Armées Comtes Vampires et mort-vivants

Forum communautaire et cosmopolite dédié aux Comtes Vampires, mais pas que : récits, concours, modélisme, peinture et conseils autour de warhammer, age of sigmar, 9e age, king of war. . . Ainsi qu'un discord multi-forum !

 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Feu et Sang

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
vg11k
Comte de la Crypte 2014
avatar


Age : 26
Nombre de messages : 996
Date d'inscription : 19/07/2010
Vainqueur de concours : Concours de texte

MessageSujet: Re: Feu et Sang   Dim 29 Avr 2018 - 19:46

Début du chapitre au post précédent : Raccourci ici  Cool




- Protégez le seigneur ! S'écria Ferragus courant jusqu'à une table.

S'arc-boutant, il la renversa pour faire obstacle à la course des cauchemars ambulants avant de reculer de quelques pas. C'est avec désarroi qu'il vit le premier envahisseur ignorer celle-ci et juste passer à travers, son fléau d'arme tourbillonnant vers sa tête. Il fut cependant happé avant l'impact, projeté au sol par un comparse.

- Debout ! S'écria Darran en se relevant péniblement suite à son plaquage salvateur.

Près d'eux, une hachette vola à travers un autre squelette brandissant une faux extravagante. Sa mâchoire caquetant au rythme d'un rire malsain, il se tourna vers son propriétaire qui poussa un glapissement avant de tourner les talons. Éperonnant sa monture macabre, l'émissaire d'outre-tombe le prit en chasse et dépassa les deux chevaliers en ne laissant que de la fumée dans son sillage.

- On ne peut les toucher, balbutia Ferragus en réalisant l'horreur de leur situation. On ne peux…

Il secoua la tête avant de se ressaisir. Il prit son nouveau compagnon par l'épaule :

- Voit ce que tu peux faire pour le neveu, je fais sortir Thierry d'ici.

Darran le dévisagea un instant avant d'approuver.


*


Passant l'embrasure le l'entrée principale, Hrugni s'immobilisa. La scène qu'il avait sous les yeux dans cette grande pièce était irréelle. Partout ces mêmes revenants enflammés à dos de bêtes du même acabit semaient la mort. Les bordelins se faisaient réduire en pièce uns a uns. Il faillit en lâcher son prisonnier qu'il trainait par les cheveux de son bras sommairement pansé d'un tissu imbibé. Il balbutia en avançant dans ce chaos. Jusqu'à ce que l'un des chevaliers du seigneur n'arrive à lui.

- L'avez-vous tué ? Questionna-t-il sans détour en faisant référence au corps du vampire qu'il trainait avec lui.

Mais le nain secoua la tête face au bordelin au gambison vert brodé de plantes grimpantes.

- L'est pas mort, parvint-il à comprendre malgré l'accent de Hrugni. Dans les choux.

Illustrant ses propos, il le souleva par ses cheveux noués. Gilnash poussa un gémissement de protestation, les yeux entrouverts et tout juste conscient. Non loin, le neveu du seigneur embrocha l'un des lanciers de son oncle avec un arme hérissée de pointes au quillon avant d'éclater d'un rire empreint de folie.

- Débarrassez vous de lui, intima-t-il. Nous avons déjà bien assez de problèmes sur les bras !

Sans répondre, Hrugni le suivit du regard comme il prenait son élan pour charger l'un de ces cavaliers ayant réduis le vampire en piteux état. Son épée ne fit que traverser sa cible comme si celle-ci n'était faite que de brume. Par chance, la contre-attaque ne porta pas. Secouant la tête, le nain remarqua alors qu'au centre de ce chaos, Maneh'k l'avait lui aussi remarqué et s'était interrompu. Interdit.

- Merde…

- D'abord Luther… gronda-t-il même s'ils ne pouvaient s'entendre avec la distance. Maintenant Gilnash…

Sans y prêter attention, le vampire fit un pas de côté et évita le fléau d'arme d'un cavalier venant de face. Puis s'avança en direction du nain. Nain qui laissa tomber à genoux son détenu amorphe pour saisir sa hache des deux mains. Avec une mine mauvaise Manesh'k commença à traverser le champ de bataille comme si de rien n'était.

- Amènes-toi, gronda Hrugni en s'ébrouant.

De l'autre côté de la pièce où il s'efforçait d'aider à évacuer les derniers civils, John remarqua le manège du vampire et la direction vers laquelle il marchait.

- Non… murmura-t-il en réfléchissant à toute allure. Non c'est sur le gosse qu'il faut le canaliser pas… Pourquoi avoir ramené l'autre !

- Vous m'avez prit mon fils… poursuivit Manesh'k d'une voix rauque. Puis mon neveu… Maintenant c'est mon frère que vous voulez ? Vous OSEZ ?

- Maneshke ! S'époummona le répurgateur.

Mais c'était peine perdue, il ne l'entendit pas. Manesh'k avait fermé les et s'était vouté en avant. La lame tremblante à son poing n'annonçait rien de bon.

Je les maudits, tout ces grands bourgeois qui m'ont contraint aux ténèbres !

Si seulement ce pouvoir qui coule en moi pouvait changer les choses... mais même aux portes de la mort je suis contraint de retenir ce flot brûlant…

La mort rôde à chaque tournant... je ne supporte plus d'enterrer mes compagnons d'armes pour défendre des hommes vautrés dans leurs palais de gloire !

Je retrouverais ces morts-vivants, ces vampires, et ils tâteront de mes lames. Loren ne sera pas souillée un instant de plus par leur présence impie.

Incarnation... crépuscule... sève écarlate…


- Je suis las de vous mortel... amorça-t-il d'une voix tremblante de colère. Quand bien même nous nous présentons pacifiquement, vous nous agressez et cherchez à nous détruire par tout les moyens… A présent vous mutilez mes frères... et osez croire que je passerais sur cet affront...

Il balaya lentement la salle du regard, les convives figés sur place le dévisageant avec effroi. Quelques spectres avaient même cessés le massacre pour se tourner un instant vers lui, pressentant la tempête à venir.

- Qu'il en soit ainsi... murmura-t-il sombrement. Partez... Partez si vous tenez à vos misérables vie... PARTEZ ! Hurla-t-il d'une voix grondante qui fit trembler l'édifice. S'en est assez... Désormais...

Aqshy !

- ...je ne me retiens plus.

Comme il achevait sa tirade, les torches et chandelles de la salle s'embrasèrent d'une flamme nouvelle. Crépitant furieusement, elles se déployèrent de plusieurs fois leur taille normale. En un éclair, plusieurs napperons, rideaux et tapisseries épargnés jusque là s'enflammèrent. Sans perdre un instant, il fit lentement glisser la main sur sa lame. Comme il marmonnait quelques paroles inaudibles dans cette confusion, son arme se couvrit progressivement de flammèches. En quelques instants, l'épée Lahmianne devint un flambeau ardent à son poing.

Abasourdis, les Bordelins étaient totalement dépassés par la tournure des évènements. Seul Julot sembla se réjouir de cette situation dantesque, éclatant à nouveau de rire en approchant du mort-vivant.

- Du feu ? s'écria-t-il entre deux hoquets trahissant le délire dans lequel l'humain avait sombré. Pauvre misérable sans cervelle , ne vois tu point que je ne crains guère celui-ci ?

Ne réalisant pas que le vampire n'en avait pas après lui, Julot le désignait de son arme maléfique en continuant de rire avec hystérie. Ignorant leurs proies humaines, les cavaliers les plus proches s'élancèrent vers le mort-vivant. Les serviteurs désincarnés talonnèrent leurs montures droit sur ce dernier. Du coin de l'œil, il avisa la menace imminente. Avec un rugissement soudain, le vampire para la première faux fusant vers sa tête : à la différence des armes conventionnelles, son épée n'était pas traversée par celles des mort-vivants !

- Laissez… moi… passer ! Rugit-il en s'efforçant de progresser vers son frère d'arme malgré deux cavaliers spectraux menant leurs montures autour de lui, tel des prédateurs acculant leur proie.

Remarquant ses jérémiades, Julot avisa enfin le nain récemment arrivé. Contrairement aux lèches-bottes de son oncle, il ne semblait pas décidé à fuir la salle en proie au chaos. Il était un roc faisant face à la marée des fuyards qui passaient les portes pour fuir le hall. Un roc qui abritait une silhouette qui interpella le jeune homme.

D'un pas décidé le jeune homme élancé s'avança droit vers Hrugni, totalement absorbé par la mêlée ayant lieu au centre de la pièce. Le bordelin réprima un sourire. Cela n'allait pas train…

C'est avec un glapissement de surprise que le bras droit de Julot se tendit soudain contre son torse. Comme entrainé derrière l'épée sombre, il para de justesse l'épée d'un chevalier de son oncle, surgit de nulle part.

- Piers ! Cracha-t-il alors que l'intéressé restait abasourdis que son coup n'ai pas porté.

Chassant sa stupéfaction, l'homme entre deux âges fit un pas en retrait et ramena son arme à lui.

- Mannan ! S'écria-t-il en effectuant une fente droit vers le conjurateur.

Là encore, sa lame fut déviée. Il hoqueta avant de s'effondrer en avant, un trait sanglant maculant les lierres stylisés de son gambison. Lui-même surprit par sa performance, Julot esquissa lentement un sourire en contemplant son arme prodigieuse, dégoulinante d'humeur poisseuse. Des runes violettes gravées dans le métal commencèrent à pulser d'une vie propre, l'arme semblant s'éveiller à mesure que le carnage avançait. Jubilant, Julot se retourna vers le nain et son prisonnier à terre. A présent, il avait son attention. Parfait. Laissant là le corps encore chaud d'un homme l'ayant connus depuis ses premiers pas hasardeux, il se présenta devant Hrugni qui prit à deux mains la hache qu'il lui restait.

- Donne moi ce vampire le nabot, ordonna Julot en tendant le bras en direction de Gilnash.

Le nain se renfrogna davantage sous l'insulte. Levant le bras, il assena un coup de coude au visage de Gilnash qui s'effondra comme une pierre.

- Tu le veux ? déclara-t-il sans plus de cérémonie. Viens le chercher.

Pour ponctuer sa provocation, il enjamba le corps avant de camper sur ses appuis, hache aux poings.


*


Accroupit derrière l'une des tables renversées, le répurgateur tentait de ne pas attirer l'attention des cavaliers funestes. L'embuscade tendue au vampires tournait au massacre. Ces monstres chevauchaient à travers la pièce en faisant pleuvoir les coups, ignorant les armure comme les boucliers. A l'inverse, pas un bordelin ne semblait avoir été capable de riposter face à ces créatures ardentes. Les spectres traversaient les buffets et tentures d'apparat en riant à tue-tête, entrant et sortant de la pièce à loisir. John vit plus d'un homme tout simplement traversé par ces revenants avant de s'effondrer, les yeux révulsés, à peine vivant.

Tachant de se frayer un chemin jusqu'à Hrugni et Julot, il ne put ignorer le vampire évoluant au beau milieu de la salle.
Son épée enflammée arrêtait le fer spectral des revenants. Seule cette arme paraissait pouvoir contrer les monstres intangibles. Arme visiblement empreinte des dons de Tisseron… ce vampire était donc responsable de la mort du magus flamboyant…

Se forçant à chasser ses pensées, il remarqua que Manesh'k semblait littéralement anticiper chaque menace, ayant toujours un temps d'avance sur les morts-vivants. Ce n'est qu'à cet instant que le répurgateur réalisa que, jusqu'à présent, il n'avait jamais vu ce "Manesh'k", ou Mandrak comme il s'était présenté aux bordelins, en action. Contre les démons à Grissenwald, l'homme-arbre à Loren ou ici même lors du tournois : chaque combat qu'on lui avait narré décrivaient un combattant implacable. Et force était de constater que cette réputation n'était pas usurpée au vue de la prouesse qu'il réalisait là. Pourtant, il était incapable de progresser plus en avant, mis en difficulté par le nombre d'assaillants sans fin. Assaillants dont certains étaient désormais à pieds, leurs parodies de montures se dispersant ici et là comme poussière au vent.


*


Faisant face à l'un des cavaliers embrasés, trois gardes pointèrent leur lance à la tête de la monture. En vain. Sa mâchoire claquant dans le vide, le revenant fit cabrer son destrier sans leur laisser la possibilité d'avancer. Il s'interposait entre eux et la sortie secondaire du grand hall, empêchant les soldats d'évacuer leur seigneur.

Rageant, Thierry ne pouvait que contempler ses fidèles sujets mourir en vain. Des deux côtés du hall, les tapisseries et tentures étaient dévorés par les flammes. Celles-ci commençaient à lécher les poutres du plafond. Si seulement…

- En avant ! S'écria brusquement son augure en s'avançant auprès des lanciers, bras tendu vers leur ennemi dont brusquement l'aspect changea.

Sous le regard médusé des bordelins, le cavalier se figea. Son apparence sembla se préciser et l'air d'onduler de plus belle autour de lui comme sous l'effet de la chaleur. Le crâne dénué d'orbites se tourna aussitôt vers le thaumaturge. Il tira les rênes pour charger cette nouvelle menace.

- Il est… visible, balbutia l'un des hommes en cherchant ses mots. Il…

- Qu'attendez-vous ! S'écria brusquement un chevalier en bousculant le lancier pour charger.

Sans autre forme de procès il leva son épée et disloqua le museau de la monture dans une pluie d'esquilles. Dans l'instant l'animal squelettique s'effondra de côté en emportant son cavalier sous son poids.

- Ferragus, murmura Thierry alors que le vétéran s'acharnait sur l'ennemi à terre.

Soupirant de satisfaction, celui-ci se tourna vers ses compatriotes encore sonnés. Le monstre avait perdu son invulnérabilité l'espace d'un instant. Grace à l'intervention de Martin, augure de leur seigneur, il pouvaient finalement riposter ! Grace…
Avec horreur le chevalier vit l'envoûteur être happé à la gorge par une chaîne. L'instant suivant il volait derrière son propriétaire au galop, riant avec hystérie sous sa capuche.

- Martin, murmura Thierry en suivant du regard son conseiller rebondir au sol tel un pantin sans fils. Mart…

- Maintenant ! Partez mon seigneur, lui intima Ferragus en le saisissant par l'épaule. La voie est libre, quittez cet endroit au plus vite !

- Mais qu… quel genre de souverain fuirait en laissant…

- Le genre à vivre demain pour réparer ce qui pourra encore l'être ! Le devança furieusement Ferragus.

Hébété, Thierry balbutia en silence et contempla ce guerrier loyal d'entre tous, n'ayant d'argument à opposer à sa réplique.

Hrugni chargea sans préambule, comblant l'espace entre eux deux en quelques enjambées. Ce prétentieux laissait sa gauche complétement ouverte en brandissant sa babiole bien au-dessus du nain pourtant imposant. Il n'aurait qu'à le raccourcir de sa jambe gauche avant de poursuivre d'un enchainement quelconque. Toutefois il avisa que le bordelin anticipait sa manœuvre d'une parade en septime bien plus rapide qu'il ne l'aurait imaginé. Du plat de la lame. Le jouet de ce gosse arrogant volerait en éclats en même temps que son mollet.

Une note plus grave qu'il ne l'aurait imaginé sonna à l'impact. Puis Hrugni fronça un sourcil en constatant que son coup de boutoir n'avait pas eut l'effet escompté. Cependant, même si le métal n'avait pas cédé, la force du nain avait collé l'épée noire contre la cuisse de son propriétaire. Dans l'instant, il fit un pas en avant et crocheta cette fichue épée hérissée dans le creux de sa hache avant de tirer en arrière avec un rugissement furieux. Il érafla la jambe du jeunot qui esquissa une grimace. Mais une douleur soudaine embrasa pourtant la joue de Hrugni  qui recula de surprise. Le gamin n'avait pas échappé son arme. Qui plus est il s'était permit de lui infliger une estafilade à la pommette.

Grognant de plus belle, il arma un coup puissant à deux mains mais déjà l'épée de Julot se fondait sur lui en miroir : la lame de sa hache se scinda brusquement en deux section distinctes dans une flambée d'étincelles comme les tranchants des deux armes se heurtaient de plein fouet. Stupéfait, Hrugni se retrouva avec un manche terminé par quelques centimètres d'acier fumants. Le reste alla rebondir dans son dos.

- Qu…

Avant qu'il ne puisse réagir, l'épée aux runes étincelantes frappa de nouveau en remontant de la hanche à l'épaule opposée. Une giclée écarlate ponctua la chute du nain alors comme son pourpoint se déchirait comme du papier. Avec un râle, Hrugni s'écroula le long du corps de Gilnash.

- Pathétique ! S'écria Julot en écartant les bras avant d'éclater de rire. Vous êtes tellement pathétique ! Est-ce cela, la ténacité naine que l'on m'a tant vanté à propos de…

L'adolescent élancé s'interrompit dans son élan alors que Hrugni se tournait de côté en gémissant. Le visage barbouillé de sang carmin, il jeta un regard emplit de rancœur à son bourreau auquel les mots manquaient. Prenant lentement appuis sur son bras déjà meurtrit par le mort-vivant, il s'arc-bouta sur un genou avant qu'un élan de souffrance ne le traverse. Hoquetant, le nain se recroquevilla en serrant les bras contre son torse, agenouillé face à Julot.

- Tss… Pathétique, murmura-t-il en retrouvant son sourire confiant qui s'était un instant figé.

La barbe de Hrugni gouttait au sol alors que l'humain le prenait à la gorge de sa main libre. Mais son sourire s'effaça de nouveau. Il eut beau s'arc-bouter, il était incapable de le soulever. Pestant, il le fit choir de côté et leva le bras pour l'achever.
Comme si l'arme griffue était animée d'une vie propre, l'humain fut brusquement tiré de côté. Il para in-extremis et sans trembler la frappe sauvage du brionnois en plein bond.

Sans vraiment chercher à retrouver son équilibre en retouchant le sol, Darran lâcha une main de son épée. Il inversa la rotation de son coup au chef pour effectuer un coup montant à la hanche gauche de Julot. En vain, l'arme maléfique stoppa aisément son attaque et lui ouvrit la garde. Le revers fulgurant ne faucha cependant que de l'air.

- On me l'a déjà assez fait hier ! S'écria Darran en reprenant sa posture.

Il s'essuya le visage et se macula davantage de la cendre qui pleuvait désormais dans la pièce. Puis poussant un cri de rage, il chargea le jeune homme élancé. Alors que la pointe de son épée fusait sur l'expression suffisante de Julot, un claquement sonore perça à travers le chaos ambiant. Un élan de douleur parcourut le flanc du combattant au griffon. Sans parvenir à porter son coup, il s'effondra en repliant les bras contre son torse.

Hébété, Julot contempla son propre bras. Guidé par les voix, il avait pourtant devancé cet énervant bâtard brionnois. Il n'aurait pas dû se tordre de douleur au sol mais s'étouffer dans son propre sang...

Ce n'est qu'après quelque seconde immobile à essayer de comprendre ce qu'il venait de se passer qu'il remarqua la lanière de cuir enroulée autour de son poignet ganté. Ahuri, il remonta le long du fouet jusqu'à un John Grenaille qui esquissait une grimace mauvaise.

- Ce jouet guide ton bras, déclara-t-il sans préambule. Mais je ne me bat pas contre un morceau de métal : c'est l'humain qui est derrière qui m'intéresse.

Julot balbutia un instant avant de finalement comprendre. L'intervention du répurgateur avait dévié sa frappe. En happant son bras il l'avait empêché de porter un coup décisif.

D'un roulis du poignet il sectionna l'instrument coupable qui n'opposa aucune résistance au tranchant surnaturel de l'arme. Grognant, Julot marcha vers John en brandissant son arme. Sans se laisser démonter, celui-ci leva les bras en direction du jeune homme. En un éclair les pistolets apparurent dans ses mains. Les détonations suivirent et Julot sentit son épaule protester comme soudain son bras se levait selon un angle inattendu.

John cligna un instant des yeux pour comprendre ce qu'il venait de voir. Le premier tir visait la tête. Le second le torse. Bras levé et coude levé vers l'extérieur, Julot tenait l'épée noire pointe vers le bas. Sur la lame, le répurgateur pouvait clairement voir les deux impacts de plombs fumant. Jurant, il dégaina une rapière et s'élança vers son ennemi, plongeant sa main libre dans les replis de son manteau. Malgré le malaise évident qu'affichait Julot, sa parade fut à nouveau parfaite : il bloqua aisément l'épée légère sur sa gauche. Pas la fiole que John lui fracassa sur la joue droite.

- Que...

Il effectua un revers furieux à s'en déboîter l'épaule, mais déjà le répurgateur se laissait tomber au sol. Julot leva le bras avant de s'immobiliser, portant les mains à son visage. Il poussa un glapissement de terreur. Sa peau se couvrait de cloque, brûlée par le liquide dont il venait d'être aspergé. Tâtant sa blessure et perdant notion de son environnement, il tituba en arrière sur quelques pas.

- Vaincu par de l'eau bénie, ironisa le répurgateur en tirant un poignard de sa manche.

John fit un premier pas vers sa proie en armant sa frappe. Toutefois un mouvement aux limites de son champ de vision attira son attention avant qu'il ne porte son coup.

- Merdre ! Jura-t-il comme l'un des cavaliers en pleine charge le dominait de tout sa hauteur.

Échappant la dague, il se laissa tomber en arrière pour éviter la serpe auréolée de flammes qui érafla son couvre-chef. Il roula de côté avant de se relever maladroitement, incrédule quant à sa propre chance. Mais déjà le revenant faisant demi-tour...

Retrouvant ses esprits, Julot suivit du regard le répurgateur qui déguerpissait sans demander son reste.

- Toi...

Il fit quelques pas dans sa direction, rageur. Mais une chaleur soudaine le prit à la gorge, l'obligeant à lever les bras pour se protéger le visage. Les yeux plissé, il vit le sol s'embraser devant lui. Crépitant furieusement, un véritable mur de flammes lui barra la route. Secouant la tête, il le remonta pour réaliser que le brasier formait un arc-de-cercle l'empêchant d'aller plus loin. Puis il découvrit le vampire lui faisant face. Le visage déformée par la rage, celui-ci avait sa propre épée pointée vers le sol, brûlant tel un flambeau. L'humain jura. Avec les interventions du bâtard puis du lâche au chapeau, il avait négligé les émissaire d'outre-tombe supposés...

- Attends, où sont...

Sans le laisser terminer sa phrase, Manesh'k se jeta sur lui. Un crissement métallique résonna comme l'arme embrasée venait s'abattre sur l'épée démoniaque. Tournant la tête vers la droite, Julot n'avait eut le temps de réaliser la menace que son bras s'était levé de lui-même. Guidé par un pouvoir qu'il appréhendait à peine, il avait paré. Mais Manesh'k appuyait son coup, insistant des deux mains et faisant ployer l'humain. Ouvrant la gueule, il révéla ses crocs et feula comme un prédateur enragé avant de repousser Julot en arrière. Il manqua chuter mais parvint à conserver son équilibre. Déjà Manesh'k était sur lui.

Un nouveau coup de boutoir tomba sur le bordelin qui para de plus belle, des escarbilles venant lui caresser le visage comme il pliait sous la pression du tison ardent. Brusquement elle disparut et Julot sauta en avant comme un ressort. Droit vers le vampire qui passait la lame embrasée dans son dos après un pas de recul. Changeant de main, il balaya furieusement la droite du garçon qui là encore para de justesse, entrainé de côté par son arme. Le bras tordu selon un angle improbable, Julot vit son coude tressauter avant que la douleur n'inonde son épaule et qu'il soit projeté contre une table renversée.

Marquant un arrêt, Manesh'k marcha jusqu'à son adversaire à terre, sonné. Celui-ci poussa un hurlement de douleur en roulant sur le dos, adossé au mobilier. Son coude était probablement brisé. Son épaule démise. Il porta sa main indemne à son membre mutilé, blême. Se faisant, sa paume effleura la garde hérissée de l'arme sombre qui gisait contre son genoux. L'instant suivant Julot fut le premier stupéfait de bloquer le coup mortel qui tombait sur son front, tenant l'arme de la main gauche comme il aurait tenu un poignard. Incapable de hurler davantage, il vit son propre bras continuer d'agir de lui-même, entrainant l'épée Lahmianne dans son quillon pourvut de griffes acérées. Bras écarté, Manesh'k s'arc-bouta en arrière alors que le revers de l'adolescent pourtant au sol lui sifflait sous le menton. Il fit quelques pas pour reprendre de la distance, incrédule.

Les yeux emplis de larmes et continuant de geindre, Julot s'arc-bouta sur la pointe de l'arme, s'appuyant pour se relever. Il poussa un cri de plus belle lorsque son membre blessé effleura le bord de table. Mais malgré son état déplorable, la volonté implacable de l'épée le poussait en avant. Laissant une marque fumante dans le sol, il leva son arme une fois de plus. Sans attendre davantage, Manesh'k se rua à nouveau sur lui. Dès le premier coup, le bras droit du jeune homme vola inutilement de côté et engendra un nouveau hoquet de douleur. Les parades qui suivirent étaient néanmoins tout aussi fulgurantes que les précédentes, stoppant chaque attaque du guerrier déchaîné.

Sans avertissement, le vampire fit volte-face et para une épée éthérée lui arrivant dans le dos. Grimaçant de colère, il traîna une troisième fois son propriétaire fantomatique au sol en faisant glisser son arme sur celle de son assaillant. Puis revint face à Julot qui dû bloquer un coup vicieux du vampire en direction de l'aine. Mais déjà Manesh'k effectuait un pas en retrait, revenant à son adversaire opportuniste. Sans quitter l'humain des yeux, il empala le spectre au sol de son antique épée, enveloppée de flammes. Malgré lui, Julot ne put profiter de ce répit pour attaquer. Il ne put que ciller et discerner un remous écarlate consumer les entrailles du revenant qui ne chercha pas à se débattre.

Le doute l'assaillait soudain. Il se sentit défaillir. Ce vampire pouvait détruire les faucheur des limbes que convoquait son épée. Pire, il faisait jeu égal avec les réflexes foudroyant qui lui étaient conférés par l'arme runique. Ce mort-vivant suceur de sang qui se dressait face à lui allait-il lui... Ses propres pensées se firent erratique comme la panique prenait le dessus sur la froide détermination de l'arme ensorcelée. Il manqua trébucher sur un corps immobile. Implacable, Mandrak s'avançait. Julot grimaça de peur en levant le bras pour se protéger... mais le coup ne vint pas.

L'épée du vampire vint rebondir au sol, ses flammes se dissipant avec un crépitement pour ne laisser que l'acier rougeoyant. Mandrak tomba à genoux, les mains portées à sa gorge. Face au bordelin stupéfait, il fut prit d'une violente quinte de toux qui devint rauque. Les veines saillantes de ses joues et son front s'assombrirent à vue d’œil, tournant au vert bouteille. Alors que sa crise se faisait de plus en plus violente, Julot reprit contenance. Il ne comprenait pas ce à quoi il assistait mais n'en avait cure. Yeux exorbités et la peau du visage se couvrant de nervure, il n'était plus une menace.

Ayant retrouvé son assurance, Julot parcourut la salle du regard. La plupart des chevaliers de la cour de son oncle étaient morts. Ou le seraient sous peu. Le répurgateur courrait encore dans un coin de la pièce. A quelques mètres se relevait péniblement le bâtard. A ses pieds, le nain inconscient sur lequel il avait trébuché dans son instant de panique. Et derrière lui, juste sous les fenêtres...

- Regarde moi le vampire, intima-t-il d'un ton suffisant à l'adresse de Manesh'k en se dressant au-dessus de Gilnash.

Levant un regard fiévreux, il ne put que contempler le bordelin lever son arme au-dessus de son frère d'armes évanoui.

- Un de moins, articula théâtralement Julot.

- Non ! Parvint à s'écrier Manesh'k.

En vain. Un nouvel élan de douleur vint le parcourir, l'empêchant de porter secours à son compagnon.

Un éclat de verre s'ajouta brusquement à la scène. Et l'instant suivant le bordelin dérangé était bousculé dans son exécution. Il fut projeté au sol d'un coup d'épaule suffisamment violent pour lui cogner la tête contre le carrelage.

- Que…

Lui griffant le torse pour le plaquer au sol, le visage de Gaylria vint se poster à quelques centimètres du sien.  La vampire poussa un rugissement sauvage à la face de l'humain hébété. Ses pupilles écarlates luisaient d'une colère primale. Il arma le bras pour lui trancher l'abdomen de sa lame ensorcelée, mais les doigts de la mort-vivante se refermèrent sur son biceps, lui clouant le poignet au sol. Et sans plus de cérémonie, elle plongea le visage sous le menton de Julot. Il n'eut pas le temps de pousser un cri de panique que déjà un fluide épais lui emplissait la bouche. Il échappa une giclée écarlate lorsqu'elle acheva de lui déchirer la trachée à grand coups de crocs.

En un instant, tout les revenant enflammés s'immobilisèrent. Coulant un regard dépassé à l'elfe mort-vivante réduisant l'humain en charpie, Manesh'k réalisa que le massacre s'étaient interrompu. Comme un seul individu, les mort-vivants avaient cessés leur massacre et se tournaient vers leur défunt conjurateur.

Une légère brise vint souffler dans le hall. Sous les regards ahuris des survivants, les contours des spectres commencèrent à s'estomper. En une poignée de seconde, tous se dissipèrent en ne laissant derrière eux que quelques fumerolles.

Aussitôt un calme contrastant avec le chaos passé s'installa, troublé uniquement par le crépitement des flammes et les mastications de Gaylria. Ignorant les autres individus, elle continuait de s'acharner sur le cadavre déjà méconnaissable.

Encore sous le choc, Manesh'k parcouru les survivants du regard. La plupart des chevaliers et gardes bordelins partageaient des expressions hagardes. Le seigneur lui-même aidait un soldat à se relever après avoir été renversé dans la confusion. Le nain, blême, récupérait son souffle en tenant son flanc écarlate. Et le répurgateur se tournait vers le vampire encore secoué. D'un même réflexe, leur attention convergea vers l'arme démoniaque qui gisait à terre entre eux deux.

Ils bondirent en avant au même instant. Le vampire fut le premier sur celle-ci, tendant la main pour s'en emparer. Mais la détonation aussitôt suivie d'un éclat de céramique sous sa paume le dissuada d'aller plus avant. Pointant un pistolet vers lui, John Grenaille le défiait de s'en emparer. Mais lui n'était plus d'humeur pour ces jeux : d'un signe sec de la tête, le vampire répliqua. Une nouvelle gerbe de flammes éclata entre eux, faisant sursauter l'humain dont le tir manqua sa cible.

Réprimant un nouvel élan douloureux, Manesh'k se tourna à nouveau vers l'arme. Revenu à lui, Gilnash était penché sur celle-ci malgré ses poings liés et la recouvrait d'une nappe miraculeusement épargnée par l'incendie de son compagnon. Luttant contre la rigidité qui s'emparait de sa nuque et son dos, Manesh'k se força à approcher.

- Ne touchons pas... cette chose, souffla Gilnash en enveloppant l'arme d'étoffe.

Son compagnon opina. Puis jeta un œil à l'elfe qui s'accroupissait à sa droite, imitant son père dans la non-vie sans prononcer un mot. Son visage comme sa gorge étaient maculés de sang. Mais ironiquement, elle semblait calme. Pour l'instant.

- Foutons le camp, déclara-t-il en tranchant les liens de son frère.

Gilnash acquiesça. Il prit sa fille dans la mort par l'épaule, s'appuyant sur elle de son bras valide pour se relever puis l'invita à faire de même. Mais elle resta immobile, un genou à terre. Étonné, le vampire suivit son regard... jusqu'au corps du danseur de guerre qui reposait dans une mare de sang. Il se mordit la lèvre inférieure.

- C'est terminé à présent, lui déclara-t-il d'un ton plus calme. Viens, partons.

Sans opposer de résistance ni prononcer le moindre mot, elle se leva à son tour.


*


- Il aurait dû l'amener là, grinça Manesh'k.

Mais il eut beau tourner la tête, il ne voyait aucune trace de l'enfant ou leur neveu. Juste la petite place comportant un puits où ils devaient se retrouver, aussi déserte que les rues adjacentes.

- Ils auraient été capturés ?

Se tournant vers le ciel, le regard de Gilnash se fit vague. Sans dire un mot, le premier vampire trépigna de nervosité tandis que son frère d'arme interrogeait les cieux.

- Je ne pense pas, répondit-t-il après un instant. Pour autant je n'ai pas la moindre idée d'où ils se trouvent...

Soupirant d'exaspération, Manesh'k se tourna vers les hauteurs de la colline où les flammes de son brasier étaient déjà visibles. Il avait vu le marienbourgeois quitter le hall sans s'attarder : l'Immaculé partirait sous peu. Ils n'avaient pas une minute à perdre.

- Je retrouve Luther et Enguerran puis je vous ratrappe, indiqua Manesh'k en s'assurant que l'arme maléfique était bien enroulée dans son morceau de tissu. File aux quais avec ta fille.

- Pas que je n'ai pas confiance en toi... mais comment…

- Le farfadet, répondit Manesh'k avec un sourire en coin. J'ai plus ou moins réussi à le persuader de rester avec le môme.
S'appuyant sur Gaylria, Gilnash opina. Ils s'engagèrent dans une ruelle en clopinant tandis que Manesh'k rebroussait chemin.


*


Une gorgée sucrée de plus. Le souvenir de sa première visite au moulin où travaillait son père passa devant ses yeux. Celui-ci lui expliqua avec entrain comment la meule écrasait le blé fauché plus tôt pour produire de la farine. Farine qui ensuite leur permettrait de... secourant la tête, il chassa ces images fugaces. Le passé d'un meunier ne l'intéressait nullement.
Les deux garçons plus âgés le mettaient au défi de sauter le ruisseau qu'eux-mêmes avaient franchis. Et lamentablement il atterrissait en plein milieu, de l'eau jusqu'aux cuisses. C'est sous les quolibets des deux autres qu'il s'extirpa et... à nouveau il se détourna de ses souvenirs inintéressants.

Il ne raffolait pas des enfants en général. Légèrement sucrés et doux au palais. En fait, il préférait les crûs plus matures. Plus riches en bouche et plus épicés pour certaines variétés. De ce côté des Monts Gris par exemple, les humains produisaient un nectar au piquant qu'il appréciait en particulier. De plus, un hôte plus âgé était plus susceptible d'offrir des anecdotes croustillantes qu'un sujet aussi jeune.

Cela dit, dans son état, Luther ne faisait pas la fine bouche. Il lécha goulument la plaie de sa victime, lui caressant le menton avec avidité. Le vampire était agenouillé sur le corps de l'enfant inconscient qu'il avait un temps immobilisé de son propre poids. Un souvenir de plus passa dans son esprit. Celui d'un combattant torse-nu qui sortait d'une tour avant de s'interposer face aux monstres. En un éclair il le terrassa avant...

Un mouvement suspect le ramena au présent. Se redressant, il se détourna pour découvrir ce même combattant dressé au-dessus de lui. Il cligna des yeux en ouvrant la gueule d'étonnement. Se trouvait-il encore dans les souvenirs du gamin ?
Trop hébété qu'il était, le poing de Manesh'k vint s'abattre sur sa tempe sans qu'il ne réagisse. Avant même de toucher le sol le vampire avait sombré dans le néant.

Grognant en secouant sa main meurtrie, Manesh'k étudia la scène en sentant un poids soudain l'accabler. Luther gisait à ses pieds. Il ne mourrait pas de ses blessures - pas définitivement du moins. Pour l'enfant en revanche... Tachant de rester impassible, il contempla la dépouille  d'Enguerran près de laquelle flottait l'esprit immatériel.

Ils avaient amenés le gosse jusqu'ici pour ne pas le laisser mourir dans son village ravagé. Ç’avait été faire preuve de miséricorde de la part des vampires. Et pourtant... Le gosse les avait informé de l'existence de ce tournoi. Il avait contribué à leur survie dans la mesure de ses moyens, sans rien leur demander en retour. Il avait même sauvé Luther en trainant son corps à travers les ruelles. Et lui n'avait rien trouvé de mieux que le saigner à blanc en guise de remerciements…

Ces sombres pensée tourbillonnaient dans l'esprit de Manesh'k  alors que le sang de l'enfant continuait de se répandre sur les pavés.


*


- Et cette épée ? lui demanda-t-il en désignant l'arme maléfique. Je vois mal ce que nous pourrions...

- Cette "chose" n'a pas sa place avec nous, déclara Manesh'k avec gravité. Quant à la laisser aux hommes...

Se retournant brusquement vers le fleuve, il arma son tir avant de lancer l'arme qui disparut dans les ténèbres en tournoyant. Toujours enveloppée de tissu, elle retomba bien plus loin avec une éclaboussure qui passa presque inaperçue dans la nuit.

-  ...  il n'en est pas non plus question, trancha-t-il solennellement.

Gilnash hocha la tête, songeur. Il lui indiqua sans rien dire approuver ce choix.

- Et maintenant ? demanda-t-il après quelques instant de calme qu'ils savourèrent tout deux. On s'en tiens au plan ? Malgré les états de Luther et de Gaylria ?

L'un comme l'autre ils jetèrent un œil à l'elfe les accompagnant. Celle-ci inclina la tête de côté, ses cheveux poisseux glissant sur son visage.

- On s'en tient au plan.

Leurs regards glissèrent en direction de l'imposant navire impérial qui mouillait dans la baie.

L'Immaculé.

- Hâtons nous, ton "Frederik" a quitté le hall précipitamment et m'est avis qu'il ne s'attardera pas à Bordeleaux. Plus vite nous nous seront dissimulés à bord du vaisseau plus vite nous pourrons enfin prendre un peu de repos.

Gilnash opina. Tandis qu'il guidait sa fille, Manesh'k passa son bras sous l'épaule valide de Luther avant de se tourner vers les hauteurs de la ville. Tant de mésaventures depuis leur arrivée à Grissenwald plusieurs semaines plus tôt... Avec un dernier rictus, il se détourna et suivit son frère qui déjà se dirigeait vers une modeste barque de pêche.


*


Lorsque le jour se leva finalement sur Bordeleaux, il trouva la ville encore sonnée par cette nuit mouvementée. L'incident avait réduit en cendres plusieurs demeures et les vampires étaient parvenus à déguerpir. Seul sur les quais, le répurgateur n'aurait su décrire ce qu'il ressentait à cet instant. Il contemplait la baie vide, faisant mentalement le point sur cette traque infructueuse. Ces vampires avaient laissés dans leur sillage un monceau de cadavres. D'ici quelques semaines ils seraient à Marienbourg. Hors de portée. Il avait échoué. Soupirant, il se détourna du soleil levant pour prendre la route du château de Thierry. Hrugni comme la cour du seigneur l'attendaient.

D'un pas lent il traversa les ruelles. Sans remarquer l'esprit follet qui flottait là, ni la paire d'yeux écarlate qui commença à luire dans les ombres.


"Que mon épée soit mon unique vérité, que la mort soit mon unique réponse et que ma quête n’ait pour seul objectif que de me mener à me dépasser moi-même."


RIP


tite musique-générique:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vg11k.tumblr.com/
Hjalmar Oksilden
Chevalier de sang
Chevalier de sang
avatar


Age : 23
Nombre de messages : 810
Expérience de jeu (CV) : Berserker de Khorne, ex-kurak et amateur de bon vins bretonniens
Date d'inscription : 15/08/2015

MessageSujet: Re: Feu et Sang   Dim 29 Avr 2018 - 22:52

Je viens de terminer le fameux chapitre final, eh bien mes aïeux, quelle épopée Sourire

Certes, j'ai loupé certaines références car je n'avais pas lu tes anciens récits, mais j'ai quand même apprécié tes chapitres et les aventures de tes personnages divers et variés.

Vivement la suite ou un autre roman, à toi de voir pour ce que tu écriras après, mais je serais au rendez-vous.

NB: je comprends enfin d'où sortait ce gamin dans le tournoi de la Reiksguard. C'était un choix particulier de le ramener à ce moment-là, mais il fait sens quand on a la vision du tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arcanide valtek
Seigneur vampire
Seigneur vampire
avatar


Age : 27
Nombre de messages : 2608
Expérience de jeu (CV) : Depuis Mai 2006
Date d'inscription : 24/05/2010

MessageSujet: Re: Feu et Sang   Dim 29 Avr 2018 - 23:21

Clap Clap Clap Clap Clap Clap Clap Clap Clap Clap Clap Clap Clap Clap

Très bon chapitre, et long avec ça. Les combats s'enchaînent sans se ressembler, et les destins finissent par se croiser. Je n'ai pas grand-chose à reprocher, si ce n'est quelques fautes d'orthographe de ci de là.
Les péripéties s'enchaînent avec fluidité, et la scène finale est grandiose. Cette bataille, dans la salle des fêtes du seigneur de Bordeleaux, avec des interventions impériales, vampiriques, elfiques, nanesques et chaotiques (je crois), c'est digne de ce récit. Rock & Roll

Je suis quand-même surpris par un point : pourquoi les émissaires d'outre-tombe sont attirés par les vampires ? J'aurais raté quelque-chose ?

Je suis navré d'avoir posé la question sur Enguerran du coup, parce que d'une certaine façon ça enlève du mystère à ta fin. J'avoue que j'aurais voulu mettre une dague dans la gorge de Luther à l'instant où j'ai compris ce qu'il avait fait. Quel ingrat.

C'est donc ainsi que se termine Feu et Sang. Une saga qui aura mis 7 ans à sortir. Et pourtant une question nous brûle les lèvres à tous :

À quand la suite ?

EDIT : grillé par Hjamlar, damn.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vg11k
Comte de la Crypte 2014
avatar


Age : 26
Nombre de messages : 996
Date d'inscription : 19/07/2010
Vainqueur de concours : Concours de texte

MessageSujet: Re: Feu et Sang   Dim 29 Avr 2018 - 23:43

Merci à tout les deux les gars !!!!! Pour les com's et pour le courage d'avoir tout lut !

Citation :
eh bien mes aïeux, quelle épopée
c'est digne de ce récit
Love

@Hjalmar Oksilden a écrit:
toi de voir pour ce que tu écriras après
la suite. Mais par morceaux beaucoup plus court. Mon souci ici que j'avais déjà eu sur le précédent arc est d'avoir des chapitres de pluuuuuus en plus long, ce qui prends de plus en plus de temps...

Citation :
mais je serais au rendez-vous.
À quand la suite ?
Wow

Citation :
je comprends enfin d'où sortait ce gamin dans le tournoi de la Reiksguard
Je suis navré d'avoir posé la question sur Enguerran du coup
j'avais ce personnage vampire, coincé dans un corps d'enfant pour l'éternité, en tête depuis longtemps. Depuis le tournois de 2013 en fait où il apparait. Et ensuite... ben F&S a trainé trainé trainé... je l'ai fait apparaitre dans la reiksguard en me maudissant de pas avoir été assez rapide. J'ai un an de retard sur la reiksguard x-)

@Arcanide valtek a écrit:
chaotiques (je crois)
yep. Y'a eu des ptites choses chaotiques dans cet arc. Et il y en aura d'autres ^^

@Arcanide valtek a écrit:
pourquoi les émissaires d'outre-tombe sont attirés par les vampires ? J'aurais raté quelque-chose ?
ils sont contrôlés par le porteur de l'épée. Hors Julot a quelque peu été humilié par les vampires, Luther notamment (la raison de son agression pendant le tournois lorsqu'il utilise ce don pour la première fois)

@Arcanide valtek a écrit:
j'aurais voulu mettre une dague dans la gorge de Luther à l'instant où j'ai compris ce qu'il avait fait. Quel ingrat.
voila qui est également plaisant. Un anti-héro haï est un perso réussit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vg11k.tumblr.com/
Von Essen
Collecteur de Sang
avatar


Age : 22
Nombre de messages : 3769
Expérience de jeu (CV) : 5 ans
Date d'inscription : 22/12/2013

MessageSujet: Re: Feu et Sang   Ven 4 Mai 2018 - 16:15

Voila une conclusion qui m'a surpris, et plus d'une fois ! Pour bien débuter, je décerne le prix de la Tenacité à John Grenaille, qui aura poursuivi nos héros de bout en bout, malgré la douleur des pertes subies, et qui aura survécu au dénouement le plus sanglant et le plus improbable auquel nous aurions pu nous attendre. Vraiment, pendant les événements d'Athel Loren, j'étais persuadé que l'attente et les privations lui auraient fait lâcher l'affaire, mais non, il aura tenu, le brave mortel.
Il mérite une suite rien qu'à lui ! Moi, je dis ça, et je le pense Rock & Roll

Ensuite, j'aurai une pensée pour les victimes collatérales de la fête : les gardes. D'abord, ils reçoivent l'ordre de ne pas intervenir dans l'action puis, la seconde suivante, ils se font faucher par poignées sans pouvoir résister aux maudits émissaires. Le Vieux Monde est décidément rempli de dangers auxquels nul ne peut s'attendre pale

M'intéresser en premier à des personnages de second plan pourrait paraître incongru, mais j'aime à penser que ce sont bien les *bons* seconds rôles qui donnent cet éclat si particulier aux premiers rôles. Et ces seconds rôles, cher vg11k, tu les a réalisés avec application, une application qui force le respect Rock & Roll

Maintenant que cela est dit, mes deux sous sur les personnages principaux : Manesh'k est un grand malade Vampire Déjà avec des siècles d'escrime dans les bras, il impressionnait, mais en plus avec la sève de Gusternum et les effets pyrotechniques de Tristofan, il devient une merveille de destruction ambulante ! Von Carsteins approve ! Devil
Gilnash a du avoir une bonne étoile au dessus de sa tête ce soir-là. A vrai dire, je n'ai trouvé aucun intérêt à le garder en vie pour le nain. Une mort est une mort, il aurait très bien pu achever le vampire sur place sans le trainer jusqu'au château. Seul explication qui me vient à l'esprit : il voulait un combat honorable. Auquel cas... pourquoi pas respect
Luther... aura eu le mérite de tromper mes sens pourtant aguerris à cerner des personnages. Tout porte à croire que s'il prête parfois une oreille attentive aux leçons d'honneur de son oncle, il ne les applique pas, ou alors bien moins souvent que j'en étais arrivé à croire. You got me, well done ! Tongue

Confusion notable pour mon ressenti : depuis quand les épées chaotiques invoquent-elles des émissaires d'outre-tombe ? Ne serait-ce pas plutôt un sort des grimoires V8 de nécromancie ? Après, s'il s'agit d'une simple prise de liberté par rapport au fluff habituel, je m'en accommoderai bien.

Originalité notable ! Un elfe sylvain montre des signes de corruption chaotique ! Je salue cette preuve montrant que toutes les races sont vulnérables, et que ça ne tombe pas que sur la pomme des vampiresNO! End of Times n'existe pas, Walach est chez nous! humains Mr. Green

Je conclus sur mes plus sincères félicitations pour avoir mis le point final à cette longue aventure qui nous a égayé, voire tenu en haleine pendant bien des soirées ! Chapeau bas, et comme les autres je me réjouis de savoir que d'autres textes sont à venir Clap Clap Clap

_________________
L'eau, ça mouille. Et ça fait des vagues puis ça devient plat. Et on voit dedans comme dans une vitre. Et ça fait froid quand ça mouille.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomov Le Poussiéreux
Comte de la Crypte 2010, 2013 & 2017
avatar


Age : 32
Nombre de messages : 3407
Expérience de jeu (CV) : Ancien Vampire, vieux Chef de Guerre Orque, Favori de Slaanesh depuis peu, nouveau chef de Clan Elfe Sylvain, jeune Poil-au-Menton Nain, vénérable Connétable Bretonnien et très ancien Kuraq Saurus
Date d'inscription : 25/03/2009
Vainqueur de concours : Concours de texte

MessageSujet: Re: Feu et Sang   Sam 5 Mai 2018 - 9:29

Bon, je n'ai pas trop lu les derniers commentaires pour ne pas me spoiler. J'avoue qu'il y a une éternité que je ne suis plus ce sujet, mais maintenant qu'il est clôturé je compte bien m'y remettre (j'en ferai peut-être une version imprimée pour me simplifier les choses...).
Reçois déjà toutes mes félicitations pour avoir clôt cette histoire, c'est quelque chose que je n'arrive vraiment pas à faire Happy

_________________
Vulnerant Omnes, Ultima Necat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Feu et Sang   

Revenir en haut Aller en bas
 
Feu et Sang
Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armées Comtes Vampires et mort-vivants :: 
La Bibliothèque
 :: Récits, Fanfics et Fanart
-
Sauter vers: