AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Badelt & fils, une société bien étrange

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Badelt & fils, une société bien étrange   Dim 1 Nov 2009 - 15:57

Ceci est un petit essai d'une sorte de "saga familiale". Vos avis sur le style d'écriture m'intéressent beaucoup. J'aimerai aussi savoir si cette introduction pique vore intérêt/curiosité, et ce qui cloche dans le texte.


Le premier chariot s'ébranla, les 4 chevaux haletant sous l'effort. Le second attelage lui emboîta le pas, suivis à son tour par le reste du convoi. Octave les regarda s'éloigner sur la route pavée menant hors de la carrière, puis reporta son attention vers certains ouvriers qui s'étaient arrêtés de travailler. Fronçant les sourcils, il pointa son bâton vers eux d'un air peu engageant, et ceux-ci se rappelèrent soudain leurs tâches, et retournèrent extraire et tailler les blocs de pierre qui serviraient ensuite à construire les villes de l'Empire et de la Bretonnie. Un rictus déforma la bouche d'Octave. Il avait la Bretonnie et ses habitants en horreur, ayant été chassé de son village par les soldats du Roi Louen alors qu'il n'était qu'un adolescent. Ravalant sa colère, il vérifia qu'aucun autre ouvrier ne traînait, puis partit rejoindre son supérieur. Laissant derrière lui la gueule béante de la carrière, le bruit des pioches et les grognements des tailleurs, il se dirigea vers un bâtiment imposant en pierre massif, semblable à un petit manoir, où l'attendait le propriétaire de cette carrière, le Seigneur Klaus Von Badelt.

Celui-ci se trouvait actuellement à son bureau, un magnifique meuble en bois d'Athel Loren (qui, disait-on, avait nécessité 7 générations de bûcherons trop téméraires, cupides ou simplement idiots), sur lequel étaient éparpillés de nombreux documents que le Seigneur Von Badelt examinait avec intérêt. Comme d'habitude, Octave était impressionné par l'aura de puissance que dégageait son patron. Un sens aiguisé du commerce, une volonté de fer et une capacité à profiter des moindres opportunités, c'est ce qui avait fait le succès de l'entreprise familiale, qui était depuis plus de 2000 ans la principale exportatrice de pierre de construction. La demande pour ces matériaux a toujours été forte, et les Von Badelt ont réussi au cours des siècles a toujours proposer la pierre la moins chère du Vieux Monde, tout en restant d'une qualité raisonnable.

Il reporta son regard vers les documents que contemplait Von Badelt. Il s'agissait pour la plupart de commandes passées par les notables de Nuln, Marienburg, Quenelles.. La localisation de la carrière, à la jonction des montagnes noires et des montagnes grises, permet en effet de livrer rapidement en faisant voyager la pierre par bateau le long des fleuves, et donc de desservir les cités présentes le long de ces cours d'eau. Le premier document de la pile était une commande passée par le Duc de Cabarnet, pour la réfection du mur d'enceinte du château d'Hendaye. Octave sourit. La bonne marche de l'entreprise venait également du fait que les Von Badelt n'avais que peu de scrupules. Quand le demande faiblissait, ils la relançaient par des moyens discrets. La mission de sape des murs avait coûté la bagatelle de 700 pistoles, et le résultat était devant ses yeux: une commande de 3800 couronnes. A nouveau, un rictus déforma son visage. Ces misérables Bretonniens pouvaient se pavaner sur leurs destriers, mais dès qu'il s'agissait d'être subtils, ils étaient hors courses. Voilà pourquoi Octave avait rejoins l'entreprise Badelt: ici, on se donnait les moyens de réussir, et on ne s'embarrassait pas de morale.


(la mise en forme en pas au top, peut-on justifier les alignements et mettre des alinéas?)

EDIT: relecture faite, si il reste des fautes signalez les moi svp^^


Dernière édition par toufiouz le Dim 1 Nov 2009 - 18:04, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Thomov Le Poussiéreux
Comte de la Crypte 2010 & 2013
avatar

Age : 31
Nombre de messages : 3336
Expérience de jeu (CV) : Ancien Vampire, vieux Chef de Guerre Orque, Favori de Slaanesh depuis peu, nouveau chef de Clan Elfe Sylvain, jeune Poil-au-Menton Nain, vénérable Connétable Bretonnien et très ancien Kuraq Saurus
Date d'inscription : 25/03/2009
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: Badelt & fils, une société bien étrange   Dim 1 Nov 2009 - 16:44

Quelques fautes d'orthographe ou de frappe, mais rien de grave. Je suppose que NECRO n'est qu'un moyen de reconnaître le personnage avant de le nommer?
Globalement, l'amorce est plutôt bonne je dirais. Pas encore de trace de Morts-Vivants, ce qui laisse supposer que tu es assez patient (très bonne chose!).
Ca donne envie de lire la suite.

_________________
Vulnerant Omnes, Ultima Necat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Badelt & fils, une société bien étrange   Dim 1 Nov 2009 - 17:01

Oups, j'ai édité le NECRO. Pour les fautes de frappes, méa culpa, je vais faire une relecture.


Dernière édition par toufiouz le Dim 1 Nov 2009 - 17:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Badelt & fils, une société bien étrange   Dim 1 Nov 2009 - 17:06

Je suis du même avis que Thomov, je sais pas si ca vaut le coup de poster pour dire la même chose mais au moins ca prouve que j'ai lu jusqu"au bout et avec intérêt ton introduction.
Il est vrai que le nom NECRO arrive comme un cheveux sur la soupe et ca casse un peu le rythme, il faudrait trouver un autre nom rapidement. Relis ton texte une fois tu te rendra compte qu'il manque des espaces et que certains caractères sont inversés.
Pour ce qui est du fonds ca manque d'une trame vampirique au première abord mais si ce n'est que l'intro d'un long texte alors ce n'est pas plus mal de laisser venir doucement les choses.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Badelt & fils, une société bien étrange   Dim 1 Nov 2009 - 19:59

Klaus Von Badelt releva la tête, et tourna son regard pénétrant sur Octave. Amusé à la vue du rictus sur le visage de celui-ci, il s'étonna encore de la force de la haine de son subordonné envers ses anciens compatriotes. Mais qu'importe, du moment que ceci lui assurait sa loyauté. De plus, Klaus, de part une longue pratique des négociations, savait très bien comment exploiter les sentiments des gens, et la haine d'Octave envers la Bretonnie était un levier puissant. Il le fixa longuement en silence, évaluant ses compétences d'un regard, avant de s'adresser à lui.

« Octave, j'ai une nouvelle tâche à te confier. Une tâche qui te sortira un peu de l'ordinaire, et te changera les idées par rapport à ces grogneurs qui creusent la pierre dehors. »

A ces mots, l'intérêt du contremaître s'éveilla, une lueur d'interrogation brilla dans ses yeux. Il se pencha en avant. Klaus sourit intérieurement.

« Sire Gavald, un de nos clients du duché de Quenelles, a un retard de paiement très important sur sa dernière commande. J'ai bien peur qu'un rappel de créance ne soit nécessaire. Je sais que tu connais bien la région, aussi ai-je pensé à toi pour cette intervention. »

Octave était rivé à ses paroles, l'air figé, son rictus lui étirant complètement le visage en une grimace furieuse.

« Nul doute, » pensa Klaus, « que sa haine l'aveugle déjà. Il ne m'écoute même plus, tout excité à l'idée d'aller rappeler à l'ordre un pauvre Chevalier du Roi Louen. Pathétique. »

Le contremaître sembla reprendre le contrôle de lui même pour un instant et répondit d'une voix rauque:

« Ce sera avec plaisir maître. »

« Bien » approuva Klaus « Ivan va te seconder pour les préparatifs du voyage. Tu peux disposer »


Octave se dirigea vers la porte d'une démarche crispée, mais Klaus ne lui prêtait déjà plus attention. Il s'empara d'un autre parchemin. Il s'agissait d'un rapport de son neveu Kaleb concernant le bois. L'exploitation des forêts aux pieds des montagne, générait également d'importants profit, car une fois encore la famille Badelt proposait le bois le moins cher du Vieux Monde. Von Badelt se félicita, comme presque tout les jours, que le secret familial de la production à coûts réduis fut inconnu du commun des mortels.

(La suite de l'introduction, il reste quelques personnages à présenter. Une bonne chose que vous ne trouviez pas de traces de morts vivants partout, c'était le but recherché.. Ermm )
Revenir en haut Aller en bas
Thomov Le Poussiéreux
Comte de la Crypte 2010 & 2013
avatar

Age : 31
Nombre de messages : 3336
Expérience de jeu (CV) : Ancien Vampire, vieux Chef de Guerre Orque, Favori de Slaanesh depuis peu, nouveau chef de Clan Elfe Sylvain, jeune Poil-au-Menton Nain, vénérable Connétable Bretonnien et très ancien Kuraq Saurus
Date d'inscription : 25/03/2009
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: Badelt & fils, une société bien étrange   Dim 1 Nov 2009 - 22:12

Ben pour tout dire on soupçonne fortement ce cher entrepreneur d'employer une main d'oeuvre de récupération... Mais l'idée est bonne et c'est bien amené selon Moi.
Juste comme ça (et, entendons-nous bien, tu mènes ton récit comme tu veux), la Bretonnie est divisée en système de castes très strictes; un roturier qui vient faire valoir une créance auprès d'un noble -même insignifiant- court un risque assez sérieux de se retrouver chanvré (pendu quoi) vite fait bien fait...

_________________
Vulnerant Omnes, Ultima Necat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Badelt & fils, une société bien étrange   Dim 1 Nov 2009 - 22:42

J'ai bien pensé au système de castes, c'est pour ça qu'il ne s'agit que d'un Sire machin et pas Duc, Chatealin ou je ne sais quoi d'autres, je visais le chevalier le plus bas pssible de l'échelle, mais avec un petit domaine genre manoir quand même..si quelq'un a le titre exact, je suis preneur. Et ce n'est pas un roturier qui vient réclamer, mais un représentant d'une société de négoce importante, donc influente e respectable, c'est comme ça que je le voyais. La suite arrive tout de suite.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Badelt & fils, une société bien étrange   Dim 1 Nov 2009 - 22:45

Après avoir parcouru avec Octave le dossier de Sire Gavald, Ivan se prépara lui aussi à quitter la carrière. Il répugnait à quitter ces lieux, où il était en paix et pouvait ainsi étudier à loisir, mais contrôler le différents comptoir de la société Badelt & Fils faisait partie des ses attributions, tâche dont il s'acquittait avec rigueur, mais à laquelle il préférait les trépidants projets qu'il menait en tant que responsable Recherche et Développement de l'entreprise familiale. Il avait donc prévu de rendre son voyage aussi bref que possible. Trois comptoirs figuraient sur sa liste: Nuln, Altdorf et Marienbourg. Dans ces trois villes, il disposait également de nombreux contacts dans divers milieux, qu'il devrait visiter afin de recueillir les dernières nouvelles et rumeurs. De cette façon, l'entreprise pourrait adapter sa politique au mieux. Il enfila sa cape de voyage, passa une amulette autour de son cou, attrapa d'une main ses fontes et sortit seller son cheval. Il aurait aimé voyager plus rapidement, mais la discrétion imposait certaines restrictions. Il jeta un dernier regard au manoir familial, et nota que son père, le Seigneur Von Badelt, était sortis de son bureau et se dirigeait vers la carrière, sans doute pour jeter un oeil sur l'état des ouvriers.
D'un coup de talon, il fit avancer son cheval. Les gardes lui ouvrirent la porte à gestes lents, qui agacèrent Ivan. Hélas, la rapidité n'était pas leur point fort, et il avait beau essayé, rien à faire de ce côté. Enfin, il se retrouva sur la route, et lança sa monture au galop sur la sinueuse route de montagne, en direction de l'Empire. Il serait à Nuln dans deux jours si rien ne venait le ralentir.

**************************


Kaleb ouvrit le coffre que lui avait remis le marchand. Il s'assura que la somme exacte y étais, et hocha la tête en constatant que tel était le cas. Le marchand paru soulagé. Il est vrai que Kaleb n'avait pas l'air engageant. Sa carrure faisait trembler plus d'un homme, et ses dans ses yeux flottait une lueur étrange, qui donnait à penser qu'il pouvait vous arracher la tête pour un oui ou pur un non. En vérité, Kaleb était simplement mal à l'aise. Il n'aimait pas les villes. Trop de gens, pas assez d'espace,trop de soldats, pas d'arbres. Kaleb était un solitaire, il préférait mille fois faire la tournée des sites de production de la société, veillant à ce que les arbres abattus soient replantés, les modes opératoires respectés, comme le voulait la tradition familiale depuis plusieurs siècles. Au moins, il n'avait que peu de contact avec des gens pendant ces tournées. Mais pourtant il se trouvait là, dans les principautés frontalières, dans une ville dont il était incapable de se rappeler le nom, parce que son oncle, le Seigneur Klaus, voulait qu'un membre de la famille s'assure de l'honnêteté de chaque nouveau client. Ivan aurait très bien pût s'occuper de cette livraison pénibles, mais il avait prétexté des visites à faire dans l'Empire. Kaleb grinça des dents en y repensant. Le marchand eu un mouvement de recul.
« Y a t il un problème Maitre Badelt? » demanda-t-il, un tic nerveux agitant son oeil droit.
« Oui » répondit Kaleb d'un ton brusque. « Mais pas pour toi » ajouta-t-il en calant le coffre sous son bras.
« Les chariots sont à toi » ajouta-t-il. « Mais je garde les chevaux »
« Bien sûr Maître Badelt. De bien belles bêtes que vous avez là. »

Kaleb ne lui prêtait plus attention. D'un geste brusque, il détacha les chevaux des trois charrettes remplies de bois, attacha le coffret à la selle de son propre cheval et se mit en selle. Juste avant de partir, il se retourna vers le marchand
« Vous ne me verrez plus à l'avenir, un employé viendra vous livrer et vous lui regèlerez la somme due. Je ne vous reverrai qu'en cas de problème. Assurez-vous qu'il n'y en ait pas. » Ajouta-t-il abruptement. Puis, sans un regard pour le marchand, il lança les chevaux au galop en direction du Nord, vers la demeure familiale, pour ramener les chevaux et reprendre la route. Cela faisait longtemps qu'il n'avait pas vu son oncle, et il appréhendait ce moment.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Badelt & fils, une société bien étrange   Mar 3 Nov 2009 - 2:46

Devant le nombre de gens enthousiasmés (...), je vous soumet la suite de la saga des von Badelt: là où les choses commencent à s'animer...

Le voyage avait pris deux jours. Son arrivée en Bretonnie était passée inaperçue. Il avait emprunté des chemins de campagne, se tenant à l'écart des grands axes comme le lui avait recommandé Ivan. Les terres de Sire Gavald n'étaient pas très étendues, et d'après ce qu'Octave avait pu en voir, très mal entretenues. Deux poignées de chaumière abritaient les rares paysans, et le château du chevalier ressemblait plus à une vieille ferme qu'autre chose. Depuis son arrivée, Octave attendait que Gavald sorte de son taudis, cachés dans des fourrés. Son attente pris fin peu avant la tombée de la nuit.
Octave se dissimula derrière un arbre en voyant le chevalier Gavald sortir de chez lui en compagnie de son écuyer, tous deux équipés pour la chasse. Son habituel rictus lui barrait la bouche. Il faillit se jeter sur les deux cavaliers, mais réussit à se contenir. Ivan avait été clair là dessus: de la discrétion. Le Seigneur Von Badelt voulait s'entretenir personnellement avec le vieux chevalier, et Octave devait donc le ramener avec lui. Le sort de son écuyer importait peu. Octave se hâta de récupérer son cheval, laissé en arrière pour ne pas se faire remarquer. Il suivit la piste des deux hommes. Son repérage des environs lui avait permis de découvrir au milieu des bois une maisonnette dans la forêt en piteux état, qui servait visiblement de pavillon de chasse. Il supposait que Gavald et son écuyer allaient y passer la nuit pour être à pied d'oeuvre dès le matin. Sa tâche n'en serait que facilitée, car les accidents de chasse sont l'une des premières causes de décès ses nobles décadents de Bretonnie. Arrivé près de la masure, il attacha son cheval à un arbre et parcourus le reste du chemin à pied. Le vieil homme était descendu de sa monture et se dirigeait vers l'intérieur, tandis que son écuyer s'occupait des chevaux.
Une fois les deux Bretonniens endormis, Octave se leva et partit rejoindre son cheval. Il sortit des ses fontes un petit objet qu'il glissa dans l'une des poches de son manteau, et, agrippant son bâton, s'enfonça dans la forêt.

*************


On le suivait. Il ne savait pas exactement combien ils étaient, mais il était sûr d'en avoir repéré deux. Un nain à l'air revêche qu'il avait vu discuter avec un employé du comptoir dans la journée, et à la taverne en début de soirée quand il rencontrait Greg la Fouine,un de ses informateurs; et un mendiant qu'il avait croisé plusieurs fois durant ses visites à travers Nuln. Ivan se retourna furtivement. Personne derrière lui qu'il reconnaisse. Peut être les avait-il semé? Sa tournée de la ville était presque terminée, le bureau local de la famille enregistrait un chiffre d'affaire satisfaisant. Il ne lui restait plus que deux visites à faire. Il accéléra encore l'allure, et, alors que le soleil se couchait, et que la vie nocturne de Nuln commençait, il pénétra dans une ruelle étroite, qui longeait l'Ecole des Ingénieurs Impériaux. C'est alors qu'il aperçut, au bout de la ruelle, un homme large d'épaule vêtu comme un paysan. Cet homme était également à la taverne, se rappela-t-il, et il avait alors l'allure d'un commerçant. Rageant silencieusement, Ivan tourna dans une autre ruelle. Il ne savait pas pourquoi ces personnes le suivaient, mais il ne tenait pas à les mener à ses yeux-et-oreilles, et surtout pas à Neil Thalsam, son espion au sein des l'Ecole. Il envisagea un instant de se débarrasser d'eux, mais rejeta cette idée. La dernière chose qu'il souhait était d'attirer l'attention de la milice ou des soldats sur lui. De plus, il était curieux de savoir ce que ces hommes lui voulait. Il se mit à courir en silence et, après avoir pris assez d'avance pour être hors de vue, grimpa le long d'un mur pour se dissimuler sur le toit. L'homme qui le suivait passa dans la ruelle sans lever les yeux. Ivan l'observa attentivement. Il était sûr de ne jamais l'avoir vu avant aujourd'hui. Qui donc étaient ces gens, et que lui voulaient-ils? Furtivement, il le suivit de toitures en toitures, invisible, telle une ombre dans la nuit. Sa visite à Neil attendrait, Ivan n'était pas une personne à prendre des risques inutiles. L'homme sortir des ruelles pour s'engager sur une avenue plus large, et Ivan le vit s'arrêter pour discuter avec le même nain. Puis, les deux individus traversèrent l'avenue ensemble d'un pas pressé,dans la direction opposée à la sienne. Rassuré, Ivan repartit vers son rendez-vous; Peut être l'un de ses contacts saurait-il qui étaient ses poursuivants?
Revenir en haut Aller en bas
Thomov Le Poussiéreux
Comte de la Crypte 2010 & 2013
avatar

Age : 31
Nombre de messages : 3336
Expérience de jeu (CV) : Ancien Vampire, vieux Chef de Guerre Orque, Favori de Slaanesh depuis peu, nouveau chef de Clan Elfe Sylvain, jeune Poil-au-Menton Nain, vénérable Connétable Bretonnien et très ancien Kuraq Saurus
Date d'inscription : 25/03/2009
Vainqueur de concours : Concour de texte

MessageSujet: Re: Badelt & fils, une société bien étrange   Ven 6 Nov 2009 - 10:07

Pas mal du tout. Les choses se corsent tout doucement, c'est très agréable à lire.
Ne t'inquiètes pas trop du nombre réduit de personnes qui postent quelque chose, je suis confronté au même problème avec le récit de mon Vampire malgré un taux de visites plutôt flatteur...
Le forum doit être peuplé de grands timides.

_________________
Vulnerant Omnes, Ultima Necat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Badelt & fils, une société bien étrange   

Revenir en haut Aller en bas
 
Badelt & fils, une société bien étrange
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Badelt & fils, une société bien étrange
» La société des fourmis
» Souder des fiches pk sur esc et accu
» Une carte ... bien étrange ?
» Challenge ABC 2012

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armées Comtes Vampires et mort-vivants :: 
La Bibliothèque
 :: Récits, Fanfics et Fanart
-
Sauter vers: