Armées Comtes Vampires et mort-vivants


 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Nécrøsis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
Arcanide valtek
Seigneur vampire
Seigneur vampire
avatar

Age : 26
Nombre de messages : 2436
Expérience de jeu (CV) : Depuis Mai 2006
Date d'inscription : 24/05/2010

MessageSujet: Re: Nécrøsis   Mar 25 Jan 2011 - 19:22

En fait, l'histoire de Vashanesh est détaillée dans "les maîtres de la nuit" (loué soit ce livre). Il y est dit qu'il est un lointain descendant de Nagash (par je ne sais plus quelle branche) qui a servi sous les ordres du général Setep, celui qui a pris Khemri au père de Neferata. Mais il l'a trahi pour se rendre à Lahmia afin d'aider la reine à lutter contre Setep.

Lorsqu'il est arrivé, il a été immédiatement reçu par la Neferata, malgré une antipathie flagrante de la cour vampirique dont Abhorash fait partie. Mais il a fait une si forte impression à Neferata, notamment en bravant Abhorash qui le menaçait de son épée, qu'elle ordonna qu'on les laisse seuls. À la suite de cet entretien, Vashanesh a reçu la dernière dose de l'élixir, et lui et Neferata se sont mariés. Il n'y a donc pas de temps morts entre son arrivée à la cité et son mariage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vg11k
Comte de la Crypte 2014
avatar

Age : 26
Nombre de messages : 674
Date d'inscription : 19/07/2010
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: Nécrøsis   Mar 25 Jan 2011 - 20:25

A...

voila qui fout en l'air tout mon récit....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vg11k.tumblr.com/
Arcanide valtek
Seigneur vampire
Seigneur vampire
avatar

Age : 26
Nombre de messages : 2436
Expérience de jeu (CV) : Depuis Mai 2006
Date d'inscription : 24/05/2010

MessageSujet: Re: Nécrøsis   Mar 25 Jan 2011 - 20:36

J'en suis désolé, sincèrement. Je n'avais pas l'intention de détruire ton récit.

Après, il n'est pas nécessaire qu'il soit en accord avec le fluff officiel de GW pour marcher. Il faut savoir que de très nombreux livres de la BL sont remplis de contradictions du même genre, et pourtant GW ne les discrédite pas du tout. Tu sembles avoir un des meilleurs récits de la section, alors je ne pense pas que tu devrais l'arrêter ou le modifier pour des détails fluffiques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kaass
Squelette
Squelette


Nombre de messages : 43
Date d'inscription : 17/11/2009

MessageSujet: Re: Nécrøsis   Mer 9 Fév 2011 - 2:37

Encore du très bon, ta façon d'écrire est toujours aussi agréable, continue comme sa Wink

Ah oui juste un ptit mini reproche: bosse plus vite allez, c'est quoi sa, on baisse la cadence hein ???? m'enfin Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomov Le Poussiéreux
Comte de la Crypte 2010 & 2013
avatar

Age : 31
Nombre de messages : 3358
Expérience de jeu (CV) : Ancien Vampire, vieux Chef de Guerre Orque, Favori de Slaanesh depuis peu, nouveau chef de Clan Elfe Sylvain, jeune Poil-au-Menton Nain, vénérable Connétable Bretonnien et très ancien Kuraq Saurus
Date d'inscription : 25/03/2009
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: Nécrøsis   Mer 9 Fév 2011 - 15:12

Bonsoir, bonsoir!
Tout d'abord une appréciation générale: ce chapitre est excellent (on finirait presque par se lasser de le dire, tu devrais pondre un truc tout pourri juste une fois pour changer...)!
Concernant les questions de fluff, je ne retiendrai qu'une seule chose: il est vraiment temps que je fasse main basse sur un exemplaire des "Maîtres de la Nuit"!!

Maintenant, je ne pense pas non plus que quelques entorses au fluff officiel soient d'une grande importance.
Le récit est excellent, il est cohérent, rythmé, haletant même par moment, les personnages sont attachants, l'ambiance est en béton armé et le décor est pour le moins exotique; alors franchement, ces quelques digressions fluffiques ne me chatouillent pas beaucoup...

_________________
Vulnerant Omnes, Ultima Necat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vg11k
Comte de la Crypte 2014
avatar

Age : 26
Nombre de messages : 674
Date d'inscription : 19/07/2010
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: Nécrøsis   Mer 23 Fév 2011 - 12:26

je suis sur le chapitre 17, et suite a vos encouragements, je ne modifierais pas les chapitres précédents et poursuis sur ma lancée

cependant, là il me faut une petite information que je ne peut pas inventer : il y avait des prêtres à l'époque où se déroule toute cette histoire. Néanmoins qui dit prêtre dit religion. Probablement la même que les prêtre-rois d'ailleurs, mais que vénéraient-ils donc ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vg11k.tumblr.com/
Thomov Le Poussiéreux
Comte de la Crypte 2010 & 2013
avatar

Age : 31
Nombre de messages : 3358
Expérience de jeu (CV) : Ancien Vampire, vieux Chef de Guerre Orque, Favori de Slaanesh depuis peu, nouveau chef de Clan Elfe Sylvain, jeune Poil-au-Menton Nain, vénérable Connétable Bretonnien et très ancien Kuraq Saurus
Date d'inscription : 25/03/2009
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: Nécrøsis   Mer 23 Fév 2011 - 13:11

Je pense que tu trouverais plus facilement une réponse sur le forum des Rois des Tombes (si tu ne leur a pas déjà posé la question, il est temps de le faire). Perso, je n'en ai aucune idée.
Sinon tu attends mai et le nouveau livre d'armée; avec un peu de chance ce sera dedans

_________________
Vulnerant Omnes, Ultima Necat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arcanide valtek
Seigneur vampire
Seigneur vampire
avatar

Age : 26
Nombre de messages : 2436
Expérience de jeu (CV) : Depuis Mai 2006
Date d'inscription : 24/05/2010

MessageSujet: Re: Nécrøsis   Mer 23 Fév 2011 - 17:00

Tu parles de prêtres du culte de la mort ? Ils existent depuis le temps de Settra, qui a presque fondé cet ordre, et c'est eux les principaux chercheurs en nécromancie pendant des siècles. Leur magie est basée sur des prières et des rituels et non sur l'utilisation massive des vents de magie. Cela leur permettait notamment de manipuler les Ushabtis (des statues guerrières à l'effigie de leurs dieux).

Ils sont actifs à Lahmia pendant le règne de Neferata (W'soran est l'un d'eux), mais elle les déteste car ils ne prennent pas de femmes dans les ordre. Du coup, c'est comme ça que W'soran l'a manipulé aussi facilement, entretenant sa colère pour augmenter sa détermination. En parallèle, il a manipulé les prêtres qui étaient contre Neferata et les a conduis à se révolter, afin de mieux les exterminer avec la bénédiction du peuple. Après ça, les cultes autres que ceux du sang ont été expulsés et interdits à Lahmia.

La totalité de cette histoire et ses détails sont dans le livre auquel je pense (vous l'aurez deviné). Tout ça pour dire que les prêtres sont un élément important dans l'histoire de Neferata.

Il me semble même que c'est à la suite de ce massacre que Neferatem est devenue Neferata ("la mortelle beauté" dans la langue de Khemri).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vg11k
Comte de la Crypte 2014
avatar

Age : 26
Nombre de messages : 674
Date d'inscription : 19/07/2010
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: Nécrøsis   Mer 23 Fév 2011 - 20:47

nichel merci arcanide =D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vg11k.tumblr.com/
vg11k
Comte de la Crypte 2014
avatar

Age : 26
Nombre de messages : 674
Date d'inscription : 19/07/2010
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: Nécrøsis   Mer 9 Mar 2011 - 23:07

tadaaam

voici enfin la suite, toute chaude sortie de l'éditeur texte
tellement que je ne l'ai pas encore relue attentivement, et je sais qu'il s'y cache de nombreuses fautes d'orthographes, frappes ou répétitions, mais là pas la motivation de le faire. C'est donc un texte qui va sans doute devoir subir quelques modifications.
Je vais éviter de m'éloigner davantage du fluff officiel, et suivre mon chemin comme il s'est engagé. Néanmoins si vous constatez des incohérences n'hésitez pas à me les signaler

aller, ce cycle approche de son dénouement, plus qu'une poignée de chapitres =)

attention, sa va cogner
bonne lecture à tous !


- Chers frères et sœurs, nous sommes réunis ce soir afin de célébrer à nouveau le pouvoir éternel contenu dans chaque gouttes de sang.
Souriante, la femme détailla la grande assemblée lui faisant face. Son regard écarlate sautait de tête en tête, et s'attarda un instant sur elle. Elle ne put réprimer un frisson d'angoisse lorsque la femme passa sa langue sur ses lèvres pulpeuses, révélant une paire de canines proéminantes, étincelantes.

- Cependant, nous avons une invité d’honneur, poursuivit-elle, ne la quittant pas du regard.
Elle fit quelques pas, les courbes de son corps magnifique largement mises en valeur par sa robe blanche et les jeux d’ombre des braseros. Elle balaya a nouveau la foule face à elle, savourant chaque instants. La plupart des personnes au second rang souriaient déjà.

- Il m'a été donné d'entendre que celle-ci enquêtait, sur de mystérieuses disparitions au palais ! appuya-t-elle théâtralement en se posant face à la servante.
Les femmes du premier rang tremblèrent d’une peur partagée, les genoux nus s’écorchant sur les dalles froides de la salle. Les larmes aux yeux, la servante leva la tête vers l’unique ouverture donnant sur l’extérieur. La pleine lune était visible, témoin silencieux de leur malheur. Une larme roula sur sa joue, rapidement absorbée par le bâillon mettant sa mâchoire au supplice.

- En effet, cette belle demoiselle m'a gentiment déclaré que le seigneur Harkon l’avait chargé d’effectuer des recherches, le plus discrètement possible, ajouta-t-elle en souriant de nouveau, provoquant de multiples rires au second rang. Comme vous pouvez le voir, ces recherches ont été fructueuses, puisqu’elle a finit par découvrir plusieurs racoleuses des bas fonds ayant mystérieusement disparues !
Elle éclata de rire, alors que la servante prisonnière inclinait la tête, les joues brulantes de honte. A ses côtés, nues et les mains ligotées dans le dos, étaient agenouillées une vingtaine d’autres femmes. A la différence qu’aucun sillon sanglant ne maculait leurs dos. Plusieurs autres personnes de l’assemblée joignirent leurs voix à celle de la meneuse, ponctuant leurs éclats de coup de pieds dans les côtes de leurs captives.

- J’ai d’ailleurs rarement vu une catin avec une langue aussi bien pendue, susurra-t-elle en s’accroupissant face à la servante. Langue dont je me délecterais avec un soin tout particulier.
Un éclair de panique traversa la jeune femme, alors que les yeux injectés de sang de la démone la scrutaient avec délice.




- Le haut prêtre en personne a interdit l’accès au temple à qui que se soit, s’offusqua le religieux au crâne chauve et basané, ce qui inclus les gardes du palais.
Il resta planté devant les soldats qui échangèrent des regards étonnés. Pourquoi un tel ordre aurait-il été donné ?

- Nos ordres nous viennent du commandant de la garde lui même, déclara l’un des vétérans du groupe. Laissez nous passer ou vous serrez mis aux arrêts.
L’homme en souffla comme un bœuf sous l’offense faite, et s’obstina.

- J’en référerais au haut prêtre W’Soran lui même ! menaça le religieux comme un des soldats précédant Manesh’k l’écartait sans douceurs, exaspéré.
- Qu’avez-vous dit ? s’immobilisa l’ancien patrouilleur frontalier, pour qui ce nom n’était pas inconnu.
- Vous paierez votre affront !
A bout de nerfs, Manesh’k empoigna l’homme par son vêtement, et avec une force qu’il ne se connaissait pas, souleva celui-ci du sol.

- Où se trouve ton Haut Prêtre ? Et qui est avec lui ? rugit-il soudainement au visage du religieux.
L’homme lui rendit un regard surpris. Un instant passa sans qu’aucun d’entre eux ne réagisse, avant qu’il n’agrippe le poignet du soldat, tentant vainement de se dégager.
- Lachez moi ! Vous paierez cet affront à un prêtre d’Asaph ! La colère du temple sera...
- Tu...
- Manesh’k, l’interrompit le vétéran les accompagnant, posant une main sur son épaule. Nous ne sommes pas ici pour engendrer de nouveaux conflits.
Le soldat n’eu pas un regard pour son supérieur. Il inspira plusieurs fois, tentant de se contrôler comme sa mâchoire ondulait de fureur. Finalement, foudroyant le prêtre il le lâcha, celui-ci s’écroulant à ses genoux.

- Vous regretterez vos actes dès l’aube ! menaça le religieux comme ils passaient devant lui, engouffrant dans le temple.
- Cela tombe bien, ajouta toutefois Manesh’k en se retournant, un sourire mauvais sur le visage. Nous sommes venus éclairer ton temple à la lumière du jour.




- Les autres groupes entrent par toute les ouvertures du bâtiment, répéta le vétéran comme ils progressaient dans l’édifice. Il ne faut laisser aucune ouverture à ces créatures dégénérées.
En silence, Manesh’k acquiesça. Tout les cinq passaient entre les imposantes statues à l’effigie d’Asaph, la déesse tutélaire de Lahmia. Elles reflétaient fidèlement les principes de celle-ci : qu’elles soient à tête humaines ou reptiliennes, ces représentations demeuraient sublimes. Il aurait facilement put s’abandonner à contempler les corps de pierre. Mais une autre image sublime était gravée dans son esprit. Celle d’une femme magnifique, vêtue d’une somptueuse robe noire, se repaissant du corps d’un de ses compagnons dans un couloir obscur...
Ils s’enfonçèrent rapidement dans les entrailles du bâtiment, loin dans l’immense temple à la gloire d’Aspah, avant de finalement être rejoins par un second groupe au détour d’un couloir. Varison lui-même était à leur tête.

- Nous n’avons pas croisé un seul prêtre depuis que nous sommes à l’intérieur du bâtiment, déclara-t-il à voix basse. Cela ne me dit rien qui vaille. Même en plein milieux de la nuit, cet endroit devrait être plus... vivant.
Tout les dix se figèrent à sa remarque comme un son étouffé provint de non loin dans le bâtiment, droit devant eux. D’un signe, il leur intima le silence. Dégainant son épée sans bruit, il prit leur tête, avançant furtivement en direction du bruit que tous avaient parfaitement identifiés comme un cri a moitié étouffé. Il vérifiait prudemment chaque intersection, avant de continuer plus en avant. Lui comme Manesh’k avaient déjà eu l’occasion de se frotter a ces créatures. Ils savaient que la moindre erreur les conduiraient à la mort.

“Si je survis, j’aurais bien des choses à partager avec le Commandant Abhorash”, songea-t-il, les noms de W’Soran et Vashanesh tournoyant dans son esprit.
Il faillit bousculer le garde le précédant lorsque Varison s’immobilisa au détour d’un angle, des lueurs accompagnés de rires leurs parvenant. Ses pas semblant glisser sur le sol, le maître d’arme s’engagea, longeant le mur. Ils suivirent uns à uns, l’imitant.

- Je crois que nous avons trouvés ce que nous cherchions, glissa Varison, ses lèvres remuant à peine.
Le couloir se prolongeait en un long balcon redevenant couloir une vingtaine de mètres plus loin. Balcon qui donnait sur une vaste pièce, où une cinquantaines de personnes étaient rassemblées, éclairées par d’imposants braseros. Alignés contre le murs afin de se maintenir hors de vue, les soldats tendaient le cou pour pouvoir observer la scène par-dessus l’épaule de leur supérieur. Avec un calme surprenant, il examinait la scène. Silencieusement, il les fit reculer de quelques pas.

- J’ai repéré une vingtaine d’ennemis, et au moins autant de femmes ligotées. Il va falloir agir rapidement.
Manesh’k eu un hoquet.

- Charger une vingtaine de ces créatures ? A nous dix seulement ? murmura-t-il, les yeux exorbités.
Varison soupira, et se tourna vers lui.

- Nous ne pouvons pas nous permettre d’attendre le reste de la garde. Une femme au moins a déjà été égorgée d’après la quantité de sang qui macule le sol, la-bas. Si nous ne faisons rien elles seront...
- Si nous attaquons nous sommes mort. Nous manifester ne fera qu’ajouter nos vies à leur tableau de chasse. Nous ne sommes que dix !
Varison l’observa un instant. Manesh’k vit qu’il avait fait mouche, et ce malgré la volonté de sauver ces prisonniers qui brillait dans le regard du maitre d’arme. Celui-ci se fit distant un instant, songeur. Puis un sourire illumina ses traits.

- Mais eux ignorent que nous ne sommes que dix.
Manesh’k sentit son cœur s’accélérer.

- Suivez moi, mais ne vous présentez pas tous, que les derniers restent dans l’ombre, ordonna-t-il en se relevant. A présent, dégainez vos armes. Bruyamment !
Tous se regardèrent sans comprendre, avant d’obeir, bondissant sur leurs pieds, lames en mains. Le maitre d’arme fit volte-face et s’élança sur le couloir ouvert sur leur gauche.

- Au nom de la Garde de Lahmia ! Je vous ordonne de vous rendre ! s’écria-t-il à gorge déployée, brandissant son épée face à la foule, chaque visages se tournant face à lui. La garde a investi le temple, vous n’avez aucune issues !
A ses côtés, serrant la garde de son épée, Manesh’k dévisagea l’assemblée, l’estomac noué. Ils venaient visiblement d’interrompre une sombre caricature de cérémonie, et la situation aurait put être comique si le sol de la pièce n’avait pas été aspergé d’un liquide écarlate.

Se redressant lentement, une femme aux courbes appétissantes les dévisagea, le menton et la gorge couverts d’hémoglobine, négligeant le corps mutilé à ses pieds. Sa robe blanche était souillée, le tissu écarlate adhérant à s poitrine. Elle faisait face à la foule, et, contrairement aux attentes du maître d’arme, chacun semblait attendre sa réaction avant d’agir. Elle inclina la tête de côté, ses yeux lumineux faisant frémir Manesh’k.
Les regards des présents allaient du maître d’armes à cette femme. Toutes personnes présente était pendue à ses lèvres.

- Vous avez investi le temple, répéta-t-elle avec un calme désarmant.
Son regard étincela, ne disant rien qui vaille aux soldats.

- Mais pensez-vous que... dix hommes sont suffisant pour investir un quelconque bâtiment ? trancha-t-elle avec un sourire désarmant.
Manesh’k sentit ses genoux trembler, comme, le visage impassible, Varison baissait lentement le bras.

- Emparez-vous d’eux ! rugit-elle soudain à l’assemblée. N’en laissez pas un repartir vivant !
Avec des sourires affamés, une quinzaines d’individus bondit aussitôt par-dessus la rangée de femmes agenouillées, dans l’impossibilité de suivre la scène en raison de leurs liens.

- Empêchez les de prendre position du la balustrade ! s’écria Varison en s’avançant pour permettre à chacun de s’avancer.
En trois bonds, les créatures furent sur eux, des épées et des dagues apparaissant comme par magie à leurs poings.
Manesh’k vit l’un de ces démons réaliser un bond de près de trois mètre, la gueule béante, brandissant une dague qui glissa le long de son épée, avant d’être arrêtée par la garde de son arme. Avant qu’il réagisse, le choc de l’assaillant le percutant à l’épaule le projeta en arrière. Tout deux roulèrent au sol, et pivotant dans sa chute, Manesh’k parvint à embrocher son adversaire, sa dague toujours bloquée.

Un éclair de stupéfaction passa dans le regard de la créature surprise, qui baissa la tête pour voir l’épée plantée dans son torse. Envahi par la peur soudaine de le voir la retirer et se relever, Manesh’k se précipita en avant, et pesant de tout son poids, fit pivoter l’arme qui trancha chair et étoffe, laissant un sillon béant allant du thorax à la gorge de son ennemi, s’aspergeant le visage de ses fluides, le cœur tranché net.

Sans prendre le temps de se féliciter de sa chance, il bondit sur ses pieds, et vit un soldat n’ayant pas eu sa chance avoir la gorge arrachée d’un coup de crocs. Le monstre plongea son visage dans la plaie comme une giclée écarlate jaillissait des lèvres du malheureux. Un instant il crut voir non pas un homme mais un animal enragé se repaissant avidement d’une proie encore gesticulante.

Manesh’k dégaina sa dague et la planta entre les épaules du démon assoiffé de sang, tellement absorbé par son funeste festin qu’il ne put l’éviter. Il se redressa subitement, arrachant l’arme des mains du soldat, hurlant de douleur, avant de jeter un regard noir sur Manesh’k. En grimaçant, il retira la lame qui fut suivit d’une humeur noirâtre alors que le soldat désarmé trébuchait en arrière, cherchant son épée sur le précédent cadavre sans le quitter des yeux, à tâtons.

L’autre se jeta sur lui armé de sa propre dague comme ses doigts se refermaient sur le pommeau de l’arme. En hurlant il la ramena devant lui, les yeux fermés. La douleur partis de son épaule avant de se répandre dans tout son bras gauche. Il poussa un cri de douleur avant d’ouvrir les yeux. Son épée avait littéralement empalé son ennemi qui, tremblant, tentait de lui enfoncer la dague plus profondément encore à travers le cuir et les écailles écarlates de son armure. Rugissant, il pivota son épée sur le côté, faisant hoqueter et trembler de plus belle la créature aux yeux rougeoyants.

Une lame passa soudain sous la gorge de l’autre qui fut happé en arrière, et égorgé dans une gerbe de fluides visqueux. Avant qu’il ne réalise qu’il venait d’être sauvé, quelqu'un souleva Manesh’k par son armure et le remis sur pieds, avant de lui fourrer son épée entre les mains.

- Ne la perds plus ! s’écria Varison en pivotant, bondissant sur un nouvel adversaire.
Trop secoué pour prendre conscience de la situation, Manesh’k se laissa tomber en arrière, adossé au mur, son épée glissant contre sa cuisse. Autour de lui, quatre autres soldats écarlates luttaient encore pour leurs vies, Varison compris. Le balcon était déjà glissant.

- Ne tuez pas le Maître d’arme et le survivant de Khemri !
La voix perça à travers la brume entourant Manesh’k, le ramenant à la réalité. Il ne se laisserait pas dévorer comme l’avaient été ses compagnons !

- Tuez tout ces démons ! s’exclama soudain une seconde voix, bien plus autoritaire.
Manesh’k tourna la tête vers l’autre bout de la balustrade, et vit le seigneur Harkon bondir par-dessus celle-ci, se précipitant dans des hommes et femmes trop abasourdis par son entrée fracassante pour réagir.

Comme d’autres gardes accouraient aider Varison et ses hommes, Manesh’k se précipita au rebord pour voir de ses propres yeux le seigneur mettre en déroute à lui seul une dizaine de créatures. Plusieurs se précipitèrent vers l’entrée principale, alors que deux corps gisaient déjà aux pieds d’Harkon, comme prit de frénésie. Quelques secondes après des cris de panique vinrent de l’issue, d’où émergea le commandant en personne, sa lame sanguinolente. Les poings crispés sur le bois de la rambarde, un sourire se dessina sur le visage de Manesh’k. Les créatures étaient en déroute.

La quinzaine de créatures n’ayant pas encore pris les armes recula face au flot de gardes, emportant en otage quelques prisonnières, alors que les soldats achevaient déjà les dernières créatures, les écrasants sous le nombre. La meneuse des démons s’avança, tenant contre elle l’une des femmes, la soulevant de terre avec une facilité déconcertante, dos au commandant de la garde.

- Vous paierez cet affront envers nous ! vociféra-t-elle au visage de la prisonnière, s’adressant à tout les soldats écarlates.
Ignorant ses paroles comme les femmes encore agenouillées, Abhorash étudia calmement la salle. Il examina en silence les mosaïques sur lesquelles se répandaient les fluides des morts. Décapitant au passage un corps, son second, le visage maculé de sang, serra dans son poing le pendentif taché d’hémoglobine.

Une soudaine brulure irradia soudain depuis l’épaule de l’ancien garde périphérique. Varison à sa droite lui jeta un regard inquiet comme il chancelait. Prenant sur lui-même, il parvint à s’accouder, dissimulant sa faiblesse soudaine. Ils n’étaient que trois survivants sur les dix de l’assaut initial.

- Aucune erreur possible, il s’agit du même que celui trouvé par Varison et Manesh’k, déclara Walach.
Le commandant acquiesça. Mais il n’avait plus besoin de preuves des pouvoirs de ces créatures.

- J’ai une question, déclara-t-il en s’avançant, seul. Avant de vous exécuter, j’aimerais savoir comment en êtes vous arrivés là. Comment êtes vous devenus ces abominations ?
Malgré les tremblements qui commençaient à présent à l’agiter, Manesh’k parvint a discerner le sourire dessiné sur le visage de la hiérophante des créatures.
- Si tu le savais, fougueux commandant, l’aguicha-t-elle en le fixant intensément.

Le visage inexpressif, Abhorash se contenta de lui rendre son regard. Brutalement des images fusèrent dans l’esprit de Manesh’k, se superposant à celle de son commandant, jaillissant à l’intérieur de son crâne au rythme des battements de son coeur. Le visage d’un homme dans la fleur de l’age, souriant. Varison, le visage impassible face à la foule de ses congénères, se superposant à celui le dévisageant. Celle de plusieurs jeunes femmes nues, baignant dans leur propre sang. Le regard suppliant de Simonesh, avant de disparaître sous la porte massive. Plusieurs ombres s’affairant sur un obstacle a coup d’épée, encouragées par une voix cristalline. Lui et Galtek, pétrifiés face à un regard écarlate dans les basses-ruelles.

Cette dernière pensée s’imposa soudain à lui, et d’un effort de volonté, il se redressa, alors que Varison s’écartait en fronçant les sourcils. Le patrouilleur frontalier s’était effondré un instant et aussitôt relevé, les jambes flageolantes. Mais peut importe, sans pourvoir en déterminer l’origine, il savait. Abhorash était en danger.

- Oui, puissant commandant, je peut te confier le secret de notre existence, susurra la femme au regard étincelant, rivé sur Abhorash.
Lentement, elle écarta la tête de sa prisonnière en pleurs, observant intensément le dirigeant de la garde de Lahmia.

- Le commandant... envouté...parvint à articuler Manesh’k, luttant encore pour refouler au fond de lui ce flot d’images.
Le regard de Varison allait de son visage à sa blessure, avant de finalement descendre au commandant. Il fronça les sourcils. Plusieurs autres gardes entrèrent dans la pièce, ayant rapidement évacués les survivantes du massacre. Gilnash était parmi eux.

La hiérophante n’était plus qu’à une longueur d'épée du commandant, toujours immobile. Elle souri de nouveau, révélant ses longs crocs, comme plusieurs autres des créatures souriaient à leur tour. Walach finit enfin par remarquer que quelque chose n’allait pas. Il ouvrit la bouche, mais avant qu’il ne puisse articuler quoi que se soit, Abhorash fit un pas en avant, levant son épée.
Aussitôt le sourire sur le visage de la femme en robe blanche s’effaça comme elle se réfugiait derrière son bouclier vivant, front contre front. La main du commandant jaillit et happa le crâne de la prisonnière, le cognant violemment à celui de la démone comme il se collait au corps nu. Un sifflement léger résonna dans la pièce, suivit d’une éclaboussure. Il tira violemment le poing en arrière, arrachant des griffes de la créature la malheureuse en la tirant par les cheveux, et la jeta en arrière, le bras droit à nouveau levé. Son épée dégoutait de sang.
Lentement, la hiérophante, une expression de surprise gravée sur ses traits, s’effondra sur le côté, l’arrière de son crâne ouvert en deux.

- Ne soutenez leurs regards sous aucun prétexte, déclara à haute voix le commandant. Ils ont la capacité d’hypnotiser leurs cibles en un clin d’oeil.
Soudainement effrayés, les autres créatures se resserrèrent les une contre les autres, doutant de leurs chances de survies, tenant contre eux les trois derniers otages. En soupirant de soulagement, Manesh’k jeta un œil rapide à son épaule, se sentant légèrement mieux qu’il y a quelques secondes. Cuir et métal avaient été éventrés, mais avaient bien joué leur rôle : la dague n’avait dû pénétrer que de quatre ou cibq centimètres, tout au plus.

Dans un hurlement strident, deux silhouettes jaillirent de la masse de créatures, faisant sursauter Manesh’k. Tourbillon de cuir tendu, elles fusèrent sur les soldats médusés encore sur le balcon.

- Abattez-les ! rugit Walach comme Manesh’k levait son épée.
Pour la seconde fois de la nuit, il fut percuté et projeté en arrière, sa tête heurtant le mur avec violence. Des ombres dansèrent devant ses yeux, son épaule s’embrasant à nouveau, avant que plusieurs d’entre elles ne s’effondrent, criblées de flèches.

Quelques secondes semblèrent passer, puis une silhouette se pencha sur lui. Plissant le regard, il reconnu le maître d’armes.
- Avoir anticipé la présence de telles créatures était une bonne idée, mais les archers ont été lents, déclara-t-il à quelqu'un en-dehors de son champ de vue. Je crains qu’il n’ai le crâne fracturé.
La douleur s’atténua progressivement, à son épaule comme dans con crâne, alors que son champ de vision de précisait. S’appuyant au mur, il se redressa lentement.

- Je n’en suis pas si sûr, déclara le commandant à ses côtés, amusé par la mine étonné du soldat le découvrant soudain là.
Son sourire s’effaçant, Abhorash se redressa, et jeta un regard sombre en contrebas. Harkon organisait déjà l’évacuation des corps.

- Trente-deux morts pour eux, dix-huit soldats de perdus, sept servantes abattues et une dizaine d’éléments qui ne pourront plus combattre, énuméra lentement Abhorash pour lui-même, alors qu’un autre garde aidait Manesh’k à marcher.
Ce n’est que là qu’il compris que la bataille était terminée. La trentaine de corps, dont la hiérophante à l’arrière du crâne tranché, avait été alignée.

- Isolez-les du soleil, ordonna Abhorash. Je veut pouvoir les étudier à tête reposée. Nous ne devons pas nous attarder sur cette première victoire.



edit : première correction faite. J'ai retiré mes fautes d'ortho, frappe et répétition les plus flagrantes. enjoy


Dernière édition par vg11k le Jeu 10 Mar 2011 - 8:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vg11k.tumblr.com/
Arcanide valtek
Seigneur vampire
Seigneur vampire
avatar

Age : 26
Nombre de messages : 2436
Expérience de jeu (CV) : Depuis Mai 2006
Date d'inscription : 24/05/2010

MessageSujet: Re: Nécrøsis   Jeu 10 Mar 2011 - 0:55

Deux mots avant d'aller dormir (dans mon cercueil de terre natale) : simplement génial !

La cérémonie, l'entrée furtive des gardes, le prêtre qui tente de leur bloquer la route, le combat contre les vampires, tout est superbement écrit.

Je n'ai pas fait attention aux fautes d'orthographe, je laisse Thomov s'en charger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kaass
Squelette
Squelette


Nombre de messages : 43
Date d'inscription : 17/11/2009

MessageSujet: Re: Nécrøsis   Mer 16 Mar 2011 - 9:42

Très bonne suite, c'est vraiment le meilleur récit que tu n'es écrits Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomov Le Poussiéreux
Comte de la Crypte 2010 & 2013
avatar

Age : 31
Nombre de messages : 3358
Expérience de jeu (CV) : Ancien Vampire, vieux Chef de Guerre Orque, Favori de Slaanesh depuis peu, nouveau chef de Clan Elfe Sylvain, jeune Poil-au-Menton Nain, vénérable Connétable Bretonnien et très ancien Kuraq Saurus
Date d'inscription : 25/03/2009
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: Nécrøsis   Ven 18 Mar 2011 - 13:14

C'est monstrueux!
J'ai mis le temps pour le lire (j'ai dû m'y prendre à quatre reprises vu que je lis au boulot... Rolleyes ) mais ça valait largement la peine.
Tu gères, comme toujours. Et niveau orthographe, il y a certes quelques fautes qui restent, mais dans l'ensemble ça va plutôt bien.
Toutes mes félicitations.

_________________
Vulnerant Omnes, Ultima Necat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Nécrøsis   Ven 18 Mar 2011 - 19:37

je dois dire que ce récit est captivant. On s'y voit comme si on y était.
Bravo.
Revenir en haut Aller en bas
Blood Knight
Chevalier noir
Chevalier noir
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 348
Expérience de jeu (CV) : 1 an de CV ma première armée et débute un petit contingent de Hauts elfes
Date d'inscription : 11/04/2009

MessageSujet: Re: Nécrøsis   Ven 18 Mar 2011 - 22:58

Alors même si j'ai été moins actif ces derniers temps, je t'ai quand même lu. Et je vais te redire la même chose que l'on t'a déjà dite :

Ce chapitre est jusqu'à présent le meilleur que tu aies fait. Tout le reste étant déjà d'un niveau presque professionnel, je dois dire chapeau-bas monsieur !

J'ai hâte de lire la suite !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vg11k
Comte de la Crypte 2014
avatar

Age : 26
Nombre de messages : 674
Date d'inscription : 19/07/2010
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: Nécrøsis   Ven 1 Avr 2011 - 23:16

Yop !
Merci pour vos commentaires, ça motive toujours plus !

cependant, vu la longueur actuelle du chapitre suivant, je vais devoir le partager en deux parties...
voici la première
le dénouement approche !
(version non relue pour le moment, je m'y colle avant d'écrire la suite)



Le sourire avide de la créature le fixant… La poursuite joyeuse dans les conduits obscurs… Les rassemblements réguliers sous le temple de Sataph…

Grimaçant sous le flux d’images, Manesh’k réexamina sa blessure dans le miroir. Celle-ci, à sa grande surprise, c’était éclaircie, la plaie recousue ne suintant aucun fluides malgré sa profondeur. Avec attention il passa son doigt sur la chair où les veines apparaissaient noires, contrastant avec sa peau décolorée. Il était glacé au toucher.

La créature, euphorique, lui ouvrant la gorge, aspirant la vie hors de son corps… Avant qu’elle ne s’entaille le poignet et ne porte aux lèvres du blessé la blessure bouillonnante…

Il eu un frisson d’angoisse. Se saisissant du miroir présent dans la pièce d’eau, il examina ses traits avec attention. Tout son visage c’était éclairci, ce qui s’accentua quand il devint livide. Son regard était injecté de sang comme s’il n’avait pas dormi depuis des jours. Ouvrant lentement la bouche comme ses mains sur le miroir s’agitaient de tremblements, il examina ses dents avec attention. A son grand soulagement, elle semblaient tout a fait normales.

« Chaque personne ici peut en devenir une : l'individu abattu par Varison était un noble gâté par son ascendance, c'est à dire un humain normal il y a encore peu. ».

Le soldat se rappelait parfaitement la gerbe de sang qui avait accompagnée le poignard lorsque son ennemi se l’était extirpé du corps avant de l’enfoncer dans celui de Manesh’k… Et si la clé de la multiplication de ces créatures était un lien du sang ? Combien de temps lui restait-il alors à vivre en temps qu’humain ?

Ce doute atroce en tête, il prit sa chemise et sorti de la pièce, se tournant vers l’astre solaire. Son éclat l’aveugla un moment, mais la chaleur qu’il dispensait eu un bref effet vivifiant sur le soldat. Il jeta un œil à son épaule.

Comme la douleur s'atténuait progressivement, sa peau retrouvait sa couleur halée due aux longues expositions au soleil. Il eu un sourire. Condamné ou non à devenir une de ces créatures, ce n’était pas pour tout de suite.



Comme vous pouvez le voir, leur anatomie est identique à la notre, déclara le prêtre penché sur le corps écorché, un chiffon dépassant de sous son casque funéraire à tête de serpent.
Face à lui, le commandant hocha la tête, observant avec attention les organes de la créature.

- C’est étrange.
Les cinq personnes présentes se tournèrent vers l’ornithologue, comme celui-ci examinait avec attention non pas le corps, mais l’autel sur lequel il était étendu.

-Qu’est-ce qui est étrange ? questionna le religieux avec une tinte de mépris dans la voix.
Depuis son arrivée, les deux embaumeurs chargés par Abhorash d’examiner pour lui les cadavres n’avaient pas eu un regard amical à son attention. Cependant Gilnash n’en avait cure.
-Regardez, déclara-t-il en s’approchant davantage, un tissu lui couvrant la bouche. Il y a très peu de sang qui s’est écoulé…
-Chose plutôt logique vu l’état dans lequel ce corps nous a été…
-…et sa consistance est extrêmement sombre, continua-t-il comme si de rien était.

Comme les deux prêtres se tournaient l’un vers l’autre, avant de se pencher en avant. Du regard, le commandant encouragea l’ornithologue à poursuivre.

-Les seules fois où j’ai vu du sang ayant cette consistance, c’était sur les charognes de rongeurs tués depuis au moins trois jours. Il n’avait pas complétement coagulé, pourquoi je l’ignore, mais là… cela fait quelques heures seulement qu’il a été tué et…

-Qu’insinuez-vous ? l’interrompit l’un des deux prêtres d’une voix cassante.
-Il veut dire que cet individu était plus mort que vif lorsqu’il a été abattu, et pourtant était plus dangereux que cinq hommes, répondit Abhorash, visiblement agacé par le manège des religieux.



-Nous n’en savons toujours pas plus sur la façon dont ils se sont multipliés jusqu’à un tel nombre, déclara sombrement le commandant avec un calme désemparant, faisant les cent pas dans la pièce. Malgré l’interrogatoire de chaque prisonnières, de Manesh’k ou Gilnash, ainsi que l’étude des dépouilles préservées du soleil, nous n’en savons toujours rien.
-Nous avons au moins la confirmation une fois pour toute qu’elles craignent la lumière du jour, nota Walach, assis dans un siège non loin.

-C’est une information négligeable, soupira Abhorash, s’adossant au mur d’en face. Je ne pense pas qu’aucune de ces créatures se risquera en plein jour. Non… Nous ignorons comment ils se multiplient, s’ils ont d’autres faiblesses, nous n’avons aucune idée de combien de survivants n’étaient pas présents à la cérémonie sectaire…
-…
C’est avec un regard fatigué qu’il se tourna vers l’ouverture sur l’extérieur. Bientôt l’après-midi toucherait à sa fin…

-Combien de ces horreurs ni mortes ni vivantes se terrent encore dans les ombres, s’interrogea-t-il à haute voix.
-Mes Seigneurs ?

Lentement, il pivota vers la jeune servante, inclinée à l’entrée de la pièce.
-Qu’y a-t-il ? l’invita à entrer le commandant des troupes de la cité, un sourire aimable effaçant les problèmes le tourmentant.
-Ma reine vous convie à un diner pour ce soir, déclara-t-elle avec humilité, n’osant se redresser.

Son sourire se fit résigné lorsqu’il répondit :
-Va transmettre à qui t’a envoyé que j’accepte cette invitation, déclara-t-il d’un ton neutre. A présent va.



-Il parait que vous avez matés une échauffourée au temple d’Asaph, déclara la voix de leur souveraine sur un ton plus doux qu’une caresse.
Lentement, Manesh’k vit son commandant reposer la bouchée de viande qu’il tenait à son couvert. Ce dernier releva la tête, le visage soudain impassible. Jusque là, les conversations avaient surtout été d’ordres commerciaux et politiques, concernant notamment les liens de Lahmia avec Zandri.

-Nous avons en effet réprimé des perturbations au temple, confirma-t-il, fixant sans ciller sa souveraine.
Celle-ci hocha la tête d’un air grave. Nul n’aurais put deviner ce que celui-ci cachait, ou en tout cas se furent les pensées du soldat. Il n’avait de cesse de la dévisager, conscient qu’il se comportait alors de manière offensante, mais l’attraction était trop forte : cette femme était divinement belle.
Il ouvrait grand les yeux en dévisageant son doux visage, ses yeux tels deux perles d'ébènes, ses lèvres pulpeuses et les courbes de son corps, félines, lové sur un divan. Beauté qui n’était que mise en valeur par les deux panthères somnolant à ses côtés.

Conscient de sourire bêtement, Manesh’k se secoua la tête, s’obligeant difficilement à détourner le regard de cette vision fantastique. Un bref coup d’œil aux autres gardes écarlates postés à chaque piliers de la pièce lui confirma qu’il n’était pas le seul à être perturbé par la présence de Neferata.
-Pouvez-vous m’en dire davantage ? J’aimerais savoir comment un tel incident a put se produire, l’interrogea-t-elle avec un nouveau sourire enjôleur.
-Au regard qu’il rendit à sa souveraine, Manesh’k devina que le charme contre lequel il s’évertuait à lutter ne l’affectait pas. Abhorash prit le temps de peser chaque mots avec soin avant de répondre.

-Il semblerait que depuis quelques temps, des prêtres avaient développé un culte nouveau, que ne correspondait pas aux idéaux des terres du Grand Fleuve.
Avez-vous vous-même participé aux combats ?
-En effet, répondit-il d’un ton neutre.
La reine approuva en souriant, buvant littéralement ses paroles.

Sa blessure à l’épaule s’embrasa soudain, un feu glacial arpentant aussitôt ses veines. Manesh’k s’adossa discrètement à sa colonnade pour dissimuler sa faiblesse.

La créature le forçait a boire le liquide s’écoulant de l’entaille qu’il s’était fait au poignet. Il donnait l’ordre d’oublier ce qu’elles venaient de voir à deux servantes l’ayant surpris dans ses appartements, les mains écarlates, alors qu’elles hochaient la tête, hagardes. Ils s’élançaient à travers la nuit, volant au-dessus des dunes, impatient que le festin débute.

-Que se passe-t-il ?

Manesh’k releva la tête en entendant cette voix qui le ramena aussitôt à la réalité. Il en chercha l’auteur, parcourant du regard les convives le dévisageant avec mépris. Il le trouva et étouffa un hoquet : il s’agissait du noble ayant disparu a Khemri, et qu’il avait croisé la veille !

-Il s’agit d’un des soldats ayant participé aux événements de cette nuit. Je pensais que l’estafilade qu’il a reçu ne l’importunerait pas, déclara d’un ton sévère le commandant de la garde, jetant un regard noir à Manesh’k, ce qui eu pour effet d’aussitôt faire cesser tout ses tremblements.

Déglutissant avec peine, il baissa honteusement les yeux alors que quelques murmures s’élevaient de pars et d’autre de la table.
-Combien de personnes avez-vous dit avoir mis aux arrêts cette nuit ? L’interrogea le frère cadet de la reine, détournant enfin l’attention du soldat mal à l’aise.

Inspirant avec difficulté, les mains moites, il osa relever les yeux. Neferata le dévisageait d’un regard qui lui sembla étrange, calculateur. Il eu un léger sursaut quand sa blessure s’embrasa brièvement. Il cligna rapidement des yeux à plusieurs reprises. Était-ce son imagination où, durant ce bref instant, il avait bien perçu une lueur écarlate dans le regard de jais de sa souveraine ?




-Bonsoir soldat de Lahmia, déclara le vieil homme en entrant dans la pièce.
Aussitôt, le militaire pensif bondit sur ses pieds, et détailla de nouveau venu des pieds à la tête. Celui-ci était vouté, écrasé par le poids des années. La majorité des ses cheveux avaient disparue, et les huiles dont il était parfumée ne pouvaient cacher ses multiples rides. Nul n’aurais put se douter en le voyant, accoutré dans son habit usé, qu’il s’agissait du haut-prêtre de la beauté.

Walach hocha la tête en guise de salut, plissant les yeux. Après tout, c’est dans le temple de cet homme qu’il avait massacré les créatures suceuses de sang. Il porta son regard sur le corps encore étendu sur l’autel, l’abdomen ouvert par les prêtres.

-Que fait ce malheureux dans un tel état ? s’étonna-t-il. Il devrait avoir été embaumé, ou du moins inhumé, depuis longtemps déjà.
Walach haussa les épaules. Les rites mortuaires ne le concernaient que peu.

-Je suppose qu’il s’agit d’une des personnes que vous avez massacrées après votre intrusion dans mon temple ?
-Notre présence au temple d’Asaph était nécessaire, répondit Walach après un instant. En revanche, nous, nous ignorons comment…
Tout deux pivotèrent d’un même bloc quand une troisième personne entra dans la pièce. Elle s’immobilisa en remarquant les deux hommes, avant de s’incliner.

-Seigneur W’Soran et et Seigneur Harkon, dois-je revenir ultérieurement ? interrogea Gilnash, se tournant cependant vers l’homme en cuirasse rouge.
-Non, cela ne sera pas nécessaire, lui répondit Walach, jetant un regard suspicieux au vieil homme.
S’approchant du nouveau venu, le religieux se campa devant celui-ci, examinant ses traits avec attention. Gilnash fronça les sourcils et fit un pas en retrait, étonné par ce comportement.

-Votre visage m’est famillier, soldat. Où vous ai-je déjà vu ?
-J’étais et suis toujours l’ornithologue du palais, à la charge des rapaces messa…
-Certe certe… le coupa-t-il. Je savais bien que ma mémoire ne me faisait pas défaut. Elle ne me fait jamais défaut…
Mal à l’aise, il jeta un œil à son supérieur, qui l’incita d’un signe de tête à prendre la parole.

-J’ai envoyé un oiseau-messager à la cité de Zandri transmettre le message que vous m’avez confié, résuma-t-il simplement, coula un regard au prêtre.
-Message qui consistait en quoi ? l’interrogea aussitôt le vieil homme.
-A prévenir que les assassins de leur prince avaient été exécutés, posa d’un ton ferme le seigneur Harkon. A présent, haut prêtre, nous allons vous laisser, nous…
-Je ne crois pas, gronda le vieil homme en pivotant lentement, des étincelles dans les yeux.

Les traits de Walach se durcirent. Aussitôt les doutes qu’il avait eu en le voyant débarquer dans la pièce resurgirent dans ses pensées. La secte opérait sous son temple…
Pour avoir profané le sanctuaire d’Asaph, vous serez condamnés à l’emprisonnement, énonça-t-il théâtralement, la voix amplis d’une puissance insoupçonnée chez une personne aussi frêle.

-Le temple n’a aucun pouvoir sur la garde de Lahmia, répondit Walach avec un rictus provocateur.
-Il a désormais tout les pouvoirs que vous pouvez imaginer, et bien plus encore.

Un bruissement soudain fit pivoter les deux soldats, tandis qu’on arrachait depuis l’extérieur le drap dissimulant la pièce au regard de la lune. Aussitôt, une créature massive passa sa tête à l’intérieur, reniflant bruyamment. Elle prit le temps d’examiner les personnes présentes de ses énormes yeux écarlates, avant de péniblement pénétrer par l’ouverture.

-Trahison ! s’exclama Gilnash, comme Walach portait la main au pommeau de son épée.
En souriant, le prêtre observa son adversaire être projeté par-dessus l’autel par une force invisible. Il se tourna aussitôt vers l’ornithologue ébahi, avec un sourire révélant ses canines proéminentes.

-Je crois que le message a été délivré, croassa-t-il avec d’une voix inhumaine.
L’autre pivota vers la créature qui se laissa tomber au sol, avant de se redresser. Elle était identique aux deux apparues la veille, qui avaient tentées de s’enfuir. Son mufle dégoulinant humait l’air avec insistance, des plumes encore collées à sa mâchoires. Prenant appuis sur ses ailes massives, elle se porta en avant, plongeant son regard dans celui de Gilnash.

-Pourquoi ne pas essayer de communiquer avec lui ? se moqua W’Soran. Oui, nous savons que Ghur vous parle, tout comme vous savez que vous ne pourrez blasphémer avec lui, déclara W’Soran à un Gilnash pétrifié par la peur.
-Et avec Asaph, tu arrives à communiquer ?

W’Soran se tourna vers Harkon, comme celui-ci bondissait. Son épée brassa l’air, mais ne fit que frôler le sorcier, s’étant décalé in-extremis. Il n'eut cependant pas le temps d’esquiver le violent coup de pied qui le projeta en arrière.

Le monstre éjecta Gilnash par-dessus l’autel, avant de se tourner vers Walach, qui lui taillada le museau sans attendre. Celle-ci mugit de douleur, se redressant de toute son imposante stature, ce qui n’impressionna nullement le soldat. Il l’éventra sans plus de sentiment, et pivota pour faire à nouveau face à W’Soran. L’explosion du cadavre sur l’autel le cueillit de plein fouet, le criblant d’esquilles d’os et de morceaux de chair noircies…



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vg11k.tumblr.com/
Arcanide valtek
Seigneur vampire
Seigneur vampire
avatar

Age : 26
Nombre de messages : 2436
Expérience de jeu (CV) : Depuis Mai 2006
Date d'inscription : 24/05/2010

MessageSujet: Re: Nécrøsis   Sam 2 Avr 2011 - 3:05

Mais c'est que ça se précise tout ça.

Je ne vais pas me reperdre en éloges sur la qualité, il suffit de relire tous mes autres messages. Mis à part quelques erreurs de grammaire, c'est vraiment passionnant et très bien écrit.

Que dire, je ne vais pas non plus m'épancher sur chaque partie pour en énumérer les qualités, car ce serait trop long. Je me contenterais d'affirmer ceci : ON VEUT LA SUITE!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomov Le Poussiéreux
Comte de la Crypte 2010 & 2013
avatar

Age : 31
Nombre de messages : 3358
Expérience de jeu (CV) : Ancien Vampire, vieux Chef de Guerre Orque, Favori de Slaanesh depuis peu, nouveau chef de Clan Elfe Sylvain, jeune Poil-au-Menton Nain, vénérable Connétable Bretonnien et très ancien Kuraq Saurus
Date d'inscription : 25/03/2009
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: Nécrøsis   Lun 4 Avr 2011 - 14:00

Du très lourd comme toujours, ça fait plaisir de te lire vg11k!
L'action est une fois de plus au rendez-vous, mais le côté "évolution de l'intrigue" n'en est pas laissé de côté pour autant.
You rule!

_________________
Vulnerant Omnes, Ultima Necat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vg11k
Comte de la Crypte 2014
avatar

Age : 26
Nombre de messages : 674
Date d'inscription : 19/07/2010
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: Nécrøsis   Mar 19 Avr 2011 - 18:26

voici la seconde partie. Il s'agit là du tournant de cette histoire qui touche bientôt à sa fin. Je pourrais alors partager avec vous un autre chapitre, écris il y a plus d'un an maintenant, avec probablement ma scène de combat la plus réussie à ce jour

surement que quelques passages vont sembler flous ou incompréhensibles, c'est probable car je l'ai rédigé dans des conditions difficiles, mais je tiens à tout de même la poster
bonne lecture à tous, et merci d'avoir suivi les aventures de Manesh'k jusqu'ici !




- La garde périphérique est bien inutile, déclara l’un de nobliaux attablé, savourant un verre de vin. Incapable d’arrêter cet assassin…
Impassible, le commandant dévisagea l’homme, avant de répondre :
- Il est évident que vous n’êtes pas homme à le pourchasser dans les ruelles une fois la nuit tombée.
L’autre en avala une gorgée de travers.

- Je n’ai pas à m’abaisser à ce genre de tâches ! Fulmina-t-il. Je possède suffisamment de terres pour…
- Il suffit Esharp, soupira le frère de la reine. Vous êtes des plus fatiguant…
- Le prince Ushoran dit vrai, repris un homme aux somptueux habits bleus tournant le dos à Manesh’k. Vos caprices sont énervants, à toujours vanter vos quelques parcelles de sable à la moindre occasion de vous taire. D’autant plus que nous vous avons offert les-dites terres…

Manesh’k ne put se retenir de sourire en voyant le dénommé Esharp rougir à vue d’œil. Ce ne fut pas le cas d’Abhorash qui éclata d’un rire communicatif, rendant plus nerveux encore l’insolant jeune homme.
- Grand vizir, à ce que je constate, votre langue n’a rien perdu de son tranchant !
- Oui, traiter avec les représentants de Zandri suite à la malheureuse disparition de leur prince m’a quelque peu donné l’occasion de m’exercer…
Le commandant retrouva aussitôt son sérieux à cette pique habile, observant le vizir avec attention.
- Toujours est-il que nous n’en connaîtrons vraisemblablement jamais le fin mot… déclara distraitement le seigneur Vashanesh en se resservant une coupe de boisson.

Il avala toutefois tout son contenu d’un trait, jetant un regard noir au soldat en cuirasse écarlate.
- La garde périphérique je vous ai dit, s’engouffra aussitôt Esharp. Elle…
- Il suffit.
L’ordre avait été porté d’une voix claire et puissante. Chacun se tourna vers leur reine aux yeux sombres, les observant avec attention.

- Je ne vous ai pas réunis ce soir pour vous entendre vous chamailler sur des débats aussi puérils. J’ai une importante nouvelle à vous faire.
Théâtralement, elle les parcouru du regard, souriante, alors que des serveuses tendaient de nouvelles coupes pleines aux convives.
- Suite aux événements récents, je pense qu’il est nécessaire de redonner un peu de joie à mon peuple, de lui faire oublier ses peines quelques temps.
Elle marqua une nouvelle pose, se délectant des regards attentifs de la plupart d’entre eux.

Une coupe au contenu écarlate. Le long voyage nocturne jusqu’au ruines, synonyme d’une nuit de liesse sous le regard de la lune. Les gerbes de sang éclaboussant les mosaïques. Ces superbes femmes toisant les imposantes créatures aux ailes de toile…

Un éclair traversa soudain Manesh’k, le paralysant sur place. Mais aucun n’y prêta attention, absorbés par la déclaration de la reine. Distraitement, le prince Ushoran et le commandant de la garde échangèrent un toast avant de vider leurs coupes respectives.
- J’ai l’intention de choisir l’un d’entre vous pour conjoint, posa-t-elle. Avec un grand sourire, elle se tourna vers Abhorash dont toute couleur déserta soudain le visage.
Esharp bombait le torse, le regard brillant, visiblement sûr d’un triomphe proche. Il était le seul à ne pas être tourné vers le général. Le commandant, blême, se leva d’un mouvement incertain, jetant un regard éberlué à sa coupe.

La brulure glaciale, partant de la gorge, avant d’aussitôt se couler à travers chaque nerf du corps, comme portés au rouge. La misérable agonie, roulé au sol, durant la moitié de la nuit. L’intense morsure du soleil à son réveil. Le regard étonné allant de son reflet aux yeux écarlates à une coupe gisant au sol…

- Abhorash ! s’écria soudain Manesh’k, réalisant soudain l’horrible vérité révélée par ses flashs.
Le commandant se tourna vers lui, une lueur implorante dans le regard, alors que tous jetaient un regard noir au soldat. Et parmi eux se trouvait le Vizir, avec ce visage si familier le hantant depuis leur première altercation où il avait fuit, puis dans le souterrain et la mort de Shiing…
- Quoi ? Qu’est-ce qu’il y a ? s’étonna Esharp, chacun ignorant l’humain.

Sous le regard impuissant de Manesh’k le commandant tressaillait soudain, se rattrapa à la table pour ne pas chuter au sol, tendant la main en direction de la reine. Celle-ci lui rendit un sourire ravageur, avant de se lever, et tranquillement venir à lui. Les visions se superposèrent à la réalité, et à chaque pas, son regard gagna en luminosité. Un regard incandescent, irradiant un rouge grenat intense. Son sourire se déforma également, comme d’impressionnantes canines en dépassaient soudain.
- La femme du souterrain ! balbutia Manesh’k, pétrifié.

Elle se posta devant un Abhorash à genoux, luttant pour ne pas rouler au sol, et déclara d’une voix horriblement sensuelle :
- A présent je peux te choisir comme époux, cher Abhorash. Tu vas être…
- Ton pire cauchemar ! parvint-il à articuler. Jamais je n’aimerais un monstre !
Sa déclaration jeta un froid soudain dans la salle, les autres soldats échangeant entre eux des regards d’incompréhensions. La pluparts des convives se levèrent en silence, attendant la réaction de la reine.

- Tu me déçois grandement, Abhorash, déclara-t-elle enfin. J’avais fondé de grands espoirs sur toi. D’autant plus que tu es désormais toi aussi un monstre ! s’exclama-t-elle en le giflant soudain.
- Abhorash ! s’écria à nouveau Manesh’k, osant enfin s’élancer en dégainant son arme.
Mais dans un tourbillon azur, une silhouette fut face à lui. Il n’eu pas le temps de réagir que déjà il roulait au sol et perdait tout repères, plié en deux par la violence du choc.

- Je vais finir ce que je n’ai pas put terminer à Khemri, gronda le vizir au-dessus de lui.
- Heerakte ! perça la voix de la reine. Laisse-le.
- Et pourquoi ? rugit le Vizir.
- Il était le protégé d’Abhorash. J’ai un meilleur sort pour lui…

La glace jaillissant soudainement de son épaule, un éclair de lucidité revint au soldat à terre, qui parvint à s’agenouiller, situant à nouveau son environnement.
- Harkon, le maître d’armes et l’ornithologue ont été capturés, déclara une nouvelle voix, rêche, en provenance de l’entrée.
- Parfait. Envoyez dés maintenant des messagers à l’Est, répondit la reine. Ce n’est pas la trahison de cet homme qui gâchera mes plans.
- Et qu’est-ce qu’on en fait dans ce cas ?

Manesh’k parvint à redresser suffisamment la tête pour voir que tout les gardes avaient été maitrisée par une poignée de convives, révélant leurs véritables apparences. Il tenta de se relever, mais un coup à la nuque le renvoya au sol, un voile glacé tombant sur son regard.
- Amenez-le aux souterrains, ainsi que les prisonniers. Je crois que j’ai une idée du châtiment qu’ils subiront.
- Et que fait-on des autres ? interrogea le frère de la reine d’une voix distante.
- Ils ne sont rien. Tuez-les.





Se fut lorsque ses côtes cédèrent qu’il revint de nouveau à lui, incapable de hurler, tremblant de souffrance.
- Ca t’a réveillé, ricana le Vizir, son regard étincelant dans les ombres.

Manesh’k roula sur le côté, gémissant. Ses mains étaient liées dans son dos, et il avait visiblement été passé à tabac durant son inconscience. Jamais il n’aurait crût se découvrir à cet instant de nouveaux muscles tant ils lui étaient douloureux. Nu sur un sol de mosaïques, il n’était que plaies et hématomes. Son arcade gauche était si enflée qu’un instant il crût qu’on lui avait crevé l’œil… D’une force inhumaine, Heerakte l’empoigna par les cheveux, et le força à se tenir à genoux malgré ses blessures.
- Je t’aurais bien moi-même vidé, lui cracha-t-il au visage. Cependant, l’idée de la reine m’est hô combien plus attirante… Aller viens, il est l’heure !



Il roula dans la nouvelle pièce, hurlant comme il rebondissait sur le sol. Misérable, il lui sembla passer ainsi une éternité. Étrangement, plus la brûlure de son épaule enflait, et plus son corps se détendait, la douleur devenant plus supportable, sans pourtant s’atténuer. Au prix de nouveaux élans fulgurants au niveau de ses côtes, il parvint à se tourner sur le côté, et ouvrir son unique œil valide.

Que se soit négligence ou fantasme morbide, une unique torche éclairait leur geôle. Leur cellule. Dans un même état misérable et sanguinolent, Varison et Gilnash gisaient également dans un état de semi-conscience.
- Tu aurais mieux fait de rester parmi les songes, déclara sombrement Harkon sans se tourner vers lui, parvenu à s’adosser à l’un des murs, les cheveux collés au visage par l’hémoglobine coagulant.

Du menton il indiqua l’opposée de la pièce où, dans l’ombre, il put distinguer un corps enchainé au mur. Cependant, il senti ses entrailles devenir du plomb. Deux braises écarlates couvaient dans son regard.
- Soif…murmurait-il. Si soif…

Effondré, Manesh’k se laissa retomber en arrière. Il ne tenta pas de retenir ses larmes.
- Que lui ont-ils fait ? Se lamenta-t-il.
- La reine l’a fait enchainer, répondit Walach d’une voix enroué d’avoir trop hurlé. Pendant toute la nuit elle l’a fouetté, lui arrachant la peau du corps… Cela fait près d’une heure qu’il a repris conscience, si on peut appeler cela une conscience…




Heerakte… A présent il parvenait à reconnaître son visage.

Un hurlement de rage et d’agonie résonna dans leur cellule. Gilnash cria à son tour en voyant l’état de leur commandant.

Il le reconnaissait lorsqu’il lui ouvrait la gorge afin d’aspirer jusqu’à la dernière goutte de son sang. Puis il voyait malgré lui le vizir le forcer à avaler son hémoglobine noire, le condamnant à son tour, tout en lui transmettant…sa mémoire.

Dans un grand fracas, la pierre céda. Il entendit plus qu’il ne vit la terrible scène, le général réduit à ce qu’il haïssait le plus et aspirant la vie de son propre maître d’armes…

Il voyait la reine Neferata. De son regard étincelant, elle l’observait alors qu’il vidait la coupe. La quatrième des onze doses de l’élixir, qu’elle lui disait…

Le hurlement de Gilnash fut soudain interrompu, aussitôt remplacé par des gargouillis inarticulés…

Il voyait la nuit sous un nouveau jour. A ses côtés se tenaient la reine, son frère et le haut prêtre. Aucun dieux ne les enchaineraient plus à la mortalité disait-elle. Les livres de Nagash. Ils contenaient la formule de son élixir de vie éternelle. Elle la reine le leur avait accordé…

Il ouvrit grand les yeux. Enfin, le commandant le prit par la gorge, plongeant son regard luisant et assoiffé dans celui de Manesh’k. Il ne sentit pas la terrible morsure. Lorsqu’il aspira à grande gorgée la vie du soldat hors de son corps, il comprit que désormais il n’existerait plus. Il ne serait plus qu’un souvenir dans la mémoire ravagée de son commandant tant admiré. Son commandant qui, lorsqu’il fut exsangue, le considéra, hébété, le tenant à bout de bras, de ses mains recouvertes de ses fluides mêlés à ceux de ses quatre plus fidèles serviteurs… Il le laissa choir au sol, avant de tomber à genoux. Il hurla durant ce qui sembla des heures, la réalité de son acte prenant enfin vie, le secret de sa malédiction lui étant transmit par les souvenirs volés à Manesh’k, eux-mêmes collectés sur un sombre héritier du vizir…

Finalement, Abhorash se releva. Il considéra les quatre corps étendus. Il savait enfin comment se transmettait cette malédiction. En silence, il considéra son corps couvert de fluides, à la fois issue de son corps et de ses victimes. Il soupira. En le torturant durant des heures, sa reine l’avait, sans s’en rendre compte, obligé à transmettre son sombre héritage par le sang qu’elle-même avait répandu. Quelques instants il envisagea de leur épargner le cauchemar de se relever. Mais il ne put s'y résoudre. Il se détourna, et ‘un pas ferme quitta la pièce.





Beaucoup plus tard, Manesh’k rouvrit les yeux. Il ne voyait plus Abhorash décapiter l’officier blessé par l’épée de bois. C’est lui-même qui ôtait la vie à l’humain orgueilleux…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vg11k.tumblr.com/
Blood Knight
Chevalier noir
Chevalier noir
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 348
Expérience de jeu (CV) : 1 an de CV ma première armée et débute un petit contingent de Hauts elfes
Date d'inscription : 11/04/2009

MessageSujet: Re: Nécrøsis   Mer 20 Avr 2011 - 14:03

Comment dire... Tout simplement grandiose, j'en suis à ma quatrième lecture tellement j'adore !

La seule chose que j'ose espérer c'est que tu nous dises ce qu'il adviendra de Manesh'k.

Vraiment très très bon.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomov Le Poussiéreux
Comte de la Crypte 2010 & 2013
avatar

Age : 31
Nombre de messages : 3358
Expérience de jeu (CV) : Ancien Vampire, vieux Chef de Guerre Orque, Favori de Slaanesh depuis peu, nouveau chef de Clan Elfe Sylvain, jeune Poil-au-Menton Nain, vénérable Connétable Bretonnien et très ancien Kuraq Saurus
Date d'inscription : 25/03/2009
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: Nécrøsis   Mer 20 Avr 2011 - 15:22

Avec une solide relecture ce serait un 10/10!

_________________
Vulnerant Omnes, Ultima Necat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arcanide valtek
Seigneur vampire
Seigneur vampire
avatar

Age : 26
Nombre de messages : 2436
Expérience de jeu (CV) : Depuis Mai 2006
Date d'inscription : 24/05/2010

MessageSujet: Re: Nécrøsis   Mer 20 Avr 2011 - 20:27

J'ai lu le tout avec l'OST d'Angels and Demons en fond (ça rend le texte encore plus mythique, si cela est encore possible), et je suis resté scotché genre trois secondes après la dernière ligne, le temps d'assimiler le tout.

Que dire ? C'est la perfection. Si mon côté philosophe m'empêche dire cette phrase d'habitude, là je ne peux pas la retenir, ça m'est impossible.

Je ne peux redire qu'une chose : ON EN VEUT PLUS !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vg11k
Comte de la Crypte 2014
avatar

Age : 26
Nombre de messages : 674
Date d'inscription : 19/07/2010
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: Nécrøsis   Dim 24 Avr 2011 - 14:12

je publierais probablement un épilogue à ce récit, que l'on peut appeler le cycle renaissance du background de mon armée.
comme promis voici le chapitre que j'ai rédigé voila un an, sur lequel je me suis basé pour rédiger Manesh'k. Dans la même direction que mon récit, je prend quelques libertés coté fluff officiel, et je m'en excuse.
Honnêtement, je suis particulièrement fier de celui-ci. En bonus, il vous réserve quelques surprises gnark gnark gnark

maj 29/6/2017 : j'ai amélioré la mise en page et la qual de mon texte

aller, je n'en dit pas plus
bonne lecture !



Le ciel était pourtant clair le jour où Neferata les convoqua en son fabuleux palais. Ils étaient dix, dix parmi ses plus loyaux serviteurs, et tous avaient répondus à son appel. Et tous les onze avaient bu l'élixir de la vie éternelle, se damnant sans le savoir pour l'éternité à venir. Ils durent progressivement fuir la morsure du soleil, et se cacher durant le jour. Leur peur que leurs actes soient découverts était lancinante, mais, le temps croissant, leur orgueil l'emporta. Ils tentèrent d'entrer en contact avec le grand nécromancien, et révélèrent leur existence aux prêtres-rois, qui attaquèrent sur le champ le royaume de Lahmia. La guerre provoquée fut d'un tribut rare.

Les vampires engendrés de gré ou de force par Neferata n'étaient alors qu'une centaine, mais ils saignèrent les armées des prêtres-rois. Les légendes racontent qu'Abhorash à lui seul abattit plusieurs centaines de guerriers ennemis aux pieds des marches du palais. Mais l'armée des prêtres-rois ne pouvait être endiguée, et Lahmia fut rasée, toute sa population massacrée.

De nombreux vampires parvinrent néanmoins à fuir l'anéantissement, certains allant jusqu'à servir le grand nécromancien, tel que Wo'Soran. Mais plusieurs des sept survivants préférèrent l'exil à la guerre à venir avec Alcadizaar. Parmi eux plusieurs disparurent. Mais d'autres firent de nouveau parler d'eux, bien des siècles plus tard. L'histoire se remémorera des noms tels comme Herakhte ou Vashanesh…

Mais le plus puissant des seigneurs de la nuit se signa pas le monde d'une balafre sanglante. Abhorash demeura invaincu de son vivant comme dans mort. Il jeta de son repaire l'un des plus grand dragons que le monde ai porté, exsangue. Il fut le premier à lever le voile de la non-vie à laquelle Neferata l'avait odieusement lié. Ses disciples se dispersèrent, envieux d'égaler l'exploit du plus grand combattant de tous les temps. Ils forgèrent à leur tour leurs légendes : Varison la Lame, Walach, Manesh'k et les dragons de sang… Certains échouèrent, mourant définitivement face à de terribles ennemis.

Mais notre histoire se rappellera certain de ces formidables personnages de notre monde, maudit par l'héritage de Nagash. Notre cœur s'emballera encore bien des années à l'évocation des terribles Herakhte, Vashanesh ou Duc rouge…

Si Herakhte se perdit dans les désolations nordiques, Vashanesh séjourna de longs siècles dans les régions Kislévites. Il resta dans l'ombre lors des assauts sans fin et toujours plus violent des aberrations venues du nord.

Les anciens de la forteresse du nord racontent parfois qu'en l'an 1328, lors d'une terrible avancée des hordes démoniaques, le flot des démons fut retenue au couchant par quatre héros qui combattirent toute la nuit durant. A l'aube, les troupes étaient dispersées, leurs coordinations confuses. On retrouva le cadavre de l'immense buveur de sang avec à ses pieds les corps de trois mortels.

Ce que l'histoire dissimule en revanche, c'est que les corps avaient brulés entièrement dans leurs armures, et que nulle trace ne fut retrouvée du quatrième personnage…


*


- J'ai vaincu le Héraut du dieu des cranes… murmura Manesh'k en parant la lame maléfique.

- Peu importent tes actes, tu demeureras éternellement Naecraes, “le rampant”, ricana-t-il en repoussant son adversaire d'un revers.

Son visage impassible, il esquiva adroitement la lame et bondit en retrait, se mettant hors de portée des autres larbins. Un coup d'œil circulaire lui apprit qu'il devrait achever seul ce qu'ils étaient venus réaliser. Ignorant la douleur lancinante provoquée par son poignet écorché, il resserra sa prise sur la garde de son épée.

- Alors quoi, Manesh'k Naecraes, disciple du terrible Abhorash? ce nom cingla telle un juron entre ses lèvres. Est-ce là tout ce que ton maître t'a enseigné après mille ans ?

Un mouvement sur la droite. En un éclair il esquiva la dague du téméraire suceur de sang. Elle fendit l'air dans le dos de Manesh'k comme son propriétaire tombait au pied de son seigneur, la tête à moitié arrachée.

- Toute cette comédie pour une simple humaine, Naecraes. Je te savais pitoyable, mais tu es tombé bien bas…

- Avant que Manesh'k ne puisse évaluer la situation, il lui fondit dessus avec une célérité surnaturelle.

- Mais soit sans craintes, tu la retrouveras sous peu ! Lui déclara-t-il avec une feinte vicieuse.

Son crochet du droit projeta l'assassin à travers la pièce. Il renversa une étagère contenant de nombreux bocaux de contenus visqueux et répugnants. Le tout lui tomba dessus lorsqu'il la percuta.

- Dire que le capitaine Abhorash te protégeait avec tant d'attention…se moqua-t-il en avançant calmement vers son adversaire à terre.

Une trentaine de vampires assistait au combat, attendant avec impatience la mise à mort du traître à sa race. Il espéraient avoir eux-mêmes l'occasion de lui trancher la gorge et ainsi obtenir les faveurs du Comte. Les débris de bois, de chair et de verre remuèrent.

- Il approuverait mon choix ! Hurla Manesh'k en jaillissant soudain dans une profusion de fluides et d'échardes.

Le contenu répugnant des bocaux luisait sur sa cuirasse ternie. Il bondit à l'assaut du comte et avec une ardeur décuplée le fit un instant ployer. Pendant un moment l'assemblée douta de l'issue du combat, retenant son souffle.

- Les traîtres ont été exterminés, Comte Carstein ! s'exclama soudain un chevalier engoncé dans une armure rouge sang, les têtes tranchées des compagnons de Manesh'k au poing.

Derrière lui arrivait une dizaine d'autre combattants similaires, tous affichant une détermination farouche, fendant la foule des damnés.

- C'est fini, Naecraes, cracha le Comte.

- Cela ne sera fini qu'au moment de ta mort, Vashanesh, parvint à souffler Manesh'k.

Par amour pour elle, il avait juré de ne jamais la condamner à la damnation éternelle. Il avait juré de protéger sa famille contre les ombres provenant de la forteresse. Il avait juré qu'il vengerait son meurtre. Il ne pouvait mourir ici et maintenant.

Exécutant un violent moulinet, il rejeta en arrière ce formidable ennemi, avant de bondir. Dans une pluie de verre il traversa le vitrail. Le souffle de l'air siffla à ses oreilles durant sa chute comme la voix de Vashanesh le poursuivait.

- Tu ne seras toujours qu'un lâche ! Ne le laissez pas s'échapper !

Le choc au pied de l'imposant bâtiment fut rude, mais d'une roulade il parvint à l'amortir avant de courir comme le vent en direction du nord. Déjà il entendait les hurlements des loups ressuscités…



*



Les trois cavaliers en armures sanglantes arpentaient le sentier, faisant avancer leurs montures d'un pas prudent. De la vingtaine de loups qu'ils avaient d'abord lâché à la traque, pas un n'était revenu. Le Comte lui-même avait ordonné que les chevaliers se mettent en selle et aille tirer le traître des bois. Cependant, celui-ci n'était pas encore acculé, bien que toute la forêt fourmille d'ennemis.

L'assassin bondit lestement de son perchoir, renversant un cavalier et sa monture dans la chute. Le temps que les deux autres compagnons réagissent, il trancha la gorge du premier d'un coup de dague, avant de rouler dans les ombres du sous-bois. Tous deux descendirent de leurs montures, faisant face aux broussailles et buissons de ronces. A leur pied une flaque sanglante s'écoulait de la plaie de leur camarade égorgé. Il faisait sombre, mais les vampires avaient une excellente vue nocturne.

Pour autant ils ne purent qu'accuser le coup lorsqu'il les prit d'assaut par-derrière, jaillissant plus vif qu'une panthère. D'une torsion du poignet il arracha l'arme des mains du premier, avant de repousser le second d'un coup de botte. Il trancha violemment un crâne dans une gerbe d'os, de métal et de cervelle. La lame antique ignorait la différence entre chair et acier. Le survivant ferrailla un moment avec lui, mais il n'était qu'un novice en comparaison avec le puissant bretteur. Il mordit bientôt la poussière, la lame de Manesh'k empalant sa gorge au sol.

Il fut brusquement projeté au loin lorsqu'un projectile magique prenant la forme d'un crâne affamé le percuta violemment. Tenant un pistolet ensorcelé au poing, encore fumant du sort libéré, une vampire le contemplait avec un sourire morbide. Son bras droit avait été lacéré et toute peau arrachée de l'épaule jusqu'au mi-coude. Le flanc de son armure défoncé. L'expression de celle-ci se mua toutefois en un rictus de panique lorsqu'il fusa sur elle, ignorant la douleur. De grandes ailes de cuir sombre se déployèrent dans son dos comme elle s'arrachait du sol, mais Manesh'k n'hésita pas un instant. Abandonnant son épée, il bondit et parvint à la ceinturer à la taille. La frappe qu'elle lui assena faillit le désarçonner, creusant trois sillons dans sa joue et laissant apparents ses crocs maculés de sang. Avec l'agilité d'un félin il changea sa prise et passa entre la paire d'ailes puissantes. Hors de portée des bras de la femelle. Il planta ses canines dans la nuque offerte de l'acolyte. Tous deux chutèrent, enlacés dans leur mortelle lutte et s'écrasèrent dans le bois.

Titubant, Manesh'k fut le seul à se relever. Son plastron était déformé et sa gorge dégoulinait des fluides de son adversaire. Avec peine il revint à son arme avant d'errer, plus lentement à présent, en direction du Nord. Le vampire parvint à un village avant l'aube et s'infiltra dans la première demeure qu'il trouva. De rage le guerrier massacra toute la famille l'occupant, les exécutants dans un silence total. Il saigna totalement chacune de ses victimes, se repaissant de leurs forces afin de reconstituer les siennes. Manesh'k put passer le jour sous un couvert temporaire. La lutte reprendrait à l'aube…

Et se fut dès le coucher du soleil que Vashanesh fit raser chaque bâtisse. En personne à la tête d'une quarantaine de chevaliers, il empala chaque corps vif au centre du village, ses créatures ressuscitées les contemplant avec une avidité évidente. Mais Manesh'k ne fut pas saisi cette nuit. La traque dura jusqu'à l'aube suivant, se soldant par la mort de deux chevaliers de plus. Le fuyard parvint à atteindre le hameau où sa bien-aimée l'avait accueilli alors même que le soleil se levait, la peau noircissant à vue d'œil. Horrifié, la famille de cette dernière fuit le bâtiment, ainsi que toute personne présente au village. Toutes sauf une. Le frère de celle qui s'était éprise du mort-vivant choisit de rester aux côtés du terrible personnage qui rejeta toute aide de sa part, gravement brulé. Mais il sombra dans un sommeil réparateur, inconscient. L'humain, encore loyal à la créature qu'avait aimé sa sœur, lui retira son armure et pansa ses plaies malgré la peur et le dégoût qu'il lui inspirait. Sans pour autant le réanimer.

A la nuit tombé Manesh'k se réveilla enfin. Il remercia silencieusement l'humain avant de lui intimer de fuir les lieux, ce qu'il fit sans tarder. Le vampire comprenait qu'il ne pourrait éternellement lutter contre le Comte et ses créatures. En tailleur dans l'entrée du bâtiment, son armure endommagée laissée de côté côté, il médita une partie de la nuit. Il n'était plus vêtu que d'un bas de lin pris dans une malle, l'épée Lahmianne sur les genoux. La nuit fraiche ne fit à aucun moment frissonner sa peau nue. Et lorsque finalement le comte se présenta à l'entrée du hameau, seul, ses paupières se levèrent.

Il sorti dans la nuit, torse-nu, ses bandages retirés. Ses plaies n'étaient qu'à moitiés cicatrisées et la soif de sang engendrée par sa régénération rendait son regard vague. Sans un mot, il salua son ennemi de l'épée, celui-ci restant immobile. De son armure de plaques sombres émanait les volutes des multiples sortilèges imprégnant celle-ci, mais cela ne l'inquièta pas outre-mesure. Pas plus que voir Vashanesh se présenter seul. Leurs deux armes avaient été forgée toute deux au temps du puissant empire de Neferata. Peu de protections résisteraient à de telles armes. Tous deux s'élancèrent simultanément.



Vashanesh abattit lourdement son épée, le bras de Manesh'k ployant sous la parade. Agilement il pivota sur ses appuis et tenta de faucher les chevilles du Comte. Mais fut cueillit au visage par la genouillère d'acier sombre. Profitant de son avantage, von Carstein tenta aussitôt d'empaler Manesh'k qui parvint à glisser vicieusement sa lame le long de celle de l'autre vampire. Il entama son poignet malgré les protections du métal ensorcelé.

Chacun d'eux se passa de commentaire comme ils se tournaient à présent l'un autour de l'autre, se montrant les crocs comme des bêtes féroces. Leurs regards échangeaient des éclairs semblant se refléter sur leurs lames. Manesh'k passa à l'offensive avec fureur, ferraillant violemment avec le Comte. Il le fit reculer jusqu'au plus proche bâtiment, composé de deux étages. Puis para de nouveau l'épée de Vashanesh en se penchant en arrière, la jambe jambe avant tendue à l'extrême.

Néanmoins, Manesh'k changea brusquement de pied d'équilibre d'un mouvement acrobatique et repoussa du talon de la botte le Comte en armure, frappant sous leurs épées levées. Emporté par son élan, Vashanesh défonça la porte de la bâtisse, roulant à l'intérieur. Reprenant une posture plus conventionelle, Manesh'k sauta à la gorge du comte. Celui-ci lui décocha un regard meurtrier comme l'épée fondait sur lui et gronda un seul mot de pouvoir. Celui-ci repoussa soudain l'ancien dragon de sang qui vola à travers la pièce, emportant table et mobilier avec lui. Vashanesh se releva, son visage composé d'un masque de haine alors que la pierre incrustée dans l'anneau de sa main droite étincelait. Manesh'k se redressa avec peine mais le Comte ne lui laissa pas une seconde de répit. De violents mouvements circulaires il le fit reculer à travers la pièce, le forçant progressivement à franchir l'entrebâillement d'une seconde porte.

Elle donnait sur un escalier. Manesh'k y fit des bonds en retrait pour éviter les frappes sourdes de son ennemi appuyant son avantage. Il sautait près de cinq marche à chaque impulsion. L'épée du Comte fracassait le bois lorsque Manesh'k y prenait appuis, entamait les murs latéraux comme s'il frappait dans du beurre. En contre-partie la pointe du dragon entamait une nouvelle pièce de l'armure sombre à chaque coup précis.

Ils déboulèrent au premier étage quelques secondes seulement après avoir pénétré dans l'escalier. Manesh'k put enfin prendre un minimum de recul et étudia la disposition des lieux en un éclair. Devançant son adversaire, il projeta sur lui un lourd lit à deux places. Il fut aussitôt tranché en deux dans un nuage de plumes et d'échardes, le poing de Vashanesh trouvant soudain le menton du dragon. Sous le choc Manesh'k traversa entièrement le mur proche, soulevant une nuée de poussière de plâtre. Il retomba au milieu des marches de l'escalier d'où ils venaient. Grimaçant, il monta à leur sommet.

D'un bond vigoureux Manesh'k passa à travers le toit de chaume. En deux enjambées, il se tint en équilibre sur la poutre composant le faîte du bâtiment. Avec un grondement de colère, Vashanesh fit de même et lui fit de nouveau face. Le combat reprit de plus belle. Avec la lune pour seul témoin, ils croisèrent le métal antiques de leurs épées, dansant sur la corde avec une adresse dépassant la raison. D'un bond, Manesh'k passa par-dessus le comte et lui assena un coup puissant. Mais celui-ci rebondit en crissant sur l'armure épaisse, rayant celle-ci en une flambée d'étincelles. Avant qu'il ne puisse prendre du recul, Vashanesh décrivit un adroit mouvement circulaire. Un arc de cercle vertical, partant du bas. Le regard de Manesh'k se tordit d'effroi et de douleur alors que forces et espoirs lui étaient soudain arrachés. Son crâne et sa poitrine étaient soudain infiltrés par une froids morbide. Il fit un pas mal assuré en arrière. Un sillon sanglant, vertical, lui tranchait la gorge et le menton. Une plaie béante allant de la base du cou jusqu'à sa lèvre supérieure de sa bouche. Il dégluti avec peine, sa langue tranchée se glissant dans la blessure profonde comme le Comte faisait volte-face.

- Je pourrais faire de ta mort un cauchemar éternel, mais tu a la fâcheuse manie d'y survivre, cracha Vashanesh comme Manesh'k tenait se la main libre son visage mutilé.

Le sang s'écoulait à gros bouillons de sa terrible blessure. Il tituba, manquant de perdre l'équilibre. Le Comte se délecta de cette vision un instant. Cette misérable créature était enfin replacée au rang qui était le sien. Et finalement il secoua la tête et chargea. Manesh'k tenta maladroitement de parer, mais son arme s'envola de ses mains.

- Comment t’a-t-elle appelé déjà ? A oui… Mandrak… susurra le Comte en perçant de part en part le corps de Manesh'k.

Celui-ci fut soulevé du sol sous la force du coup, les bras soudainement crispés devant lui. Bouche grande ouverte alors que son corps se déchirait. Il expulsa par les narines une nouvelle gerbe de sang comme toutes forces le quittaient. Un poison glacial se répandit instantanément dans ses entrailles, sa chair, ses os… buvant jusqu'à la plus infime parcelle de son âme. Il perçu à peine l'impact du sol, sombrant déjà dans l'oubli…

Le comte laissa au village abandonné le corps de Manesh'k, n'emportant que l'épée du vaincu. Cependant, lorsqu'il envoya la nuit suivante une paire de chevaliers chercher l'armure, ils ne trouvèrent nulle part le corps calciné par les rayons mortels du soleil.

Au cimetière du village proche de Dol'Valhar, a moins d'une lieue de là, le frère scellait d'un solide cadenas le mausolée qu'il avait osé profaner…


Dernière édition par vg11k le Jeu 29 Juin 2017 - 21:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vg11k.tumblr.com/
Arcanide valtek
Seigneur vampire
Seigneur vampire
avatar

Age : 26
Nombre de messages : 2436
Expérience de jeu (CV) : Depuis Mai 2006
Date d'inscription : 24/05/2010

MessageSujet: Re: Nécrøsis   Dim 24 Avr 2011 - 20:11

Eh bien, il semble que l'aventure de Manesh'k se termine, et que c'est ici que commence celle de Mandrak. Ça a été un véritable nirvana que de lire cette histoire, et j'espère que ton autre sujet va reprendre son essor.

Et au passage, que Manesh'k soit Mandrak, ce n'est pas très étonnant. Mais pourrais-tu nous expliquer à quoi correspond ce changement de nom ? Et aussi pourquoi il se met à accentuer les "s" après ça ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vg11k
Comte de la Crypte 2014
avatar

Age : 26
Nombre de messages : 674
Date d'inscription : 19/07/2010
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: Nécrøsis   Dim 24 Avr 2011 - 23:57

Citation :
Comment t'as-t-elle appelé déjà ? A oui...Mandrak...
c'est les humains qui l'appelaient ainsi =)


Citation :
pourquoi il se met à accentuer les "s" après ça ?
de même
Citation :
Il dégluti avec peine, sa langue tranchée se glissant dans la blessure profonde
il a quand même eu la langue tranchée dans le sens de la longueur 0.o ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vg11k.tumblr.com/
Arcanide valtek
Seigneur vampire
Seigneur vampire
avatar

Age : 26
Nombre de messages : 2436
Expérience de jeu (CV) : Depuis Mai 2006
Date d'inscription : 24/05/2010

MessageSujet: Re: Nécrøsis   Lun 25 Avr 2011 - 0:01

vg11k a écrit:
Citation :
Comment t'as-t-elle appelé déjà ? A oui...Mandrak...
c'est les humains qui l'appelaient ainsi =)
Ben oui, mais après c'est le nom que lui-même se donne. C'est pour ça que je voulais savoir si ça avait une signification particulière pour lui de devoir changer d'identité.

Par contre, pour le coup de la langue tranchée je n'avais pas tilté, mais maintenant que tu le dis c'est vrai que c'est évident.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vg11k
Comte de la Crypte 2014
avatar

Age : 26
Nombre de messages : 674
Date d'inscription : 19/07/2010
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: Nécrøsis   Lun 25 Avr 2011 - 0:06

Citation :
après c'est le nom que lui-même se donne.
pas faux. Enfin, il te faudra etre patient pour en savoir plus ^^

en revanche pour ce qui est de l'autre sujet, l'ayant développé entièrement avec le groupe de joueur de mon cda que nous avons dissous, j'ignore si je reprendrais en solo. Plus tard peut-être.
Je pense plutôt combler les quelques millénaires qui séparent la renaissance de Manesh'k de sa résurrection, vous n'imaginez pas les aventures qu'il a vécu
Manesh'k... assoiffé de la résine... fléau du tentateur... bourreau du dragonnier...seigneur des chasseurs de sorcières...
(tout ces titres se sont conquis sur la table de jeux)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vg11k.tumblr.com/
Thomov Le Poussiéreux
Comte de la Crypte 2010 & 2013
avatar

Age : 31
Nombre de messages : 3358
Expérience de jeu (CV) : Ancien Vampire, vieux Chef de Guerre Orque, Favori de Slaanesh depuis peu, nouveau chef de Clan Elfe Sylvain, jeune Poil-au-Menton Nain, vénérable Connétable Bretonnien et très ancien Kuraq Saurus
Date d'inscription : 25/03/2009
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: Nécrøsis   Mer 11 Mai 2011 - 14:24

Ha! Quel récit les enfants! Le combat faisait un peu "Highlanders" mais l'ambiance est très réussie. Du dynamisme, de la haine, de la violence, du sang, des blessures bien sales et une résurrection en perspective; tous les ingrédients sont réunis pour un excellent combat de Vampires.
L'apothéose qui ferme ce chapitre en somme. Toutes mes félicitations, non seulement pour ce texte en particulier, mais surtout pour l'ensemble de l'œuvre et son excellente cohérence.

_________________
Vulnerant Omnes, Ultima Necat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vladimir
Squelette
Squelette
avatar

Age : 21
Nombre de messages : 26
Expérience de jeu (CV) : jeune débutant
Date d'inscription : 12/07/2011

MessageSujet: Re: Nécrøsis   Mer 13 Juil 2011 - 21:48

Désolé de n'avoir pas poster plus tôt,(2 mois de retard! Shit)

J'ai suivis cette histoire depuis sa création,me délectant de chacun de ces merveilleux chapitres!
Bravo à toi vg11k!,ton récit est un véritable chef d'oeuvre,j'espère que tes futurs histoires seront du même gabarit!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arken
Maîtresse des fouets
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 2695
Expérience de jeu (CV) : Depuis juillet 2006 (livre CV fin V6, jeu fin V7)
Date d'inscription : 12/03/2011

MessageSujet: Re: Nécrøsis   Ven 15 Juil 2011 - 13:15

Je viens de tout lire... Pourquoi je n'ai pas vu ce sujet avant?!

On veut d'autres récits!!

_________________
Les mots sont un don. Les mots sont une arme. Les mots ne se gaspillent pas. P.B.
"Despierta y ponte a soñar"
Ceux qui ne croient pas en la magie ne la trouveront jamais.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nécrøsis   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nécrøsis
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
 Sujets similaires
-
» Nécrøsis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armées Comtes Vampires et mort-vivants :: 
La Bibliothèque
 :: Récits, Fanfics et Fanart
-
Sauter vers: