AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le coût de la (non-)vie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
Gilgalad
Seigneur vampire
Seigneur vampire
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 3374
Expérience de jeu (CV) : On parle en Comtes Vampires ou du Curriculum Vitæ ?
Date d'inscription : 04/01/2013
Maître floodeur Maître floodeur

MessageSujet: Le coût de la (non-)vie   Jeu 10 Jan 2013 - 14:31

J'ai écrit récemment un récit qui raconte une partie de l'histoire de mon (futur) vampire.

Je n'ai pas l'intention de rivaliser avec les piliers, que dis-je? les monuments de cette section. Toutefois si ce début plait je pourrais écrire la suit ici, sachant que je sais déjà quelles seront les principales étapes du récit.
Merci à ceux et celles qui me liront.

Je suis ouvert à toute critique positive ou négative du moment que c'est construit donc pas de "j'aime pas." sans explications s'il vous plaît.

Trêve de bavardage (ou plutôt monologue) et voici l'animal:



CHAPITRE 1:

Erik chassait dans la forêt en compagnie de son père, Vladimir, quand celui-ci leva tout-à-coup la main. Le premier s'arrêta aussitôt tous les sens aux aguets. Il vit son géniteur lui indiquer le buisson dix pas devant eux. Les deux chasseurs accomplis tirèrent chacun une flèche et tuèrent chacun un lapin. Erik murmura alors à son père:
"Je trouve que les lapins sont particulièrement nombreux ces temps-ci. On en attrape une dizaine chacun à chaque fois que l'on va chasser.
_Tu as raison. C'est parce que les renards sont plus loin et ne viennent pas chasser par ici et aux heures où ils sont dehors. Il va falloir attendre un peu si on veut rapporter un ou deux renards."
En effet, dans cette région du Middenland, les renards étaient particulièrement nombreux du fait de l'absence de bêtes du chaos dans cette zone et il n'était pas rare que Vladimir et son fils en rapportent de leurs chasses. En effet ceux-ci pouvaient les porter sans difficultés.

Vladimir Kranowski était particulièrement grand et fort d'épaules. Il naquit à Kislev et servit longtemps dans l'armée de l'empire des glaces. Il tua même un Troll et ce, sans l'aide de qui que ce soit. Toutefois il vieillissait et il ne lui restait guère qu'une dizaine ou quinzaine d'années à vivre. Son fils Erik lui ressemblait beaucoup. Il était grand, blond aux yeux bleus et très bien proportionné. C'était également devenu un excellent guerrier sous la direction de son père et du capitaine impérial chargé de défendre le village. Tous deux étaient également d'excellents cavaliers et de très bons archers qui n'avaient rien à envier aux chasseurs du Stirland.

La chance leur sourit quand ils aperçurent un renard et une renarde. Une volée de quatre flêches plus tard et les deux animaux gisaient, morts, sur le sol. Les deux hommes s'approchèrent, vérifièrent qu'ils étaient bien morts puis les mirent sur leurs épaules et décidèrent de rentre au village. Ils plaisantèrent gaimment le long du chemin tout en surveillant la forêt qui les entourait. Et ce afin de ne pas être totalement sans défenses si des bêtes sauvages ou d'éventuelles bêtes servant les puissances de la Ruine arrivaient. Le chemin du retour se déroula sans accrocs.
Ensuite ils arrivèrent au village qui n'était pas très riche mais qui n'était pas pauvre non plus. Erik et Vladimir vendirent un renard et achetèrent du miel Ensuite ils se dirigèrent vers leur maison située à l'autre extrémité du village. Un fois arrivés chez eux, Erik eu à peine le temps de poser son renard sur le sol du vestibule que sa tête fut noyée dans une masse de cheveux blonds. Il dit alors à cette personne:
"Du calme Maria, papa et moi n'avons rien.
-Tu sais bien que ta sœur est folle d'inquiétude chaque fois que vous allez chasser dans la forêt, dit une autre voix féminine provenant de l'autre bout de la pièce.
Erik regarda alors sa mère et lui sourit en la saluant. Puis il alla dans sa chambre pour déposer ses affaires et se reposer un peu avant de dîner. Le reste de sa famille restait dans l'entrée de la maison pendant ce temps.

C'est alors que l'on entendit un bruit de cavalcade qui s'arrêta devant la maison et une voix demanda d'un ton autoritaire:
"C'est ici?
-Oui monsieur. C'est ici qu'ils habitent, je les ai vus rentrer il y a moins d'une demi-heure.
-Bien allez-vous en maintenant, vous serez récompensés si ce que vous nous avez dit est exact répliqua la première voix.
Un instant après une demie-quatorzaine de coups furent frappés à la porte. Moins de trente secondes après elle fut défoncée.
Un homme portant une veste avec l'insigne de l'Église de Sigmar entra et cria aux membres de la famille présents dans le vestibule:
"Je suis Heinrich Der Reiniger, membre de la Très Sainte Église de Sigmar. Je vous arrête pour hérésie."
Puis il ordonna à ses hommes de se saisir de des personnes présentes, ce qu'ils s'empressèrent de faire. C'est alors que le père d'Erik hurla un seul mot: Vladi.



Bon, voilà le premier chapitre avec une question: pourquoi les Kranowski sont arrêtés et pourquoi Vladimir a crié "Vladi"?
Si vous voyez des fautes n'hésitez pas à les signaler.
Mais que cela vous ait plus ou non, merci de m'avoir lu.


Gilgalad (qui écrit son premier vrai récit)


Dernière édition par Gilgalad le Ven 3 Mai 2013 - 20:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
The Sanguinator
Zombie
Zombie
avatar

Age : 20
Nombre de messages : 6
Date d'inscription : 29/08/2012

MessageSujet: Re: Le coût de la (non-)vie   Dim 13 Jan 2013 - 15:20

Salut à toi!
Tout d'abord j'ai quelques petites critiques:
gilgalad a écrit:
"tirèrent chacun une flêche et tuèrent chacun un lapin."
J'ai remarqué des répétitions comme celle-ci, elles sont à éviter pour un meilleur confort de lecture. Cool
De plus, certaines phrases sont trop longue, et une petite virgule ne sera pas en trop dans ces cas-là.
Pour finir, j'ai été un peu surpris de la rapidité avec laquelle tu décris les personnages et leurs histoires,
une petite part de mystère sur le père aurait pu être appréciable. Smile

Mais dans l'ensemble j'ai bien aimé ton texte, et je te demande la suite!
Courage, c'est en faisant des erreurs qu'on apprend! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gilgalad
Seigneur vampire
Seigneur vampire
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 3374
Expérience de jeu (CV) : On parle en Comtes Vampires ou du Curriculum Vitæ ?
Date d'inscription : 04/01/2013
Maître floodeur Maître floodeur

MessageSujet: Re: Le coût de la (non-)vie   Dim 13 Jan 2013 - 16:17

Merci beaucoup pour tes critiques.

Le père n'a pas besoin de zones d'ombres puisqu'il n'interviendra plus par la suite.
Quant à la longueur du texte, c'est juste parce que c'est le début et je ne voulais pas faire trop long afin de m'améliorer plus rapidement.

Je tiendrais compte de tes remarques pour la suite du récit. Innocent

Pour la suite, ce sera probablement jeudi.


Gilgalad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Senghien
Garde des cryptes
Garde des cryptes
avatar

Age : 29
Nombre de messages : 234
Expérience de jeu (CV) : CV depuis le V6. Egalement vieux nain mafieux et Orque à louer
Date d'inscription : 28/01/2012

MessageSujet: Re: Le coût de la (non-)vie   Jeu 17 Jan 2013 - 13:53

Je n'avait pas vu ton récit jusqu'à aujourd'hui. je m'empresse donc d'y remédier.

Concernant le forme:
Le style est trop haché, je te conseille d'y mettre quelques virgules et mots de liaison pour fluidifier tout ça.

Quelques fautes d'orthographe, des répétitions mais rien d'insurmontable.

Sur le fond: peu de précisions, peu de détails et de noms mais je poindre à l'horizon le bûcher familial injustifié. Les Répurgateurs ont vraiment mauvaise publicité ces temps-ci.

En conclusion, je ne peux que te conseiller de continuer à écrire et t'entrainer. Cette section bat de l'aile et du sang neuf est toujours bienvenu!

Sengh'

EDIT VS: J'admets que depuis quelques jours avec le retour de quelques Grands Comtes, l'animation est revenue.
Peut-être suis-je juste trop impatient et inactif Smile


Dernière édition par Senghien le Jeu 17 Jan 2013 - 16:10, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
von Schreck
Lothar l'Exterminateur
 Lothar l'Exterminateur
avatar

Age : 51
Nombre de messages : 3569
Expérience de jeu (CV) : Joueur depuis quelques années (nains puis skavens), Comtes-Vampires depuis 5 ans, Guerriers du Chaos (full Tzeentch en V7, Nurgle en V8) et Gobelins en V8
Date d'inscription : 09/09/2008

MessageSujet: Re: Le coût de la (non-)vie   Jeu 17 Jan 2013 - 14:01

Senghien a écrit:
Cette section bat de l'aile et du sang neuf est toujours bienvenu.
Je te trouve injustement sévère là...
Cette section est bien loin de battre de l'aile à mes yeux Wink

_________________
Il n'y a ni bien ni mal...
Il n'y a que la chair, et les desseins auxquels nous la plions.


Comme je l'ai déjà dit, je ne me fatigue plus à signaler quoi que ce soit en section Listes, je supprime sans préavis tout ce qui n'est pas en accord avec son règlement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arken
Maîtresse des fouets
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 2683
Expérience de jeu (CV) : Depuis juillet 2006 (livre CV fin V6, jeu fin V7)
Date d'inscription : 12/03/2011

MessageSujet: Re: Le coût de la (non-)vie   Ven 18 Jan 2013 - 18:41

Yep yep yep !!
Un petit nouveau dans le cercle des comtes à plume Very Happy

Alors... Aucune grosse fôte ne m'a sautée au yeux. Mais je reprends ce que disent les autres. Fais des phrases plus courtes, mets des virgules, varie un peu le vocabulaire...
Et je rajouterais ceci : ton récit ne va pas trop vite, c'est bien, mais je trouve qu'il manque un peu de mise en ambiance. Quand on lit, on a l'impression d'être en pleine neutralité avec un narrateur qui ne fait que des constats. Si tu veux que tes lecteurs rentrent dans ton récit, il faut mettre de l'ambiance, varier les points de vue, décrire les émotions...

Mais sinon, je dois dire que c'est un début très prometteur Clap

LA SUITE ! Mrgreen

Citation :
J'admets que depuis quelques jours avec le retour de quelques Grands Comtes, l'animation est revenue.

Je rajouterais que j'ai certes eu quelques jours d'absence, mais Tilla va elle aussi revenir très prochainement Tongue

_________________
Les mots sont un don. Les mots sont une arme. Les mots ne se gaspillent pas. P.B.
"Despierta y ponte a soñar"
Ceux qui ne croient pas en la magie ne la trouveront jamais.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gilgalad
Seigneur vampire
Seigneur vampire
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 3374
Expérience de jeu (CV) : On parle en Comtes Vampires ou du Curriculum Vitæ ?
Date d'inscription : 04/01/2013
Maître floodeur Maître floodeur

MessageSujet: Re: Le coût de la (non-)vie   Sam 19 Jan 2013 - 11:55

Merci à tous (et à toutes) j'essaierai de poster une partie de la suite dans la semaine.

Elle est déjà écrite mais je vais rajouter un petit bout.

De plus j'ai pris du retard dans le publication parce que mon parrain m'a envoyé un livre que j'ai dévoré (au sens figuré) et je n'ai pas pu m'empêcher de lire la suite. Love




Gilgalad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gilgalad
Seigneur vampire
Seigneur vampire
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 3374
Expérience de jeu (CV) : On parle en Comtes Vampires ou du Curriculum Vitæ ?
Date d'inscription : 04/01/2013
Maître floodeur Maître floodeur

MessageSujet: Re: Le coût de la (non-)vie   Jeu 24 Jan 2013 - 14:21

Double-post mais c'est pour la bonne cause.

En effet voilà la suite:



Érik entendit son père hurler et sut instantanément ce qu'il devait faire. Il alla prendre son épée accrochée au mur, la mit dans son fourreau qu'il attacha à sa ceinture. Il rengaina son couteau dans le fourreau dédié qu'il laça sur son flanc droit. Puis il ferma l'attache qui lui permettait de maintenir sa cape autour du cou et passa son carquois et son arc autour de ses épaules. Il rabattît sa capuche sur sa tête afin de cacher ses cheveux et une partie de son visage, ouvrit la fenêtre, sortit par celle-ci et alla droit vers la grange mitoyenne à la maison, pour se cacher dans les tas de paille qui servaient pour les animaux. C'est alors qu'il entendit l'inquisiteur dire à ses hommes:
"Vous pouvez faire ce que voulez des femmes, j'ai l'homme qu'il me faut."

Puis il s'en alla fouiller le reste de la maison. Pendant ce temps, entièrement caché sous un tas de paille, Érik priait pour qu'il ne le trouve pas. Mais il ne priait aucun dieu puisqu'il ne croyait pas en eux. Il tremblait de froid, aussi il décida décompter le temps qui s'écoulait. Mais celui-ci semblât ralentir, et ce afin que Reiniger le trouve. Il entendit aussi pendant un temps qui lui semblât interminable les cris de sa mère et de sa sœur. Il pleura silencieuseument toutes les larmes de son corps. Peu après avoir séché ses larmes, son sang se glaça. Il venait d'entendre l'inquisiteur se demander où était ce chien de cultiste. Cela ne pouvait dire qu'une seule chose. Ce dernier ne s'arrêterait pas de chercher avant de l'avoir trouvé.

Érik sortit alors du tas sous lequel il était enfoui et courra vers la forêt située non loin de là. Il passa par les portes du villages encore ouvertes en cette heure tardive puis pénétra dans les bois. Il couru sans s'arrêter pendant deux heures afin de mettre le plus de distance possible entre son village natal et lui. Lorsqu'il s'arrêta, la nuit venait de tomber et la forêt fut emplie de hurlements d'animaux de toutes les sortes possibles. Il grimpa aussi haut qu'il le pût dans un arbre pour tenter de trouver un semblant de sommeil. Toute la nuit il ne dormit que d'un seul œil.

Ce fut l'aurore qui réveilla Érik. Celui-ci descendit alors de son arbre et se mit en devoir de chasser tout en continuant sa route. Avant neuf heures, il abattit un lapin et un écureuil. Après avoir évidé et dépecé le dernier, il le mangea en guise de petit-déjeuner. C'est vers dix heures qu'il se rendit compte que si la faim n'allait pas être un problème, la soif en serait un. Il décida aussitôt de chercher une rivière pour se désaltérer. La chance lui sourit alors que le soleil était à son zénith. En effet il trouva non seulement une rivière mais aussi des animaux qui y buvaient. Il put alors abattre quelques lapins pour faire des provisions, remplir sa gourde et boire de tout son soûl. En effet il n'avait point bu depuis la veille au soir. Ayant observé la course de l'astre qui éclairait le monde, il se rendit compte qu'il marchait vers l'est et la province du Talabecland. Comme la rivière allait dans cette direction, il se résolut à la suivre afin de ne pas manquer d'eau et de nourriture.

Il marcha ainsi tout le long de la journée ne s'arrêtant que lorsqu'il entendait un bruit suspect. Le soir tombant, Érik décida de grimper dans un arbre afin de dormir comme la nuit précédente. Il s'attacha alors avec sa ceinture à une branche pour ne pas tomber durant son sommeil. Il se mit alors à penser à sa famille. Il n'osa même pas imaginer ce qu'elle avait pu subir entre les mains du répurgateur et de ses mercenaires. Il pria ensuite pour que leurs âmes reposent en paix. Puis le dernier des Kranowski s'endormit après avoir juré de se venger de ces forfaits.


Le lendemain matin, ce fut le soleil qui tira Érik de son sommeil. Après avoir mangé un écureuil et un peu bu, il se mit en route pour le Talabecland, espérant ainsi échapper à ses éventuels poursuivants. Cependant il marchait depuis moins d'une heure qu'il s'arrêta subitement. Son instinct lui soufflait qu'un danger fût tout proche. Érik plongea aussitôt dans les fourrés les plus proches. C'est alors qu'il les vit. Des créatures un peu plus grandes que des humains, armées jusqu'aux dents, engoncées dans des armures sombres et qui marchaient d'un pas régulier. Même s'il n'en avait jamais vu le dernier des Kranowski sût instantanément qui ils étaient des orques noirs, l'élite des armées des peaux-vertes. Il résolut de rester caché. En effet, tout bon épéiste qu'il était, il ne pouvait espérer survivre face à une cinquantaine des ces brutes guerrières. Il se prépara à rester ainsi un moment car il savait qu'ils ne se déplaçaient que rarement seuls. Érik ne s'était pas trompé. Quelques minutes plus tard, il entraperçut à travers le feuillage des myriades de gobelins. Certains allaient sur des loups, d'autres sur des araignées mais la plupart allaient à pied. Ce défilé dura des heures et les gobelins étaient parfois remplacés par des orques. Cette armée traînait également des espèces de catapultes avec elle. Absorbé par la contemplation de l'armée de peaux-vertes il faillit ne pas entendre un loup.
Se roulant sur le côté, il évita ce dernier tout en dégainant son épée. Il se mit aussitôt sur ses jambes tandis que le gobelin faisait tourner sa monture. Lorsque celle-ci chargea il fît un seul pas de côté pour l'éviter et abattit sa lame. Cela tua instantanément le loup qui eût la tête tranchée. Érik se rua alors sur le cavalier encore au sol et lui plongea son épée dans son cœur. Puis il s'enfuit en courant aussi vite qu'il le pouvait en espérant ne pas être poursuivi. Il comptait longer à distance respectable la horde qui adorait de Mork et de Gork. Vers cinq de l'après midi, il déboucha sur une rivière beaucoup plus large. Le Talabec. Il marcha alors vers le nord en suivant les berges afin de trouver un point de franchissement. Il en trouva un deux heures plus tard. Moyennant quelques pièces, il pût rejoindre le village situé sur l'autre rive.

En pénétrant dans celui-ci, sa première impression fût le dégoût. Les gens n'étaient pas très bien habillés même pour des paysans à quelques exceptions près et ces haillons étaient tellement usités et rapiécés qu'il était impossible de savoir ce qu'ils étaient à l'origine. De plus, le village puait tellement qu'Érik en eut la nausée. Pour finir, un orage semblait sur le point d'éclater tellement l'air était lourd. Il finit toutefois par trouver une auberge assez miteuse mais pas très chère. Moyennant quelques lapins et écureuils tués au cours de la journée il pût manger une soupe infecte mais chaude et dormir dans une chambre. Le lit de celle-ci était défoncé et il dût chasser deux ou trois rats qui y avaient élu domicile. Il redescendit alors pour profiter de la chaleur de l'âtre. Cependant il ne vit pas la personne encapuchonnée qui le fixait. Il sentit un grand froid occuper son esprit puis s'en aller. Il alla se coucher tard. C'est alors que l'être qui lui avait ça souriait puisqu’il venait d'observer son esprit. Il écrivit alors sur un bout de papier: "J'en ai trouvé un de très prometteur maître. Je l'attirererais jusqu'à vous si vous le voulez. Pour l'instant je le retiens ici. Avec tous mes respects. Konrad"
Mais lui-même n'avait remarqué la jeune femme qui le regardait attentivement pendant qu'il attachait ce morceau de papier à la patte d'un corbeau qui s'envola immédiatement.




Bon voilà la suite et la fin du chapitre 1. La première partie du chapitre 2 sera la semaine prochaine ou la suivante selon le rythme auquel j'avance et les cours.

Comme avant n'hésitez pas à me critiquer dans tous les sens possibles, à mes signaler des fautes en tout genre et à me conseiller pour la suite.

Je tiens compte de vos remarques pour la première pratie du deuxième chapitre où l'on voit le point de vue de ces deux mystérieux personnages et de leur maître. De plus j'essaie de faire des phrases plus courtes dès que possible.

J'attends avec impatience vos réponses

Merci à tous et à toutes.




Gilgalad



PS: N'hésitez pas à poster même si vous ne le faites pas d'habitude. Ça fait toujours plaisir de savoir qui nous lit.


Edit: j'ai corrigé les fautes en passant le texte sous Word.


Dernière édition par gilgalad le Jeu 24 Jan 2013 - 18:41, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arken
Maîtresse des fouets
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 2683
Expérience de jeu (CV) : Depuis juillet 2006 (livre CV fin V6, jeu fin V7)
Date d'inscription : 12/03/2011

MessageSujet: Re: Le coût de la (non-)vie   Jeu 24 Jan 2013 - 16:04

Citation :
j'ai corrigé les fautes en passant le texte sous Word.

Ton word ne dois pas être très performant, hélas. Razz
Tu as énormément de fautes de frappes, du style des points qui se promènent partout, ou des lettre manquantes... Le paragraphe en ayant le plus est celui-ci :
Citation :
Il marcha aisi tout le long de la journée ne s'arrêtant que lorsqu'il entendait un bruit suspect. Le soir tombant, Érik décida de grimper dans un arbre afin. de dormir comme la nuit précédente. Il s'attacha alors avec sa ceinture àu e branche pour be pas tomber durant son sommeil. Il se mit alors à penser à sa famille. Il n'osa même pas imaginer ce qu'elle avait pu subir entre les mains du répurgateuret et de ces mercenaires. Il pria ensuite pour que leurs âmes reposent en paix. Puis le dernier des Kranowski s'endormit après avoir juréde se venger de ces forfaits.

Autre chose :
Citation :
Ce fut le soleil levant qui réveilla Érik.
Citation :
Le lendemain matin, ce fut le soleil qui tira Érik de son sommeil.
Ces deux phrases commencent chacune un paragraphe. C'est assez déroutant, j'ai cru revenir au paragraphe précédent Happy

Enfin, cette phrase ne veut rien dire (sûrement un oubli de mot ou une faute de frappe) :
Citation :
C'est alors que l'être qui lui avait ça souriait puisqu’ venait d'observer son esprit.

Tout ça pour dire que même si tu le fais passé par word, tu dois toi-même faire une bonne relecture. Il faut faire ça à chaque fois. Ça te permet d'éradiquer les plus grosses fautes et de voir s'il n'y a pas d'incohérence dans ton récit. Smile

Mais sinon la suite de ton récit est bien et intéressante. On voit que tu fais des progrès dans la longueur de tes phrases, même si c'est encore un peu maladroit. Mais ça viendra avec le temps Wink

Hum... La suite ? Mrgreen


EDIT : Chevalier de sang !!! TATATAM !!! Rock & Roll Rock & Roll banane banane

_________________
Les mots sont un don. Les mots sont une arme. Les mots ne se gaspillent pas. P.B.
"Despierta y ponte a soñar"
Ceux qui ne croient pas en la magie ne la trouveront jamais.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gilgalad
Seigneur vampire
Seigneur vampire
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 3374
Expérience de jeu (CV) : On parle en Comtes Vampires ou du Curriculum Vitæ ?
Date d'inscription : 04/01/2013
Maître floodeur Maître floodeur

MessageSujet: Re: Le coût de la (non-)vie   Jeu 24 Jan 2013 - 16:46

J'ai relu cinq fois mais apparemment ça n'a pas suffi. Oui mon Word n'est également pas très efficace mais je commençais à avoir mal à la tête au bout de deux heures passées sur l'ordinateur. Je vais corriger ce que je verrais de ce pas.

Mais sinon merci.

Bravo pour la lignée des vampires et du futur vampire



Gilgalad


Edit: J'ai corrigé les fautes et enlevé tous les points et mots manquants. J'ai également modifié le début du paragraphe de la deuxième journée par "ce fut l'aurore".
N'hésitez pas à me le signaler si vous en voyez d'autres. Ermm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arken
Maîtresse des fouets
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 2683
Expérience de jeu (CV) : Depuis juillet 2006 (livre CV fin V6, jeu fin V7)
Date d'inscription : 12/03/2011

MessageSujet: Re: Le coût de la (non-)vie   Jeu 24 Jan 2013 - 18:12

C'est déjà beaucoup mieux Very Happy
Aller, je t'aide à corriger les dernières dans le paragraphe que j'avais mis en évidence :
Citation :
Il marcha aisi
Citation :
du répurgateur et de ces mercenaires
Citation :
après avoir juréde se venger

Et je te donne un petit conseil : Quand tu as fini d'écrire la suite, ne l'envoie pas tout de suite. Fait autre chose (de préférence pas sur l'ordi pour te reposer les yeux) et laisse passer quelques heures, voire quelques jours. Seulement après relis-toi. Tu seras pas dans le même état d'esprit et les fautes t'apparaitront plus facilement Smile

_________________
Les mots sont un don. Les mots sont une arme. Les mots ne se gaspillent pas. P.B.
"Despierta y ponte a soñar"
Ceux qui ne croient pas en la magie ne la trouveront jamais.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gilgalad
Seigneur vampire
Seigneur vampire
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 3374
Expérience de jeu (CV) : On parle en Comtes Vampires ou du Curriculum Vitæ ?
Date d'inscription : 04/01/2013
Maître floodeur Maître floodeur

MessageSujet: Re: Le coût de la (non-)vie   Jeu 24 Jan 2013 - 18:42

Bon voilà c'est fait.

Sinon merci pour les conseils. Sois sûre que j'en tiendrai compte pour la prochaine partie.


Gilgalad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gilgalad
Seigneur vampire
Seigneur vampire
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 3374
Expérience de jeu (CV) : On parle en Comtes Vampires ou du Curriculum Vitæ ?
Date d'inscription : 04/01/2013
Maître floodeur Maître floodeur

MessageSujet: Re: Le coût de la (non-)vie   Mer 30 Jan 2013 - 18:50

Re-double-post mais c'est pour une "bonne" cause.

Bon après le bac blanc de philo j'ai pu relire la suite de mon récit et je n'ai pas remarqué de fautes après trois ou quatre relectures.

De plus j'ai essayé de faire des efforts au niveau de la longueur des phrases et au niveau du vocabulaire. Mais je suis sûr que c'est perfectible (sinon il faut que je m'inquiète Crying ).

Bon voilà l'animal:





Chapitre 2

Le corbeau vola sans s'arrêter. Il traversa rapidement la centaine de lieues qui le séparait de sa destination. Celle-ci était un vieux temple du chaos sur lequel avait été construite une tour de nécromancien, elle-même en ruine. Appuyé sur une fenêtre, un homme regardait les nuages noirs qui semblaient être prêts à cracher des pluies de sang. Un sourire révélant de longues canines éclaira son visage. Il n´avait qu'une confiance limitée dans les compétences de Konrad. C'est pour cela qu'il avait envoyé Klara pour l'espionner. Elle pouvait le faire sans difficultés puisqu'il ne la connaissait pas. Son sourire s'agrandit davantage lorsqu'il lut le message. C'est alors qu'une voix provenant de l'entrée de la pièce lui dit d’un ton respectueux :
"Vous m'avez mandé maître.
-Oui, Mark. J'ai besoin que tu ailles rejoindre Konrad dans un petit village nommé Holzhauerdorf. Il doit suivre une recrue potentielle qui est peut-être menacée par des répurgateurs. Vous devrez l'attirer jusqu'ici sans vous faire découvrir.
-Vos ordres seront tous appliqués, maître."
Il venait de comprendre qu'il risquait de devoir affronter des inquisiteurs, des mages de l'empire tout en protégeant en partie cette potentielle recrue.

Mark partit dans l'heure qui suivit. Il n'emporta avec lui qu'un petit peu de provisions et un ou deux ouvrages de nécromancie. Il prit également quelques pièces d'or, d'argent et de cuivre. Il voulait voyager vite afin de retrouver le plus vite possible celui qui se rapprochait le plus d'un ami. Il marchait le plus longtemps possible pendant la journée et aussi une partie de la nuit. Il faisait cela afin de rallier Holzhauerdorf en moins de cinq jours.

Après environ quatre jours de marche, Mark arriva dans le petit village d'où était parti le message. En entrant, il fut saisit par la puanteur et le délabrement de ce village. Celui-ci était surtout composé de bûcherons mais apparemment pas de menuisiers et de charpentiers. Il ne mît guère longtemps à trouver l'auberge où logeait Konrad. Celle-ci était la moins miteuse du village. En effet les lits étaient corrects et il n'y avait pas de rats d'après le tenancier. En ouvrant ses sens à la magie Mark détecta Konrad au premier étage. Il dissimula sa présence magique pour que l'on ne puisse pas le suivre de cette manière. Puis il monta les escaliers, tourna à droite dans le couloir et entra dans la première chambre sans frapper. Konrad sursauta en le voyant mais lui dit d´un ton parfaitement calme:
"Bonjour Mark. Notre maître se porte-t-il bien?
-Merci et oui il se porte à merveille. Il veut absolument cette personne car il pourrait en avoir bientôt besoin, répondit le nouvel arrivant.
-Très bien. Tâchons de ne pas le décevoir et de l'assister autant que nous pourrons."
Puis ils passèrent à l´élaboration d'un plan afin d'attirer Érik jusque chez leur maître sans se faire découvrir. Mais aucun des deux ne savait qu'une jeune femme encapuchonnée les écoutait dans une chambre mitoyenne. Elle sourit mais c'était un sourire moqueur révélant des canines un peu plus longues que la normale.

Alors que le soir tombait, Mark sortit de l'auberge pour aller dormir dans celle où Érik avait passé ces dernières nuits. Dehors, les mêmes nuages qui étaient là à l'arrivée de ce dernier menaçaient encore de lâcher une pluie probablement corrompue par la magie noire. Ils cachaient même le soleil par leurs multitudes et de leur épaisseur.
Cela était tellement étrange que Mark soupçonna qu'il y avait un vampire dans les environs. Mais il ne pouvait pas le chercher. En effet cela serait contre les ordres de son maître. En pénétrant dans l'auberge, il remarqua aussitôt un homme plutôt grand, blond et avec des yeux bleus. Un arc et un carquois étaient passés sur ses épaules. Aussitôt le nécromancien en déduisit qu'il s'agissait de sa cible. Il alla demander au tenancier une chambre et un bol de soupe. Après avoir reçu la clef de la première, il alla s'assoir non loin de l'homme qu'il devait attirer chez son maître. À sa grande surprise, une jeune femme d'une beauté éblouissante alla s'installer en face d'Érik.

Même s'il ne lui avait pas fait don du Baiser de Sang, Hermann était le mentor de Klara et elle lui avait juré fidélité. Elle avait remarqué l'un des deux sorciers servant son maître dès son arrivée à Holzhauerdorf. Elle avait également repéré Érik dès son arrivée dans le Talabecland. L'après-midi du quatrième jour après l'arrivée de celui-ci, elle avait décidé de nouer un contact avec lui. Et ce afin de l'attirer jusque chez son mentor. Pour cela, elle avait un grand avantage sur Mark et Konrad. En effet, elle pouvait aller et venir sans éveiller les soupçons.

Lorsqu'elle s'assit en face d'Érik, elle lui fit un sourire timide afin de l'obliger à engager la conversation. C'est alors qu'il demanda:
"Oui?
_Bonsoir. Je m'appelle Klara et toi? lui répondit-elle d'un ton charmant.
_Je m'appelle Érik. Je suis né dans le Middenland, non loin du Reikland, mais je suis à moitié kislévite et à moitié bretonnien.
_Comme c'est étrange, je suis moi-même née dans le Reikland mais non loin de Carrobourg. Tu es loin de chez toi. Où vas-tu donc?
_Je pense aller vers Kislev en passant pars le Talabecland puis l'Ostermark. Et toi où vas-tu?
_Je vais justement à Kislev y retrouver une amie que j'ai rencontré dans mon enfance à Altdorf.
_Nous pourrions voyager ensemble jusqu'à Erengrad. Les routes de l'Empire ne sont pas sûres, proposa-t-il.
_J'accepte avec grand plaisir! Quand partons-nous?
_Demain matin. J'en ai assez de ce village.
_Très bien, je serais prête. Á demain.
_A demain."
Puis Érik monta se coucher. Lorsque Klara partit vers son auberge, satisfaite d'elle-même, elle remarqua que Mark était resté dormir là-bas.

Mark avait entendu que sa cible et cette fille comptaient partir le lendemain matin. Elle ne gênait pas sa mission puisqu'il pourrait toujours se débarrasser d'elle sur le chemin. Une fois dans sa chambre, il envoya un message à Konrad, grâce à un corbeau, pour l'avertir du départ imminent de leur proie.
Érik était étonné que quelqu'un l'aborde. Cependant il n'avait pas perçu de menace dans l'attitude de Klara et elle lui semblait savoir se battre. De plus il avait été ébloui par sa beauté même s'il ne l'avait pas laissé transparaître. C'est donc l'esprit en paix qu'il se mit au lit. Puis il dormit d'un profond sommeil sans rêve.


Ce fut la lumière de l'aube passant par la fenêtre qui réveilla Érik. En s'habillant, il se remémora sa conversation de la veille avec Klara. Une fois prêt, il descendit au rez-de-chaussée. Là, il vit et reconnu sans hésitation la silhouette de la première personne à lui avoir fait la conversation depuis la fuite de son village natal. Il alla droit vers elle et lui dit joyeusement:
"Bonjour Klara. Tu es prête à partir?
_Totalement, nous n'avons plus qu'à manger et à nous mettre en route, répondit l'intéressée."
Les deux jeunes gens allèrent aussitôt commander un petit-déjeuner copieux, en prévision de la longue journée qui s'annonçait. Après avoir pris le premier repas de la journée, ils sortirent dans la rue et prirent la direction de la porte Est de Holzhauerdorf. Une fois qu'ils l'eurent franchie, ils prient tous deux à espérer de ne jamais revoir ce village. Cependant deux hommes habillés en noir les suivaient. Si Klara les avait vus, en revanche Érik ne les avait pas remarqués. En effet, les deux personnes se cachaient derrière un nuage sombre invisible pour les non magiciens. De plus ces derniers ne pouvaient voir les premiers si ce nuage était invoqué.

Tout le long de la matinée, Klara se révéla être une bonne archère même si Érik était meilleur qu'elle. C'est ainsi qu'ils abattirent à eux deux une dizaine de lapins et d'écureuils. Tout en écoutant les bois autour d'eux, les deux compagnons de voyage apprirent à se connaître un peu mieux. Cependant Klara modifia légèrement la vérité afin de ne pas se trahir. Mais elle allait bientôt avoir besoin de se nourrir réellement, c'est-à-dire de sang frais.
À la fin de la journée, ils arrivèrent à un petit village nommé Schmieddorf. Si bien qu'Érik fît remarquer à Klara:
"C'est à croire que tous les villages sont spécialisés ici. On a quitté un village de bûcherons pour arriver dans de forgerons."
En pénétrant dans ce village, il s'avéra en effet qu'il était composé d'une bonne dizaine de forgerons. De plus, il était enveloppé d'une brume épaisse. Cela évita de forcer Klara à invoquer des nuages cachant le soleil. Les deux voyageurs trouvèrent une auberge moins de dix minutes après être entrés dans ce village. Celle-ci avait l'air meilleur qu'Holzhauerdorf, si bien qu'ils réservèrent chacun une chambre. Après le repas, ils y montèrent tous les deux. Si Érik se coucha et s'endormit profondément assez rapidement, Klara, elle, resta éveillée.
Elle écrivit alors un message à son mentor disant cela: "Nous sommes tous deux chez les forgerons. Vos deux amis nous suivent et sont dans la même auberge que nous. Nous arrivons dans environ trois jours. Il faudra lui faire une petite fête pour son arrivée. Klara." Après l'avoir attaché à une patte d'un corbeau, qui partit aussitôt, elle sortit de sa chambre puis de l'auberge.

Une fois dehors, Klara se rendit dans une petite ruelle sombre où elle avait vu des mendiants. En les apercevant, elle les hypnotisa puis planta ses dents dans le cou de l'un puis de l'autre afin de se nourrir. Une fois cette besogne terminée, elle s'essuya la bouche, cacha les corps, puis repartit pour l'auberge comme si rien ne s'était passé. Une fois sur son lit, elle eut un sourire en pensant à ce qui ne manquerait pas d'arriver à Érik.








D'abord merci à tous et à toutes de m'avoir lu. Ensuite merci de me signaler d'éventuelles fautes qui m'auraient échappées (doute sur l'orthographe, erci de me l'infirmer ou de me le confirmer).

Comme toujours j'accepte toutes vos remarques positives comme négatives et pour ceux qui me lisent, ça fait toujours plaisir de savoir qui nous lit.

Je vous signale qu'il n'y aura pas de suite avant dans deux semaines car j'ai le bac blanc de toutes les autres matières la semaine prochaine. Mais il ne faut pas me flageller car ce n'est pas ma faute. Crying





Gilgalad, qui va réviser pour la semaine prochaine. Innocent







Dernière édition par gilgalad le Jeu 31 Jan 2013 - 7:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arken
Maîtresse des fouets
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 2683
Expérience de jeu (CV) : Depuis juillet 2006 (livre CV fin V6, jeu fin V7)
Date d'inscription : 12/03/2011

MessageSujet: Re: Le coût de la (non-)vie   Mer 30 Jan 2013 - 20:36

Ne prends pas peur de toute la liste de mon message, je veux simplement te préciser plein de petits trucs Happy

Citation :
Il n´avait qu'une confiance limitée en les compétences de Konrad.
Citation :
Ils cachaient même le soleil de leurs multitudes et de leur épaisseur.
Fais attention aux mots de syntaxes que tu utilises. Même si c'est la même expression, le mot de liaison peut changer en fonction de la phrase. "en" serait mieux en "dans" et "de" s'accompagne normalement de "par", qui donne "de par". Si tu ne laisses que le "de", on a l'impression que les nuages protègent le soleil de quelque chose.

Quelques petites fautes en vracs... Si des espaces sont soulignés, c'est qu'il manque un mot Camouflé Ninja
Citation :
Après environ quatre jours de marche, Mark arriva dans le petit d'où était parti le message
Citation :
qui étaient là à l'arriver
Citation :
Et ce afin de l'attire jusque chez son mentor
Citation :
Puis il dormi d'un profond sommeil sans rêves.
Citation :
il vit et reconnu
Citation :
On a quitté un village de bûcherons pour arriver dans de forgerons."

Des problèmes plus subtils :
Citation :
Mark partît dans l'heure qui suivît.
Les "î" sont pour le subjonctif, afin de le différencier du passé. Tu as dû confondre car je l'ai vu assez souvent dans le texte.
Citation :
Au long de la matinée
D'habitude on dit "tout au long de la matinée". Je sais, je pinaille, mais ça ma perturbée Happy Après tu fais ce que tu veux.
Citation :
Nous sommes tous deux chez les forgerons. Vos deux amis nous suivent et sont dans la même auberge que nous. Nous arrivons dans environ trois jours (mois ? années ?).
Là je dirais qu'il manque des mots (ceux soulignés) mais j'ai l'impression que tu as essayé de le faire exprès...

Un avis sur le style :
Citation :
Il venait de comprendre qu'il risquait de devoir affronter des inquisiteurs, des mages de l'empire tout en protégeant en partie cette potentielle recrue.
Quand je lis ça, je m'attends à ce que le narrateur m'informe de la pensée/avis du personnage du genre "et merde" ou "trop cool !"

Enfin, pitite remarque personnelle :
Citation :
Ce fut la lumière de l'aube
Décidément tu l'aimes bien cette phrase Mrgreen


Valà valà ! Maintenant je peux passer aux compliments... Tu t'es vraiment bien amélioré dans la syntaxe et les phrases plus courtes Smile
Ce qui me permet de demander la SUITE !!!! Very Happy

_________________
Les mots sont un don. Les mots sont une arme. Les mots ne se gaspillent pas. P.B.
"Despierta y ponte a soñar"
Ceux qui ne croient pas en la magie ne la trouveront jamais.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gilgalad
Seigneur vampire
Seigneur vampire
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 3374
Expérience de jeu (CV) : On parle en Comtes Vampires ou du Curriculum Vitæ ?
Date d'inscription : 04/01/2013
Maître floodeur Maître floodeur

MessageSujet: Re: Le coût de la (non-)vie   Jeu 31 Jan 2013 - 7:56

Citation :
Citation :
Ce fut la lumière de l'aube
Décidément tu l'aimes bien cette phrase Mrgreen


Valà valà ! Maintenant je peux passer aux compliments... Tu t'es vraiment bien amélioré dans la syntaxe et les phrases plus courtes Smile
Ce qui me permet de demander la SUITE !!!! Very Happy

Déjà merci pour la correction. Mais j'ai toujours eu du mal avec le subjonctif.

Sinon oui j'aime bien cette phrase
Citation :
Ce fut la lumière de l'aube

Je ne sais plus où je l'ai lue mais je l'ai bien aimée apparemment.


Et un grand merci pour les compliments. Mais promis j'essaierai encore de m'améliorer. Mais ne regarde pas mes interros ou tu aurais une crise cardiaque vu la longueur de mes phrases, comme un allemand avec les relatives de relatives lol





Gilgalad, qui va aller en cours

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gilgalad
Seigneur vampire
Seigneur vampire
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 3374
Expérience de jeu (CV) : On parle en Comtes Vampires ou du Curriculum Vitæ ?
Date d'inscription : 04/01/2013
Maître floodeur Maître floodeur

MessageSujet: Re: Le coût de la (non-)vie   Mer 13 Fév 2013 - 16:12

Re-re-double post mais c'est un cas exceptionnel (enfin pas tant que ça).

Dans une relative apathie de la section que je ne peut expliquer, je fais de mon mieux.
En effet, après une semaine de bac blanc Sad (et plusieurs suicides et renaissances), j'ai écris la suite. Cela donne ça:

Bonne lecture!






Le lendemain, Érik se réveilla de bonne heure. Cependant il resta au lit jusqu’à ce que l’aube se lève. Lorsque celle-ci apparut, il descendit de son lit et s’habilla avec les mêmes vêtements qu’il portait depuis une semaine. Mais cela aurait pu tout aussi bien être un siècle tellement les choses avaient changées. Son père, sa mère et ses sœurs étaient morts. Puis il laça son fourreau à sa ceinture et passa son arc et son carquois par dessus ses épaules. Il se regarda ensuite dans les débris du miroir de sa chambre et se trouva une fière allure. Peu de temps après il descendit dans la salle commune. Il chercha Klara du regard avant de la trouver assise à une table. Elle lui souriait gentiment. Il alla alors s’asseoir en face d’elle et engagea la conversation :
« Bonjour comment as-tu dormi ?
_Très bien et toi ?
_ Magnifiquement bien. Puisque tu es mon guide par où allons aller aujourd’hui ?
_On va continuer vers le Nord. Il y a un village à huit heures de marche d’ici. Du moins c’était le cas il y a dix ans quand je suis passée dans la région.
_Bon, et bien espérons qu’il sera encore là. »
Ils partirent aussitôt le repas terminé.


Je commençais à me douter de quelque chose. En effet j’ai découvert deux cadavres de mendiants dans une ruelle. Ils étaient vidés de leur sang. En plus je ressens toujours cette présence. C’est étrange, les personnes se dirigent droit vers le domaine du maître. Je m’en suis ouvert hier soir à Konrad, qui le sert depuis plus longtemps que moi. Il m’a dit que l’on ferait mieux de les laisser continuer. En effet nous allons peut-être passer sur les terres du maître aujourd’hui.


Klara et Érik marchèrent toute la journée sous un ciel noir et ce, sans « l’aide » de la première. Ils chassaient tout en marchant et ne s’arrêtèrent pas pour manger. En effet ils étaient presser d’arriver au prochain village avant que la pluie ne tombe. Ils étaient toujours suivis par la paire de sorciers.

Cependant vers dix huit heures un événement indésirable se produisit. Une bande d’ungors se jeta sur les deux compagnons de voyage. Le garçon eut à peine le temps de tirer son épée pour parer un coup qu’il dut en parer un de suite après. Reprenant ses esprits, il se mit alors non plus seulement à se défendre mais aussi à attaquer. En une minute il se débarrassa des deux créatures. Se tournant alors vers Klara, il la vit en difficulté. Elle était aux prises avec quatre créatures du chaos. Elle ne pouvait que parer les coups et ne pas les contre-attaquer. Il se précipita alors vers elle. Il attira l’attention de deux ungors et les tua. Il permit ainsi à sa co-voyageuse de faire de même.
Deux minutes après ce furent des gors. Ils étaient une dizaine. Érik en battit deux d’un seul revers de sa lame. Puis il en affronta deux et en tua un lorsqu’il leva sa massue au-dessus de sa tête. Tout aussi sauvage qu’il l’était le deuxième ne fit pas le poids face à un homme qui avait appris à se battre dès qu’il savait marcher. La bête resta en vie moins de quarante secondes avant de se faire couper la tête.

C’est alors qu’il la vit. Une bête plus monstrueuse que toutes les autres qu’il avait affrontées. Elle était plus grande que toutes les autres et avait trois cornes sur sa tête. Elle avait dans sa main droite une massue qui faisait la moitié la taille d’ Érik. Sa main gauche tenait une immense hache.

Je n’ai pas le choix. Je suis déjà légèrement blessé au bras gauche mais comme il ne porte pas mon épée ça va. Je vais devoir affronter ce monstre ou m’enfuir n’aura servi à rien. En plus je ne pourrai jamais vivre avec Klara. Je sais qu’il n’est pas très rapide. Il faudra que je le prenne sur ce point là. Et que parvienne à le toucher au cou.
Alors qu’il se précipite vers moi, je me prépare à l’impact. Je réussis à parer ses deux premiers coups, mais ils m’ébranlèrent. Je mis alors à lui tourner autour. Pendant dix minutes nous combattîmes ainsi. Je le pousse vers l’épuisement. Cependant je dois porter mon épée à deux mains assez rapidement. Je vais devoir en finir rapidement. En effet, j’ai de nouvelles blessures par lesquelles je pers pas mal de sang. Il a un moment d’hésitation en regardant quelque chose derrière moi. Je saisis l’occasion et lui enfonce ma lame dans son cou le tuant d’un seul coup. En regardant autour de moi je vois que toutes les bêtes sont mortes. Je me sens tomber au sol. C’est alors qu’un homme se penche au-dessus de moi et me dit :
« Félicitations Érik. Tu as réussi l’épreuve. Maintenant dors. »
Je tombe alors dans un profond sommeil.

L’homme se redressa alors et dit aux deux sorciers :
« Portez-le jusqu’à notre temple. Vous l’attacherez sur la table de marbre. »
Le prenant tous les deux, Mark et Konrad emportèrent Érik et pénétrèrent dans les bois cernant le chemin. Le mystérieux personnage se tourna vers Klara et lui fit signe de le suivre. Il se perdit alors dans ses pensées.
Il a parfaitement réussi l’épreuve en tuant ce chef des hommes bêtes. En plus il est très prometteur. J’attends de lui beaucoup, maintenant. Klara lui apprendra tout ce qu’elle sait mais je m’occuperais de lui personnellement après.

Après quelques dizaines de minutes, ils arrivèrent tous les quatre au temple où étaient arrivé les messages envoyés par la vampire et les sorciers. Celui-ci était bâti sur une ancienne tour de nécromancien, si bien que la magie noire était très présente à cet endroit. Pour un visiteur étranger à ces lieux, il paraissait impossible que quiconque puisse vivre ici. A l’intérieur, l’aspect était aussi délabré qu’à l’extérieur. Cependant il y avait quatre, puis bientôt cinq, personnes qui vivaient ici.

Les deux sorciers descendirent au sous-sol et ligotèrent leur prisonnier sur une grande table en marbre. Celle-ci datait de l’époque précédant Sigmar d’après les inscriptions gravées dessus. C’est alors que l’homme et Klara entrèrent. Le premier dit sèchement aux deux compères :
« Je vais lui accorder le baiser du sang. De plus Klara nous a rejoints et vous lui obéirez comme vous obéissez. Ce sera la même chose pour ce garçon. Maintenant, sortez. »
Se tournant alors vers Klara il déclara :
« C’est la première fois que j’accorde le baiser à quelqu’un. Tu devras sortir pendant ce moment.
_Comment savez-vous le faire alors ?
_tu es bien jeune, même dans la non-vie. C’est pour cela que je vais t’expliquer pourquoi je sais comment faire. Je le sais depuis que je l’ai moi-même reçu. Il en va de même pour tous les vampires. Tu lui apprendras tout ce que tu sais sur l’art du combat. Quand tu jugeras qu’il en a terminé, tu me le diras et je me chargerais de lui.
_Comme vous voudrez, maître.
_J’espère bien et maintenant, sors toi aussi. »
Elle lui obéit aussitôt et referma la porte derrière elle.

Une sensation de néant. Du noir. Du noir. Du noir. Que du noir. Puis des étoiles. Est-ce cela la mort ? Quand j’étais petit, j’entendais les prêtres de Sigmar raconter que l’on irait dans ses halls après la mort. Or je ne vois rien de tout ça. Une douleur fulgurante. Je cris de toutes mes forces mais je n’entends rien. Puis de nouveau cette impression de néant. Je sens ensuite comme un fluide s’écouler en moi. Ce qui étrange puisque je ne sens plus mon corps. Je me rends alors compte que mon corps est juste engourdi. Je sens des picotements sur tous mes membres. Je réalise que je peux bouger mais je suis entravé par quelque chose. Je me souviens alors des dernières choses que j’ai faites. Le combat dans la forêt et l’homme qui me dit de dormir. Est-ce qu’il m’a guéri ? Je ne veux pas mourir. Je dois venger ma famille. Je l’entends me dire :
« C’est terminé. Tu vas te réveiller. Maintenant. »
Je sens que je dois obéir à cette voix. Même si j’ai envie de garder les yeux fermés, je les ouvre. Je vois alors un homme. C’est le même que celui de la forêt. Il a des cheveux gris qui lui arrivent jusqu’à la taille. Ses yeux sont verts pâles, mais je vois qu’ils n’expriment aucun sentiment. Je n’ais jamais vu d’yeux pareils. Je me demande alors ce qu’il peut être comme créature. Je lui pose alors cette question :
« Qu’êtes-vous et qui êtes vous ?
_Je m’appelle Hermann von Drachedorf. Et pour répondre à ta première question, je suis ce que tu es, me répondit-il.
_C’est-à-dire ?
_Nous sommes tous les deux des vampires. Et Klara aussi. »

Impossible. Je mes sens parfaitement vivant. En plus Klara n’a rien d’un vampire. Il libère alors mes bras. Je pose ma main sur mon cœur. Ou du moins là où il devrait être. En effet je ne sens rien. Je garde ma main sur celui-ci pendant dix bonnes minutes. Mais je ne sens rien. Je commence alors à me rendre à l’évidence. Je me rends aussi compte que cela veut dire une autre chose. Je suis probablement toujours recherché par cet inquisiteur. Du coup je pourrais l’affronter et me venger en étant beaucoup plus fort. De plus Klara arrive bien à le supporter, alors pourquoi pas moi ? Je me tourne alors vers cet Hermann et lui dit :
« Je suis d’accord.
_Très bien. Je vais te détacher. Ensuite tu me suivras jusque dans mon bureau.
_Très bien.
_A partir de maintenant, tu m’appelleras Père.
_Oui, Père. »
Il me défait alors des liens qui me serraient mes jambes. Je me lève alors et me mets à le suivre. Nous continuons à marcher dans des couloirs délabrés et d’aspects anciens. Je reconnais là des symboles cabalistiques. Cependant ils n’ont pas l’air d’être sigmarites. Nous arrivons alors dans son bureau. En entrant, je vois à droite une bibliothèque encombrée de livres de toutes tailles. Au fond il y a une immense armoire dont s’échappe des effluves de magie. Enfin je le sens juste. Une armure et une épée magiques me dit-il. A ma gauche il y a une fenêtre qui est cachée par des rideaux très épais et très sombres. Au centre de la pièce trône fièrement le fameux bureau. Dessus, il y a une cage avec deux corbeaux à l’intérieur. Père va s’asseoir dans le fauteuil situé derrière ce meuble. Je m’assois ensuite, sur son invitation, en face de lui. Il commence alors à discuter avec moi. Il m’apprend que je vais bientôt avoir la sensation d’avoir besoin de sang frais. Cependant je vais devoir apprendre à contrôler cette soif pour éviter de me faire repérer rapidement. Je devrai le faire en me rationnant et en apprenant à me battre avec Klara. De plus il me dit que je devrais apprendre la magie de ses deux nécromanciens. En fin je devrai lui obéir en tout ce qu’il me commandera. A ceci, je ne lui réponds qu’une seule chose :
« Vous avez ma parole, Père. »
Puis il me libère.

Celui qui m’a été signalé comme étant Konrad me conduit ensuite à ma chambre. Celle-ci est plutôt petite et sobrement meublée. Un lit assez ancien, un coffre devant dater de la même époque et un bureau plus récent occupent une bonne partie de la place de celle-ci. J’ouvre alors le coffre et je vois une épée et un anneau. La première miroite de magie. La prenant dans ma dextre, je la sens alors légère comme une plume. Je vois une plaque de métal présente sur le bureau. Je la pose au sol et abats ma lame dessus. La première est tranchée nette. Un sourire sinistre éclaire alors mon visage.





Merci de m'avoir lu.

Ensuite mes propres commentaires. Comme d'habitudes si vous voyez des fautes n'hésitez pas à me les signaler. Puis dites moi ce que vous pensez de cette partie du récit. En effet je ne l'aime pas trop. Enfin j'ai fais encore plus d'efforts au niveau de la longueur des phrases et du vocabulaire même si c'est en core loin d'être parfait. J'en ai conscience.

Sinon pour ceux qui me lisent mais ne postent pas, faites-le s'il vous plaît. C'est toujours bien de savoir qui nous lit.

Pour la suite, si vous me la demandez, ce sera pour dans une ou deux semaines.






Gilgalad




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arken
Maîtresse des fouets
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 2683
Expérience de jeu (CV) : Depuis juillet 2006 (livre CV fin V6, jeu fin V7)
Date d'inscription : 12/03/2011

MessageSujet: Re: Le coût de la (non-)vie   Jeu 14 Fév 2013 - 15:58

Belle suite Smile
En effet, tu t'améliores dans la construction de tes phrases. Mais une gêne persiste : tu te répètes énormément. Même si ce n'est pas les mêmes mots que tu utilises, tu répètes la même idée. Par exemple :
Citation :
Pour un visiteur étranger à ces lieux, il paraissait impossible que quiconque puisse vivre ici. A l’intérieur, l’aspect était aussi délabré qu’à l’extérieur. Cependant il y avait quatre, puis bientôt cinq, personnes qui vivaient ici.

Quand tu dis qu'il parait impossible pour un étranger que quelqu'un puisse vivre ici, tu sous-entends tout de suite que le bâtiment semble abandonné et totalement délabré (mais à ce moment une description est quand même agréable Happy ) mais tu sous-entends également que malgré cette apparence, il y a quand même des créatures habitant les lieux. Du coup, le répéter dans la phrase d'après est un peu redondant.
Donc conseil : pense à l'intelligence et à la compréhension du lecteur. Camouflé Ninja En fonction de tes phrases et du contexte, réfléchis sur ce qu'il parait évident au lecteur et ce qui l'est moins. Tu lui laisseras une plus grande liberté d'imagination, et cela te permettras de jouer avec ses hypothèses et ton scénario. Cacher une information mais en laissant des indices que le lecteur s'amusera à débusquer, révéler un évènement pour mieux en cacher un autre... Wink

Ensuite, fais attention à la concordance des temps. J'ai compris que tu voulais représenter les pensées du personnage avec les paragraphes en italique, mais du coup tu t'embrouilles la tête dans les temps (notamment dans les deux premiers paragraphes en italique). Normalement, le récit est toujours au passé. Mais pour les pensées du personnage, tu as voulu faire un effet en les mettant au présent. C'est tout à fait possible, mais du coup sois encore plus vigilant dans ces passages, parce que beaucoup de passé s'y est infiltré. What the fuck ?!?

Citation :
En plus je ne pourrai jamais vivre avec Klara.
Contrairement à la répétition dont je te parlais avant, cette phrase est trop vague. Le personnage parle d'être obligé d'affronter la bête pour donner un sens à sa fuite et à sa survie, et cette phrase arrive "comme un boulet" au milieu. Du coup, soit elle est mal placée et il faudrait l'enlever, soit il faudrait l'expliciter et la détailler un peu plus dans les intentions/désirs du personnage.


Une pitite répétition que je qualifierais plus de petite faute échappant à ta vigilance et dont la seule nuisance se trouve dans la fluidité du texte :
Citation :
Cependant je dois porter mon épée à deux mains assez rapidement. Je vais devoir en finir rapidement.

Enfin, je voulais juste me permettre une petite critique sur ton style par rapport à l'histoire. Tes dialogues sont assez expéditifs et nous empêchent de voir les pensées/nature/intentions des personnages et de les cerner correctement, ce qui fait qu'on a l'impression de personnages superficiels, voire naïfs, qui prennent des décisions sans réfléchir. Essaye de développer un peu plus leur mental et leur façon d'être. Cela leur donnera plus de profondeur et donc l'histoire n'en deviendra que plus absorbante Wink

Ah ! J'oubliais... Klara demande au patriarche comment cela se fait qu'il sait faire le baiser de sang alors que c'est la première fois qu'il le fait. Et donc Hermann lui dit qu'il le sait car c'est une faculté que l'on obtient lorsqu'on reçoit soi-même le baiser de sang.
Du coup, problème : pourquoi Klara lui demande ça alors qu'elle est déjà vampire et qu'elle est censée le savoir aussi, puisqu'elle a reçu le baiser de sang ? Fou

Voilà ! J'ai l'impression d'agrandir mon commentaire à chaque fois que je lis la suite de ton histoire... Au moins je suis sûre qu'on ne pourra pas le qualifier de monoligne lol

LA SUITE !!!!! Clap

_________________
Les mots sont un don. Les mots sont une arme. Les mots ne se gaspillent pas. P.B.
"Despierta y ponte a soñar"
Ceux qui ne croient pas en la magie ne la trouveront jamais.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gilgalad
Seigneur vampire
Seigneur vampire
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 3374
Expérience de jeu (CV) : On parle en Comtes Vampires ou du Curriculum Vitæ ?
Date d'inscription : 04/01/2013
Maître floodeur Maître floodeur

MessageSujet: Re: Le coût de la (non-)vie   Mar 19 Fév 2013 - 15:17

Citation :
Belle suite Smile


Merci beaucoup Blushing




Citation :
Ensuite, fais attention à la concordance des temps. J'ai compris que tu voulais représenter les pensées du personnage avec les paragraphes en italique, mais du coup tu t'embrouilles la tête dans les temps (notamment dans les deux premiers paragraphes en italique). Normalement, le récit est toujours au passé. Mais pour les pensées du personnage, tu as voulu faire un effet en les mettant au présent. C'est tout à fait possible, mais du coup sois encore plus vigilant dans ces passages, parce que beaucoup de passé s'y est infiltré. What the fuck ?!?

Promis j'essaierai. Mais c'était la première fois que je le faisait, donc...





Citation :
Citation :
En plus je ne pourrai jamais vivre avec Klara.
Contrairement à la répétition dont je te parlais avant, cette phrase est trop vague. Le personnage parle d'être obligé d'affronter la bête pour donner un sens à sa fuite et à sa survie, et cette phrase arrive "comme un boulet" au milieu. Du coup, soit elle est mal placée et il faudrait l'enlever, soit il faudrait l'expliciter et la détailler un peu plus dans les intentions/désirs du personnage.


Il affronte la bête parce qu'il y est obligé: ou il essaye de passer en les affrontant, ou il retourne dans son village natal et risque d'y être capturé. Enfin, Érik ne parle pas d'affronter la bête pour donner un sen à sa fuite. et si c'est sous-entendu, c'est involontaire.




Citation :
Une pitite répétition que je qualifierais plus de petite faute échappant à ta vigilance et dont la seule nuisance se trouve dans la fluidité du texte :
Citation :
Cependant je dois porter mon épée à deux mains assez rapidement. Je vais devoir en finir rapidement.


C'est fait exprès cette répétition. Le personnage dit les choses comme il pense, et au milieu du combat tu ne penses aux répétitions et compagnie.




Citation :
Enfin, je voulais juste me permettre une petite critique sur ton style par rapport à l'histoire. Tes dialogues sont assez expéditifs et nous empêchent de voir les pensées/nature/intentions des personnages et de les cerner correctement, ce qui fait qu'on a l'impression de personnages superficiels, voire naïfs, qui prennent des décisions sans réfléchir. Essaye de développer un peu plus leur mental et leur façon d'être. Cela leur donnera plus de profondeur et donc l'histoire n'en deviendra que plus absorbante Wink

Ah ! J'oubliais... Klara demande au patriarche comment cela se fait qu'il sait faire le baiser de sang alors que c'est la première fois qu'il le fait. Et donc Hermann lui dit qu'il le sait car c'est une faculté que l'on obtient lorsqu'on reçoit soi-même le baiser de sang.
Du coup, problème : pourquoi Klara lui demande ça alors qu'elle est déjà vampire et qu'elle est censée le savoir aussi, puisqu'elle a reçu le baiser de sang ? Fou



Pour la première partie, c'était volontaire. Mais j'ai prévu de commencer à les développer dans la prochaine partie.

Pour la deuxième partie, c'est parce qu'il ne lui a pas tout dit, de peur de révéler comment il donne le baiser du sang.



Citation :
Voilà ! J'ai l'impression d'agrandir mon commentaire à chaque fois que je lis la suite de ton histoire... Au moins je suis sûre qu'on ne pourra pas le qualifier de monoligne lol


Ça c'est sûr. Shifty



Citation :
LA SUITE !!!!! Clap


T'inquiète c'est pour dans une dizaine de jours. Very Happy




Gilgalad, qui, après trois réponses de suite, va commencer à écrire la suite de son texte.




EDIT: j'aurai probablement un peu de retard dans la publication de la suite. En effet, je me fais extraire deux dents de sagesse ce matin. Je serai donc "immobilisé" environ deux jours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gilgalad
Seigneur vampire
Seigneur vampire
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 3374
Expérience de jeu (CV) : On parle en Comtes Vampires ou du Curriculum Vitæ ?
Date d'inscription : 04/01/2013
Maître floodeur Maître floodeur

MessageSujet: Re: Le coût de la (non-)vie   Mar 30 Avr 2013 - 19:28

Encore un double-post (je suis un habitué maintenant) mais c'est pour dire un petit quelque chose.

Normalement je devrais poster la suite avant la fin de la semaine. J'ai réussi à continuer le texte. Je progresse lentement mais sûrement.


Gilgalad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gilgalad
Seigneur vampire
Seigneur vampire
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 3374
Expérience de jeu (CV) : On parle en Comtes Vampires ou du Curriculum Vitæ ?
Date d'inscription : 04/01/2013
Maître floodeur Maître floodeur

MessageSujet: Re: Le coût de la (non-)vie   Sam 4 Mai 2013 - 13:36

Un triple-post mais c'est pour la bonne cause.

En effet voici la suite qui a mis longtemps à arriver





CHAPITRE 3 :

Après le départ de la nouvelle recrue, Hermann se rassit dans son fauteuil. Il posa ses pieds sur son bureau pour allonger ses jambes et se perdit à nouveau dans ses pensées.

Il a l’air d’être une bonne recrue. Je pense qu’il pourra bien me servir. Je vais être obligé de le mettre au régime pour éviter que sa soif de sang ne nous trahissent et attire les inquisiteurs ici. Pour ça, Klara lui apprendra tout ce qu’elle sait sur notre façon de se battre pendant la journée. La nuit, Konrad et Mark lui apprendront les magies de la mort et nécromantique.
L’avantage de ce repaire est qu’il y a quelques villages de petite taille non loin. De plus, il est assez éloigné des terres de nos cousins de Sylvanie. Si bien que les sigmarites ont peu de chances de savoir que nous sommes ici. Surtout depuis que Mannfred est revenu et s’agite à nouveau, à en croire mes espions. Si les dragons de sang ne se battent pas avec lui, nous seront probablement obligés de nous allier contre lui. Ou de fuir. Il faudra que je contacte ceux qui ne sont pas au courant pour rassembler à nouveau l’ordre et que nous décidions de la marche à suivre.

Nous n’irons au Fort qu’une fois que la soif de sang d’Érik sera maitrisé. Mais je ne sais pas combien de temps cela prendra. En y pensant, il faudra que je lui apprenne l’histoire de l’ordre et ses valeurs. Klara m’aidera pour cela. Bon maintenant je vais voir mes deux sorciers.

Il sortit alors de son lieu de travail et se dirigea droit vers la salle où logeaient les deux nécromanciens. Au passage, il jeta un coup d’œil dans la chambre de Klara. Il vit que celle-ci était sortit faire son entrainement quotidien.


Tout en poussant des coups contre un ennemi invisible, Klara réfléchissait très fortement à ce que l‘arrivée du jeune homme voulait dire pour elle.

Dès le premier contact je l’ai bien aimé. J’ai de suite remarqué qu’il vaudrait mieux pas l’utiliser comme nourriture. Il vaut mieux que cela. Comme nous allons passer pas mal de temps ensemble, on pourra mieux se connaître. Je lui apprendrai à contrôler sa soif de sang pour que l’on puisse sortir s’entraîner sans problème.
Je ne sais pas ce que ressens pour lui. J’ai l’impression que je ne peux pas me passer de sa présence. Et ce, en permanence. Est-ce cela l’amour ? Je n’ai jamais aimé quelqu’un dans mes dix premières années avant de devenir un vampire. J’ai tout de suite accepté ma transformation. Mais j’au eu de la chance de tomber sur Hermann. Aussi étrange que cela puisse être, il était un ami de mon maître mais n’a pas pu le sauver. Il m’a tout appris sur l’ordre et sur le combat. Du coup je ne sais pas vers qui me tourner pour en parler. Je ne sais pas s’il acceptera que nous nous entendions bien, Érik et moi. Peut-être le veut-il. Peut-être ne le veut-il pas. Il faudra que j’essaie de clarifier ça. En attendant, je vais le voir dans sa chambre pour savoir s’il a faim.


Klara stoppa alors son entrainement et rentra dans le bâtiment. Elle passa dans sa chambre où elle déposa son épée dans son coffre. Puis elle accrocha son bouclier enchanté au mur. Elle installa ensuite son armure sur son râtelier. Une fois cela terminé, elle se dirigea vers la chambre de la recrue.



Dans sa chambre, Érik réfléchissait à ce que sa nouvelle condition voulait dire pour lui. Il pensait également à Klara et à tous les changements qui auraient lieu selon son « père ».

Qu’est-ce que ça peut vouloir dire que je vais bientôt avoir soif ? Mais oui bien sûr ! Les vampires boivent du sang frais. En tout cas, c’est ce que disait le prêtre du village. Moi, ça ne me dérange pas de le faire.
En effet je l’ai déjà fait pendant une petite campagne en tant qu’éclaireur. On n’avait plus d’eau. Et pour boire, on a été obligés de boire notre propre sang. Nous étions tous blessés et plutôt gravement. Si bien que c’était la première fois que nous avions bu quelque chose jusqu’à plus soif. Heureusement pour nous, nous avions trouvé un étang le lendemain. Nous avons pu boire de l’eau et mangé autant que nous le pouvions. Pas que nous le voulions car on a dû dégeulé une bonne partie des poissons avalés le lendemain. Puis les bêtes nous sont tombées dessus. On est cinq à avoir réussi à s’échapper pour prévenir le corps principal. Bref, on a gagné contre elles et on est rentré dans nos pénates.

Mais pour Klara ? Pourquoi ne m’a-t-elle rien dit ? Sûrement parce que j’aurais tenté de la tuer si je l’avais su. En tout cas, elle semble s’être plutôt bien adapter à sa condition. Il faudra que je lui demande comment se restreindre pour se nourrir. Maintenant que j’ai l’éternité pour venger ma famille, il faut que je l’utilise à bon escient. Il ne s’agit pas de se faire prendre bêtement par les impériaux. Apparemment je vais devoir apprendre à me battre avec elle. Ce qui veut dire qu’elle m’a caché son véritable talent dans la forêt. Tant mieux. Je vais pouvoir passer du temps avec elle. J’ai déjà aimé des filles par le passé. Mais ça ne ressemble pas ce que je ressens pour elle. Je peux donc en conclure que ce n’est pas de l’amour. En effet je n’ai pas eu peur de la perdre alors que cela avait été le cas pour Mathilda. Cela remonte il y a plusieurs années aujourd’hui. La blessure est toujours ouverte en moi. Mais ça ne change rien puisqu’elle est morte maintenant et que ça ne la fera pas revenir.

Une bande d’hommes servant les divinités du chaos avait attaqué le village. C’était au milieu de la nuit. Les guetteurs les aperçurent à la lueur des torches. Ils sonnèrent aussitôt l’alarme. On se réveilla rapidement. En entendant le son de la cloche, nous nous précipitâmes sur nos habits puis sur nos armes. Je sortis à toute vitesse de la maison et me précipita vers celle de Mathilda. Elle était déjà dehors et entièrement équipée pour le combat que l’on s’apprêtait à livrer. On se dirigea ensemble vers les remparts. Une fois sur ces derniers, nous eûmes une vision d’ensemble de l’ost ennemi.
Il était terrifiant. Toutefois nous savions ce qu’il voulait faire au village. Cette pensée fit naître un nouveau courage chez toutes les personnes responsables de la défense de nos terres. Tous les hommes et toutes les femmes sachant tirer à l’arc ou se battre étaient sur les remparts prêts à vendre chèrement leur peau. Je partis avec Mathilda pour défendre la porte nord du village. Nous vîmes arriver l’ennemi sur la porte avec un bélier. Nous prîmes nos arcs et tirâmes flèche sur flèche jusqu’à ce que nos carquois soient vides. Cependant l’ennemi parvint à percer la porte avec son bélier infernal. Il se lança à l’intérieur de village. Mais cinquante personnes l’attendaient devant la porte. L’ennemi passa en force et monta sur les remparts. Nous combattîmes des heures durant.

Quand l’aube se leva, un chef ennemi apparut devant nous et provoqua Mathilda en duel. Elle résistait tant bien que mal à ses assauts. J’essayais de l’aider mais les maraudeurs m’empêchaient de l’atteindre. Ils combattirent pendant une heure. C’est alors que je la vis s’effondrer. Son sang coulait de nombreuses blessures. Pris d’une rage incontrôlable, je me jetai sur le chef des envahisseurs. En quelques coups d’épée je le tuai. Les maraudeurs étant en déroute, je me précipitai alors sur Mathilda. Elle était encore consciente. Je tentai de penser ses plaies mais elle me prit mes bras. Elle m’attira à elle et me chuchota à l’oreille :
« Je sais que je vais mourir. Rien ne peut me sauver. Alors respecte mes dernières volontés.
_Qu’est ce que tu veux que je fasse ?
_Je veux que tu vives heureux. Je ne veux pas que tu m’oublies mais que tu tournes la page. »
Je me résignai à lui obéir. N’ayant pas su respecter la promesse de veiller sur elle, je pouvais au moins lui accorder cela. Je lui répondis alors :
« C’est d’accord. »
Une minute après, elle poussa son dernier soupir. Son visage était en paix. Je ne l’oublierai jamais.

Cependant un événement étrange arriva le lendemain. J’allais me recueillir sur sa tombe quand je vis que la terre était retournée. Je ne m’inquiétai pas outre mesure. En effet, cela était courant dans la région. On pensait que cela aérait la terre et permettait ainsi à l’âme du défunt d’atteindre plus facilement les Halls de Sigmar.


C’est alors qu’Érik sursauta. Quelqu’un venait de toquer à la porte de sa chambre. C’était Klara. Il lui dit d’entrer. Elle pénétra alors et alla s’asseoir dans la chaise, Érik restant sur son lit. Elle engagea alors la conversation :
« Normalement tu devrais bientôt avoir soif de sang.
_C’est déjà le cas. Mais c’est léger pour l’instant.
_Quand tu auras plus soif nous irons ensemble nous nourrir parce que tu dois apprendre à te contrôler et comment te nourrir. C’est mon rôle.
_C’est d’accord.
_On commencera demain soir les leçons pour le combat. Mais je pense que tu sais déjà très bien te battre.
_Qu’est ce que je vais apprendre ? Parce que sinon tu ne me donnerais pas de leçons.
_Je vais t’apprendre à utiliser ton environnement pour combattre.
_C’est-à-dire ?
_C’est-à-dire que tu vas devoir apprendre à utiliser tout ce qui t’entoure comme les arbres, les murs, les meubles si tu es dans une maison. En faisant cela tu deviendras encore meilleur.
_Je vais apprendre autre chose ?
_Je devrais t’entraîner à être beaucoup plus rapide. Tu es déjà rapide mais ta nouvelle condition te rend beaucoup plus vif qu’avant. Tu dois donc apprendre à utiliser cette vivacité.
_Je comprends. Je commence à avoir beaucoup plus soif
_Prends ton épée, range la dans ton fourreau et suis-moi. »

Après avoir fait ce que lui demandait Klara, les deux vampires sortir de la chambre d’Érik. Puis ils quittèrent le temple désaffecté. Ils se dirigèrent ensuite vers un village situé au Nord de leur habitat. Ils rentrèrent sans difficultés. Ils allèrent dans une ruelle sombre. Ils ne seraient pas des vampires, ils n’auraient aucune raison de venir ici. Mais il y avait deux mendiants dont personne ne se souciait. Les deux vampires se nourrirent. Klara utilisa ensuite un sortilège pour donner l’impression que leur cœur s’était juste arrêté de battre. Enfin les deux buveurs de sang, rassasiés, repartirent pour le temple. Le soir commençait à tomber, de très gros nuages s’amoncelaient. Klara dit alors à son acolyte :
« Ils ont été invoqués par la magie mais ce n’est ni la mienne, ni celle d’Hermann.
_C’est celle de qui alors ? répondit Érik
_Bonne question »
En arrivant chez eux, ils allèrent droit dans le bureau d’Hermann. Celui-ci s’y trouvait déjà.





La fin est écrite de cette manière là volontairement. Smile

Comme toujours vous pouvez relever les fautes qui existent et laisser vos impressions.




Gilgalad


Dernière édition par Gilgalad le Dim 5 Mai 2013 - 8:51, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
k45rk1n
Goules
Goules
avatar

Age : 21
Nombre de messages : 75
Expérience de jeu (CV) : début 2011
Date d'inscription : 13/10/2010

MessageSujet: Re: Le coût de la (non-)vie   Sam 4 Mai 2013 - 19:08

Hello
Pour les impressions je voulais juste dire que je me suis un peu perdu au moment où tu parles de Katarina et Mathilda ^^ (ce n'est pas une seule et même personne ?)
Sinon je vais continuer à suivre ton récit qui s'améliore à chaque texte Wink.
Voilou, en route pour les autres récits de la section Smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gilgalad
Seigneur vampire
Seigneur vampire
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 3374
Expérience de jeu (CV) : On parle en Comtes Vampires ou du Curriculum Vitæ ?
Date d'inscription : 04/01/2013
Maître floodeur Maître floodeur

MessageSujet: Re: Le coût de la (non-)vie   Sam 4 Mai 2013 - 19:34

Citation :
Hello
Pour les impressions je voulais juste dire que je me suis un peu perdu au moment où tu parles de Katarina et Mathilda ^^ (ce n'est pas une seule et même personne ?)

Merci de la remarque Blushing

C'est bien Mathilda. Je viens de l'éditer.



Citation :
Sinon je vais continuer à suivre ton récit qui s'améliore à chaque texte Wink.

Ça fait très plaisir. Blushing



Citation :
Voilou, en route pour les autres récits de la section

Tu ne vas pas perdre ton temps je te l'assure.




Gilgalad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arken
Maîtresse des fouets
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 2683
Expérience de jeu (CV) : Depuis juillet 2006 (livre CV fin V6, jeu fin V7)
Date d'inscription : 12/03/2011

MessageSujet: Re: Le coût de la (non-)vie   Sam 4 Mai 2013 - 21:19

Suite lue ! Very Happy
Par contre, je crois que tu as fait une rechute question fautes... Camouflé Ninja Quand tu postes la suite, relis-le une dernière fois depuis la fenêtre de texte. Le forum a un bon correcteur orthographique et il te permettra de corriger beaucoup de fautes pour la suite. Pour ce passage, je ne fais que souligner les fautes, sinon mon message va faire 3 kilomètres... S'il y en a une que tu ne comprends pas, fais-moi signe Wink

Citation :
Surtout depuis que Manfred est revenu et s’agite à nouveau
Citation :
Nous n’irons au Fort qu’une fois que la soif de sang d’Érik ne sera pas maitrisé.
Citation :
Dès le premier abord je l’ai bien aimé.
Citation :
puisse sortir s’entraîner sans problèmes.
Citation :
Je n’ai jamais quelqu’un dans mes dix premières années avant de devenir un vampire. J’ai tout de suite accepté ma transformation. Mais j’au eu de la chance de tomber sur Hermann.
Citation :
Moi, ça ne me dérange de le faire.
Citation :
Nous avons bu boire de l’eau et mangé autant que nous le pouvions.
Citation :
Puis les bêtes nous sont tombées dessus.
Citation :
on a gagné contre elles et pu rentrer dans nos pénates.
Citation :
Il se lenca à l’intérieur de village.
Citation :
Je ne l’oublierais jamais.
Citation :
nous irons ensemble nous nourrirent
Citation :
Lis allèrent dans une ruelle sombre. Ils ne seraient pas des vampires, ils n’auraient aucune raison de venir ici.

Je pense que je ne les ai pas toutes. Relis toi bien, je suis sûre qu'après coup tu vas les trouver tout seul. Et il y a deux ou trois points qui se baladent un peu partout sauf à la fin de la phrase Happy
Et il y a un évènement que je ne comprends pas, ou soit tu n'as pas mis le détail... Pourquoi le chef des maraudeurs irait défier Mathilda, en apparence simple guerrière, fille en plus ? Est-elle gradée sans que tu nous l'aies précisé ?

Place au côté positif. L'histoire est intéressante. J'aime bien la technique "récit" et "pensées" séparés, ça fait un style original Smile
Et le petit suspens laissé à la fin rajoute un peu de piquant Wink

La suite ! Mrgreen

_________________
Les mots sont un don. Les mots sont une arme. Les mots ne se gaspillent pas. P.B.
"Despierta y ponte a soñar"
Ceux qui ne croient pas en la magie ne la trouveront jamais.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gilgalad
Seigneur vampire
Seigneur vampire
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 3374
Expérience de jeu (CV) : On parle en Comtes Vampires ou du Curriculum Vitæ ?
Date d'inscription : 04/01/2013
Maître floodeur Maître floodeur

MessageSujet: Re: Le coût de la (non-)vie   Dim 5 Mai 2013 - 9:09

Merci de m'avoir lu.


Citation :
Puis les bêtes nous sont tombées dessus.
Désolé je ne vois pas où est la faute car ce sont les bêtes qui sont tombées sur les éclaireurs. On accorde donc le participe passé avec le sujet puisqu'il y a l'auxiliaire être.



Citation :
Ils ne seraient pas des vampires, ils n’auraient aucune raison de venir ici.
Là non plus je ne vois pas. En quoi la majuscule est une erreur Blushing



Citation :
Et il y a un évènement que je ne comprends pas, ou soit tu n'as pas mis le détail... Pourquoi le chef des maraudeurs irait défier Mathilda, en apparence simple guerrière, fille en plus ? Est-elle gradée sans que tu nous l'aies précisé ?
Je vais expliquer. Le chef des maraudeurs n'aime pas voir l'issue de la bataille incertaine. Mathilda et Érik lui résistant, les impériaux autour d'eux les imitent. Ils veut donc détruire l'espoir qu'ils incarnent. C'est la raison pour laquelle il la défie en combat singulier. De plus, il n'est pas arrêté par le fait qu'elle est une fille car c'est une bonne guerrière et pour lui seule la victoire compte (vampire Camouflé Ninja ).




Citation :
Place au côté positif. L'histoire est intéressante. J'aime bien la technique "récit" et "pensées" séparés, ça fait un style original Smile
Et le petit suspens laissé à la fin rajoute un peu de piquant Wink
Merci beaucoup. C'est volontaire comme je l'ai dit. C'est pour change un peu des suites où la fin était un évènement qui aurait pu marquer la fin de l'histoire. Pour cela je me suis inspiré de mes vieux cours de solfège. C'est-à-dire que dans un morceau, il y a parfois des fins suspensives, on attend quelque chose après (c'est le cas ici), et les fins conclusives quand le morceau se termine vraiment (ce que je fais souvent pour les suites).




Citation :
La suite ! Mrgreen
Il faudra attendre un peu et je pense que tu sais pour quelle raison Whistling





Gilgalad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arken
Maîtresse des fouets
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 2683
Expérience de jeu (CV) : Depuis juillet 2006 (livre CV fin V6, jeu fin V7)
Date d'inscription : 12/03/2011

MessageSujet: Re: Le coût de la (non-)vie   Dim 5 Mai 2013 - 18:52

Citation :
Citation :
Puis les bêtes nous sont tombées dessus.

Désolé je ne vois pas où est la faute car ce sont les bêtes qui sont tombées sur les éclaireurs. On accorde donc le participe passé avec le sujet puisqu'il y a l'auxiliaire être.

Je t'avoue que je l'ai mise par sentiment et pas par raison. Une chose me gênait dans cette phrase. J'en ai déduit que le participe passé devait s'accorder au COD "nous", mais maintenant que j'y pense, je ne sais pas à qui il doit s'accorder Fou

Citation :
Citation :
Ils ne seraient pas des vampires, ils n’auraient aucune raison de venir ici.

Là non plus je ne vois pas. En quoi la majuscule est une erreur Blushing

En fait, c'est pas la majuscule que je voulais souligner, c'est le début de phrase. Dans cet état, les deux morceaux de phrase ne se raccordent pas, il y a faute de syntaxe. Là, ça fait juste deux affirmations accolées, sans lien logique. Je crois qu'il manque juste un "si" en début de phrase :
"S'ils ne seraient pas des vampires, ils n'auraient aucune raison de venir ici."

Voilà Smile
J'espère juste que tu as compris ce que je voulais dire... J'ai des fois du mal à expliquer Camouflé Ninja Happy

_________________
Les mots sont un don. Les mots sont une arme. Les mots ne se gaspillent pas. P.B.
"Despierta y ponte a soñar"
Ceux qui ne croient pas en la magie ne la trouveront jamais.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gilgalad
Seigneur vampire
Seigneur vampire
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 3374
Expérience de jeu (CV) : On parle en Comtes Vampires ou du Curriculum Vitæ ?
Date d'inscription : 04/01/2013
Maître floodeur Maître floodeur

MessageSujet: Re: Le coût de la (non-)vie   Dim 5 Mai 2013 - 21:14

Pour la deuxième explication, je comprends parfaitement. Je modifie ça demain parce que je suis sur mon mobile.

Monoligne de confirmation de compréhension.



Gilgalad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
desmogone
Squelette
Squelette
avatar

Age : 45
Nombre de messages : 36
Expérience de jeu (CV) : V6 + LA V8
Date d'inscription : 10/01/2012

MessageSujet: Re: Le coût de la (non-)vie   Lun 6 Mai 2013 - 9:34

Hello !

Texte sympathique à lire même si il y a parfois des répétitions ... 3 fois le mot chambre en 2 phrases à la fin de l'entrainement de Klara par exemple.

Sinon, pour la faute signalée hier par la maîtresse des fouets : si on ajoute "si", ça devient du conditionnel donc : "S'ils n'étaient pas des vampires, ils n'auraient aucune raison de venir ici" Wink

Desmogone, qui va reprendre du début car j'ai l'impression de ne pas avoir tout lu Blushing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gilgalad
Seigneur vampire
Seigneur vampire
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 3374
Expérience de jeu (CV) : On parle en Comtes Vampires ou du Curriculum Vitæ ?
Date d'inscription : 04/01/2013
Maître floodeur Maître floodeur

MessageSujet: Re: Le coût de la (non-)vie   Mar 7 Mai 2013 - 7:36

Vu la controverse dont une malheureuse phrase fait preuve, je vais laisser cela comme ça. Je ne modifierais que si vous vous mettez d'accord Devil

Sinon merci à desmogone de m'avoir lu. Je veillerais à l'avenir à ne pas trop me répéter.


Et 1 lecteur de plus et 1 Rock & Roll



Gilgalad, qui va aller en cours.


PS: cap des 400 visites passé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arken
Maîtresse des fouets
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 2683
Expérience de jeu (CV) : Depuis juillet 2006 (livre CV fin V6, jeu fin V7)
Date d'inscription : 12/03/2011

MessageSujet: Re: Le coût de la (non-)vie   Mar 7 Mai 2013 - 10:36

Je confirme la version de Desmogone Wink
"S'ils n'étaient pas des vampires, ils n'auraient aucune raison de venir ici"
Merci d'avoir rectifié ce petit oubli Mrgreen

Citation :
cap des 400 visites passé.
Tu verras... L'hystérie qui envahit ton corps après les 1000... Lol !

_________________
Les mots sont un don. Les mots sont une arme. Les mots ne se gaspillent pas. P.B.
"Despierta y ponte a soñar"
Ceux qui ne croient pas en la magie ne la trouveront jamais.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gilgalad
Seigneur vampire
Seigneur vampire
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 3374
Expérience de jeu (CV) : On parle en Comtes Vampires ou du Curriculum Vitæ ?
Date d'inscription : 04/01/2013
Maître floodeur Maître floodeur

MessageSujet: Re: Le coût de la (non-)vie   Mar 7 Mai 2013 - 11:46

Citation :
Tu verras... L'hystérie qui envahit ton corps après les 1000...

Je veux bien te croire mais j'ai encore du chemin pour y parvenir. Comme au moins une ou deux pages et quatre ou cinq chapitres. Huh



Gilgalad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le coût de la (non-)vie   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le coût de la (non-)vie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 7Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armées Comtes Vampires et mort-vivants :: 
La Bibliothèque
 :: Récits, Fanfics et Fanart
-
Sauter vers: