Armées Comtes Vampires et mort-vivants


 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le mercenaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Arken
Maîtresse des fouets
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 2695
Expérience de jeu (CV) : Depuis juillet 2006 (livre CV fin V6, jeu fin V7)
Date d'inscription : 12/03/2011

MessageSujet: Re: Le mercenaire   Sam 14 Avr 2012 - 17:56

Citation :
Peut-être le thème de notre prochain concours de récits, qui sait?

Sur ce coup là, ce n'est plus à toi de choisir

Mais c'est vrai que des épisodes sans violences sont assez reposants... Quoique...

'Fin bref ! Tes textes sont toujours aussi agréables à lire, cher Thomov

Edit : Deuxième page !!

_________________
Les mots sont un don. Les mots sont une arme. Les mots ne se gaspillent pas. P.B.
"Despierta y ponte a soñar"
Ceux qui ne croient pas en la magie ne la trouveront jamais.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomov Le Poussiéreux
Comte de la Crypte 2010 & 2013
avatar

Age : 31
Nombre de messages : 3358
Expérience de jeu (CV) : Ancien Vampire, vieux Chef de Guerre Orque, Favori de Slaanesh depuis peu, nouveau chef de Clan Elfe Sylvain, jeune Poil-au-Menton Nain, vénérable Connétable Bretonnien et très ancien Kuraq Saurus
Date d'inscription : 25/03/2009
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: Le mercenaire   Mer 23 Mai 2012 - 20:23

Héhéhé... Plus de 1.000 visites pour "Le Mercenaire"!
Nous sommes encore loin de la popularité des Errances de Thomov Le Poussiéreux, mais c'est un début flatteur tout de même Happy

Vous êtes tous formidables! Love

_________________
Vulnerant Omnes, Ultima Necat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomov Le Poussiéreux
Comte de la Crypte 2010 & 2013
avatar

Age : 31
Nombre de messages : 3358
Expérience de jeu (CV) : Ancien Vampire, vieux Chef de Guerre Orque, Favori de Slaanesh depuis peu, nouveau chef de Clan Elfe Sylvain, jeune Poil-au-Menton Nain, vénérable Connétable Bretonnien et très ancien Kuraq Saurus
Date d'inscription : 25/03/2009
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: Le mercenaire   Mar 12 Juin 2012 - 16:40

Bon, ça commence à faire un moment que je n'ai plus posté la suite des aventures de mon mercenaire adoré.
Voilà qui devrait arranger ça:


La route du Sud s'annonçait longue et un brin monotone. Je disposais d'assez de bon argent pour m'offrir des moments de détente dans à peu près toutes les auberges que je croiserais sur la route, mais ce mode de voyage tendait à m'ennuyer après deux ou trois semaines.

Ulrik entendit sans doute mes prières silencieuses, attentif comme il sait l'être à fournir à ses fidèles de quoi éprouver leur force et les maintenir alertes.

Je chevauchais pesamment par un après midi étonnement lourd, sous un ciel plombé et fort menaçant. Je m'attendais à recevoir une fameuse pluie sur la tête d'un instant à l'autre depuis plusieurs heures déjà, sans que les dieux se décident à envoyer leur ondée sur mes vieilles épaules. L'air était épais, difficilement respirable de part sa moiteur; des quantités de mouches et autres insectes volaient bas, signe infaillible d'un bel orage qui s'annonce.

Les pas de mon cheval me conduisaient vers une ville de petite taille dont j'ignorais le nom, les gens du cru ne la qualifiant jamais autrement que comme "la ville". Sans doute n'en apprendrais-je la dénomination véritable qu'une fois à l'intérieur de ses murs, si toutefois il se trouvait encore un seul de ses habitants pour se ressouvenir de son foutu nom.
Cela me fit penser à la brave bête que je montais, laquelle j'avais toujours refusé de baptiser. Sensiblerie de la part d'un homme peut-être trop tendre pour son emploi, mais le fait de perdre un cheval à la bataille m'avait toujours profondément affecté. Je ne comptais plus le nombre de mes montures perdues, mais j'avais au fil du temps constaté que leur trépas m'était moins douloureux quand elles n'avaient pas de nom.

Tout à mes pensées, je ne vis que fort tard trois hommes à pied qui remontaient la chaussée en sens inverse de moi.

Leur mine me déplu d'emblée. Ils semblaient pour le mieux à moitié saoul, rigolards, et avaient les mauvaises trognes de ceux qui usent trop de vin aigre et de tord-boyaux. Leurs habits étaient disparates et crasseux et ils arboraient tous au moins une arme visible.

Le premier portait en bandoulière une lanière de cuir soutenant trois longs poignards effilés. C'était un grand gaillard mince, avec des bras longs comme un jour sans pain qui devaient lui donner une belle allonge au combat. Le second était plus courtaud et épais; il avait en main une masse d'ouvrier qui devait peser un sacré poids. Une arme lente mais dévastatrice. A la ceinture du troisième pendait une vieille épée nue qui semblait avoir connu des jours meilleurs.
Il me paru évident que ces trois-là cherchaient les problèmes et qu'ils ne laisseraient probablement pas passer un cavalier seul sans le taquiner quelque peu de leurs lames auparavant...

J'arrêtais donc mon cheval et tirai ma longue épée que je posai en travers de ma selle, bien en vue. Ma main gauche s'était posée instinctivement sur la dague que je portais au côté. Les trois ivrognes feignirent de ne découvrir ma présence qu'une fois à peine à une dizaine de pas de ma position.

Le plus grand, qui portait les poignards, s'arrêta brusquement et tendit de part et d'autre ses interminables bras pour retenir ses compagnons.

-Halte-là, compaings! Voyez qui se tient devant nous, planté sur son cheval: un bien joli damoiseau!

Le petit costaud fit peser sa masse sur sa large épaule et sourit de toutes ses dents ébréchées.

-L'a un sacré coup de vieux ton damoiseau, Stan. J'dirais plutôt qu'c'te drôle d'oiseau-là est presque mort déjà; sauf vot' respect, m'sire étranger.

Le dénommé Stan fit semblant d'être outré par la remarque et asséna une tape sur la tête de son compagnon avant de répartir.

-Tu n'es qu'un rustre, Rupert! Cela ne m'étonne plus que tu vives au fond des bois comme un animal, personne n'aurait voulu de toi dans une grande et belle ville. Puisse l'Empereur te prendre en pitié pour ton manque d'éducation...

Il se tourna alors vers moi et fit une profonde révérence.

-Veuillez excuser mon ami, mon seigneur. Rupert est un grossier personnage, mais il faut reconnaître qu'il est plus clairvoyant que moi. A un âge aussi vénérable que le vôtre, on attrape bien vite du mal sur les route de l'Empire. L'humidité pour vos vieux os, les routes dans un triste état...

-Et les mauvaises rencontres, terminais-je à a place. Ne vous fatiguez pas à jouer votre farce grotesque, je voyage trop pour ne pas savoir où vous allez en venir. Parlons vrai, si vous le permettez. Je suis plus vieux que vous, cela ne fait aucun doute. Vous êtes de pitoyables malandrins, cela non plus ne fait pas l'ombre d'un doute. Ce qui est douteux selon moi est seulement l'issue de cette triste rencontre: je suis routier depuis plus d'années que je n'en puis compter et j'ai pour moi un excellent cheval en plus de mes armes et de mon expérience. Vous avez, vous, l'avantage du nombre et de la jeunesse. Je pense en toute franchise que vous l'emporterez finalement; la question est de savoir lequel d'entre vous survivra à cette escarmouche puisque je me propose de fendre les deux autres à l'aide de l'épée que voici.

Ce disant je fis un léger moulinet de ma lame qui fendit l'air en sifflant joliment. Je vis que le fameux Rupert perdit un peu de sa belle assurance et que le troisième, qui n'avait toujours pas dit un traître mot, avait troqué son air goguenard contre une mine froide.  Mais celui qui s'appelait Stan semblait trouver à s'amuser à cette situation. Il retenait toujours ses compères de ses longs bras maigres et je savais que je n'avais rien à craindre tant qu'il en serait ainsi.

-Allons; restons calmes et bons amis, voulez-vous? Nous n'allons tout de même pas gâter un si bel après-midi en versant le sang... Je suis certain que nous pourrions trouver un moyen de nous entendre sans devoir user de la force. Disons qu'un droit de passage pourrait peut-être suffire à apaiser ce nigaud de Rupert. Qu'en dis-tu, Corben?

Le troisième homme émit une sorte de borborygme disgracieux où l'on distinguait à peine les mots. Je ne saisis pas son propos et, en le regardant plus attentivement, je vis qu'il portait au cou des traces noirâtres laissées sans le moindre doute par une corde.
Stan repris la parole sans attendre.

-Ha! décidément tu parles trop, Corben. Incorrigible pipelette que tu es. Voilà qui est décidé mon bon sire: laissez-nous votre argent et nous nous estimerons satisfaits. Il vous sera toujours loisible d'en gagnez d'avantage à l'avenir, si vous êtes bien le redoutable mercenaire que vous prétendez être. Sinon, faites-en démonstration contre nous trois à l'instant.

Je sus qu'il n'y avait pas d'autre issue que le combat; soit je leur donnais mon or sans assurance qu'ils s'en contenteraient, soit je leur fonçais dedans et tentais d'en tuer un ou deux au passage. Le choix ne fut pas des plus longs à faire. Reprenant ma vieille habitude, je commençai à décompter mentalement à partir de douze tandis que le dénommé Stan continuait son vain babillage.

_________________
Vulnerant Omnes, Ultima Necat.


Dernière édition par Thomov Le Poussiéreux le Mer 28 Jan 2015 - 10:47, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keraad de Gespenst
Comte de la Crypte 2011 et 2015
avatar

Age : 24
Nombre de messages : 657
Date d'inscription : 07/10/2009
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: Le mercenaire   Mer 13 Juin 2012 - 11:09

Je suis finalement parvenu à tout lire avant que tu ne nous remplisse trop de nouvelles pages. Mes commentaire vont (étrangement) rejoindre les précédents: des textes calmes, sans nécessairement beaucoup d'action (pas un seul mort jusqu'ici! dans les Errances, on aurait déjà eu trois armées massacrées!) mais très agréables à lire. De nombreux petits détails qui donnent vie au récit, la personnalité du mercenaire bien exposée, tout ce qu'il faut pour donner envie de lire.

La suite!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arken
Maîtresse des fouets
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 2695
Expérience de jeu (CV) : Depuis juillet 2006 (livre CV fin V6, jeu fin V7)
Date d'inscription : 12/03/2011

MessageSujet: Re: Le mercenaire   Mer 13 Juin 2012 - 22:02

Des textes calmes, certes, mais il semble qu'il va y avoir les premiers morts dans la prochaine partie ! A moins que ce cher Thomov nous fasse un scénario tarabiscoté qui les laisse tous en vie

Il n'y a que deux choses qui me perturbent dans ton texte :
Citation :
toutes les auberges que je croiserais sur la route,

Citation :
laquelle j'avais to
ujours refusé de baptiser.

La suite !

_________________
Les mots sont un don. Les mots sont une arme. Les mots ne se gaspillent pas. P.B.
"Despierta y ponte a soñar"
Ceux qui ne croient pas en la magie ne la trouveront jamais.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomov Le Poussiéreux
Comte de la Crypte 2010 & 2013
avatar

Age : 31
Nombre de messages : 3358
Expérience de jeu (CV) : Ancien Vampire, vieux Chef de Guerre Orque, Favori de Slaanesh depuis peu, nouveau chef de Clan Elfe Sylvain, jeune Poil-au-Menton Nain, vénérable Connétable Bretonnien et très ancien Kuraq Saurus
Date d'inscription : 25/03/2009
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: Le mercenaire   Jeu 14 Juin 2012 - 14:48

La seconde innatention est corrigée; par contre, je ne vois pas très bien où se situe mon erreur dans ta première remarque.
Le sujet de la phrase que tu cites étant bien "je", le verbe croiser s'accorde donc effectivement "croiserais", non? scratch

Quoi qu'il en soit, merci pour vos deux commentaires! Happy

_________________
Vulnerant Omnes, Ultima Necat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arken
Maîtresse des fouets
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 2695
Expérience de jeu (CV) : Depuis juillet 2006 (livre CV fin V6, jeu fin V7)
Date d'inscription : 12/03/2011

MessageSujet: Re: Le mercenaire   Ven 15 Juin 2012 - 10:30

"Je croiserai" n'est pas du futur ? (donc pas de s...)

A moins qu'à force de corriger tout un script, j'ai fait une overdose et que je trouve des fautes là où il n'y en a pas

_________________
Les mots sont un don. Les mots sont une arme. Les mots ne se gaspillent pas. P.B.
"Despierta y ponte a soñar"
Ceux qui ne croient pas en la magie ne la trouveront jamais.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keraad de Gespenst
Comte de la Crypte 2011 et 2015
avatar

Age : 24
Nombre de messages : 657
Date d'inscription : 07/10/2009
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: Le mercenaire   Ven 15 Juin 2012 - 10:58

Bonne question: futur ou conditionnel?

Sachant que le mercenaire ne sait pas s'il croisera des auberges, et si oui combien, je ne suis pas sûr que le temps adapté soit le futur (même si ça parait le plus probable ici).

C'est vraiment très pointu comme détail, donc tant qu'à faire, pourquoi ne pas changer toute la phrase histoire qu'il n'y ait plus d’ambiguïté Mr. Green ?

Keraad, qui ne préfère pas du tout contourner les problèmes plutôt que les résoudre Very Happy

Par contre, dans la phrase "Si tu ne poste pas la suite très vite, je viderais la réserve de fouets d'Arken." c'est bien "viderais", pas de doute sur le temps à employer Tongue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arken
Maîtresse des fouets
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 2695
Expérience de jeu (CV) : Depuis juillet 2006 (livre CV fin V6, jeu fin V7)
Date d'inscription : 12/03/2011

MessageSujet: Re: Le mercenaire   Ven 15 Juin 2012 - 11:04

c'est vrai que c'est ambigüe... Mais je crois que Thomov a juste. C'est du conditionnel "futur dans le passé" je pense.

Citation :
Si tu ne poste pas la suite très vite, je viderais la réserve de fouets d'Arken.

En revanche, cette phrase est fausse. Déjà, tu ne sais pas où j'ai planqué ma réserve
Et ensuite, essaye seulement... Cela fait longtemps que je n'ai pas joué, alors mon armée entière se fera un plaisir de t'accueillir...
A moins bien sûr que tu ne comptes payer tout le matos

_________________
Les mots sont un don. Les mots sont une arme. Les mots ne se gaspillent pas. P.B.
"Despierta y ponte a soñar"
Ceux qui ne croient pas en la magie ne la trouveront jamais.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keraad de Gespenst
Comte de la Crypte 2011 et 2015
avatar

Age : 24
Nombre de messages : 657
Date d'inscription : 07/10/2009
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: Le mercenaire   Ven 15 Juin 2012 - 11:16

Tu as quand même l'esprit assez tordu...en général, quand on dit à l'intention d'un marchand qu'on va "vider sa réserve", le marchand ne comprend pas "je vais te voler". Bien sûr que ça voulais dire que j'achèterais tout (grâce à mes récentes extorsions, je ne manque pas d'argent Devil ).

M'accuser de vouloir voler, pourquoi? Ce n'est pourtant pas dans mes habitudes de m'emparer de ce que je désire par la ruse Whistling

Citation :
Déjà, tu ne sais pas où j'ai planqué ma réserve. Et ensuite, essaye seulement... Cela fait longtemps que je n'ai pas joué, alors mon armée entière se fera un plaisir de t'accueillir...

C'est beau la naïveté...j'ai des yeux un peu partout dans le château (sauf dans l'aile de la modération, ils m'ont plus ou moins menacé de m'étrangler avec mes propres entrailles) et en plus je suis un nécrarque, tu penses vraiment que pour te voler je compte affronter ton armée? Sournoiserie, très chère, tout est là Vampire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arken
Maîtresse des fouets
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 2695
Expérience de jeu (CV) : Depuis juillet 2006 (livre CV fin V6, jeu fin V7)
Date d'inscription : 12/03/2011

MessageSujet: Re: Le mercenaire   Ven 15 Juin 2012 - 11:20

Citation :
Sournoiserie, très chère, tout est là

Je conçois qu'un nécrarque puisse deviner ma cachette grâce à ses petits tours de passe-passe... Mais tu n'apprendras pas la sournoiserie à une lahmiane !

_________________
Les mots sont un don. Les mots sont une arme. Les mots ne se gaspillent pas. P.B.
"Despierta y ponte a soñar"
Ceux qui ne croient pas en la magie ne la trouveront jamais.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomov Le Poussiéreux
Comte de la Crypte 2010 & 2013
avatar

Age : 31
Nombre de messages : 3358
Expérience de jeu (CV) : Ancien Vampire, vieux Chef de Guerre Orque, Favori de Slaanesh depuis peu, nouveau chef de Clan Elfe Sylvain, jeune Poil-au-Menton Nain, vénérable Connétable Bretonnien et très ancien Kuraq Saurus
Date d'inscription : 25/03/2009
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: Le mercenaire   Jeu 14 Fév 2013 - 17:08

Et paf! La suite du Mercenaire!
Vous ne vous y attendiez pas à celle-là! lol
Ca m'a prit comme ça, sans prévenir.
Allez, bonne lecture:

Tout en poursuivant mon décompte, je prêtais mon attention aux trois larrons.

Le grand maigre était le meneur, sans erreur possible ; ce qui signifiait que je ne devais pas le tuer, sans quoi les autres livreraient bataille jusqu’au bout par vengeance, quoi qu’il puisse leur en coûter.
Le râblé n’était pas un problème, si toutefois je parvenais à m’en débarrasser ou à m’en éloigner avant qu’il n’abatte sa masse sur moi ou mon cheval… Il était visiblement mal à l’aise et nerveux et ne ferait probablement rien d’efficace le moment venu.

Le troisième drôle par contre… Celui-là avait quelque chose de dangereux ; il était parfaitement calme, n’attendant que la fin du discours du maigrichon pour agir. L’état de sa gorge m’apprenait qu’il n’en était pas à ses premiers méfaits et je suspectais que s’il avait pu parler, c’est lui qui aurait mené le jeu.

Je remerciais silencieusement Ulrich qu’il n’en fut rien quand j’atteignis enfin le « zéro ». Sans un bruit, je mis en branle ma monture et piquai droit sur Corben en tirant ma dague. Rupert fut pris au dépourvu, comme je m’y attendais et Stan réagit en faisant un bond de côté pour se mettre à l’abri ; trop malin sans doute pour risquer de prendre un mauvais coup.

Mon homme souleva son épée avec une belle vivacité et para le coup avec lequel j’avais l’intention d’achever le travail commencé par la corde.

Mon cheval, habitué à la manœuvre, continua sa course et força mon opposant à s’écarter. Je fis volter ma monture avec l’adresse que donne une longue habitude et entreprit de revenir à la charge.

Un long couteau passa en sifflant à quelques pouces de mon visage, lancé par Stan et qui m’aurait atteint à coup sûr si j’avais poursuivi ma route comme il l’avait escompté au lieu de me retourner.

Je rejoignis Corben, qui m’attendait de pied ferme. Nous échangeâmes quelques passes et je pus prendre la mesure de mon adversaire. Il avait une certaine expérience, mais j’étais meilleur que lui. Sans ses deux comparses, je n’aurais fait de cet homme qu’une bouchée.

Du coin de l’œil, je vis Stan qui se préparait à lancer un second poignard. Je réagis d’instinct et sautai à bas de mon cheval, ce qui me permit d’éviter son second trait. Sans perdre un instant, je bondis sur Corben et lui assénai une série de coup rapides destinés à le faire reculer pour que ses amis ne puissent me cerner. Je parvins à enrouler sa lame dans un mouvement tournant et un instant plus tard, elle volait dans les airs pour se perdre dans les fourrés. Je lui portai alors un coup de taille qu’il ne put ni parer, ni esquiver et qui lui entailla méchamment l’abdomen.

Je n’eus hélas pas l’occasion de pousser plus loin mon avantage car le troisième couteau de Stan se ficha à cet instant dans mon bras gauche, me faisant lâcher ma dague de douleur.

Le souffle coupé, je pris un peu de recul pour évaluer la situation ; veillant soigneusement à me placer entre les malandrins et l’épée perdue dans les bois.

Ce n’était certes pas brillant, mais Corben était hors de combat et Stan n’avait plus ces maudits couteaux. Rupert semblait s’être finalement ressaisit et il entreprit de me tourner par la gauche pendant que Stan en faisait autant par la droite, un gourdin sorti de nulle part à la main.

Je savais que rester immobile signerait mon arrêt de mort. Je ne pouvais pas fuir, il ne restait donc qu’à choisir un adversaire et foncer sur lui pour en finir avant que l’autre ne nous rejoigne.

Toujours convaincu que seul Stan pourrait mettre fin au combat, je choisi Rupert et bondit dans sa direction. Visiblement, il s’y attendait et abattit sur moi sa masse avec une force considérable. Je ne pus que dévier son coup à l’aide de mon épée, mon bras presque complètement engourdit par le choc ; son arme tapa lourdement le sol pavé, faisant voler quelques éclats de pierre.

Mon élan me permit de le déstabiliser et il chancela en arrière. J’en profitai pour me fendre et lui porter une vive estocade qu’un homme plus expérimenté ou plus vif aurait esquivé sans mal. Mais Rupert, n’étant ni l’un ni l’autre, reçut ma lame en pleine poitrine et je pus sentir l’acier traverser sans peine ses habits, sa peau et sa chair.

Il se figea un instant et j’en profitai pour dégager mon arme et me retourner, presque certain que le gourdin de Stan me cueillerait à la tempe ou au poignet ; quoi qu’il choisisse, il était trop tard pour songer à parer le coup…
Mais rien ne vint.

Je le vis, qui m’observait, à quelques pas de distance. Il tenait toujours son gourdin, mais ne semblait plus si sûr de pouvoir me terrasser avec.

Je respirais avec difficulté, cherchant pitoyablement mon air mais faisant tout pour paraître plus frais que je n’étais en réalité. Mon bras gauche me faisait un mal de chien et la tête commençait à me tourner d’avoir perdu tant de sang.

S’il se décidait, j’étais sûr de faillir ; mais je me fis la promesse de donner mes dernières forces pour l’abîmer autant que possible.
J’ignore si c’est ce qu’il lut dans mon regard, mais il renonça manifestement à tenter l’aventure.

-Et bien et bien, dit-il d’une voix moins fanfaronne que précédemment. Vous ne racontiez pas d’histoires, étranger. Il semble que Rupert aurait mieux fait de m’écouter pour une fois… Mais il est trop tard pour lui à ce qu’il semble, n’est-ce pas ? Quant au pauvre Corben, il aura besoin de moi pour refermer son ventre s’il ne veut pas que les miliciens nous suivent en remontant le fil de ses entrailles jusqu’à notre repaire.

Il marqua une pause et accorda un regard à ses deux compagnons, étalés au sol. Corben émettait un long borborygme inarticulé tout en pressant ses deux mains sur son estomac. Rupert ne bougeait plus du tout.

-Qu’allons-nous faire maintenant, damoiseau ? Vous ne valez plus grand-chose avec mon couteau dans le bras, pas vrai ? Mais vous n’avez pas l’air d’un homme prêt à se rendre non plus…

Je crachai par terre et prit la parole en priant Ulrich d’avoir repris assez de souffle pour ne pas sembler trop faible.

-Ne sois pas stupide, mon garçon ; ton camarade à besoin de toi, comme tu l’as dit. Je pense toujours ce que j’ai annoncé tout à l’heure : vous l’emportez finalement. Mais je crois maintenant qu’aucun de vous trois ne me survivra longtemps. Le gros est mort à l’heure qu’il est et l’autre ne vaudra guère mieux dans quelques heures s’il n’est pas soigné. Quant à toi, je jure que je ne te laisserai pas prendre ma vie sans te percer une ou deux fois auparavant.

Ce disant, je fis un nouveau moulinet de ma lame pour souligner mes paroles. Le mouvement m’arracha un grognement de douleur et mon bras blessé me lança plus que jamais.

-Très bien, grand-père, vous gagnez la partie. Remontez sur ce cheval si vous le pouvez et partez. Je me charge de Corben de mon côté et Rupert peut aussi bien nourrir les loups ou les corneilles…

Il se détourna sans plus de cérémonie et fit quelques pas en direction de son compagnon.
Je devais le retenir à tout prix.

-Attends ! Comme tu le vois je suis blessé, grâce à tes bons soins, et mon sang s’écoule de mon bras. La prochaine ville n’est pas si proche et je ne suis pas certain de tenir encore en selle. Je te propose donc un marché…

Je laissai un instant s’écouler, mi pour reprendre haleine et mi pour attirer son attention.
Il pencha la tête de côté, visiblement intrigué.
J’étais sûr de ne pas pouvoir rejoindre la sécurité des murs de la ville à temps pour me faire soigner. Si je tournais de l’œil avant d’y arriver, c’en serait fait de moi. Je n’avais donc pas grand-chose à perdre.

-Conduits-moi à ton repaire et aide-moi à panser cette plaie. En échange, mon cheval charriera ton Corben jusque là et je te paie même dix pistoles de bon argent pour la peine. Je peux t’aider pour ton ami ; j’ai souvent recousu des blessés, tu peux m’en croire. Pour l’autre par contre, plus rien à faire. Comme tu le disais il aurait dû t’écouter, pour une fois…

Ma proposition le prit au dépourvu, mais pas longtemps. L’idée de laisser mon cheval porter Corben et d’une bourse bien pleine eut raison de sa méfiance.

Peut-être pensait-il me trancher la gorge à la première occasion, mais je n’avais guère le choix.

De plus, j’ai appris au fil des années et des batailles que les dieux nous poussent parfois sur de biens étranges chemins, en encore plus étrange compagnie, et que les ennemis de la veille sont parfois les compagnons du lendemain.



J'attends vos avis et commentaires, ladies and gentlemen Happy

_________________
Vulnerant Omnes, Ultima Necat.


Dernière édition par Thomov Le Poussiéreux le Ven 15 Fév 2013 - 8:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arken
Maîtresse des fouets
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 2695
Expérience de jeu (CV) : Depuis juillet 2006 (livre CV fin V6, jeu fin V7)
Date d'inscription : 12/03/2011

MessageSujet: Re: Le mercenaire   Jeu 14 Fév 2013 - 18:21

Enfin un mort Tongue

Bien écrit, agréable... Le blabla habituel quoi Wink
Finalement, je préfère les textes des débutants, il y a plus de choses à dire Lol !

Ton personnage est toujours aussi bien rendu et on a à chaque fois l'impression de voir sa vie défiler devant nos yeux à chaque fois qu'on est dans sa tête. Ah, l'expérience, quelle belle invention Happy

La suite ! Mr. Green

PS : J'espère que tu n'as pas pris trop de retard chez Rubis, car j'ai beaucoup posté ces derniers temps Devil

_________________
Les mots sont un don. Les mots sont une arme. Les mots ne se gaspillent pas. P.B.
"Despierta y ponte a soñar"
Ceux qui ne croient pas en la magie ne la trouveront jamais.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gilgalad
Seigneur vampire
Seigneur vampire
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 3434
Expérience de jeu (CV) : On parle en Comtes Vampires ou du Curriculum Vitæ ?
Date d'inscription : 04/01/2013
Maître floodeur Maître floodeur

MessageSujet: Re: Le mercenaire   Mar 19 Fév 2013 - 14:57

Arken a écrit:

Finalement, je préfère les textes des débutants, il y a plus de choses à dire Lol !

Ça c'est méchant Arken, même si c'est parfois vrai, c'est quand même méchant. Grr



Sinon j'ai lu ton texte à partir d'un autre forum comme je te l'avais dit précédemment. Cependant j'ai lu la suite ici.

Je la trouve excellente, comme le reste du texte. Mais il est vrai qu'elle s'est faite attendre (environ 8 mois).

Ton personnage est bien décrit, de même que les scènes de combat. Même si j'ai du remonter la page pour me souvenir du point de départ de celui-ci et de la rencontre.


Je n'ai qu'une seule chose à te dire: ne te fais pas trop attendre pour la suite ou sinon: Devil




Gilgalad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arken
Maîtresse des fouets
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 2695
Expérience de jeu (CV) : Depuis juillet 2006 (livre CV fin V6, jeu fin V7)
Date d'inscription : 12/03/2011

MessageSujet: Re: Le mercenaire   Sam 23 Fév 2013 - 15:42

Citation :
Ça c'est méchant Arken, même si c'est parfois vrai, c'est quand même méchant.

Je n'ai pas voulue être méchante... Car ces "choses à dire" peuvent très bien être positives Smile
Du genre, des encouragements pour avoir progressé Smile
Et si on critique certains textes, c'est pas parce qu'ils sont mauvais, mais parce qu'ils sont prometteurs et qu'on veut les voir arriver au sommet de leur potentiel Wink

_________________
Les mots sont un don. Les mots sont une arme. Les mots ne se gaspillent pas. P.B.
"Despierta y ponte a soñar"
Ceux qui ne croient pas en la magie ne la trouveront jamais.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gilgalad
Seigneur vampire
Seigneur vampire
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 3434
Expérience de jeu (CV) : On parle en Comtes Vampires ou du Curriculum Vitæ ?
Date d'inscription : 04/01/2013
Maître floodeur Maître floodeur

MessageSujet: Re: Le mercenaire   Dim 24 Fév 2013 - 15:38

Arken a écrit:
Citation :
Ça c'est méchant Arken, même si c'est parfois vrai, c'est quand même méchant.

Je n'ai pas voulue être méchante... Car ces "choses à dire" peuvent très bien être positives Smile
Du genre, des encouragements pour avoir progressé Smile
Et si on critique certains textes, c'est pas parce qu'ils sont mauvais, mais parce qu'ils sont prometteurs et qu'on veut les voir arriver au sommet de leur potentiel Wink

Mea culpa (enfin je crois que ça s'écrit comme ça). J'ai fait un oubli terrible: j'ai oublié écrire ça Very Happy .

Sinon nous sommes d'accord. Et j'avais bien compris ce que tu voulais dire.



Et sinon c'est quand la suite ?





Gilgalad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomov Le Poussiéreux
Comte de la Crypte 2010 & 2013
avatar

Age : 31
Nombre de messages : 3358
Expérience de jeu (CV) : Ancien Vampire, vieux Chef de Guerre Orque, Favori de Slaanesh depuis peu, nouveau chef de Clan Elfe Sylvain, jeune Poil-au-Menton Nain, vénérable Connétable Bretonnien et très ancien Kuraq Saurus
Date d'inscription : 25/03/2009
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: Le mercenaire   Dim 24 Fév 2013 - 18:01

On y travaille, on y travaille...

J'espère prochainement refaire quelques rapports de bataille pour les Errances, mais j'y songe. Happy

Merci pour vos avis quoi qu'il en soit respect

_________________
Vulnerant Omnes, Ultima Necat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomov Le Poussiéreux
Comte de la Crypte 2010 & 2013
avatar

Age : 31
Nombre de messages : 3358
Expérience de jeu (CV) : Ancien Vampire, vieux Chef de Guerre Orque, Favori de Slaanesh depuis peu, nouveau chef de Clan Elfe Sylvain, jeune Poil-au-Menton Nain, vénérable Connétable Bretonnien et très ancien Kuraq Saurus
Date d'inscription : 25/03/2009
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: Le mercenaire   Mer 4 Sep 2013 - 12:20

Et oui, après plusieurs mois sans nouvelles, voici la suite des aventures de mon riant mercenaire.
J'essaie toujours de préserver cette ambiance particulière malgré le temps qui s'écoule entre deux textes, j'espère que c'est réussi et que ça vous plaira.


Stan et moi marchions en silence; Corben, étendu en travers de ma monture, gémissait affreusement.
Il ne pouvait pas tenir droit, aussi avais-je pansé sa blessure de mon mieux avant d'aider son comparse à le hisser sur le cheval. Puisqu'il aurait été impossible pour lui de voyager de la sorte sur le dos, nous avions pris la décision de l'étendre sur le ventre. La douleur de sa plaie pressée contre le cuir de la selle devait être insoutenable, mais nous n'avions pas le choix. Du moins ses plaintes nous apprenaient-elles à la fois qu'il était toujours en vie, et qu'il était toujours conscient.
J'avais fait pour ma part un rapide bandage humide pour tenter d'arrêter le saignement de mon épaule mais en vain. La lame de Stan s'y était plantée plus profondément que je ne l'avais d'abord cru et le linge était déjà écarlate.

J'implorais Ulrich que ce damné campement fut proche quand l'orage qui menaçait depuis le matin se décida à éclater. La pluie tomba soudain si dru que je ne voyais pratiquement plus où je posais les pieds. Stan fit halte et, sans se départir de son foutu sourire, il sortit une flasque de l'intérieur de sa tunique. Il la déboucha et la porta à ses lèvres. Il but une longue rasade avant de s'essuyer la bouche d'un revers de son habit sale; puis il me tendit le flacon.

-Tiens, Damoiseau, ça réchauffera ta vieille carcasse. Tu risquerais bien de rouiller avant demain, sans ça.

Je pris la flasque sans prêter attention à ses plaisanteries imbéciles et bu une longue gorgée. Il s'agissait d'un infect breuvage que je le soupçonnais de distiller lui-même tant le goût en était déplaisant, mais il me réchauffa en effet et me donna le coup de fouet dont j'avais grand besoin pour poursuivre notre route.
Stan repris son bien et le fit habilement disparaître dans l'une des innombrables poches que semblait receler ses habits dépareillés. Il ne manquait pas d'adresse, comme j'avais pu en juger quand son dernier couteau s'était planté dans mon bras et ses gestes étaient vifs et fluides. Nul doute qu'il devait faire un voleur tout à fait respectable. Je pris note de recompter régulièrement mon argent si je ne voulais pas quitter ce drôle sans un sou vaillant.

Nous reprîmes notre marche, Stan ouvrant  le chemin et moi menant ma monture par le licou. Quand il s'arrêta enfin pour annoncer que nous étions arrivés, j'aurais donné cher pour une seconde rasade de son abominable alcool; la tête me tournait et mon bras me lançait plus que jamais. Nous avions marché un long moment et j'étais trop concentré à mettre un pied devant l'autre sans m'écrouler pour tenter de prendre le moindre repère. Désormais, j'étais tout à fait perdu et devrais m'en remettre à la bonne volonté de Stan pour retrouver mon chemin; sans ses indications, je pourrais tourner des jours entiers en vain dans les immenses forêts de l'Empire...

Après avoir attaché mon cheval, nous fîmes descendre Corben aussi délicatement que faire se pouvait et le transportâmes à l'abri. Nous pénétrâmes dans une grotte habilement dissimulée par la végétation. L'intérieur était assez grand pour loger trois personnes et entreposer un peu de matériel là où le plafond était trop bas pour se tenir debout. Manifestement, ils occupaient les lieux depuis plusieurs semaines au bas mot. De minces paillasses trainaient dans un coin, presque entièrement couvertes de petits objets de toutes sortes, sans doute le produit de leurs récentes rapines. Au centre de la grotte avait été aménagé un espace pour le feu et je vis qu'une mince fissure dans la pierre permettait à la fumée de s'échapper librement. Une fois que nous eûmes déposé Corben sur sa couche, Stan s'approcha du feu et entreprit de l'attiser tout en lui remettant du combustible pour que les braises reprennent.

-Allons, venez par ici Grand-père, nous allons voir s'il est possible de nous sécher un peu. Ce n'est pas le palais de Wolfram, mais ça devra bien suffire, même pour une personne de votre qualité. Vous héritez de la couche de Rupert; Taal me pardonne, j'espère que vous n'avez pas le nez trop délicat...

Je souris malgré moi à ces paroles; Stan semblait ne jamais se départir de son humeur guillerette quelles que soient les circonstances et sa compagnie me distrayait quelque peu de ma douleur et de mes courbatures. Je me demandai un instant à qui il faisait référence puis, ne voyant vraiment pas, je décidai de lui poser la question.

-Ne cesses-tu donc jamais de sourire à la vie, quoi que le sort te réserve? La journée m'a semblé assez rude et si j'en juge d'après ce que je vois ici, votre quotidien me paraît peu enviable. Et qui est donc ce Wolfram qui vit dans un palais? Un cousin à toi, peut-être?

Stan éclata de rire à cette dernière question.

-Vous ne connaissez pas Wolfram? Ha, vraiment vous n'êtes pas d'ici! Il s'agit rien moins que du Comte Electeur d'Ostermark, Wolfram Hertwig; et il n'est hélas pas mon cousin. Quant à votre première question, ma nature est ainsi faite. Corben était comme ça lui aussi il y a quelques années, mais la corde l'a rendu taciturne. Personne ne semble plus comprendre ce qu'il dit, à l'exception de moi bien sûr, ce qui tempère assez bien sa bonne humeur d'autrefois. Allons, prenez ce qu'il vous faut et soignez ce pauvre bougre avant qu'il ne s'en aille dîner avec le vieux Morr, lui aussi...

Je ressortis et pris dans mes fontes mon matériel de soin. Ma monture n'appréciait pas de se retrouver dehors par un temps pareil, mais je ne pouvais rien y faire. Tout en la caressant, je lui murmurai à l'oreille que nous ne resterions pas plus que nécessaire.
Une fois à l'intérieur, j'entrepris de m'occuper du larron à qui j'avais entaillé le ventre à peine deux heures plus tôt et qui avait finalement perdu connaissance. Le coup n'était pas mortel et il se remettrait rapidement s'il prenait du repos. Tout à mon ouvrage de couture, j'observai que Stan ne nous quittait pas du regard. Manifestement, il était anxieux du sort de son ami.

-Il s'en sortira s'il reste un peu au calme. C'est l'affaire d'une semaine ou deux, voilà tout. Depuis combien de temps vous connaissez-vous?

-Depuis toujours, damoiseau, Corben est quant à lui bel et bien mon cousin; de sept ans mon ainé. Nous formions une sacré bande avant qu'ils ne le pendent.

-Comment est-ce arrivé?

Stan mit quelques instants à répondre. Quand il le fit, sa voix avait perdu ses accents goguenards. Le souvenir devait être pénible.

-Nous brigandions joyeusement en ville, usant de ruse et d'adresse pour délester les bourgeois. Corben était le chef, et il fut finalement pris et jugé. Il se vantait souvent de connaître une filouterie pour échapper à la mort, mais ça n'a pas aussi bien fonctionné qu'il l'aurait souhaité, apparemment.

-Que veux-tu dire? Il est toujours vivant. Comment peut-on survivre à la pendaison?

-Il avait placé une sorte de tube de métal dans sa gorge, relié à ses dents par un fil pour ne pas l'avaler. Quand la corde à serré son cou peu à peu, il a pu  continuer à respirer tant bien que mal. Tout le monde le croyait mort et son corps devait rester en exemple pour décourager les voleurs. A la nuit tombée, on est allé le décrocher et on a pris la fuite dans les bois. Il était toujours en vie, mais son cou est à moitié écrasé et il ne peut plus prononcer les mots correctement désormais. Il est resté plus de sept heures à se balancer au bout de cette maudite corde en faisant semblant d'être mort. Sept saloperies d'heures à suffoquer sans pouvoir rien y faire d'autre que s'accrocher en attendant qu'on le descende. Je ne l'ai plus vu sourire à dater de ce jour-là.

Sans plus un mot, je finis de recoudre l'homme inconscient puis m'occupai de ma propre plaie au bras. Stan farfouilla quelques instants dans le fourbis qui s'amoncelait près de sa propre paillasse et trouva finalement quelques provisions de viande séchée et de pain dur. Il m'adressa un bref sourire et sa voix redevint plus joyeuse à l'idée de manger.

-J'espère que malgré ton âge tu as encore de bonnes dents, jouvenceau, tu risques d'en avoir grand besoin.

Sans m'offusquer de ces incessantes petites piques, je pris la nourriture qu'il me tendait et entreprit de la manger lentement. Entre deux bouchées, je repris la parole.

-Et Rupert? De ta famille également?

La question était délicate, mais si je devais passer plusieurs jours avec lui, je devais savoir à quoi m'en tenir.

-Non, il était la dernière recrue de notre petite bande avant la pendaison. Pas très brillant, mais fort comme un taureau. Quand tous les autres se sont enfouis en pensant que Corben était mort, lui seul est resté. Il ne savait pas quoi faire d'autre, tout simplement. Il n'était pas assez malin pour se débrouiller sans nous, alors il est venu avec moi pour décrocher Corben et puis il nous a suivi... jusqu'à aujourd'hui.

Il laissa un silence s'installer, le regard perdu dans les flammes de son feu et je ne parvenais pas à décider s'il était en colère ou soulagé de la mort du gros homme. Je me dis qu'il valait mieux crever l'abcès.

-Je suis désolé, dis-je maladroitement.

Il répondit aussitôt, mais sans détourner le regard du brasier.

-Pourquoi? C'était lui ou toi, l'étranger, tu le sais fort bien. A ta place, il n'aurait pas hésité une seconde et t'aurait abattu avec sa stupide masse. Je suis un brigand minable et je vis dans une grotte pour me cacher de la milice, mais je ne suis pas un idiot; je sais à quel jeu je joue et j'en connais les règles. Quand on veut dépouiller un homme, il ne faut pas s'attendre à ce qu'il fasse dans la dentelle. Je n'ai pas de colère pour ce qui s'est passé aujourd'hui, damoiseau. Tu peux dormir sur tes deux oreilles. Ranald m'en est témoin, je jure de ne pas te trancher la gorge pendant ton sommeil.

Sur quoi il me jeta un regard oblique puis éclata soudainement de rire devant ma mine surprise. J'attendis encore un peu que mes vêtements sèchent puis je m'étendis sur la paillasse de Rupert. J'avais besoin de repos et ne pourrais de toute façon pas veiller jusqu'à ce que Stan s'endorme.
Je fermai les yeux.


J'attends vos commentaires avec beaucoup d'impatience Happy 

_________________
Vulnerant Omnes, Ultima Necat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arken
Maîtresse des fouets
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 2695
Expérience de jeu (CV) : Depuis juillet 2006 (livre CV fin V6, jeu fin V7)
Date d'inscription : 12/03/2011

MessageSujet: Re: Le mercenaire   Mer 11 Sep 2013 - 22:06

Hey Smile

J'avais déjà lu il y a plusieurs jours, mais je n'avais pas l'occasion de te répondre Camouflé Ninja 
Du coup, comme j'ai miraculeusement internet à portée de main, j'en profite Very Happy 

Je me souviens plus trop de ce qui s'était passé avant cette suite, mais la façon dont tu racontes nous permet de ne pas être perdu Happy 
Et forcément, c'est toujours agréable et bien écrit, l'ambiance est là Wink 

Ça fait plaisir d'avoir enfin la suite d'un de tes récits, cher Thomov Smile 
Mais bon... On est en période concours, donc je te ferai grâce de mes demandes de suite lol 

_________________
Les mots sont un don. Les mots sont une arme. Les mots ne se gaspillent pas. P.B.
"Despierta y ponte a soñar"
Ceux qui ne croient pas en la magie ne la trouveront jamais.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomov Le Poussiéreux
Comte de la Crypte 2010 & 2013
avatar

Age : 31
Nombre de messages : 3358
Expérience de jeu (CV) : Ancien Vampire, vieux Chef de Guerre Orque, Favori de Slaanesh depuis peu, nouveau chef de Clan Elfe Sylvain, jeune Poil-au-Menton Nain, vénérable Connétable Bretonnien et très ancien Kuraq Saurus
Date d'inscription : 25/03/2009
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: Le mercenaire   Jeu 12 Sep 2013 - 8:29

Tu peux toujours demander la suite à corps et à cris, tu sais depuis tout ce temps que ça vient quand ça vient et surtout quand j'ai le temps de m'y mettre lol 

Bon, je suis très content que cette suite te plaise; ça fait tout drôle de reprendre ce récit après autant de temps, mais je dois dire que même s'il avance extrêmement lentement, j'adore cette ambiance si particulière qui me change agréablement de mes autres textes.

Ps: si tu ne te souviens plus des épisodes précédents, il n'existe qu'une seule solution: les relire! Tongue 

_________________
Vulnerant Omnes, Ultima Necat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gilgalad
Seigneur vampire
Seigneur vampire
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 3434
Expérience de jeu (CV) : On parle en Comtes Vampires ou du Curriculum Vitæ ?
Date d'inscription : 04/01/2013
Maître floodeur Maître floodeur

MessageSujet: Re: Le mercenaire   Jeu 12 Sep 2013 - 16:37

Je viens juste de le lire et je ne peux te dire qu'une seule chose : continue comme ça.

C'est toujours aussi bien écrit Smile  Evidemment il y a le problème de la lenteur des parutions mais il suffit de relire rapidement l'épisode précédent pour se remettre l'histoire en tête. En tout cas ça marche pour moi.

Sinon j'attends évidemment la suite mais pas de sitôt vu qu'il y a le concours (dont je dois encore écrire le texte Blushing ) et que les parutions d'épisodes sont "très" espacées.



Gilgalad



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alaric
Champion squelette
Champion squelette
avatar

Age : 35
Nombre de messages : 63
Expérience de jeu (CV) : Connétable Bretonnien depuis des années, jeune noble haut elfe et nouvellement investi chef d'un petit clan skaven
Date d'inscription : 08/09/2009

MessageSujet: Re: Le mercenaire   Mer 22 Jan 2014 - 10:37

Rattrapé  Happy 
Désolé de lire et de réagir si tard

Très très chouette récit... On s'attache au héros je trouve...un gars qui a tout vu, qui est un peu revenu de tout...
Bon les hommes sangsues de ce forum vont certainement vouloir m'écorcher vif mais cette histoire est l'égale en qualité des errances je trouve (voire même de meilleure facture , non?)
J'adore les descriptions de l'Empire, Ulrich pourrait continuer à voyager comme ça indéfiniment sans réellement trouver une quête que ça ne serait pas plus mal... On voudrait le voir nous faire un tour de l'Empire (voire de passer les frontières) Ca fait un peu Road movie, l'ambiance est vraiment bien rendue

en tout cas tu comptes un lecteur assidu de plus des aventures d' Ulrich von Beckdorf.

Penses tu plancher sur une suite ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Von Essen
Collecteur de Sang
avatar

Age : 21
Nombre de messages : 3641
Expérience de jeu (CV) : 5 ans
Date d'inscription : 22/12/2013

MessageSujet: Re: Le mercenaire   Mer 22 Jan 2014 - 17:46

Très intéressant !

Tout d'abord, grand merci à Alaric d'avoir attiré mon attention sur ce récit tout particulier et immanquablement agréable à lire  Cool 

L'ambiance et la narration suivent une qualité exemplaire ; la seule chose qui m'a un peu intrigué est la longueur (lenteur ?) et la... beauté (comment dire ?) des répliques du mercenaire, il pourrait tout aussi bien s'exprimer devant une cour de nobles de province sans rougir pour son langage  Rolleyes 
Peut-être est-ce une trace de l'éducation qu'il a reçue il y a bien longtemps, on ne sait où...

En tout cas, très intéressant récit, j'attends la suite le temps qu'il faudra  Clap

_________________
L'eau, ça mouille. Et ça fait des vagues puis ça devient plat. Et on voit dedans comme dans une vitre. Et ça fait froid quand ça mouille.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alaric
Champion squelette
Champion squelette
avatar

Age : 35
Nombre de messages : 63
Expérience de jeu (CV) : Connétable Bretonnien depuis des années, jeune noble haut elfe et nouvellement investi chef d'un petit clan skaven
Date d'inscription : 08/09/2009

MessageSujet: Re: Le mercenaire   Jeu 23 Jan 2014 - 8:39

Et bien à mon tour de te remercier Von Essen , je n'avais pas vu qu'il y avait une deuxième page au récit!! je m'étais arrêté juste avant la funeste rencontre avec les trois malandrins; sans ton intervention je ratais une bonne partie de l'histoire.

Ulrich aurait t'il trouvé en Stan  un compagnon à ses pérégrinations ?? perso j'aurai préféré le jeune Kieslevite ( je suis sur qu'Ulrich aussi en fait )

Sinon juste une remarque :

Thomov Le Poussiéreux a écrit:


[i][b]Tout en poursuivant mon décompte, je prêtais mon attention aux trois larrons.

Le grand maigre était le meneur, sans erreur possible ; ce qui signifiait que je ne devais pas le tuer, sans quoi les autres livreraient bataille jusqu’au bout par vengeance, quoi qu’il puisse leur en coûter.

Il y a deux écoles à ce sujet , souvent à peine le meneur éliminé, les sbires décampent déjà comme des rats...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomov Le Poussiéreux
Comte de la Crypte 2010 & 2013
avatar

Age : 31
Nombre de messages : 3358
Expérience de jeu (CV) : Ancien Vampire, vieux Chef de Guerre Orque, Favori de Slaanesh depuis peu, nouveau chef de Clan Elfe Sylvain, jeune Poil-au-Menton Nain, vénérable Connétable Bretonnien et très ancien Kuraq Saurus
Date d'inscription : 25/03/2009
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: Le mercenaire   Mer 12 Fév 2014 - 10:07

Tout dépend naturellement du rapport qu'ils entretiennent; il s'agit ici manifestement de compagnons de route qui se connaissent et s'entendent plutôt bien, pas de brutes menées d'une main de fer par un chef qui s'impose par la force...

Je suis très content et très honoré d'avoir deux lecteurs en plus pour suivre les aventures palpitantes de ce bon vieux mercenaire  Happy 
Il se trouve que j'ai commencé une suite voici une semaine ou deux, il faut juste que je trouve le temps de la terminer et je vous poste ça.

_________________
Vulnerant Omnes, Ultima Necat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomov Le Poussiéreux
Comte de la Crypte 2010 & 2013
avatar

Age : 31
Nombre de messages : 3358
Expérience de jeu (CV) : Ancien Vampire, vieux Chef de Guerre Orque, Favori de Slaanesh depuis peu, nouveau chef de Clan Elfe Sylvain, jeune Poil-au-Menton Nain, vénérable Connétable Bretonnien et très ancien Kuraq Saurus
Date d'inscription : 25/03/2009
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: Le mercenaire   Mer 4 Juin 2014 - 15:54

Et oui, plus personne n'y croyais mais j'étais sûr qu'un jour ou l'autre le bon Ulrich von Beckdorf ferait à nouveau parler de lui!
Ce jour est enfin venu.  Rock & Roll 

Bon, comme d'habitude ce récit est spécial pour moi puisque le style est tout de même assez différent de ce que je fais d'habitude; j'espère avoir réussit à en préserver tout le sel malgré presque une année écoulée.

Bonne lecture à toutes et à tous.

Il ne me trancha pas le col cette nuit-là.

Je m'éveillai sur la même paillasse crasseuse un peu après le lever du soleil. L'odeur qui régnait dans la grotte était un mélange de sueur rance, de fumée et de sang; un mélange âcre sans le moindre doute, mais pas tellement pire que celui que produit une pleine tente de soudards après quelques semaines de campagnes. Moi et mes vieilles habitudes de soldat...

Stan était sorti, visiblement, et Corben était toujours inconscient. Ces quelques heures de répit lui feraient le plus grand bien, coupé de la douleur. Je jetai discrètement un œil sur ses bandages et les tâtai pour m'assurer qu'ils n'étaient pas souillés de sang. Satisfait, j'adressai rapidement une prière coutumière à Shallya pour qu'elle prenne soin de ce misérable. Moi, je ne pouvais plus grand chose pour lui.

Je sorti pour prendre l'air autant que pour pouvoir enfin me tenir debout sans que ma tête ne racle sur la voûte de cette grotte sordide.

Stan n'était nulle part en vue. Je me trouvai un buisson à ma convenance et entreprit de délasser mon haut de chausse pour me soulager. Mon cheval hennit de mécontentement; non seulement je le laissais dehors toute la nuit, mais j'avais encore l'outrecuidance de faire passer mes besoins personnels avant de lui servir son repas?!

Je me pris à sourire à cette pensée grotesque et décidai que je ferais une exception pour ce cheval en lui donnant un nom; et des plus illustres!

Je lui caressai la tête et lui donnai une pomme pour qu'il cesse ses jérémiades tout en lui susurrant quelques mots à l'oreille:

-Te rends-tu compte, compagnon? Tu vas être nommé; c'est un grand privilège. Comme tu es impérieux dans tes souhaits et que tu poses sur toutes choses en ce monde un regard de digne propriétaire, quel nom pourrait mieux te convenir que Dieter le Magnifique? C'est un prénom prestigieux qui ne présente qu'un seul inconvénient: c'est déjà celui de mon frère aîné. Le premier né de la fratrie de von Beckdorf, grand héritier de la fortune et de la demeure familiale et éternel rabroueur de ses cadets, moi en particulier. S'il apprend que tu te nommes d'après lui, il est capable de toutes les extrémités alors voilà ce que je te propose: si tu sais tenir ta langue sur le sujet, je saurai tenir la mienne.

A ces mots et comme il avait terminé d'engloutir la pomme que je lui avait donné, Dieter émit un souffle et frotta affectueusement sa tête contre moi.

-Et bien, c'est décidé alors! Dieter le Magnifique...

Je lui servi une ration de fourrage et le laissai manger tout à son aise.
Je m'étirai alors et je senti mon dos qui craquait en plusieurs endroits; je n'avais décidément plus l'âge de passer mes nuits seulement séparé du sol rocheux par deux centimètres de paille moisie. Il me faudrait trouver un plus digne couchage sans délais sous peine de rester coincé à demi penché comme un vieillard.

Stan revint deux bonnes heures plus tard alors que j'étais occupé à faire boire Corben qui était finalement revenu à lui et ne cessait depuis de geindre et de marmonner en produisant ces infects petits bruits que j'avais déjà entendu la veille. Je ne parvenais pas à distinguer un seul mot dans tout ce flot de sons répugnants, mais il n'était pas bien difficile de savoir ce dont avait besoin un homme qui venait de passer une rude nuit avec le ventre à moitié ouvert...

-Vous êtes encore ici, damoiseau? J'aurais cru retrouver Corben mort et tous nos biens dérobés.

Encore une de ses stupides plaisanteries; tout ce que j'aurais pu ramasser ici n'aurait pas valu un sou. Je décidai de rentrer dans son jeu.

-L'idée m'a effleuré un instant, mais je n'ai trouvé que des puces et quelques cadavres de rats en fouillant vos affaires. Et puis, un inconnu m'a un jour laissé dormir dans sa grotte sans me trancher la gorge dans mon sommeil; je me sentais redevable je présume...

Stan fit un grand sourire et posa près du foyer un couple de lapins.

-Excellent état d'esprit, damoiseau! Voici de quoi ne pas mourir de faim encore pour un moment. Les collets nous nourriront encore quelques semaines, jusqu'à ce que l'hiver soit sur nous.

-Et que ferez-vous ensuite?

-Nous irons en ville, probablement. Il fera trop froid pour vivre dans cette grotte et n'importe comment il n'y aura plus assez à manger, même sans le gros ventre de Rupert à remplir.

Je jetai un regard à Corben qui s'était rendormi avant de revenir sur Stan.

-Ils vous laisseront entrer? Corben passe difficilement inaperçu avec son cou noir et son langage bizarre. Je ne connais pas beaucoup de ville qui acceptent ce genre de personne.

Stan dépiautait consciencieusement ses lapins.

-Peut-être bien, peut-être pas... A quoi servirait de m'en inquiéter maintenant? Si je ne trouve pas de quoi nous nourrir d'ici-là il ne sera pas utile de s'en faire d'avantage. Ha! Et j'ai encore une pleine bourse de bon argent qui m'attend à votre ceinture, si ma mémoire est bonne.

-Elle l'est, à n'en pas douter! dis-je en comptant les dix pièces que je lui avais promises. Voici ce que nous avions convenu.

Stan tendit sa grande main pour recevoir la somme et empocha le tout rapidement.

-Comme il est agréable de traiter avec un gentilhomme; c'est si rare dans notre métier.

Nous n'ajoutâmes plus rien pendant quelques minutes, puis je revins à la charge.

-Dix pistoles ne vous tiendront pas chaud tout l'hiver, tu le sais bien.

Stan embrocha l'un des lapins sur une branche et le positionna en équilibre au dessus du feu.

-Que veux-tu que j'y fasse? Nous volerons comme nous l'avons toujours fait; c'est tout ce que nous savons faire.

-Je suis d'avis que vous méritez mieux. J'ai tâté de ton lancer de couteau, et tu es plutôt bon. Quant à Corben, il sait manier une épée et il est encore assez jeune pour apprendre à le faire mieux.

-Et qui lui apprendra? Toi, damoiseau?

-Et pourquoi pas? Je suis seul sur les routes et vieux à ne plus me souvenir de mon âge, comme tu te plaisais tant à me le rappeler encore hier. Un peu de compagnie ne me ferait pas de mal.

-Et devenir routier? Mercenaire?

-C'était bien mon idée. Je suis las de me battre pour des idiots et des jeunots qui n'y entendent rien. Battez-vous à mes côtés et je vous formerai comme je pourrai. Ensuite nous trouverons d'autres compagnons dans le Sud et aussi de l'embauche.

Stan contempla notre maigre repas qui grésillait sur sa branche, puis jeta un regard à Corben, toujours endormi.

-Je lui en parlerai tout à l'heure. Il faut qu'il se repose. Nous ne serions pas prêts à partir avant plusieurs jours; et même alors, nous te ralentirions.

-Ais-je donc l'air si pressé? Je comptais passer quelques jours en ville à dormir dans un bon lit et me faire masser le dos et le reste dans un bordel; vous n'aurez qu'à me rejoindre quand vous serez fatigués de vous caresser l'un l'autre.

Stan éclata de rire et me donna une grande claque dans le dos qui réveilla ma douleur dans le bras.

-Ha! Entendu damoiseau, nous ferons comme tu dis! Quand Corben sera capable de marcher nous te rejoindrons en ville.

Mi grimaçant de douleur, mi riant de bon cœur, je tendis une main franche à ce grand jeune homme étrange qu'Ulric en personne avait placé sur ma route.

-Ulrich von Beckdorf, mon garçon.

Il la saisit et sa poigne recelait autant de force que d'enthousiasme.

-Stanislas Kleineriese, grand-père.

_________________
Vulnerant Omnes, Ultima Necat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gilgalad
Seigneur vampire
Seigneur vampire
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 3434
Expérience de jeu (CV) : On parle en Comtes Vampires ou du Curriculum Vitæ ?
Date d'inscription : 04/01/2013
Maître floodeur Maître floodeur

MessageSujet: Re: Le mercenaire   Mer 4 Juin 2014 - 17:07

ENFIN !!!!!!!!Wow Wow 

C'est toujours aussi bien. J''attends avec impatience la suite maintenant en espérant ne pas avoir à attendre plusieurs mois avant de l'avoir.  Very Happy 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arken
Maîtresse des fouets
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 2695
Expérience de jeu (CV) : Depuis juillet 2006 (livre CV fin V6, jeu fin V7)
Date d'inscription : 12/03/2011

MessageSujet: Re: Le mercenaire   Mer 4 Juin 2014 - 19:40

Ah, quelle fraicheur que la suite de ce bon vieux Ulrich  Smile 
Tu as le droit de garder ton rythme et de nous donner bientôt la suite  Very Happy 
(et surtout de rester dans le feu de l'action quand il s'agira de continuer la nôtre  Innocent )

_________________
Les mots sont un don. Les mots sont une arme. Les mots ne se gaspillent pas. P.B.
"Despierta y ponte a soñar"
Ceux qui ne croient pas en la magie ne la trouveront jamais.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Von Essen
Collecteur de Sang
avatar

Age : 21
Nombre de messages : 3641
Expérience de jeu (CV) : 5 ans
Date d'inscription : 22/12/2013

MessageSujet: Re: Le mercenaire   Dim 10 Mai 2015 - 20:19

Les voies d'Ulrich sont impénétrables... Un retournement de situation magnifiquement narré !  Clap 
Ma curiosité sera entièrement satisfaite quand on en saura un peu plus sur le passé du héros principal, ainsi que sur le passé de Stanislas, le nouveau venu  respect 

+1 pour Arken : la rareté des suites de cette histoire leur donne un aspect de verre d'eau dans le désert ! J'aime !  Cool

EDIT : je repasse par ici, parce qu'avant j'étais passé jeter un oeil sur le forum impérial, et qu'il y avait ton récit... Et puis je m'interrogeais du coup s'il n'était pas un peu oublié, depuis le temps... Gniié !
La suite ! Very Happy

_________________
L'eau, ça mouille. Et ça fait des vagues puis ça devient plat. Et on voit dedans comme dans une vitre. Et ça fait froid quand ça mouille.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomov Le Poussiéreux
Comte de la Crypte 2010 & 2013
avatar

Age : 31
Nombre de messages : 3358
Expérience de jeu (CV) : Ancien Vampire, vieux Chef de Guerre Orque, Favori de Slaanesh depuis peu, nouveau chef de Clan Elfe Sylvain, jeune Poil-au-Menton Nain, vénérable Connétable Bretonnien et très ancien Kuraq Saurus
Date d'inscription : 25/03/2009
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: Le mercenaire   Ven 15 Mai 2015 - 23:27

J'ai commencé une suite il y a déjà un moment, il faudrait que je me replonge un peu dedans pour retrouver le rythme particulier.
J'ai beaucoup d'affection pour ce vieux mercenaire, il ne tombera pas dans l'oubli de sitôt respect

_________________
Vulnerant Omnes, Ultima Necat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le mercenaire   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le mercenaire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Marchombre et Mercenaire?
» Le Mercenaire (Axel Kilgore)
» Mercenaire Viking
» Mercenaire
» SERIE JEUNESSE - BOBA FETT T1 - Apprenti mercenaire (Bisson)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armées Comtes Vampires et mort-vivants :: 
La Bibliothèque
 :: Récits, Fanfics et Fanart
-
Sauter vers: