AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'histoire de Van Orsicvun

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Lanoar
Chevalier de sang
Chevalier de sang
avatar

Age : 27
Nombre de messages : 801
Expérience de jeu (CV) : depuis Février 2009
Date d'inscription : 02/07/2010

MessageSujet: Re: L'histoire de Van Orsicvun   Mar 14 Juin 2011 - 7:56

Ton personnage est introduit de façon cohérente dans le résumé des guerres vampiriques. Je suis vraiment pressé de savoir ce qu'il va faire lorsque Vlad sera défait Happy

La suite !


Dernière édition par Lanoar le Mer 15 Juin 2011 - 11:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keraad de Gespenst
Comte de la Crypte 2011 et 2015
avatar

Age : 24
Nombre de messages : 655
Date d'inscription : 07/10/2009
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: L'histoire de Van Orsicvun   Mer 15 Juin 2011 - 11:44

Et voilà comment, de main de maître, faire en sorte que les vampires vassaux de Vlad ne soient plus tous des anonymes. Bon, en en profitant pour en faire "le seul fidèle" mais sinon ça ne serait pas drôle Happy

J'ai vraiment beaucoup aimé ton insertion dans l'histoire "officielle". D'un côté tu le fait participer à des batailles déjà décrites, de l'autre tu donnes vie à certaines des nombreuses batailles non nommées des guerres vampiriques. La suite, la suite!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arcanide valtek
Seigneur vampire
Seigneur vampire
avatar

Age : 26
Nombre de messages : 2372
Expérience de jeu (CV) : Depuis Mai 2006
Date d'inscription : 24/05/2010

MessageSujet: Re: L'histoire de Van Orsicvun   Lun 8 Aoû 2011 - 22:46

Bon, chose promise, chose due. Voici le début de la suite des aventures d'Oktavius. Il s'agit du début d'un nouveau passage en mode "zoom", car ce qui va suivre sera certainement un des passages les plus importants de l'histoire d'Oktavius.

« Meurs, au nom de Sigmar, abomination impie ! » Le prêtre levait haut son marteau au-dessus de sa tête tout en scandant tour à tour prière et malédiction. Mais lorsque l’arme s’abattit, elle ne rencontra que l’air, et le visage de son propriétaire se mua en une expression stupéfaite en fixant l’endroit où s’était tenu son adversaire quelques secondes plus tôt. Puis il eut un hoquet de surprise en entendant une voix murmurer à son oreille : « Sigmar n’est rien, et toi non-plus. Sois fier d’avoir servi de festin aux êtres supérieurs que nous sommes. » Le prêtre tenta de se retourner, mais il était trop tard, car les crocs du vampire s’enfoncèrent immédiatement dans sa nuque, et la douleur qui en découla lui arracha un hurlement. Ses forces l’abandonnèrent, comme s’il vieillissait de plusieurs dizaines d’années en quelques secondes, et il n’eut bientôt plus la force de faire un mouvement. Le sommeil lui semblait une échappatoire si agréable, si tentante….

« Sigmar… », expira le prêtre une dernière fois, avant de sombrer définitivement dans l’abîme de la mort. Oktavius retira ses crocs sanguinolents de la gorge de sa victime, savourant encore l’intense plaisir qu’il ressentait à chaque fois qu’un des prédicateurs du faux dieu mourrait de sa main. Il regarda autour de lui, s’assurant que tous les impériaux étaient morts, et fut ravi de voir que la dizaine de revenants qui l’accompagnaient avait réussi à vaincre en dépit de leur forte infériorité numérique. Il avait tout d’abord craint que le fait de croiser un peloton de hallebardiers menés par un prêtre guerrier en plein dans les ruelles d’Altdorf n'ait été un coup de malchance, mais ses craintes s’étaient vite dissipées à la vue de l’efficacité des revenants au combat. Ceux-ci avaient taillé en pièces leurs adversaires les uns après les autres, et ce en dépit des nombreux coups qu’ils avaient du essuyer. Lui-même s’était rué sur le prêtre, ne supportant déjà plus de l’entendre prêcher ses sermons de bataille et hurler des prières à un dieu mensonger. Oktavius observa un instant le cadavre de son adversaire, puis il se concentra et tendit la main vers lui, attirant les vents de magie noire avec une facilité qui était devenue de plus en plus manifeste au cours des décennies, et les propulsa vers le corps. L’effet fut immédiat, d’autant que la violence de la bataille alentour attirait le vent de Dhar comme un fanal attire des mouches, et il eut la satisfaction de voir les divers symboles sacrés du prêtre voler en éclats sous l’effet de la corruption magique. C’était quelque chose qu’il avait toujours fait, et qu’il ferait tant que possible, car il entendait par là démontrer sa supériorité sur cette religion trompeuse, tout comme Vlad le lui avait montré à lui-même, la nuit de sa transformation. Les croix, les comètes à deux queues, les marteaux, et tous les autres, tous devaient être détruits par la véritable puissance, celle qui gouvernerait ce monde.

Oktavius sortit soudain de sa rêverie en entendant des bruits de bataille s’approcher, le fracas du métal contre le métal, la chair, ou l’os, et les cris qui y répondaient. Ces bruits se rapprochaient, et Oktavius savait que la réussite de sa mission dépendait entre autres de sa discrétion. Il fit un signe aux revenants, et fonça dans une ruelle, talonné de près par ses soldats. La quasi absence de lumière ne le dérangeait pas le moins du monde, mais il était certain que cela découragerait les humains de trop s’approcher d’ombres avançant silencieusement. Vlad avait décidément eu une idée de génie en plongeant la ville entière dans une nuit perpétuelle, car l’obscurité était un des plus importants générateurs de peur chez les hommes, et cela contribuait aussi à baisser l’efficacité de leurs sens, alors que les morts n’avaient pas besoin de voir pour se battre, ils se contentaient d’obéir. Au détour d’une petite rue, il tourna à gauche et arriva sur une grande avenue, bordée de bâtiments sérés les uns contre les autres. Celle-ci était déserte, tous ceux qui ne voulaient pas se battre s’étant réfugié à l’intérieur des bâtiments. Oktavius pouvait les sentir, sentir leur peur, la façon dont ils étaient recroquevillés sur eux-mêmes, se rassurant mutuellement de mots creux, ne parlant que pour tromper la peur et briser le silence. Car le silence est aussi un puissant générateur de peur, et quoi de plus silencieux qu’un mort, même un mort qui marche. Toutes ces sensations lui aiguisaient la soif, mais il ne pouvait se permettre de forcer la porte de la première bâtisse venue pour s’abreuver de ses occupants. Se remettant à courir, il fonça dans l’avenue, à l’affut du moindre signe de vie, car il ne savait que trop bien que sa position n’était clairement pas la plus discrète dont on puisse rêver, et le moindre paysan alertant la garde ruinerait son action. Mais personne n’avait prit le risque de rôder dans les rues, et Oktavius arriva sans encombres à son objectif, à l’extrémité de l’avenue.

Cette fois, ils devaient entrer par la porte principale, car les revenants ne pouvaient prendre le chemin qu’il avait emprunté la fois précédente, en grimpant sur les immeubles. Et l’édifice était fait de telle façon qu’il était impossible à contourner, de sorte qu’ils avaient dû se diriger vers l’entrée principale, nettement moins discrète. Mais il avait semblé à Oktavius qu’il n’y avait personne pour surveiller cette partie de la ville, ce qui n’était guère étonnant considérant que le comte vampire Vlad von Carstein attaquait l’autre. Et maintenant, le temple de Sigmar se dressait devant lui, vide et sans défenses.



Voila. J'espère que vous me ferez remarquer tout ce qui vous gêne au plus vite, mais aussi ce qui vous plaît (en espérant que ça soit plus nombreux que l'autre Innocent ).


Dernière édition par Arcanide valtek le Dim 11 Sep 2011 - 17:52, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Lanoar
Chevalier de sang
Chevalier de sang
avatar

Age : 27
Nombre de messages : 801
Expérience de jeu (CV) : depuis Février 2009
Date d'inscription : 02/07/2010

MessageSujet: Re: L'histoire de Van Orsicvun   Mar 9 Aoû 2011 - 8:12

Alors déjà, ce ce qui me plaît, c'est que tu as écris un texte. lol
Ensuite ce me gêne c'est que tu n'as pas posté la suite de celui-ci ! Devil

La suite ! cheers

Non je ne céderai pas à la tentation du fouet... Quoique...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arken
Maîtresse des fouets
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 2683
Expérience de jeu (CV) : Depuis juillet 2006 (livre CV fin V6, jeu fin V7)
Date d'inscription : 12/03/2011

MessageSujet: Re: L'histoire de Van Orsicvun   Mar 9 Aoû 2011 - 8:33

Belle plume, comme d'habitude. Mais je ne vois pas la suite! Dommage...

Tiens, en voilà un de fouet! Fais-en bon usage!


_________________
Les mots sont un don. Les mots sont une arme. Les mots ne se gaspillent pas. P.B.
"Despierta y ponte a soñar"
Ceux qui ne croient pas en la magie ne la trouveront jamais.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomov Le Poussiéreux
Comte de la Crypte 2010 & 2013
avatar

Age : 31
Nombre de messages : 3336
Expérience de jeu (CV) : Ancien Vampire, vieux Chef de Guerre Orque, Favori de Slaanesh depuis peu, nouveau chef de Clan Elfe Sylvain, jeune Poil-au-Menton Nain, vénérable Connétable Bretonnien et très ancien Kuraq Saurus
Date d'inscription : 25/03/2009
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: L'histoire de Van Orsicvun   Mar 9 Aoû 2011 - 11:16

Ha, me voici remis à jour!
Deux très bons textes (puisque j'avais un peu zappé le précédent...); le rôle d'Oktavius dans les guerres vampiriques est très bien amené, comme te l'on déjà fait remarquer tes autres admirateurs.

_________________
Vulnerant Omnes, Ultima Necat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vladimir
Squelette
Squelette
avatar

Age : 21
Nombre de messages : 26
Expérience de jeu (CV) : jeune débutant
Date d'inscription : 12/07/2011

MessageSujet: Re: L'histoire de Van Orsicvun   Mar 9 Aoû 2011 - 17:21

Beau massacre en perspective,j'ai hâte de voir Oktavius profaner le temple du faux dieux.Vivement la suite!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keraad de Gespenst
Comte de la Crypte 2011 et 2015
avatar

Age : 24
Nombre de messages : 655
Date d'inscription : 07/10/2009
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: L'histoire de Van Orsicvun   Dim 21 Aoû 2011 - 11:27

A l'attaque!!!! hum, pardon... Alors, que va-t-il bien pouvoir arriver à Oktavius dans ce temple?

J'ai par contre relevé une ou deux fautes visiblement dues à l'inattention.

Citation :
ce qui n’était guerre étonnant

Je sais bien qu'à ce moment tu es en pleine guerre (vampirique), mais ce ne serait pas plutôt "guère" là? Innocent

Citation :
Il avait tout d’abord craint que le fait de croiser un peloton de hallebardiers menés par un prêtre guerrier en plein dans les ruelles d’Altdorf avait été un coup de malchance

Alors là je ne suis pas sûr à 100%, mais je crois que le temps utilisé après le "que le fait" ne devrait pas être l'imparfait, mais un autre (dont j'ai oublié le nom): Il avait tout d’abord craint que le fait de croiser un peloton de hallebardiers menés par un prêtre guerrier en plein dans les ruelles d’Altdorf ait été un coup de malchance
Au présent on aurait bien "Il craint que le fait de croiser...ne soit un coup de malchance", non?

Merci à d'autre de confirmer (ou non) cette correction, car je ne suis vraiment pas sûr de moi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arken
Maîtresse des fouets
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 2683
Expérience de jeu (CV) : Depuis juillet 2006 (livre CV fin V6, jeu fin V7)
Date d'inscription : 12/03/2011

MessageSujet: Re: L'histoire de Van Orsicvun   Dim 21 Aoû 2011 - 11:31

Je pense que Keraad a raison, même si ça ne choque pas trop quand on lit.
Le nom que tu cherches est subjonctif

_________________
Les mots sont un don. Les mots sont une arme. Les mots ne se gaspillent pas. P.B.
"Despierta y ponte a soñar"
Ceux qui ne croient pas en la magie ne la trouveront jamais.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomov Le Poussiéreux
Comte de la Crypte 2010 & 2013
avatar

Age : 31
Nombre de messages : 3336
Expérience de jeu (CV) : Ancien Vampire, vieux Chef de Guerre Orque, Favori de Slaanesh depuis peu, nouveau chef de Clan Elfe Sylvain, jeune Poil-au-Menton Nain, vénérable Connétable Bretonnien et très ancien Kuraq Saurus
Date d'inscription : 25/03/2009
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: L'histoire de Van Orsicvun   Dim 21 Aoû 2011 - 14:59

Je pense comme Keraad, l'imparfait n'est pas à sa place dans cette phrase.
Et merci à Arken pour la précision Happy

Ha, et pour Arca: on attend la suite!

_________________
Vulnerant Omnes, Ultima Necat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arcanide valtek
Seigneur vampire
Seigneur vampire
avatar

Age : 26
Nombre de messages : 2372
Expérience de jeu (CV) : Depuis Mai 2006
Date d'inscription : 24/05/2010

MessageSujet: Re: L'histoire de Van Orsicvun   Mer 24 Aoû 2011 - 23:06

Alors pour votre information, le temps utilisé ici n'est pas l'imparfait mais le plus que parfait, bande d'incultes. Et pour

Par contre, je dois vous avouer que dans mon ignorance, je ne sais pas conjuguer le subjonctif imparfait, je vais donc mettre ce que me conseille Keraad (en l'adaptant).

La suite est en cours de réfection.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Arcanide valtek
Seigneur vampire
Seigneur vampire
avatar

Age : 26
Nombre de messages : 2372
Expérience de jeu (CV) : Depuis Mai 2006
Date d'inscription : 24/05/2010

MessageSujet: Re: L'histoire de Van Orsicvun   Sam 10 Sep 2011 - 16:50

Bon, je n'aime pas les double post, mais là j'ai le regret d'en faire un. Voici la suite du récit d'Oktavius. En espérant que ça vous plaise.


Soudain, un cri déchirant perça la nuit, dominant en puissance l’intégralité du bruit de la bataille. Il retentit pendant plusieurs secondes, et Oktavius se demanda quel genre de maléfices avait lancé son maître pour déclencher un tel hurlement. Lorsque le cri se tut, aussi soudainement qu’il avait commencé, Oktavius ne se laissa pas aller à la rêverie, et il mena les revenants à l’intérieur de l’édifice qui se trouvait devant lui.

Sauf qu’ils ne bougèrent pas d’un pouce.

Au même moment, comme en réponse au hurlement, une grande clameur s’éleva de l’autre côté de la ville, et même si Oktavius n’en perçu que les échos depuis sa position, il commença à comprendre ce qui était arrivé alors qu’en lui une étrange sensation se propageait. Le tirant de sa réflexion, un craquement sourd retentit derrière lui, et il eut l’horreur de découvrir que les revenants venaient de s’effondrer, leurs armures ricochant sur le sol en une cacophonie métallique. Et il comprit, il comprit se qui venait de se passer, alors que lentement un brouhaha de sensations commencèrent à déferler dans son esprit. La rage, la peur, la tristesse, mais par-dessus tout, la colère. Ils avaient anéanti son Maître, et avec lui tout s’effondrait.

Oubliant complètement pourquoi il se trouvait là, Oktavius dégaina son épée et fonça à travers les ruelles le plus rapidement qu’il put, sans prendre le temps de ne pas se faire remarquer ou même de réfléchir à ce genre de problème. Une seule pensée dominait son esprit à présent : ils avaient tué son Maître, et pour cela ils devaient mourir, tous. La part rationnelle de son cerveau lui disait que ce n’était pas la première fois, que Vlad avait déjà succombé lors de nombreuses batailles passées, et qu’il allait sûrement revenir encore une fois pour terminer cette bataille. Mais au fond de lui, il savait, inexplicablement, que cette fois était la bonne, et que son Maître ne reviendrait pas. Courant à travers la ville qu’il connaissait si bien, il ne prêta aucune attention lorsque quatre miliciens se mirent sur son chemin, son épée virevoltant d’elle-même alors qu’il en décapitait deux d’un coup sans même s’arrêter.

Oktavius finit par atteindre le champ de bataille, et la clameur finit par prendre forme. Au-devant de lui, des milliers d’hommes étaient rassemblés devant les portes de la cité, là où quelques heures plus tôt une bataille faisait rage dans le noir et dans la boue. Ils scandaient « Wilhelm », « Mort aux non-morts » ou encore « Vive l’empire », et aucun d’eux ne lui prêta attention, tant l’ivresse de la victoire les avait prit. Décidé à savoir quelle était la situation, il grimpa sur un des bâtiments environnant, choisissant celui qui était le plus en ruine afin que nul ne le remarque au sommet. Une fois au sommet, il constata que la bataille était terminée, car les morts-vivants étaient tombés, comme des marionnettes dont on avait coupé les fils, et leurs ossements jonchaient le sol, piétinés par des humains trop heureux pour s’en soucier. Les vampires effectuaient une retraite précipitée par la grande porte, se battant encore contre l’élite des armées de l’empire à un contre dix, et Oktavius put apercevoir Konrad affronter plusieurs joueurs d’épée à la fois, ceux-ci le forçant à reculer sans pour autant parvenir à s’approcher, plusieurs d’entre eux gisant déjà à ses pieds, preuve qu’ils avaient déjà essayé. Les autres vampires étaient sensiblement dans la même situation, et la fuite semblait la seule issue possible. Il sut qu’il leur faudrait quelque temps encore pour rejoindre le campement, mais que lui devait l’atteindre avant eux, coûte que coûte, pour éviter qu’ils ne s’arrachent les possessions de son Maître. Alors, il se concentra, faisant peu à peu ressortir la bête qui était en lui, tout en la contrôlant comme Vlad le lui avait appris, et se servir de sa puissance sans être tributaire de sa bestialité primitive. Et là, il sentit sa conscience s’éparpiller, son corps se désagréger en une centaine de fragments, et dans un bruissement d’ailes il prit son envol, une seule idée menant les chauves-souris vers leur objectif : il devait atteindre le pavillon blanc.

Lorsque les chauves-souris se réunirent pour le reformer, devant le campement des vampires, Oktavius réfléchit quelques instants à ce qu’il pourrait faire. Le Maître mort, les autres allaient commencer à se battre comme des coqs pour savoir lequel allait lui succéder, et de cette lutte intestine sortirait un nouveau comte. Mannfred, certainement en sortirait vainqueur, ou peut-être Fritz, car celui-ci est indubitablement à peu près aussi malin, mais quel que soit le résultat, lui-même ne voulait plus rien avoir à faire avec eux. Il prit alors la décision de prendre ce qu’il pouvait, et de foncer dans un endroit sûr où il pourrait prendre plus de temps pour penser à ce qu’il devait faire. Déjà, la nuit se faisait moins sombre, la mort de von Carstein avait rompu le maléfice régnant sur la ville, il lui fallait faire vite.

Oktavius fonça à l’intérieur du grand pavillon de von Carstein, et ne mit que peu de temps à retrouver le coffre où celui-ci rangeait ses nombreux parchemins remplis de secrets sur la magie noire. Il en emporta le plus possible, prenant tout ce qu’il pouvait parmi les manuscrits, ne prenant même pas le temps d’examiner les rituels ou les sortilèges décrits dessus. Déjà, il entendait de nouveaux les hurlements des humains, fonçant dans sa direction, mais il ne put s’arrêter, s’encombrant de nombreux parchemins et livres jusqu’à n’en plus finir. Puis, lorsque les cris furent tous proches, il découpa dans le pavillon un grand carré de tissus à l’aide de son épée, plaça les livres à l’intérieur, et replia le tout en un sac de fortune. Il savait qu’il ne pouvait pas tout prendre, et cette pensée l’enrageait, car peut-être laissait-il quelque précieux secret, mais il ne pouvait faire autrement, et déjà les humains étaient dans le campement, saccageant tout sur leur passage, brûlant les tentes, éparpillant les os, détruisant tout ce qu’ils auraient du craindre et respecter. Deux d’entre eux entrèrent dans la tente de von Carstein, leur uniforme maculé de sang et de poussière, brandissant des hallebardes et fonçant sur lui en hurlant. Sans ciller, Oktavius prononça un mot, et soudain de ses yeux jaillirent des éclairs verdâtres, qui frappèrent les deux soldats en pleine poitrine, pulvérisant leur chair alors qu’ils étaient projetés au-dehors de la tente. Conscient que cela ne ferait qu’en attirer d’autres, Oktavius s’engouffra dans le trou qu’il avait fait dans la tente et il s’enfuit dans l'aube naissante.



C'est un chapitre un peu speed, mais il n'y a finalement pas grand-chose à raconter. Si besoin est, je le réécrirai, mais là je ne vois pas trop quoi rajouter...

EDIT : quelques détails ont été rajoutés.


Dernière édition par Arcanide valtek le Dim 11 Sep 2011 - 17:56, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Arken
Maîtresse des fouets
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 2683
Expérience de jeu (CV) : Depuis juillet 2006 (livre CV fin V6, jeu fin V7)
Date d'inscription : 12/03/2011

MessageSujet: Re: L'histoire de Van Orsicvun   Sam 10 Sep 2011 - 16:56

Bonne transition, quoique ton texte semble assez rapide. Il n'y a pas beaucoup de détails.
Il va devoir se débrouiller seul!


_________________
Les mots sont un don. Les mots sont une arme. Les mots ne se gaspillent pas. P.B.
"Despierta y ponte a soñar"
Ceux qui ne croient pas en la magie ne la trouveront jamais.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vladimir
Squelette
Squelette
avatar

Age : 21
Nombre de messages : 26
Expérience de jeu (CV) : jeune débutant
Date d'inscription : 12/07/2011

MessageSujet: Re: L'histoire de Van Orsicvun   Dim 11 Sep 2011 - 11:55

Crying Vlad est mort!Mais bon,c'est le début de l'Aventure(avec un grand A)de orscivun.
J'attend avec impatience la suite!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keraad de Gespenst
Comte de la Crypte 2011 et 2015
avatar

Age : 24
Nombre de messages : 655
Date d'inscription : 07/10/2009
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: L'histoire de Van Orsicvun   Lun 12 Sep 2011 - 9:03

Pauvre Oktavius! Comment va-t-il pouvoir supporter la mort de son maître?

Super la transformation en nuée de chauves-souris, une belle application du pouvoir horreur volante. Et le fait que ce pouvoir "bestial" nécessite d'utiliser son côté primitif est une bonne idée. Bravo!

Maintenant, on attend la suite...

PS: Tu n'aurais pas lu le premier tome de la trilogie sur Nagash par hasard? Où il se déplace à l'aide d'un certain nuage de scarabées?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arcanide valtek
Seigneur vampire
Seigneur vampire
avatar

Age : 26
Nombre de messages : 2372
Expérience de jeu (CV) : Depuis Mai 2006
Date d'inscription : 24/05/2010

MessageSujet: Re: L'histoire de Van Orsicvun   Lun 12 Sep 2011 - 12:07

Citation :
Et le fait que ce pouvoir "bestial" nécessite d'utiliser son côté primitif est une bonne idée. Bravo!
Ah, euh *hésite à dire que c'est juste sous le coup de l'inspiration qu'il a écrit ça* oui, oui, merci beaucoup. Je dois reconnaître que j'ai du génie là Sun glasses

Bon, j'arrête de me la péter...


Citation :
PS: Tu n'aurais pas lu le premier tome de la trilogie sur Nagash par hasard? Où il se déplace à l'aide d'un certain nuage de scarabées?
Non, pas du tout. L'idée d'utiliser ce moyen de transport m'est venue toute seule, et j'hésitais entre lui faire pousser des ailes ou disparaître en une nuée de chauves-souris. Mais le deuxième choix m'a paru moins bestial (l'autre me fait penser à Markus dans Underworld, qui est le type même du vampire bestial).


EDIT : comme je l'ai dit avant, je n'aime pas faire de double post. Je met donc ceci en édit.

Voici la suite, fraichement écrite :

Oktavius courut comme il n’avait jamais couru de son existence. Il devait fuir, mettre le plus de distance possible entre lui et la foule de ses poursuivants, ces meurtriers assoiffés de sang, qui n’avaient rien compris à la volonté de son Maître. A la seule pensée du comte disparu, Oktavius ne put retenir des larmes, mais ayant presque oublié comment pleurer, cela ne le soulagea pas le moins du monde. Il ne se souvenait pas d’avoir déjà pleuré auparavant, mais tout était si lointain, si flou dans sa mémoire…Et les cris de ses poursuivants ne cessaient de retentir, l’empêchant de réfléchir. Il pouvait entendre des aboiements, ils avaient donc amené des chiens pour les aider à le traquer, mais cela ne le dérangeait pas le moins du monde. En tant que maître de la nuit, son emprise sur les animaux était puissante, et dussent le rattraper, il les renverrait sur leurs maîtres la bave aux babines et les yeux révulsés. Autour de lui, la forêt devenait de plus en plus sombre, Oktavius ayant veillé à ce qu’au-dessus de lui une chape de nuage noirs garde les rayons du soleil loin de son être. Les arbres se faisaient plus grands, plus nombreux, et bientôt il se retrouva à slalomer entre les racines. Il sentait que les humains avaient ralenti, qu’ils commençaient à perdre sa trace, mais qu’ils ne s’étaient toujours pas arrêtés. Qu’importe, ils finiraient bien par abandonner, que ce soit à cause de la fatigue ou non, alors que lui pouvait tenir comme ça pendant des jours. Mais pour l’instant, il lui fallait un plan, un but, car il ne pourrait continuer de courir comme ça toute sa non-vie. Et pour y penser plus profondément, il était nécessaire que plus personne ne suive sa trace. C’est alors qu’il trouva les gors.
Une demi-douzaine d’hommes-bêtes gisaient sur le sol, certains décapités, d’autres profondément estropiés, et plusieurs d’entre eux étaient complètement desséchés, comme si on leur avait aspiré tout leur sang. Il n’avait même pas perçu consciemment l’odeur du fluide écarlate, et en déduisit qu’alors qu’il était tout à ses pensées, son instinct l’avait mené ici en la suivant, sans qu’il s’en aperçoive. Mais cela n’importait pas, car partant de cette clairière, une piste toute fraîche, nimbée de tâches de sang, menait dans les fourrés, et une idée vint à Oktavius, une idée lui permettant de se débarrasser des humains qui le chassaient. Il fonça à la suite de la piste que ses frères avaient laissé dans l’herbe, et au bout de quelques minutes, il s’arrêta, et il bondit dans un arbre au feuillage épais et sombre, et ce sans poser le pied sur le sol. Rapidement, il grimpa jusqu’au faite, puis il attendit, patiemment.
Ils ne mirent pas longtemps à arriver. Oktavius savait, à l’odeur, qu’ils n’étaient pas loin, mais il les entendit avant de les voir. Lorsque ses poursuivants atteignirent le lieu du carnage, il put entendre plusieurs cris d’horreur, de surprise, et quelques prières. Puis, une voix solitaire lança « Par ici ! La piste est fraiche ! », et un hurlement unanime lui répondit, au moins une vingtaine de voix. Ils pressèrent le pas, et bientôt Oktavius put les voir. Ils s’agissaient principalement de chasseurs, équipés d’arcs, de torches et, à son étonnement, de pieux en bois. Comme si un outil de contes de fées pouvait avoir le moindre effet sur lui. Ils avançaient en file indienne, au pas de course, et le vampire fut impressionné par leur ténacité et leur endurance, preuve que la haine qu’ils éprouvaient à son égard était au moins aussi importante que celle que lui-même leur vouait.
Au bout de quelques minutes, les dernières lumières du groupe avaient disparu, et alors Oktavius redescendit de sa cachette et se lança à leur poursuite, décidé à faire un véritable festin pour venger la mort de son géniteur. En quelques instants, il les rejoignit, avançant silencieusement derrière la colonne de chasseurs, se demandant vaguement comment il allait commencer.

***********************************************************************************

Franck avançait en tête de la colonne, les sens aux aguets. La trace du vampire était devenue très facile à suivre depuis qu’ils étaient tombés sur les cadavres des hommes-bêtes quelques temps plus tôt, une œuvre perpétrée de façon évidente par un vampire, et cela le dérangeait quelque peu. Auparavant, la piste s’était révélée difficile à suivre, la créature ne s’arrêtant apparemment pas et ne laissant que peu de traces sur le sol. Les chiens s’étaient alors révélés très utiles, car de toute évidence le vampire avait une odeur reconnaissable, et ces chiens avaient survécu au siège d’Altorf, ils connaissaient cette odeur. Mais depuis le charnier, leur aide n’était plus nécessaire, la piste étant devenue presque évidente, ponctuée de traces de sang et de pas. Cela n’était pas pour rassurer le chasseur qu’il était, car c’était bien la preuve évidente que, même s’il se sait chassé, le vampire n’en reste pas moins un prédateur, et d’une violence incroyable. Même s’ils le rattrapaient, le combat s’annonçait rude, et de nombreuses vies seraient perdues. Mais les hommes y étaient prêts, et la haine pouvait se révéler une source d’énergie très efficace en cas de besoin.
Soudain, un crissement se fit entendre derrière lui, et immédiatement après plusieurs hurlements déchirant y répondirent. Franck se retourna en une fraction de seconde, pour se rendre compte que l’arrière du groupe était attaquée. Plusieurs chasseurs gisaient à terre, percés de plusieurs trous noircis et brûlés. « De la sorcellerie ! » cria quelqu’un, « Il est derrière nous. » Franck n’y comprenait plus rien, mais il ne réfléchissait plus. Saisissant son arc, il encocha une flèche, bientôt imité par tous les autres membres du régiment, mais il eut beau scruter les fourrés qu’ils venaient de franchir, aucun signe de leur proie ne lui parvint. Et puis soudain, un mouvement lui fit tourner les yeux. Là, sur le sol, l’un des corps commençait à se trémousser, et lentement il se releva, puis un autre, et encore un…Avec un frisson d’horreur, Franck réalisa le plan du vampire. Plutôt que de se battre à un contre vingt, il avait décidé de retourner leur nombre contre eux.
« Tirez ! Abattez-les ! » Cria-t-il. En une fraction de seconde, les chasseurs bandèrent leurs arcs, visèrent et firent feu. Les morts-vivants furent perforés de plusieurs flèches chacun, la puissance des impacts les envoyant par terre. Mais Franck savait que ce n’était qu’un court répit, car les morts pouvaient se relever encore et encore, tant que le marionnettiste qui les dirigeait ne tombait pas. Au lieu de tirer une nouvelle flèche, Franck se rua sur le zombie le plus proche de lui, tira un pieu en bois de sa ceinture et le lui planta dans la bouche, transperçant le crâne du mort, et ficha en même temps le pieu dans le sol, bloquant la créature sur place. Déjà, celle-ci commençait à l’agripper de ses mains molles et craquelées, mais Franck se libéra d’un coup brusque. Puis, brandissant sa torche, il mit le feu aux vêtements du mort.
L’effet fut immédiat. Les flammes se propagèrent rapidement sur l’intégralité du corps du zombie, qui avait semblait-il perdu sa lenteur habituelle. En effet, il convulsait violemment, son corps secoué de spasmes incontrôlables alors qu’il tentait sans succès de se relever. Autour de lui, les autres chasseurs avaient fait de même pour les autres morts, qui maintenant se consumaient tous dans des flammes d’un mètre de haut, en une pantomime d’agonie totalement muette. Franck recula pour mieux profiter du spectacle, la vision brouillée par la fumée et la lueur des flammes, satisfait d’avoir pu neutraliser cette menace. Il allait commencer à chercher le vampire quand un choc l’arrêta net. Aussi soudainement l’éclair, un froid intense l’envahit, et le goût du sang emplit sa bouche. Il tenta de remuer, mais ses forces le quittaient rapidement, et il ne put que baisser les yeux, pour s’apercevoir qu’un mètre d’acier trempé dépassait de sa poitrine, comme un miroir argenté et écarlate sur lequel les flammes environnantes se reflétaient en une constellation de lumières. « C’est beau… » Parvint-il à articuler, presque certain que personne ne l’avait entendu. Avant de sombrer dans l’inconscience, une voix douce et froide lui chuchota à l'oreille « Oui, c’est magnifique ».


Voila, dites-moi ce que vous en pensez.


Dernière édition par Arcanide valtek le Jeu 15 Sep 2011 - 17:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Thomov Le Poussiéreux
Comte de la Crypte 2010 & 2013
avatar

Age : 31
Nombre de messages : 3336
Expérience de jeu (CV) : Ancien Vampire, vieux Chef de Guerre Orque, Favori de Slaanesh depuis peu, nouveau chef de Clan Elfe Sylvain, jeune Poil-au-Menton Nain, vénérable Connétable Bretonnien et très ancien Kuraq Saurus
Date d'inscription : 25/03/2009
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: L'histoire de Van Orsicvun   Jeu 15 Sep 2011 - 10:17

Terrible! Les deux d'ailleurs (j'avais un peu de retard...).

La proie qui se fait chasseur, j'adore tout simplement!

J'ai juste une remarque concernant le moment où Oktavius relève les morts. Tu parles d'abord de squelettes, ce qui est étrange vu que les corps viennent de trépasser et qu'après tu en parle en tant que zombies.

La mort de l'homme de tête est très savoureuse et l'échange qu'il a avec le Vampire est presque intime (ce qui est un tour de force au milieu d'un groupe et en seulement deux phrases!).

_________________
Vulnerant Omnes, Ultima Necat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arken
Maîtresse des fouets
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 2683
Expérience de jeu (CV) : Depuis juillet 2006 (livre CV fin V6, jeu fin V7)
Date d'inscription : 12/03/2011

MessageSujet: Re: L'histoire de Van Orsicvun   Jeu 15 Sep 2011 - 13:41

Mouarf mouarf mouarf! C'est tout bonnement machiavélique!
+1 avec Thomov, L'échange avec l'homme de tête rajoute un petit plus, comme une saveur retardataire qui met l'aliment en avant... (j'avoue... j'ai un peu faim Camouflé Ninja )

Citation :
Oktavius ayant veillé à ce qu’au-dessus de lui une chape de nuage noirs garde les rayons du soleil loin de son être
Citation :
brandissant sa torche, il mit le feu aux vêtements du mort.

Les humains se promènent avec des torches alors qu'il fait jour? Éclaire ma lanterne stp Fou
(Oui, mauvais jeu de mots et tout et tout... On ne se refait pas Happy )

_________________
Les mots sont un don. Les mots sont une arme. Les mots ne se gaspillent pas. P.B.
"Despierta y ponte a soñar"
Ceux qui ne croient pas en la magie ne la trouveront jamais.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arcanide valtek
Seigneur vampire
Seigneur vampire
avatar

Age : 26
Nombre de messages : 2372
Expérience de jeu (CV) : Depuis Mai 2006
Date d'inscription : 24/05/2010

MessageSujet: Re: L'histoire de Van Orsicvun   Jeu 15 Sep 2011 - 17:30

Merci de vos commentaires, j'avais en effet depuis longtemps envie de faire un passage vu par un autre narrateur qu'Oktavius (une de ses malheureuses victimes), afin de varier les effets. Et j'aime bien raconter des morts du point de vue du mourant Skull .

Citation :

J'ai juste une remarque concernant le moment où Oktavius relève les morts. Tu parles d'abord de squelettes, ce qui est étrange vu que les corps viennent de trépasser et qu'après tu en parle en tant que zombies.
Une petite coquille. J'avais d'abord écrit la scène avec des squelettes, mais je me suis aperçu que des zombies allaient mieux. Je corrige ça tout de suite.
Citation :
Les humains se promènent avec des torches alors qu'il fait jour? Éclaire ma lanterne stp
Le fait n'est pas anodin. Il se trouve que les humains, en 40 ans de guerre, se sont certainement aperçu de l'efficacité du feu sur les morts-vivants, car il calcine les zombies comme s'ils n'étaient rien, et les squelettes brûlés sont beaucoup moins solides. Bref, ils transportaient d'abord les torches pour s'éclairer, puis pour se battre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Arken
Maîtresse des fouets
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 2683
Expérience de jeu (CV) : Depuis juillet 2006 (livre CV fin V6, jeu fin V7)
Date d'inscription : 12/03/2011

MessageSujet: Re: L'histoire de Van Orsicvun   Jeu 15 Sep 2011 - 18:51

Sont pas si stupides que ça les humains

Merci! ... Suite!

_________________
Les mots sont un don. Les mots sont une arme. Les mots ne se gaspillent pas. P.B.
"Despierta y ponte a soñar"
Ceux qui ne croient pas en la magie ne la trouveront jamais.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arcanide valtek
Seigneur vampire
Seigneur vampire
avatar

Age : 26
Nombre de messages : 2372
Expérience de jeu (CV) : Depuis Mai 2006
Date d'inscription : 24/05/2010

MessageSujet: Re: L'histoire de Van Orsicvun   Ven 13 Jan 2012 - 19:54

Arbeit, ça fait depuis Septembre que je n'ai pas posté. Il est grand-temps que je rectifie cela :



Je sais, je suis de moins en moins régulier, mais si j'ai une idée globale de là où je dois aller, je n'arrête pas d'improviser de nouveau trucs entre-temps pour y arriver.

EDIT : je commence à devenir trop sûr de moi, ou bien trop pressé, ou quelque chose comme ça, parce que ça fait deux fois que je met un texte qui se révèle ne pas être totalement fini. Honte sur moi, je m'en vais le retravailler de A à Z, ou presque, et je le reposterai une fois que ce sera fait.


Dernière édition par Arcanide valtek le Mar 17 Jan 2012 - 11:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Thomov Le Poussiéreux
Comte de la Crypte 2010 & 2013
avatar

Age : 31
Nombre de messages : 3336
Expérience de jeu (CV) : Ancien Vampire, vieux Chef de Guerre Orque, Favori de Slaanesh depuis peu, nouveau chef de Clan Elfe Sylvain, jeune Poil-au-Menton Nain, vénérable Connétable Bretonnien et très ancien Kuraq Saurus
Date d'inscription : 25/03/2009
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: L'histoire de Van Orsicvun   Mar 17 Jan 2012 - 1:10

Ho, ho, une explosion de lumière; j'ai l'impression que les Tleilaxu vont vendre quelques uns de leurs yeux artificiels par ici...

Désolé, une réminiscence de Dune...

Chouette passage mais je trouve que tu prends moins le temps d'installer une ambiance que dans tes précédents textes. Après une si longue et si insupportable attente, tu peux faire mieux j'en suis sur! Shifty

Quoi qu'il en soit, je ne peux dire à quel point la reprise de ton sujet me fait plaisir! Happy

_________________
Vulnerant Omnes, Ultima Necat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arken
Maîtresse des fouets
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 2683
Expérience de jeu (CV) : Depuis juillet 2006 (livre CV fin V6, jeu fin V7)
Date d'inscription : 12/03/2011

MessageSujet: Re: L'histoire de Van Orsicvun   Mar 17 Jan 2012 - 15:33

Ouais!! Le topic récits reprend du service!! cheers

Chouette passage Arca, vivement la suite! Cool

banane

_________________
Les mots sont un don. Les mots sont une arme. Les mots ne se gaspillent pas. P.B.
"Despierta y ponte a soñar"
Ceux qui ne croient pas en la magie ne la trouveront jamais.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arcanide valtek
Seigneur vampire
Seigneur vampire
avatar

Age : 26
Nombre de messages : 2372
Expérience de jeu (CV) : Depuis Mai 2006
Date d'inscription : 24/05/2010

MessageSujet: Re: L'histoire de Van Orsicvun   Jeu 26 Jan 2012 - 18:00

Bon, alors revoilà la partie de l'autre fois, entièrement relue et réécrite car je n'en étais pas satisfait.

En espérant qu'elle vous plaira encore plus.

Caché derrière un épais tronc d’arbre, Oktavius réfléchissait à la situation. Il lui aurait été facile de s’enfuir, laissant là ses poursuivants attendre un ennemi qui n’arrivera jamais, mais il ne pouvait courir le risque de les laisser le suivre. Passés les premiers instants du combat, il avait du se réfugier hors de vue de ces chasseurs qui semblait-il seraient bien plus durs à abattre que prévu. Les attaquer à coup de zombies avait été un échec, car il semblait qu’ils savaient parfaitement comment les neutraliser. Il restait l’option de les attaquer directement en se servant de la magie, mais il y avait le risque que certains d’entre eux l’atteignent pendant le processus, et de toute façon attaquer frontalement une vingtaine d’hommes accompagnés de chiens n’était pas exactement ce qu’on pouvait appeler une stratégie gagnante.

Les réflexions d’Oktavius furent brutalement interrompues par un hurlement provenant du groupe de chasseurs. Mais à sa grande surprise, il semblait plutôt que l’un d’entre eux hurlait à la mort, comme s’il venait de se faire éventrer par une bête féroce. Les bruits de combat reprirent, et les cris s’intensifièrent, se multiplièrent. Les chiens n’aboyaient plus, et dans la cacophonie qui régnait dans la clairière, Oktavius parvint à distinguer les glapissements des bêtes, manifestement effrayées par quelque chose.

Décidé à savoir ce qui se passait, Oktavius s’apprêta à sortir de sa cachette, quand soudain une brusque fluctuation dans les vents de magie lui fit changer d’idée. Là, dans la clairière, quelqu’un ou quelque chose attirait les vents comme un cadavre attire les mouches, mais avec une puissance telle que cela en devenait extrêmement oppressant, et Oktavius dut à grand peine réprimer le besoin urgent qu’il ressentit de creuser un trou et de s’y cacher. Manifestement, à quelques mètres de lui se trouvait un mage d’une puissance extrêmement élevée, d’une puissance telle qu’Oktavius en avait rarement vue.

Un instant plus tard, la fluctuation cessa, et une violente explosion retentit. Les cris des humains se muèrent en hurlements déchirants, auxquels se mêlèrent des sons de membres arrachés et d’os brisés, et une odeur de sang commença à se dégager de l’endroit. Toutes ces sensations, Oktavius les aurait appréciées dans toutes autres circonstances, il en aurait profité jusqu’à satiété, mais pas cette fois. Cette fois, il sentait que quelque-chose n’allait pas, que ce massacre ne devrait pas se faire de cette façon, et la pression qu’il avait ressenti l’empêchait de retirer tout plaisir de la situation. De plus, la puissance dégagée plus tôt par l’être le tétanisait encore, même si la pression se dissipait rapidement. Quelle que soit la personne, ou la chose qui se trouvait là, elle le surpasserait sans difficulté.

Quelques secondes plus tard, les cris s’éteignirent, certainement alors que les derniers humains vivants expiraient, et puis seule resta l’odeur du sang, dans un silence de mort.
Au moment où Oktavius se demandait s’il allait bouger, une voix claire s’éleva de la clairière, une voix qu’il reconnut instantanément, et dont il avait cru ne plus jamais entendre les accents hautains et moqueurs.
« Sors de ta cachette, je sais que tu es là ! »
La peur d’Oktavius retomba d’un coup, remplacée par une froide méfiance. Il se releva instantanément, et parcourut rapidement le chemin qui le séparait de la clairière, décidé à en avoir le cœur net. Comment lui avait-il pu massacrer autant d’hommes aussi facilement, cela demeurait un mystère, mais Oktavius savait que ce ne pouvait pas être de son seul fait, et cette certitude renforça sa détermination.
Une fois arrivé à la clairière, il prit un instant pour contempler la scène dont il n’avait entendu que des échos. L’endroit était l’incarnation de l’horreur et de la dévastation, une véritable insulte au règne vivant et à la nature. L’explosion avait déchiqueté la plupart d’entre eux, leurs membres calcinés gisant ça et là parmi les décombres, et les autres avaient été brûlés et projetés en arrière avec une telle violence que certains arbres contre lesquels ils s’étaient cognés étaient abattus. Des chiens, il ne restait rien que des morceaux de peau et d’os, et au milieu de la scène, dans un cratère de terre retournée et de poussière, l’autre se tenait. Il portait une épée à la lame finement ciselée de sa main droite un bâton de bois dans l’autre, et il le regardait droit dans les yeux, un sourire malsain sur le visage.

« Je suis là, répondit Oktavius, si c’est moi que tu cherches. »
Fritz ne bougea pas lorsqu’Oktavius sauta de sa position pour atterrir souplement sur le sol, en face de lui. S’il était surpris de voir son frère, il n’en laissa rien paraître, arborant son habituel sourire narquois, et il rengaina son arme avant d’élever la voix.
«- Alors comme ça, fit-il, les rats quittent le navire. Je te croyais mort, mais il semble que certains aient la peau plus dure que d’autres…
-Comment as-tu fait cela, Fritz ?
-Et quoi donc, je te prie ? répondit Fritz de sa voix moqueuse, semblant s’amuser de le voir ainsi désappointé.
-Comment as-tu massacré tous ces hommes ? Je suis absolument certain que jamais durant les précédents siècles tu n’as pu déchaîner une telle puissance, pas plus que les autres. Alors comment ?
-Tu le saurais si tu avais prêté attention à ton environnement, je ne vais pas t’aider. Mais dis-moi, comment se fait-il que tu sois ici ? Les autres sont partis il y a longtemps, et je ne suis resté en arrière que pour éviter de me faire poursuivre comme tu l’as été. Aurais tu renoncé à te battre, pour t’enfuir à la place, loin de Drakenhof ?
-Ce n’est pas moi qui ai abandonné la cause de Vlad, ça tu peux en être certain. Mais ne compte pas sur moi pour retourner à Drakenhof et me mêler à vos inévitables combats de coqs pour savoir qui sera le mâle dominant, j’ai assez côtoyé de bêtes comme ça. »
Oktavius perdait patience. Cette conversation ne le menait nulle part, et la façon de se comporter de Fritz commençait à lui porter sur les nerfs.
« -Prend garde à tes paroles, persifla Fritz, qui semblait mal prendre l’insulte, ou je pourrais bien te les faire regretter.
D’un geste théâtrale, il désigna le carnage se trouvant autour d’eux.
-Regarde un peu ce qui est arrivé aux précédents à m’avoir contrarié. Tu ne voudrais pas finir comme ça, n’est-ce pas ?
-Serais-tu en train de supposer que je suis aussi faible que de vulgaires paysans ? Tu me blesses, Fritz, sincèrement.
-Oh, mais non, continua Fritz d’un ton sarcastique, mais le dernier vampire à se faire frapper par
ça –il brandit son bâton- a assez mal fini. »

Oktavius s’intéressa plus précisément à l’objet en question, cherchant dans sa mémoire s’il avait déjà vu Fritz manier une arme de ce genre. Il s’agissait d’un bâton de bois noir, d’environ cinq pieds, étrangement droit même si de longues nervures le parcouraient en tourbillonnant. À son extrémité, le bois était racorni, formant un sorte de sphère. Cela paraissait ridicule, le bout de bois ne semblant même pas assez solide pour faire une canne, alors une arme… Et puis soudain, il comprit, d’un éclair, et la vérité le frappa comme un coup de poignard.
« -Alors c’est toi qui l’avais prit. C’est pour ça que je ne l’ai jamais retrouvé. Le ton d’Oktavius se faisait plus menaçant, mais l’autre n’y fit même pas attention.
-Eh oui, il semblait que cet artefact avait un grand potentiel après que je t’ai vu l’utiliser sur ce nécrarque. Mais ça m’a prit du temps pour comprendre son fonctionnement, d’autant que le fait de devoir s’en servir en cachette n’a pas vraiment aidé. Mais maintenant que Vlad est mort, le titre de comte me reviendra de droit dés que j’aurais occis un des autres avec. »

Fritz exultait, le fait de pouvoir révéler ce plan à quelqu’un semblait lui procurer un plaisir immense. Mais Oktavius lui bouillonnait de rage, Fritz lui ayant prit un artefact qui lui revenait de droit et comptait s’en servir pour prendre la suite de Vlad, usurpant un trône qui n’était pas le sien avec l’aide d’un objet volé. En un instant il dégaina son épée et se précipita sur Fritz.
Celui-ci réagit rapidement, esquivant le coup d’une pirouette tout en dégainant sa propre arme, mais Oktavius n’avait pas dirigé son coup sur Fritz lui-même, et le plat de sa lame heurta le bâton de plein fouet. La force du coup fit lâcher son artefact à Fritz, qui le regarda partir avec une moue contrariée avant de se reporter sur son adversaire.
Tentant de garder l’avantage, Oktavius attaqua d’un revers furieux, mais cette fois sa lame rencontra celle de Fritz, qui la détourna d’une rotation du poignet avant de contre-attaquer à une vitesse telle qu’Oktavius ne put qu’esquiver en se penchant en arrière. Conservant l’élan de son attaque, Fritz pressa son avantage en attaquant furieusement de tous les côtés, opposant un barrage de coup à Oktavius qui ne put bloquer chaque attaque tant elles étaient rapides, et reçu plusieurs blessures à la hanche et à l’épaule droite. Attendant le moment propice pour reprendre la main, il le trouva lorsque Fritz porta trop loin un de ses coups, ce qui lui permit de longer la lame pour frapper celui-ci au menton d’un violent coup de poing. La force du coup sonna Fritz quelques fragments de secondes, suffisamment longtemps pour qu’Oktavius le fasse tomber à terre d’un coup de pied au sternum avant de lui mettre la pointe de l’épée sous la gorge.
« C’est fini, Fritz. Tu as perdu. »

Son frère dans la mort le considéra quelque secondes, puis un rictus se dessina sur son visage.
« Oh, vraiment ? » fit-il, et il saisit la lame des deux mains alors même qu’Oktavius tentait de la lui planter dans la gorge. Fritz ne put arrêter le coup, mais son action le ralentit suffisamment pour lui permettre d’esquiver. D’un bond, il se remit debout, et percuta Oktavius d’un crochet du droit au menton, le faisant reculer de quelques pas, étourdi par le choc. Mais au lieu de récupérer son arme pour continuer leur duel, Fritz fonça dans les fourrés, comme s’il prenait la fuite. Oktavius se lança à sa poursuite, comprenant trop tard la manœuvre de son adversaire, mais l’autre se retournait déjà, brandissant le vieux bâton de bois et le pointant sur lui, un sourire de triomphe sur les lèvres. Durant une fraction de secondes, Oktavius envisagea de se retourner et de fuir, mais il savait que cela ne le mènerait qu’à sa perte. À la place, il fonça sur Fritz, l’épée brandie, sachant pertinemment ce qui allait se produire. Ramet’hep avait été complètement carbonisé après avoir été frappé par le rayon de magie envoyé par l’artefact, et lui-même était désormais témoin de la dévastation que pouvait causer Fritz avec cette arme. Il courrait certainement à sa mort, mais s’arrêter signifiait également mourir, et n’avait-il pas assez vécu, de toutes façon ? Mais l’idée de mourir tué par un traître tout en étant incapable de l’arrêter, rien ne lui était plus insupportable, et, l’arme au clair, il continua sa charge.

Fritz relâcha la puissance accumulée dans le bâton lorsqu’Oktavius ne se trouvait qu’à quelques dizaines de centimètres, envoyant un véritable pilier de lumière qui consuma tout ce qui se trouvait sur son chemin, végétal comme minéral. Mais au dernier moment, Oktavius pivota et se déporta sur la droite, donnant à Fritz un coup en diagonale qui le trancha de l’épaule gauche à la hanche droite en lui arrachant un hurlement de douleur. Celui-ci s’effondra en arrière, son sang s’éparpillant sur le sol alors que le bâton lui échappait des mains, et le rayon de lumière disparut aussitôt. Lâchant son épée, Oktavius porta immédiatement les mains à ses yeux en un cri de souffrance, n’avant pas réussi à esquiver totalement l’attaque magique, et celle-ci avait atteint son visage de profil. Ses mains ne touchaient désormais plus que des orbites remplies de matière organique calcinée alors qu’il réalisa que toute une partie de son visage avait brûlé jusqu’à l’os. Ses yeux ne voyaient plus que du noir. Un noir absolu et total.



Dernière édition par Arcanide valtek le Jeu 26 Jan 2012 - 18:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Arken
Maîtresse des fouets
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 2683
Expérience de jeu (CV) : Depuis juillet 2006 (livre CV fin V6, jeu fin V7)
Date d'inscription : 12/03/2011

MessageSujet: Re: L'histoire de Van Orsicvun   Jeu 26 Jan 2012 - 18:38

Relu et approuvé

Juste une faute qui a attiré mon regard :
Citation :
s'en servir en cachète

Je pense que je n'ai pas besoin de la corriger pour que tu la remarques

_________________
Les mots sont un don. Les mots sont une arme. Les mots ne se gaspillent pas. P.B.
"Despierta y ponte a soñar"
Ceux qui ne croient pas en la magie ne la trouveront jamais.
Spoiler:
 


Dernière édition par Arken le Sam 28 Jan 2012 - 19:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomov Le Poussiéreux
Comte de la Crypte 2010 & 2013
avatar

Age : 31
Nombre de messages : 3336
Expérience de jeu (CV) : Ancien Vampire, vieux Chef de Guerre Orque, Favori de Slaanesh depuis peu, nouveau chef de Clan Elfe Sylvain, jeune Poil-au-Menton Nain, vénérable Connétable Bretonnien et très ancien Kuraq Saurus
Date d'inscription : 25/03/2009
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: L'histoire de Van Orsicvun   Ven 27 Jan 2012 - 19:48

Ha là c'est tout de suite autre chose!
Voilà du grand Arcanide comme je l'apprécie Happy

Une correction parfaitement exemplaire, je pense que le jeu en valait la chandelle

Toutes mes félicitations

_________________
Vulnerant Omnes, Ultima Necat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arcanide valtek
Seigneur vampire
Seigneur vampire
avatar

Age : 26
Nombre de messages : 2372
Expérience de jeu (CV) : Depuis Mai 2006
Date d'inscription : 24/05/2010

MessageSujet: Re: L'histoire de Van Orsicvun   Lun 27 Fév 2012 - 23:40

Et voila, plus d'un mois après mon précédent ajout, la suite arrive.

Cela dit, comme elle est assez longue, je vais la distiller. Comme ça, j'aurais un peu plus de temps pour écrire sans briser le rythme (ou du moins, je vais essayer Innocent ).

V Le début d’une nouvelle ère


Lors des premiers moments suivant la perte de ses yeux, Oktavius n’était pas inquiet. Sa nature vampirique lui permettrait de recouvrer rapidement la vue, et ses autres sens étaient suffisamment développés pour lui permettre de se diriger. Cependant, après quelques jours, la guérison de ses plaies fut minime, et il commença à se douter que leur provenance magique les rendrait bien plus difficiles à soigner que n’importe quelle autre. C’est également durant cette période qu’il découvrit que le soleil n’avait en fait aucun effet néfaste sur lui, après qu’il se soit aperçu avec surprise qu’il marchait en plein jour alors qu’il se croyait au milieu de la nuit. Cette révélation fut pour lui un choc, car il était persuadé d’avoir déjà senti sa peau brûler à la lumière du soleil, et se promit de pousser plus avant ses investigations sur le sujet.
Après son combat contre Fritz, il avait récupéré le bâton à tâtons, mais ne s’en était pas servi, de peur d’attirer l’attention sur lui alors qu’il n’était pas en mesure de se défendre. Pourtant, même sans s’en servir, il pouvait ressentir l’énorme puissance de l’artefact, qui semblait attirer naturellement le pouvoir à lui, même lorsqu’il ne faisait que l’effleurer.
Oktavius savait qu’il ne pouvait se nourrir sans ses yeux, et était résolu à attendre sa guérison avant d’aller se nourrir. Mais après plusieurs jours et plusieurs nuits d’errances, il commença à ressentir une soif incroyable, et il sentait bien qu’il ne pouvait pas avancer sans sa vue. Ainsi, malgré le danger que quelque prêtre ne le repère, Oktavius céda à la tentation et employa le pouvoir du bâton pour tenter de régénérer son corps.
Les sorts de soin sont parmi les premiers que Vlad enseignait à ses fils, car s’il souhaitait que chacun d’entre eux puisse ranimer les morts avec un minimum d’efficacité, il voulait être certain qu’aucun d’entre eux ne devienne impotent durant la guerre. Ainsi, Oktavius avait été blessé à de nombreuses reprises au cours des quarante années que dura celle-ci, mais à chaque fois il s’était régénéré en prononçant quelques mots, qu’il s’agisse de fractures, de lacérations, ou même d’éventrements. Malgré tout, Oktavius était certain que cette fois là, ce ne serait pas aussi simple.
Une nuit, sentant que Morrsliebb était bien au-dessus de sa tête, il se plaça dans ce qu’il croyait être une clairière, et se concentra pour attirer les vents de magie. Sa concentration ne fut aucunement dérangée par des bruits d’animaux sauvages, car depuis quelque temps il n’essayait même plus de camoufler son envie de meurtre, et sa présence suffisait désormais à les faire fuir.
Une fois qu’il eut bien la maîtrise des vents, Oktavius se saisit du bâton et commença à incanter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Thomov Le Poussiéreux
Comte de la Crypte 2010 & 2013
avatar

Age : 31
Nombre de messages : 3336
Expérience de jeu (CV) : Ancien Vampire, vieux Chef de Guerre Orque, Favori de Slaanesh depuis peu, nouveau chef de Clan Elfe Sylvain, jeune Poil-au-Menton Nain, vénérable Connétable Bretonnien et très ancien Kuraq Saurus
Date d'inscription : 25/03/2009
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: L'histoire de Van Orsicvun   Mer 29 Fév 2012 - 13:38

Yop, espérons que sa convalescence se déroule sans encombre... Bien que j'en doute fortement. Un personnage aveugle n'est pas non plus une mauvaise idée et l'obsession de recouvrer la vue peut être une puissante motivation dans la recherche du pouvoir.
Quand comptes-tu poster la suite, puisque si j'ai bien compris tu l'as déjà écrite?

_________________
Vulnerant Omnes, Ultima Necat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arcanide valtek
Seigneur vampire
Seigneur vampire
avatar

Age : 26
Nombre de messages : 2372
Expérience de jeu (CV) : Depuis Mai 2006
Date d'inscription : 24/05/2010

MessageSujet: Re: L'histoire de Van Orsicvun   Mar 6 Mar 2012 - 23:16

Voilou voila, la suite est en marche. Elle a subi une petite modification depuis la semaine dernière, mais l'idée de base reste la même:


Dés que ses doigts se refermèrent sur le manche de l’artefact, il sentit très nettement les vents de magie venir à lui en une bourrasque violente et puissante, comme s’il était soudain devenu le centre d’une tornade multicolore. Sans cesser de prononcer les mots de son sortilège, Oktavius porta son attention sur les vents, faisant de son mieux pour les réguler, les contrôler, et ainsi faire en sorte de ne pas être submergé de puissance au point de déclencher une explosion semblable à celle de Vanhaldenschlosse. Cela s’avéra être un exercice très compliqué, et il lui fallut toute la concentration dont il était capable pour le mener à bien tant la puissance du bâton était grande. Enfin, au terme de ce qui lui parut des heures, le sort commença à faire effet, Oktavius ressentant des picotements dans ses orbites, les premières sensations qu’il y ressentait depuis longtemps. Alors que progressait l’incantation, les picotements se changèrent en douleur, d’abord légère, puis de plus en plus vive, jusqu’au point où Oktavius était persuadé que ce qui restait de ses yeux était en train de fondre dans son crâne. Cependant, il ne s’arrêta pas d’incanter, mû par une volonté qui dépassait ses sensations physiques, et ce malgré la douleur qui s’amplifiait.
Lorsqu’il arriva à la fin de son sortilège, Oktavius se força à relâcher progressivement la puissance qu’il avait accumulée au lieu de le faire d’un coup, en dépit de son urgent besoin de lâcher simplement le bâton et de hurler sa douleur au monde environnant, besoin qu’il satisfit dés qu’il fut certain de son absence de danger, et le hurlement qu’il poussa fit frémir la végétation à plus d’une lieue à la ronde.
La souffrance d’Oktavius était alors insoutenable. Il se tordait de douleur sur le sol, hurlant, crachant, agonisant, alors qu’il avait l’impression que ses orbites étaient brûlées à plusieurs centaines de degrés par quelque tortionnaire sadique. Sa souffrance était telle qu’il envisagea plusieurs fois, dans son esprit torturé, d’y mettre fin de façon radicale, mais à chaque fois il ne put y réfléchir assez clairement et sa pensée se perdait dans les méandres de son délire. Puis, au bout de quelques temps, alors qu’elle atteignait son paroxysme, la douleur s’estompa d’un seul coup. Les seules sensations qu’Oktavius ressentit alors étaient l’herbe sous ses doigts, la terre dans sa bouche, et surtout l’odeur du sang, celui de toutes les créatures environnantes, malgré la distance, et il se rendit compte que sa soif avait atteint une intensité qu’elle n’avait jamais atteint. Alors, lentement, il se leva, et ouvrit les yeux.


En espérant que ça vous plait toujours. Ce texte est plus long que je ne l'avais cru tout d'abord (un peu comme tous les autres en fait ^^), et il en reste encore une partie déjà écrite, que je mettrai la semaine prochaine si tout va bien.
En attendant, faites moi part de vos impressions.




Dernière édition par Arcanide valtek le Ven 1 Juin 2012 - 0:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Arken
Maîtresse des fouets
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 2683
Expérience de jeu (CV) : Depuis juillet 2006 (livre CV fin V6, jeu fin V7)
Date d'inscription : 12/03/2011

MessageSujet: Re: L'histoire de Van Orsicvun   Mar 6 Mar 2012 - 23:24

Ah non, c'est un peu court mademoiselle ! (Eum... si tu as lu Cyrano, tu me pardonneras de dire mademoiselle Innocent )
Ça fait deux fois que tu nous mets une toute petite suite... On a faim nous!! Hop hop hop, la suite, plus vite que ça! lol

PS : ba... le texte est toujours aussi bien écrit, je vais juste éviter de me répéter dans mes éloges Mrgreen

_________________
Les mots sont un don. Les mots sont une arme. Les mots ne se gaspillent pas. P.B.
"Despierta y ponte a soñar"
Ceux qui ne croient pas en la magie ne la trouveront jamais.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'histoire de Van Orsicvun   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'histoire de Van Orsicvun
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» [A LIRE] Histoire de la taverne + Tuto d'upload.
» HISTOIRE DE LUMUMBA
» Revue "Les dessous de l'Histoire" (Jacquier)
» la peinture hyper réaliste Histoire de l'Art
» Histoire de Rivombrosa

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armées Comtes Vampires et mort-vivants :: 
La Bibliothèque
 :: Récits, Fanfics et Fanart
-
Sauter vers: