposa alors le cadavre dans la tombe avant de la recouvrir de terre. Il planta alors l’épée de la défunte sur le tombeau avant de regarder Erik et Alexandr.

Le premier s’était levé mais il ne pleurait plus. Son regard luisait d’une colère enfermée et d’une détermination intense. Le second avait salué la défunte puis avait continué à surveiller les alentours. Le plus vieux vampire prit alors la parole :
« Bien que je n’ai pas passé beaucoup de temps avec elle, je savais qu’elle aurait été une combattante extraordinaire. Mais maintenant, nous devons la laisser derrière nous. Je ne sais pas ce qui a provoqué la fuite du Duc du Changement mais il est indéniable qu’il s’agit d’une grande menace. Alexandr, sais-tu si le démon a regardé dans une direction avant de s’enfuir lâchement ?
_Il a regardé vers le Sud, seigneur Martkin.
_Cela veut donc dire que nous allons sûrement devoir affronter un grand danger. Je ne connais que quelques créatures capables de vaincre un démon d’une telle puissance. Mis-à-part d’autres démons majeurs, il n’y en a que peu. La plupart ne sont pas dans le Vieux Monde mais dans les terres lointaines du Nouveaux Monde et d’Ulthuan. Dans cette partie du monde, il ne reste qu’Ashur, Mannfred Von Carstein, peut-être un ou deux vampires et moi. On sait que le premier n’est pas dans le Sud mais dans le Nord. Je ne vois pas pour quelle raison le second voudrait venir. Nous allons donc affronter une menace indéterminée. »
Une fois ceci dit, Martkin se mit en route en prenant la direction du Sud. Les deux vampires plus jeunes le suivirent aussitôt. Alexandr était remonté sur son cheval et Erik suivait à pied, perdu dans des souvenirs d’antan.


On était alors en plein mois de mai. Les arbres étaient en fleurs pour ceux qui le pouvaient. J’avais à peine 18 ans à ce moment. J’ai maintenant l’impression que c’était dans une autre vie. Que c’était il y a des millénaires. Je rentrais chez moi après une journée passée à chasser dans les bois pour nourrir ma famille. Mon père était allé à Middenheim pour une mission pour le bourgmestre. J’avais eu une surprise en rentrant à la maison. Mathilda en sortait. Elle me sourit en me disant bonjour avant de m’embrasser et de rentrer chez elle à deux maisons de chez moi. Mais ce n’était qu’une petite surprise en comparaison de celle qui m’attendait à l’intérieur. Ma sœur attendit que j’aie déposé le cerf pour me demander de venir de suite dans sa chambre. Je me souviens encore de mon regard surpris. C’était la première fois que Maria me donnait un ordre. Interloqué, je la suivis dans la pièce où elle dormait. Elle était toujours en désordre, au grand désespoir de notre mère. Elle me fit m’asseoir sur son lit tandis qu’elle s’asseyait à même le sol. Elle me dit alors d’un air décidé qui ne lui ressemblait décidément pas :
« Je viens de parler à Mathilda.
_Et ?
_On doit parler de choses sérieuses tous les deux.
_Comme ?
_Comme ton incapacité à voir ce que veulent les femmes. Spécialement celle que tu aimes.
_C’est à dire ? J’étais encore plus surpris par ces paroles que par son comportement.
_C’est-à-dire que tu n’arrives jamais à voir ou à deviner ce qu’elles veulent réellement. Comme par exemple dans le cas de Mathilda.
_Qu’est-ce que tu veux dire par là ?
_Est-ce qu’elle ne t’aurait pas dit par hasard ce qu’elle voulait faire plus tard ?
_Si. Elle rêve d’avoir deux ou trois enfants.
_Avec toi !
_C’est possible mais qu’est-ce que ça change ?
_Ça veut dire qu’elle veut faire sa vie avec toi ! Et pas avec quelqu’un d’autre ! Tu réalises ou pas ?
_Ah. »
J’étais devenu muet suite à cette révélation de la part de ma petite sœur si timide d’habitude. Je quittais immédiatement sa chambre pour aller dans la mienne et me mettre à réfléchir.

« Erik ! Fais attention où tu vas ! »

Cette voix le tira de ses pensées pour le rappeler au présent. Ils étaient encore en Sylvanie et ils devaient franchir une rivière. En regardant autour de lui, le jeune vampire remarqua qu’Alexandr Yurevitch était déjà passé de l’autre côté au faisant sauter son cheval. Martkin, grâce à sa force surhumaine avait poussé un arbre en travers du cours d’eau pour le traverser. A cause du froid, le tronc était un glissant. Il fallait donc faire attention où il mettrait les pieds. Après deux minutes de grande concentration, Erik passa de l’autre côté.

Le plus vieux vampire prit alors la parole :
« Jusque-là, j’avais commencé à vous apprendre à vous battre mais je me suis rendu compte qu’à ce rythme, vous ne serez pas des guerriers capables de vaincre les meilleurs guerriers mortels avant plusieurs centaines d’années. Je vais donc accélérer votre entraînement. Désormais, nous ne marcherons que six heures environ et on s’entraînera le reste de la journée. Vous n’aurez qu’une ou deux heures de repos par jour si je suis de bonne humeur. Erik, tu as déjà affronté et vaincu un seigneur du chaos. Ce que tu as fait ce jour-là est en toi et il faut que tu parviennes à faire remonter cela. Ton corps garde en mémoire ce que tu as fait mais il faut que ton cerveau s’en souvienne.
Alexandr, tu es déjà un guerrier plus qu’accompli. Tu as pu lutter pendant longtemps face à Ashur et je peux te dire que ce n’est pas un mince exploit. Il faudra que tu t’entraînes à devenir en permanence aussi bon, quoiqu’il arrive et peu importe tes adversaires.  
Je vous apprendrai également comment manœuvrer des troupes sur un champ de bataille dans toutes les situations que vous pouvez imaginer. Je ne vous laisse pas le choix. Si l’un de vous n’est pas d’accord, il peut s’en aller. »
Après une brève concertation du regard, les deux plus jeunes vampires décidèrent de rester. Aucun n’avait envisagé à un quelconque moment de partir.


C’est ainsi que pendant l’équivalent de plusieurs jours, Martkin entraîna intensivement ses deux élèves. Il ne leur parlait que pour leur donner des indications sur ce qu’il fallait faire. Quand les trois vampires avançaient, Martkin réfléchissait. Il pensait non seulement aux deux vampires qui étaient avec lui mais aussi à la menace qui pouvait venir du Sud à tout moment. Pour une menace magique, il se fiait aux sens magiques d’Erik. Ce dernier pouvait sentir la présence de tout magicien à deux ou trois lieues à la ronde. Du moins si ce dernier ne savait dissimuler sa présence. Mais la menace qui pouvait fondre sur eux à tout moment n’était pas obligatoirement magique et là, seul son instinct pouvait les protéger. Il cherchait continuellement qui pouvait bien se trouver sur leur chemin. Il écartait des options avant de les considérer à nouveau. Il était sûr qu’il ne s’agissait pas de Mannfred Von Carstein ni d’Arkhan Le Noir ni d’Heinrich Kemmler. Il savait que les deux derniers étaient en Bretonnie. Le premier était à Drakenhof. Walach Harkon dans le Fort du Sang et il aurait su si ce dernier en était sorti. Il savait aussi que ce n’était pas un serviteur des puissances de la Ruine. Ils n’auraient pu s’aventurer aussi loin sans attirer des soupçons que ce soit du maître de la Sylvanie, des hommes de l’Empire ou des Nains. Un throng nain ne serait probablement pas allé aussi loin sans s’attirer les foudres du dernier des grands Von Carstein. Ce n’était pas non plus un ost de Nehekhara qui n’aurait pas franchi les frontières de l’Empire et les Montagnes si aisément. Il était dans l’incertitude la plus totale quant à ce qu’ils risquaient d’affronter.
Il fut tiré de ses pensées par un bruit sourd. Erik venait de trébucher sur une pierre. Etrangement, il restait au sol, ayant l’air d’écouter ce que voulait dire la terre. A l’est, à moins de dix lieues, se trouvaient les Montagnes du Bord du Monde. A l’ouest, c’était Drakenhof et le fief imprenable des Von Carstein. Martkin demanda alors au jeune vampire :
« Qu’entends-tu pour rester ainsi immobile ?
_Des bruits de pas, répondit Erik en chuchotant, mais c’est désordonné.
_D’où viennent-ils ?
_Du Sud. Derrière ces collines à environ une ou deux heures de marche. Je dirais bien quelques centaines de créatures. Sûrement entre trois et cinq cents. Probablement des orques avec des gobelins. Vu certains bruit, une ou deux créatures bien plus imposantes encore. »
Martkin sourit aussitôt. Une armée de peaux-vertes en maraude. Rien de mieux pour s’exercer. A eux trois ils pouvaient défaire sans peine ces quelques centaines de créatures vertes. De plus, cela lui permettrait de voir l’évolution de ses deux élèves.

Le fils d’Abhorash se mit à réfléchir à toute vitesse. Il fallait combattre l’ennemi dans une position facilement défendable car ils étaient, et de loin, moins nombreux. Il monta alors sur une colline assez proche. Rapidement, ils virent leurs ennemis approcher. Martkin donna alors des ordres clairs et précis. Grâce à sa monture, Alexandr devait se charger des monstres. Il avait pour cible le géant et une grande araignée. Erik, lui, devait se charger du centre de l’armée ennemie, composé d’un régiment d’orques noirs pendant que lui, Martkin se chargerait d’empêcher tout ennemi ne provenant pas de ce régiment de l’attaquer. Au bout de quelques minutes, Erik remarqua que c’était un orque noir plus grand que ces congénères qui menait l’armée. Elle était composée d’environ trois cents peaux-vertes et de deux monstres. Martkin ne savait pourquoi ils étaient là. En tous cas, ils ne pouvaient les éviter. Alors autant s’entraîner à en massacrer. Il regarda rapidement les visages de ses deux élèves. Celui d’Erik était un masque glacial qui aurait fait peur à n’importe quel humain. Mais le vampire millénaire savait que sous ce masque de froideur bouillait une rage intense. C’était un ours en colère et il ne voulait pas être celui qui prendrait le coup de patte. Le visage d’Alexandr était inexpressif. Il avait déjà affronté des horreurs bien pires quand il était encore à Kislev. Le fait de devoir se charger des deux monstres et les responsabilités qui allaient avec ne lui faisaient pas peur. Au bout de moins d’une heure, les peaux-vertes furent sur eux.

Ne voulant pas manquer une occasion de se battre, le plus grand des orques noirs se rua avec son régiment sur Erik et défia ce dernier en lui hurlant :
« Vien m’affronté si té un homme ! »
Indifférent à l’insulte, le vampire releva sa lame puis la baissa en signe de salut. Autour de lui, Martkin avait commencé à massacrer une bande d’orques. Rien ne semblait pouvoir l’arrêter. Alexandr avait lancé sa monture contre le géant. En passant pour la première entre ses jambes, il dégaina ses deux lames et dans le même mouvement entailla le géant. Il passait et repassait sous le géant ou lui tournait autour. Il esquivait les coups de celui-ci avec grâce. Au bout de quelques minutes de combat, le géant tomba à terre, ses tendons coupés. Saisissant l’occasion, le kislévite se lança sur le monstre pour l’achever d’un coup d’épée.
Pendant ce temps, Erik affrontait le chef de l’armée peaux-vertes. Les coups du vampire étaient plus rapides mais l’orque était beaucoup plus résistant. Le Dragon de Sang fit semblant d’être sur la défensive mais se laissait toujours des opportunités de contre-attaquer. Au bout de plusieurs minutes, il en eut assez et décida d’attaquer. Il fit alors pleuvoir sur l’orque noir une volée de coups. Portés à une vitesse irréelle et connus que de rares personnes, ils surprirent le chef de la bande. Après quelques secondes, il gisait à terre, démembré et décapité. La garde du défunt se lança alors sur Erik pour lui faire payer son meurtre.

Martkin, lui, s’était enfoncé très profondément dans la horde de peaux-vertes. Chaque coup qu’il portait tuait un voire deux ennemis. Rares étaient les peaux-vertes qui s’approchaient de lui. Quand il affronta une bande de gobelins, il n’eut à en tuer qu’une dizaine pour qu’ils s’enfuient vers les Montagnes du Bord du Monde. Alexandr s’était attaqué à l’immense araignée. Bien que plus rapide que le géant, cela ne suffisait pas. Par chance, elle parvient à lui faire une estafilade. Cependant, elle disparut rapidement, guérie par la magie coulant dans les veines du vampire. Le Dragon de Sang tournait encore autour de la bête, la harcelant en permanence. Les gobelins au-dessus tentaient de l’atteindre avec des javelots mais ces créatures n’étaient que peu réputées pour leur précision. Chaque coup de lame causait une blessure au monstre qui finit par s’enfuir, poursuivi par le Dragon de Sang. Malheureusement pour l’araignée, elle fut rattrapée quelques centaines de mètres plus loin et fut achevée. Les gobelins la montant furent écrasés sous le poids de la bête dans des cris aigus insoutenables. Alexandr était alors à près d’une demi-lieue du centre de la bataille.

Erik n’était pas dans une très bonne posture. Bien que très redoutable combattant, il affrontait des dizaines et des dizaines d’orques noirs. Une blessure avait été causée par une hache avant que le porteur ne soit décapité. Ses ennemis semblaient bénis par leur dieu car certains de ses coups ne trouvaient pas leur cible ou étaient déviés au dernier moment. Alors qu’il restait moins de dix orques noirs, Erik tomba au sol en trébuchant sur une de ses victimes. Voulant profiter de ce moment, les peaux-vertes tentèrent de se jeter sur lui. Ils furent arrêtés dans leur mouvement par une lame qui les faucha en moins de dix secondes. Le jeune vampire leva alors les yeux vers son sauveur, prêt à le remercier. Ce dernier se tourna alors d’un seul bloc vers lui. Ses yeux étaient aussi rouges que sa cuirasse. Des jambières protégeaient ses jambes et des pièces d’armure ses bras. Sa lame ensanglantée, bien que non ébréchée, était plus vieille que l’Empire. Cela se voyait sans peine à son apparence. Des inscriptions gravées dessus ne provenaient d'aucune des langues du Vieux Monde et la puissance même qui s'en dégageait montrait qu'elle n'avait pas été forgée dans l'Empire ou par les Nains. Des cheveux blancs tombaient de sous son casque finement ouvragé, orné de chaque côté par des ailes draconiques faites dans le même précieux métal. Il n’était pas qu’un simple vampire. Erik le savait aussi certainement qu’il savait que sa sœur et sa mère étaient mortes pour toujours. Le vampire s’adressa à lui d’une voix grave :
« Relève-toi et bas-toi comme tu dois le faire. Battre un seigneur orque noir ne sert à rien si tu meurs après. »
Le jeune vampire se releva aussitôt et se lança à l’assaut des lignes de peaux-vertes qui commençaient à s’effriter. Le massacre put alors commencer. Des dizaines de gobelins tombèrent sous les lames des deux vampires. Derrière leurs rangs, Alexandr put enfin charger de dos les peaux-vertes qui fuyaient pendant qu’au milieu d’eux, Martkin les massacraient sans faire un seul arrêt.

Au bout de quelques minutes, le massacre prit fin. Les rangs des peaux-vertes n’étaient plus qu’un vague souvenir. Ceux qui n’avaient pas été tués étaient en fuite et trop loin pour être rattrapés. Certains étaient partis vers l’Ouest mais Erik savait qu’ils connaîtraient une mort rapide. Les quelques-uns qui étaient partis vers les Montagnes pourraient vivre un peu plus longtemps. Alexandr fut le premier à rejoindre Erik et le nouveau venu. Les deux plus jeunes vampires s’éloignèrent légèrement de celui apparu pendant la bataille. Il émanait de lui une sorte d’aura qui les poussait à le suivre quoiqu’il arrive. Martkin les rejoignit et vit le vampire nouveau-venu. Surpris, il ne put dire un mot. Celui qui avait sauvé Erik lui dit alors :
« Bonjour Martkin. »
Mettant un genou à terre mais en regardant le vampire qui lui avait parlé, Martkin lui répondit :
« Bonjour maître. C’est un plaisir sans nom pour moi que de vous voir à nouveau après deux mille ans. »



PS : les fautes quand l'orque parle sont totalement volontaires. Cela ne sert donc à rien de me les signaler.
Sinon, je n'ai pas de question particulière.

Et merci d'avance de m'avoir lu.


Dernière édition par Gilgalad le Mar 23 Sep 2014 - 21:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nyklaus von Carstein
Seigneur vampire
Seigneur vampire
avatar

Age : 19
Nombre de messages : 1758
Expérience de jeu (CV) : Aucun mais possède tous les LA. Joue Tyranides et Nécrons dans W40K et rois des tombes dans W B
Date d'inscription : 24/06/2014

MessageSujet: Re: Le coût de la (non-)vie   Mar 23 Sep 2014 - 14:32

Abborash est de retour !!!!!!!!! Et en Sylvanie en plus !!! Faut l'accueillir à la taverne !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gilgalad
Seigneur vampire
Seigneur vampire
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 3346
Expérience de jeu (CV) : On parle en Comtes Vampires ou du Curriculum Vitæ ?
Date d'inscription : 04/01/2013
Maître floodeur Maître floodeur

MessageSujet: Re: Le coût de la (non-)vie   Mar 23 Sep 2014 - 14:49

Heu, je différencie mon récit de ce qui se passe à la taverne en fait. En effet, comme on (enfin surtout moi) fait un peu preuve de bourrinisme comme on dit, bah, ce serait moins bien dans le récit.

En attendant, est-ce que tu as d'autres commentaires ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nyklaus von Carstein
Seigneur vampire
Seigneur vampire
avatar

Age : 19
Nombre de messages : 1758
Expérience de jeu (CV) : Aucun mais possède tous les LA. Joue Tyranides et Nécrons dans W40K et rois des tombes dans W B
Date d'inscription : 24/06/2014

MessageSujet: Re: Le coût de la (non-)vie   Mar 23 Sep 2014 - 20:17

Toujours aussi énorme et à première vue aucune fautes dont je me souvienne !
La suite !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gilgalad
Seigneur vampire
Seigneur vampire
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 3346
Expérience de jeu (CV) : On parle en Comtes Vampires ou du Curriculum Vitæ ?
Date d'inscription : 04/01/2013
Maître floodeur Maître floodeur

MessageSujet: Re: Le coût de la (non-)vie   Mar 23 Sep 2014 - 20:28

Personnellement, ce chapitre ne me plaît pas beaucoup parce que je le trouve moins abouti que les autres. Même si je suis incapable de dire pourquoi. Peut-être parce que j'ai l'impression que tout va trop vite dans ce chapitre et que j'ai du coup l'impression de l'avoir bâclé.

Mais si tout le monde le trouve bien, c'est qu'il doit l'être après tout. Il faut quand même que j'avoue que j'ai toujours l'impression que mon travail (ou mes textes) sont moins bien que tout le monde, même si je suis incapable de dire pourquoi (bon il faut dire aussi que c'est souvent vrai).

Sinon, quelqu'un a d'autres commentaires ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nyklaus von Carstein
Seigneur vampire
Seigneur vampire
avatar

Age : 19
Nombre de messages : 1758
Expérience de jeu (CV) : Aucun mais possède tous les LA. Joue Tyranides et Nécrons dans W40K et rois des tombes dans W B
Date d'inscription : 24/06/2014

MessageSujet: Re: Le coût de la (non-)vie   Mar 23 Sep 2014 - 21:02

Ou pas ! Regarde les textes ! J'ai encore du boulot avant d'atteindre ton niveau et c'est aussi ce que je ressens étant débutant
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gilgalad
Seigneur vampire
Seigneur vampire
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 3346
Expérience de jeu (CV) : On parle en Comtes Vampires ou du Curriculum Vitæ ?
Date d'inscription : 04/01/2013
Maître floodeur Maître floodeur

MessageSujet: Re: Le coût de la (non-)vie   Mar 23 Sep 2014 - 21:07

Bah dans ce cas ça fait plus d'un an et demi que j'ai l'impression d'être un débutant. Après tu peux dire que tu as encore du boulot avant d''atteindre mon niveau mais crois-moi, ça viendra très vite surtout que je n'ai plus beaucoup de temps pour écrire et donc m'améliorer (la fac ça prend du temps). Je ne peux généralement écrire que cinq ou dix minutes par heure quand je fais une petite pause quand je bosse à la bibliothèque.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Von Essen
Collecteur de Sang
avatar

Age : 21
Nombre de messages : 3433
Expérience de jeu (CV) : 2 ans
Date d'inscription : 22/12/2013

MessageSujet: Re: Le coût de la (non-)vie   Mar 23 Sep 2014 - 21:21

Texte lu cet après-midi, mais commentaire posté le soir, il y a eu quelques empêchements...


Citation :

_Qu’est-ce que tu veux dire par là ?
_Est-ce qu’elle ne t’aurait pas dit par hasard ce qu’elle voulait faire plus tard ?
_Si. Elle rêve d’avoir deux ou trois enfants.
_Avec toi !
_C’est possible mais qu’est-ce que ça change ?
_Ça veut dire qu’elle veut faire sa vie avec toi ! Et pas avec quelqu’un d’autre ! Tu réalises ou pas ?
_Ah. »
J’étais devenu muet suite à cette révélation de la part de ma petite sœur si timide d’habitude. Je quittais immédiatement sa chambre pour aller dans la mienne et me mettre à réfléchir.
_ Alors là, je ne peux pas fermer les yeux, c'est juste trop gros : Mathilda lui a dit auparavant qu'elle veut avoir des enfants. Il y a quelques instants, elle l'embrasse en sortant. Et lui, Erik, ne comprend pas qu'elle veut avoir des enfants avec lui ?? Alors bon, soit il fait partie de ces hommes qui ne vivent pas leur relation amoureuse pour fonder une famille (mais seulement pour profiter de sa compagne), soit il m'a l'air très (trop ?) candide, voire un peu idiot.
J'étais tout tranquille en lisant le début, et approbatif de l'idée d'insérer des souvenirs de leur vie d'antan  respect , mais là ça me semble être une erreur de narration, un truc que j'ai mal compris, peut-être ?  Huh  


Citation :
A cause du froid, le tronc était un glissant.
_ un peu glissant

Citation :
Sa lame ensanglantée, bien que non ébréchée, était plus vieille que l’Empire. Cela se voyait sans peine.
_ Comment est-ce qu'il le voit ? Comment est-ce que nous sommes sensés le voir, nous ? Un peu de description, que diable !    

Citation :
Des cheveux blancs tombaient de sous son casque possédant des ailes de dragon.
_ un peu mal dit. A développer pour ne pas confondre avec de vraies ailes de dragon. Suggestion : de sous son casque finement ouvragé, orné de chaque côté par des ailes draconiques faites dans le même précieux métal.

Citation :
« Bonjour maître. C’est un plaisir sans nom pour moi que de vous voir à nouveau après deux mille ans. »
_ DEUS EX MACHINAA !
Hum, ce cher Abhorash ne me semble pas assez bien planqué. Je ne m'étonnerai pas si toute la Sylvanie et le Pinacle d'Argent sont déjà au courant de sa présence et de sa position exacte  Shifty


En résumé : il y aura beaucoup, beauuucoup d'explications à fournir dans la suite pour que je trouve l'ensemble entièrement satisfaisant

La suite ! Happy

P.S. Tes instincts ne t'ont pas trompé, chevalier. Entre le deuil de Mathilda, l'entrainement, la bataille contre les orques et le retour du champion de Lahmia, tu es allé bien vite... Prends plus de temps pour développer chaque situation, et apprends aussi à faire attendre tes lecteurs : je ne m'attendais à voir Abhorash que dans une bonne dizaine de suites au moins !

_________________
L'eau, ça mouille. Et ça fait des vagues puis ça devient plat. Et on voit dedans comme dans une vitre. Et ça fait froid quand ça mouille.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gilgalad
Seigneur vampire
Seigneur vampire
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 3346
Expérience de jeu (CV) : On parle en Comtes Vampires ou du Curriculum Vitæ ?
Date d'inscription : 04/01/2013
Maître floodeur Maître floodeur

MessageSujet: Re: Le coût de la (non-)vie   Mar 23 Sep 2014 - 21:27

Pour le souvenir d'Erik, cela sera révélé plus tard mais je peux déjà dire sans vous spoiler qu'il est très candide quand il s'agit de Mathilda. Il sait qu'elle est amoureuse de lui mais n'arrive jamais à percer ses intentions à jour.

Pour l'épée, je pensais que c'était clair. Mais apparemment non. Je vais donc réfléchir à une description plus approfondie de celle-ci.

Bonne suggestion pour les ailes de dragon, je vais rapidement modifier cela.

Pour Abhorash, ce sera en effet expliqué dans les prochaines suites. Mais en même temps, si je dis tout tout de suite, ça ne sert à rien de venir lire les suites du récit non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Von Essen
Collecteur de Sang
avatar

Age : 21
Nombre de messages : 3433
Expérience de jeu (CV) : 2 ans
Date d'inscription : 22/12/2013

MessageSujet: Re: Le coût de la (non-)vie   Mar 23 Sep 2014 - 21:54

Il faut voir plus loin ! Faire de plus grandes suites ! Souffre, chevalier ! SOUFFRE AUTANT QUE MA COMTESSE ME FAIT SOUFFRIR ! Fou

_________________
L'eau, ça mouille. Et ça fait des vagues puis ça devient plat. Et on voit dedans comme dans une vitre. Et ça fait froid quand ça mouille.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gilgalad
Seigneur vampire
Seigneur vampire
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 3346
Expérience de jeu (CV) : On parle en Comtes Vampires ou du Curriculum Vitæ ?
Date d'inscription : 04/01/2013
Maître floodeur Maître floodeur

MessageSujet: Re: Le coût de la (non-)vie   Mar 23 Sep 2014 - 22:04

Je veux bien en faire de plus grande mais après vous finirez par en avoir trop à lire et ça deviendra ennuyeux non ?
Et puis si je ne fais qu'une seule grande suite mais que je publie tout en une fois, je pense que ça ne va pas le faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Von Essen
Collecteur de Sang
avatar

Age : 21
Nombre de messages : 3433
Expérience de jeu (CV) : 2 ans
Date d'inscription : 22/12/2013

MessageSujet: Re: Le coût de la (non-)vie   Mar 23 Sep 2014 - 22:15

Le procédé a été testé chez vg11k, tout dépend de la narration respect

Et puis, après une grande suite vient toujours une autre, non ? Innocent Cela dit, ton rythme est très bien aussi, ton seul besoin étant dans ce cas là de ralentir encore un peu la succession d'événements divers et variés, décrire un peu plus les changements, favoriser les transitions... Tiens, regarde comment fait Arken : certaines de ses suites décrivent un seul et unique événement qui se déroule en longueur (je pense au siège de Middenheim), alors que d'autres font expressément des descriptions du temps qui passe, jour après jour, semaine après semaine (comme au tout début, ou lors de la narration de la vie de vampire de Tilla).

_________________
L'eau, ça mouille. Et ça fait des vagues puis ça devient plat. Et on voit dedans comme dans une vitre. Et ça fait froid quand ça mouille.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arken
Maîtresse des fouets
avatar

Age : 21
Nombre de messages : 2677
Expérience de jeu (CV) : Depuis juillet 2006 (livre CV fin V6, jeu fin V7)
Date d'inscription : 12/03/2011

MessageSujet: Re: Le coût de la (non-)vie   Mer 24 Sep 2014 - 19:13

Moi je trouve que tu vas déjà moins vite qu'avant, j'apprécie beaucoup cette suite Smile
Et pour une fois, tes persos ne me laissent pas l'impression de "je suis un gros bourrin qui bute tout le monde même si c'est pas crédible". Tu t'améliores beaucoup Very Happy
Et enfin, je n'ai pas été déçue pour Abhorash. Tu as su le faire venir du style super grosse star invitée dans une série B où tout le monde fait WAW ! J'adore Mrgreen

La suite ! Clap

_________________
Les mots sont un don. Les mots sont une arme. Les mots ne se gaspillent pas. P.B.
"Despierta y ponte a soñar"
Ceux qui ne croient pas en la magie ne la trouveront jamais.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Von Essen
Collecteur de Sang
avatar

Age : 21
Nombre de messages : 3433
Expérience de jeu (CV) : 2 ans
Date d'inscription : 22/12/2013

MessageSujet: Re: Le coût de la (non-)vie   Mer 24 Sep 2014 - 19:34

Arken a écrit:
Moi je trouve que tu vas déjà moins vite qu'avant, j'apprécie beaucoup cette suite Smile
Justement. Il faut qu'il s'améliore encore. S'il suit véritablement les idéaux des dragons de sang, il ne doit cesser d'améliorer sa valeur et ses prouesses martiales littéraires Fou
Allez chevalier, on croit en toi ! Clap

_________________
L'eau, ça mouille. Et ça fait des vagues puis ça devient plat. Et on voit dedans comme dans une vitre. Et ça fait froid quand ça mouille.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gilgalad
Seigneur vampire
Seigneur vampire
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 3346
Expérience de jeu (CV) : On parle en Comtes Vampires ou du Curriculum Vitæ ?
Date d'inscription : 04/01/2013
Maître floodeur Maître floodeur

MessageSujet: Re: Le coût de la (non-)vie   Lun 24 Nov 2014 - 21:29

Allez, comme je suis gentil, je vous donne la suite du récit avec le Chapitre 15. Avant tout, je tiens à remercier Von Essen pour l'aide pour des dialogues ou pour les réactions d'Alexandr.


CHAPITRE 15 :

Erik était stupéfait. Il avait en face de lui et avait combattu avec le grand Dragon de Sang de tous les temps, le père et modèle de tous ces vampires. Le premier de vampires à avoir vaincu la Soif Rouge. Il était le modèle du combattant que tous les Dragons de Sang rêvaient de devenir, et il l’avait, lui Erik, en face de lui.
Alexandr, bien que légèrement étonné pouvait enfin voir le guerrier dont lui avait souvent parlé Martkin. Il avait remarqué lui aussi son aura et avait vu son habileté aux armes mais n’avait pu savoir qu’il s’agissait de lui. Probablement parce que ce n’était que des peaux-vertes.

Une fois relevé, Martkin reprit la parole et demanda respectueusement :
« Que venez-vous faire par ici, seigneur ?
_Je vais et je viens comme bon me semble, non ?
_Disons que ce n’est pas la contrée où l’on peut souvent rencontrer des ennemis à votre mesure.
_J’ai pourtant cru comprendre que des démons étaient apparus non loin de là.
_En effet, j’ai perdu une héritière contre un Buveur de Sang.
_Ah. Elle n’était pas assez bonne guerrière alors.
_Certes. Mais je ne comprends pas pourquoi s’acharner sur des vampires. Rapporter mon crâne aurait été bien plus prestigieux pour lui.
_C’est à cause de leur victoire dans le Nord. De plus, il est possible qu’ils ne voient pas les manigances d’Arkhan d’un très bon œil.
_Et vous sire ?
_Cela dépendra de ce qu’il doit advenir. Une chose est sûre, c’est que Nagash va finir par revenir. Je ne sais pas quand, mais Arkhan réussi toujours ce qu’il entreprend.
_Je le sais. Il aurait dû nous aider à défendre Lahmia contre Alcadizzar mais ne l’a pas fait.
_Ce n’est pas la peine de me rappeler le passé. De toute manière l’humanité ne vaut pas le coup d’être défendue. Seule notre survie compte.
_Mais si le Chaos envahi nos terres, est-ce qu’ils ne vont pas nous tuer nous aussi ?
_J’aimerais bien les voir essayer. Nous pourrions toujours relever les morts si on manque de troupes. Mais il est vrai que nous ne tiendrons pas longtemps.
_Mais que faire alors ?
_Le Chaos ne sombrera pas dans les années prochaines, même si le Nécromancien doit réapparaître. Il est éternel. Je vais donc défendre les terres du Sud contre leur invasion. Cela est le minimum à faire pour continuer à avoir des grands guerriers à affronter. Et puis si jamais on en a assez, on peut toujours aller attaquer les dieux dans leurs domaines. Cela devrait pouvoir se faire.
_Je ne sais pas si nous vaincrons dans ce cas-là.
_Nous parlons quand même de moi.
_Certes. Mais que comptez-vous faire maintenant, seigneur ?
_J’ai entendu dire par des humains qu’un dragon empereur était apparu dans les Montagnes du Bord du Monde. Pour moi il ne représente pas d’intérêt mais pour toi si.
_SI j’arrive à le vaincre.
_Soit tu y arrives, soit tu meures sous ses coups, c’est un choix. Dans tous les cas, si tu es partant, je peux vous y guider.
_Je veux bien. Erik et Alexandr me suivent pour apprendre à se battre bien mieux qu’avant. Je leur apprends aussi la tactique militaire, ce qui peut toujours servir.
_Dans ce cas, pendant que tu te prépareras pour ton combat, je me chargerai de cela. Ils auront ainsi un bien meilleur professeur. Mais trêves de bavardages inutiles, mettons-nous en route. »

Aussitôt dit, aussitôt fait. Les quatre vampires quittèrent le lieu du carnage pour aller en direction du Sud. Abhorash voulait éviter de pénétrer tout de suite dans les montagnes. Il comptait franchir le Col du Feu Noir pour que ses deux nouveaux élèves affrontent ainsi pendant des jours et des jours des tribus d’orques. Pour cela il faudrait passer par l’Averland mais ce n’était qu’un obstacle mineur. Il comptait sortir de cette région sans intérêts qu’était la Sylvanie au plus vite. Rien ne pouvait l’attirer ici. Aucun grand guerrier ne résidait dans cette contrée et le seul qui aurait valu la peine d’être affronté marchait à ses côtés. Le fait que le monde risquait de sombrer dans les flammes du chaos ne l’intéressait pas. Tant qu’il y avait des adversaires à sa mesure, ce n’était pas important. Aucun guerrier vivant ne pouvait le vaincre. Du moins aucun de sa connaissance. Il avait entendu parler de guerriers elfes mais il ne pouvait mettre le pied dans leurs terres. Il venait de découvrir le dragon-empereur. Il se moquait complètement d’en vaincre un, il l’avait déjà fait. Mais Martkin pourrait essayer de le faire. Et il allait devoir former ces deux jeunes vampires qui, en plus, devaient se nourrir.


Pendant des semaines et des semaines, personne ne parlait mis-à-part pour demander des conseils ou donner des indications soit sur la direction à suivre, soit sur l’apprentissage du combat. L’ambiance au sein du groupe n’était guère à la camaraderie. Il fallait aller vite aussi bien pour marcher que pour apprendre. Il fallait devenir le meilleur guerrier le plus rapidement possible. Souvent, Abhorash faisait faire un détour par les contreforts des Montagnes du Bord du Monde. Le but était alors de trouver un monstre ou une tribu de peaux-vertes et de s’entraîner sur elles. Ce ne fut qu’après le massacre de la vingtième tribu qu’Erik demanda à Alexandr Yurevitch :
« Si cela n’est pas indiscret, comment es-tu arrivé jusqu’à nous ? »
Le chevalier le dévisagea alors, étonné :
« As-tu déjà oublié ? Nous nous sommes rencontrés, en Sylvanie, comme ça, par hasard... »
_Je n'ai pas oublié. Je sais que tu veux te venger d'une personne en particulier. Mais ce que je veux dire c'est comment es-tu arrivée jusqu'en Sylvanie ? »
Le visage du kislévite s'assombrit.
« Je devais partir. Je ne pouvais pas rester là-bas, parmi les miens. Depuis... Depuis que j'ai été maudit.
_Ah. Je comprends parfaitement. Mais tu peux toujours continuer à défendre ton pays. Même si c’est d’une autre manière. Ainsi, une part de toi sera sauve. Et celui qui t’a fait ça aura échoué, au moins en partie.
_Ah oui ? - Alexandr lui jeta un regard moqueur et amer. - Pourtant, ni toi, ni moi ne sommes en train de protéger quoi que ce soit. Je ne sais pas ce que toi, Erik, tu penses, mais... Je ne te crois pas. Je ne crois même pas que toi, tu crois ce que tu dis. On se bat pour soi-même, on s'entraine pour soi-même, jour et nuit. Jour et nuit. Erik, qui défendons-nous en ce moment ? Qui défends-tu ?
_Personne. Je ne défends personne car il n’y a personne que je connaisse à défendre. Car je n’ai plus rien à défendre, plus de maison, plus de famille, plus d’amis, absolument plus rien. Car le pays dans lequel je vivais et dans lequel je suis né m’a trahi. - Les yeux d’Erik s’embuèrent. - Ma mère et ma sœur ont été violées et massacrées par des mercenaires. Mon père a été brûlé vif parce qu’il ne croyait pas en Sigmar. Jusque-là je me battais pour l’Empire. Je me battais au nom d’un idéal. J’espérais que nous finirions par vaincre les puissances de la Ruine. La différence est que toi tu peux encore le défendre. Je ne connais pas ton histoire et je ne la connaîtrais pas si tu ne veux pas que je la sache et je respecte ce choix. Mais j’ai tout perdu, même Mathilda, à cause de l’Empire. Si le comte du Middenland avait lancé son attaque sur l’armée du chaos au lieu d’attendre, nous serions encore en vie tous les deux et nous aurions probablement déjà des enfants. Cela dit, je suis tellement fou que je serais capable de défendre l’Empire à nouveau, ne serait-ce que par orgueil. »
Le visage du chevalier fut l'incrédulité-même. Il se rapprocha de son cheval, puis se retourna à mi-chemin :
« Rien compris, - dit-il, l'air confus et quelque peu irrité, - je ne te comprends pas, Erik, à moins que tu ne dises la vérité et ne mentes juste après. Comment tu as dit ? "Je protégerai l'Empire par orgueil" ? - le kislévite eut l'air totalement décontenancé, comme s'il réprimait un flot de paroles. - Je n'arrive pas à te comprendre, Erik, désolé, - lâcha-t-il enfin. - Si tu le veux, et si nous ne partons pas sur le champ, je te ferai part de qui je suis, et j'écouterai ta propre histoire. Où est le maître de l'épée ? Je ne le sens plus dans les environs.
_Je te réexpliquerai plus tard si je trouve les mots juste. Sinon, pour le maître de l’épée, il doit être un peu plus loin non ? Je ne sens pas sa magie même quand il est juste à côté de moi, alors là ce n’est même pas la peine. Je ne pense pas qu’il nous ait laissés tomber comme cela. En tout cas Martkin est là-bas sur la colline à nous attendre mais c’est vrai que je ne vois pas notre mentor. Penses-tu qu’il soit parti en nous abandonnant ?
_ Quoi ? Mais non, voyons ! Pourquoi dis-tu cela ? Pourquoi partirait-il tout d'un coup, sans rien dire ?
_Je n’en sais rien moi. Peut-être qu’il veut nous tester d’une manière ou d’une autre. Qui sait ? Peut-être qu’il est juste allé vérifier quelque chose non loin. »
Toujours visiblement irrité, Alexandr monta en selle.
« Nous tester ! Ridicule ! Allons retrouver le seigneur Martkin, nous n'avons que trop trainé ! Erik !
_J’arrive, j’arrive, je regarde juste une dernière fois. »
Quelques minutes après, les deux vampires arrivent près de Martkin qui semblait les attendre. Erik lui demanda immédiatement :
« Où est parti Abhorash ?
_Il est allé non loin pour voir quelque chose. Nous devons l’attendre ici.
_ C'est lui le maitre. J'attendrai, - prononça le chevalier, et resta sur sa monture, pensif. »

Ce ne fut que plusieurs minutes plus tard qu’Abhorash arriva. Il avait l’air ennuyé mais pas soucieux. Il déclara qu’il avait vu un troll dans les parages et l’avait suivi pour le tuer. Cela s’était révélé beaucoup plus facile que prévu. Beaucoup plus facile que d’habitude même. Il commanda à la petite troupe de repartir immédiatement. Il ne voulait pas rester dans les parages. Les corbeaux allaient bientôt arriver et avec eux de probables pillards. Ils laissèrent derrière un campement d’orques complètement dévasté. Des incendies s’étaient allumés et embrasaient de nombreuses « habitations ».
Les montagnes dans la région étaient parfaitement les mêmes que les précédentes. Cette succession ininterrompue de roche attrista Erik lors des moments où il devait marcher. Lui qui avait toujours aimé la diversité des paysages, même à l’intérieur d’une même forêt ne trouvait là que du gris à perte de vue. Sans compter que tous les animaux qui n’étaient pas des monstres les fuyaient comme la peste. Seuls les combats lui permettaient d’oublier cela. Il attendait avec impatience le jour où ils retrouveraient les plaines ou les collines.
Sur la route, Martkin repensait à ce que son maître avait dit il y a des millénaires de cela. Chaque vampire devrait trouver lui-même un moyen de se libérer. Il ne devait accepter d’aide de quiconque. Il l’avait dit après avoir vaincu le dragon empereur et après avoir bu tout le sang de celui-ci. Jusqu’à ce jour, ils étaient cinq à l’avoir suivi tous les jours, pendant plus de mille trois cents ans. Ils étaient tous partis pour tenter d’accomplir des exploits dignes de l’ancien commandant des armées de Lahmia. Cela faisait plusieurs jours qu’il y pensait. Ces paroles lui étaient revenues à la dixième tribu massacrée et depuis, il n’arrêtait pas d’y penser. Probablement qu’Abhorash le savait et qu’il attendait de lui qu’il agisse ainsi. Mais il ne le savait pas. Il allait devoir composer sans lui. Il lui demanderait juste à quel endroit il a été vu pour la dernière fois puis il irait jusque là et traquerait le dragon aussi longtemps que possible. C’était probablement la meilleure chose à faire. Mais la question était de savoir quand partir. Tout de suite ? Certainement pas. Mais probablement dans quelques jours, quand ils attendraient les rivages du fleuve Aver. Il partirait alors pour l’Est tandis que les trois autres seraient libres de continuer leur route. Il préférait passer par les Montagnes du Bord du Monde plutôt que par les terres de l’Empire. Surtout que ont sûrement découvert le champ de bataille au Nord et les répurgateurs ont probablement déduits que l’armée était commandée par des vampires. Comme il n’y avait pas de corps de seigneurs de la nuit, ils déduiraient qu’ils étaient partis vers le Sud et la Sylvanie, là où plus aucun d’entre eux ne va. Sans compter qu’il avait toujours détesté l’Averland. Il n’a jamais aimé les chevaux. C’est pour cela qu’il commandait des régiments d’infanterie à Lahmia malgré les propositions répétées pour commander l’élite de la cavalerie. Il déciderait de cela le moment venu.

Les combats contre des tribus ou contre des monstres furent de plus en plus fréquents. Certaines tribus commençaient même à les chercher pour les affronter, cherchant ainsi de bonnes bagarres. Mais à chaque fois elles trouvaient la mort. Nombre de fois les deux jeunes vampires faillirent mourir mais ce ne fut jamais le cas. Les coups étaient esquivés ou parés. Les rares qui parvinrent à les blesser étaient réparés par le sang bu au combat. Ils affrontèrent régulièrement des clans des hommes-rats, allant les chercher jusque dans leurs repères. L’objectif était alors de trouver une énorme créature et de la tuer. Ils n’obtinrent cette chance qu’une seule fois. Erik déprimait toujours car la couleur presque uniforme des pierres lui rappelait sans cesse ce qu’était sa vie depuis la mort de sa bien-aimée. Il ne trouvait une échappatoire que dans l’entraînement. Parfois des souvenirs refaisaient surface, même en plein entraînement. Invariablement, Abhorash le punissait. On était au début de l’été quand ils tombèrent sur une chimère des montagnes. Erik tenta de l’affronter en premier et se lança dessus sans plus réfléchir. La seule chose qu’il obtint fut d’être catapulté par la queue de la chimère de l’autre côté du sommet de la montagne. Abhorash renifla alors de mépris et ordonna à Alexandr de se lancer à l’assaut. Il fit charger sa monture droit sur la créature. Il esquiva un coup de griffes et parvint dans le même mouvement à blesser le monstre avec ses deux lames. L’assaut suivant fut encore plus violent. La bête, enragée par les blessures, parvint à blesser la monture du kislévite. Ce dernier sauta rapidement du cheval pour ne pas se retrouver coincé sous lui. Il attaqua alors encore plus vite et plus fort. Il était entièrement absorbé par le combat. Il avait déjà combattu un vampire plusieurs fois millénaire et l’aurait vaincu s’il n’avait fait usage de magie. Ses coups redoublèrent. Il ne tentait ni de parer, ni de combattre la chimère par la force car il savait qu’il ne pourrait gagner dans un tel duel. Le secret tenait à frapper le plus souvent possible car elle était bien plus lente que lui.

Abhorash observait, satisfait. Erik avait fait preuve d’imprudence en se lançant droit sur lui sans faire attention à la queue du monstre. Alexandr était son opposé exact. Cela se voyait qu’il avait affronté plus de monstres qu’Erik pendant des années. Après tout, ne venait-il pas de Kislev ? Martkin regardait lui aussi, impressionné par le talent de son ancien élève. Lui aussi avait été déçu par Erik. C’était peut-être dû à la disparition de Mathilda. Bien que celle-ci remontait à plusieurs mois, la blessure était encore plus profonde qu’il ne voulait l’admettre lors de leurs combats. Lorsqu’il se reconcentra sur le duel, il vit qu’Alexandr allait gagner dans peu de temps. La chimère était blessée de partout et ne pourrait survivre longtemps dans un tel état malgré sa constitution supérieure. A l’inverse, le kislévite virevoltait. Il était presque aussi rapide que les guerriers hauts elfes. Il en avait déjà vu, une fois, et cela l’avait impressionné.
Le combat ne dura que quelques minutes de plus. Un coup à une patte postérieure fut porté avec une telle force qu’elle fut tranchée. Le monstre s’effondra, laissant l’occasion à Alexandr de l’achever. Occasion qu’il ne maqua pas. Abhorash le félicita assez sobrement. Mais il n’aurait pas le temps de se reposer sur ses lauriers car le premier des Dragons de Sang ordonna aux deux autres vampires de repartir aussitôt. Alexandr demanda :
« N’attendons-nous pas Erik ?
_Non, répondit l’ancien chef des armées de Lahmia, il n’est pas assez bon pour continuer avec nous. Qu’il fasse ce que bon lui semble maintenant. Cela ne nous concerne plus désormais. En route. »
Le kislévite s'arrêta net.
« Erik est mon camarade. Je l'attendrai.
_Très bien. Alors nos chemins communs s'arrêtent ici. »
Abhorash partit aussitôt, suivi de Martkin. Aucun d’eux ne se retourna pour voir le kislévite attendre son compatriote. Le premier des Dragons de Sang n’était ni furieux, ni contrarié. Il connaissait les règles et les avait accepté. Les deux vampires plusieurs fois millénaires marchaient rapidement pour ne pas perdre de temps.


Erik était sonné par le choc qu’il venait de recevoir mais au moins il était entier. C’était ce qu’il se disait. Il ne lui fallut que quelques secondes pour savoir qu’il ne serait plus accepté par le groupe après sa bêtise monumentale. Heureusement, il faisait nuit si bien que le fait d’avoir la capuche baissée n’entraînait pas de conséquences fâcheuses. Par réflexe, il la remit néanmoins sur sa tête. Il se releva et vit son épée brisée par une magie quelconque. Peut-être qu’il ne fallait pas faire d’erreur aussi monumentale que celle-ci pour pouvoir la manier réellement. Il comprit qu’elle n’était finalement pas incassable comme le lui avait dit Martkin. Heureusement qu’il avait toujours avec lui une deuxième épée. C’était celle qu’il avait avec lui quand il était parti de Drachendorf il y a ce qui lui semblait une éternité. Cette épée le suivait depuis le premier jour de son départ. Il ne l’avait jamais quittée malgré les autres armes à sa disposition. Elle lui rappelait qui il était et comment il en était arrivé là. La présence d’Abhorash ne lui avait pas permis d’étendre les quelques dons dans la magie qu’il avait. Mais il comptait bien changer cela car il était libre maintenant. Toutefois, il voulait tout de même continuer à s’améliorer au combat. Il savait aussi qu’ils ne prendraient pas la route de l’Averland car il aurait pu tenter de les rejoindre. Voulant aller dans les terres Arides, il prit ce chemin. Il se mit à marcher en contournant la montagne par le Sud. Ils étaient venus du Nord et allaient probablement s’enfoncer un peu plus dans la chaîne avant de partir au Sud. Il y avait un autre problème, bien plus important. Il n’arrivait pas à entendre quoi que ce soit. Il venait de s’en rendre compte en lançant un caillou non loin. Il ne l’avait pas entendu toucher le sol contrairement à d’habitude. Pour se rassurer, il ouvrit sa vision aux vents de magie. La Dhar et Shyish l’entouraient encore et toujours. Mais le premier était encore plus important. Le vent nécromantique semblait vouloir le guider dans une certaine direction. Avait-il une volonté propre ? Il devrait le demander à un nécromancien ou à un nécrarque, avant qu’il ne le tue, quand il en verrait un.
Il marcha ainsi pendant des jours et des jours, suivant la Dhar en permanence. Il y avait toujours le même paysage autour de lui mais il ne le regardait plus. Il se contenta de suivre le vent nécromantique. Parfois il lui parlait, cela le rassurait un peu et lui donnait l’impression de ne pas être seul. Régulièrement, il passa des créatures de toutes sortes au fil de l’épée. Il revint en Sylvanie dix jours après sa bêtise. Erik était alors à proximité de la frontière entre la Sylvanie et l’Averland : le fleuve Aver. De là où il était, il pouvait voir son cours rapide descendre vers l’Empire. Il pouvait aussi voir une grande partie de ce dernier car il avait gravi une montagne. Il redescendit en prenant soin de ne pas se tromper de direction. Mais en réalité c’était assez simple. La Dhar le guidait encore et toujours. Jusque là, elle ne lui avait pas attiré d’ennuis. Les combats qu’il avait eus étaient le fruit du hasard. Après tout, le vent nécromantique ne pouvait pas non plus prévoir les actions de créatures monstrueuses ou des gobelins des montagnes. Plusieurs heures plus tard, il arriva sur la plaine maudite. Il voyait parfaitement la distinction entre les deux contrées. L’une était baignée de Soleil et ses champs étaient magnifiques, l’autre était couverte d’un immense nuage noir. Il était attiré par la deuxième région. La Dhar aussi. Il franchit la frontière et pour la première fois, put enlever sa capuche. Cela lui faisait du bien de pouvoir sentir de l’air plus ou moins frais sur son visage et dans ses cheveux. Cela lui avait aussi énormément manqué. Au détour d’un bois, il tomba sur une petite tour où le vent qui le guidait s’accumulait.

Il savait qu’il y avait quelque chose à l’intérieur. Il pouvait sentir une présence magique. Mais ce n’était pas du tout un vampire. Même s’il avait du mal à entendre, ses repas l’ayant légèrement guéri, il prononça les syllabes d’un sort et invoqua une boule noire dans sa main gauche. Il dégaina son épée et força la porte. Il fut cueilli par un sortilège qui le propulsa à l’intérieur et le ballota dans tous les sens. Il atterrit au sol dans une autre pièce à proximité d’un fauteuil. Il vit aussitôt une créature décharnée le regarder. Elle lui dit d’une voix faible :
« Vous êtes enfin arrivés maître. Je vous attendais depuis longtemps. »
Erik se releva et lui répondit :
« Je ne suis pas votre maître et je ne vous connaît d’ailleurs pas du tout nécromancien.
_Je vous prie de m’excuser mais c’est bien vous que la Dhar a amené jusqu’à moi ?
_Oui, en effet, répondit le Dragon de Sang, hésitant.
_Alors c’est bien vous que j’attendais. Je me nomme Hans Von Dieter et j’ai commencé l’art de la nécromancie il y a plus de deux siècles de cela. J’avais déjà commencé avant le début du règne de Magnus.
_Heu, je sui honoré de faire votre connaissance. Je me nomme Erik Kranowski.
_C’est un immense honneur pour moi que de faire la connaissance d’un Dragon de Sang. »
Le nécromancien lui expliqua alors tout ce qu’il connaissait sur les vampires. Erik connaissait pratiquement tout. Toutefois, il lui apprit nombre d’autres choses sur les autres lignées comme celles des Stryges. Cependant, il tenait à se mettre à son service. Car c’était là l’ordre normal des choses. Erik lui fit part de son désir de partir pour le Sud. Hans répondit aussitôt qu’il n’avait qu’à ordonner pour qu’ils partent sur le champ. Mais avant, il voulait lui offrir un cadeau. Il sortit de la pièce et Erik e profita pour regarder autour de lui.

Au centre il y avait un immense bureau assez âgé. Il croulait sous le nombre de livre et de parchemins. Il ne pouvait déchiffrer ce qu’il y avait inscrit dessus. Le fauteuil était tout aussi vieux et son tissu presque inexistant maintenant. De nombreuses étagères étaient remplies de livres dans beaucoup de langues. Il put voir qu’il pouvait lire quelques ouvrages mais bien peu comparer aux centaines de livres présents. Son hôte était à coup sûr un puissant nécromancien. Cela se voyait. Il avait vu en arrivant des endroits à proximité où la Dhar s’accumulait. Hans avait aussi très bien choisi son lieu de résidence. Il pouvait sentir le pouvoir de ces pierres tout autour de lui. Mais la tour ne tiendrait pas cent ans de plus. Des pierres sortaient déjà du mur, il manquait des pierres dans le plafond, l’air s’infiltrait absolument partout et cela faisait pourrir les livres. Parfois des zombies passaient et repassaient dans la pièce. Soit ils nettoyaient, soit ils rangeaient ; soit ils faisaient d’autres choses. Mais ils avaient toujours quelque chose à faire. Ce ne fut qu’au bout de plusieurs dizaines de minutes qu’Hans Von Dieter revint. Il tenait à la main une pierre précieuse assez ancienne. En arrivant devant Erik, il lui dit avec une révérence :
« Je sens que vous tenez à votre lame. Je sens aussi qu’elle n’est pas enchantée. Je vous propose que je fasse un rituel qui lui confèrera une force bien au-dessus de la votre.
_Cela va-t-il la fragiliser ?
_Pas le moins du monde. La Dhar va la renforcer comme jamais.
_Hm, pourquoi pas. Tenez, répondit le Dragon de Sang en tenant sa lame.
_Merci beaucoup maître, c’est un immense honneur pour moi que de faire cela. Si vous voulez bien me suivre. »
Le vampire et le nécromancien sortirent aussitôt de la pièce puis de la tour. Le sorcier leva aussitôt un certain nombre de morts. Il y avait près de cent squelettes et autant de zombies. Pire, il y avait quinze chevaliers en armure prêts à occire quiconque s’approcherait. L’habitant de la tour demanda au vampire de commander ses troupes et de surveiller les alentours tandis qu’il serait vulnérable. Le concerné ne se fit pas prier. Il n’avait pas commandé de forces depuis la grande bataille face au chaos et cela lui avait manqué. Il plaça les squelettes tout autour d’eux, formant ainsi un cercle d’os et de métal. Devant ces derniers, il fit mettre les zombies. Il les relèverait en cas de problème. Si l’ennemi était trop fort pour eux et les squelettes, les chevaliers interviendraient.

Constant que son nouveau maître était un bon dirigeant pour ses troupes, Hans Von Dieter se prépara. Il connaissait le rituel par cœur. Il plaça l’épée au sol et garda la pierre dans sa main. Il ouvrit ensuite sa vision aux vents de la magie. Rapidement, la Dhar s’accumula avec plus de force qu’à l’accoutumée. Il siphonna une grande partie des vents présents pour les placer dans la pierre. Il en laissait en liberté pour aider Erik en cas de combats. Récitant une formule, il modela le vent nécromantique pour lui donner une force plus importante. Il lui demanda dans une langue inconnue des hommes n’habitant pas le Nord une faveur. Celle d’être dans une lame d’une de ses créatures pour l’aider. Le vent commença par répondre non. Puis un duel de volonté s’engagea entre le mortel et le vent. Mais le nécromancien finit par le remporter. Il savait qu’il ne lui restait guère de temps avant que le vent ne se rebelle contre le pacte. Prononçant une autre formule, il propulsa le vent sous forme de dragon dans la lame. Il lâcha la pierre qui se fracassa au sol. L’épée prenait différentes couleurs tout du long du processus. Hans savait que chaque lame avait son âme propre et qu’il fallait que les deux s’acceptent. Au bout de minutes qui lui parurent interminables, l’arme reprit sa couleur d’origine. L’ensorcellement avait réussi. Il arrêta de regarder les vents de magie. Erik sortit aussitôt de sa veille silencieuse et demanda :
« Cela a réussi ? »
Prenant l’épée, Hans la lui tendit en s’inclinant respectueusement. Le vampire la prit et la testa aussitôt sur une souche d’arbre non loin. Elle fut coupée en deux d’un seul coup. Satisfait, il la rangea. Le nécromancien reprit le contrôle de ses troupes et les renvoya là où elles étaient. Erik lui demanda s’il pouvait couvrir de nuages noirs leur avancée pour qu’ils puissent avancer en pleine journée car il comptait aller au Sud de l’Empire et ravager les Terres Arides. Von Dieter lui répondit qu’il était prêt à partir. Il rentra dans la tour et chercha quelques habits et mit quelques livres avec dans un sac qu’un zombie porterait. Il ressortit quelques minutes plus tard. Il rassembla une nouvelle fois son armée et la mis en ordre de marche. Erik ne faisait pas vraiment confiance au sorcier qui l'accompagnait mais il pourrait l'aider à traverser ces plaines qui s'étendaient à perte de vue.

Le nécromancien et le vampire partirent alors en direction de l’Averland. Le fleuve pouvait être franchi en peu d’endroits et l’un d’eux était à quelques heures de marche. Certes tous les ponts étaient fortement gardés mais en arrivant de nuit, ils pourraient les vaincre sans problème aucun. Sur la route, Hans Von Dieter enseigna quelques enchantements mineurs à son nouveau maître. Ce dernier se satisfaisait de la solution trouvée. Il allait pouvoir enfin combattre autre chose que des monstres et des gobelins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arken
Maîtresse des fouets
avatar

Age : 21
Nombre de messages : 2677
Expérience de jeu (CV) : Depuis juillet 2006 (livre CV fin V6, jeu fin V7)
Date d'inscription : 12/03/2011

MessageSujet: Re: Le coût de la (non-)vie   Ven 28 Nov 2014 - 22:46

Plusieurs choses. Déjà, je trouve qu'Abhorash redevient trop banal dans ce passage. Il parle trop normalement aux autres. Mais sinon il est bien représenté.
Ensuite, pour la bourde d'Erik, j'aurais trouvé plus subtil de l'amener en douceur... C'est-à-dire décrire plus de combats et d'entrainements différents, qui mettraient de plus en plus en évidence le talent d'Alexandr face aux boulettes d'Erik, avec le maître qui analyse derrière, jusqu'à l'erreur de trop.

De plus, concernant le nécromancien, je trouve son comportement très étrange. Vouloir d'un Dragon de sang pour maitre, simplement parce que c'est dans la tradition qu'un nécro serve un vampire, ça ne suffit pas. Ton nécromancien semble puissant, et il est libre de sa vie quand Erik le trouve. Perso, si j'ai réussi à me libérer de l'emprise d'un vampire et que j'ai assez de puissance pour me débrouiller seule, j'irais pas accueillir un autre vampire en l'appelant maitre. Surtout qu'il semble enchanté de prendre comme nouveau maitre un gars qui s'y connait moins bien que lui en magie... Fou 
Du coup, j'aurais trouvé ça plus logique qu'Erik devienne son apprenti.
Ah, et Erik est de nouveau trop rapide dans son raisonnement. "La dhar m'a amené chez lui. Je me fais défoncer par un sortilège en entrant. C'est pas grave, il a l'air cool ce gars, je vais le prendre comme serviteur." Il faudrait que tu détailles beaucoup plus sa méfiance (surtout qu'un vampire a des tendances paranos ^^), et amener de façon logique leur partenariat, c'est-à-dire qui serait fructifiant pour les deux. 

Ah, et enfin, j'ai pas compris un truc... Il arrive en Sylvanie, là où y'a un joli nuage noir H24, et il est super content de pouvoir enlever sa capuche. Et après, en sortant de la tour, il demande à son nouveau pote d'invoquer un nuage pendant le jour pour pouvoir voyager... Alors qu'ils sont encore en sylvanie Fou

Voilà voilà. Maintenant, j'attends de savoir ce que va faire Alexandr, qui poireaute pour rien dans les montagnes lol

_________________
Les mots sont un don. Les mots sont une arme. Les mots ne se gaspillent pas. P.B.
"Despierta y ponte a soñar"
Ceux qui ne croient pas en la magie ne la trouveront jamais.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gilgalad
Seigneur vampire
Seigneur vampire
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 3346
Expérience de jeu (CV) : On parle en Comtes Vampires ou du Curriculum Vitæ ?
Date d'inscription : 04/01/2013
Maître floodeur Maître floodeur

MessageSujet: Re: Le coût de la (non-)vie   Lun 12 Jan 2015 - 16:09

Voilà la dernière suite écrite et qui sera publiée. Un grand merci à Von Essen qui a écrit la fin de ce chapitre d'un main de maître (j'avais besoin de le préciser ? ).


CHAPITRE 16 :

Ils arrivèrent devant le Stir à la tombée de la nuit. Les quelques gardes qui gardaient le pont furent massacrés sans autre forme de procès. Mais il y avait un problème. Un cavalier s’était échappé. Et ils n’avaient pas pu le rattraper. Même les cavaliers noirs ne l’avaient pas pu. Cela mécontenta Erik car ils allaient probablement devoir affronter une armée dans quelques jours. Il tint conseil avec Hans et prit rapidement une décision. Ils allaient continuer à avancer à marche forcée. Ils franchiraient le plus de distance le plus rapidement possible. Une fois que les morts furent relevés, ils se remirent en route. L’armée progressait en un seul et même groupe. Rien ne vint les perturber. Aucun village ne fut croisé sur leur route. Ainsi, le vampire et le nécromancien espéraient ne pas attirer l’attention des humains et qu’ils les laisseraient passer sans rien leur faire. Autour d'eux, même les arbres étaient rares. Les collines se déployaient à perte de vue. A cause de l'obscurité, la terre leur sembla aussi noire que le ciel. Les nuages étaient nombreux mais le vampire espérait qu'ils passeraient. Vers la fin de la nuit, ils s'en allèrent, dévoilant ainsi un grand ciel étoilé.
C'est à ce moment qu'un personnage apparut devant l’armée au détour d’une colline. Les squelettes l’entourèrent aussitôt. Puis ils s’écartèrent pour laisser passer le Dragon de Sang. Lorsque celui arriva devant l’inconnu, il dit :
« Qui êtes-vous et que voulez-vous ? Répondez vite ou je vous tue.
_Je vous laisserai essayer et on verra qui peut tuer qui, répondit une vois de femme. »
Le jeune vampire fut stupéfait. Il ne s’attendait pas à voir un vampire, qui plus est une femme dans la région. Elle continua :
« Une armée impériale est sur mes talons et n’est pas loin. »
Erik entendit alors des cors sonner. Des cors d’impériaux. Et à les entendre, il devait y avoir là nombre de soldats de l’Empire. Il répondit alors à l’inconnue :
« Je ne vois pas en quoi cela me concerne.
_Ils sont beaucoup trop près pour que vous leur échappiez. Si nous nous battons ensemble, nous avons peut-être une chance. »
Déjà, le jeune vampire voyait les premiers étendards à quelques lieues. Il y en avait presque une dizaine. C’est-à-dire environ dix régiments ou compagnies de soldats impériaux. Il allait devoir faire des prouesses pour s’en sortir entier. Et Hans allait devoir se surpasser. Le visage fermé, il lui donna ses ordres. Les squelettes se placèrent au centre, entourés par des zombies. Il cacha les chevaliers noirs derrière la colline pour les garder en réserve. Hans se plaça derrière les troupes dans un petit régiment de zombies. L’inconnue se rangea aux côtés du vampire qui lui-même se mit au centre de l’armée. Alors que l’aube se levait, le dragon de Sang rabattit sa capuche et se prépara à accueillir l’armée ennemie comme il se devait de le faire. Il ne connaissait pas la mystérieuse jeune femme et se doutait bien qu’elle n’était pas qu’une simple humaine. Néanmoins, l’armée ennemie arrivait et ils ne pouvaient l’éviter d’une manière ou d’une autre. Il ne lui faisait pas entièrement confiance mais il n’avait pas le choix. Autour de lui, le soleil commencer à illuminer la plaine et les collines environnantes.


Il poursuivait une vampiresse depuis des jours et des jours avec toute une armée, tout ça sur les ordres d’un répurgateur. Alors même qu’ils devaient rejoindre le nord de l’Empire pour renforcer les armées présentes pour garder la frontière. Son armée était déjà diminuée par les pertes dues aux combats contre les orques il y a deux mois. Il n’avait même pas eu le temps de former des recrues qu’il avait reçu l’ordre d’accompagner le chasseur de sorcière et le seigneur magicien l’accompagnant. Ils marchaient depuis deux heures quand l’aube se leva et que ses premières troupes virent des morts-vivants. Peut-être qu’elle n’était pas seule après tout. Lorsqu’il avertit le répurgateur de la situation celui-ci eut pour toute réponse :
« Cela nous permettra d’en abattre encore plus car elle n’est pas seule, le magicien l’a senti. »
Le général le laissa à ses idées et partit organiser son armée. Il plaça ses joueurs d’épée face aux squelettes. Leurs flancs étaient gardés par des hallebardiers enhardis par la présence de prêtres-guerriers de Sigmar. Le répurgateur vint se placer à la tête des guerriers d’élite aux côtés du commandant de l’armée et de son étendard. Il lui demanda alors où était sa cavalerie, si précieuse. En réserve, lui répondit l’intéressé. Alors que des arbalétriers et un canon se déployaient sur une colline, il donna l’ordre d’avancer. En même temps, les troupes face à eux avançaient. Il savait que nombre de ses soldats allaient mourir aujourd’hui. Peut-être même qu’ils allaient tous rejoindre Sigmar. Mais leur mission était sacrée et ils devaient vaincre, ou au moins emporter les vampires dans leur tombe.


Erik avait regardé les troupes ennemies se déployer. Finalement, ils étaient presque à égalité. Toutefois, quelque chose n’allait pas, il le sentait. Comme si cela était son dernier combat. Il tenta de chasser cette impression pendant la progression et y parvint presque. En effet, Hans relevait les morts au même rythme qu’ils tombaient. Mais l’impression revint de plus belle quand les troupes impériales furent proches. Prenant sur lui, il lança la charge, suivit par les squelettes. Ils percutèrent les joueurs d’épée au beau milieu d’une magnifique prairie d’Averland. Le sang tacha l’herbe et les os brisés tombèrent comme les morts et les vivants s’affrontaient. Il tua plusieurs soldats en peu de temps si bien que d’autres s’écartèrent un instant. Il en profita pour  regarder autour de lui. La femme mystérieuse luttait avec autant d’ardeur que lui. Mais les zombies sur ses côtés, bien que plus nombreux, se faisaient tailler en pièce et Hans ne pouvaient en relever aussi vite. Le vampire, voyant que la bataille risquait de tourner en sa défaveur, donna l’ordre à ses cavaliers noirs de charger un régiment de hallebardiers. Ils sortirent de leur cachette. Le combat reprit de plus belle autour d’Erik. Mais ses squelettes aussi se faisaient renvoyer dans leur tombe.
Des chevaliers impérieux se dévoilèrent en voyant les chevaliers squelettes. Mais l’un d’eux trébucha et en entraina plusieurs dans sa chute. Ces derniers, sur l’ordre de Hans les chargèrent aussitôt pour ne pas les laisser le temps de se remettre. Ce fut une boucherie. Les chevaliers furent massacrés jusqu’au dernier. Dans un ultime défi, leur chef tua le champion des squelettes. Ces derniers attaquèrent aussitôt les hallebardiers. La force des vents de magie avait augmenté, si bien qu’Hans reprit l’avantage sur le mage de la lumière. Les sorts de ce derniers aidaient ses troupes et il ne s’occupait guère de tisser des contre-sorts ou de tenter de bannir les morts-vivants. Si bien que le nécromancien eut la possibilité relever plus facilement ses propres forces. La bataille tournait en leur faveur. Au centre, les joueurs d’épée mouraient les uns après les autres. Un prêtre-guerrier était mort, tué par des zombies. L’autre régiment de hallebardiers tenait tant bien que mal face à leurs ennemis.

Hans se contentait de relever une nouvelle fois les morts mais cela ne l’empêchait pas de voir que la bataille tournait en leur faveur. Cela était lent mais inexorable. Rien ne pourrait les empêcher de remporter la victoire en ce jour. Après tout, il n’avait pas fait tout cela depuis des centaines d’années pour mourir bêtement ici. Il avait appris la nécromancie de plusieurs vampires et nécromanciens successifs et cela faisait déjà plus de cent ans qu’il apprenait seul. Mais une question le taraudait. Pourquoi donc cette vampiresse avait croisé leur chemin ? Cela n’était pas le fruit du hasard, sinon il le saurait. Ils allaient devoir régler cela une fois la victoire acquise. Mais en attendant, il devait parer au plus pressé. Le mage de la lumière était loin d’être un débutant. Il s’agissait même probablement d’un seigneur mage. La vampiresse présente devait donc être une cible de grande importance pour qu’un tel mage et un répurgateur fassent alliance. Les sorts étaient difficiles à contrer mais il trouva rapidement une parade. Il lui suffisait de relever plus rapidement encore les morts. Et soutenir autant que possible ses propres zombies et squelettes. Il dut combattre des hallebardiers l’épée à la main. Il se désengagea du combat et réfléchit un instant. Il tenta alors de lancer un sort puissant. Il affaiblirait considérablement les joueurs d’épée affrontant les squelettes et les deux vampires. Hans accumula autant de Dhar que possible mais celle-ci se rebella. Il tenta de libérer l’énergie mais celle-ci ne fit aucun mort. Pire, une décharge revint frapper le nécromancien et ses servants de plein fouet. Il s’en sortit miraculeusement mais l’espace d’un instant fut entendu le rire malveillant des dieux sombres partout sur le champ de bataille. Après cela, il ne tenta plus d’accumuler autant de Dhar. Le risque était bien trop grand car il était seul pour relever les troupes du vampire et lui permettre de continuer le combat.

C’est alors que retentirent plusieurs cors dans la prairie souillée. De l’Est plusieurs étendards gravés de runes apparurent. Ils avançaient à bonne vitesse et ne semblaient pas vouloir s’arrêter. Erik comprit instantanément que s’il ne mettait pas fin immédiatement à la bataille, ils allaient tous y rester, et à jamais cette fois-ci. Il vit, comme par enchantement, un répurgateur devant lui. Ce dernier lui dit :
« C’est étrange, tu ressembles à quelqu’un que j’ai fait envoyer au bûcher il y a presque une année. A vrai dire, tu lui ressembles trait pour trait. Il était originaire de Drachendorf. »
Le vampire comprit instantanément. C’était le chasseur de sorcière qui avait tué son père et vendu sa mère et sa sœur à des mercenaires. Poussant un grand cri de colère, il le chargea. A son grand étonnement, et désespoir, ses coups ne trouvèrent aucune faille. Pire, le répurgateur paraît et frappait aussi vite que lui. Erik comprit qu’il était soutenu par la magie du magicien de lumière. Tout en continuant à attaquer au même rythme, il marmonna des formules pour tenter de dissiper les sorts. Mais il ne pouvait résister indéfiniment à un dragon de sang. Alors que le combat s’éternisait, les morts-vivants tombèrent un à un. La jeune femme mystérieuse n’était plus là et s’était probablement enfuie en voyant les nains arriver. Ces derniers percutèrent le flanc des morts-vivants comme le poing de Grimnir. Leur charge était menée par des marteliers et des brise-fer et un roi nain. Il tua lui-même Hans qui ne put relever assez de zombies pour se protéger. Des guerriers presque nus et à la crête orange pulvérisèrent les cavaliers squelettes, sauvant par-là même les hallebardiers impériaux survivants. Les squelettes restant furent anéantis par la garde du roi nain. Il ne restait plus qu’Erik debout.
A ce moment, il vainquit enfin le chasseur de sorcière d’un seul coup d’épée. Il avait épuisé ce dernier par ses attaques et même la magie ne put l’aider contre la fureur du vampire. Il réalisa qu’il était le dernier survivant et qu’il était encerclé. Apercevant celui qui semblait commander les nains, il dit :
« Viendras-tu m’affronter ou retourneras-tu couvert de honte d’avoir refuser un défi ? »
Cela eut l’effet escompté. Marmonnant ce qui sembla au vampire des insultes dans sa langue, le roi s’avança devant sa garde et se plaça face à la créature de la non-vie, l’œil brillant de colère. Les nains et les impériaux firent alors un grand cercle autour des deux combattants. Erik savait qu’il ne pouvait vaincre, mais il voulait mourir en guerrier. Il nettoya son épée et attendit. Le nain fit de même. Ce dernier était aussi inamovible que le roc. Il essayait de jauger de la valeur de son adversaire. Il était visiblement un très bon combattant. Mais il n’avait pas une immense expérience du combat. Cela se voyait. Et il ne devait pas être un vampire très ancien. Un excellent adversaire en fait, assez bon pour qu’une légende en naisse. Il chargea le premier.

Ce furent comme si des titans s’étaient déclarés la guerre. L’acier enchanté par la magie noire ne pouvait percer l’armure de Gromril du nain. Les coups de ce dernier ne pouvaient passer la garde du vampire. Il était trop rapide et fort pour cela. Plusieurs fois, les combattants se séparèrent pour charger avec plus d’ardeur. Ils s’affrontèrent pendant une demi-journée complète. Ce fut Erik qui obtint le premier sang. Mais cela ne troubla outre mesure le roi nain. Il avait été blessé des centaines de fois. Et à chaque fois il avait remporté le combat. Il ne voulait pas mourir. Il avait combattu sur des milliers de champs de batailles depuis des centaines d’années. Il combattait déjà depuis plus d’une centaine d’années quand il avait participé à la grande guerre contre le Chaos à Kislev. Il parvint à blesser la créature ni morte ni vivante plusieurs fois. Sa lame runique l’aidait grandement à passer la constitution du vampire et sa protection enchantée. Les parades se succédèrent aux attaques.
Alors que la nuit tombait, Erik tenta une attaque osée. Pour cela, il ouvrit sa garde une fraction de seconde. Cela suffit au nain. D’un grand coup de hache, il ouvrit en deux l’armure puis le ventre du dragon de sang. Affaiblit d’un seul coup, celui tomba à genoux. Etrangement, des larmes lui vinrent aux yeux.


Mon premier souvenir, les bras de ma mère m’entourant et me serrant contre elle. Mon père me tenant dans ses bras et me faisant découvrir mon village. Je venais d’avoir six ans. Ma première leçon d’escrime avec mon père. Et ma première épée, en bois. Les huit ans et la naissance de Maria quelques jours après. La joie d’avoir une petite sœur. Le fait de  pouvoir la garder dans ma chambre et de m’occuper d’elle tous les jours. Bercer ma petite sœur en chantant les chansons que ma mère me chantaient au même âge. Mes dix ans et mon premier arc. Ma première partie de chasse avec mon père. Les regards de mon père et de ma mère emplis de fierté quand j’ai ramené mon premier gibier. Les sourires de Maria et sa croissance. Ses premiers pas peu de temps avant et son premier mot « Erik ». Mes onze ans et le voyage jusqu’en Bretonnie. La joie de voir pour la première, et ce qui sera la seule, fois notre famille dans ce pays magnifique. Mes douze ans et le début de mon entraînement avec le capitaine de la garde. Ma nouvelle épée. Mes seize ans. Mon premier baiser avec Mathilda. Et nos premières parties de chasses ensemble. Nos premières patrouilles avec les éclaireurs du comte électeur. Ma sœur qui grandit et a son premier amour au village. Son regard pétillant de vie, d’innocence et de bonheur. Ma demande en mariage. La première fois de Mathilda et moi. La première mort de ma bien-aimée quelques jours plus tard. Maria me soutenant dans cette épreuve, me nourrissant à la petite cuillère. Mon retour à la vie. Les nouvelles parties de chasse avec mon père. La joie de ma mère voyant que je reprends goût à la vie. Voir ma sœur devenir une jeune femme. La voir se fiancer avec un garçon du village. Ma fuite quelques jours après. La rencontre avec Klara et le combat contre les hommes-bêtes. La rencontre des vampires. Les retrouvailles avec Mathilda et la joie de la voir vivante, ou presque. Les nombreuses disputes avec elle. Notre dernière bataille ensembles contre le Chaos et la victoire malgré notre inconscience à la fin. Notre retour dans ce monde. La rencontre avec Martkin. Sa mort définitive et la tristesse. Puis à nouveau son sourire. Encore et toujours son sourire. Encore et toujours. Partout, n’importe quand mais toujours son sourire rassurant.

C’est avec cette vision que le Dragon de Sang mourut. Erik sentit qu’une grande lumière l’enveloppait et ne sentit pas le coup le frapper. Un sourire flottait sur son visage quand le nain l’acheva. Son corps tomba lentement au sol. Son esprit se détacha lentement de son corps et il le vit tomber. Mais il était irrésistiblement attiré par le ciel étoilé qui se déployait au-dessus d’eux. Il vit le mage de lumière mettre le feu à son cadavre puis faire enterrer ses cendres pour qu’il ne revienne jamais sur terre. Mais son médaillon fut oublié. Il n’était pas brûlé et avait été oublié par les soldats des deux races. Les deux armées se séparèrent ensuite, les nains retournant dans leur forteresse et les humains partant vers le Nord-Ouest.


Quelques heures plus tard.
Il faisait nuit. Mais malgré cela il voyait parfaitement. Il cherchait son compagnon depuis des jours entiers. Il l’avait attendu pendant presque deux jours sur la montagne d’où il avait été catapulté par la vouivre. Il avait assisté son cheval jusqu’à ce qu’il agonise. Mais lorsqu’il s’était mis à sa recherche, il n’y avait que peu de traces à suivre. Son seul indice de son passage fut un rocher brisé en morceau, probablement par son arrivée. Rien d’autre ne pouvait l’aider. Il n’y avait que de la roche autour de lui. Et il était suffisamment expérimenté pour savoir que son compatriote ne laisserait aucune trace derrière lui. Déjà qu’il était difficile de laisser des traces sur de la pierre en temps normal. Il se fia à son instinct pour savoir dans quelle direction il avait pu aller. Il ferma les yeux un instant pour lui laisser le temps de l’envahir. Il alla vers l’Ouest. Pendant des jours il suivit une trace très légère, laissée par la Dhar sur le sol. Il ne prit pas le temps de regarder autour de lui. Il tua toutes les créatures sans quitter la piste qu’il voyait. Cela lui apparaissait comme des pas. Il ne voulait pas perdre ces traces, ce qui le fit avancer prudemment. Au fur-et-à-mesure des monts et des vallées, il finit par arriver en Sylvanie. Il trouva la même tour que son compagnon. Il devait être passé ici récemment. Il rentra. Tout indiquait un départ précipité. De nombreux livres étaient encore présents sur des étagères. Le bureau n’était pas rangé. Une bougie finissait même de se consumer. Assurément cela n’appartenait pas à son compagnon de voyage mais l’occupant pourrait l’avoir vu. Il ressortit rapidement. Il n’y avait pas une minute à perdre. Il prit néanmoins le temps de regarder autour de lui. Il ne put manquer la trace laissée dans le sol par deux cents pieds. Comprenant rapidement, il les suivit aussi vite que possible. Il atteignit en une journée à peine l’Aver. Il vit la garnison massacrée. Il comprit. Son compagnon de voyage était passé par là. Il traversa rapidement le fleuve. La nuit n’allait pas tarder à tomber et il ne voulait pas rester dans les parages. Il marcha pendant des heures entières sur la piste de la petite armée quand il arriva dans une grande prairie. Il vit alors des centaines de corps de toute sorte sur le sol. Une grosse centaine de squelettes, bien plus de cents zombies, plus de deux cents impériaux morts. Ayant un mauvais pressentiment, Alexandr chercha longuement parmi les cadavres quand un petit objet doré attira son attention. Il le prit et l’examina. Il s’agissait du même médaillon qu’Erik avait toujours porté depuis qu’il le connaissait. Il lui avait dit que c’était un présent de Mathilda et la dernière qui le raccrochait à elle. Le kislévite savait que le jeune vampire ne s’en serait jamais séparé. Il comprit. Erik avait entièrement disparu.

Alexandr scruta encore longtemps les alentours à la recherche d'une trace du cadavre. Intérieurement, il sentait qu'il avait peu de chances de le retrouver, mais il le faisait par devoir que l'on devait en dernier recours à un compagnon, car c'est ce que l'on lui avait appris. Ce n'est que lorsque le ciel commença à s'éclaircir à l'horizon qu'il se résigna, ne gardant sur lui que le médaillon d'Erik. Il ne lui prêtait aucune autre valeur que celle d'un souvenir, et répugnait à le jeter. Gardant au plus profond de lui la pensée qu'il le lui rendrait dans l'au-delà, le chevalier rangea soigneusement le médaillon dans les plis de son vêtement. Sans jeter un autre regard sur le champ de bataille pourrissant, aux contours encore confus dans l'obscurité décroissante, il se dirigea de nouveau vers l'Est, espérant trouver refuge pour passer le jour à l'abri du soleil.
Retrouver le maître de l'épée. Se débarrasser de sa malédiction. En méditant lors de sa marche sur des cadavres jonchant le sol, le vampire se sentit fatigué et furieux envers lui-même. Il avait perdu le fil de sa quête en partant à la recherche d'Erik. Espérer retrouver la trace de ses deux mentors tenait à présent de la folie, mais il devait néanmoins tenter de le faire, ou du moins s'éloigner le plus loin possible des humains. Sa maladie s'aggravait, car il s'y accoutumait sans le vouloir.
Il secoua la tête, arrivant en fin au bout de la plaine, essayant de retrouver sa volonté émoussée. Devant lui se dressait une haie touffue de peupliers, d'érables et d'innombrables buissons. Le vampire pénétra à l'ombre du bosquet, et s'étendit au pied d'un tronc élancé. Ayant une pensée amère pour sa condition, il se recouvrit entièrement de sa cape, et demeura ainsi allongé, immobile et se sentant engourdi, à l'ombre des arbres.


Dernière édition par Gilgalad le Mar 13 Jan 2015 - 9:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nyklaus von Carstein
Seigneur vampire
Seigneur vampire
avatar

Age : 19
Nombre de messages : 1758
Expérience de jeu (CV) : Aucun mais possède tous les LA. Joue Tyranides et Nécrons dans W40K et rois des tombes dans W B
Date d'inscription : 24/06/2014

MessageSujet: Re: Le coût de la (non-)vie   Lun 12 Jan 2015 - 20:44

Erik est mort, ouinnn !!!! Crying
Sérieusement, je suis enchanté par cette fin et triste à la fois.
Un grand bravo à vous deux pour ce magnifique récit !!! Clap Clap
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arken
Maîtresse des fouets
avatar

Age : 21
Nombre de messages : 2677
Expérience de jeu (CV) : Depuis juillet 2006 (livre CV fin V6, jeu fin V7)
Date d'inscription : 12/03/2011

MessageSujet: Re: Le coût de la (non-)vie   Lun 12 Jan 2015 - 21:03

"Toutefois, quelque n’allait pas, il le sentait."
Relever cette faute me rend presque triste... Qu'est-ce qu'une faute quand une histoire se termine, que héros meurt le cœur léger, et que son compagnon le cherchera pour l'éternité dans l'aethyr ?
Je ne m'attendais pas à ce que l'histoire se termine, mais étrangement je n'en suis pas frustrée. Encore bravo à toi, mon cher. Tu fais désormais partie du cercle très fermé des auteurs ayant fini leur histoire sur ce forum respect

_________________
Les mots sont un don. Les mots sont une arme. Les mots ne se gaspillent pas. P.B.
"Despierta y ponte a soñar"
Ceux qui ne croient pas en la magie ne la trouveront jamais.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Von Essen
Collecteur de Sang
avatar

Age : 21
Nombre de messages : 3433
Expérience de jeu (CV) : 2 ans
Date d'inscription : 22/12/2013

MessageSujet: Re: Le coût de la (non-)vie   Lun 12 Jan 2015 - 21:40

J'avoue avoir été un peu étonné en entendant que l'histoire se finirait ainsi. Paix à l'âme du guerrier, tombé l'épée à la main.  RIP

Arken a écrit:
que son compagnon le cherchera pour l'éternité dans l'aethyr ?
Étrange, ce n'est pas l'idée que je souhaitais passer dans ma petite partie. Par la quête de "ses deux mentors", Alexandr fait comprendre qu'il repartira à la recherche d'Abhorash et de Martkin. Ai-je été trop ambigu quelque part ?

Sinon, je m'interroge sur l'avenir : penses-tu reprendre la plume pour une autre épopée, Gilgalad ?

_________________
L'eau, ça mouille. Et ça fait des vagues puis ça devient plat. Et on voit dedans comme dans une vitre. Et ça fait froid quand ça mouille.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arken
Maîtresse des fouets
avatar

Age : 21
Nombre de messages : 2677
Expérience de jeu (CV) : Depuis juillet 2006 (livre CV fin V6, jeu fin V7)
Date d'inscription : 12/03/2011

MessageSujet: Re: Le coût de la (non-)vie   Lun 12 Jan 2015 - 21:48

Ne t'inquiète pas, j'avais compris. C'était juste une extrapolation de ma part Fou

_________________
Les mots sont un don. Les mots sont une arme. Les mots ne se gaspillent pas. P.B.
"Despierta y ponte a soñar"
Ceux qui ne croient pas en la magie ne la trouveront jamais.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Von Essen
Collecteur de Sang
avatar

Age : 21
Nombre de messages : 3433
Expérience de jeu (CV) : 2 ans
Date d'inscription : 22/12/2013

MessageSujet: Re: Le coût de la (non-)vie   Lun 12 Jan 2015 - 22:01

Quelle frivolité. Je ne me permettrais jamais une chose pareille...   Rolleyes

Les chats familiers vont envahir le Vieux Moooooonde !!! Fou

_________________
L'eau, ça mouille. Et ça fait des vagues puis ça devient plat. Et on voit dedans comme dans une vitre. Et ça fait froid quand ça mouille.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gilgalad
Seigneur vampire
Seigneur vampire
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 3346
Expérience de jeu (CV) : On parle en Comtes Vampires ou du Curriculum Vitæ ?
Date d'inscription : 04/01/2013
Maître floodeur Maître floodeur

MessageSujet: Re: Le coût de la (non-)vie   Lun 12 Jan 2015 - 23:24

Nyklaus a écrit:
Erik est mort, ouinnn !!!! Crying
Sérieusement, je suis enchanté par cette fin et triste à la fois.
Un grand bravo à vous deux pour ce magnifique récit !!! Clap Clap
This is the life. Plus sérieusement, cela arrive. Et merci à toi de m'avoir lu.

@Arken : tu peux me dire ce que je dois corriger car je n'arrive pas à voir l'erreur (je te fais confiance) ? Sinon, content que la fin te plaise. Et dire que Von Essen était au courant quand on s'est vu l'autre jour.

A ce propos, merci à toi, cher Von Essen de n'avoir rien dit à notre tavernière quand on était réunis tous les trois (plus quelqu'un d'autre) jeudi dernier. J'avais peur que tu vendes la mèche mais tu n'as rien dit, ce qui a maintenu le suspens.

Pour répondre à ta question, je dois finaliser le récit sur les elfes, terminer le voyage de noces et continuer une partie d'un voyage. Sans compter commencer les unités de Dragons de Sang. Le premier qui peut être une épopée sera aussi terminé. Le deuxième doit se terminer un jour et le plus tôt sera le mieux. Le troisième ne presse pas car il s'agit d'actions bien antérieures à notre époque. Le quatrième est plus urgent.
A vrai dire, je ne pense pas reprendre un jour une épopée ou un récit assez long comme celui-ci. En effet, je commence à perdre petit-à-petit l'envie d'écrire ainsi que l'inspiration. C'est un peu comme si un guerrier humain atteignait la vieillesse et ne pouvait rien faire contre. Peut-être que ce n'est qu'épisodique, peut-être pas. J'ai aussi perdu un peu de mon âme d'adolescent depuis trois ans que je suis inscrit sur le forum. Or, c'est ce qui m'avait poussé à me lancer dans le récit.


Maintenant, je vais expliquer pourquoi je termine ce récit. J'avais quelques idées pour la suite, mais aucune ne me plaisait ou n'était satisfaisante. J'aurais bien aimé continuer et je dois avouer que j'ai versé quelques larmes en écrivant la mort et les souvenirs d'Erik. Pour tout vous dire, je me suis inspiré de la scène d'Armageddon où le père meurt en faisant sauter la météorite et revoit sa fille dans des flashbacks. Plutôt que de partir dans du n'importe quoi ou que d'abandonner en cours de route, j'ai préféré partir la tête du récit pour éviter une chute un peu nulle ou laisser le lecteur sur sa fin. Bine sûr, Erik n'est pas mort dans une immense bataille (j'avais eu envie d'arrêter un peu avant le chapitre 9, ce qui avait été prévu à l'origine) mais au moins il a lutté jusqu'au bout. Et c'est l'idée que je me fais du personnage.
En tout cas, cela a été un plaisir de partager ce récit avec vous au fil des années. Et je vous remercie encore d'avoir pris le temps de me lire, même si je sais que parfois ce n'était pas évident.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arken
Maîtresse des fouets
avatar

Age : 21
Nombre de messages : 2677
Expérience de jeu (CV) : Depuis juillet 2006 (livre CV fin V6, jeu fin V7)
Date d'inscription : 12/03/2011

MessageSujet: Re: Le coût de la (non-)vie   Mar 13 Jan 2015 - 8:16

"Toutefois, quelque chose n’allait pas, il le sentait." Wink

_________________
Les mots sont un don. Les mots sont une arme. Les mots ne se gaspillent pas. P.B.
"Despierta y ponte a soñar"
Ceux qui ne croient pas en la magie ne la trouveront jamais.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gilgalad
Seigneur vampire
Seigneur vampire
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 3346
Expérience de jeu (CV) : On parle en Comtes Vampires ou du Curriculum Vitæ ?
Date d'inscription : 04/01/2013
Maître floodeur Maître floodeur

MessageSujet: Re: Le coût de la (non-)vie   Mar 13 Jan 2015 - 9:43

Ah, merci beaucoup. Je change ça tout de suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nyklaus von Carstein
Seigneur vampire
Seigneur vampire
avatar

Age : 19
Nombre de messages : 1758
Expérience de jeu (CV) : Aucun mais possède tous les LA. Joue Tyranides et Nécrons dans W40K et rois des tombes dans W B
Date d'inscription : 24/06/2014

MessageSujet: Re: Le coût de la (non-)vie   Mar 13 Jan 2015 - 10:08

Même si tu arrêtes d'avoir une âme d´adolescent, cela ne t'empêche pas de faire des épopées, mais j'espère que ton manque d'inspiration n'est que passagère, car j'espère pouvoir faire avec toi et Gromdal un petit récit ;-)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le coût de la (non-)vie   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le coût de la (non-)vie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 6 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armées Comtes Vampires et mort-vivants :: 
La Bibliothèque
 :: Récits, Fanfics et Fanart
-
Sauter vers: