AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le retour de l'Ost cramoisi [rapport romancé et finalement aussi fic entre deux rapports...]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pandemonium
Champion squelette
Champion squelette
avatar

Age : 31
Nombre de messages : 74
Date d'inscription : 27/06/2011

MessageSujet: Le retour de l'Ost cramoisi [rapport romancé et finalement aussi fic entre deux rapports...]   Mar 19 Juil 2011 - 21:03

Les colonnes de soldats aux livrées noirs et rouges avançaient dans un silence de mort à travers la plaine. Au rythme du cliquetis des os et du métal, l’armée des morts allait inexorablement, les guerriers de cet Ost n’avaient nul besoin de repos ou de victuailles, animés par l’énergie nécromantique, les soldats de Caleb étaient l’exemple parfait de l’ordre martial dont les vivants ne pouvaient se targuer. Du haut d’une bute, le vampire balayait la lande stérile et dévastée qui s’étendait des lieux à l’avant, aucune armée au monde ne pouvait traverser un lieu aussi désolé en aussi peu de temps, sans n’avoir à déplorer de perte, nul gibier ne s’aventurait dans ce lieu mort, aucune plante n’y poussait, pas même de mauvaises herbes, cet endroit avait été abandonné par la vie, et les seuls points d’eau qui avaient croisé leur chemin n’étaient que des nappes d’un liquide nauséabond et empoisonné. Hormis la sienne, nulle armée n’aurait pu aussi aisément fouler du pied ce lieu de mort sans s’alourdir de mois de vivres et de provisions. Reportant son regard sur les formations de soldats squelettiques, çà et là se dressaient bannières et étendards flanqués de l’héraldique de la maison d’Harkon, le dragon rouge symbole de l’ordre des chevaliers du Fort de Sang. A la gauche de la colonne, les chevaliers noirs, revenant silencieux et anciens héros des temps jadis, avançaient au trot sur leurs sombres destriers décharnés, alors qu’à la droite de l’armée avançait une créature massive. Ayant gardé cet aspect fier qu’il avait de son vivant, le griffon maintenant loyal à son nouveau maître dans la non-vie avait renforcé le pouvoir du vampire. Reportant son regard vers l’horizon, Caleb portait maintenant son esprit sur ses ennemis, alliés de la veille. Les vils hommes rats, autant connus pour leur malicieuse et perverse ingéniosité que pour leur félonie sans borne. Sans l’incapacité et la lâcheté des Skavens, Caleb aurait déjà mis la main sur l’épée de l’aurore, artefact mythique gardé par les Hauts Elfes, mais les armées elfiques avaient mis en déroute les hommes rats et forcé le chevalier de l’ordre du dragon de sang à la retraite. Cet acte de couardise était impardonnable, ainsi le guerrier immortel ne partait pas au combat pour agrandir les poèmes et balades épiques qui conteraient ses faits d’armes, non cette fois il levait son armée pour dératiser.

Dans sa réflexion, c’est à peine s’il sentit approcher Aleïster, le vampire dirigea donc son regard écarlate sur le nécromancien. Drapé dans une longue robe noir usée par le temps, le sorciers au visage marqué par la folie et les horreurs qu’implique l’étude des arts sombres s’avançait en s’appuyant sur son bâton orné de crânes humains, sa voix mièvre et écœurante s’élevant à l’attention de son seigneur :

« Maître, nous arrivons bientôt au repère du clan Pestilien. Je sens la magie pestilentielle de ces rats galeux, plus virulente et nauséabonde que l’odeur des morts… mais maître, les vents de magie son très forts depuis que nous sommes en marche… je crains fort une tempête de magie lors de la bataille à venir. »

Les propos du nécromancien étaient une évidence même pour Caleb, ce que les sorciers du monde entier devait apprendre à sentir, lui les voyait de ses yeux. Les vents et courants de magie brute qui parcouraient le monde… et comme le présentait le sorcier damné, ces vents étaient d’une grande violence ; de sa surnaturelle longévité, Caleb n’avait encore jamais vu autant d’énergie magique converger de la sorte, comme si un ouragan d’énergie arcanique était sur le point de se déchaîner. Mais de sa voix froide comme la tombe, il mettait un terme au bavardage du nécromancien :

« Cesses de trembler comme une vieille femme nécromancien, cet afflux d’énergie magique va nous être très utile, veille à ce que nos ennemis n’en profite pas et lorsque nous arriverons à destination… tu sais quoi faire… »

Le sorcier fléchit en une révérence cérémonieuse, un sourire tranchant presque jusqu’aux oreilles son visage blême, avant de s’en retourner de son coté. Cet homme rongé par la folie était l’objet de nombreux doutes dans l’esprit du chevalier vampire, un être motivé par la pure soif de connaissance, et souillant son âme dans le seul but d’étancher cette soif… la folie d’Aleïster était fascinante là où pour un autre que Caleb elle serait effrayante… le vampire lui-même avait de nombreuses fois hésité à le supprimer, mais son aide était précieuse et jusqu'à présent il avait été un serviteur fidèle.

Engoncé dans son armure écarlate, le général talonna son destrier cauchemardesque dont la crinière d’ébène contrastait avec le teint blafard de son cavalier. Remontant à toute vitesse la colonne, il sauta à bas de sa monture afin de rejoindre un régiment de revenant en armure lourde, tout comme les chevaliers noirs, les gardes des cryptes étaient les spectres d’anciens héros et rois du passé, possédant encore un souvenir lointain de leurs compétences martiales ainsi que leurs armes et armures avec lesquels ils avaient été enterrés. Les lourdes lames de ces guerriers d’élites avaient sonné le glas de nombreux héros enorgueillis par leurs hauts faits et leurs gloires éphémères aux yeux du chevalier rouge. Droit devant, les yeux de faucon du vampire pouvait distinguer les Skavens sortir de leur royaume souterrain et mettre en formation leur armée autant grouillante que bruyante, les guerriers des clans formaient une horde de combattants alors que les moines du clan de la peste exhortés par leur prêtre entraient en transe. Du haut d’un pilier canalisant les énergies magiques, le dit prêtre scandait des litanies abjectes au nom du dieu de ce peuple infect, le Rat Cornu. De son coté Aleïster trouvait dans une tour en ruine un vieil autel de pierre arcanique, un rien de temps suffit au nécromancien pour activer les enchantements liés à la pierre afin de faire luire le monument d’une sombre lueur et d’attirer à lui la faveur des vents de magie. Les deux armées étaient maintenant face à face, et le massacre allait commencer.

L’armée du Dragon de Sang prit l’initiative sur les Skavens, Caleb n’était pas dupe, il savait parfaitement que de toutes les races du Vieux Monde, les hommes rats étaient les plus prompts à recourir à des pièges retords et des tactiques sournoises. Il y avait plus d’honneur dans son petit doigt que dans une colonie entière de ces vermines, ainsi il préférait ne pas leur laisser le temps de préparer leurs coups tordus. Prenant la tête du gros de l’infanterie, les gardes des cryptes avancèrent, précédés d’un groupe important de guerriers squelettes, les Chevaliers Noirs partaient au galop sur le flanc droit tendit que le griffon déchu s’envolait sous le couver du nuage de poussière soulevé par les cavaliers lourds pour se tapir derrière les arbres mort d’une ancienne forêt. Caleb pouvait apercevoir le prêtre qui galvanisait ses troupes du haut de son pilier, dès qu’il relâcherait son attention, les serres de la bête s’abattraient sur ce rongeur dégénéré. Aleïster canalisait les énergies magiques dans les restes du donjon en ruine, un petit groupe de squelettes en armure montait ainsi la garde afin d’éloigner les gêneurs et garantir au nécromancien une tranquillité relative durant ses rituels d’incantation.

Le flot des guerriers Skavens rassuré par sa supériorité numérique s’élança à la rencontre du vampire et de ses troupes ; concentrant les énergies nécromantiques qui parcouraient naturellement son corps, Caleb anima les corps sans vie qui reposaient sous les pieds des hommes rats, il n’y avait pas un lieu en ce monde qui n’ai pas été souillé par la guerre, et fort heureusement pour lui, ces landes désolées et stériles regorgeaient de cadavres des soldats des temps passés. C’est sans mal qu’il fit jaillir de la terre des dizaines de zombies affamés sous les pieds des Skavens. Redirigeant leur attention sur cette nouvelle menace, ces rats stoppaient leur charge et laissait le champ libre au vampire et ses troupes de choc. Caleb regardait d’un œil amusé le prêtre du clan Pestilien gesticuler pour tenter de dissiper la magie qui animait les cadavres fraîchement exhumés, mais une ombre derrière le pilier attira l’attention du vampire, une créature massive se cachait derrière le monument, et le chevalier cramoisi redoutait déjà une manœuvre de ses fourbes adversaires.

Sur le flanc, les cavaliers morts vivants chargèrent les gardes du prêtre de la peste, fanatisé par leur chef et son hégémonie de la maladie, les moines brandissant leurs méprisables encensoir à peste firent front et encaissèrent la charge. Les lourdes lances transpercèrent les misérables rats dont les toges couvertes de crasse n’offraient aucune résistance, devant ce carnage, l’adrénaline retomba chez les hommes rats et la panique prit le pas sur la ferveur religieuse. Alors que les encenseurs tournaient les talons pour sauver leurs vies, les destriers infernaux des chevaliers noirs les écrasaient sous leurs lourds sabots. Un massacre à sens unique qui démontrait une fois de plus la suprématie de l’ordre martial séculaire des revenants sur la maigre dévotion des hommes rats. Le griffon trouva le moment opportun pour bondir du sous-bois afin d’arracher la tête du général adverse de son bec acéré, s’élevant dans un rugissement terrifiant. Le prêtre sortit alors à la hâte un instrument de sa toge sale et souffla dans cette flûte à l’allure lugubre, le son strident qui en résulta perturba le flot de magie nécromantique qui animait l’animal chimérique, le coupant dans son élan. C’est là que la créature cachée derrière le général des Skaven trouva opportun d’intervenir. Lié par les enchantements des sorciers Skaven, un jeune, mais non moins respectable dragon noir, bondit sur le griffon ; s’engagea alors un combat titanesque entre les deux créatures monstrueuses.

Sur le front, les guerriers et moines de la peste faisaient face sans mal aux zombies fraîchement invoqués. Ces morts à la chaire putride n’étaient pas de remarquables combattants, mais ils compensaient leur lenteur et la mollesse de leurs mouvements par un nombre croissant. A l’arrière des troupes Skavens, un Technomage tentait lui aussi de prendre l’ascendant sur le plan de la magie, mais toutes ses tentatives d’incantations étaient réduites à néant par le nécromancien, enchaînant sorts, dissipations et contres-sorts, les deux sorciers se livraient un véritable duel de magie sous les vents violents et changeant des flux arcaniques. Jusqu’à présent l’avantage magique était clairement aux armées du chevalier vampire, les vents de magie charriaient des énergies de magie noir empruntes de la marque de la mort, ce qui renforçait plus encore les pouvoirs du vampire et du nécromancien.

Des projectiles venant des dernières lignes des hommes rats s’écrasèrent lourdement non loin des gardes des cryptes, une catapulte chargée de pierres infestées d’une énergie malsaine tentait d’écraser les troupes de Caleb, mais c’était sans compter sur la piètre capacité des servants de cette machine de guerre, ou alors le prêtre de la peste s’était il fait refourguer un matériel de médiocre qualité par un marchand peu scrupuleux ? A moins bien sûr que cela ne soit l’oeuvre d’un de ses rivaux ayant usé de sabotage… les Skavens étaient tout aussi dangereux pour le monde entier que pour eux-même, leur société bâtit sur une ascension sociale faite de trahisons et d’assassinats … des manœuvres qui nourrissaient plus encore le dégoût du vampire à l’égard de cette espèce. Quoi qu’il en soit, médiocrité ou sabotage, les machines de guerres n’étaient pour le moment pas une menace et Caleb pouvait charger les guerriers Skavens, trop occupés à se défaire des zombies.

La charge du vampire et de sa garde d’élite fut brutale, les lourdes lames des gardes des cryptes taillaient en pièces les hommes rats par dizaines, faisant pleuvoir une averse de sang tiède sur la poussière de la steppe. Le pouvoir nécromantique qui émanait de l’étendard des revenants guidait leurs coups afin que chaque attaque trouve la chaire molle et chaude des hommes rats. Devant un pareil carnage, les guerriers des clans réguliers prirent peur et fuirent le plus loin possible du chevalier rouge, incarnation de la mort à leurs yeux, seul se dressait encore les moines de la peste, galvanisés par le grand prêtre, dans leur frénésie meurtrière, ils chargèrent le régiment de Caleb… qui se fit une joie de les accueillir, le bain de sang allait pouvoir continuer. . .

De son coté, le griffon prenait largement l’avantage sur son jeune adversaire, ses serres lacéraient la peau écailleuse du dragon, tendit que les griffes de la bête noire ne trouvèrent que du vent. Agile même après sa mort, le griffon évitait les assauts du dragon et se glissait dans son dos afin de lacérer son cou de son bec tranchant et mettre à mort cet animal pourtant symbole de force et de noblesse… Caleb ne pouvait que réprimer un profond regret de n’avoir pu affronter ce dragon noir lui-même, ce monstre lui aurait au moins offert un défit à sa mesure. Alors qu’il massacrait les derniers moines de la peste, le vampire pouvait voir le Technomage crouler sous les ongles et croc crasseux des zombies invoqués par Aleïster. Le prêtre tenta dans une manœuvre désespérée de faire appel à toute la puissance des vents de magie pour déchaîner un sort cataclysmique sur l’armée des morts, mais c’était sans compter sur le pouvoir de Caleb qui tua dans l’œuf le sortilège du Skaven. Déjà le gros de l’armée des hommes rats gisait au sol en baignant dans leur sang, les survivants en déroute prenaient la fuite, faisant preuve d’une célérité bien propre à leur race inférieure. A peine dût il détourner son attention du général ennemi pour décapiter un moine d’un revers d’épée, que le prêtre de la peste avait disparu de son pilier de même pour le reste des troupes qui fuyait le champ de bataille pour se réfugier dans leur royaume souterrain.

Bien qu’il n’aurait nullement souhaité se gorger du sang impur du prêtre Pestilien, à vrai dire cette seule pensée l’écoeurait, Caleb mourrait d’envi de planter la tête du chef des Skavens sur un pic, personnellement… mais ne souhaitant pas s’aventurer sur le territoire des hommes rats, il se contenta de savourer sa vengeance, aujourd’hui il avait lavé son honneur et l’affront de la défaite allait tout naturellement à la vermine. Il pouvait sans crainte s’en retourner auprès de son seigneur et recevoir de sa bouche ses ordres pour la suite des opérations. L’ost cramoisi reprenait sa marche éternelle sur le monde des vivants.


Dernière édition par Pandemonium le Lun 25 Juil 2011 - 22:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomov Le Poussiéreux
Comte de la Crypte 2010 & 2013
avatar

Age : 31
Nombre de messages : 3335
Expérience de jeu (CV) : Ancien Vampire, vieux Chef de Guerre Orque, Favori de Slaanesh depuis peu, nouveau chef de Clan Elfe Sylvain, jeune Poil-au-Menton Nain, vénérable Connétable Bretonnien et très ancien Kuraq Saurus
Date d'inscription : 25/03/2009
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: Le retour de l'Ost cramoisi [rapport romancé et finalement aussi fic entre deux rapports...]   Mer 20 Juil 2011 - 9:12

Ha! Une très bonne surprise que ce rapport de bataille romancé, Ozzy (euh, je voulais dire Pandemonium...)!

La bataille est agréable à lire et ne s'essouffle pas malgré les descriptions assez détaillées de ce qui s'y passe. L'écriture est fluide et les phrases sont élégamment tournées; toutes mes félicitations.

Il reste malgré tout une poignée de fautes de frappe et d'orthographe disséminées ça et là dans le texte, mais rien de trop dérangeant.

_________________
Vulnerant Omnes, Ultima Necat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pandemonium
Champion squelette
Champion squelette
avatar

Age : 31
Nombre de messages : 74
Date d'inscription : 27/06/2011

MessageSujet: Re: Le retour de l'Ost cramoisi [rapport romancé et finalement aussi fic entre deux rapports...]   Mer 20 Juil 2011 - 17:03

Merci à toi Thomov, j'essaie de faire au mieux pour que mes récits soient agréable à lire et tes compliments me vont droit au cœur (mais pas trop profondément, j'ai encore beaucoup à faire de ma non vie !).

J'espère avoir bientôt l'occasion de poster ici une autres des batailles épiques de l'Ost écarlate, mais là sur 4 tours dur dur de faire bien long,l'abandon de mon adversaire n'étant pas de ma volonté. x)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arcanide valtek
Seigneur vampire
Seigneur vampire
avatar

Age : 26
Nombre de messages : 2291
Expérience de jeu (CV) : Depuis Mai 2006
Date d'inscription : 24/05/2010

MessageSujet: Re: Le retour de l'Ost cramoisi [rapport romancé et finalement aussi fic entre deux rapports...]   Mer 20 Juil 2011 - 17:38

Un bien beau rapport romancé. Cette vermine grouillante prend enfin ce qu'elle mérite, et ce n'est pas du luxe.

L'écriture est fluide, et le style agréable. Je ne peux dire qu'une chose : UN AUTRE !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leth
The Sun Shine
The Sun Shine
avatar

Age : 30
Nombre de messages : 2028
Expérience de jeu (CV) : 4 ans en V6 en CV DdS, reprise à la V8
Date d'inscription : 24/01/2011

MessageSujet: Re: Le retour de l'Ost cramoisi [rapport romancé et finalement aussi fic entre deux rapports...]   Mer 20 Juil 2011 - 17:57

J'avais tenté de faire un Rapport de bataille en type récit / épique, ça avait donné ça, mais j'avais moins poussé la chose que toi !

Un rapport agréable à lire, je ne peux que t'encourager à persévérer Cool


Éternellement vôtre,

Leth

Edit: j'avais pas tilté mais:
Citation :
Il y avait plus d’honneur dans son petit doigt que dans une colonie entière de ces vermines
est extrait du Rapport de Bataille opposant les CV aux Skavens à la sortie des CV, en V6 (quand un Dragon de Sang affrontait avec son armée les hommes-rats), si je ne m'abuse Wink

_________________
- A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire ...

- Membre du Fantastique Bataillon de Joinville (FBJ)

- 13è /3591 joueur français et 63è /10515 joueur européen au classement T3 Warhammer Battle (Juillet 2013)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pandemonium
Champion squelette
Champion squelette
avatar

Age : 31
Nombre de messages : 74
Date d'inscription : 27/06/2011

MessageSujet: Re: Le retour de l'Ost cramoisi [rapport romancé et finalement aussi fic entre deux rapports...]   Mer 20 Juil 2011 - 18:05

Yes mon ami du tombeau j'ai adoré cette tournure et elle m'a marquée ;p

heureux que tu ais vu le clin d'œil ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pandemonium
Champion squelette
Champion squelette
avatar

Age : 31
Nombre de messages : 74
Date d'inscription : 27/06/2011

MessageSujet: Re: Le retour de l'Ost cramoisi [rapport romancé et finalement aussi fic entre deux rapports...]   Lun 25 Juil 2011 - 22:52

Interlude : la tour.

Alors que son destrier le menait à travers les chemins sinueux du col montagneux, le chevalier rouge scruta l’horizon de ses yeux de faucon. Au loin, la brume nocturne laissait entrevoir un sinistre édifice, culminant de toute sa sombre décadence, la tour dont la silhouette se découpait au loin sous la lueur morbide de Morrslieb, cette tour était la destination du vampire et la citadelle de son seigneur, Roi Cramoisi. Bien que les montagnes grises soient peuplées de créatures monstrueuses, aussi bien les stupides trolls que les dragons à la sagesse séculaire, tous évitaient avec soin et précaution ce lieu maudit. Ainsi la route de Caleb et de son avant-garde fut elle calme et sans rencontre fortuite ; et plus il approchait de son objectif, plus il sentait profondément dans son être la présence de son maître. La magie noire saturait l’air tout autour de l’édifice, l’odeur de la mort empestait des lieux à la ronde sous l’effet des puissants enchantements nécromantiques qui liaient en cet endroit le monde des vivants et celui des morts, cette terre était un domaine de la non vie et en traversant la frontière invisible qui séparait ce lieu désolé du reste de la chaîne montagneuse, Caleb pu sentir on cœur froid vibrer comme si la vie l’habitait de nouveau, une sensation pour le moins étrange pour un être mort depuis des siècles. Alors qu’il parcourait la dernière ligne droite avant les portes de la tour, le chevalier vampire pouvait sentir sur lui le regard des gardiens du domaine, ici meutes de loups féroces, goules et chauves-souris monstrueuses rodaient dans l’éternelle nuit qui entourait le bâtiment fortifié. Mais les pires gardiens étaient les anciens membres de la Cour du roi cramoisi, ceux là même qui lui avaient déplu et qu’il avait chassé du château, les obligeant à abandonner toute humanité et errer dans l’obscurité sous la forme de bêtes féroces, ceux-là étaient les gardiens les plus zélés car ils espéraient encore qu’en servant leur maître comme de bons chiens de garde, celui-là ferait montre de compassion à leur égard… tous imbéciles, Caleb savait parfaitement que leur maître avait depuis longtemps déjà oublié jusqu’à l’existence du mot « compassion ».

Traversant donc cette terre de cauchemar, la troupe de Caleb atteignit enfin le précipice qui séparait la tour de la route, une chute infernal attendait les imprudents car le flanc de montagne escarpé qui bordait la route, et la tour donnait sur un gouffre de plusieurs milliers de mètres avant d’atteindre le premier plateau rocheux, à moins que les pics de roc taillés comme des pieux n’embrochent le malchanceux dans sa chute… Caleb lui-même ne voulait pas savoir combien de temps pouvait durer la chute. Mais il n’eu pas le temps de s’attarder, déjà le pont-levis s’abaissait afin de laisser entrer le héraut de roi cramoisi. Sur les chemins de ronde des hautes murailles, on pouvait apercevoir les sentinelles squelettiques, montants la garde pour l’éternité de leurs orbites vides. Traversant le pont, le vampire et ses soldats entrèrent dans l’enceinte, derrière les murailles se dressait la tour, gigantesque masse noire perçant les cieux sombre, en tentant d’en voir le bout, Caleb ne pouvait distinguer que l’éclat du tonnerre contre la paroi froide de la pierre là où elle traversait la masse nuageuse… depuis les siècles qu’il servait sous la bannière du roi cramoisi, lui-même n’avait jamais monté plus haut que les 157ème étage, il ignorait totalement jusqu’où pouvait aller ce monument d’une telle décadence, la tour elle-même était aussi large qu’une forteresse et un étage était capable d’abriter à lui seul une garnison de chevaliers… ses catacombes s’enfonçaient quand à elles profondément sous la montage. Réellement, Caleb était même certain de ne pas avoir vu en plusieurs siècles ne serait ce qu’un dixième de cette citadelle. Comme depuis ces cinq cents dernières années, il voyait s’ouvrir les lourdes portes d’onyx et s’engouffrait dans l’antre de son seigneur.

Le rez-de-chaussée, ou plutôt, le grand hall d’entrée de la tour sombre semblait aux halls des plus grands châteaux Bretonniens, les murs somptueusement décorés de tapisseries et d’huiles inspirées à la fois des mythes et légendes mais aussi des scènes de vies des nobles cours, n’étaient entachées que par leur propre morbidité. Chaque être humain y était montré mort, ou sous la forme squelettique d’un serviteur de la non vie, les scènes de bataille qui se voulaient grandioses s’ouvraient sur des portraits de carnages sanglants. Cette atmosphère de mort apparaissait jusque dans l’architecture des lieux, les colonnes qui maintenaient le bâtiment, elles-mêmes étaient serties de crânes ou d’ossements coulés dans le plâtre qui recouvraient la pierre. Çà et là, on pouvait entendre le clapotis d’une fontaine d’où s’écoulait du sang à la place d’eau, ce lieu était réellement l’antichambre du mal et pour accentuer plus encore cet aspect, des conduits creusés dans les murs répercutaient à tous les étages, les cris de douleurs et d’agonie des prisonniers torturés à mort dans les catacombes. A la lueur des torches, Caleb et Aleïster s’avançaient d’un pas mesuré vers la cage d’ascenseur faite de pierre et d’ivoire, qu’actionnaient des esclaves morts vivants. Ce dispositif permettait aux serviteurs de hauts rangs d’accéder avec aisance à la salle d’audience du roi cramoisi, il allait sans dire que si Aleïster avait le privilège de l’emprunter c’était uniquement en présence de Caleb, sans quoi le nécromancien devait parcourir les interminables escaliers et corridors que comptait la tour, il était bien plus reposant pour lui de rester auprès de son maître, même si ce dernier menaçait de le tuer à tout moment par simple excès de colère.

D’après une source sûr, du moins pour Aleïster, une grande partie de la tour elle-même avait été taillée dans un gigantesque bloc de pierre magique, sans doute le plus grand fragment terrestre de Morrslieb… quoi que… le nécromancien n’avait jamais vu de ses yeux la taille du météore qui frappa la cité de Mordheim, mais sans doute celui de la tour était le plus remarquable. Combien de siècles avaient-ils fallu aux esclaves du roi cramoisi pour bâtir cet édifice ? Le nécromancien craignait de ne jamais connaître la réponse à cette question, du moins, pas de son vivant. Après une ascension lente de presque une heure, le vampire et son serviteur atteignaient le cinquantième étage, le couloir qui s’offrait à eux était encore plus inquiétant que le hall qu’ils avaient quitté. A la chiche lueur des torches, le couloir glacial était tapissé d’une brume inquiétante, prenant parfois la forme de crânes ou de visages déformés par la douleur. C’était là que le nécromancien attendrait le retour de son maître, qui lui seul avait le droit d’audience auprès du roi, nul mortel ne pouvait poser les yeux sur sa majestueuse altesse, sans connaître une mort terrible… et douloureuse. Un funeste destin que le nécromancien n’avait pas hâte à connaître.

Poussant les portes d’ébènes, le vampire entrait dans la salle où trônait son seigneur, ici, le tapi de cadavres encore frais recouvrait les ossements des innombrables sacrifices à l’honneur du roi cramoisi, le maître des lieux siégeait au milieu d’un océan de corps sans vie, installé sur un trône de crânes et recouvert d’une longue toge cramoisi, dissimulant ses traits. La simple présence de cet être surnaturel suffisait à mettre une chape de plomb sur les épaules d’un vampire vieux de près de six-cents ans comme Caleb, lui qui avait côtoyé Walach d’Harkon comme un fils auprès de son père, lui-même était comme terrorisé par la sinistre majesté du roi cramoisi, il était pour lui la personnification des ténèbres, l’ennemi de la vie trônant dans sa tour tel un dieu. Cette aura de mort vibrait jusque dans les plis de sa robe, dans lesquels Caleb aurait parfois juré apercevoir des visages tordus par la souffrance… Le vampire s’approchait avec lenteur et révérence de ce terrifiant monarque.

Spoiler:
 

Posant un genou à terre, le visage tourné vers le sol, à la fois en signe d’un grand respect et d’une servitude sans failles, mais aussi pour ne pas croiser le regard de braise du roi, un regard dans lequel brûlait le feu de la damnation et dont la seule vue suffisait à emplir de douleurs, même un corps immortel comme celui du chevalier. Après un silence de mort qui lui sembla durer une éternité, Caleb s’aventura à prendre la parole :

« Mon seigneur, je m’en reviens des terres désolées occupées par les Skavens du clan de la peste. Leur félonie nous à fait perdre notre avantage contre les elfes lors de notre assaut sur l’autel de l’aube, pour l’honneur, je ne pouvais laisser ses misérables entacher votre étendard de leur couardise… c’est dans cet unique but que j’ai mené mon armée dans les terres désolées… je suis prêt à recevoir mon châtiment pour cette entreprise. »

Le silence régnait de nouveau, lourd et angoissant, mais le chevalier rouge n’avait pas peur de mourir puisqu’il avait préservé son honneur et son nom. Contre toute attente, la voix glaciale et autoritaire du roi cramoisi ne sonna pas pour lui le glas de mort :

« Bien, très bien Caleb d’Harkon… par ton admirable dévotion, mon honneur est donc sauf, sache que je t’en suis … reconnaissant. »

Les mots sortis de la bouche du monarque glaçaient littéralement le général vampirique, devait il y déceler de l’ironie ? Son seigneur faisait il preuve de clémence ou devait il s’attendre à voir s’abattre sur lui la hache du bourreau ? En vérité chaque acte de son maître emplissait Caleb d’incertitude, car il restait insondable, nul ne pouvait savoir réellement à quoi s’attendre, récompenses ou châtiments… Mais le souverain reprit :

« Redresse-toi, Caleb d’Harkon. »

« Oui… mon roi… »


Avec une appréhension grandissante, Caleb s’exécuta, faisant maintenant face au seigneur à la toge écarlate dont le regard infernal restait pour le moment invisible sur sa capuche. Avec un geste nonchalant, le roi cramoisi fit se dresser de sous les cadavres un bras squelettique portant d’innombrables bracelets et chevalières entre ses doigts une coupe d’or sertit de joyaux était emplit d’un liquide écarlate à l’odeur familière pour le vampire. Toujours à genoux, Caleb prit le précieux gobelet entre ses mains, le monarque lui dit alors :

« Bois avec moi Caleb. »

Le vampire porta la coupe à ses lèvres, humectant sa bouche du sang chaud à la saveur particulière qu’elle contenait, buvant à la source même de la vie. A mesure où il sentait le liquide envahir sa gorge, il pouvait aussi sentir ses forces grandirent et son corps tout entier se revigorer. Pour un chevalier, partager la table de son seigneur était un honneur, dans le cas de Caleb, la symbolique de cette scène était sans précèdent, bien que le roi ne but une goutte ce soir là, il continua simplement :

« J’ai fais venir des vierges de Couronne, j’espère que tu les trouves à ton goût. Pour ma part tout a le goût de cendre, cela fait une éternité que je n’ai pas eu d’elfe. Caleb, j’ai un grand projet pour toi. »

Caleb dit alors en signe d’approbation :

« Je ne vis que pour vous servir mon seigneur. »

Le roi déclara alors :

« Retourne t’en à l’autel de l’aube avec ton armée. Les vents de magie se sont calmés là-bas et la garnison a cruellement souffert des pertes que tu lui as fait subir. De plus, une partie de la garde de l’autel a dû partir en hâte, le roi phénix fait face à une augmentation des incursions Skavens sur son royaume et bientôt comme chaque années à cette période, les raids de Naggaroth vont se faire plus violents, tu connais la haine des elfes noirs pour leurs cousins d’Ulthuan. Cette fois nul besoin d’alliance précaire, va et ramène moi la lame de l’aurore, mais attention Caleb, bien que la tempête de magie qui donnait son pouvoir à l’arme soit derrière nous, ne t’aventure pas à sortir cette lame de son foureau. Mais ce n’est pas tout, en gage de reconnaissance, je vais te donner le pouvoir de ridiculiser ces chiens arrogants, approche toi, Caleb. »

Une nouvelle fois le chevalier s’exécuta et resserra la distance qui le séparait de son maître, une fois à portée, le roi tendit une main inflexible qui vint se poser sur le front du vampire. Une douleur intense alliée à des visions de morts, par bribes tranchées, des images de carnages et de souffrances comme un écho à ce que ressentait le guerrier à l’armure écarlate. Mais bien que la douleur transcendait tous les maux que Caleb avait put ressentir durant sa longue existence, il ne laissa par le hurlement de douleur qui lui déchirait les entailles sortir de sa bouche. Lorsque le roi cramoisi mit fin à ce douloureux contact, chaque centimètre du corps du vampire lui semblait être en feu, comme ci le monarque avec écorché lentement sa peau, laissant sa chaire à vif. Mais en même temps, Caleb avait l’impression de se remémorer un lointain souvenir, comme si la page d’un livre apparaissait soudain des brumes de son esprit, chassant toutes désagréables sensations à mesure où le vampire portait son attention sur ce nouveau savoir, ce souvenir qui n’en était pas vraiment un, ou pas réellement le sien.

« Je te fais don d’un savoir interdit, à présent le vent de Shyish n’a plus de secret pour toi. Utilise cette nouvelle connaissance pour donner à mes adversaires un avant goût du royaume des morts. Mais ce n’est pas le seul présent que j’ai à t’offrir. »

Comme répondant à une injonction de l’altesse, une autre paire de mains squelettiques sortirent de la masse d’ossement et des corps des victimes, offrant au vampire un coffret d’ébène finement sculpté de crânes et autres symboles funèbres.

« Place l’épée dans ce coffret, et amènes là moi. Profite de ton expédition pour me ramener quelques délicieux souvenir, mais ne me déçoit pas Caleb. »

« Que votre volonté soit faite mon seigneur. »

Saluant une dernière fois le roi cramoisi, Caleb s’en retourna vers la porte noire. Son honneur et sa vie étaient saufs… il avait une seconde chance et comptait bien ne laisser personne se mettre en travers de son chemin cette fois ci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomov Le Poussiéreux
Comte de la Crypte 2010 & 2013
avatar

Age : 31
Nombre de messages : 3335
Expérience de jeu (CV) : Ancien Vampire, vieux Chef de Guerre Orque, Favori de Slaanesh depuis peu, nouveau chef de Clan Elfe Sylvain, jeune Poil-au-Menton Nain, vénérable Connétable Bretonnien et très ancien Kuraq Saurus
Date d'inscription : 25/03/2009
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: Le retour de l'Ost cramoisi [rapport romancé et finalement aussi fic entre deux rapports...]   Ven 29 Juil 2011 - 10:48

Ouf, ça y est, j'ai tout lu!
Pas mal du tout je dois dire; une ambiance vachement glauque comme on les aime.

Cependant, je me permets deux ou trois remarques:
-tu devrais relire ton texte une bonne fois, en le lisant j'ai tiqué quelques fois sur des pluriels manquants et autres erreurs d'inattention de ce genre.
-j'ai vraiment adoré la description de la tour, exception faite de deux choses: le nombre d'étages et la mention d'ascenseurs... Ta description est géniale et on se représente tout de suite le bâtiment, mais avec ces deux points, l'amas de vieilles pierres sombres que je me représentais est parti en fumée pour faire place dans mon imagination à un gratte-ciel ultramoderne (il ne manquait que la musique douce dans l'ascenseur Razz )
-enfin, c'est vraiment long comme texte! J'ai eut du mal à en venir à bout malgré sa qualité. Lire sur un écran d'ordinateur n'est pas très agréable; si tu mets des textes aussi longs, je ne suis pas surpris du manque de réponses hélas...

Voilà, bien entendu tu fais comme tu l'entends, il ne s'agit que de conseils.
Et je redis que j'ai vraiment apprécié l'ensemble.

_________________
Vulnerant Omnes, Ultima Necat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pandemonium
Champion squelette
Champion squelette
avatar

Age : 31
Nombre de messages : 74
Date d'inscription : 27/06/2011

MessageSujet: Re: Le retour de l'Ost cramoisi [rapport romancé et finalement aussi fic entre deux rapports...]   Sam 30 Juil 2011 - 12:22

Hey merci pour tes impressions Thomy, j'aime toujours à entendre les commentaires de ceux qui me lisent.

Pour répondre à ta première (et la dernière aussi tien) remarque mon principal problème c'est que je rédige tout en bloc, un soir où ça me prend d'un coup... après avoir eu dans la tête de grandes idées directrices que j'ai ainsi eu l'occasion de cogiter une bonne semaine. Donc oui je poste des pavés... une vieille habitude des forums Role play, où certains Rp me donnaient bien de sérieux complexes de par leurs longueurs abyssales... et oui je me relis peu (ou très mal) et donc je laisse bien souvent quelques fautes qui me sont fortement préjudiciables.

Pour ta seconde remarque, la taille de la tour est pour moi une façon de mettre en avant une première fois la mégalomanie de son propriétaire, une métaphore à un égo susmentionnée. Je te rassure, à moins que ma description ne soit pas parlante, l'ascenseur n'a de technologique que le nom, puisque s'il permet de monter et descendre cette tour de Babel, c'est par la force de centaines de serviteurs et esclaves morts vivants... et pas le fruit de la malfoudre x) ...

Donc ta première impression est la bonne, la tour est sombre (merci Stephen) et glauque, mais cela ne l'empêche pas d'être immense et de disposer de certain "aménagements". En vérité je me voyais mal décrire une longue monté des marches... façon Cannes... Tolkien l'aurait fait... moi j'en avait pas la force ... x)

Je te remercie encore pour ta lecture, au prochain chapitre de l'action avec le combat épique de l'armée de Caleb avec les défenseur de l'autel elfique... une intense bataille que je vais m'écorcer de décrire avec autant de fluidité que la précédente...

Si d'autres ont des commentaire, je serai heureux de les lire (à défaut de les entendre) ne soyez pas timides, je n'ai encore manger personne ici... Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le retour de l'Ost cramoisi [rapport romancé et finalement aussi fic entre deux rapports...]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le retour de l'Ost cramoisi [rapport romancé et finalement aussi fic entre deux rapports...]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [2000pts] Rapport de bataille demain, chaos vs tyranides
» [REQUETE] un journal / rapport d'activité sur mon tel
» Cillian Murphy, an irish actor !
» Gerard/Mistogan
» Le Retour de l'éléphant, Paul Hornschemeier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armées Comtes Vampires et mort-vivants :: 
La Bibliothèque
 :: Récits, Fanfics et Fanart
-
Sauter vers: