Armées Comtes Vampires et mort-vivants


 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Corbeau, loup et serpent

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Keraad de Gespenst
Comte de la Crypte 2011 et 2015
avatar

Age : 24
Nombre de messages : 657
Date d'inscription : 07/10/2009
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Corbeau, loup et serpent   Lun 27 Aoû 2012 - 19:36

Bonsoir à tous, nobles camarades aux longues canines! Je voulais vous présenter ici une nouvelle histoire se déroulant dans notre cher Vieux Monde. Il ne s'agit pas de l'historique de mon armée, lequel se trouve ICI pour ceux qui ne le connaissent pas (et qui ont le courage d'attaquer un tel pavé Mr. Green ), même si je ne pourrais vraisemblablement pas m'empêcher d'y glisser une référence de temps en temps. Et naturellement, les vampires vont être au cœur de ce récit.
J'attends vos divers commentaires avec impatience, bonne lecture!

Corbeau, loup et serpent

I

Cliquetis presque inaudible. Léger grincement. La porte est ouverte. Les hommes rentrent sans un bruit, se dispersant instinctivement dans tout le rez-de-chaussée. Peu habitués aux demeures luxueuses, ils sont contraints de progresser lentement. Qu'un bibelot tombe, et c'est toute l'opération qui se trouvera compromise. Le dernier entré referme la porte. Dehors, tout est paisible. Les ombres de la rue sont entrées dans les ombres de la maison. Mannslieb seule sait que quelque chose a bougé.

Tout en rangeant machinalement ses outils de crochetage, Aster surveillait chacun de ses compagnons. Ils connaissaient bien leur rôle, mais on n'était jamais trop prudent. Tandis que les autres repéraient les lieux, il grimpa le court escalier qui menait à l'étage, s'arrêtant par deux fois pour vérifier, l'oreille aux aguets, qu'aucun bruit ne troublait le calme de la maison. Une fois en haut, un simple coup d'œil lui suffit pour identifier les différentes pièces. La porte de la chambre arborait maints ornements, des premiers dessins à la craie d'un enfant aux talismans contre les esprits. Celle du bureau avait un blason ostentatoire peint dessus, rappel de l'orgueil démesuré des commerçants aisés, si tant est qu'il en fallut un. Enfin, la dernière porte au fond, entrebâillée et au bois usé, désignait sans erreur possible un débarras. Aster les examina plus en détail, en détectant les moindres caractéristiques comme seul un expert le pourrait. Il sourit, satisfait: aucune serrure, pas de grincement possible sauf pour le débarras, mais il suffirait d'un rien de délicatesse pour étouffer les bruits. Trois-yeux l'avait rejoint et parvint visiblement aux mêmes conclusions que lui. Après un regard par la petite fenêtre de l'étage, d'où il put constater que la rue restait paisible, Aster ouvrit précautionneusement la porte de la chambre. La famille s'y trouvait bien, les deux parents encadrant dans le grand lit leur frêle fillette, tous se réchauffant mutuellement. En ces temps troublés, laisser un feu allumé pendant qu'on dormait était aussi dangereux que de placer son enfant dans une pièce à part, et Aster n'aurait pas su dire lequel des deux pouvait le plus briser une famille heureuse. Le murmure de Trois-yeux le tira de sa songerie. "Trois cent", lui glissa-t-il à l'oreille, indiquant par là le temps passé à l'intérieur. Il leur fallait se cacher au plus vite, le Lézard allait passer à l'action. Les tentures qui, plaquées sur les murs, permettaient de garder un peu de chaleur dans la pièce allaient leur fournir la planque idéale. Plus qu'à attendre.
Une série de sons métalliques tira la mère de son sommeil. Quelques secondes plus tard, un léger bruit de pas au plafond acheva de persuader la femme du marchand qu'il se passait quelque chose. Paniquée, elle réveilla le reste de la petite famille.
"_Tu crois que ce sont des voleurs? demanda-t-elle.
_Quoi d'autre? répondit le mari d'un ton bourru trahissant son réveil prématuré. Reste à savoir si ces saligauds ont déjà dévalisé la pièce pendant qu'on dormait. Vérifie tes bijoux et ta garde-robe, je jette un œil à ma cassette.
_Et ensuite
_Ensuite, tu prends la petite avec toi, tu descends en bas et tu regardes par la fenêtre. Si par hasard le Guet venait à faire son travail et qu'une patrouille montre le bout de son nez, tu les préviens. Moi, je prends de quoi me défendre et je monte voir la tête de nos lascars."

Aussitôt dit, aussitôt fait, la femme alla chercher sous l'oreiller la clé de l'armoire qu'elle ouvrit puis referma rapidement et fit de même pour le second tiroir de la commode, le tout en expliquant à voix basse à sa fille qu'il fallait obéir sans faire de bruit. "Pour ce que ça te servira ma grosse, pensa Aster, elle crierait que Lézard continuerait tout pareil. Arrête de perdre ton temps avec ta fichue môme et continue de m'montrer où s'cachent tes trésors." Comme pour exaucer son souhait, le père souleva une planche que rien ne semblait différencier des autres et tira une petite boîte d'acier du plancher. Puis, l'ayant remise en place avec un soupir de soulagement, il se munit d'un gourdin cerclé de fer et se prépara à sortir. Il voulait paraître grave et courageux quand il se retourna vers son épouse, mais il était si ridicule avec son gros ventre si à l'étroit dans sa tenue de nuit que les deux voleurs faillirent éclater de rire. Trois-yeux, alléché par le butin que ces braves imbéciles leur avait désigné, voulut sortir de sa cachette sitôt que les autres eurent quitté la pièce, mais un seul regard d'Aster l'immobilisa. La discipline avant tout. "Faut que ces idiots n'y voient que du feu. Faut que la diversion soit parfaite. Lézard est entré par les toits, l'a vidé leur grenier de ses ferrailles sans valeur, puis il va s'faire prendre la main dans l'sac, comme le dernier des crétins. D'ici là, ce s'ra pile l'heure où la garde passe dans le coin."


Dernière édition par Keraad de Gespenst le Lun 27 Aoû 2012 - 21:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomov Le Poussiéreux
Comte de la Crypte 2010 & 2013
avatar

Age : 31
Nombre de messages : 3358
Expérience de jeu (CV) : Ancien Vampire, vieux Chef de Guerre Orque, Favori de Slaanesh depuis peu, nouveau chef de Clan Elfe Sylvain, jeune Poil-au-Menton Nain, vénérable Connétable Bretonnien et très ancien Kuraq Saurus
Date d'inscription : 25/03/2009
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: Corbeau, loup et serpent   Lun 27 Aoû 2012 - 21:12

Héhéhé... Le retour du Comte de la Crypte sur ses terres (mais je ferai tout pour te ravir bientôt ton titre, usurpateur!), voilà qui vaut le coup d’œil.

Une introduction fort savoureuse que cette véritable opération commando. Effraction discrète, noms d'emprunt, minutage précis et diversion; tout y est semble-t-il!
J'attends une suite de pied ferme!


PS: sans vouloir paraitre mesquin, il me semble que "les deux voleurs faillirent se éclater de rire" comporte une légère erreur de construction de phrase, non? Tongue

_________________
Vulnerant Omnes, Ultima Necat.


Dernière édition par Thomov Le Poussiéreux le Mer 29 Aoû 2012 - 8:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arken
Maîtresse des fouets
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 2695
Expérience de jeu (CV) : Depuis juillet 2006 (livre CV fin V6, jeu fin V7)
Date d'inscription : 12/03/2011

MessageSujet: Re: Corbeau, loup et serpent   Mar 28 Aoû 2012 - 11:53

Tiens tiens tiens... Le comte de la crypte sort une nouvelle histoire juste avant le concours... Même si le début promet une aventure savoureuse, cela ne te permettra pas d'avoir des avantages ! Mr. Green

Mais cela ne t'empêche pas d'écrire la suite !! Clap

PS :
Citation :
sans vouloir paraitre mesquin, il me semble que "les deux voleurs faillirent se éclater de rire" comporte une légère erreur de construction de phrase, non?

Thomov... Comment dire...
Citation :
mais je derai tout pour te ravir bientôt ton titre,
Sans vouloir paraitre mesquine, il me semble que cette phrase aussi contienne une erreur Lol !

_________________
Les mots sont un don. Les mots sont une arme. Les mots ne se gaspillent pas. P.B.
"Despierta y ponte a soñar"
Ceux qui ne croient pas en la magie ne la trouveront jamais.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Skriff
Goules
Goules
avatar

Nombre de messages : 93
Expérience de jeu (CV) : 5-6 mois avec les skavens, pour l'instant aucune avec ces chers vampires...
Date d'inscription : 27/06/2012

MessageSujet: Re: Corbeau, loup et serpent   Mar 28 Aoû 2012 - 13:24

C'est un échauffement pour le concours ? Wink
Si c'en est un, je n'ose pas imaginer ce que sera le propre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keraad de Gespenst
Comte de la Crypte 2011 et 2015
avatar

Age : 24
Nombre de messages : 657
Date d'inscription : 07/10/2009
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: Corbeau, loup et serpent   Mar 28 Aoû 2012 - 16:50

Citation :
noms d'emprunt
En fait ce sont plutôt des surnoms, qui tiennent souvent lieu de noms dans des quartiers pourris comme la basse-ville (le boxeur s’appellerait "la brute", Arken s'appellerait "M'dame fouet" Mr. Green ). Je suis pas sûr que ça soit super clair dans le texte, je vais essayer d'arranger ça dans les suivants.

Arken a écrit:
Citation :
sans vouloir paraitre mesquin, il me semble que "les deux voleurs faillirent se éclater de rire" comporte une légère erreur de construction de phrase, non?

Thomov... Comment dire...
Citation :
mais je derai tout pour te ravir bientôt ton titre,
Sans vouloir paraitre mesquine, il me semble que cette phrase aussi contienne une erreur Lol !

J'ajouterais que "sacoureuse", ce n'est pas très français non plus (ce qui ne change rien à ma faute d'orthographe, shame on me). Je suppose que la faute de Thomov était due à sa précipitation à me complimenter pour mon texte Lol !

Mais maintenant j'ai la pression: je dois réussir à faire bien mieux que ça pour le concours. (en même temps c'est moi qui choisis le thème, gniark gniark Devil )

En tout cas, merci pour vos rapides réponses! Étant donné qu'une partie du récit est déjà écrit, je pense que je vais pouvoir poster les textes assez rapidement. Et la suite arrive maintenant.


A l'oreille, Aster suivit le bon déroulement du plan. Coordination parfaite, le temps que le Lézard se fasse pincer et la femme remontait crier à son mari que le Guet était là. Puis les voix s'atténuèrent. Ils étaient tous dehors. Aussi vif et silencieux qu'un félin, Aster descendit en bas prévenir les autres. Par la porte d'entrée entrebâillée lui parvenaient les cris du Lézard qui n'avaient, contrairement à ce que pensaient certainement les bourgeois là-dehors, pas tant vocation à le défendre lui qu'à protéger ses complices. Les bandits se redéployèrent, suivant au mot près les instructions reçues quelques heures plus tôt. Eviter la première salle, trop proche de la porte, où il y avait trop de chances d'être repéré. Prendre si possible ce qui était léger. Utiliser au maximum les informations qu'on avait pu collecter d'ici là. Aucune lumière. Tendre l'oreille pour pouvoir s'enfuir au signal. Après avoir filé un coup de main à l'Ardent, Aster remonta à l'étage. Trois-yeux s'occupait vraisemblablement de la chambre, laissant aux deux qui l'avaient rejoint les tâches moins passionnantes. Deux-dents, à la fenêtre, veillait au grain. Il vit à peine son camarade lorsqu'il passa près de lui pour fouiller le bureau. Crastod s'en chargeait déjà, mais il avait apparemment besoin d'aide. Il désigna le massif cabinet de bois précieux qui trônait au centre de la pièce. Aster s'approcha pour examiner les diverses serrures, trop complexes pour être crochetées rapidement, et secoua la tête en signe de dénégation. Trop gros également pour être emporté avec eux. Crastod haussa les épaules et reporta son attention sur des proies plus faciles. Aster allait faire de même quand un détail du cabinet attira son regard. Un léger défaut de fabrication, masqué par une bonne dose de peinture par un artisan ne pouvant évidemment ni jeter son bois et tout recommencer, ni avouer à son client que son magnifique meuble avait été, comme tant d'autres, fait à la va-vite. Quelques instants plus tard, quatre tiroirs avaient été démontés et trois promptement vidés de leur contenu, le quatrième servait à ranger des actes commerciaux sans intérêt. Aster ressortit le sourire aux lèvres et alla relever Deux-dents. Il leur restait peu de temps hélas. Le Lézard avait fini par "avouer" où il avait planqué son butin, et un des gardes avait dû atteindre le sommet de la maison voisine. Il redescendait au moment même le dernier chargement. A présent ils allaient demander au petit pourquoi il avait volé de la ferraille, et Lézard allait leur gagner encore un peu de temps. La précision serait essentielle, aussi Aster ouvrit très légèrement la fenêtre pour entendre ce qui se dirait.

"_Les revendre, tes vieilleries? questionnait le garde. M'étonne qu'à moitié, y'a des acheteurs pour toutes les merdes dans l'trou à rats qu'on appelle la basse-ville, y compris ton pactole, ces fichus saloperies de fer à rendre dépressif le meilleur forgeron -sauf votr' respect m'sieur Barolle- que t'as eu la bonne idée de m'envoyer chercher dans ton maudit grenier de baraque en ruine. T'aurais plu, hein le crasseux, que j'me casse le dos? Tu riras moins en prison mon gars, parole!
_En prison? Non, pitié m'sire du Guet! J'ai pas piqué grand-chose à m'sire Barolle, et puis il l'a récupéré! J'ai tué personne, et votre dos il est bien solide. J'ai rien fait de mal, ça aurait causé de tort à personne que j'y emmène sa ferraille au m'sire Barolle. J'le débarrasse de trucs dont il a plus besoin, et j'y gagne de quoi vivre. Tout le monde y gagne, et c'est mieux que si j'allais égorger des honnêtes gens dans les ruelles!
_Ecoutez-moi ce petit fumier, dit le garde aux marchands, à l'entendre il faudrait presque le remercier. T'as sacrément de la chance qu'au final on ait récupéré ton butin sans dommages, sans ça c'est pas deux jours mais deux mois que tu passerais dans les cachots!
_Pitié non! gémit Lézard. Faut pas qu'on sache que je suis venu ici! L'Grand Sombre il a dit que c'te maison était à lui, qu'il fallait pas y toucher. S'il apprend pour ce soir, je suis mort!
_Qui est ce grand sombre, demanda le gros marchand, pour le terrifier à ce point?
_Pas grand sombre, le reprit Lézard, Grand Sombre.
_La ferme toi! beugla le garde. C'est une légende m'sieur Barolle, une fichue histoire que se racontent ces fichus bandits. Dès qu'y en a un d'assez fort pour réussir un gros coup et d'assez futé pour pas le crier sur les toits, ils disent tous que c'est le Grand Sombre qui a frappé. Personne connait son visage, et personne pourra jamais l'avoir, qu'ils disent.
_Pas vrai, il existe! Et si je vais aux cachots, il va me tuer, tuer, tuer!"

C'était le moment. Dès que le gosse avait parlé du Grand Sombre, Aster avait envoyé Trois-yeux prévenir les autres en bas, qui avaient commencé le repli vers l'étage. A présent que Lézard criait à tue-tête, les voleurs purent s'enfuir par les toits jusqu'à une ruelle proche où corde et échelle leur permirent de descendre. Heureusement que l'Ardent était costaud, sans lui impossible de transporter tout ce qu'ils avaient pillé. Quelques minutes plus tard, ils étaient de retour dans la basse-ville, à leur repaire, pour évaluer le butin. Il fallut bien sûr forcer la serrure de la cassette, mais à présent qu'ils n'avaient plus à être silencieux, ce fut un jeu d'enfant. Le résultat dépassa leurs espoirs les plus fous. Outre les bijoux et les robes de la chambre -qu'ils ne pourraient pas toutes revendre, mais ils avaient tous en tête une fille à qui faire un tel cadeau- outre la vaisselle, un vase, et même un petit guéridon, ils avaient trouvé un joli paquet de pièces. Auxquelles s'ajouta le contenu de la cassette: assez de pièces d'or pour tripler leur butin et cinq rubis scintillants. Jamais ils n'avaient envisagé trouver cela chez un commerçant, certes plus aisé qu'eux, mais très loin des riches habitants des manoirs, plus loin au cœur de la ville. Même divisé entre tous les membres de leur bande, sans oublier leur pauvre Lézard qu'ils récupèreraient le lendemain, la somme était plus que coquette. Alors que la flamme de la bougie, en se reflétant sur les pièces, baignait leurs visages d'une lueur dorée, ils se regardèrent en silence, un grand sourire sur leurs lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Skriff
Goules
Goules
avatar

Nombre de messages : 93
Expérience de jeu (CV) : 5-6 mois avec les skavens, pour l'instant aucune avec ces chers vampires...
Date d'inscription : 27/06/2012

MessageSujet: Re: Corbeau, loup et serpent   Mar 28 Aoû 2012 - 18:39

Super bien la suite !
Lézard, il s'appelle comme ça parce qu'il est aussi débile qu'un homme-lézard ? Devil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomov Le Poussiéreux
Comte de la Crypte 2010 & 2013
avatar

Age : 31
Nombre de messages : 3358
Expérience de jeu (CV) : Ancien Vampire, vieux Chef de Guerre Orque, Favori de Slaanesh depuis peu, nouveau chef de Clan Elfe Sylvain, jeune Poil-au-Menton Nain, vénérable Connétable Bretonnien et très ancien Kuraq Saurus
Date d'inscription : 25/03/2009
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: Corbeau, loup et serpent   Mer 29 Aoû 2012 - 9:21

Excellente suite cher ami!
La seconde partie d'un plan bien orchestré, conté de main de maître comme il se doit; cela augure une lutte farouche pour le Concours Shifty

Je pense que nous sommes désormais tous impatients d'en savoir plus sur ces rusées canailles déjà fort attachantes et leurs projets.

PS: désolé pour les fautes de frappe, un petit moment de faiblesse... Sad

_________________
Vulnerant Omnes, Ultima Necat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keraad de Gespenst
Comte de la Crypte 2011 et 2015
avatar

Age : 24
Nombre de messages : 657
Date d'inscription : 07/10/2009
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: Corbeau, loup et serpent   Ven 31 Aoû 2012 - 17:01

Ultime entrainement avant le concours, j'attends vos remarques sur ce texte (merci à ceux qui ont déjà répondu), en particulier pour la grammaire/orthographe (à part dans les dialogues quand c'est un bandit quasi analphabète qui parle) car je l'ai écrit assez rapidement pendant les vacances, donc des fautes d'inattention pourraient bien s'être invitées.
La suite arrive immédiatement, mais pour les révélations sur les surnoms, il faudra attendre un peu Devil

II

"Pourquoi c'est encore moi qui fait le leurre?"
Aster leva les yeux au ciel. Lézard était à peine sorti de prison qu'il avait recommencé à se plaindre. Toujours la même rengaine.
"Parce que tu étais le seul capable de remplir cette mission, répondit-il. A part Trois-yeux et moi, tu es le seul à savoir compter jusqu'à trois cent soixante. Les autres arrivent à peine à vingt. Et je vois mal Trois-yeux jouer le gamin effrayé aussi bien que toi." Il se tut, et vit sur le visage de l'enfant la question qui lui brûlait les lèvres, aussi y répondit-il. "Voyons Lézard, tu sais bien qu'il faut que je sois là pour coordonner notre action. N'oublie pas à quoi nous devons notre succès. La discipline. Et n'oublie pas que, sans le regard sévère d'un chef, la discipline elle disparait plus vite qu'une fille qui voit venir Triple-ventre.
_Mais je pourrais aussi bien jouer ton rôle que le mien. Observe!"
Et Lézard donna une telle caricature du "regard sévère" qu'Aster éclata de rire. Entretemps, ils avaient rejoint la Place du Marché qui abritait sous son nom pompeux quelques étals miteux dont l'état délabré était caractéristique de la basse-ville. Les marchands en guenilles tentaient d'attirer à eux les passants en vantant haut et fort les mérites de leurs produits, en les plaçant brusquement sous le nez des acheteurs potentiels, voire même en agrippant le premier venu comme une monstrueuse sangsue et en considérant ses cris indignés comme autant de promesses d'achat. Malheur à celui qui persistait à refuser la transaction, car les hurlements du commerçants montaient encore d'un cran alors qu'il se lamentait sur le sort qui attendait sa famille s'il ne parvenait pas à vendre, qu'il diminuait son prix de moitié ou encore qu'il criait au voleur. Dans sa sagesse coutumière, la garde avait décidé de ne pas se mêler de ces histoires, et ne réagissait ni aux hurlements du "client" agacé, ni aux gémissements du marchand. Et sans intervention des forces de l'ordre, les cris redoublaient d'intensité. Si l'on ajoutait à cela les chariots dont les roues battaient le pavé de la place, les nobliaux qui tentaient de se frayer un passage au milieu de la marée humaine et les imprécations du prophète de service, on obtenait un vacarme proprement abrutissant. Ni Aster ni Lézard n'y prêtèrent cependant attention, le temps les ayant habitués aux particularités de la Place du Marché. C'est ainsi presque par réflexe que le garçon s'empara d'une bourse bien garnie alors que l'attention de son propriétaire était momentanément détournée par un musicien à l'instrument mal accordé qui venait quémander quelques sous après sa prestation lamentable. Tout en marchant, tous deux se remémorèrent leur apprentissage sur ces mêmes pavés, à profiter de l'indifférence extrême de la garde pour s'entrainer à subtiliser bourses et marchandises impunément. Ou presque, car si d'aventure un pigeon parvenait à rattraper un jeune voleur, il jouissait à son tour de la non-loi qui régnait dans la Place pour punir le garnement à sa façon. Deux amis d'Aster étaient morts de s'être fait prendre.
"_Dis Aster, commença le garçon en mordant dans une pomme qu'il n'avait pas deux minutes plus tôt, tu m'as toujours pas dit combien vous avez récolté?
_Beaucoup, crois-moi. Un butin magnifique, et que nous te devons en grande partie.
_Alors c'est moi qui aurais la plus grosse part?
_Lézard... "
L'intéressé soupira, lança le trognon vers un jeune prétentieux en satin, puis récita machinalement: "Troisième règle: "Un homme, une part, parce que même le meilleur ne vaut rien sans les autres". Tant pis, j'aurais essayé." Et il oublia l'affaire pour s'intéresser aux oiseaux perchés sur les toits. Si Aster regrettait quelque chose de son enfance, c'était bien cette faculté de passer d'un sujet à un autre sans vraiment y attacher de l'importance. Il allait tenter d'engager à nouveau la conversation, quand il distingua deux de ses compagnons qui s'approchaient rapidement. D'un signe, il indiqua à Lézard de les rejoindre au plus vite. L'affaire semblait pressante.
"_Que se passe-t-il Xaras?
_Problèmes Aster. Faut que tu rapplique en vitesse à l'Ours Danseur. L'Ardent fait des bêtises, du genre dangereuses si tu m'comprend."
Il ne comprenait que trop bien. Au besoin, l'expression de Xaras était des plus éloquentes. Prenant la tête de leur petit groupe, Aster se dirigea d'un pas décidé vers les quartiers intermédiaires, à la limite de la haute-ville, où se trouvait la taverne de l'Ours Danseur. En chemin, Xaras lui décrivit brièvement la situation, laquelle ne surprit qu'à moitié le voleur, qui connaissait bien l'Ardent. Les deux enfants couraient à leurs côtés et essayaient de suivre la conversation, quoique Toi fut moins intéressé que Lézard. Lentement, les habitations se firent plus accueillantes, plus lumineuses, les rues plus propres, et la garde patrouillait moins pour chasser les miséreux que pour offrir une vision rassurante aux résidents du quartier. Les vêtements étaient mieux taillés, les bourses moins surveillées et plus garnies, les moues plus dédaigneuses quand on apercevait ces quatre représentants de la basse-ville. Lesquels y étaient bien assez habitués pour ne plus y prêter attention.
Avançant résolument, ne s'écartant pour personne à moins que des gardes du corps ne les y forcent, les voleurs s'approchaient de la Place du Sauveur, qui marquait véritablement la frontière entre les deux moitiés de la ville. Ceux qui habitaient par-delà étaient les plus riches, les plus nobles, ceux qui n'avaient jamais à descendre dans la basse-ville et qui, lorsqu'ils voulaient s'encanailler, se rendaient au pire dans les quartiers intermédiaires. Aster avait entendu parler d'une place jumelle, de l'autre côté de la colline qui marquait le centre de la ville, séparant là encore les deux quartiers. Mais elle était moins fréquentée que la Place du Sauveur, car cette dernière abritait ce qui était considéré comme le paradis par tous les malandrins de la basse-ville: la taverne de l'Ours Danseur. Entourée par deux maisons dont la construction avait été prématurément stoppée par une invasion de termites, la vieille bâtisse n'en semblait que plus imposante. Par comparaison avec les multiples boutiques de commerçants, tailleurs, savetiers et joailliers aux façades dégarnies et aux enseignes ternes, la taverne était véritablement sublime. Son fronton coloré de bleu et de rouge était orné de dorures finement ciselées, et les mêmes motifs se retrouvaient à l'étage et au niveau du toit. De magnifiques blasons représentant un ours se déplaçant debout se trouvaient aux positions stratégiques pour attirer le regard. A cela s'ajoutait l'aspect vieilli de l'ensemble du bâtiment, qui était pour les habitants de la haute-ville la preuve du bon goût de son propriétaire, et celle de son avarice pour ceux de la basse-ville. Tout ceci concourait à faire de l'Ours Danseur la plus belle taverne de la ville, du moins si l'on faisait abstractions des établissements de la haute-ville qui avaient la réputation d'être sublimes, mais que personne parmi les connaissances d'Aster n'avait pu visiter. Traversant la place, celui-ci détourna un instant le regard pour examiner la statue qui se dressait en son centre. L'homme de bronze aux traits idéalisés avait dû sauver la ville un jour, sans quoi la Place du Sauveur n'aurait pas porté ce nom, mais quand, comment et de quoi, nul ne le savait plus aujourd'hui. Le temps avait fait des ravages: la plaque explicatrice était totalement illisible, et si le héros avait été entretenu, son adversaire n'avait pas eu cette chance. Aussi aujourd'hui, un sauveur anonyme posait triomphalement le pied sur la tête d'une espèce de bloc de bronze complètement rongé par la rouille. "Il avait fait de grandes choses, sûrement qu'il pensait être entré dans la postérité, se dit Aster. Comme quoi tu peux accomplir tous les exploits que tu veux, tu finiras par être oublié."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arken
Maîtresse des fouets
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 2695
Expérience de jeu (CV) : Depuis juillet 2006 (livre CV fin V6, jeu fin V7)
Date d'inscription : 12/03/2011

MessageSujet: Re: Corbeau, loup et serpent   Ven 31 Aoû 2012 - 19:02

Sans trop y faire attention, je n'ai pas remarqué de faute.
Par contre, cela fait assez étrange que tu t'arrêtes à ce moment. D'habitude on s'arrête sur un moment de suspense ou à l'inverse, sur une révélation, mais pas sur une description Fou Mais bon, c'est une réflexion "d'après lecture", ce n'est pas désagréable pour le texte lui même.

Ultime entraînement... Avant demain ! Very Happy
Enfin... Toi tu as un avantage... Tu peux déjà bosser ou au moins réfléchir sur ton texte, puisque tu connais le sujet Tongue

Après ce petit égarement, j'en viens à ma conclusion, qui est quasi la même qu'à chaque fois :
suite suite suite !! lol

PS : bon, fini de parler, je m'en vais affuter ma plume ! Vampire

_________________
Les mots sont un don. Les mots sont une arme. Les mots ne se gaspillent pas. P.B.
"Despierta y ponte a soñar"
Ceux qui ne croient pas en la magie ne la trouveront jamais.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomov Le Poussiéreux
Comte de la Crypte 2010 & 2013
avatar

Age : 31
Nombre de messages : 3358
Expérience de jeu (CV) : Ancien Vampire, vieux Chef de Guerre Orque, Favori de Slaanesh depuis peu, nouveau chef de Clan Elfe Sylvain, jeune Poil-au-Menton Nain, vénérable Connétable Bretonnien et très ancien Kuraq Saurus
Date d'inscription : 25/03/2009
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: Corbeau, loup et serpent   Ven 31 Aoû 2012 - 22:09

Un excellent entraînement si je peux me permettre, Monsieur le Comte (profite bien de ton titre, il ne durera peut-être plus très longtemps Shifty ).
J'aime l'ambiance de ces textes, très loin de ceux mettant en scène Keraad lui-même mais vraiment délectables. Tu montres que tu peux jongler avec diverses tendances avec une aisance qui laisse rêveur.
Félicitations

_________________
Vulnerant Omnes, Ultima Necat.


Dernière édition par Thomov Le Poussiéreux le Lun 22 Oct 2012 - 20:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keraad de Gespenst
Comte de la Crypte 2011 et 2015
avatar

Age : 24
Nombre de messages : 657
Date d'inscription : 07/10/2009
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: Corbeau, loup et serpent   Dim 2 Sep 2012 - 12:35

Arken a écrit:
Sans trop y faire attention, je n'ai pas remarqué de faute.
Par contre, cela fait assez étrange que tu t'arrêtes à ce moment. D'habitude on s'arrête sur un moment de suspense ou à l'inverse, sur une révélation, mais pas sur une description Fou Mais bon, c'est une réflexion "d'après lecture", ce n'est pas désagréable pour le texte lui même.
Certes, mais comme pour les deux textes précédents, il s'agit d'un seul gros texte coupé en deux pour des raisons de taille. Et faute de gros suspense, j'ai placé la coupure à l'endroit qui me semblait le plus approprié: juste avant l'entrée dans l'auberge. J'essayerais d'éviter cela par la suite, c'est en effet assez étrange. Quoi

Arken a écrit:
Enfin... Toi tu as un avantage... Tu peux déjà bosser ou au moins réfléchir sur ton texte, puisque tu connais le sujet Tongue
Je m'insurge contre cette odieuse accusation! Mr. Green
Une des raisons pour lesquelles je me suis mis à écrire ce récit est qu'en me concentrant sur une toute nouvelle histoire, j'éviterais de penser au concours et de réfléchir par avance au texte que je pourrais écrire. Ça n'aurais pas marché sur quatre semaines, mais je n'ai vraiment trouvé mon thème qu'assez récemment.

Qui a dit que les nécrarques ne pouvaient pas être fair-play? Skull

Sur ce, la suite:


A l'entrée de la taverne, Aster commanda aux trois autres de rester dehors. Ainsi Xaras pourrait-il surveiller les deux plus jeunes, pas en âge d'entrer là-dedans. "Et si ça tourne mal, ajouta-t-il, vous pourrez retarder la garde". Puis il poussa la porte en chêne, et pénétra dans le "paradis". Les vapeurs d'alcool se frayèrent aussitôt un chemin vers ses narines, tandis que la grande salle s'étendait sous ses yeux. Quoique mieux tenu que les auberges de la basse-ville, l'Ours Dansant n'en était pas moins un fouillis de tables et de chaises en vrac, un empilement de corps que les propriétaires cherchaient à remplir de bière tout en jouant aux cartes ou aux dés et en fumant la pipe. Sur la droite, une partie de "Vole-l'Empereur" ayant mal terminée dégénéra en bagarre qui se répandit dans un bon quart de la salle. Au centre, les serveuses slalomaient adroitement en évitant les mains baladeuses des clients trop fauchés pour payer le petit supplément permettant d'en emmener une à l'étage. Non loin derrière, le patron se démenait derrière son comptoir pour servir la masse qui y était collée comme un banc d'huitres à un rocher. La mémoire du tenancier était sans égale, et tant qu'il vous restait quelque chose à payer, ses petits yeux de fouines ne vous lâchaient pas. A gauche enfin...

"Aster, par ici!"

La voix avait percé le brouhaha ambiant comme un coup de tonnerre. Son propriétaire faisait de grands signes à Aster d'une main tout en attrapant une nouvelle bouteille de l'autre. Grandegorge était occupé à vider des chopes d'alcools divers avec la célérité et l'efficacité auxquelles il devait son surnom. Manifestement, c'était lui qui avait prévenu Xaras, évitant ainsi, comme à son habitude, de se déplacer. Sans s'arrêter de boire, il indiqua à son camarade que l'Ardent était allé dans la salle arrière, et qu'il se faisait trop remarquer. Aster fronça les sourcils et se dirigea à son tour vers la petite salle à l'accès payant, tout en s'interrogeant sur l'étendue du désastre. L'Ardent ne faisait jamais rien à moitié, les catastrophes non plus hélas. Aster ne fut pas déçu. Son imbécile d'ami était juché sur une table renversée, contrastant ainsi avec le reste de la pièce, bien mieux ordonnée et fréquentée que la grande salle. Il tenait d'une main une bouteille d'un bon vin qu'il descendait cependant comme n'importe quelle piquette, et de l'autre un sac remplit de pièces. Ses bras entouraient les tailles de deux servantes de la grande salle qu'il avait dû convaincre avec force monnaie de passer ici avant de monter à l'étage. Tous trois riaient à gorge déployée tandis que le reste de la salle les fixait en silence. Enfin, pour compléter le tableau, il y avait l'Ardent lui-même. L'homme était grand, particulièrement musclé, et son allure de brigand de la basse-ville contribuait à le rendre effrayant pour les occupants, pour la plupart aisés, du salon privé. Mais ce qui rendait l'Ardent assez terrifiant pour que personne ne l'ait encore fait expulser malgré son comportement, c'était sa peau. Rescapé d'un incendie où il avait bien failli crever, l'Ardent avait la peau brûlée en de multiples endroits, une des marques de son visage déformant sa bouche et atteignant presque l'œil, et le cuir chevelu si endommagé qu'il ne lui poussait plus que quelques touffes de cheveux éparses. L'ensemble était assez horrible à voir, et plus encore lorsqu'il riait. Sans son impressionnante musculature, il aurait certainement eu les mêmes tarifs chez les prostituées de la basse-ville que Triple-ventre, pourtant reconnu comme un des hommes les plus laids de la province. Mais l'Ardent faisait exprès de toujours se comporter comme s'il était parfaitement normal. Il ne semblait même pas se rendre compte que toute la salle l'observait d'un air réprobateur! Enfin, Aster parvint à son niveau.

"_Ramène-toi en vitesse, lui intima-t-il. Tu vois pas dans quel pétrin tu es en train de te fourrer?
_Fous-moi la paix, tu veux? J'ai pas fini ma bouteille, et j'ai pas commencé les filles. Repasse plus tard."
Voyant le colosse en conflit avec un autre moins-que-rien de la basse-ville, un des jeunes nobliaux présents dans l'assistance reprit courage et s'avança, saisissant là une belle occasion de montrer à tous son courage.

"Holà les drôles! Vous vous êtes trompés de taverne. C'est un établissement respectable ici, pas un dépotoir pour les tas de crasse de votre espèce. Alors vous allez prendre la porte immédiatement ou il vous en cuira!"
L'Ardent voulut se jeter sur l'insolent, mais il fut gêné par les deux servantes sur ses genoux et il se retrouva bientôt cerné par trois autres jeunes coqs, la main bien en évidence sur la garde de leur épée. Un sourire satisfait sur les lèvres, le chef improvisé de la bande reprit:

"_Bien, le demi-troll puant semble s'être calmé. La garde est en chemin, les gueux, mais si vous n'êtes pas trop stupides vous ne l'attendrez pas pour vous incliner et vous enfuir. C'est compris demi-troll? Et toi là, qu'est-ce qui t'arrive, tu veux que je te sorte moi-même?
_Je serais curieux de voir ça, murmura Aster
_Vraiment? Peux-tu répéter, ou est-ce que cela dépasse tes capacités?"

Les deux se jaugèrent du regard. L'un était bien vêtu, probablement l'aîné d'une vieille maison venu apprendre la vie à la taverne. Légèrement tourné sur le côté dans une posture hautaine, la main serrant pompeusement la garde de son épée, il mimait l'attitude du défi sans jamais en avoir fait l'expérience. Mais sous les boucles blondes, son visage trahissait un certain manque d'assurance. De l'autre côté, Aster était penché en avant, les membres très légèrement repliés, prêt à s'élancer. Il ne portait pas d'épée, mais de légères bosses dans ses loques usagées trahissaient la présence de multiples poignards dissimulés. Sale, mal rasé, ses cheveux noirs corbeau formant un enchevêtrement hirsute sur sa tête, il avait l'air plus proche de l'animal que de l'homme. De ses yeux gris comme l'acier suivant inlassablement ceux du noble à ses traits durs tendus par un mélange de colère et de concentration, tout en lui dégageait une aura de violence à peine contenue. Aster le savait, s'ils devaient s'affronter, le jeune nobliau prétentieux n'aurait aucune chance contre un voyou de la basse-ville comme lui. Il allait avoir le plaisir de faire disparaître son sourire satisfait à un de ces riches méprisants de la haute-ville.

Durant ce qui sembla une éternité à Aster, ils se défièrent du regard. Mais si son corps était tout entier consacré au combat à venir, son esprit continuait d'analyser la situation, qui n'était pas brillante. La garde pouvait arriver à tout moment, et l'assemblée réclamerait leurs têtes, ou au moins leur emprisonnement pendant des années. S'il parvenait à gagner et à s'enfuir avant cela, sa position n'en serait pas meilleure pour autant. Qu'il humilie le jeune idiot, et ce dernier consacrerait son énergie et son or à se venger. Qu'il le tue, et c'est la famille entière qui voudrait sa mort. Autant les gardes parvenaient à dissuader les nobles de faire rechercher les cambrioleurs, arguant de la difficulté des enquêtes dans la basse-ville, autant ils ne pourraient jamais raisonner ceux dont l'aîné avait été assassiné par un voyou. "Je suis plus fort que lui, mais il a avec lui la garde et une grande famille." Aster maudit une fois de plus sa mère pour l'avoir fait naître sans richesse ni titre, et prit la seule décision qui pourrait les sauver. Il dut faire appel à tous ses talents d'acteur pour que son revirement semble naturel. Il s'inclina, cachant ainsi derrière ses cheveux ses yeux emplis de haine.

"_Vous d'mande pardon votr' seigneurie. On va partir m'seigneur, ci fait. On va partir de suite m'seigneur, et on r'viendra plus vous embêter, parole.
_Bien, dit le nobliau, rayonnant de joie, maintenant allez! Je pourrais vous faire nettoyer le plancher avec votre langue, mais je vais être magnanime.
_Trop aimable m'seigneur, dit Aster tout en multipliant les courbettes. Soyez remercié m'sire."
Saisissant l'Ardent par le bras, le voleur quitta la salle sous les huées des riches habitants de la haute-ville.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keraad de Gespenst
Comte de la Crypte 2011 et 2015
avatar

Age : 24
Nombre de messages : 657
Date d'inscription : 07/10/2009
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: Corbeau, loup et serpent   Mer 17 Oct 2012 - 22:04

Double-post, désolé mais depuis le temps et avec le concours de récits (Lyandeeeeeen Clap ) j'ai bien peur que mon pauvre petit sujet n'ait été complètement oublié.

III

"_Ça en fait combien en tout?
_Trente-cinq gardes depuis midi, répondit l'Ardent. Ainsi que quatre sergents, un capitaine et trois chiens.
_Ils ont augmenté les effectifs on dirait. Et ils s'intéressent de plus en plus à ce secteur."

A l'ombre d'un porche, les deux bandits repéraient les changements apportés par le nouveau commandant de la garde. En temps normal, les patrouilles de la basse-ville suivaient toujours le même itinéraire, avaient les mêmes effectifs et les mêmes horaires. Naturellement, les criminels apprenaient vite à éviter les gardes, à l'exception de quelques imbéciles, mais cela convenait à tout le monde. Les voleurs pouvaient revenir des quartiers intermédiaires après un larcin en esquivant les patrouilles, pour peu qu'ils aient évité de se faire repérer par leurs victimes, et parvenaient ainsi à survivre correctement. De leur côté, les gardes évitaient de procéder à trop d'arrestations au sein de la basse-ville. Ils conservaient ainsi ce fragile équilibre, assurant une relative sécurité aux honnêtes citadins tout en évitant que les voleurs de la basse-ville, désespérés, ne provoquent une émeute. "C'est comme un jeu, avait un jour dit Lézard. Tant que les deux équipes respectent les règles, personne ne se fâche". Le garçon avait un vrai don pour résumer les choses. Le guet laissait la racaille relativement tranquille, et nul ne s'opposait aux arrestations lorsque les gardes pinçaient un imprudent. Bien sûr, cela faisait de la basse-ville une zone où tout était permis, mais ce genre de détail n'empêchait ni les gardes ni les nobles de dormir.

Le changement de trajet était une des multiples "règles du jeu". Systématiquement, lorsqu'un nouveau commandant de la garde entrait dans ses fonctions, il prenait des mesures contre les voyous de la basse-ville, et ordonnait de modifier les itinéraires "trop prévisibles" des patrouilles. Et systématiquement, au su de toute la ville excepté ledit commandant, les nouveaux trajets étaient étudiés et appris par les brigands dans les deux jours qui suivaient. Cette fois-ci, Aster et l'Ardent s'occupaient de la zone située au sud de la Porte de la Gargouille. Ce qui allait leur permettre d'avoir une petite discussion concernant une certaine taverne, à présent que le géant brûlé avait dessoulé. Cependant, une gêne réciproque les avait fait se concentrer exclusivement sur leur mission jusqu'ici.
"_L'Ardent?
_Ouais?
_Tu sais ce que je vais te dire?
_Ouais.
_T'as compris que t'avais fait une bêtise?
_Ouais.
_T'as compris à quel point c'était stupide?"

Cette fois-ci, l'Ardent ne dit rien.
"_Je résume: tu as choisi de fêter notre dernier coup en dépensant une partie de ta part à la taverne. Jusque-là, c'est normal, Grandegorge a fait pareil. Mais il a fallu que tu ailles dans la salle privée de l'Ours Dansant, le pire endroit de la ville où tu pouvais te faire remarquer, celui où tout le monde se demanderait comment un vaurien de la basse-ville a fait pour avoir autant d'or à dépenser. C'est à croire que tu voulais vraiment que les gardes t'embarquent!"

Aster nota que son compagnon n'avait pas l'air spécialement dépité jusque-là, avant de reprendre.
"_Et ensuite tu as décidé d'y tripoter les serveuses, de te saouler assis sur une table, bref de défier ces imbéciles de la haute-ville de te foutre dehors.
_Et si t'étais pas venu, j'aurais fini mon affaire tranquillement, l'autre guignol aurait même pas osé s'approcher et une fois que j'serais parti ils auraient commencé à râler contre les types comme moi, des vauriens sans éducation. M'aurait bien fait marrer tiens! Mais y'a fallu que tu t'en mêles, et t'as même pas eu le courage de trouer ce blanc-bec.
_Si j'étais pas venu, la garde serait venu te chercher pendant que tu troussais tes serveuses ou que tu cuvais ton vin, et deux semaines plus tard tu serais sorti de prison sans un sou. Et si j'avais attaqué le noble, on y serait allé tous les deux."

L'Ardent n'ajouta rien. Il semblait un peu gêné finalement, mais ça ne l'empêcherais pas de recommencer. Songeant qu'il n'obtiendrait pas de meilleures excuses de lui, Aster tourna la tête. Et un gamin, quelques mètres plus loin, détourna précipitamment le regard. "Il nous surveille, mais il est pas discret, pensa le voleur." Quelques coups d'œil de différents côtés lui permis d'évaluer la situation.
"_Fais gaffe l'Ardent. Y'a toute une bande qui nous encercle. Deux mômes et quatre plus vieux.
_A ton avis, ils nous veulent quoi?"

Aster ne répondit rien, car les autres, se sentant repérés, s'avançaient déjà. Suivant de vieilles habitudes, l'Ardent commença à se replier à l'intérieur de la maison à laquelle ils étaient adossés jusqu'alors. La porte de derrière donnait sur une ruelle, une fois là-bas ils n'auraient aucun mal à semer ces débutants. Ils se ménageaient toujours une sortie de secours, ce qui était vital dans la basse-ville. Aster s'apprêtait à suivre son compagnon lorsqu'il entendit un cri étouffé. L'Ardent était à terre, se tenant le ventre, tandis qu'une véritable montagne humaine remettait tranquillement son énorme gourdin sur une de ses épaules massives. Autre règle de la basse-ville: il était toujours très facile de trouver plus costaud que soi. Entrant lentement dans la bâtisse, Aster écarta les mains, indiquant qu'il se rendait. La petite bande d'espions entra à son tour, refermant la porte derrière eux. D'autres bandits à la mine patibulaire achevèrent de former un cercle autour des deux compagnons, et un autre homme se détacha des ombres. Il avait des petits yeux méchants, un visage allongé et tenait ses mains crispées près de son torse. Régulièrement, un tic nerveux le faisait tressaillir, et il scrutait sans cesse les alentours, comme s'il craignait qu'une horde de démons lui saute dessus. D'aucun prétendaient qu'il avait du sang skaven dans les veines, et les autres l'affirmaient avec certitude.
"_S'lut Aster.
_Salut le Rat, ça faisait longtemps!
_C'est sûr, répondit-il en souriant, l'air mauvais. Trop longtemps, même. J'avais pas promis qu'je m'vengerais pour le vol du tailleur rue des songes?
_Possible. Tu as toujours été aussi rancunier que sournois.
_Tu vois, je songeais, puisqu'il parait qu'tes potes et toi vous avez fait un gros coup, pt'être qu'tu pourrais me filer ta part, hein? On s'rait quitte."

L'Ardent, qui s'était un peu rétabli, regardait Aster en souriant. Il songeait que, comme à son habitude, le prudent voleur aurait caché sa part de butin. Malheureusement, Aster avait pris la moitié de son or -histoire de fêter, bien que de façon plus discrète que l'Ardent, leur belle prise- l'autre moitié étant en sûreté ailleurs. S'il mentait, le Rat le sentirait et le ferait fouiller par ses sbires. Un demi-mensonge passerait-il?

"_D'accord Rat, t'as gagné. En nous prenant par surpris avec un colosse et une dizaine de tire-laine pour l'Ardent et moi, c'était pas bien dur, mais tu peux pas faire mieux pas vrai?
_Jl'étripe chef? demanda un petit chauve couturé de cicatrices.
_Pas la peine, il peut pas s'empêcher de jouer au dur, mais il va nous passer son or. Jusqu'à la dernière pièce."


Dernière édition par Keraad de Gespenst le Sam 22 Déc 2012 - 23:59, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arken
Maîtresse des fouets
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 2695
Expérience de jeu (CV) : Depuis juillet 2006 (livre CV fin V6, jeu fin V7)
Date d'inscription : 12/03/2011

MessageSujet: Re: Corbeau, loup et serpent   Ven 19 Oct 2012 - 18:00

Citation :
"Il nous surveille, mais il est pas discret, pensa le voleur."
Petite faute de syntaxe. T'as mis des guillemets pour les pensées, c'est juste. Mais il faut que tu les fermes après "discret" car le reste est de nouveau du récit, et pas des pensées.

Citation :
En nous prenant par surpris
Je pense que tu n'as pas besoin de moi pour trouver celle-là Happy

Et relis-toi un peu. Le reste ne sont pas des fautes en elle-mêmes, mais se sont des maladresses d'écriture qui nous stoppe dans le récit, parce que ce n'est pas trop compréhensible. Il semblerait que le concours t'ait laissé éreinté pour que tu te laisses aller comme ça Mr. Green

Sinon, pour le positif, eh bah... Comme d'habitude Cool
Bien écrit, suite intéressante, blablabla...
J'attends juste de voir comment il va s'en sortir Devil

PS : J'ai l'impression qu'on soit les seuls à faire bouger ce topic en ce moment Fou

_________________
Les mots sont un don. Les mots sont une arme. Les mots ne se gaspillent pas. P.B.
"Despierta y ponte a soñar"
Ceux qui ne croient pas en la magie ne la trouveront jamais.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyanden
Comte de la Crypte 2012
avatar

Age : 26
Nombre de messages : 229
Expérience de jeu (CV) : 10 ans
Date d'inscription : 06/01/2008
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: Corbeau, loup et serpent   Ven 19 Oct 2012 - 19:30

Lu depuis e début et approuvé. J'ai toujours beaucoup aimé les histoires de ce genre, aventures des rues et personnages filous. L'ambiance qui est développée dans chacun des textes l'est avec brio. J'ai remarqué que tu possédais ce talent dans chacun des textes que j'ai pu lire de toi et cela contribue vraiment à leur grande qualité!

Je développerai au fur et à mesure des textes, mais jusque maintenant c'est vraiment bien! J'attends la suite Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keraad de Gespenst
Comte de la Crypte 2011 et 2015
avatar

Age : 24
Nombre de messages : 657
Date d'inscription : 07/10/2009
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: Corbeau, loup et serpent   Ven 19 Oct 2012 - 20:06

Ouaaaaah, des lecteurs Wow ! Ça faisait longtemps! Et le comte de la crypte en personne en plus, rien que ça!

Merci beaucoup pour vos commentaires. On sent que Arken est limite blasée, je la comprend moi aussi quand je la lis j'ai du mal à trouver de nouveaux compliments (au point que j'en suis réduit à traquer les fautes d'orthographe pour éviter le monoligne Tongue ). Et Lyanden....honte à moi je ne t'ai pas encore lu Confused

@Arken: Fautes orthographiques corrigées!
Citation :
Et relis-toi un peu.
C'est vrai que j'oublie trop souvent de le faire Ermm Mais vous êtes là pour ça, non? Mr. Green
Citation :
Le reste ne sont pas des fautes en elle-mêmes, mais se sont des maladresses d'écriture qui nous stoppe dans le récit, parce que ce n'est pas trop compréhensible.
Juste pour savoir, tu parles du premier ou du second texte?
Je vais essayer de corriger ça, mais pas tout de suite parce que fatigué (donc je vais refaire des erreurs et on va plus s'en sortir).

Citation :
Il semblerait que le concours t'ait laissé éreinté pour que tu te laisses aller comme ça Mrgreen
Je dois avouer que j'ai pas toujours écrit ces textes à des moments où j'étais hyper reposé (comprenez: à la fin d'une journée épuisante juste avant de dormir Tongue ), donc c'est pas forcément génial...mais non c'est pas à cause du concours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arken
Maîtresse des fouets
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 2695
Expérience de jeu (CV) : Depuis juillet 2006 (livre CV fin V6, jeu fin V7)
Date d'inscription : 12/03/2011

MessageSujet: Re: Corbeau, loup et serpent   Dim 21 Oct 2012 - 21:20

J'avoue, j'étais un peu blasée quand j'ai laissé mon commentaire. Mais ça n'entache en rien ma critique méliorative Wink

Pour le "relis-toi" je parle du second texte. En fait, quand tu as posté la suite, j'ai remarqué que j'avais déjà lu depuis longtemps le premier. D'habitude je commente toujours chaque suite, mais je ne sais pas pourquoi, j'ai oublié de commenter celle-là. Un sort d'oubli m'a sûrement affectée Fou Happy

_________________
Les mots sont un don. Les mots sont une arme. Les mots ne se gaspillent pas. P.B.
"Despierta y ponte a soñar"
Ceux qui ne croient pas en la magie ne la trouveront jamais.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomov Le Poussiéreux
Comte de la Crypte 2010 & 2013
avatar

Age : 31
Nombre de messages : 3358
Expérience de jeu (CV) : Ancien Vampire, vieux Chef de Guerre Orque, Favori de Slaanesh depuis peu, nouveau chef de Clan Elfe Sylvain, jeune Poil-au-Menton Nain, vénérable Connétable Bretonnien et très ancien Kuraq Saurus
Date d'inscription : 25/03/2009
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: Corbeau, loup et serpent   Lun 17 Déc 2012 - 10:24

Bon! Je suis de retour et j'essaie de rattraper mon incommensurable retard (tu noteras que, sans vouloir te flatter, je commence par ton sujet respect ).

Tout cela est bel et bon, cher Keraad. Tes personnages sont toujours très attachants et oscillent perpétuellement entre planifications soigneuses et réactions promptes dictées par l'instinct de survie.

_________________
Vulnerant Omnes, Ultima Necat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keraad de Gespenst
Comte de la Crypte 2011 et 2015
avatar

Age : 24
Nombre de messages : 657
Date d'inscription : 07/10/2009
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: Corbeau, loup et serpent   Dim 23 Déc 2012 - 0:24

Très flatté Thomov ^^

Bon, j'ai essayé d'améliorer un peu mon texte, mais je ne sais pas trop si c'est parfait/mieux/moins bien... Arken, ton avis sur la question est plus que bienvenu (celui de tout autre lecteur aussi, naturellement).

Et sur ce, avant de partir quelques jours dans d'antiques caves, voici la suite (et pour ne pas trop vous voler, vous remarquerez que j'ai mis un texte particulièrement long)


Ravalant la réplique qui lui montait aux lèvres, Aster commença à vider ses poches. Son regard passa sur chacune des personnes présentes dans la pièce, et, s'arrêtant sur l'Ardent, il vit qu'il avait compris. Comparé à la confrontation à la taverne, ce rôle était si facile à jouer! Multipliant les regards assassins et les fausses hésitations, Aster défaisait une à une ses caches. Sa ceinture, le coffret à double fond de sa sacoche, les poches de sa tunique, tout avait été pensé pour accueillir les minces disques de métal qui faisaient briller les yeux des hommes. Le sourire du Rat lui faisait mal, mais Aster se réconforta en songeant qu'il ne se séparait jamais que de la moitié de ce qu'il portait sur lui. Il donnait l'argent de son ceinturon, mais l'or ne quittait pas son bracelet de cuir. Et quand il pensa à ce qu'il avait laissé dans leur base, il eut le plus grand mal à cacher sa joie à son paranoïaque ennemi.
Enfin, Aster posa la dernière pièce, et releva la tête vers le Rat. Il y eut quelques secondes de tension palpable, et Aster, dans un soupir superbement imité, enleva une chaussure et, la retournant au-dessus du petit tas rutilant, laissa tomber trois pièces d'or. Alors seulement le demi-skaven sembla satisfait, et Aster, songeant à sa semelle trafiquée, se retint difficilement de murmurer "émeraude".

"_Tu vois que tu peux être raisonnable quand tu veux Aster. Du coup j'ai pas vraiment le droit de te tuer, pas vrai?
_Si tu veux que toute la Basse-ville te traque, tu peux toujours essayer. On peut voler, on peut tuer... mais menacer quelqu'un pour lui prendre son or, puis le saigner alors qu'il s'est laissé dépouiller, ça non. Même chez les brigands, on aime pas trop les parjures.
_Comment ça pourrait se savoir? beugla le balafré. On est seuls!
_Tout finit par se savoir imbécile! Sa bande de pouilleux va retourner la ville de fond en comble pour connaître le nom de l'assassin. Et si j'te connais bien Aster, tu préfèreras te faire trancher la gorge que nous laisser maquiller ça en accident, j'ai pas raison? Bien. Donc je peux pas te tuer..."
Pour faire bonne mesure, le tas de muscle envoya négligemment son gourdin rencontrer à nouveau le ventre de l'Ardent. Puis, progressivement, les hommes du Rat s'en allèrent. Alors qu'il aidait son compagnon à se relever, Aster entendit des voix à l'extérieur. La garde. Puis un choc sourd, alors qu'un petit corps sans vie tombait au sol.
"_Mais rien m'oblige à te sauver. Le bonjour à la corde!"

L'Ardent s'était déjà élancé vers la porte du fond, mais son camarade ne put se résoudre à partir sans jeter un regard au cadavre qu'on avait jeté à ses pieds. Une nouvelle fois, il avait la preuve de la noirceur d'âme du Rat. L'enfant avait subi les pires tortures avant de trépasser; Sa mort datait de plusieurs jours, mais Aster était conscient que ça ne suffirait pas à les sauver. Le juron tonitruant de l'Ardent confirma à Aster que leur ennemi avait fermé toutes les issues. L'Ardent revint, et monta quatre à quatre les marches de l'antique escalier qui menait à l'étage. Aster le suivit sans conviction. La seule fenêtre de la pièce donnait sur la place où les attendait la garde, et bien que les autres murs fussent en mauvais état, ils n'avaient pas le temps de s'y ménager une sortie. Il leva la tête. Quelques mètres au-dessus d'eux, le toit délabré les narguait, ses trous salutaires laissant filtrer la lumière du soleil. La porte céda et les gardes envahirent le rez-de-chaussée. Le désespoir gagna le bandit. Si seulement il y avait eu un meuble, ou des appuis sur les murs, ils auraient pu atteindre les poutres de la charpente et s'enfuir, mais les hommes du Rat avaient pris soin de parer à cette éventualité.
Puis une corde tomba sous le nez d'Aster.
"_Grimpez, vite!"

Ils ne se firent pas prier. En quelques secondes ils étaient sur les poutres, et l'homme accroupi coupa la corde. Les gardes atteignaient à peine l'étage qu'ils étaient déjà sur le toit. Les deux voleurs coururent, passant d'une maison à l'autre sans la moindre hésitation. L'habitude de la haute voltige et la peur de la corde leur donnaient des ailes. Aster se risqua un instant à regarder leur sauveur. Le mystérieux inconnu avait le visage dissimulé par le capuchon de sa cape gris cendre, et ses autres vêtements étaient assez quelconques. Pourtant, Aster lui trouvait un air royal. Toujours silencieux, il sautait d'une ardoise à l'autre, franchissant les obstacles les plus ardus et évitant les pièges les plus sournois avec la même grâce aérienne. Sa cape flottait derrière lui comme une paire d'ailes, révélant par moments sa doublure azur brodée d'argent. Alors que les deux bandits couraient aussi vite qu'ils le pouvaient, l'inconnu semblait se forcer pour rester à leur niveau, parfois même les attendre. "Un prince des voleurs assurément, songea le bandit, un ange gardien des brigands." Il eut un petit rire nerveux, perdit un instant son souffle, et se remit à courir en haletant. "Et pourquoi pas le Grand Sombre en personne tant que j'y suis?". Finalement, leur étrange guide s'arrêta et descendit vers une ruelle -dire qu'il se laissa glisser serait plus exact- et les deux compagnons tentèrent tant bien que mal de le suivre. Le capuchon gris s'inclina légèrement pour leur demander de le suivre, et l'inconnu se dirigea d'un pas tranquille vers la grande rue toute proche. L'Ardent ne prit même pas la peine de demander son avis à Aster avant de prendre le même chemin. Qui que soit cet homme, il méritait bien que les deux compères aillent voir ce qu'il leur voulait.

Leur sauveur les mena jusqu'à la place de la Pitié de Sigmar, puis entra dans la taverne qui faisait face au temple. Les videurs jetèrent un regard mécontent aux deux pouilleux de la Basse-ville, leur signifiant clairement qu'ils les mettraient dehors à la moindre incartade. C'était un établissement respectable, et son propriétaire avait fait son possible pour en faire un endroit en vue, malgré sa position peu avantageuse. La place portait bien son nom, et le temple de Sigmar servait de refuge aux rebus de la société lorsque l'hiver était trop froid. Que le tenancier ait réussi à assurer une réputation convenable à son commerce relevait de l'exploit. Après tout, la Basse-ville n'était-elle pas à moins de trois rues d'ici? D'un signe, Aster fit signe au videur le plus proche qu'il se tiendrait tranquille, mais ce dernier se contenta d'un reniflement de mépris. "Maudite sois-tu mère, songea le voleur, j'aurais dû naitre noble, ou riche, pas dans les caniveaux de la Basse-ville." La cape grise marqua un temps d'arrêt, le capuchon se dirigea vers les brigands, puis l'inconnu se dirigea prestement vers une des alcôves privées. Les deux voleurs le suivirent, et prirent place à la table, face à un nouvel inconnu. La cape grise se pencha vers ce dernier, lui murmura quelques mots à l'oreille, puis s'assit sur le dernier siège. Aster étudia minutieusement l'homme avec lequel ils allaient avoir affaire. Tout le désignait comme un riche marchand: habits bouffants aux couleurs criardes, bague à chaque doigt et lourde chaîne d'or au cou. Son pourpoint trahissait un ventre bien garni, témoin de longues années d'aisance, et ses mains tremblotaient légèrement alors qu'il s'apprêtait à discuter avec des bandits. Son visage était sévère, comme celui d'un soldat. Mais il était courant qu'un gamin impétueux défie son riche paternel et s'enrôle dans l'armée impériale. Il revenait invariablement dix ans plus tard pour reprendre le commerce de son père. Il était bien plus proche de la réalité que ceux qui restaient leur vie durant dans leur demeure dorée, mais il s'accrochait d'autant plus à ses biens qu'il pensait avoir gagné le droit d'en jouir en paix. Il ne méprisait pas les voleurs, mais la peur du vol le faisait haïr les miséreux. Pourtant... tout ne collait pas. Des marchands comme cela, Aster en avait vu beaucoup. Mais ces yeux, ces yeux glacés, ce regard qui semblait vouloir vous mordre, il n'avait jamais rien vu de tel. "De la haine à l'état pur. Un marchand, oui, mais un ancien soldat, et un teigneux à coup sûr." Alors que le commerçant ouvrait enfin la bouche, Aster était déjà plus que méfiant vis-à-vis de l'offre qu'il pourrait bien leur faire.
"_Dites-moi, mon brave, êtes-vous bien celui que l'on nomme Aster?"

L'interpellé acquiesça.
"_Le chef de la bande des Corbeaux?
_En personne m'sire. Semblerait que j'vous doive des remerciements. A votre homme au moins.
_En effet, car mon cher ami n'a fait en cela qu'exécuter mes ordres. Il devait vous mener à moi rapidement, mais je vois qu'en plus il vous a tiré d'une mauvaise passe.
_On vous est redevable, pour sûr, intervint l'Ardent. M'sire, ajouta-t-il précipitamment.
_Oh voyons, oublions cela, je vous en prie."

Le bonhomme était en nage, et Aster se détendit. Un marchand comme les autres au fond, mal à l'aise face aux malotrus de la Basse-ville.
"_Si vous le voulez bien messieurs, j'aimerais en venir rapidement à l'essentiel. J'ai un travail pour vous et vos hommes...
_Ce ne sont pas mes hommes" le coupa Aster. Le commerçant l'observa étrangement, et il se dépêcha de reprendre le ton qui convenait à un voyou de la Basse-ville.
"_Je veux dire, pardonnez-moi m'sire, mais on est libre. C'tout c'qu'on a ici-bas, alors on y tient, comprenez? Mais pour sûr, s'il y a un travail utile -et payé- vous pourrez compter sur les corbeaux.
_Je comprends tout à fait. Mais je ne pense pas que vos... amis refusent une pareille offre. Vous me devez déjà la vie, et je vous offre du travail -et payé, en effet.
_Quel genre de travail, demanda l'Ardent, l'air intéressé.
_C'est assez... délicat. Il y a un homme en ville... un vieil ami à moi. J'aimerais beaucoup avoir une petite... conversation avec lui." Le marchand était mal à l'aise. "Une transaction à conclure... mais je crains qu'il n'essaye... comment dire.... de s'esquiver. Il n'aime pas trop qu'on lui rappelle les... les vieux contrats. Je vous serais très reconnaissant de m'aider un peu.
_Mouais, marmonna l'Ardent, vous voulez que ce soient les crasseux qui lui tranchent la gorge quoi.
_Sigmar, non! cria le commerçant, la mine horrifiée. C'est bien plus simple. Il faudrait simplement que vous entouriez le bâtiment, et que vous fassiez le guet. Qu'on soit prévenus de la venue des gardes. Et si jamais mon... ami s'esquive, que vous l'empêchiez de passer. Ou du moins que vous ne le perdiez pas de vue."

Aster était resté silencieux, et tous les regards se tournèrent vers lui. Il se pencha en avant, et plongea son regard dans les yeux de son interlocuteur.
"_Et pourquoi nous avoir choisi nous? Le guet c'est pas notre spécialité. Et y'a un paquet de bandes dans ce grand fumier qu'est la Basse-ville qui refusent pas d'avoir du sang sur les mains. Je sais pas c'que vous comptez m'payer, mais j'crois bien que l'risque c'est qu'mes potes et moi on soit pendus pour vous avoir aidé dans vos manigances de négociant. Votre marché sent pas bon, m'sire. Et j'connais même pas votre nom.
_Je me nomme Dant. Edmund Farnier Dant, marchand en provenance d'Altdorf, de passage dans votre belle cité. Et je fais appel à vous parce que je n'ai pas besoin d'assassins, ni de guetteurs qualifiés, mais de personnes habiles, connaissant bien les secrets de cette ville, et surtout parfaitement disciplinés. Qualité rare chez les bandits, n'est-ce pas? Des brigands qui mènent à bien le plan bien préparé, ça existe. Mais des qui réussissent quand le plan initial échoue, parce que l'un d'eux sait improviser et que les autres restent calment et obéissent, c'est plus rare. Vous connaissez votre affaire Aster. C'est pour ça que j'ai besoin de vous.
_Vous êtes bien renseigné, m'sire Dant. Mais quelqu'un qui s'informe autant, simplement pour recruter de la racaille, je vois pas pourquoi il aurait du mal à avoir sa petite discussion avec son ami.
_Parce que cet... ami, est assez... imprévisible. Tout à fait possible, même probable, qu'il s'en sorte. Mais si j'ai des corbeaux à ses trousses, des corbeaux capables de le suivre à travers toute la ville sans jamais le perdre de vue, je le retrouverais. C'est un sacré corniaud, aussi bon commerçant que moi et aussi débrouillard que n'importe quel bandit de la Basse-ville. Mais, avec votre aide, je le coincerais, et alors... à moi l'or!"


Dernière édition par Keraad de Gespenst le Mar 15 Jan 2013 - 23:18, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arken
Maîtresse des fouets
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 2695
Expérience de jeu (CV) : Depuis juillet 2006 (livre CV fin V6, jeu fin V7)
Date d'inscription : 12/03/2011

MessageSujet: Re: Corbeau, loup et serpent   Mar 25 Déc 2012 - 11:48

Cette ambiance particulière de la basse-ville est toujours aussi bien rendue ! Smile
Mais on sait toujours pas qui est cet homme sous sa capuche... Camouflé Ninja

Pour la lecture, il y a juste un détail... Tu pourrais mettre un espace après tes points de suspension s'il te plait? Ça écrabouille la phrase, surtout quand le marchand parle, et personnellement ça me coupe un peu la lecture.

J'ai hâte de rencontrer ce vieux corniaud ! Happy

La suite !! Mr. Green

_________________
Les mots sont un don. Les mots sont une arme. Les mots ne se gaspillent pas. P.B.
"Despierta y ponte a soñar"
Ceux qui ne croient pas en la magie ne la trouveront jamais.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomov Le Poussiéreux
Comte de la Crypte 2010 & 2013
avatar

Age : 31
Nombre de messages : 3358
Expérience de jeu (CV) : Ancien Vampire, vieux Chef de Guerre Orque, Favori de Slaanesh depuis peu, nouveau chef de Clan Elfe Sylvain, jeune Poil-au-Menton Nain, vénérable Connétable Bretonnien et très ancien Kuraq Saurus
Date d'inscription : 25/03/2009
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: Corbeau, loup et serpent   Mer 2 Jan 2013 - 11:04

Yep! Du tout bon, sans le moinde doute. On ne peut que laisser son esprit rêver aux mille possibilités concernant cette fameuse personne à ne pas laisser filer.

_________________
Vulnerant Omnes, Ultima Necat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keraad de Gespenst
Comte de la Crypte 2011 et 2015
avatar

Age : 24
Nombre de messages : 657
Date d'inscription : 07/10/2009
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: Corbeau, loup et serpent   Dim 13 Jan 2013 - 12:15

@Arken: c'est règlé, en effet c'était assez pénible à lire. Est-ce mieux?

Voici un petit texte de transition avant de passer aux choses sérieuses. Un peu de patience, les réponses arrivent!


Aster ne répondit rien. Il se leva et se dirigea vers la sortie, sans même vérifier que l'Ardent le suivait. Cette histoire ne les concernait pas. Les rivalités entre marchands, leurs règlements de comptes, il les laissait s'en charger eux-mêmes. Le travail serait bien payé, c'était certain, ce Dant devait rouler sur l'or, mais le risque était trop grand. Peut-être que le marchand serait honnête, peut-être aussi qu'il les supprimerait pour ne pas laisser de témoins, ou qu'il leur ferait porter le chapeau. C'était souvent le cas avec les sales affaires de ce genre, et voilà pourquoi Aster ne voulait pas prendre le risque. "On est que des petits vauriens de la basse-ville, on est pas de taille à jouer dans la cour des grands. Pour eux on sera jamais que des pions, et à se croire à leur niveau, on va forcément finir par se faire écraser par l'un d'eux." Autant d'évidences que l'Ardent eut du mal à comprendre, autant de vérités qui ne répondaient pas assez bien à sa question: "C'était un coup en or, et en plus on lui devait la vie. Pourquoi t'as refusé?". Autant de phrases qu'il répéta aux autres corbeaux ce soir-là, mais la bande ne comprenait pas, ou ne voulait pas comprendre. Disciplinés, les corbeaux l'étaient, pour sûr, mais ils étaient malgré tout des petits voleurs de la basse-ville et la pensée de l'or brouillait toutes les autres dans leur esprit. Finalement, ce fut Lézard qui vola à la rescousse d'Aster.

"_Eh, les gars, ça vous étonne pas? Cette saleté de Rat qui leur tombe dessus et réussit à les fourrer dans un sacré pétrin, et le type au manteau gris qui arrive pile à temps pour les sauver? Et comme par hasard, juste après son chef a une proposition pour les corbeaux. Vous voulez mon avis? Je suis pas sûr qu'il ait filé des tuyaux au Rat pour qu'il réussisse à les coincer, mais ça m'étonnerait qu'à moitié que ce fichu marchand ait trempé dans cette histoire.
_Et alors, marmonna Deux-dents, même s'il s'est arrangé pour qu'on lui soit redevable, ça change quoi? Il voulait être sûr qu'on accepterait, il voulait nous payer moins cher. La belle affaire! C'qui nous payera ce s'ra toujours mieux qu'une nuit de tirage de bourses, m'est avis.
_Et si il y avait une autre raison, reprit Lézard, à cette embuscade? Et si ça l'arrangeait qu'on tombe dans le piège du Rat? Aster et l'Ardent, ils ont été vus par les gardes à côté d'un cadavre de gamine. Ça vaut la corde ça. A votre avis, si on trouve les corbeaux à côté d'un deuxième cadavre, est-ce qu'on nous écoutera lorsqu'on accusera un marchand riche et respecté comme ce Dant? On nous fera un joli petit nœud autour du cou, l'affaire sera réglée et tout le monde sera content. Voilà ce que je pense, moi!"

Deux-dents ne répondit rien. Les déductions du jeunot allaient dans le même sens que les craintes d'Aster. Il y avait des chances qu'ils se trompent, mais est-ce que ça valait la peine de risquer sa vie?

IV


Le lendemain, Aster dépensa l'or qu'il lui restait sur lui à la taverne du coin. La Pucelle d'Ulthuan était un établissement des plus accueillants, le vin y était bon et relativement bon marché, et tout voleur de la basse-ville digne de ce nom y fêtait ses succès. Il n'y avait jamais de bagarre, de vol ou de meurtre ici, car c'était le débit de boisson officiel de toute la racaille de la basse-ville, et si l'un des brigands avait été assez fou -ou soûl- pour faire du grabuge, tous les autres l'auraient balancé dehors en moins de temps qu'il n'en fallait à Grandegorge pour vider sa pinte. La salle commune était faite de bric et de broc. On percevait encore çà et là des poutres ou des planches qui avaient appartenu à l'édifice originel, mais les termites, le temps et la tempête de 2495 avaient causé de graves dommages, imposant des réparations. A chaque fois qu'il y avait des travaux de rénovations à effectuer, chacun amenait une planche, quelques clous, ou même simplement une chaise, le tout subtilisé à des bâtiments moins importants et fixés tant bien que mal à la place des pièces endommagées de la taverne. Au fil du temps, les multiples travaux avaient donné à la Pucelle d'Ulthuan cet aspect si particulier, preuve que les vauriens de la basse-ville pouvaient travailler ensemble, mais pas de manière disciplinée. L'étage cependant, était en meilleur état. Les réparations étaient effectuées par des professionnels grassement payés, car les chambres se devaient d'être aussi confortables que possible. Les rumeurs disaient que la chambre de la tenancière comportait un matelas de plumes et des tableaux accrochés aux murs. Mais comme elle n'ouvrait sa couche qu'à ceux qui pouvaient lui offrir un bijou de Maître Deronceveau le joaillier, rares étaient ceux à avoir pu le vérifier. De toute façon, Aster ne s'intéressait pas à M'dame la Baronne, ainsi qu'on la nommait. La petite Rosie, une de ses pensionnaires, lui convenait à merveilles. Il dépensa sa part pour ses beaux yeux verts, et lui fit don d'un bracelet d'or fin superbement sculpté. Il était son favori, il le savait, car lorsqu'il lui murmurait à l'oreille c'était avec des mots et une voix de seigneur. Avec elle il laissait tomber le masque du voyou, et s'exprimait avec toute la noblesse d'un enfant de la haute-ville. Elle lui disait toujours qu'il aurait dû y naître, en fils d'une famille renommée. Elle avait raison, mais hélas pour Aster ce n'était pas le cas, maudite soit sa mère! Puis elle le couvrait de baisers, et il oubliait un instant à quel point il détestait cette vie.

Quelques jours s'étaient écoulés sans histoire. Le chef de la bande des Pieds-puants s'était fait pendre haut et court, et ses compagnons avaient fait honneur à sa mémoire en offrant pas moins de trois tournées générales. Tormen était entré sur ces entrefaites, criant qu'il payait une chope à tout le monde parce qu'il avait embrassé une dame de la haute-ville. Comme d'habitude personne ne le crut, mais comme il payait à boire, tous le félicitèrent. On apprit la victoire du commandant Malson sur une flotte elfe noire au large de Marienburg, ce dont, il faut le dire, tout un chacun se fichait éperdument. L'Ardent et Nonpas accompagnèrent Aster à l'entrepôt ouest, et ils profitèrent de la présence d'un gardien reconnu comme passablement alcoolique pour s'emparer d'un ensemble d'outils de menuisier que le Vieux Grond leur avait "commandé" pour ses apprentis.

C'est ce soir-là, sur le chemin du retour, qu'ils virent la fumée.


Dernière édition par Keraad de Gespenst le Mer 8 Mai 2013 - 0:44, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
The Sanguinator
Zombie
Zombie
avatar

Age : 20
Nombre de messages : 6
Date d'inscription : 29/08/2012

MessageSujet: Re: Corbeau, loup et serpent   Dim 13 Jan 2013 - 13:31

Salut!
Ton texte est toujours aussi agréable à lire, malgré une petite faute:
Keraad de Gespenst a écrit:
" On nous fera un joli petit nœud autour du coup"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arken
Maîtresse des fouets
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 2695
Expérience de jeu (CV) : Depuis juillet 2006 (livre CV fin V6, jeu fin V7)
Date d'inscription : 12/03/2011

MessageSujet: Re: Corbeau, loup et serpent   Mar 15 Jan 2013 - 19:27

Citation :
Arken: c'est règlé, en effet c'était assez pénible à lire. Est-ce mieux?
Citation :
avoir une petite...conversation avec lui.
et alors...à moi l'or!

Ahah ! Il y en a encore deux ! lol
Oui, c'est beaucoup mieux. Merci Smile

J'aime bien les textes de ce style de temps en temps. C'est calme et mon esprit se laisse glisser sur l'histoire...
Mais tu t'es arrêté au mauvais moment... LA SUITE !! Clap

_________________
Les mots sont un don. Les mots sont une arme. Les mots ne se gaspillent pas. P.B.
"Despierta y ponte a soñar"
Ceux qui ne croient pas en la magie ne la trouveront jamais.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomov Le Poussiéreux
Comte de la Crypte 2010 & 2013
avatar

Age : 31
Nombre de messages : 3358
Expérience de jeu (CV) : Ancien Vampire, vieux Chef de Guerre Orque, Favori de Slaanesh depuis peu, nouveau chef de Clan Elfe Sylvain, jeune Poil-au-Menton Nain, vénérable Connétable Bretonnien et très ancien Kuraq Saurus
Date d'inscription : 25/03/2009
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: Corbeau, loup et serpent   Mer 16 Jan 2013 - 13:53

Une suite bien tranquille et qui met l'eau à la bouche.
Je pense parler au nom de tous tes lecteurs en disant que tu nous tiens en haleine avec une fin comme celle-là!
Sacré vieux briscard Shifty

_________________
Vulnerant Omnes, Ultima Necat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keraad de Gespenst
Comte de la Crypte 2011 et 2015
avatar

Age : 24
Nombre de messages : 657
Date d'inscription : 07/10/2009
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: Corbeau, loup et serpent   Mer 16 Jan 2013 - 16:24

Suite! Je n'allais pas vous laisser comme ça très longtemps. Je l'ai laissé en un seul morceau histoire de ne pas trop vous faire patienter, j'espère que ça va vous plaire. A vos claviers! Smile

Ils coururent vers la place. La peste seule était plus redoutée qu'un incendie, dans la basse-ville. Les bâtiments insalubres avaient été construits pour prendre le moins de place possible, et les édifices étaient tous collés les uns aux autres. Le feu prenait toujours rapidement, et les flammes finissaient toujours par se propager à toute la basse-ville. Des murailles et des pompiers volontaires protégeaient les quartiers supérieurs, mais nul ne se souciait du sort des vauriens. Tout en se précipitant vers l'origine du sinistre, Aster priait pour que, par miracle, l'habitation qui flambait soit éloignée des autres. Il fut exaucé. La Pucelle d'Ulthuan avait revêtu ses plus beaux atours, robe de flammes tourbillonnante et voile de fumée dans son toit. Grâce à Sigmar, son propriétaire avait toujours fait ce qu'il fallait pour garder les autres bâtiments à distance respectueuse -afin qu'il soit impossible de s'introduire dans une chambre en passant par la fenêtre. Les autres corbeaux, Crastod en tête, se précipitèrent à la rencontre d'Aster. Ils avaient l'air véritablement terrorisés.

"_Aster! Par l'enfer Aster, il y avait des gens à l'intérieur! La patronne, les filles... elles brûlent bon sang, elles brûlent! Le point d'eau le plus proche est à dix rues d'ici, et la fontaine de la place est vide. Elles brûlent, Aster, et on peut seulement regarder!
_Quelle horreur, murmura l'interpellé. Rosie...
_Aster, intervint Nonpas, c'était pas un accident. Grandegorge était là. Il est sorti un peu avant, mais il a croisé un homme qui rentrait, qu'il avait jamais vu avant. Il dit que sa seule vue lui a filé des frissons. Aster, et si c'était volontaire?"

Aster se mit à scruter la foule. Le coupable devait être à moitié fou pour faire une chose pareille, il y avait de bonnes chances qu'il soit encore dans les parages. "Rosie, pensait-il. Morte. Impossible. Rosie." Et il la vit. Une cape à capuchon, noire comme la nuit, qui s'éloignait d'un pas tranquille. Comme quelqu'un qui n'a rien à se reprocher. "Il est rusé. Mais les corbeaux l'auront." Aster se retourna vers ses compagnons pour leur donner leurs instructions, quand l'homme au manteau gris apparut.

"_Vous comptez chasser le responsable de ce crime, dit-il d'une voix douce. N'essayez pas. C'est avec lui que Dant voulait avoir sa petite conversation.
_Dans ce cas, vous pouvez d'ores et déjà le considérer comme capturé, répliqua sèchement le corbeau. On s'en charge, et m'est avis qu'il sera des plus complaisants avec vous après ça!"

Et Aster donna ses ordres, du ton sec et bref d'un général, et les corbeaux l'écoutèrent, calmes et résolus. Efficaces.
"_Trois-yeux et Xaras, vous le suivez." Les deux brigands s'élancèrent.
"_Nonpas, tu vas avec eux mais tu ne le cherches pas dans la foule. Regarde juste les portes, au cas où il essayerait de se cacher dans une maison le temps qu'on passe." La fillette fut sur les talons des deux autres en un instant.
"_Crastod, Deux-dents et Toi vous passez par la rue de l'Egoutier, et vous le prenez à revers via les trois ruelles -oui Toi, c'est le Trident du voleur, exactement. Peu importe l'avance qu'il aura il pourra pas s'échapper." Les trois compères acquiescèrent et se dirigèrent droit vers leur cible.
"_L'Ardent, Lézard, vous venez avec moi, on prend la rue du Brouillard et on lui coupe toute retraite de ce côté-là. Compris? On y va!"

Ils s'élancèrent, vifs comme l'éclair. Et une poigne de fer stoppa net Aster, manquant de le faire chuter. Lâchant un juron sonore, il se tourna vers le responsable, dont la cape grise flottait faiblement au vent.

"_Toi mon gars tu vas regretter ça.
_C'est vous qui allez le regretter Aster!"

L'homme qui avait parlé portait une tenue de combat en cuir brun et sa cape couleur terre dissimulait difficilement la garde de son épée longue. Il n'avait plus d'embonpoint, plus de bajoues, plus de voix tremblotante ou de bagues aux doigts. Mais la même lueur terrifiante brillait dans ses yeux. Définitivement, ce n'était pas un marchand. Aster était trop surpris pour seulement ouvrir la bouche.

"_Vous ne devez pas le poursuivre, commença le soi-disant marchand Dant. Je connais cet homme.
_Content pour vous Dant, ou quel que soit votre nom. Mais ce fumier a déclenché un incendie, et les flammes ont tué nombre de mes connaissances. Il va devoir en répondre. Maintenant excusez-moi, j'ai à faire.
_Arrêtez-vous imbécile! Vous ne comprenez donc rien? Dites-moi pourquoi, alors que votre auberge était censée être bondée, nous n'avons entendu aucun cri? Brûler vif n'est pas vraiment une expérience agréable. Réfléchissez. Ils étaient déjà morts! Ce monstre a massacré tous ces gens, sans qu'aucun ne puisse s'échapper, et a provoqué le sinistre pour masquer son crime.
_Un homme capable de faire cela... murmura Aster.
_N'est pas le genre d'homme que vous voudriez rattraper, acheva Dant. Arrêtez vos hommes. Face à un meurtrier de cette envergure, ils n'ont aucune chance. Courez, sauvez leurs vies."

Aster se tourna vers ses deux compagnons, et fut presque rassuré de les voir aussi pâles. Il n'était pas le seul à être terrifié finalement. Se ressaisissant, Aster ordonna brièvement à l'Ardent de prendre la rue de l'Egoutier pendant que Lézard et lui tentaient de rattraper les autres. "Ils ont trop d'avance" songea Aster alors que le gosse et lui dépassaient le Trident du voleur. Ils couraient aussi vite qu'ils le pouvaient dans la grande rue, évitant les passants avec une habileté forgée par l'habitude, mais leurs compagnons étaient tout aussi rapides. "Pourvu qu'ils l'aient laissé filer". Un cri déchira la nuit. Lâchant une nouvelle bordée de jurons qui firent rougir Lézard, Aster se rua une fois de plus en avant, bousculant sans ménagement les autres piétons et n'évitant plus que les carrioles. Les sons qui parvenaient à son oreille étaient atténués désormais. Il entendait à peine les gros bourgeois demander qu'on appelle la garde. Jouant des coudes avec violence, il arriva au centre de l'attroupement. Deux-dents gisait à terre, dans une mare de sang, entouré de ses amis corbeaux atterrés. Aster rejeta la tête en arrière et cria sa rage à la face du ciel. Et il la vit. Perchée sur un toit, la cape noire était penchée sur le spectacle comme un vautour sur sa proie. "Il ne peut pas s'en empêcher, comprit Aster, il a tué et il doit observer le spectacle avant de partir." Il serra les poings tellement forts que le manche de son couteau imprima une marque douloureuse dans sa paume. A quel moment l'avait-il sorti, ça il l'ignorait. Mais il comptait bien s'en servir.

D'un bond agile, il atteignit la première prise sur le mur. Deux doigts tenaient son arme, les autres le hissèrent vers l'aspérité suivante. Il avait toujours été bon grimpeur, mais la haine lui fit accomplir des miracles. Il s'élevait sans difficulté, approchant de son but à une vitesse incroyable. Mais tout rapide qu'il fut, Lézard l'était encore plus. L'enfant bondissait comme un écureuil, si ce n'est qu'aucun écureuil n'avait jamais tenu un si gros poignard entre ses mâchoires. La cape noire sorti de leur champ de vision. Le cerveau d'Aster fonctionnait malgré lui, et lui recommandait d'ordonner à Lézard de descendre. Il savait ce qui allait se passer là-haut. Mais il ne dit rien. L'enfant avait dans ses yeux la même flamme vengeresse qu'Aster, et de toute façon il était déjà trop tard. Une petite prise, puis encore une autre, et ils atteignirent le sommet. Lame à la main, Aster se mit en position de combat. Trop tard. Là-bas, une dizaine de toits plus loin, l'inconnu s'échappait, volant plus qu'il ne marchait. Il se déplaçait sur les toits avec une vitesse surhumaine."J'ai déjà vu ça, murmura Aster. Quelqu'un nous doit des explications."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lastshadow
Banshee
Banshee
avatar

Age : 20
Nombre de messages : 714
Expérience de jeu (CV) : 1 an maintenant
Date d'inscription : 28/01/2011

MessageSujet: Re: Corbeau, loup et serpent   Mer 16 Jan 2013 - 22:16

Ouais, en gros, tu nous satisfait d'une faim pour en créer un autre Tongue continue, c'est génial, j'attend la suite avec impatience Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prentyss
Varghulf
Varghulf


Nombre de messages : 447
Expérience de jeu (CV) : depuis le LA V7
Date d'inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: Corbeau, loup et serpent   Jeu 17 Jan 2013 - 11:46

Je viens de tout lire d'une traite. Un seul mot : Bravo !!

Et maintenant, la suite ! et en vitesse ! Tongue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Senghien
Garde des cryptes
Garde des cryptes
avatar

Age : 29
Nombre de messages : 234
Expérience de jeu (CV) : CV depuis le V6. Egalement vieux nain mafieux et Orque à louer
Date d'inscription : 28/01/2012

MessageSujet: Re: Corbeau, loup et serpent   Jeu 17 Jan 2013 - 12:12

Oulà, ça commence à sentir le sapin brûlé... et c'est maintenant que tu choisis de nous laisser sur notre faim?!

ne crois pas que tu va t'en sortir si facilement, je surveille...

Sur la forme rien non plus à redire juste quelques répétitions une fois ou deux


Dernière édition par Senghien le Ven 18 Jan 2013 - 18:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arken
Maîtresse des fouets
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 2695
Expérience de jeu (CV) : Depuis juillet 2006 (livre CV fin V6, jeu fin V7)
Date d'inscription : 12/03/2011

MessageSujet: Re: Corbeau, loup et serpent   Ven 18 Jan 2013 - 18:52

Moi je dis : vampire !! Même si s'en est pas un, c'est un vampire ! Fou

Et je redis : la suite arrive ! Même si elle est pas là, elle arrive ! Mr. Green

_________________
Les mots sont un don. Les mots sont une arme. Les mots ne se gaspillent pas. P.B.
"Despierta y ponte a soñar"
Ceux qui ne croient pas en la magie ne la trouveront jamais.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomov Le Poussiéreux
Comte de la Crypte 2010 & 2013
avatar

Age : 31
Nombre de messages : 3358
Expérience de jeu (CV) : Ancien Vampire, vieux Chef de Guerre Orque, Favori de Slaanesh depuis peu, nouveau chef de Clan Elfe Sylvain, jeune Poil-au-Menton Nain, vénérable Connétable Bretonnien et très ancien Kuraq Saurus
Date d'inscription : 25/03/2009
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: Corbeau, loup et serpent   Jeu 21 Fév 2013 - 15:23

Plop! Un peu de retard, mais c'est corrigé Happy
Du tout bon, comme toujours.
Une intrigue qui nous tient en haleine, des personnages mystérieux, d'autres attachants. Du grand art

_________________
Vulnerant Omnes, Ultima Necat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Corbeau, loup et serpent   

Revenir en haut Aller en bas
 
Corbeau, loup et serpent
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Corbeau, loup et serpent
» Le corbeau et le serpent
» Orange
» Le corbeau dit : « Jamais plus ! » ? LOUP OSWALD NOTHOMB
» serpent 710-720

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armées Comtes Vampires et mort-vivants :: 
La Bibliothèque
 :: Récits, Fanfics et Fanart
-
Sauter vers: