AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le vampire de Gespenst

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage
Arken
Maîtresse des fouets
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 2683
Expérience de jeu (CV) : Depuis juillet 2006 (livre CV fin V6, jeu fin V7)
Date d'inscription : 12/03/2011

MessageSujet: Re: Le vampire de Gespenst   Dim 24 Juil 2011 - 10:54

Hip hip hip, houra! Le retour de Keraad est proche!

LA SUITE!!!!

PS : j'ai bien aimé l'ogre ivre...

_________________
Les mots sont un don. Les mots sont une arme. Les mots ne se gaspillent pas. P.B.
"Despierta y ponte a soñar"
Ceux qui ne croient pas en la magie ne la trouveront jamais.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomov Le Poussiéreux
Comte de la Crypte 2010 & 2013
avatar

Age : 31
Nombre de messages : 3336
Expérience de jeu (CV) : Ancien Vampire, vieux Chef de Guerre Orque, Favori de Slaanesh depuis peu, nouveau chef de Clan Elfe Sylvain, jeune Poil-au-Menton Nain, vénérable Connétable Bretonnien et très ancien Kuraq Saurus
Date d'inscription : 25/03/2009
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: Le vampire de Gespenst   Lun 25 Juil 2011 - 9:56

Ha, la description de tous les évènements qui se déroulent donnent en effet une parfaite ambiance de temps qui passe.
Quant au sommeil de Keraad, sa description est très savoureuse; content que Thomov ne soit pas le seul à rêver la nuit (euh, le jour plutôt...)

_________________
Vulnerant Omnes, Ultima Necat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keraad de Gespenst
Comte de la Crypte 2011 et 2015
avatar

Age : 24
Nombre de messages : 655
Date d'inscription : 07/10/2009
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: Le vampire de Gespenst   Mar 26 Juil 2011 - 12:19

Eh oui, Keraad rêve. J'ai fait de mon possible pour que ça ne ressemble pas trop à ton texte (d'où les visions de son ancienne vie), mais je ne pouvais me passer des réprimandes des ennemis, pour un passage en particulier qui aura son importance plus tard...

Vous l'attendiez tous, le grand moment est arrivé...VOICI LA SUITE!

L’heure approche. J’avais guidé mon carrosse vers le centre du cimetière. Derrière moi, la tour de Gespenst masque encore Morrslieb qui se lève. Osnir avait tenu à attendre la Geheimnissnacht pour le rituel du Retour. Il est bien moins important que la création du carrosse, mais qu’importe. Le temps n’est pas un problème. Je sais qu’une armée m’entoure et emplit les espaces entre les tombes. Des milliers de squelettes, des goules, ma Garde Éternelle, les troupes de Mandros et d’Osnir et peut-être même une délégation de l’Armée des Quatre Flammes. Pendant toutes ces années nous avions payé notre dette au Chaos, et même au-delà. A présent, c’étaient eux qui nous devaient des faveurs. Mes sens sont troublés. Je ne vois plus très bien à travers les yeux de mon spectre. Mon corps et mon esprit se détachent peu à peu du carrosse. J’entends vaguement les incantations de mes vassaux, comme une voix lointaine. La lune est levée à présent, je le sais. Je ressens sa puissance dans mes os d’or. Une pulsation monte. Elle touche également mes soldats, les autres vampires et même les serviteurs du Chaos. Mais aucun ne la ressent comme moi. C’est la Geheimnissnacht, et Morrslieb transmet sa force aux créatures des ténèbres. Mais cette nuit-là est la mienne, et la lune ne se lève que pour moi. Tout comme elle s’est levée pour Vlad lorsqu’il releva les morts de toute la Sylvanie par le livre de Nagash. C’est ma Gaheimnissnacht.

Mon esprit vagabonde. J’entends des voix. Celles d’Osnir, de Mandros et des nécromanciens se font sûrement de plus en plus fortes, mais celles que j’entends sont autres. Puis je les vois. Tous ceux qui, comme moi se sont joués de la mort. Tous ceux qui, avant moi, ont usé de la magie noire pour défier les dieux. Des vampires qui ont, comme moi, passé des années dans un carrosse ou un cercueil pour se régénérer. Le Duc Rouge. Vlad von Carstein, son anneau au doigt. Mannfred, bien sûr, il était revenu. Tant de visages inconnus. Une part de leurs âmes qu’ils ont laissé ici. Je ferais de même, je me joindrais à eux. Mes frères. Une silhouette lumineuse se dessine. J’en distingue mal les traits, mais je me rapproche d’elle ou elle de moi, et tous les autres s’estompent. Sa lumière m’éblouit. Et je le vois, lui qui a le premier vaincu la mort. Nagash. Il me regarde avec un rictus. Comme un père bienveillant, quoique terrible. J’ai beau être une aberration, n’avoir que peu d’élixir dans mes veines, il est...fier. Avec ce peu d’élixir, avec cette dose infime de pouvoir, j’ai fait tout ce que je pouvais, j’ai repoussé la mort. Un père qui regarde un fils illégitime et non désiré, mais avec fierté devant sa réussite. Puis la lumière s’amplifie, devient insoutenable. Mon esprit dérive. Je suis dans une époque révolue. Ma compréhension est instantanée. Evident, c’est simplement évident. Qui le premier a vaincu la mort ?

Les Anciens m’entourent. Je les vois à l’œuvre, façonnant le monde en quelques phrases. En un éclair, je maîtrise cet antique et puissant langage. Je vois comment les rituels de création et d’ouverture du carrosse noir sont éloignés des formules originelles d’Eternité. Ils incantent, et la vie revient en eux. Je sais que j’oublierais, comme des dizaines d’autres avant moi, et que je ne retiendrais pas un mot de leur langue, pas une image de mon voyage. Mais si un jour je venais à en réentendre un, le sens m’apparaitrais peut-être. Inutile d’essayer de me souvenir. Autant profiter de cet instant fantastique. Pendant quelques minutes j’ai cet incroyable privilège. Pendant quelques minutes je suis leur égal. Puis une brume m’entoure. Je distingue des formes, peut-être Mannfred, peut-être un démon. Puis le noir. Plus rien. Plus de sensation, plus de vision, plus la moindre pensée. Le vide absolu. Et pour finir, dans cet immensité vide, un son, un seul se fait entendre. Un bruit dans les ténèbres, insoutenable par son unicité, j’ai l’impression que même mille fois plus faible il m’arracherait les oreilles. Un craquement.

Dans un bruit épouvantable, le carrosse craque. Le cercueil se brise, le spectre se volatilise et les os de l’attelage deviennent de la poussière. J’ouvre les yeux. Les débris m’entourent, Morrslieb est au zénith. Je suis couché dans mon cercueil. Puis un son sourd nait dans la nuit. Il s’amplifie. Métal contre métal. Mes squelettes frappent leur épée contre leur bouclier, ou leur lance contre le sol. Les goules hurlent, suivies par les loups. Par ce martèlement, mon armée salue mon retour. Je me relève et le silence se fait. Puis, avec une coordination que nulle armée vivante ne pourra jamais posséder, les antiques soldats de Gespents mettent un genou à terre et baissent la tête. Les goules s’inclinent à leur tour, parodie grotesque. Les chevaux squelettes font de même avec une facilité étonnante. Puis les spectres inclinent leur buste, les nécromanciens s’agenouillent et mes fidèles lieutenants font de même. Le regard d’Osnir est plein d’adoration, celui de Mandros emplit d’une joie sauvage. Nouveau crissement, et je tourne la tête, surpris. Torakar en personne est venu assister à mon retour. Son juggernaut imite les chevaux squelettes, et son cavalier s’incline. Aussitôt, Falorias et les guerriers du Chaos présents font de même. Je sourie. Que faire à présent ? La Tour de Gespenst semble m’inviter à venir m’y installer à nouveau, à reprendre mes recherches. Mon armée puissante est prête à repartir en guerre contre l’Empire. De nouveaux plans s’échafaudent déjà dans mon esprit. S’allier à Mannfred, qui ne peut rêver d’un meilleur allié. Voler le Liber Mortis. Mais j’ai tellement de temps pour ces choses. Au fond de moi, une sensation que je croyais oubliée depuis longtemps est de retour. Elle est nourrie par ce cri guttural et ancien, si ancien, que j’entendais parfois dans les ténèbres de mon cercueil. Oui le temps des études reviendra, car c’est la voie que j’ai choisie. Celui de la guerre également, car j’ai une vengeance à assouvir. Mais pour la première fois, un autre besoin se fait sentir. Une course dans la nuit. Des terres inconnues. Le sang. Partir, sans armée ni livre, accompagné des seuls Mandros et Osnir, voyager, me nourrir, traverser les montagnes pour rejoindre ce cri, partir sans planifier pendant des années le trajet à suivre, ressentir à nouveau le frisson de l’inconnu, la joie de l’aventure, profiter de cette « vie » si chèrement récupérée. Je lève la tête vers Morrslieb, écartant légèrement les bras. Cette sensation, je l’exprime alors de la seule manière possible. De ma gorge jaillit un cri terrifiant alors que je hurle mon défi à la terre entière, un cri qui a traversé les siècles, le cri du prédateur suprême, un cri que les loups ne peuvent qu’imiter. Dressé au-dessus de mes troupes, je hurle et je sens les guerriers du Chaos frémir d’une peur que nul dieu ne pourra jamais exorciser, une peur atavique et ancestrale. Je hurle pour moi seul, car même Mandros ne peut comprendre tout à fait. Pour moi seul, et pour Morrslieb qui me baigne de sa lumière, je hurle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vladimir
Squelette
Squelette
avatar

Age : 21
Nombre de messages : 26
Expérience de jeu (CV) : jeune débutant
Date d'inscription : 12/07/2011

MessageSujet: Re: Le vampire de Gespenst   Mar 26 Juil 2011 - 13:06

incroyable!!on a l'impression d'assister à cette renaissance!bonne idée de montrer ceux qui ont réussis à vaincre la mort(en particulier nagash).la description de la résurrection est vraiment réussie!
LA SUITE!(par pitié!)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arken
Maîtresse des fouets
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 2683
Expérience de jeu (CV) : Depuis juillet 2006 (livre CV fin V6, jeu fin V7)
Date d'inscription : 12/03/2011

MessageSujet: Re: Le vampire de Gespenst   Mar 26 Juil 2011 - 13:31

...





_________________
Les mots sont un don. Les mots sont une arme. Les mots ne se gaspillent pas. P.B.
"Despierta y ponte a soñar"
Ceux qui ne croient pas en la magie ne la trouveront jamais.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomov Le Poussiéreux
Comte de la Crypte 2010 & 2013
avatar

Age : 31
Nombre de messages : 3336
Expérience de jeu (CV) : Ancien Vampire, vieux Chef de Guerre Orque, Favori de Slaanesh depuis peu, nouveau chef de Clan Elfe Sylvain, jeune Poil-au-Menton Nain, vénérable Connétable Bretonnien et très ancien Kuraq Saurus
Date d'inscription : 25/03/2009
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: Le vampire de Gespenst   Mar 26 Juil 2011 - 13:39

Wouch!
J'en ai des frissons, c'est vraiment du tout tout bon, Keraad.

_________________
Vulnerant Omnes, Ultima Necat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arcanide valtek
Seigneur vampire
Seigneur vampire
avatar

Age : 26
Nombre de messages : 2383
Expérience de jeu (CV) : Depuis Mai 2006
Date d'inscription : 24/05/2010

MessageSujet: Re: Le vampire de Gespenst   Mar 26 Juil 2011 - 19:01

Une de tes meilleures scènes, et de loin.

Enfin, Keraad de Gespenst est revenu à la non-vie, et le monde peut trembler à l'idée de sa vengeance.

Par contre, il y a un point qui me dérange (noooooon, pas la lapidation Camouflé Ninja ), c'est quand tu dis ça :
Citation :
Mais pour la première fois, un autre besoin se fait sentir. Une course dans la nuit. Des terres inconnues. Le sang. Partir, sans armée ni livre, accompagné des seuls Mandros et Osnir, voyager, me nourrir, traverser les montagnes pour rejoindre ce cri, partir sans planifier pendant des années le trajet à suivre, ressentir à nouveau le frisson de l’inconnu, la joie de l’aventure, profiter de cette « vie » si chèrement récupérée.
Là, j'étais sur le cul. Un nécrarque qui ressent le besoin de partir à l'aventure seul (ou presque), sans avoir planifié quoi que ce soit, sans but ni plan de voyage ? Mais ça tient presque de l'hérésie Very Happy . C'est comme si tu me parlais d'un Varghulf qui sen va cueillir des pâquerettes parce qu'il les trouve jolies...

Bon, là vous pouvez me lapider, j'ai fini.

RIP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomov Le Poussiéreux
Comte de la Crypte 2010 & 2013
avatar

Age : 31
Nombre de messages : 3336
Expérience de jeu (CV) : Ancien Vampire, vieux Chef de Guerre Orque, Favori de Slaanesh depuis peu, nouveau chef de Clan Elfe Sylvain, jeune Poil-au-Menton Nain, vénérable Connétable Bretonnien et très ancien Kuraq Saurus
Date d'inscription : 25/03/2009
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: Le vampire de Gespenst   Mer 27 Juil 2011 - 9:51

Thomov ramasse des pierres en vue de les lancer sur Arca pour ladite lapidation...

Un Nécrarque a parfaitement le droit de partir à l'aventure si l'envie lui prend; a fortiori après plusieurs années passées sous forme spectrale avec l'esprit dispersé aux quatre coins du Vieux Monde (et d'au-delà). On aurait des fourmis dans les jambes pour moins que ça!

_________________
Vulnerant Omnes, Ultima Necat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keraad de Gespenst
Comte de la Crypte 2011 et 2015
avatar

Age : 24
Nombre de messages : 655
Date d'inscription : 07/10/2009
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: Le vampire de Gespenst   Dim 21 Aoû 2011 - 11:48

Je reviens tout juste de vacances, et si je n'ai rien pu poster ça ne m'a pas empêché d'écrire. Attendez-vous donc à une belle série de textes.

Mais avant, je me dois de répondre à tous vos commentaires. En un mot, merci beaucoup, d'abord de continuer à suivre cette aventure qui commence à atteindre une taille assez...conséquente, et ensuite merci pour ces éloges fllatteurs sur le dernier texte, ça fait toujours très plaisir de voir qu'un texte est bon.
Bizarrement d'ailleurs, j'ai l'impression que les textes les plus appréciés sont les deux où Keraad est directement le narrateur...peut-être parce que c'est toujours un moment clé? Et comme la dernière fois j'ai un peu peur avant de poster la suite car je sais que ça n'égalera pas le précédent texte.

@Arca: Non, pas la peine de demander la lapidation, j'ai moi aussi cherché comment justifier cette envie, déjà étrange pour un nécrarque, mais décidément inimaginable pour Keraad. Je te rassure, il ne se laisse pas guider uniquement par une envie soudaine...j'espère que les textes qui vont suivre te donneront satisfaction de ce point de vue.

C'est parti!


Sitôt après sa résurrection, l’Etre de la Tour remercia et congédia promptement ses alliés nordiques, car la Soif Rouge se faisait sentir pour la première fois depuis longtemps. Il prit tout juste le temps d’ordonner aux nécromanciens de faire les préparatifs pour le voyage qu’il avait prévu avant de partir vers le village, suivi de Mandros et de ses chevaliers. Osnir décida d’attendre que son maître soit rassasié avant de le convaincre de renoncer à ce qui n’était, à ses yeux, que pure folie. Le spectre se contenta donc d’envoyer ses fidèles esprits éliminer les éventuels témoins des sanglantes libations des vampires. Depuis la venue de Keraad, les habitants des villages environnant Gespenst avaient peu souffert de la Geheimnissnacht, jusqu’à cette nuit-là. Les multiples meurtres de Keraad passèrent inaperçus, les paysans considérant simplement que leur chance insolente avait disparu et ne s’en préoccupant plus.

L’Etre de la Tour comptait partir le lendemain même, sans tenir compte des habituelles plaintes d’Osnir. Il n’était pas aussi insouciant que le spectre semblait le penser, et même ces longues années passées entre quatre planches n’auraient pas suffi à le faire partir à l’aventure sans but ni précaution. Le nécrarque avait cependant des projets qu’il ne pourrait mener à bien à Gespenst et qui servaient merveilleusement son désir de voyager quelques temps. Et il y avait ce cri, si horrible, si terrifiant, si parfait. Avec autant de raisons de partir, même Osnir ne pourrait le convaincre de différer son départ. Etonnamment, le spectre fut soutenu par les autres lieutenants de Keraad. Nordred voulait des éclaircissements et de l’aide pour mettre en place des défenses efficaces en l’absence du vampire. Itorek avait besoin de temps pour mettre correctement en forme la description de la résurrection de Keraad, ainsi que pour le persuader de lever sa punition. Mandros, enfin, avait des affaires à régler avec les créatures de la forêt, et craignait que son projet n’aboutisse jamais s’il ne s’en chargeait pas avant son départ. L’Etre de la Tour finit par accepter de patienter quelques jours, ce qui lui permit de retrouver sa bibliothèque et sa salle de travail avec une certaine nostalgie. Ce n’est qu’une semaine plus tard que Keraad, entouré d’un Osnir dépité et d’un Mandros au sourire féroce, quitta son repaire pour les engageantes routes de Sylvanie.

Les trois vampires voyagèrent tout d’abord de manière assez erratique, s’arrêtant çà et là lorsque Keraad avait un objet à trouver ou des enchantements à lancer. Entre le vagabondage de son âme et les multiples trajets en carrosse, l’Etre de la Tour avait pu repérer un certain nombre de lieux imprégnés de magie noire, cachant des reliques ou encore propices à l’usage des Arts Noirs. Il est ainsi probable qu’il soit à l’origine de l’apparition de hordes de zombis dans les vastes égouts de Müllhalde, rendant des niveaux entiers totalement inaccessibles et les autres très dangereux pour les vivants. De même, la profanation des jardins de Morr d’Averheim est sans doute de son fait. Mais les plus inquiétants de ses exploits sont sans conteste ceux dont nul n’a encore connaissance, qui sont autant de pièges pour les villes qui les abritent.

Les cités impériales, grandes ou petites, furent les lieux où les vampires se rendirent le plus durant ces voyages, exerçant sur eux une attraction considérable. Les villes en elles-mêmes ne présentaient pour Keraad que peu d’intérêt ; il en avait déjà visité des centaines. Mais la profusion de nourriture qui l’entourait sitôt passé les portes était déroutante pour un vampire à peine sorti du carrosse et habitué aux paysans maigrelets dont les misérables habitations étaient souvent distantes de plusieurs lieues. Tant de proies concentrées en un même endroit, cela lui semblait presque indécent. Certes, on ne voyait que rarement des marquises au cou nu délicieusement orné d’un collier d’or fin. On rencontrait principalement des mendiants crasseux, des voleurs secs, des prostitués infectées de syphilis, des alcooliques puant le mauvais vin et divers représentants des corps de métiers les plus courants aux senteurs variées mais hélas peu appétissantes, bref des êtres assez semblables à ceux qui vivaient près de Gespenst. Il y avait moins de mutants, au sang relevé d’un soupçon de magie noire, mais des jeunes filles bien plus fraîches que les paysannes. Et surtout, en ces agglomérations bondées les jours de marché et à peine plus vides le reste du temps, les meurtres passaient inaperçus.

Malgré le vaste choix qui s’offrait à lui, Keraad ne se nourrit cependant pas, souhaitant conserver ses habitudes d’avant-mort, et éviter de céder trop souvent à sa soif de sang. Naturellement, ni Mandros ni Osnir ne s’en privèrent, le premier massacrant la patrouille que la victime du second avait tout juste le temps d’appeler. Ces visites en ville étaient souvent l’occasion de retrouver de « vieilles connaissances », d’après Mandros, les soldats vétérans de Gespenst dont les noms étaient inscrits sur la liste du chevalier vampire. Les vampires passaient cependant relativement peu de temps dans chaque ville, en particulier lorsqu’ils y passaient de jour. Mandros pouvait difficilement se retenir de traverser la ville en courant et en tuant tous ceux qu’il croisait, et Osnir avait plus de mal que ses compagnons à maintenir une illusion convaincante quand ils devaient fendre la foule. Et comme Keraad ne voulait pas prendre le risque de transmettre trop longtemps de l’énergie au spectre, ce qui les aurait rendu facilement repérable pour un sorcier de passage, ils étaient souvent contraints de quitter la ville moins d’un jour après y être entrés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arken
Maîtresse des fouets
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 2683
Expérience de jeu (CV) : Depuis juillet 2006 (livre CV fin V6, jeu fin V7)
Date d'inscription : 12/03/2011

MessageSujet: Re: Le vampire de Gespenst   Dim 21 Aoû 2011 - 11:56

Ce texte est très agréable, et nous présente bien la situation. Ça nous met dans l'ambiance pour la suite.
Suite? Suite!! Twisted Evil


_________________
Les mots sont un don. Les mots sont une arme. Les mots ne se gaspillent pas. P.B.
"Despierta y ponte a soñar"
Ceux qui ne croient pas en la magie ne la trouveront jamais.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Croc d'ail
Zombie
Zombie
avatar

Age : 19
Nombre de messages : 20
Expérience de jeu (CV) : Gdc et pour les CV 1 semaines..
Date d'inscription : 18/08/2011

MessageSujet: Re: Le vampire de Gespenst   Dim 21 Aoû 2011 - 12:41

La suite c'est trop cool!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomov Le Poussiéreux
Comte de la Crypte 2010 & 2013
avatar

Age : 31
Nombre de messages : 3336
Expérience de jeu (CV) : Ancien Vampire, vieux Chef de Guerre Orque, Favori de Slaanesh depuis peu, nouveau chef de Clan Elfe Sylvain, jeune Poil-au-Menton Nain, vénérable Connétable Bretonnien et très ancien Kuraq Saurus
Date d'inscription : 25/03/2009
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: Le vampire de Gespenst   Dim 21 Aoû 2011 - 14:56

Tu avais tort de t'en faire comme ça, il est très bien ce texte! Happy
Pas aussi spectaculaire et décisif que le précédent, c'est entendu, mais très agréable et qui continue d'installer la personnalité des personnages.

Keraad de Gespenst a écrit:
Bizarrement d'ailleurs, j'ai l'impression que les textes les plus appréciés sont les deux où Keraad est directement le narrateur...peut-être parce que c'est toujours un moment clé? Et comme la dernière fois j'ai un peu peur avant de poster la suite car je sais que ça n'égalera pas le précédent texte.

Ben, j'aime aussi quand on prend le point de vue des Nécromanciens. Mais il faut admettre que quand c'est Keraad lui-même qui parle, tu mets le paquet!

_________________
Vulnerant Omnes, Ultima Necat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keraad de Gespenst
Comte de la Crypte 2011 et 2015
avatar

Age : 24
Nombre de messages : 655
Date d'inscription : 07/10/2009
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: Le vampire de Gespenst   Lun 22 Aoû 2011 - 12:24

Pour une fois je vais pouvoir poster la suite avant de recevoir un coup de fouet! Voici donc un petit texte "d'ambiance" qui voit le retour d'un personnage secondaire...

Gaélik Grandecave, bretonnien d’origine et aussi large du ventre que la barbe d’un nain était longue, observait les clients entre deux services. Son bar, le Paladin à la Pinte, n’était pas réputé mais renommé, toute la différence tenant dans la nature de sa clientèle. Les nobles l’évitaient, mais tous les brigands, les marins et les miséreux de la ville s’y relayaient nuit après nuit sitôt qu’ils avaient de quoi se payer un verre. Gaélik comptait bien changer les choses dès que possible. Si fait, d’ici peu son établissement serait fréquenté par les gens fortunés de la cité ! Il ne manquait que quelques aménagements, et son nom serait sur toutes les bouches. Entretemps, il fallait mettre de l’argent de côté, et donc servir les clients.

Tout en préparant des boissons plus alcoolisées les unes que les autres, le patron jeta un œil sur la masse de ses clients de la nuit, comme tout bon barman se devrait de le faire. Des hommes à la mine patibulaire jouaient bruyamment aux dés sur les tables du milieu. La plupart avaient une jambe en travers du chemin, ou un bras sur le dossier d’une chaise avoisinante. Les buveurs des tables adjacentes les laissaient empiéter sur leur zone sans protester, tout en jetant des regards nerveux vers les couteaux à lame courbe des joueurs. L’avantage était qu’ils buvaient plus que de coutume, cherchant à oublier leurs menaçants voisins. Au fond, près de la porte, les pires des alcooliques descendaient verre après verre. Tard dans la nuit, ils seraient écroulés dans une marre d’alcool à moitié digérée, et il faudrait les traîner jusqu’à la sortie. Dès qu’il aurait assez d’argent, Gaélik engagerait un videur pour les faire sortir au bon moment : quand ils seraient assez sobres pour partir debout, mais assez soûl pour ne pas se souvenir d’avoir été virés le lendemain. Dans le coin droit de la salle, une jeune femme discutait avec celui qui la tenait sur ses genoux. La petite avait loué une chambre « pour travailler », et avait donc payé le prix fort. Bonne affaire pour Gaélik, qui faisait en plus payer très cher les chambres voisines, aux parois ingénieusement percées.

Enfin, dans le coin gauche, caché dans l’ombre, trois voyageurs discutaient à voix basse. Mauvaise affaire. Ces gaillards n’avaient pas voulu consommer, et pourtant c’était Louisa qui était venu leur demander, Louisa qu’on disait capable de faire boire un chevalier du Graal ayant fait vœu de sobriété. Ils avaient gardé leurs capuchons, et cela leur donnait un air louche qui n’allait pas améliorer la réputation de la taverne. Gaélik avait profité de ses allées et venues pour étudier les trois personnages. Le premier portait des vêtements riches, son visage encadré de longs cheveux noirs semblait sans âge. Un noble, à coup sûr. Le second était vieux, quoiqu’il semblait encore énergique, son visage pâle empreint de sagesse lui donnait l’air de vivre dans une autre époque. Un savant, statua Gaélik, précepteur du noble. Le dernier avait les traits coupés au couteau et un regard cruel, la mâchoire serrée comme sous l’effet de la colère. Sa silhouette massive était en partie due à l’armure lourde que cachait son manteau, une armure plus grande que celle qui trônait derrière le bar. Gaélik avait compris que ce n’étaient pas des bandits, ni des assassins, mais un nobliau et ses compagnons. Aucun vrai noble ne risquerait sa réputation à venir boire ici, du moins pour le moment, cet homme n’était donc qu’un petit noble venu incognito. Un noble dont la parole ne suffirait pas à faire de son établissement un lieu à la mode s’il rentrait satisfait. Mais qui pourrait réduire à néant tous les espoirs de Gaélik s’il se plaignait du service auprès de ses pairs. « Exactement, se dit le barman, un de ces nobles dont les éloges ne valent rien, mais dont on écoute les blâmes. » Il fallait donc les servir correctement, et en personne.

Gaélik s’approcha de la table, évitant ici une jambe, là une chope renversée. Les trois s’étaient tu, mais ne tournèrent pas la tête vers lui. « Puis-je vous proposer quelque chose messieurs ? J’ai ici une de mes meilleures bouteilles qui se languit dans ma cave en attendant qu’un connaisseur la déguste, et je crois comprendre que vous saurez mieux l’apprécier que les marauds qui se trainent ici. Me feriez-vous l’honneur ... ? » Le guerrier murmura quelque chose à l’intention de ses compagnons, mais parbleu ils devaient avoir l’ouïe sacrément fine car Gaélik, pourtant très proche, ne comprit pas qu’ils s’agissaient de mots. Le savant fit un signe de tête, et le noble leva les yeux vers le patron.
« _Nous n’avons hélas pas soif d’alcool, répondit-il, à mon grand regret car je reconnais en cette bouteille un vin fameux. Peut-être cependant pourriez-vous -si nous n’abusons pas alors de votre temps- nous servir autre chose ? Des renseignements par exemple ?
_Ce serait un honneur messire, dit Gaélik avec un grand sourire, vous ne pourriez en trouver une meilleure source qu’une taverne comme la mienne, vrai !
_Je n’en doute pas un instant. A vrai dire, mon oncle le duc nous avait recommandé votre établissement pour l’occasion. Il l’a décrit comme vivant, et comme le véritable cœur de la ville. Là où tout se sait, tout se dit. Il nous a dit que vous étiez au courant de tout ce qui se passait, du fond des ruelles au sommet des palais. »
A présent, Gaélik ne doutait plus que ce noble soit un des grands de la cour du comte électeur, s’il ne siégeait pas à Altdorf. Quel imbécile d’avoir cru que ce n’était qu’un de ces nobles récents, qui devaient leur titre à leurs dons de flatteurs plutôt qu’à leur naissance. Il se dégageait de ce seigneur une telle force, une telle prestance, que le tavernier ne songeait plus qu’à lui plaire. Il voyait déjà l’Empereur mis au courant de son efficacité, le remerciant de ses services par un titre, une pleine bourse d’or ou mieux encore.
« _Que désirez-vous savoir Monseigneur ?
_Je viens d’arriver, et dois visiter les personnalités de votre ville. J’ai déjà rencontré l’archidiacre, le baron de Malportant et Dame Gutenacht. J’ai entendu parler d’un dénommé...Baron de Vaxomar, mais je sais peu de choses de lui. J’aurais besoin d’aide, pour bien préparer ma visite.
_On ne le voit que peu souvent, répondit Gaélik avec empressement, il parait qu’il organise de grandes réceptions la nuit, et qu’il a l’oreille de toutes les personnes importantes de la ville. Mais il reste solitaire, et je me demande à quoi il peut bien occuper ses journées. Il a racheté de grands domaines à l’est d’ici, près des Collines Pourpres, et les a tellement bien gardé que nul voleur n’en est plus revenu vivant. Mais il vit toujours dans son manoir au cœur de la ville. Le bruit court qu’il est maudit, ce qui expliquerait qu’il supporte difficilement le soleil. Son épouse aurait été une sorcière, et lui aurait jeté un sort après qu’il l’eut dénoncée à des répurgateurs. Depuis, il a eu de nombreuses conquêtes, mais toutes sont décédées. J’admire son courage et sa piété, ça ne doit pas être facile de dénoncer sa propre femme !
_Merci à vous, le coupa le noble, votre aide m’aura évité un impair. Je comptais offrir ce magnifique collier pour qu’il le donne à sa femme, cela plait toujours. Prenez-le, à titre de remerciement. »
Gaélik protesta pour la forme, reçut le collier et se retira en s’inclinant bien bas.


« _J’espère que votre enchantement est efficace monseigneur, dit Osnir à Keraad, sinon cet homme ne nous oubliera pas de sitôt, et nous aurons tous les répurgateurs du Reikland aux trousses.
_Ah, Osnir, ce que tu peux être craintif, ricana Mandros. C’est à force de boire le thé avec toutes ces duchesses, ces comtesses, ces baronnes, ça te ramollit. Tu ferais mieux de les égorger au lieu de discuter avec elles, ça te redonnerait confiance en toi. Sire, vous devriez l’envoyer à une de ces soirées en lui ordonnant de ramener la tête de chaque invité, il s’affaiblit trop. »
Keraad eut un sourire en coin.
« _Vous vous affaiblissez tous les deux, Mandros. Osnir me vouvoie depuis que je l’ai accepté à Gespenst, mais il me sert de plus en plus de « Messire » et autres « Monseigneur », j’ai l’impression d’entendre Itorek. Et toi, tu fais de même...où est ton insolence, Mandros ? Vous êtes mes vassaux, mes conseillers, pas des esclaves ou des courtisans. Encore moins des gamins qui se taquinent. Agissez en conséquence.
_Comme vous le désirez, Keraad, répondit le chevalier, avant de reprendre, moqueur. A présent, nous ferez-vous l’insigne honneur de partager avec nous votre plan ? Je serais prêt à vous suivre en aveugle, mais j’aimerais être éblouit par votre lumière.
_Moravax, murmura l’Etre de la Tour. Il est ici, il est heureux, il a un territoire, une notoriété. Il me pense mort, et dans un sens il a raison. Qu’il ait comploté contre moi, c’est normal. Nous sommes deux nécrarques, et je lui ai volé ses travaux. Cela ne m’empêche pas de le haïr, et à mon tour de comploter pour le détruire.
_Nous pouvons révéler sa nature, intervint le spectre, le faire brûler par les hommes, et détruire ainsi tout ce qu’il a construit.
_Non Osnir, ce n’est pas assez. Je veux qu’il sache. Je veux qu’il me voie réduire son œuvre en cendres, qu’il m’affronte et constate que face à moi il n’est rien. Je veux l’écraser comme un insecte.
_Voilà qui me plait, dit Mandros avec une joie cruelle. Alors, on brûle son manoir lors d’une réception, et on va l’attendre dans les Collines Pourpres ?
_Il ne vit pas au manoir, c’est évident. Il vit dans ces domaines qu’il a achetés pour y mener ses expériences et que ses morts-vivants protègent. C’est là que nous allons l’affronter. Mais d’abord, je veux qu’il connaisse la peur.


Dernière édition par Keraad de Gespenst le Mar 23 Aoû 2011 - 10:54, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Croc d'ail
Zombie
Zombie
avatar

Age : 19
Nombre de messages : 20
Expérience de jeu (CV) : Gdc et pour les CV 1 semaines..
Date d'inscription : 18/08/2011

MessageSujet: Re: Le vampire de Gespenst   Lun 22 Aoû 2011 - 13:00

Toujours génial;).Bravo! Vampire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arken
Maîtresse des fouets
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 2683
Expérience de jeu (CV) : Depuis juillet 2006 (livre CV fin V6, jeu fin V7)
Date d'inscription : 12/03/2011

MessageSujet: Re: Le vampire de Gespenst   Lun 22 Aoû 2011 - 13:57

texte toujours agréable! (Mmm... c'est normal si j'ai l'impression de me répéter?)

J'aime cette méthode, prendre le point de vue d'un personnage mineur pour raconter la scène.

Suite!

PS : le coup de fouet peut toujours s'arranger...

_________________
Les mots sont un don. Les mots sont une arme. Les mots ne se gaspillent pas. P.B.
"Despierta y ponte a soñar"
Ceux qui ne croient pas en la magie ne la trouveront jamais.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomov Le Poussiéreux
Comte de la Crypte 2010 & 2013
avatar

Age : 31
Nombre de messages : 3336
Expérience de jeu (CV) : Ancien Vampire, vieux Chef de Guerre Orque, Favori de Slaanesh depuis peu, nouveau chef de Clan Elfe Sylvain, jeune Poil-au-Menton Nain, vénérable Connétable Bretonnien et très ancien Kuraq Saurus
Date d'inscription : 25/03/2009
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: Le vampire de Gespenst   Lun 22 Aoû 2011 - 15:03

Très bonne idée de partir du tenancier de la gargote!
Le texte est toujours d'aussi bonne qualité (sans surprise d'ailleurs; tu devrais pondre un truc tout pourri la prochaine fois, juste pour nous surprendre!) et ça change de voir comment ce singulier trio est perçu par les mortels.
La vengeance qui s'annonce promet quelques belles scènes à venir!


PS:
Citation :
serait fréquenté par les gens fortunées de la cité
, "les gens fortunés" serait plus approprié à mon sens (chacun son tour, vieux camarade! Devil )...

_________________
Vulnerant Omnes, Ultima Necat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keraad de Gespenst
Comte de la Crypte 2011 et 2015
avatar

Age : 24
Nombre de messages : 655
Date d'inscription : 07/10/2009
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: Le vampire de Gespenst   Mer 24 Aoû 2011 - 18:13

La suite arrive immédiatement, et si vous avez une idée quant à la nature du cri entendu par Keraad, c'est le moment de le dire, car la réponse arrive dans deux textes! La fin du récit approche également à grands pas...Mais pour l'instant, place à la vengeance!


Les trois vampires se répartirent les tâches dès le lendemain, et préparèrent la chute de Moravax. Osnir employa ses talents de manipulateur pour répandre des rumeurs sur le compte du baron de Vaxomar. En quelques jours seulement, la « malédiction » du baron parut suspecte à la majorité de la population. Le bruit courait que c’était un sorcier, et qu’il avait dénoncé sa première femme pour se protéger, alors que cette dernière n’avait jamais rien su de ses activités. Pour la populace, ignorant tout des spectres, la cause des morts des maîtresses de Vaxomar parut limpide : c’était la vengeance du fantôme de sa première épouse qui s’était rendu compte du mépris que son époux lui portait. Naturellement, les rumeurs enflèrent d’elles-mêmes, et le baron devint rapidement coupable de tous les maux. Ses réceptions attiraient de plus en plus de personnalités qui souhaitaient fouiller discrètement son manoir, dans le secret espoir de trouver une preuve de sa corruption à présenter comme un trophée.

Mandros, de son côté, évaluait les défenses des terres de Moravax. Pour un vampire aux sens aiguisés, il était facile d’éviter les zombis qui patrouillaient aux environs. Les bâtiments en eux-mêmes étaient vides, et le vampire comprit leur fonction après avoir échappé à de multiples attaques de goules et de spectres : des pièges. Moravax ne venait jamais dans ces grands manoirs, mais les voleurs qui tentaient leur chance pendant la journée, alors que les zombis restaient cachés, se faisaient tuer par les horreurs qui les habitaient. Le laboratoire du nécrarque se trouvait ailleurs, et Mandros passa des journées à le chercher.

L’Etre de la Tour préparait sa vengeance avec délectation. Il retrouvait cette sensation de toute-puissance qui l’habitait lorsqu’il tissait sa toile autour d’un ennemi sans que ce dernier s’en aperçoive. Il voyait se mettre en place un plan auquel Moravax ne survivrait pas, quoi qu’il arrive. Pour commencer, Keraad lançait des sortilèges discrets que son ennemi ne pouvait repérer. S’inspirant de ses cauchemars où le slann le traitait de parjure, il envoyait des visions à Moravax. W’soran l’accusait alors d’avoir trahi la race entière des vampires en s’alliant aux humains, Nagash en personne le maudissait, et une image de Keraad surgissait des ombres pour le tuer. Ce n’étaient pas que des rêves, mais aussi des hallucinations en plein jour, qui rendaient Moravax fou. Il craignait son propre manoir où, en tournant dans un couloir, il pouvait voir une de ses « maîtresses » avancer lentement vers lui, traversée sans dommages par ses sortilèges de bannissement, et ne disparaissant qu’après s’être jetée sur lui dans un cri déchirant.

Les vampires sont rarement en proie à la peur. Moravax pourtant ne pouvait y échapper. Où qu’il aille, il était assailli par des visions, et ses sens magiques lui affirmaient qu’aucun sortilège n’était à l’œuvre. Il n’y avait donc que deux causes possibles : soit il devenait fou, soit tout ce qu’il voyait était réel. La deuxième possibilité était insoutenable. A cela s’ajoutait une impression dérangeante que les personnalités de la ville le regardaient bizarrement. La paranoïa le menaçait, et le vampire, pour échapper à la folie, se convainquait que ce n’étaient que des fausses impressions, des hallucinations nées d’un sentiment de culpabilité ou d’un usage trop intensif de la magie noire, et cherchait chaque nuit un moyen d’y remédier. C’est alors que Keraad donna le coup de grâce. En plein milieux d’une réception, l’un des invités du baron de Vaxomar prit les traits de l’une de ses maîtresses décédées. Moravax aperçu bien vite la femme déambuler parmi les convives, buvant, se frayant un chemin en écartant délicatement les invités. Réelle. Nul ne semblait l’avoir remarquée, mais le vampire savait que, si elle était vue ici, s’en était fini de lui. Il s’approcha discrètement, et, de sa lame spécialement enchantée pour détruire les spectres, poignarda la femme. Alors que dame Gutenacht s’effondrait, tous les visages se tournèrent vers le baron, avec dans les yeux la même lueur : ça y est, le monstre s’est révélé. Et sur cette scène résonnait un rire démoniaque. Moravax s’enfuit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vladimir
Squelette
Squelette
avatar

Age : 21
Nombre de messages : 26
Expérience de jeu (CV) : jeune débutant
Date d'inscription : 12/07/2011

MessageSujet: Re: Le vampire de Gespenst   Jeu 25 Aoû 2011 - 9:54

quelle sadicité! Clap belle description des tourments de ce pauvre nécrarque.Quant au cris entendu par Keerad,je paris que c'est celui de Moravax.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomov Le Poussiéreux
Comte de la Crypte 2010 & 2013
avatar

Age : 31
Nombre de messages : 3336
Expérience de jeu (CV) : Ancien Vampire, vieux Chef de Guerre Orque, Favori de Slaanesh depuis peu, nouveau chef de Clan Elfe Sylvain, jeune Poil-au-Menton Nain, vénérable Connétable Bretonnien et très ancien Kuraq Saurus
Date d'inscription : 25/03/2009
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: Le vampire de Gespenst   Jeu 25 Aoû 2011 - 10:30

Vladimir a écrit:
quelle sadicité!

J'aurais plutôt parlé de sadisme mais enfin... Shifty

Très bon Keraad, et je savoure toujours autant les noms subtils et les anagrames que tu glisses un peu partout (j'en ai peut-être manqué... il faudra que je relise l'ensemble de ton oeuvre Happy )

_________________
Vulnerant Omnes, Ultima Necat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keraad de Gespenst
Comte de la Crypte 2011 et 2015
avatar

Age : 24
Nombre de messages : 655
Date d'inscription : 07/10/2009
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: Le vampire de Gespenst   Jeu 25 Aoû 2011 - 11:44

Bof, en général ils ne sont pas très très subtils...Mais c'est fou comme il est facile de faire des noms qui sonnent comme ceux du LA simplement avec quelques mots d'allemand Mrgreen

Moi aussi je me dis qu'il faudrait que je relise l'ensemble des œuvres de certains auteurs de ce forum (je te laisse deviner...) mais j'ai trop peur de manquer de temps pour les nouveaux.

La proposition de Vladimir quant à la nature du cri est enregistrée. Pas d'autres idées? Dépêchez-vous, car ce texte est le dernier avant la réponse!

@Thomov: Sans rapport avec ce qui suit, on pourrait avoir une petite traduction de ta nouvelle signature? Le latin, c'est pas mon fort (moi je parle juste français, allemand, langue de Nagash, noir parler et charabia)


La lune se couchait sur les Collines Pourpres, à quelques lieues à l’est. Moravax courait dans la lande, fuyant une ville en colère. Il avait encore un peu de temps, la foule irait d’abord brûler les bâtiments sur ses terres, et devraient affronter ses zombis. Il pouvait encore atteindre les cavernes menant à son laboratoire, prendre ses affaires et s’enfuir. Une terreur sans nom l’envahissait. Fou, il était devenu fou. Et à présent, cette folie n’était plus seulement effrayante, mais dangereuse. Une hallucination, une simple hallucination lui avait fait révéler son identité devant les plus importantes personnes de la ville. Il avait lu dans leurs yeux que prétexter un instant d’égarement, une maladie ou toute autre excuse n’aurait pas suffi. Ils l’auraient brûlé sans jugement. Qu’allait-il devenir ? Il ne pourrait pas reprendre une fausse identité dans une autre ville tant qu’il risquait de se découvrir comme ici. Et s’il devait passer le reste de son éternité avec ses hallucinations comme seule compagnie, il deviendrait définitivement fou. Un apprenti, voilà ce qu’il lui fallait. Quelqu’un d’entièrement soumis à sa volonté, à l’esprit assez clair pour lui permettre de différencier le vrai du faux. Quelqu’un pour l’aider à se débarrasser de ces visions. Sa résolution prise, Moravax retrouva un semblant de calme, et c’est d’un pas assuré que le nécrarque traversa les dernières galeries menant à son laboratoire, sans un regard vers les abominations mortes-vivantes qui grouillaient dans les grottes. Il ouvrit la porte, et les flammes lui léchèrent le visage.

Quelques citadins, torches à la main, tentaient encore de faire gonfler un peu plus le brasier qui dévorait des années de recherches. Moravax hurla. Comment avaient-ils pu arriver jusqu’ici, et si vite ? Tirant sa lame, il embrocha un humain. Qui se volatilisa. En un instant, son laboratoire redevint la pièce qu’il connaissait, et le même rire emplit la salle. Fou, fou, fou. Et ce rire qui persistait. Soudain, le vampire sentit une légère variation. Le rire était différent. Il le reconnaissait. Comme il l’avait vu en hallucinant pendant des jours et des jours, un être aux canines aussi longues que les siennes sortit calmement de l’ombre, un sourire aux lèvres. Moravax se força à rester immobile. Ignorer les visions, c’était le seul moyen de les vaincre. L’hallucination approcha, et, sans un cri, projeta le vampire à l’autre bout de la pièce. Keraad rit. Moravax était terrifié. Sa folie le frappait à présent, ses hallucinations prenaient corps. « Tu n’avais rien vu venir, traître, dit alors Keraad. Des semaines que je te leurre, que je t’envoie tes pires cauchemars. Tu n’as pas pu les contrer, pas même repérer ce qu’ils étaient : de simples sortilèges. Tu es pitoyable. Et tu pensais vraiment m’être supérieur ? Parce que tu as été capable d’aider les humains à me trouver, tu pensais être un sorcier plus puissant que moi ? Mais tu as échoué. Parce que je suis un maître des Arts Noirs, je suis revenu d’entre les morts. Ta mort, elle, sera définitive. »
Moravax se releva. Il n’était pas fou. Cette certitude lui redonna confiance. « Oh Keraad, tu as toujours été un maître...de lâcheté. Voler, te cacher, utiliser les autres, ça tu sais le faire. Les illusions, les coups en traître sont tes armes. Au final, tu n’auras commis qu’une seule erreur. Dans ton orgueil, tu as oublié qu’au fond tu es faible, incapable de combattre à la loyale, et tu es venu alors que je ne suis pas encore mort. »

D’un geste, Moravax engagea le combat, projetant des spirales d’énergie vers son rival. Toutes s’évanouirent dans les airs, mais Keraad ne riposta pas. Moravax y vit une faiblesse, une incapacité à attaquer et se défendre simultanément, et redoubla d’efforts. Ses assauts croissaient en intensité tandis que, répondant à son appel, ses créations contre nature s’approchaient du combat. Au bon moment, il leur donna l’ordre de submerger l’Etre de la Tour, mais il se rendit compte que ce dernier avait pris leur contrôle, et ce en quelques secondes. Hurlant de rage, Moravax conjura un torrent de mort pure, mais Keraad s’en empara d’une main, et le projeta sur les créatures nécromantiques, les réduisant en poussière. En quelques gestes fluides, il dessina sa rune dans les airs et Moravax fut projeté en arrière par une décharge d’énergie incroyable. Les anneaux de protection qui ornaient ses longs doigts lui évitèrent la mort, mais se brisèrent tous. Il se mit à lancer des sphères d’un bleu spectral, amalgames d’esprits torturés, une main après l’autre. L’Etre de la Tour s’en emparait avec aisance, les dispersant ou les absorbant. Mais pendant ce temps, Moravax incantait. L’effort était intense, car les boules fantomatiques demandaient déjà beaucoup d’énergie, mais le jeu en valait la chandelle. Il avait déjà gagné de nombreux duels de cette manière. Utilisant la magie noire ambiante, il en imprégna les squelettes environnants pour les relever. Naturellement, Keraad ne contra pas une incantation aussi mineure. Moravax sourit en achevant son sort. Il allait prendre le contrôle de tous les squelettes de la salle, y compris celui du vampire. Sa confiance s’évanouit alors que l’Etre de la Tour restait debout sans se tordre de douleur. Un squelette d’or. Il tenta d’utiliser le vent de Chamon pour prendre le contrôle du métal, mais l’or venait de la tablette de Lustrie et était de plus imprégné de magie noire. Nul sortilège ne pouvait s’y attaquer.

Moravax soufflait bruyamment, hors d’haleine. Il n’eut pas la force de résister quand le sort de Keraad le plaqua à terre. « Tu n’étais rien, mais tu m’as défié. J’étais tout, mais tu m’as trahi. A présent que je t’ai donné une leçon d’humilité, il est temps que tu retrouves ta place dans l’ordre des choses. » Moravax rampa vers la sortie dans une vaine tentative de fuite. Il sentit la magie s’infiltrer dans sa chair. Ses muscles quittèrent son corps, arrachant sa peau, brisant les os qui les retenaient. Le corps de Moravax s’éparpilla dans la pièce. Tenant son esprit dans ses mains, l’Etre de la Tour convoqua un démon. L’âme de Moravax serait torturée pour l’éternité, et Keraad prit toutes les précautions pour qu’elle ne puisse jamais quitter les Royaumes du Chaos. Libéré par le sacrifice qui lui était offert, le démon déchaina sa puissance. Les flammes traversèrent les cavernes, passant par le moindre interstice, vitrifiant toute chose. La langue de feu jaillit des grottes, montant haut dans le ciel en portant le démon. Son temps dans l’espace matériel était passé, et dans un cri de rage, il disparut. Les citadins saluèrent la mort du baron de Vaxomar, sorcier détruit par un pouvoir qu’il ne pouvait contrôler. Sur la première des Collines Pourpres, Keraad rejoignit ses compagnons, sa vengeance accomplie.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomov Le Poussiéreux
Comte de la Crypte 2010 & 2013
avatar

Age : 31
Nombre de messages : 3336
Expérience de jeu (CV) : Ancien Vampire, vieux Chef de Guerre Orque, Favori de Slaanesh depuis peu, nouveau chef de Clan Elfe Sylvain, jeune Poil-au-Menton Nain, vénérable Connétable Bretonnien et très ancien Kuraq Saurus
Date d'inscription : 25/03/2009
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: Le vampire de Gespenst   Jeu 25 Aoû 2011 - 17:35

Bien fait pour sa gueule! Clap

Hem... Il semble que je m'égare quelque peu.
Je voulais dire: "une telle barbarie me heurte profondément!".

Bref, de l'excellent une fois de plus. Ton rythme d'écriture semble connaitre une certaine frénésie, non?
Je sais que tu n'avais plus posté depuis un moment mais là, tu rattrapes vachement bien le coup!


PS: "Toutes blessent, la dernière tue", inscription latine souvent retrouvée gravée sous les cadrans solaires; il est en fait question des heures qui passent.




EDIT: yeah! la 200ème réponse au sujet de Keraad est pour Moi! banane

_________________
Vulnerant Omnes, Ultima Necat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keraad de Gespenst
Comte de la Crypte 2011 et 2015
avatar

Age : 24
Nombre de messages : 655
Date d'inscription : 07/10/2009
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: Le vampire de Gespenst   Mar 30 Aoû 2011 - 12:18

Deux semaines à la mer avec le matin passé à la maison presque tous les jours...fallait que je m'occupe sans peinture. En fait il reste encore deux textes tapés là-bas, d'où l'enchainement des posts. Et encore, là je me suis retenu pour laisser d'éventuels lecteurs poster leurs idées quant à la nature du cri. Bon, apparemment personne à part Vladimir n'a eu d'idées...Voilà donc la réponse (je pendrais moi-même tous ceux qui n'auront pas deviné!).


Moravax avait été tué, et Keraad avait fait en sorte que nul ne sache qu’il était derrière cet assassinat. La majeure partie de ceux dont il voulait se venger étaient à présent morts ou inaccessibles. Avant de retourner à Gespenst pour mettre en place de nouveaux plans, il ne lui restait plus qu’à rejoindre la source de ce cri qu’il avait entendu pour la première fois dans les ténèbres de son cercueil. Aussi fit-il prendre à son groupe la route de l’est. A nouveau ils voyagèrent par étapes plus ou moins éloignées du chemin le plus court, retrouvant ici une ancienne relique perdue depuis le sac de Gespenst, corrompant là un jardin de Morr. Ils franchirent les montagnes du Bord du Monde avec aisance, leurs capacités de vampires leur permettant de franchir les plus hauts cols. Ils durent affronter une chimère sortie de sa tanière. Keraad transforma négligemment sa première tête en poussière, Osnir planta son épée entre les deux yeux de la seconde et Mandros arracha la dernière à coup de griffes. Ils atteignirent des contrées inhospitalières, peuplées de monstres et aux mains des nains du Chaos. Les vampires avançaient sans discontinuer, prenant juste le temps de se nourrir pour retrouver quelques forces mais ne se reposant jamais. Heureusement, ces terres souillées contenaient une grande quantité de magie noire, et ils purent l’utiliser pour avancer vite et sans effort. Enfin, ils arrivèrent à destination. Bordé de montagnes dentelées, sous un soleil de plomb, imprégné du Vent Sombre, un immense désert jonché d’os les attendait.

L’antique cimetière des dragons était un endroit dangereux, truffé de pièges plus mortels les uns que les autres. Il n’y avait pas de chemin, et, pour un humain normal, progresser dans le sable entre (et parfois même à travers) les carcasses des reptiles conduisait presque invariablement à la mort. Un mercenaire prudent, bien équipé et bien entraîné pouvait espérer échapper aux sables mouvants, aux os qui se détachaient, à l’insolation et à la soif. S’il était rusé et chanceux, il pouvait éviter les innombrables créatures des sables : vers géants, pieuvres mutantes faisant jaillir une trentaine de tentacule du sol pour se saisir du malheureux avant qu’il n’ait compris ce qui se passe, nuée d’insectes voraces, immenses créatures cartilagineuses semblables aux ossements tant qu’elles restaient immobiles, et une myriade d’autres atrocités. Mais le danger le plus grand, celui qui venait à bout de tous les humains assez fous pour venir ici et assez malchanceux pour échapper à une mort plus douce, ne venait pas des monstres vivants. La menace résidait dans la magie noire, omniprésente. Le sable pouvait se soulever et prendre forme, jusqu’à ce qu’une armée de silhouettes humanoïdes assaille l’aventurier, incapable de seulement blesser le sable vivant. Le vent se levait parfois un peu plus fort, et le malheureux voyait avec horreur sa peau glisser sur ses os, jusqu’à ce qu’il ne reste de lui qu’un squelette emplit de rancœur. Le fou qui comptait sur la nuit pour échapper aux prédateurs comprenait rapidement pourquoi aucun chasseur nocturne ne vivait ici, quand des milliers d’âmes, humaines ou animales, se jetaient sur lui sans qu’aucune arme ne puisse l’en protéger. Enfin, celui qui croyait avoir échappé au pire voyait alors avec horreur le décor macabre du désert se relever, et des monstres plus grands que des palais mettaient fin à ses jours.

Conscients des dangers, les vampires attendirent le lever du soleil pour pénétrer dans le désert, tout en espérant que leur objectif était à moins de trois jours de marche. S’ils se jouaient des éléments naturels, les seigneurs de la nuit n’étaient pas invincibles et progressaient donc avec prudence. Le soleil, atténué par l’incroyable quantité de magie noire présente en ces lieux, ne brûlait leur peau que très légèrement. Afin d’échapper aux monstres des sables, les vampires avançaient au sommet des squelettes des dragons, sautant d’os en os. Ils progressaient à bonne distance les uns des autres, car les carcasses étaient toutes tellement imprégnées de magie noire qu’elles pouvaient se relever. Seul le silence, le vide du désert, empêchait cela, et quelques-unes seulement arpentaient les sables. La plupart réagirait cependant si on les dérangeait, et Keraad n’était pas certain que le passage de trois vampires sur une même créature soit chose insignifiante. Chacun avançait donc en parallèle aux autres, ignorant à chaque saut à quel point leur futur support était éveillé. Ils avaient déjà vu des dragons, mais ceux qui risquaient de se réveiller étaient leurs immenses ancêtres, et si seul les plus petits étaient capables de quitter la Plaine des Os sans s’effondrer, les titans morts-vivants étaient sur leurs terres, et les vampires en étaient conscients à chaque saut. Ils marchèrent ainsi deux jours avant que l’Etre de la Tour n’ordonne une halte. Le cri s’était tu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomov Le Poussiéreux
Comte de la Crypte 2010 & 2013
avatar

Age : 31
Nombre de messages : 3336
Expérience de jeu (CV) : Ancien Vampire, vieux Chef de Guerre Orque, Favori de Slaanesh depuis peu, nouveau chef de Clan Elfe Sylvain, jeune Poil-au-Menton Nain, vénérable Connétable Bretonnien et très ancien Kuraq Saurus
Date d'inscription : 25/03/2009
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: Le vampire de Gespenst   Mer 31 Aoû 2011 - 13:31

Beu... C'est quoi la réponse? Il va se chercher un dragon-zombie pour lui tout seul? scratch

Thomov, pas très perspicace aujourd'hui...

_________________
Vulnerant Omnes, Ultima Necat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keraad de Gespenst
Comte de la Crypte 2011 et 2015
avatar

Age : 24
Nombre de messages : 655
Date d'inscription : 07/10/2009
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: Le vampire de Gespenst   Jeu 1 Sep 2011 - 11:06

Apparemment la plupart des lecteurs sont encore en vacances. Ils vont avoir un sacré retard à rattraper!

Citation :
Thomov, pas très perspicace aujourd'hui...

Pourquoi dis-tu ça?

La suite donc. Je m'excuse d'avance de ne pas attendre tous le monde avant de poster, mais j'ai l'intention de finir cet historique avant le 12 septembre, et avec le concours de récit qui approche à grands pas, je vais manquer de temps pour tout écrire.

Leurs pieds touchèrent le sable pour la première fois depuis deux jours. Mandros s’était délecté des immenses risques qu’ils couraient, et Osnir n’avait aucune crainte tant que le soleil tenait éloignés les esprits capables de le blesser. Keraad était quelques pas devant eux, regardant alentours l’air contrarié. Il ne savait plus où aller. La probabilité que ce cri soit un des pièges de ce lieu, que le désert cherche à attirer des proies dotées d'une grande puissance magique de l’extérieur avait toujours parue grande au spectre. Un craquement sinistre sembla confirmer son hypothèse. Dans un bruit épouvantable, les os au-dessus et autour d’eux s’effondrèrent. Mandros et Keraad s’en remirent à leur agilité surnaturelle pour échapper à la mort, et Osnir reçut sans broncher une cathédrale d’ossements sur la tête. Puis les débris remuèrent, se rassemblèrent, formèrent des créatures défiant la raison. Une dizaine de ces monstres, plus éloignés que jamais des dragons dont elles faisaient partie, encercla les vampires. Dotées de six pattes semblables à des lames de faux, elles déplaçaient grâce à elles leur masse hérissée de piquants à une vitesse alarmante. Deux membres aux multiples articulations leur tenaient lieu de bras, nimbés d’une aura noire. Leur crâne ressemblait plus à un assemblage maladroit de mâchoires déformées qu’à une véritable tête, et nulle orbite ne rendait cet organe moins difficile à contempler. Jamais aucun monstre semblable n’avait foulé la terre, et jamais aucun ne la foulerait, car ces créatures de quinze mètres de haut ne pouvaient vivre. Seule la magie noire conférait à leurs squelettes des sens et la force de soulever leurs membres pesants.

Les monstres firent cingler leurs membres supérieurs comme des fouets et se ruèrent à l’attaque, leurs mâchoires improbables s’agitant frénétiquement. Les vampires ne pouvaient résister à l’assaut. Mandros tenta de se jeter à la rencontre de son adversaire, et fut projeté cinq mètres plus loin. Attaqué par deux des créatures, il ne put qu’essayer d’esquiver les nouveaux assauts. Osnir de son côté parait les coups de fouets de son épée, se moquant des taillades de deux des pattes squelettiques. Seul le halo noir l’inquiétait, mais s’il devait en affronter plusieurs, il ne résisterait pas. Keraad maintenait en respect l’ensemble des assaillants restants, lançant sort sur sort. Il ne pouvait faire appel à la magie noire pour animer les squelettes de dragons intacts sous peine de les voir se joindre au combat aux côtés des abominations. Flammes et éclairs jaillissaient de ses doigts, sans parvenir à détruire leurs adversaires. Qu’un de leurs membres soit tranché et les os se ressoudaient. Si les monstres avaient été moins nombreux, Keraad aurait pu concentrer sa puissance sur l’un d’eux jusqu’à l’anéantir, mais ce n’était pas le cas. La magie noire brouillait tout, et saisir les autres vents de magie relevait du miracle. L’Etre de la Tour sentait les monstres vivants du désert se rapprocher et les carcasses les plus proches frémir. Même s’ils parvenaient à s’échapper de ce combat, le désert les détruirait, ou du moins les ralentirait suffisamment. Keraad voulut utiliser un Mot de Pouvoir, mais dû se retenir quand les syllabes manquèrent de lui arracher la mâchoire. Tiré par la magie noire, le Mot voulait sortir, et Keraad devait à présent déployer des forces supplémentaires pour le retenir. Et, tel une raillerie, le cri, ce cri qui les avait attiré ici retentit à nouveau dans l’esprit de l’Etre de la Tour.

Mandros sursauta, et manqua se faire décapiter. D’un bond risqué, il parvint à sortir du corps à corps. Il avait entendu un cri, c’était certain. Osnir s’était lui aussi désengagé, et paraissait au moins aussi perplexe que le chevalier. Le cri retentit, plus fort encore. Les monstruosités se figèrent et tournèrent leurs crânes immondes selon un angle dérangeant vers la source du bruit. Les squelettes de deux immenses dragons furent repoussées sur le côté quand un mastodonte d’os blanchis se fraya un passage vers le combat. Long de quarante mètres sans compter sa queue meurtrière, les crocs grands comme deux hommes, dégageant une impression de force millénaire, ce qui fut autrefois un dragon avança vers les morts-vivants. Son long cou s’étira en l’air, et le monstre poussa à nouveau son cri terrible, affirmant son autorité. Maître incontesté de cette portion du désert, il défia quiconque de convoiter sa place. La meute abominable se détourna de ses proies, et se déploya autour du dragon. Cet affront fit entrer le monstre dans une rage épouvantable, et il se rua à l’assaut. D’un revers de patte, il projeta une créature à l’autre bout de la zone dégagée, l’éparpillant en milliers de fragments d’os. Il en écrasa une seconde, et trancha en deux celle qui s’approchait par derrière d’un coup de queue magistral. Il en croqua une autre, et quand les abominations restantes se lancèrent dans un assaut simultané, il balaya leurs rangs d’un vaste revers de sa patte avant. Il ne lui fallut que quelques minutes pour réduire ses assaillants en débris d’os. Alors seulement le monstre s’approcha de Keraad, et fut enfin assez près pour lui transmettre autre chose que son cri.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arken
Maîtresse des fouets
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 2683
Expérience de jeu (CV) : Depuis juillet 2006 (livre CV fin V6, jeu fin V7)
Date d'inscription : 12/03/2011

MessageSujet: Re: Le vampire de Gespenst   Dim 4 Sep 2011 - 18:06

Il ont eu chaud sur ce coup là... sans jeu de mot bien sûr


_________________
Les mots sont un don. Les mots sont une arme. Les mots ne se gaspillent pas. P.B.
"Despierta y ponte a soñar"
Ceux qui ne croient pas en la magie ne la trouveront jamais.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomov Le Poussiéreux
Comte de la Crypte 2010 & 2013
avatar

Age : 31
Nombre de messages : 3336
Expérience de jeu (CV) : Ancien Vampire, vieux Chef de Guerre Orque, Favori de Slaanesh depuis peu, nouveau chef de Clan Elfe Sylvain, jeune Poil-au-Menton Nain, vénérable Connétable Bretonnien et très ancien Kuraq Saurus
Date d'inscription : 25/03/2009
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: Le vampire de Gespenst   Lun 5 Sep 2011 - 9:05

Héhéhé... J'étais dans le bon alors. Même s'il est d'avantage question d'un Dragon-Squelette que d'un Dragon-Zombie.

_________________
Vulnerant Omnes, Ultima Necat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vladimir
Squelette
Squelette
avatar

Age : 21
Nombre de messages : 26
Expérience de jeu (CV) : jeune débutant
Date d'inscription : 12/07/2011

MessageSujet: Re: Le vampire de Gespenst   Mar 6 Sep 2011 - 9:02

Que va lui transmettre le monstre!?Son affection?(quand on reste dans un désert pendant des centaines d'années,on apprécie d'avoir une visite pour passer le temps lol )Sinon,j'ai hâte de voir la suite!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keraad de Gespenst
Comte de la Crypte 2011 et 2015
avatar

Age : 24
Nombre de messages : 655
Date d'inscription : 07/10/2009
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: Le vampire de Gespenst   Mar 6 Sep 2011 - 15:49

Bravo et merci à tous de suivre encore ce sujet de plus en plus conséquent. L'aventure approche de son terme, et je tiens donc à vous remercier de l'avoir vécue avec moi. La suite est là:


Le pacte fut scellé. Le dragon, renommé Finsternis, avait enfin amené à lui l’être qu’il estimait digne de le monter. L’Etre de la Tour avait trouvé un nouvel allié. C’est sur son dos qu’il quitta la Plaine des Os. Osnir et Mandros, eux, durent se tenir aux immenses pattes du mastodonte, qui n’acceptait pas d’autre cavalier que Keraad. Le chevalier eut un soupir de regret en pensant à tous les dragons qui ne pouvaient quitter ce désert. Si « leur » dragon était sûrement le plus grand parmi ceux qui avaient la capacité de partir, il était si petit comparé aux autres. Osnir, lui, se demandait déjà comment cacher une créature de cette taille. Il était, en longueur, aussi grand que la Tour, sans compter la queue ! A présent cependant, leur maître semblait invincible. Au fil de leur discussion, les deux vampires arrivèrent à la conclusion que l’Etre de la Tour n’avait plus besoin d’eux. S’il souhaitait revenir à son ancienne existence de recherche, le bouillant Mandros serait plus un poids qu’une aide. Tous deux se perdirent alors dans leurs pensées, contemplant le paysage qui défilait, loin sous eux.

Le mastodonte se posa dans la forêt, loin au nord de Gespenst, en se ménageant une clairière. Les voyageurs furent accueillis par les créatures de la forêt. Grâce aux efforts de Mandros, ils étaient désormais plus nombreux, et tous prêts à servir Keraad. Des sombres frondaisons émergèrent des meutes de loups aux yeux de sang. Certaines avaient déjà combattu pour Gespenst, mais il y en avait désormais dix fois plus. Des créatures velues, issues des ténèbres d’un lointain passé, apparaissaient à leurs côtés. Des goules venues des sous-bois avançaient piteusement. Au milieu de cette horde, simple échantillon des monstruosités qui chassaient les intrus dans la forêt, s’avança le nouveau « lieutenant » de Mandros. Un Varghulf. Des chauves-souris vampires avaient quitté leur antre au sommet de la Tour pour venir à la rencontre de leur maître, complétèrent le tableau. Mais toutes ces créatures semblaient ridicules en comparaison de Finsternis. Bien escortés, les vampires marchèrent vers Gespenst. Les nécromanciens, sentant leur présence, sortirent leur porter de terribles nouvelles. La première fut qu’ils n’avaient pu empêcher une bande d’audacieux voleurs de rentrer dans la Tour. Ils avaient volé quelques grimoires, et un anneau qui tuerait son porteur, mais surtout les brouillons d’Itorek. C’est ainsi que les « Repentirs d’un prêtre » tombèrent entre les mains des hommes.

La seconde nouvelle était bien pire. Une armée était entrée en Sylvanie, et aucun éclaireur, aucun espion, vivant ou non, n’était revenu. On ne savait rien de cette armée, si ce n’est qu’elle n’était pas impériale, ayant traversé l’Empire en détruisant quiconque se mettait sur sa route. Sa trajectoire était de plus rectiligne. Elle marchait droit sur Gespenst. Si on ignorait encore la nature exacte de l’agresseur, ses intentions ne faisaient donc aucun doute. Des traces laissées, les espions avaient pu faire une estimation de sa taille, qui n’était pas encourageante. Enfin, une armée impériale se serait rassemblée pour poursuivre les mystérieux envahisseurs. Les suivants de Keraad envisagèrent aussitôt les différentes stratégies possibles. Itorek proposa de s’enfuir en espérant que cette armée n’en avait pas après eux, ou abandonnerait. Cette idée fut immédiatement abandonnée. Ils ne pouvaient laisser qui que ce soit prendre la Tour. Osnir se dit en faveur d’une attente. En restant sur place, ils pouvaient espérer que l’ennemi passerait son chemin, ou serait rejoint avant par l’armée impériale, et affaiblie. De plus, les vampires seraient sur leur terrain. Mandros lui rappela les dernières informations reçues : si les deux armées progressaient toujours à ce rythme, elles se rencontreraient au pied de la Tour, après que la bataille soit engagée. Il était alors plus que probable qu’elles fassent alliance contre le vampire, ou que les impériaux laissent les combat se dérouler pour anéantir le vainqueur. Faute d’avoir une autre possibilité, Keraad ordonna de rassembler l’ensemble de leurs forces. Il envoya un message à l’Armée des Quatre Flammes via les Royaumes du Chaos, tout en sachant qu’il ne pouvait espérer les voir arriver avant des semaines. Au moins, en cas de défaite, ils vengeraient leur mort et récupèreraient les artefacts de la Tour avant qu’ils ne tombent entre de plus mauvaises mains.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arcanide valtek
Seigneur vampire
Seigneur vampire
avatar

Age : 26
Nombre de messages : 2383
Expérience de jeu (CV) : Depuis Mai 2006
Date d'inscription : 24/05/2010

MessageSujet: Re: Le vampire de Gespenst   Mar 6 Sep 2011 - 20:44

Un autre chapitre, plein de promesses pour l'avenir. J'en ai l'eau à la bouche.

Par contre, à mon avis, l'armée qui se dirige vers la tour de Keraad n'est autre que celle de ses anciens alliés, l'armée des quatre flammes. Pour quelle raison ils attaqueraient, je ne sais pas, mais il me semble que c'est la seule à savoir aussi précisément où se trouve la tour (à notre connaissance du moins).

Sinon, je m'interroge sur les motivations de Finsternis (ça me fait penser à Finstellis. Tu n'aurais pas lu Fondation, Keraad ?). Pourquoi un dragon aussi immense chercherait à quitter la plaine des os ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomov Le Poussiéreux
Comte de la Crypte 2010 & 2013
avatar

Age : 31
Nombre de messages : 3336
Expérience de jeu (CV) : Ancien Vampire, vieux Chef de Guerre Orque, Favori de Slaanesh depuis peu, nouveau chef de Clan Elfe Sylvain, jeune Poil-au-Menton Nain, vénérable Connétable Bretonnien et très ancien Kuraq Saurus
Date d'inscription : 25/03/2009
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: Le vampire de Gespenst   Mer 7 Sep 2011 - 10:09

Je pense qu'une fois de plus le nom de cette créature est plutôt à chercher dans la langue de Goethe... Happy

Voilà qui me laisse un sentiment mitigé: d'un côté c'est un souriant chapitre (bien qu'il soit fort court), mais d'un autre tu nous annonces la fin prochaine de l'histoire de Keraad?!
Il va falloir nous en dire plus à ce sujet, jeune homme!

_________________
Vulnerant Omnes, Ultima Necat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le vampire de Gespenst   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le vampire de Gespenst
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 7 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
 Sujets similaires
-
» Vampire Kisses
» Amour, vampire et loup-garou
» Orc vs Hauts elfes et Comtes vampire
» Vampire Knight
» Vampire Killer : lanière ou chaîne?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armées Comtes Vampires et mort-vivants :: 
La Bibliothèque
 :: Récits, Fanfics et Fanart
-
Sauter vers: