Armées Comtes Vampires et mort-vivants


 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Von Vocart, le bientôt vampire.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Pasiphaé
Loup de sang
Loup de sang


Nombre de messages : 159
Date d'inscription : 24/03/2008

MessageSujet: Re: Von Vocart, le bientôt vampire.   Jeu 30 Juil 2009 - 12:54

-Merveilleux, et je suis sensé faire quoi ? De toute façon j’allais vous présenter devant lui !

-Le problème, c’est que grâce à quelque tour de magie, j’ai pu repérer l’arrivé d’une forte troupe venant du Sud Ouest. Et vu la cadence parfait de leurs pas, se ne sont pas des humains…

-Quoi alors ? Et surtout, qu’elles sont leurs effectifs et leur position ?

-Probablement des morts vivants… J’ai aussi senti une odeur de cadavre en décomposition. Pour le reste, je n’es pas de détails, mais si vous le permettez je vais tenter de vous informer… J’estime qu’ils seront là dans une demi-heure, mais c’est une estimation qui n’a rien de fiable.

-Bon, je vais envoyer des éclaireurs et préparer les troupes, vous restez ici pour les investigations puis durant la bataille s’il y en a une… Par contre je vous prévient : si il se révèle que se n’est qu’un mensonge, vous allez le regretter. Il y aura 4 gardes pour vous surveiller.

-Sauf votre respect, je pense qu’un mage durant la bataille sera une bonne aide…

-Apprenti mage, et je ne veux pas prendre de risque, les mages n’ont rien à faire à la bataille. »

Vocart en réponse, se contenta de se changer à moitié en monstre, puis de briser d’un coup de point une chaise pliable en bois qui trainait là. Borgias le regarda, puis dit :

« -Bon, plutôt 10 gardes.

-Si vous faites cela, je vous jure que j’attaque vos gardes, et il faudra alors expliquer leur mort et la mienne devant le Duc.. Et vu le contenue de la lettre, se serait une belle bêtise…

-Mmm, allez vous faire voir».

Néanmoins, il ne mit aucun garde devant la porte et alla se préparer. Vocart en profita pour entrer en transe. Son esprit quitta alors son corps. Très vite, il sortie de la tente et prit de la hauteur. Le camp était en effervescence. Chaque homme se préparait. Il y avait deux unités d’une dizaine à peu près chevaliers lourdement harnachés, deux groupes de cinq pistolliers. Une bonne vingtaine d’autres hommes, peut armuré et doté d’arc, formait ce qui semblait être une milice monté. Mais le cœur de l’armée était occupé par la garde monté du générale, une dizaine d’hommes absolument impressionnant ; leur imposante carrure recouverte de fourrure blanche, il portait chacun un long marteau de guerre en aciers. Borgias lui-même portait un équipement bien similaire, bien que la couleur argent de l’armure de ses hommes fût remplacée chez lui par de l’or, ce qui ne faisait que le rendre plus impressionnant encore. On voyait aussi deux prêtre, qui encourageaient depuis leur cheval les hommes, avant d’aller s’installer, l’un à coté du générale, l’autre dans une unité de chevaliers.

Puis Vocart dirigea son esprit au Sud Ouest. Très vite, il put apercevoir la force qui leur faisait face. On y voyait globalement une très forte troupe de squelettes, avec au centre des lignes de squelettes plus grands et doté d’armures lourdes. Sur un des flancs, une meute de loups était tenue en laisse par quatre chevaliers en armure bleuté. Ceux-ci étaient visiblement des vampires. L’autre flanc était lui apparemment vide… Mais en regardant bien, il pouvait voir des nuées de spectres, griffant l’aire silencieusement en une dans mystérieuse. Derrière l’armée, d’immense chauves souris géantes volaient… Elles étaient gênantes, car elle signifiait que Vocart ne pouvait se contenter de fuir, car alors les bêtes volantes le rattraperaient.

C’est alors qu’il sentie une présence magique. Au début, se fut l’esprit d’un nécromancien. Celui-là ne l’inquiétait pas, car il semblait malhabile à manipuler les vents magique. Mais il y avait aussi deux autres présente, plus indistincte… Mais aussi visiblement plus puissante. Vocart fonça donc vers son corps. Visiblement, les trois magiciens ne le laisseraient pas faire. Le nécromancien étendit son esprit, comme une barrière. Derrière, la puissance des deux mages plus puissants attendaient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pasiphaé
Loup de sang
Loup de sang


Nombre de messages : 159
Date d'inscription : 24/03/2008

MessageSujet: Re: Von Vocart, le bientôt vampire.   Jeu 30 Juil 2009 - 12:56

Mais heureusement, c’est à ce moment là qu’un vent de Ghure puissant ce leva, en une tentacule épaisse. Vocart fondit son esprit en elle. Tout d’abord, il se réjouie de voir ces assaillants perdre sa trace. Puis il oublia tout. Il était le vent, son esprit reprenait sa forme animale.

Finalement, Vocart réussie à reprendre conscience. Il se glissa dons le plus vite possible dans son corps. Dehors la bataille était sur le point de commencer… Et il se trouvait au centre du champ de bataille ! Par le jeu des circonstances, la tente du générale avait été abandonné, certainement par choix tactique de Borias… Quelque chose disait aussi Vocart que Borias, conseillé par ces deux prêtres d’Ulric fanatiques, avait mis ainsi le champ de bataille ans l’espoir de voir le chamane tuée et ainsi pouvoir remettre la lettre soit même.

Il faut tout de même avouer que le choix n’est pas mauvais : le terrain est parfaitement plat, mise à part des tentes et une colline à gauche, et parfaitement éclairé grâce aux multiples feux. Certaines tentes ont d’ailleurs étaient détruites pour laisser la place à la cavalerie de manœuvrer.

La situation de Vocart est critique, car il se trouve sur la trajectoire de charge de l’aile des morts vivants où se trouvait la cavalerie. Sa seule chance est de se faire discret et de fuir la bataille. Il ne lui reste plus qu’à se transformer, histoire de pouvoir mieux guetter l’ennemi, et donc de mieux l’éviter. Il incanta donc la première étape du sortilège.

C’est alors que tout s’enchaîna. Vocart sentait une légère variation dans son pouvoir. Un peu de vent noir se mêla au vent de ghure qu’il utilisait, mais il n’y prêta d’abord pas attention. Les vents convergèrent vers lui plus vite, toujours plus vite, ghure et noire. Toujours plus de vent noire venait s’agglutiner, et lui perdait le contrôle. Sa conscience se dilua dans une mer noire.

Le vent de ghure sortait maintenant du corps de Vocart, comme fuyant la marée sombre, encre noire qui entrait en lui. Puis cette masse noire réagit, et quelques choses de plus sombre entre en lui. Une fureur, une rage sans nom s’empare en partie de lui, pendant que l’autre partie de son esprit se détache en partie de son corps.

Vocart ne peut que constater avec horreur sa mutation. Il devient un monstre, mi-homme, mi-loups… Mais à la peau écailleuse et noire, noire comme une nuit sans étoile ; ces yeux d’un brun bestiale et fendue comme celui d’un chat concentraient toute la puissance du vent de ghure qui restait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pasiphaé
Loup de sang
Loup de sang


Nombre de messages : 159
Date d'inscription : 24/03/2008

MessageSujet: Re: Von Vocart, le bientôt vampire.   Jeu 30 Juil 2009 - 12:56

Le Vocart qui dirigeait se corps était un Vocart fait de haine. Entre temps, la bataille avait commencé. Les cavaliers impériaux galopèrent vers les lignes ennemies, le fracas des sabots uniquement dépassé en intensité par le son des clairons. En face, la ligne de bataille mort vivante s’avança lentement, silencieux, de même que les flancs. Borgias hurla à plein poumons, désignant les deux masses de squelettes les moins armées. Les morts vivant s’arrêtèrent et attendirent.

Dès qu’il vit les premiers loups sur sa gauche, Vocart fonça, la bave aux lèvres. Immédiatement, il entreprit de déchiqueter les animaux. D’abord féroces, les immenses loups géants se mirent à glapir tandis que la bête noire en dévora un vivant. Avant même qu’il est finie, le jeune homme sentie que quelque chose venait. Sans réfléchir, les reflexes décuplé par l’instinct auxquelles il avait laissé libre court, il sauta. A l’endroit où il se trouvait l’instant d’avant, une lance s’abattit, et les restes du cadavre de loup que Vocarte avait dévoré l’instant d’avant se disloqua sous le choc, avant de s’aplatir sur terre en creusant un profond sillon.

C’était les chevaliers bleuté. Ils regardaient tout quatre Vocart, comme s’il était un simple gibier de chasse. Le chamane en une seconde se jeta sur le premier. Celui-ci répondit en le frappant de son bouclier, et le fit voler jusqu’à un arbre qui se trouvait là. Le jeune homme se servit de celui-ci comme appuie pour resauter, tandis que ces quatre adversaires frappaient sur sa trajectoire. La première lance s’abattit juste à l’endroit où il se trouvait sur le tronc, forant un gros trou. Le deuxième siffla l’aire sans rien lui faire, tandis que le Vocart bestiale attrapait celui de sa cible pour accélérer encore la vitesse de son saut.

Il égorgea celui qui l’avait frappé du bouclier, en s’abreuvant de son sang et se servant de son corps comme bouclier. Puis il défonça sa cage thoracique et avala le cœur du cavalier. C’est au moment où il l’avalait qu’il sentit une vive douleur au niveau du bas-ventre. Le quatrième vampire avait planté sa lance dans son camarade, le perforant pour ensuite atteindre Vocart, qui ivre du sang corrompue de vampire n’avait pas vu le choc venir.

Il tomba du cheval. Longtemps. C’était curieux, parce que la colère folle restait, mais l’autre Vocart au contraire était très calme. C’était fini. Au moins, cette étrange anomalie de son corps. D’où venait d’ailleurs cette transformation atroce ? Cela n’avait plus d’importance. Puis le jeune homme comprit… C’était le « poison » du premier vampire lors de son combat… Il ne s’agissait pas du poison ! Lors de son combat avec celui-ci, sa blessure était rentré en contacte avec le sang du vampire. Et un peu, peut être juste quelque millilitres, était entrait en lui. Et cela avait perturbé le sortilège pour donner ce résultat.

Puis il repensa au cœur du vampire qu’il venait de tuer. Encore du sang de vampire ; de quoi faire de lui un de ces monstres encore plus atroce… Heureusement qu’il était mort... Mais non, la rage de l’autre Vocart était trop forte, elle devait s’exprimer. Et il ouvrit les yeux, tandis que son bas-ventre rejetait la lance pour cicatriser en un instant. Il se releva, lentement, ces membres disloqué prenant leur position initiale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pasiphaé
Loup de sang
Loup de sang


Nombre de messages : 159
Date d'inscription : 24/03/2008

MessageSujet: Re: Von Vocart, le bientôt vampire.   Jeu 30 Juil 2009 - 12:57

Les vampires en armure bleuté étaient déjà partie vers le centre de la bataille, et les sens amplifié du jeune homme lui indiquait qu’ils étaient à une ou deux tentes, attendant le bon moment pour charger au centre. Et Vocart la bête, sans même s’interroger, fonça dans cette direction. Discret comme un fauve, il se tapit dans la tente juste derrière les cavaliers. Et sans même qu’ils se doutent de quoique se soit, il sauta sur celui qui était à droite, l’attrapa, et sauta dans la tente. Dans le même mouvement, il extirpa son cœur à travers l’armure pourtant épaisse.

Vocart savait maintenant que plus il boirait de sang de ces être, plus il serait monstrueux, et plus la soif de sang de son alter égo monterait. Mais il ne pouvait rien, et Vocart la bête dévora le cœur. Puis il se mit à arracher des bouts de chaire. C’est au moment où il arrachait la jugulaire, absorbant le sang qui y restait, que les deux survivants entrèrent dans la tente.

Ils étaient calmes, même souriant. Mais leurs épées n’en étaient pas moins dressées, près à frapper. Le premier frappa directement et dit :

« -Nous devons te remercier
Et au moment où Vocart allait, tout en esquivant, le fraper, le deuxième bondit et obligea Vocart à se retirer encore. Le deuxième sourit encore et continua pour le premiers :
-Oui, car tu as éliminé deux rivaux. En plus, en te tuant, nous gagnerons les faveurs du maître… Car tu es bien le faux Strige, c’est ce pas ?
Chacun d’eux frappé, l’un après l’autre, chacun défendant l’autre sans répit.
-Tu pourrais aussi te rendre… Notre maître pourra peut-être être miséricordieux pour un homme être miséricordieux pour un homme tel que toi ! ».
Le combat continua ainsi, une heure durant. Vocart faiblissait… Et il n’avait pas d’échappatoire. Car si le tissue de la tente ne faisait pas un grand obstacle, il suffisait à ralentir suffisamment le chamane pour que les deux autres est le temps de le tuer… De toute façon, Vocart la bête ne semblait pas beaucoup penser à sa propre survie.

Soudain, une lance transperça par l’arrière l’un des chevaliers bleuté, qui ne put que s’étonner de mourir ainsi. Derrière, trois hommes armés de javelot venait. La situation était changée. Vocart se rua vers le dernier vampire avant qu’il se remette de sa surprise, et lui arracha la tête. Et alors, se que craignait le vraie Vocart arriva. La bête noire tua les trois hommes dans un concert d’hurlement. Puis il mangea leur chair, et but leur sang.

De même, il mangea les restes des deux vampires morts. Pendant ce temps là, écœuré par la sinistre besogne de son alter ego, Vocart se demanda comment pouvait se passer la bataille dehors. Il découvrit alors qu’il pouvait toujours faire errait son esprit comme lors de la méditation. Ce qu’il fit pour observer la bataille. Les cavaliers avaient chargé massivement les squelettes de part et d’autre de l’unité de squelettes plus lourdement armé, et si une des branches de l’assaut avait été stoppée, celle du générale, à droite, avait traversé, annihilant tout le monde sur leur passage.

Le général ordonna alors un volte-face, pour revenir plonger dans la mêlée et sauver ceux qui n’avait pas sut traverser les morts-vivants. Si les squelettes de droite ne se relevait pas, ceux de gauche eux ne s’en privait pas, rendant caduque tout les efforts des hommes empêtré dans la tourbe des morts.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pasiphaé
Loup de sang
Loup de sang


Nombre de messages : 159
Date d'inscription : 24/03/2008

MessageSujet: Re: Von Vocart, le bientôt vampire.   Jeu 30 Juil 2009 - 12:57

Le générale vampire réagit à cela en faisant tourner, avec un ordre absolument incroyable, sa garde personnelle. Puis d’un mouvement, il ordonna aux spectres du flanc de se poster à l’arrière de l’infanterie, couvrant celle-ci contre les soldats de la milice à cheval, qui était restait à l’arrière pour harceler l’ennemis. Et pendant que la cavalerie amorçait sa charge, la garde de squelettes lourde s’interposa entre les squelttes qui continuaient de réduire peu à peu les cavaliers. Derrière, les fantômes se ruèrent vers la milice montée, terrorisant les chevaux, et faisant fuit les pauvres hommes terrorisé.

Pendant que les spectres harcelé les hommes de la milice, la cavalerie chargea l’infanterie lourde. Mais cette fois-ci, cela ne se passa pas pareil : là où les squelettes normaux se faisaient disloquer sans avoir le temps de réagir, les étranges squelettes à l’armure lourde eux avaient une vivacité tout simplement ahurissante, et ils esquivaient les lourds marteaux pour frapper de leurs épées. Et au moment du choc, les lames rougeoyaient, aspirant le sang des cavaliers et les desséchant dans l’instant.

Seul le général ne fut pas inquiéter, l’infanterie lourde ennemie semblant l’éviter. Son cheval, grâce au choc de la charge, détruisait un autre mort en armure. Puis ils se firent face, Le général et le vampire. Borgias se rua sans réfléchir sur son ennemi. Mais la lourde cuirasse de celui-ci était telle que le coup rebondi, se n’était pas le cas des coups du vampire, et le vétéran périt, le corps couvert de blessure. Les derniers survivants humains fuirent.

C’est a se moment justement que Vocart la bête sortit de la tente, certainement à la recherche de quoi combler sa faim infinie. Et Vocart pu voir avec angoisse la bête – son corps – se ruer vers la masse de morts-vivants. Il se hâta de réintégrer son corps, tant pour essayer d’aider son alter ego que pour tenter de le raisonner. Mais c’est peine perdue. Alors il ne reste qu’à ce fondre avec son double, en espérant survivre.

Les deux esprits ainsi unifié fondirent sur la masse de squelettes, faisant voler les fragiles os. Ils fonçaient vers un des deux mages principaux de l’armée, ceux-là même qui avaient failli le tuer. Très vite, il rencontra le premier. Tout autour, les squelettes faisaient un cercle de cinq mètre de rayon, dont le vampire était le centre.

Il portait un lourd plastron ornementé figurant une bataille épique, de lourdes épaulettes figuraient deux têtes de lion, la bouche s’ouvrant sur un bras recouvert de métal niellé d’or. Le bas était recouvert par une lourde cotte de maille jusqu’en dessous des genoux, et l’on voyait en outre de lourde chausses de métal à bout rond. L’ensemble devait peser des dizaines de kilo, pourtant l’être à face à blanche se déplacer comme s’il ne portait qu’un mince tissue de soie.

Mais la bête qu’il avait en face de lui était d’une toute autre stature. Le corps de Vocart avait une stature gigantesque, et le jeune homme prit conscience qu’il avait encore grandit par rapport à sa taille initiale. La bête et le vampire s’observaient, immobile. Vocart eu donc le loisir de remarquer qu’une bonne partie des morts-vivants n’étaient autres que ses camarades d’une nuit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pasiphaé
Loup de sang
Loup de sang


Nombre de messages : 159
Date d'inscription : 24/03/2008

MessageSujet: Re: Von Vocart, le bientôt vampire.   Jeu 30 Juil 2009 - 12:57

Il sentie également la présence du deuxième vampire non loin. Ce dernier restait en retrait, exécutant de grand mouvement ample en manipulant les vents noirs, ce qui signifiait qu’il allait lancer. Vocart n’avait cependant pas le temps de s’attarder là-dessus, car son alter égo les poussa à l’attaque. Le vampire était rapide, très rapide, et puissant. Il tailladait la chaire de la bête noire.

Mais c’était uniquement parce que celle-ci ne se préoccupait pas de sa protection, et elle enchainait les coups, cabossant l’armure ouvragée. Si ces griffes n’arrivaient pas à transpercer la lourde armure, elles tordaient le métal, qui alors gênait les mouvements du vampire. De plus, il se révéla bien vite que les blessures dû aux coups d’épées se révélèrent inutile : le cuir noir de Vocart la bête se cicatrisait immédiatement, sans que celui-ci ne semble éprouver de la gêne.

D’un grand coup ascendant, le monstre noir fit voler son adversaire à quelque mètre de là, le poids de l’armure écrasant quelques squelettes au passage. Le vampire changea alors de stratégie. Il se campa fermement dans le sol, se défendant de son épée comme d’un bouclier. Visiblement, il cherchait à temporiser.

C’est après dix bonnes minutes que le but des deux vampires apparut, car un cercle lumineux apparue, entourant les deux combattant. Voyant cela, l’autre vampire paniqua, et essaya de sortir du cercle, sans succès. Vocart fut donc le témoin du massacre d’un monstre à la peau blanche de plus, tuée par derrière par la bête noire. L’autre mort-vivant, le générale à en juger par ses insignes, se contenta de regarder avec un sourire amusé, er se fendit même d’un commentaire tandis que Vocart la bête dévorait le combattant :

« - Dommage que tu ne sois pas un des notre, Vocart… Car alors le sang que tu ingurgites se serait mêlé au tien, et tu aurais gagné en puissance, alors que maintenant, cette puissance est perdue. Qu’elle gâchis ! Cette puissance est perdue. Enfin ce n’est rien…

Pendant ce temps là, l’alter ego du jeune homme tentait par tous les moyens de rompre le sortilège. En réponse, l’autre se contenta d’agiter la main vers un groupe invisible aux yeux de la bête noire, puis il continua :

-Bientôt, mon sort brisera le tien, et nous pourrons discuter plus calmement… En tout cas, je ne suis jamais vu quelque chose de semblable, c’est très impressionnant ! Sache tout de même que tu vivras : mon maître me demande de te ramener vivant.»

A ce moment là, une sorte de charrette, tiré par des destriers tout aussi squelettiques que l’infanterie de l’armée mort-vivante, sur celle-ci, le nécromancien avait ménagé un cercle rouge remplie de signes cabalistiques complexes. Dans le même temps, le vent noir qui maintenait Vocart sous la forme d’un monstre commença par être drainer par les mystérieux signes cabalistiques au centre de la charrette, certainement un sortilège puissant.

L’autre cercle, celui qui entourait Vocart se déplaça vers la charrette, obligeant la bête à suivre le mouvement. Enfin, le cercle lumineux du sortilège se fondit avec le cercle rouge de la charrette, drainant le reste de vent noir du corps de Vocart, qui reprit sa forme originale, ceux à quoi le vampire répondit par un sourire avant de ce fondre dans la masse de ses soldats.


Dernière édition par Pasiphaé le Jeu 30 Juil 2009 - 13:02, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pasiphaé
Loup de sang
Loup de sang


Nombre de messages : 159
Date d'inscription : 24/03/2008

MessageSujet: Re: Von Vocart, le bientôt vampire.   Jeu 30 Juil 2009 - 12:58

V. Mort et torture dans l’ombre, puis renaissance.


Le voyage fut long, et Vocart fut durant le voyage secoué par de nombreux spasmes de douleurs, qu’il tenta de cacher tant bien que mal au vampire. Celui-ci semblait s’intéresser à Vocart, et discuta beaucoup avec lui. Ainsi, il apprit que Kräher avait été tué, mais que son corps n’avait pas été retrouvé. Ce qui, connaissant son maître, signifiait qu’il en avait rechapé. Il apprit aussi que toute la noblesse sylvanienne avait été corrompue ou tué, et que tout le pays était à la botte de ceux qui s’appelé les nosferati, et que le vampire avec lequel il parlait portait le nom de Manfred.

En échange de ces informations, il dut avouer qu’il était un mage du domaine de la bête, que Kräher avait été son maître, et d’autres détails par rapport à l’enquête qu’ils avaient mené. Heureusement, ces informations pouvaient soit être aisément deviné, soit n’avait plus d’importance. En fait, Vocart était étonné que le « nosferati » lui parle encore de tout cela, car visiblement, il en savait plus que le jeune homme sur le sujet.

Le prisonnier parlait le moins possible, voir pas du tout et sur un ton cassant et méprisant. Mais en retour, Manfred était au contraire très courtois. Et comment répondre méchamment à quelqu’un qui ne s’énervait jamais, et qui ffaisait visiblement tout son possible pour rendre son trajet plus confortable ? Le chamane en fut donc réduit à lui parler de façon plus neutre, sans pour autant montrer la moindre amitié inutile.

De même, ils discutèrent beaucoup de magie. Et là encore, c’est Vocart qui en apprit le plus : le vampire lui apprenait des concepts de magie théorique sur le vent noire, sans que Vocart ne lui donne rien en retour. En fait, le jeune homme se rendit compte que l’approche de son maître, plus instinctive que théorique, était propre à la magie de ghure, alors que les mages plus classique au contraire avaient besoin d’une compréhension plus complète du phénomène des vents magique pour ^pouvoir user de leur pouvoir.

Le chamane apprit cependant que la plupart des vampires avait, comme lui, une compréhension instinctive de la magie et que seul ceux qui voulait appuyer cet aspect de leur talent apprenait la magie théorique. Le jeune homme en profita beaucoup, car il avait gardé de sa vie précédente dans le manoir de son père ingénieur impériale un amour des livres et des recherches académique, amour qu’il n’avait pu exprimer qu’à travers l’écriture de son grimoire.

Manfred s’intéressa d’ailleurs énormément à ces écrits, et Vocart, qui ne pouvait de toute façon pas l’empêcher de lire, lui expliqua comment il avait construit l’ouvrage. Le vampire complimenta Vocart pour sa clairvoyance, car sa vision de la magie était très proche à quelque détails près de celle qu’avait enseigné Teclis, il y a des siècles de cela], alors que Vocart n’en avait qu’à peine entendue parler. Le nosferati fit quelque commentaire pour rectifier certaines erreurs, en particulier sur les règles qui régissaient le déplacement des huit vents magiques, et il rendit le grimoire à Vocart, qui en profita pour écrire les informations qu’il avait obtenu.

Ils sortirent de la région des collines au bout de cinq jours, ce qui était absolument impossible normalement pour une force d’infanterie comme celle de Manfred. Mais les morts n’ont pas besoin de dormir, et ils avançaient nuit et jour. Entré en Sylvanie, le trajet fut tout aussi monotone, et ils firent maints détours. Manfred expliqua qu’ils faisaient cela pour que la population civile de Sylvanie ne soit pas inquiéter par la vue de l’armée de squelettes.

D’après Manfred, le but de Vlad était de créer de transformer l’empire en un état plus puissant, qui ne serait plus rongé par les guerres civiles. En effet, d’après Manfred, les morts ne sont en fait que des automates qui utilisent le reste de potentielle magique contenue dans la chaire morte ou dans les os. L’idée était de créer un empire cultivé, où toutes les taches difficiles ou répétitives seraient exercées par des squelettes. De même , les armées seraient constitué de mort, ce qui permettrait d’éviter les souffrances aux hommes de l’empire.

De même, toujours d’après Manfred, certains type de mort vivants, comme les esprits nécessitent quand à eux le recours aux âmes… Mais dans ce cas là, il suffisait d’instaurer un « service militaire poste mortem » d’un ou deux ans, qui permettrait aux jeunes gens de ne pas perdre leurs plus belles années, et leurs membres voir leur vie, à la guerre.

Vocart fut étonné de ces explications, très détaillé. En effet, Manfred lui parla de cela longtemps, fournissant de nombreux détails sur la réglementation, ce qui acheva de convaincre que c’était là le but réel de Vlad. Du coup, le jeune homme se rendit compte qu’en fait, le comte vampire n’était pas plus mauvais que n’importe qu’elle autre comte électeur, et que comme eux il se contentait d’user des moyens à sa disposition pour arriver à ces fins.

Cela ne signifiait cependant absolument pas qu’il acceptait les actions des buveurs de sang. Vocart pensait en effet que tout les comtes électeurs, et Vlad y compris, n’allaient pas dans la bonne direction. En effet, chacun d’entre eux commettaient des atrocités au nom de leur soif de pouvoir et de leur vison de l’empire… Mais ce n’est pas ainsi que l’on s’assure de la pérennité d’un pays.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pasiphaé
Loup de sang
Loup de sang


Nombre de messages : 159
Date d'inscription : 24/03/2008

MessageSujet: Re: Von Vocart, le bientôt vampire.   Jeu 30 Juil 2009 - 13:06

De plus se dit cyniquement le jeune homme, même si Vlad n’est pas forcement plus mauvais qu’un autre, il n’en reste pas moins un mort-vivant ; et si il se lançait à l’attaque des autres provinces avec ces morts-vivants, les autres allaient certainement ce liguer contre lui puis recommencer leur guerre civile entre eux une fois celui-ci éliminé… Au finale, et quelque soit la noblesse ses aspirations, elle aboutirait dans un bain de sang que ni lui, ni l’empire ne profiterait… Ce qui était une raison suffisante pour lutter contre lui.
Vocart garda cependant tout cela pour lui, et continua encore en parole de marquer une profonde haine à Vlad et, par ricochait, à Manfred. Et cela d’autant plus qu’il avait dans les yeux les actions d’autres vampires, et que de façon prosaïque, un être qui vit en suçant le sang des hommes auraient du mal à être bénéfique à l’humanité.

Mais ce n’était pas tout cela qui le préoccupait le plus. Vocart avait compris maintenant que, entre les quelques millilitre de sang du premier vampire qui l’avait infecté, et les litres qui avait littéralement aspiré des autres nosferati, il allait immanquablement se muer en l’un d’entre eux. Heureusement, sa vitalité surnaturelle retardait l’échéance, et de toute façon, Vlad le ferait certainement tuée, lui épargnant ainsi la malédiction de la non vie… Maigre consolation.

Le nécromancien était l’exact inverse du très loquace et aimable Manfred. Là où le vampire souriait, le mage noire semblait mué. Au fil des mois, il apprit cependant que celui-ci s’appelait Hoshgarte. L’homme avait certainement était à une époque un homme grand et puissant, mais sa face prématurément vieillie et rider, ainsi que ces habits en lambeaux, lui donnait plus l’aire d’un mendient que d’un puissant mage. C’était lui qui était chargé de maintenir la prison de Vocart intacte, ce qui poussa d’ailleurs le jeune homme à rechercher sa conversation.

Se fut au bout de la troisième semaine que Hoshgarte finit par se laisser amadouer. Il se montra alors plus sympathique et plein d’esprit que ne laissait présager son apparence rebutante. Il avait été choisi par Manfred pour l’accompagner parmi les trois serviteurs de Manfred. Chose surprenante pour Vocart, l’homme ne faisait tout cela que dans l’espoir de devenir un jour vampire. Vela troubla beaucoup le jeune homme, qui avait toujours vu le vampirisme comme une malédiction.

Le paysage était morne, et Vocart ne put donc, depuis le siège qu’on lui avait donné, que réfléchir à ce qu’il lui avait été dit. Et aussi de dépérir, car le sang corrompue qu’il avait assimilé en grande quantité commençait à l’affaiblir terriblement, l’empêchant d’être totalement conscient de ce qui se passait autour de lui. C’est après un mois en tout de voyage depuis le lieu de l’attaque qu’ils arrivèrent jusqu’à l’immense château de Vlad.

C’était une bâtisse imposante, toute en épaisseur et en puissance, un ouvrage de guerre pour lequel l’architecte ne s’était certainement pas embarrassé de considération esthétique. Heureusement, le ciel bleu et un soleil de plomb rendaient le château accueillant, et rien ne semblait indiquer à qui que se soit la terrible nature de ces occupants. Manfred devait d’ailleurs se cacher dans un carrosse noir que Vocart n’avait pas vu jusque là. L’existence de ce transport coulait pourtant de source : comment le vampire aurait il put se déplacer de jour sans cela ?

Manfred fit stationner son armée dans un renfoncement de terrain qui cachait subtilement à la vue de tout curieux ce qui s’y trouvait. Puis il conduisit la charrette jusque dans le cours du château, où des soldats bien vivants montait la garde, certainement ignorant quand à la situation réelle. Hoshgarte défit le cercle de protection, et Vocart put enfin sortir de la charrette. Mais cela ne signifiait pas qu’il était libre : il était seul, encore incapable d’utiliser sa magie, et en plein milieu de la place forte principale de l’ennemis.

Deux serviteur en livré violette et noire sortirent précipitamment du château pour aller vers le carrosse de Manfred, certainement pour recevoir les ordres. Puis ils se dirigèrent tout droit vers le jeune homme, et le prièrent de les suivre. Contre toute attente, ils ne le traitèrent pas comme un prisonnier, mais comme un invité de marque, et ceux malgré ces vêtement malodorant.

Ils l’emmenèrent ensuite dans une magnifique chambre, avant de refermer derrière lui la porte. Evidement, la porte était fermée à clé, comme Vocart put bien vite s’en rendre compte. Il détailla donc la pièce. Celle-ci était spacieuse, les murs recouverte de tapisserie représentant des scènes de chasses. Sur le lit, de beaux habits marron rehaussé de discrètes touches d’or l’attendaient. Il put aussi voir qu’une autre porte donnait sur une petite pièce au sol dallé, où un bac de bain jouxtait plusieurs jarres d’eau de différentes températures.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pasiphaé
Loup de sang
Loup de sang


Nombre de messages : 159
Date d'inscription : 24/03/2008

MessageSujet: Re: Von Vocart, le bientôt vampire.   Jeu 30 Juil 2009 - 13:06

Vocart était conscient qu’il avait intérêt à faire ce que ces hôtes lui suggéraient, ne serait-ce que pour ne pas subir une mort plus douloureuse que nécessaire. Et même si sa nature d’homme des bois lui permettait de se passer aisément de bains, il y avait tout de même un sens de l’hygiène minimum à respecter.

C’est au moment de rentrer dans le bain brulant que Vocart sentie réellement les effets du sang vampirique. Jusque là, le poison s’était contenter de l’affaiblir, mais là, il l’assommait. Le jeune homme du mettre de l’eau glacé pour se réveillé, puis se nettoya le plus vite possible avant de s’effondrer sur le lit, nu.

Il fut réveillé par les deux servants qui l’avaient amené, et la petite fenêtre de sa chambre lui indiqua qu’il faisait nuit. Totalement hébétée, il ne compris pas immédiatement que les deux servants, paniqués, lui demandaient de s’habiller. Ils l’aidèrent à se préparer le plus vite possible, puis ils partirent. Vocart titubait à moitié, soutenue par les deux hommes.

Sur le chemin, ile ne vit personne, mais les nombreuses torches lui indiquant cependant que le château était bien habité. Ils arrivèrent enfin devant une petite porte décorée d’un petit blason doré. Devant, Manfred attendait. Il tendit sans mot dire une fiole à Vocart et lui ordonna de boire, et le jeune homme ne put qu’obtempérer. Dès qu’il vit que le chamane avait bu, il partie, sans doute pour rentrer par la porte principale.

Les servants avaient visiblement des instructions. Ils attendirent quelque secondes avant d’ouvrir la porte. C’est au moment où il sentie le courant d’aire consécutif à l’ouverture de la porte que la mystérieuse potion de Manfred commença à agir. Immédiatement, il se réveilla, et sentie ces forces revenir. C’est donc d’un pas sûre qu’il put rentrer dans la salle principale.

Celle-ci était immense, remplie d’une énorme masse de nobles aux traies pales, des vampires. Les murs étaient là aussi recouverts de tapisserie… Mais Vocart vit alors que les dessins, pourtant magnifiques, n’était rien en comparaison des couleurs rouges et or de ces œuvres d’art. Mais quelque chose de trouble ressortait indistinctement de ces lourds tissus. En regardant plus précisément, on comprenait que ces teintures représentaient des histoires propres à l’histoire des nosferatis…

En particulier, une des teintures tranchait avec les couleurs sombres des autres. Celle-ci représentait une grande bataille dans un désert de sable. La bataille était surplombée par d’immenses formes pyramidales, aussi grandes que des montagnes, mais aux faces trop lisse pour être naturelle. La pyramide principale, au moins deux fois plus grande que les autres, était noire. En fait, toute la salle était construite de façon à attirer le regard vers ce mur, où se trouvait un trône de fer où quelqu’un, probablement le comte, était assis.

Les serviteurs étaient encore plus richement vêtue que ceux qu’ils avait vu, avec des habits noir et violet rehaussa d’argent. L’un d’entre eux le dirigea justement devant le trône, entre deux gardes armées de hallebarde. L’un d’eux mit sa main sur son épaule pour le pousser à ce mettre à genoux. Relevant la tête, Vocart pu regarder discrètement celui qui allait probablement provoquer son arrêt de mort.

Le comte le regardait depuis son trône de fer mat. Le trône était surélevé par une estrade, et ainsi le Vlad pouvait depuis son siège surplomber même le lus grand des hommes. Ces lieutenants principaux se tenaient sur les marches inférieures. Manfred s’y trouvait en bonne position. Enfin, le comte prit la parole. Sa voix était puissante et grave, plein de pouvoir et séduisante. Il avait un faible accent Kisléviste, mais tout le monde le compris parfaitement :

«-Ainsi tu es le disciple de Kräher… Tu dois donc savoir que ton maître est mort… A ce qu’on m’a dit c’était un beau combat, et il fut un adversaire puissant. Mais maintenant qu’il est mort, nous n’avons plus qu’à te tuer pour que cette triste affaire soit réglée. Quelqu’un a t-il quelque chose à ajouter ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pasiphaé
Loup de sang
Loup de sang


Nombre de messages : 159
Date d'inscription : 24/03/2008

MessageSujet: Re: Von Vocart, le bientôt vampire.   Jeu 30 Juil 2009 - 13:08

C’est alors que Manfred sortie des rangs, et se plaça entre Vocart et Vlad. Il se tourna vers Vlad et dit :

-Monseigneur, lors de la bataille contre la patrouille où c’était refugié cette homme, il a, à lui tout seul, tué mon confrère Regdar et les quatre vampires mineur que vous m’aviez accordé. Regdar était un combattant puissant, eb tout cas bien plus qu’un humain classique. Et que dire de vos servants, qui avait passé des siècles à s’entrainer… Il serait dommage de perdre un tel élément. Je pense qu’il pourrait être un vampire mineur qui serrait fort utile…Je m'occuperai volontiers de la cérémonie, monseigneur.

Vlad réfléchie un instant, puis répondis :
-Je te fais confiance Manfred, tu peux en faire ton acolyte si le cœur t’en dit. D’autant plus que j’ai besoin de bras pour faire les expéditions dans Mordheim… Tu vas le préparer quelque mois, le temps que la transformation s’achève. Va dans la pièce de drtoite, et amène quelque témoin.

-Bien monseigneur ».

Il appela quatre vampires, qui le suivirent. Vocart pu remarquer du coin de l’œil Hashgarte qui le regardait avec envie. Et même si la pensée de devenir une de ces créatures l’horrifiait, il ne pouvait s’empêcher d’être heureux de savoir qu’il n’allait pas mourir. Les animaux eux-mêmes, exemple de justesse, n’étaient ils pas près à tout pour survivre ?

Ils passèrent par une petite porte dérobée, juste à coté du trône de Vlad. Là, se trouvait une salle décoré de façon à la rendre très solennelle. Les mures étaient nu, mais bien chauffé, avec en son centre une sorte d’autel où se trouvait une petite dague. Derrière, un grand vitrail représentant un vampire en armure. Le vitrail était éclairé, alors que l’on était en pleine nuit.

Manfred se plaça entre l’autel et l’image lumineuse, tandis que le mage de ghure s’installa en face de lui. Les vampires se mirent deux par deux de part et d’autre de lui. Enfin, Manfred prit le bras du jeune homme, lui fit une petite entaille, tandis que lui-même fit de même avec son avant bras, puis il mit les deux blessures en contacte.

Pendant quelque seconde, le sang du vampire coula sur la plaie de Vocart. Et, comme mu par une volonté maligne, ou comme si le corps du jeune homme absorbait le liquide, il entra par la plaie du jeune homme. Puis Manfred psalmodia d’une voie monocorde :

« -Le sang du nosferati, issue du fond des âges, t’es donné. Refuse-le, et il sera ton poison, qui te tuera et fera de toi une âme maudite. Accepte-le, et tu vivras éternellement, devenant notre frère pour l’éternité.

Les quatre autres vampires levèrent le bras gauche, et dirent :

-Tu seras l’un d’entre nous, nouveau serviteur de celui qui nous a tous donné le don maudit. Accepte-le ou meurt ! Car si tu refuse le don noir, ton esprit se scindera, et tu perdras ton humanité. »

A ce moment là, Vocart ressenti encore une fois l’engourdissement qui ne l’avait pas lâché à partir du jour où il s’était battue avec le premier vampire, et où il avait sans le savoir reçut les première goutes de sang. Il dit alors :

-J’accepte le don noir et ne lui résiste pas. Il me sauvera la vie et donnera l’éternité.

Vocart ne savait pas ce que devait être la réponse officiel, mais le sourire de Manfred lui indiqua que sa réponse convenait. Soudain, la douleur qu’il avait ressentie se fit encore plus forte, intolérable. Mais maintenant que le jeune homme savait ce qu’il devait faire, il resta détendue, jusqu’à se que son cœur s’arrête de battre. Il perdue conscience.


Dernière édition par Pasiphaé le Jeu 30 Juil 2009 - 21:52, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pasiphaé
Loup de sang
Loup de sang


Nombre de messages : 159
Date d'inscription : 24/03/2008

MessageSujet: Re: Von Vocart, le bientôt vampire.   Jeu 30 Juil 2009 - 13:09

VI. Les premiers pas avec la malédiction


Il se réveilla. Et s’il ne se souvenait pas encore de grand-chose, il senti une immense soif. Une soif comme il n’en avait pas connue, de celle qui détruit la volonté. Il se leva, très vite, pour chercher de quoi boire, et nota rapidement qu’il se trouvait sur l’autel de pierre. Un des quatre vampires le regardait, assis sur une chaise. Sur le coté, deux hommes et trois femmes, tous vieux, étaient fermement attaché.

Avant même que Vocart ne se lèvre, l’autre se leva, le plaqua fermement contre la pierre et dit :
« -Voila, tu as achevé ta transformation. Mais tu ressens en se moment ce qui est à partie sombre de notre condition : la soif de sang, que seul le sang peut combler. Et le sang humain est le meilleur. Mais il faut que tu aprnne à te maîtriser, sinon tu risque de perdre le contrôle, et la soif rouge te dominera.

- Lâche-moi !

-Le manque de sang t’affaiblie, tu aussi faible qu’un nouveau née. C’est pour cela que tu es obligé de m’écouter. Si tu ne promets pas de faire ce que je dis ; si tu essaye de te rebeller, je peux te retenir ainsi jusqu’à ce que tu meurs de ta soif !

Vocart ne l’entendait presque pas, mais il réussie à comprendre l’essentiel. Il utilisa toute sa volonté, et réussie à se calmer, bien que chacun de ces muscles tremble.

-Très bien ! Beaucoup d’entre nous n’ont pas la volonté pour résister… Du moins au début. Mais sa s’apprend. Maintenant, je vais te présenter un premier humain. Tu vas planter tes nouveaux crocs dans sa jugulaire et boire son sang… Mais essaye de ne pas le tuer ! Nous ne sommes pas des bêtes !

Vocart était un peu horrifié par l’idée de boire le sang d’autrui. Mais le fait que le vampire essaye de préserver la vie du pauvre vieux le rasséréna un peu. Il se leva donc, doucement, et s’approcha du premier homme. Puis il mit doucement ses dents dans le cou tremblant. Mais soudain un voile noir recouvrit les yeux du jeune homme, qui perdit tout contrôle. Il déchira la fragile peau du vieillard, qui mourut sur le coup. Mais le jeune vampire n’était pas en état de le remarquer. Il but tout le sang à sa disposition, avant de reculer, un peu honteux. L’autre vampire s’éclaffa.

-Ne t’inquiète pas ! La 1ére fois, personne n’arrive à résister à l’envie ! D’autant plus qu’après la deuxième naissance, tu es resté dans le coma un mois. Il faudra que tu bois le tout le sang de trois personne, ou celui de quatre sans les tuer…

-Mais c’est à chaque fois comme ça ?

-Non rassure toi ! Après cela, tu auras besoin d’un litre de sang par jour « seulement »… Et après cela continuera à diminuer. Normalement, dans un mois il ne te faudra qu’un verre par jour, puis dans six, se sera une coupelle par semaine si tu t’entraîne bien. Après cela diminue moins vite, mais un lieutenant comme notre maître Manfred, qui a environs cent cinquante ans, n’en a besoin que d’une coupelle par mois… Et Vlad, d’après ce qu’il dit, peut s’abstenir une année entière ! Sinon, maintenant que tu es plus calme, les présentations : je suis Von Römetle, cousin germain de Manfred.

-J’ai soif ! Laissons cela pour l’instant !

-Bien c’est bon ! Il faut dire que tu te maîtrise mieux que beaucoup d’autres !

Puis ils allèrent vers une femme, qui se mit à hurler, malgré son bâillon. Von Römetle l’assomma d’un coup. Encore une fois, Vocart mis ces canines sur le cou, et encore une fois, un voile noir failli le submerger. Il se reprit heureusement… Mais trop lentement, et entre temps, il avait blessé à mort la jeune femme ! L’autre vampire nota :

-Etonnent comme les humains sont fragile… Leur colonne vertébrale est aussi fragile qu’un fétu de paille. C’est mieux, mais il faut les prendre comme s’ils étaient de verre.

Vocart ne répondit pas. Il était d’autant plus confus qu’il n’arrivait pas à avoir de la peine pour l’homme, comme si sa nature de vampire avait drainé sa compassion. Il avait même ressenti du plaisir à boire le sang chaud ! Il se plaça devant une deuxième femme, trop épouvanté pour réagir. Cette fois-ci, il réussie à éloigner totalement le voile noir, et ne la tua pas directement. Il lui aspira donc le sang. La femme pâlit puis sombra dans l’inconscience, et le jeune homme se mit à genou pour continuer à absorber le sang. Le vampire lui tapota l’épaule :

-Attention, il ne faut pas la vider trop, parce qu’alors elle risque de mourir tout de même ! »

L’avertissement arriva trop tard. Vocart se leva, tremblant. Mais il fallait qu’il apprenne, et ces quelques sacrifices lui permettraient de faire moins de mal à l’avenir. Il comprit alors pourquoi ces victimes étaient des gens âgées : tout le monde savait que se premier enseignement amènerait immanquablement la mort d’au moins l’un d’entre eux.

Cette vision cynique de la vie humaine n’était pas vraiment au gout du nouveau vampire, mais il n’avait pas le choix. Il s’approcha donc de la dernière femme, qui s’était évanouie depuis le début. Cette fois-ci, il réussie à ne pas la tuer. Très fière de lui, il sourit à Von Römetle, puis se tourna vers le dernier homme, qui lui était plus jeune. Mais alors ce dernier ce défendit. Vocart essaya de l’assommer comme il l’avait vu faire par l’autre vampire, mais il le tua net sur le coup… Il ne put donc que le vider de son sang, pendant qu’à coté son confrère dit :

-Dis toi que celui-ci devait de toute façon mourir : il est un espion de la citée blanche, et devait de toute façon être tué. Et surtout, tu as appris que souvent, nos victimes se rebellent, et que l’on n’a pas d’autre choix que de les tuer… Maintenant suit moi, nous devons organiser la suite des événements.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gildaar'k
Sénéchal
Sénéchal
avatar

Nombre de messages : 279
Expérience de jeu (CV) : Aucune ( ou presque )
Date d'inscription : 11/04/2009

MessageSujet: Re: Von Vocart, le bientôt vampire.   Jeu 30 Juil 2009 - 15:15

Très bon chapitre, comme d'hab.
Toujours des fautes d'ortographe.... M'enfin.
Il me reste encore la moitié de cette page à lire et puis j'ai fini.

Bon courage!
Vampire Gildaar'k
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zodiarche
Champion squelette
Champion squelette
avatar

Age : 23
Nombre de messages : 60
Expérience de jeu (CV) : debutant
Date d'inscription : 04/01/2009

MessageSujet: Re: Von Vocart, le bientôt vampire.   Jeu 30 Juil 2009 - 18:02

passionant !!!
même si, me semble il, les vampires (chevaliers bleu) n' ont pas de sang qui coule dans leur veine

j'ai hate de lire la suite ton roman il se lis vraiment bien

zodiarche qui est impassiant de lire la suite Cool
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gildaar'k
Sénéchal
Sénéchal
avatar

Nombre de messages : 279
Expérience de jeu (CV) : Aucune ( ou presque )
Date d'inscription : 11/04/2009

MessageSujet: Re: Von Vocart, le bientôt vampire.   Jeu 30 Juil 2009 - 18:06

Citation :
¨même si, me semble il, les vampires (chevaliers bleu) n' ont pas de sang qui coule dans leur veine
Pourtant les vampires ont du sang qui coule, du sang corrompu.
Ma preuve? Le Baiser de Sang lui meme est le mélange du sang de la "victime" et du vampire.

Vampire Mon nom est Super fluff. Gildaar'k Super fluff. Sun glasses
Houlà je prends la grosse tête... Angelique


EDIT : Vala j'ai tout terminé Happy
Par contre ce passage était incohérent, et mal formulé, désolé, mais... !
Voila quelques défaults dans ce passage, en espérant que tu ne prennes pas mal la liberté que j'ai prise de critiquer et de formuler ce passage.
Citation :
Je pense qu’en lui confèrent le baisé de sang, on pourait en faire un vampire mineur à nos ordres qui pourrait être fort utile… Je suis près à sacrifier un peu de mon sang corrompue pour cela.
Et en version vampiriquement réaliste ça donne :
Je pense qu’il pourrait être un vampire mineur qui serait être fort utile…
Je m'occuperai volontiers de la cérémonie, monseigneur.

Pourquoi?
1. Il n'a pas besoin de dire qu'il va faire le baiser de sang, c'est comme dire :
Je vais éplucher ces pommes de terres, pour pouvoir les manger ensuite!
C'est inutile de dire cela.
2.
Citation :
on pourait en faire un vampire mineur à nos ordres
Encore une fois, inutile de dire "à nos ordres", à moins qu'il ne soit assez tordu pour le donner à Karl Franz.
3.
Citation :
un peu de mon sang corrompue
Hahahahaha... Mannfred est un personnage digne, respectable, qui n'a pas honte de sa condition...
Il ne va pas dire "de mon sang corrompu(pas de -e, sang n'est pas féminin )

Donc un peu trop de mélodrame dans le speech de Mannfred et un peu trop de... d'explications inutile ( pour moi c'est comme dire "Voila, c'est des sushi, dont les saumon ont été péchés en utilisant blablabla et ensuite emmené dans un camion de tel ou telle marque..." )


Dernière édition par Gildaar'k le Dim 2 Aoû 2009 - 9:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pasiphaé
Loup de sang
Loup de sang


Nombre de messages : 159
Date d'inscription : 24/03/2008

MessageSujet: Re: Von Vocart, le bientôt vampire.   Jeu 30 Juil 2009 - 21:42

Citation :
Je pense qu’il pourrait être un vampire mineur qui pourrait être fort utile…
Je m'occuperai volontiers de la céremonie, monseigneur.
Vendu!
Par contre, si tu demandes des droits d'auteurs, pas question Razz!
Pour la remarque, tu as très bien répondue... Et j'ai un rajout à faire.

EDIT , par contre je mets plutôt :
Je pense qu’il pourrait être un vampire mineur qui serait fort utile…
Je m'occuperai volontiers de la céremonie, monseigneur.

Répéter le même mot est souvant une faute de gout, sauf figure de style particulière. Whistling


Annexes :

Nous avons vu le passé humain de Marli Von Vocart, mon passé. Maintenant, la prochaine partie sera bien mon histoire, celui du vampire, et plus celui de l'humain. J'en profites pour ajouter quelques notes annexes, qui permettrons peut être de mettre la lumière sur certaines choses qui se sont passé.

Il est probable que l’idée de Manfred de soumettre Vocart l’humain par le lient du sang date du moment où il a vu ce qu’il était capable de faire sous sa forme bestiale, voir même d’avant. Cela s’appuie d’autant plus sur le fait que Manfred pense que le jeune homme n’aura que son sang pour devenir vampire, ce qui amène justement au résultat qui espère, il est évident que s’il avait su que Vocart l’humain avait déjà contracté la maladie du vampirisme, Manfred l’aurait plutôt éliminé pour ne pas risquer un coup dans le dos.
Beaucoup d’indices appuient d’ailleurs cette hypothèse : L’épuisement du jeune Von Vocart n’est peut être pas dû uniquement au sang de vampire… Et si il est or de doute que la potion que Manfred donna au chamane contient un tonique, il devait sans doute contenir aussi un antidote. Un homme affaiblie est un homme malléable, et peut être que Manfred essayait de le gagner à sa cause. Tout comme l’isolement volontaire dans lequel le chamane de l’époque est maintenu. De même, le vampire ne se sustenta du sang de qui que se soit devant Vocart à aucun moment, comme pour cacher cet aspect de sa nature. De même, le choix de Hoshgarte, homme somme toute amicale et admirant les vampires avait quelque chose d’étrange, de même que le ton amicale et compréhensif de Manfred. Enfin, un dernier détail troublant finit de me convaincre de la nature trompeuse de Manfred : il est connu que son but est surtout d’avoir plus de pouvoir, et le discours qu’il a fait sur une société où les morts sont utiles aux vivants est très certainement une manière comme une autre d’amadouer. Comme on l’a vu, cela a à moitié marché, puisque Vocart à réviser son jugement, mais qu’il continue d’être l’ennemis des nosferati.

On ne peut que spéculer sur de la résistance au sang des vampires de Vocart. Un homme normal sous l’effet du sang de vampire entre souvent dans le coma dès la semaine suivante. Plusieurs facteur peuvent expliquer cela : tout d’abord, le premier contacte ne fut que de quelque goute. En plus, le vampire en question était un vampire très faible, qui ne devait déjà à la base qu’avoir très peu de sang corrompue. Le corps de Vocart à donc eu le temps de s’adapter au corps étranger.
De plus, après avoir consommé une plus grande quantité de sang, Vocart resta emprisonné longtemps, sans pouvoir bouger et affecter par un fort drain magique. Ces différents facteurs ont du considérablement ralentir l’action du sang corrompu. D’ailleurs, l’étourdissement du jeune homme au moment du bain doit s’explique par le fait qu’il est sortie du cercle drainant la magie et que juste après, il a plongé dans un bain bouillant qui a du accélérer son action. On peut aussi supposer que la potion de Manfred a eu quelque effet de ce coté là. Enfin, la nature de chamane de Vocart devait certainement augmenter sa résistance.


Dernière édition par Pasiphaé le Dim 2 Aoû 2009 - 19:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Von Vocart, le bientôt vampire.   Jeu 30 Juil 2009 - 23:13

Pasi tu déchire. Je 'attendais à avoir un petit bout d'histoire et là Wow . En plus maintenant petit Vorcart devient un vampire cela commence à devenir très intéressant Vampire . Pour les fautes je ne ferais pas de commentaires et tu sais bien pourquoi Lol ! .
Konrad qui devrait retourner à son récit impériale...

PS je n'ai pas perdu espoir d'avoir ma revanche sur tes guerriers putrides.
Revenir en haut Aller en bas
Gildaar'k
Sénéchal
Sénéchal
avatar

Nombre de messages : 279
Expérience de jeu (CV) : Aucune ( ou presque )
Date d'inscription : 11/04/2009

MessageSujet: Re: Von Vocart, le bientôt vampire.   Ven 31 Juil 2009 - 11:29

Mince Gniié ! !
Je me suis fait avoir Crying
Je vais éditer tout de suite pour que personne ne le sache...
MOUHAHAHAHA!

Pas mal l'annexe... Tu tapes comme une machine à écrire! ( à comprendre : tu tapes vite! )
Par contre je ne vois l'utilité du [/b] à la fin de l'annexe...

Gildaar'k ( joli le nouveau smiley Happy )

PS : 25$ pour le copyright maintenant où.... *musique dramatique du genre Tintintintin...* Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pasiphaé
Loup de sang
Loup de sang


Nombre de messages : 159
Date d'inscription : 24/03/2008

MessageSujet: Re: Von Vocart, le bientôt vampire.   Ven 31 Juil 2009 - 21:18

Citation :
PS : 25$ pour le copyright maintenant où.... *musique dramatique du genre Tintintintin...* Mrgreen
Le problème c'est que :

Citation :
Mince Gniié ! !
Je me suis fait avoir Crying
Je vais éditer tout de suite pour que personne ne le sache...
MOUHAHAHAHA!
Tu peux éditer autant que tu veux, la preuve reste sur mon propre poste... Donc si tu veux ne pas que cette faute prfessionelle se sache partout, on oublie les histoires de droits d'auteur.

( Devil )
...
Heu pardon Blushing :
Vampire

Citation :
Pas mal l'annexe... Tu tapes comme une machine à écrire! ( à comprendre : tu tapes vite! )
Par contre je ne vois l'utilité du [/b] à la fin de l'annexe...
Le truc,, c'est surtout que je tape puis que j'oublie d'envoyer Gniié ! .Mais quand je me souvient qu'il faut le faire, sa donne quelque pages de récits c'est sure Wink .
Même s'il est vraie que j'ai tendance à taper au rythme de ma pensée (je tape lentement, mais j'imagine vite).

Par contre, triste nouvelle : vous risquez d'attendre un peu la suite... En effet, mon planning de deuxième partie n'est pas organisé (vu que le planning de la 2éeme partie des vacances ne l'es pas), et si je sais grosso modo ce qu'il va arriver, les 3/4 de l'intrigue ne sont pas encore mis en place (voir seulement imaginé I don't want that ).

Pasi, et vous risquez d'êtres surpris (certaines ficelles sont tellement grosse dans ce récit que je ne pex les utiliser, comme le retour de la vengeance de la mort qui tu du master of Raven, j'ai nommé Kräher... On va tenter un truc moins simple).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poilu
~Seigneur dragon de sang~
 ~Seigneur dragon de sang~
avatar

Age : 33
Nombre de messages : 3620
Expérience de jeu (CV) : V6 quelques années et V7 depuis Octobre 2008
Date d'inscription : 29/10/2008

MessageSujet: Re: Von Vocart, le bientôt vampire.   Sam 1 Aoû 2009 - 22:52

Je regrette un truc : le héros se fait contaminer par le sang du vampire qui aurait souillé ses propres blessures?....ça me laisse un peu sceptique j'avoue. Je n'ai pas l'habitude de voir des gens se faire vampiriser comme ça. Et j'avoue que depuis que les vampires de twilight sont devenus végétariens, j'aimerais qu'on revienne aux bases = un bon vieux baiser de sang.

Un bon sortilège, un objet enchanté...ou pourquoi pas un maléfice qui aurait "scellé" les deux âmes, celle du vampire et de von Vocart. Enfin bref, je sais pas trop; car je suis loin d'avoir ton talent. Mais le seul passage qui m'a déplu est celui ou je me suis dit "mince! Il se fait contaminer juste par le contact du sang de vampire...c'est peu crédible à mes yeux"

Sinon le reste est extra : la façon dont la mutation s'amorce, la transe avec le vent de gür et le vent de mort qui intervient, la rencontre avec mannfred, la soif rouge...tout ça est nickel!

Un gros coup de chapeau, je me suis régalé! Continue!

Cordialement,

Poilu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blood Knight
Chevalier noir
Chevalier noir
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 348
Expérience de jeu (CV) : 1 an de CV ma première armée et débute un petit contingent de Hauts elfes
Date d'inscription : 11/04/2009

MessageSujet: Re: Von Vocart, le bientôt vampire.   Dim 2 Aoû 2009 - 15:02

Poilu et Pasi avez vous lu Tueur de Vampires (dans la série Gotrek et Félix) ?

Car le baiser de sang (on peut le lire dans le livre) se déroule ainsi :
Ils s'embrassent et le vampire glisse un doigt ensanglanté de son propre sang dans la bouche de l'autre qui tête comme un nouveau né.

Sinon moi je trouve l'histoire juste magnifique. Vivement la suite !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pasiphaé
Loup de sang
Loup de sang


Nombre de messages : 159
Date d'inscription : 24/03/2008

MessageSujet: Re: Von Vocart, le bientôt vampire.   Dim 2 Aoû 2009 - 19:15

Citation :
Je regrette un truc : le héros se fait contaminer par le sang du vampire qui aurait souillé ses propres blessures?....ça me laisse un peu sceptique j'avoue. Je n'ai pas l'habitude de voir des gens se faire vampiriser comme ça. Et j'avoue que depuis que les vampires de twilight sont devenus végétariens, j'aimerais qu'on revienne aux bases = un bon vieux baiser de sang.

Un bon sortilège, un objet enchanté...ou pourquoi pas un maléfice qui aurait "scellé" les deux âmes, celle du vampire et de von Vocart. Enfin bref, je sais pas trop; car je suis loin d'avoir ton talent. Mais le seul passage qui m'a déplu est celui ou je me suis dit "mince! Il se fait contaminer juste par le contact du sang de vampire...c'est peu crédible à mes yeux"
J'ai volontairement, au moment de la contamination, peut fait cas de ce qui se passait... En gros, le vampire tombe sur Vocart (ou c'sty l'inverse? Je sais plus XD), et leur blessures entrent pile poil en contacte... Mon but était de le rendre anodin à première vu, ce qui explique votre étonnement. En gros, c'est juste assez, à se moment , pour en faire un sous- sous vampire... Le fait d'avoir bu le sang pas la suite d'autres vampires (sous sa forme animale corrompue, qui a agir comme un catalyseur pour le sang corrompu).
C'est vraiment le jeux des circonstance qui explique la situation... Un gros coup^de chance quoi.

Pour le coup du sortilège/abracadabra/autres... Le vampire de warhammer à des particularité bien précise, et ne peut donc être comparé au vampire d'un autre univers... Donc c'est pas parce que Twilight a dessidé quelque chose que les vampires warhammerien changes.. Et comme je me refuse à passer dans un univers parallère à warhammer, c'est niette.



Citation :
Poilu et Pasi avez vous lu Tueur de Vampires (dans la série Gotrek et Félix) ?

Car le baiser de sang (on peut le lire dans le livre) se déroule ainsi :
Ils s'embrassent et le vampire glisse un doigt ensanglanté de son propre sang dans la bouche de l'autre qui tête comme un nouveau né.
C'est l'un des modus operandis possible.

En fait, la base du baiser de sang est un echange de sang entre le vampire et le futur nouveau vampire. Plus le nouveau vampire possède de sang corrompue, plus il devient puissant. Et vice versa.

De plus, les vampires les plus faibles (les plus jeunes et/ou ceux qui ont absorbé le moins de sang corrompue, issue de l'eélixire produit Lamnia,) deviennent en générale des vampires "marionettes", qui suivent la volonté de donneur de sang corrompue.

Pour répondre globalement, le fait que se soit un grand hasard, un vampire qui n'était pas prévue, est volontaire. La seul chose que je puisse changer, c'est que le 1ére vamire et Vocart est de plus grosse blessure, et donc plus d'échange sanguin... Mais il faut que se soit moins qu'un baisé de sang classique (sinonil est pas logique qu'il résiste pendant une semaine, jusqu'à la bataille des collines)... Et je veux aussi que sa ne soit pas un baisé de sang volontaire. Mis à part un peu Manfred, Vocart ne doit rien à personne.

Pasiphaé, et pour cela, j'ai mes raisons!

P.S : la suite, c'et préparation+déart Midheime... Et après je vous dit rien de plus.

P.S 2 : merci pour la remarque sur le [b] de l'annexe, je vais changer sa tout de suite!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pasiphaé
Loup de sang
Loup de sang


Nombre de messages : 159
Date d'inscription : 24/03/2008

MessageSujet: Re: Von Vocart, le bientôt vampire.   Jeu 25 Mar 2010 - 18:46

Salut, le retour d'un petit vampirounet sur la scène!
J'avais initialement prévue de ne poster que lorsque Vocart arrive a Mordheim, et tout d'un coup...

Le problème, c'estn qu'entre temps mon ordi m'a laché (certes je n'aurais pas touché l'histoire de toute façon, vu que j'écris par la métode du boulimique intermitant*... Mais voila quoi!).

Donc comme d'hab dans ces cas là, je me rapelle la raison qui m'avait poussé à poster ce récit, à savoir sauver mes données en les rendant disponible partout avec une opyion sur des lecteurs possibles (à l'inverse d'un message que je m'envoie moi-même sur hotmail, méthode efficace mais avec laquelle on risque de perdre le message dans le fatra d'envoies boulot/spam/pote).

Donc voila un envoie, certes un peu moins volumineux que d'habitude, mais tant pis...

*l'idée est de n'écrire que très rarement, puis soudain en 1 ou 2 heur de pondre 2 à 6 pages... La différence entre le mauvais écrivain (moi) et un vraie écrivain (les autres), c'est le temps passé après coup à retravaillerla chose...

Partie II, Mordheim

La nuit suivante, je me levais de mon cercueil. C’était la première fois de ma nouvelle existence que je vécue cette curieuse sensation qui caractérise chaque réveil : non pas un une vue trouble, des sens émoussé, la langue pâteuse ; bien au contraire, je sentais une acquitté douloureuse. J’ouvris les yeux et me levais en un instant.
Chaque mouvement, chaque détail de la pièce comme en surimpression. La lumière me semblait presque palpable. Cela est dû en grande partie au fait que ma volonté soit encore en partie en état de veille, ce qui permet au suceur de sang qui est en moi de s’exprimer plus fortement. Et il y a une chose qui caractérise bien cet être en moi : la soif de mort.
Et évidement, je sentais l’homme qui attendait dans ma chambre. Un individu aux vêtements sales, et très certainement avec une hygiène assez moyenne… Mais il était jeune et vigoureux, et sa chère était pleine de sang riche et d’énergie, magique comme physique. L’homme, qui tranchait avec ces habits noirs avec la chambre aux lourdes tapisseries rouges, avait eu un petit sursaut de surprise mais ne semblait pas effrayé. Le nouveau vampire que j’étais dû faire de sérieux efforts pour ne pas se jeter sur lui pour le plus grand bonheur de la bête affamé tapis en moi.

L’homme en question s’avança alors de quelque pas, et me dit :
« -Bonjour, je suis Faoüstus, votre nécromant et serviteur attitré, monsieur.
-Pardon ?
Bien que parfaitement réveillée, je n’en avais pas moins l’impression de nager en plein brouillard… Ne serais se parce que je n’étais pas habitué à ce que le couché de soleil soit l’heur de mon réveille !
-Oui, chaque nouvelle recrue se voit confié un serviteur versée dans la nécromancie, dans le but que celui-ci profite du dont innée de son maître pour la magie de la mort. En échange, le serviteur doit une absolue fidélité au vampire… Monsieur.
Je le regardais un instant, il était effectivement jeune. Mais au fond, pas tellement plus jeune que moi. Mais il fallait faire avec, et surtout, essayer de s’adapter le plus vite possible à la situation… Fou que j’étais en se temps, je voulais encore avertir l’Empire de la véritable nature du Comte Vlad.
-D’accord… Alors première chose : à mon réveille, mon instinct de tueur est fort… Je te conseille de ne pas être dans la pièce à ce moment là, parce que je risque de te tuer sans même m’en rendre compte.
-Ha… Et… »
Je le coupais d’un mouvement de la main avant qu’il ait le temps de continuer, et m’habilla très vite. En fait, je me rendis compte que j’étais allé si vite que Faoüstus n’avais même pas eu le temps de comprendre se qui se passais ! Il avait soudain l’air plus craintif. Désolé d’avoir fait peur à ce pauvre garçon, je me tournais vers lui avec un sourire qui se voulait rassurant. Là encore, novice que j’étais dans l’art de maîtriser mon apparence, j’ai du faire un sourire digne d’un véritable démon. En tout cas, je me souviens encore de l’expression de peur qui se peignit sur ces traits. Puisqu’il n’y avait pas moyen de le rassurer, je m’étais contenté de continuer :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pasiphaé
Loup de sang
Loup de sang


Nombre de messages : 159
Date d'inscription : 24/03/2008

MessageSujet: Re: Von Vocart, le bientôt vampire.   Jeu 25 Mar 2010 - 18:50

« -Autre chose, ne m’appelle pas monsieur, mais Vocart s’il te plait. Au fond, je ne suis pas plus vieux que toi ! Je vais faire tout mon possible pour que cette association soit profitable pour chacun de nous. Mais pour l’instant je suis un peu perdu, qu’attend-on de moi ?
Le nécromant se calma un peu, même si je pouvais entendre son cœur battre, une invite bien difficile à refuser pour mon tout nouvel instinct de chasseur, et la sueur perler de son front, puis il dit :
-Et bien monsi… Vocart, il semblerait que vous soyez sous le patronage de Wulf Drakenhof, ainsi que neuf autres nouveau-nés vampires. Apparemment, leur but est de vous former pour faire de vous des individus indépendants. Vous serez ensuite, d’ici un mois ou deux, envoyé dans le Nord, vers une destination qui m’es inconnue. Il vous a donné cette nuit de libre pour vous habitué, et en profitera pour passer voir chacun d’entre vous seul à seul et vous expliquera en quoi consiste exactement votre situation.
-Et pour… Hum… La nourriture ? (je ne peux m’empêcher de sourire au souvenir de la gêne qui me prit au moment de poser la question).
Faoüstus lui ne semblait pas vraiment émue.
-Vous trouverais de quoi vous sustenter dans la cuisine réservé aux vampires, je vous y mènerais quand vous voudrez. Sachez cependant qu’il est mal vu de consommé trop ici, et vous êtes encouragé à faire votre chasse vous-même. D’autant plus que vos repas seront extrêmement réglementés, et beaucoup s’autorisent donc des petits extras.
-Vous voulez dire qu’il, je faisais à ce moment référence à Vlad, encourage les vampires à tuer ces propres sujets ?
-Non, il n’est pas fou. Seul des individus désigné par Vlad où certain de ces serviteurs peuvent désigner les victimes potentielles, et il s’agit systématiquement de gens qui d’une façon où d’une autre trouble l’ordre publique…
-Troubler l’ordre public, à partir de quand un homme peut il être désigné comme « troublant l’ordre publique » ?
Faoüstus regarda avec étonnement l’être relativement innocent que j’étais.
– Et bien toute personne ayant commis un quelconque crime… Meurtre, pillage, viol, vol…
-Le fais de voler suffit à se faire désigner comme « cible potentielle » ?
-Effectivement ».

Je ne saurais vous définir aisément les sentiments qui m’avaient alors travers. En tant que vampire, notre instinct nous pousse à tuer, et on considère la vie d’une façon plus… Relative. Cependant, je n’en gardais pas moins ma morale toute humaine. Et en même temps, je me souvenais clairement avoir tué de mes mains pour prendre leur énergie de pauvres gens. J’étais comme eux. Un assassin a-t-il vraiment le droit d’être horrifié parce que quelqu’un commet un meurtre ?
C’est exactement à ce moment là qu’entra Wulf, un des seconds de Vlad et chargé de leur formation. Un grand être, au visage anguleux, indéniablement noble. Le genre d’individu intelligent mais violant avec quiconque remettrait sa parole ou ses ordres en doutes. A ce moment là, Wulf portait une simple redingote noire à doublure de soie rouge. Et il avait l’air passablement furieux de sa nouvelle situation de pédagogue. Il me regarda un instant, puis parla d’une voix impérieuse : « -Tu es donc l’avant dernière recrue ! Suis-moi, sans pauser de question. » Puis il ferma la porte, mais j’entendais distinctement les froissements de ces habits juste derrière la porte. Sans s’interroger plus avant, je sortis, et Wulf se remit en marche, sans même regarder derrière lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pasiphaé
Loup de sang
Loup de sang


Nombre de messages : 159
Date d'inscription : 24/03/2008

MessageSujet: Re: Von Vocart, le bientôt vampire.   Jeu 25 Mar 2010 - 18:52

Le pas de Wulf semblait presque nonchalant, du moins tranquille. Et pourtant, nous avancions vite, très vite. Faoüstus, qui dans un premier temps chercha à suivre son nouveau maître, fut bien vite semé. Je ne pouvais même pas distinguer les alentours, tant la vitesse tendait à rendre tout flou. Nous étions comme dans une bull irréelle, où le temps suivait son propre rythme. Mais je remarquais tout de même que l’ambiance sombre et froide d’un château laissé plus ou moins à l’abandon laissait place à un univers plus chaud, plus coloré… Un peut comme la chambre que l’on m’avait attribué, notamment parce que là encore, le rouge prédominait largement. Finalement, ils entrèrent dans une petite pièce.
Celle-ci pouvait faire penser au boudoir que les dames dans la grande noblesse pouvaient posséder, du moins selon les vagues souvenirs que j’en avais, issue de ma petite enfance. Les fenêtres recouvertes de lourdes teintures de soie rouges opaques renforçaient cette impression tout en, je le suspectais, permettant de cacher ces occupant des outrages du soleil. Il y a avait aussi un très grand sofa, un guéridon et quelque chaises. Là était assis plusieurs de mes compatriotes buveurs de sang.
Pour être plus précis, si trois d’entre eux c’étaient assis sur ces chaises, mais d’une façon décontracté, d’autres s’étaient installé sur le sofa, dans divers position nonchalante, tout comme un autre qui avait choisi le guéridon. Deux autres, enfin, était appuyé contre le mur. Je fus frappé par l’impression que tout cela était articielle. De cet ensemble se dégageait une certaines beauté, un certains charme, mais qui n’avait rien de naturelle. Cette grâce ne pouvait pas être comparé à ce que j’avais connue jusque là, mais curieusement, je sentais que chacun était à sa place, et qu’il ne pouvait en être autrement.
Plus étranges encore, je compris, sans même savoir d’où cela pouvait venir, comment je pouvais remplir ce tableau muée à profit. Tendis que je m’avancer vers un mur bien précis, auquel m’adosser, celui qui se trouvait sur le guéridon me lança une pomme, tiré d’une corbeille qui se trouvait à coté de lui. Sans même regarder, je l’attrapais de la main gauche. Puis je m’adossé au mur parée par un papier peint rouge, jouant avec cette pomme.
Tout en lassant la pomme, pour la rattraper l’instant d’après, j’observais mes camarades. Même si chacun de nous semblait parfaitement sûre de lui, je compris bien vite que tous s’interrogeait sur les mêmes questions : pourquoi nous appeler alors que nous étions sensé disposer d’un jour de préparation ? En quoi consisterai cette préparation ? Mais à cela, j’ajoutais mentalement une question que personne d’autres ne semblait se poser… Qu’est ce qui expliquait cette pause, certes très esthétique, mais vide de sens ?

L’attente dura environ dix minutes, et j’eu le temps de trouver la réponse à cette dernière question. Elle était tellement évidente que je ne comprenais pas pourquoi personne d’autres que moins ne l’avait vu, et avait donc brisé l’étrange charme. J’esquissais mon premier mouvement lorsque Wulf arriva avec le dernier d’entre nous. Celui-ci prit un chemin identique aux autres, dans le sens où il s’assit sur le sol, contre le mur, complétant ainsi ma propre position dans la position d’ensemble. Puis celui allait être notre instructeur se mit au centre de la pièce.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pasiphaé
Loup de sang
Loup de sang


Nombre de messages : 159
Date d'inscription : 24/03/2008

MessageSujet: Re: Von Vocart, le bientôt vampire.   Jeu 25 Mar 2010 - 18:53

Il nous considéra, d’un aire satisfais, esquissant même un sourire ironique, puis il parla, d’un ton mordant :
« -Bien ! Qu’elle classe, qu’elle charme. Je me croirais devant un groupement de dandy efféminé prenant la pause pour un peintre. Heureusement, ce choix de votre part n’est pas volontaire : c’est un ordre mental que je vous suis envoyé, et que vous avez suivi inconsciemment. En fait, vous serez même la plupart du temps inconscient du fait même que vous m’obéissez... Il vous sera impossible de même imaginer me trahir : vous êtes des vampires mineurs.
L’un des nouveaux née se leva alors pour apporter une chaise, où Wulf s’assit, puis il continua, d’un aire satisfait de sa propre personne.
-Tout cela pour dire une chose simple, c’est qu’il est n’est même pas la peine de songer nous trahir. C’est simplement contraire à votre nature même. Il vous faudra des dizaines d’années, voir des siècles, pour vous affranchir suffisamment de l’influence de vampires majeur comme moi… Et encore ne serez vous au départ qu’à peine capable de vous rendre compte de cette influence . Maintenant, suivez-moi. ».
Il se leva alors, et sortie, nous à sa suite. Maintenant que Wulf avait retiré son emprise sur chacun de nous, nos personnalités propres devenaient plus visibles. Tout en observant les autres, curieux, je ne pouvais m’empêcher de m’étonner : pourquoi m’étais je rendu compte si facilement de cette influence ? En fait, il m’avait même semblé que cette injonction était plutôt faible, et seule la prudence m’avait alors poussé à obéir. A l’époque, je n’étais pas encore conscient du fait que j’avais ressues un panachage de nombreux sang vampiriques de différentes origines.

Environs la moitié de mes confrères, quatre pour être plus précis, ne semblaient pas à l’aise dans les vêtements cossus qui nous avait été donné, trahissant ainsi des origines plus humble. Cela était lourd de conséquence car cela signifiait que Vlad prenait ces séides dans toutes les couches de la société, sans doute pour augmenter le nombre de talent à sa disposition. Deux, parmi ceux de basse extraction, avait clairement prit pour leur force et leur agilité : plus grand que les autres, ils semblaient dominer le groupe. Une autre avait sa place pour une raison toute aussi évidente : sa beauté époustouflante. Le dernier de ce groupe n’avait rien de particulier, et même à l’inverse plutôt laid, devait certainement ce distinguer par quelque caractères or du commun, comme une grande intelligence.
Plus en avant, les cinq autres vampires semblait presque parader, du moins se sentir parfaitement à l’aise dans ce genre de vêtement. Trois d’entre eux portaient la livrée Sylvanienne, deux femmes et un homme, devaient donc s’agir de noble de la région récemment corrompue. Les deux autres avait pour l’un les couleurs de L’averlande et l’autre, une dame aux formes plantureuse, un costume tellement flamboyant et riche qu’il semblait difficile de déterminer quel pouvait être son origine, bien que mon instinct me soufflait que seul un habitant de Mariemburg pouvait porter de tel vêtements sans honte.
Evidement, ces descriptions sommaires ne pourrait suffire à cerner les personnalités de mes coreligionnaires, mais elle reflète mon évaluation du moment, basé uniquement sur leur apparence. Et personne n’eu le temps de réellement lier de conversation, car bientôt, nous arrivâmes dans la cours centrale du château.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pasiphaé
Loup de sang
Loup de sang


Nombre de messages : 159
Date d'inscription : 24/03/2008

MessageSujet: Re: Von Vocart, le bientôt vampire.   Jeu 25 Mar 2010 - 18:54

Là, un spectacle de taille nous attendait : des armées de squelettes, seul ou en groupe, travaillé à divers taches. Certains, armées, semblait attendre quelque chose. Comme l’on était en pleine nuit, aucun serf ne risquait de passer là. Je vis même du coin de l’œil plusieurs de ces créatures d’os devant une forge, préparant divers armes et instruments sous l’œil d’un viel homme, certainement un nécromancien, et d’autres bruits m’indiquaient que ces squelettes là étaient loin d’être mes seul forgerons. Je compris alors d’où Vlad tirait la soudaine richesse de son royaume : en faisant travailler nuit et jour ces créature décharnée, il décuplait son potentielle productif sans payer de salaire, et même si le matérielle ainsi crée devait inférieur à celui d’un vraie forgeron, il restait tout à fait utilisable.
Mais je n’eu pas le temps de réfléchir plus avant sur tout cela, car Wulf se remit à parler :
«- Avant de vous entrainer plus avant, je dois cerner vos aptitudes. Vous allez donc passer une série d’épreuves qui évalueront votre force, votre ruse, votre intelligence, ou même votre savoir dans de nombreux domaines, mais en particulier l’art militaire et la magie.
La première épreuve est relativement.
Wulf leva alors la main, et sur son ordre, tout les squelettes armées, au moins une quarantaine, s’approchaient. Dix d’entres donnèrent leur arme et bâtirent en retraite. C’était un matérielle de particulièrement mauvaise qualité, des épées au fil émoussé, et de simples gourdins cerclé de fer. Wulf sourit et murmura :
-Défendez-vous maintenant ».
Les morts vivants attaquèrent alors de concert. Certains, armée d’épées et de boucliers, tentait de rester cacher derrière le second, tandis que les rangs arrières, armée de piques, frappaient. Notre groupe se dispersa très vite. Les trois nobles Sylavaniens se plongèrent tout trois dans la mélée, fonçant tout droit vers un des murs. La vampire à mes coté elle fit un bon prodigieux, pour se placer sur une charrette vide, un peu à l’écart. L’une des deux brutes fonça dans la mêlée, prit une lance, et frappa de tout coté, écartant ainsi la menace de lui. Mais ce fut le noble d’Averlande qui eu la meilleur réaction, il cria :
« -Restons ensemble, ils ne pourront nous vaincre ainsi ! »
Immédiatement, je me mis dos à lui, et les trois autres s’approchèrent. Nous nous miment en cercle, chacun protégé par ces voisins. Cela fonctionna bien, et aucun squelettes ne put s’approcher de notre cercle, tandis que nous esquivions aisément les lances malhabile et lentes. Puis l’un de nous, celui qui a priori n’avait rien de particulier, ce mit au centre du cercle. Je ne mis pas longtemps à comprendre pourquoi : bientôt, je senti des vagues magiques refluer, tandis qu’il psalmodiait, et certaines des créatures occis se relevèrent pour nous soutenir.
Mais d’autres squelettes, toutes armées de longues piques arrivèrent. Et si chacun de ne coups détruisait a moins une de ces créatures, certaines se mirent à se réparer, se relever. Très vite, celle qui s’était positionné sur un chariot, de même que l’énorme vampire armée d’une lance, nous rejoignirent. Les trois nobles, eux, se contentèrent de se replier encore plus, vers un cul de sac, où il pouvaient se défendre de front. Si les lances des squelettes étaient malhabiles, leur simple nombre rendait les choses difficiles.
Bien que visiblement, aucun de nous n’étaient réellement en danger, je me dis que la prudence la plus élémentaire serait de nous aussi nous replier, de façon à prendre moins de coups, ou alors d’attaquer, pour affaiblir le flot d’attaque, ce que je dis au noble qui nous avait rassemblait. Il me regarda une seconde, pensif, puis se tourna vers la mêlée, et dit d’une voit forte :
« On va se replier au mur, là bas ! (il montrait un coin où le terrain se surélevé un peu) ».
Sans prendre la peine de discuter, chacun de nous se prépara. Moi, le noble, et deux autres de nos camarades les plus solides, nous chargeâmes la masse qui nous faisait masse. Les squelettes sous notre contrôle formant une petite arrière garde. Celle-ci fut très vite annihilé, mais le temps gagné combiné à la dynamique de l’assaut nous assurait de ne pas être attaqué là trop massivement. Mais le plus dure restait à faire : notre assaut initial nous avait permis de traverser la première vague, armée de bouclier. Mais entre le mur et nous, se trouvait une haie serré de piques d’acier attendant notre assaut.
Le vampire à mes cotés, une véritable montagne de muscle qui s’était armée d’un énorme morceau de bois qu’il avait trouvé, s’élança alors à pleine vitesse. Au dernier moment, il se courba souys la ligne des piques, et frappa un grand coup parallèle à la ligne de squelette. Sous le poids de la masse du géant, les hampes des piques se brisèrent, laissant un passage où notre groupe put s’engouffrer. Entre temps, la femme, resté en retrait, avait prit la place du colosse en première ligne. Enfin, nous arrivâmes au coin. Nous étions tous plus ou moins coupé, mais notre position était solide, et il devenait peut probable que les squelettes puissent les en déloger.
C’est à ce moment que tous les squelettes se figèrent en même temps. Ils se mirent en ligne, en un ordre parfait. Derrière, d’autres squelettes qui avaient été mis à terre se relevée pour passer à l’arrière de la formation. Puis, au centre, ils se divisèrent, laissant la place à un Wulf portant un sourir ironique. Derrière, les trois nobles Sylvaniens qui avaient fait bande à part arrivaient. Si eux aussi portaient un sourire ironique, les quelques éraflures qu’ils portaient indiquaient que la victoire n’avait rien eu d’évident. Wulf prit alors la parole :
« -Bien, certains groupes avaient fait mieux, mais la majeur partie s’en sont tiré bien plus difficilement ! Et visiblement, chacun de vous à des compétences intéressantes… Si vous le voulez bien, nous allons passer à l’épreuve suivante… Notez aussi que ce petit exercice recèle aussi une leçon importante : vous êtes peut être d’une force inhumaine, face à un ennemis en surnombre, le risque existe toujours».
Si le ton était toujours plein de morgue et de mépris, Wulf semblait tout de même satisfait de nous. Nous nous doutions tous que certains avaient été tué dans cette épreuve : si l’on c’était battue chacun en solitaire, nulle doute que l’issue aurait été différente. En effet, contrairement à des humains, les squelettes ne connaissaient pas la peur, et étaient parfaitement coordonnés… Et même le plus rapide avait du mal à ce battre sur tout les fronts en même temps !
Très vite, les squelettes firent place, et dix hommes apparurent. Je vis parmi eux Foüstus, et compris qu’il s’agissait des nécromanciens qui nous avaient été confié. Chacun d’eux trainait un cadavre en pleine décomposition, avec plus ou moins de difficulté et de dégout. A ce stade du récit, je me dois d’avertir le lecteur : Wulf utilisera souvent ce dont qu’il utilisa dans le boudoir, ces fameux ordres inconscient dont j’étais le seul à me rendre compte dans ce groupe apparemment. Pour ne pas ralentir la lecture, je vais associer à cela le terme de « souffler », avec les guillemets, qui sera réservé à cette usage.

Wulf donc, nous « souffla » de nous mettre en rang, et nos nécromanciens attitré se mirent face à nous, avec toujours leur cadavre entre les bras. Wulf prit alors la parole :
« Nous attendrons quelque minutes, le temps que les blessures que vous avez tous reçut se résorbe. Dès que cela sera fait, je voudrais voir quel et votre don pour la magie noire. Il s’agit d’ordonner au cadavre de se relever le cadavre que votre serviteur à préparer pour vous. Ensuite, vous et votre serviteur discuterez de ce que vous avez vu. N’hésitez pas à former cotre serviteur, car vous risquez de travailler longtemps avec lui, et ses capacités vous intéressent donc directement. »

Au bout de cinq minutes, les premiers essayèrent, ce qui fut assez comique : un des nobles tenta d’ordonner à haute voix au cadavre de se lever, tandis que le colosse à la lance tremblait littéralement en essayant vainement de lancer un ordre silencieux à son cadavre. Certains tentaient de lorgnait le vampire qui avait invoqué les squelettes. Moi, de même, je me sentais parfaitement capable de le faire, mon instinct me soufflant la marche à suivre. Mais moi non plus je ne tentais rien : une partie de l’épreuve visait aussi l’intelligence, la patience, ou au moins le respect des règles : Wulf nous avait ordonné d’attendre.
J’en profitais pour discuter avec celui qui se trouvait à coté de moi, a savoir le noble de l’Averlande, du nom de Valdemare. Il se révélait originaire d’une famille très riche. Doué pour les études, son père l’avait forcée à se concentrer exclusivement sur les arts de la guerre. Le père en question chassa sont fil, unique descendant masculin, lorsque celui-ci refusa de combattre face à une troupe de mercenaire. Celons Valdemare, son père aurait pu les engager pour piller le nobliau qui les avait engagés, et se servir de leur force propre pour construire un fortin pour défendre la frontière. Mais surtout, c’est la nouvelle femme du père, une intrigante, qui avait fait cela, sans doute pour garder plus de pouvoir.
Vlad avait ici été judicieux, car il gagnait un individu compétant et bien formée au commandement armée. Plus encore, un agent du comte avait prit la peine de lancer un sort sur la femme du père, non pas pour la tuer, mais pour la rendre stérile. Valdemare pourrait donc quelque année prendre sans risque sont héritage, donnant ainsi à Vlad un allié de poids, et de surcroit reconnaissant pouvant servir d’espion. Même si visiblement, le noble était plus bavard que moi, je dus tout de même faire une description sommaire de mon histoire.
Au bout de quelque minute, un des nobles arriva à ces fins, après de nombreux essais. Wulf sourit alors. Je crois qu’alors, je fus le seul à sentir ce que souffla l’instructeur au noble. Ce fut une pensé simple mais peut agréable : le vampire avait échoué à la moitié du teste, en attendant pas que Wulf ne donne son assentiment. Un échec stupide. Puis il nous souffla à tous de commencer. Immédiatement, le vampire doué de bonne connaissance magique réveilla le zombi. Il ne me fallut que quelque secondes pour faire de même. Wulf nous souffla son contentement, avant de souffler aux autres la technique à utiliser.
Finalement, tous arrivèrent au résultat attendu, après plus ou moins de temps. La première après nous fut la noble richement habillé, tandis que le dernier fut le colosse à la masse de bois. Mais l’épreuve n’était pas finit. L’instructeur avait bien précisé qu’il faudrait parler à son serviteur. Cette fois, personne ne fit l’erreur de ne pas suivre les instructions. Ce fut d’ailleurs profitable à la majorité d’entre nous : si le contrôle de nos dons était pour nous instinctif, la compréhension du fonctionnement exacte de la magie échappait à beaucoup. Encore une, nous fumes deux à ne pas être dans cette situation, et ma discution avec Faoüstus tourna cours, puisqu’il n’y avait rien à m’expliquer.
Cela me permit donc d’écouter les autres. Et je compris bien vite d’où venait le don de l’autre pour les arts noires : vu la façon qu’ils avaient de ce parler, il était claire que le vampire et son acolyte se connaissait de longue date. Il devait certainement s’agir d’un ancien nécromancien particulièrement doué, que Vlad ou un autre avait élevé au rang de vampire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gildaar'k
Sénéchal
Sénéchal
avatar

Nombre de messages : 279
Expérience de jeu (CV) : Aucune ( ou presque )
Date d'inscription : 11/04/2009

MessageSujet: Re: Von Vocart, le bientôt vampire.   Mer 7 Avr 2010 - 12:49

La suite! La suite! La suite ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zodiarche
Champion squelette
Champion squelette
avatar

Age : 23
Nombre de messages : 60
Expérience de jeu (CV) : debutant
Date d'inscription : 04/01/2009

MessageSujet: Re: Von Vocart, le bientôt vampire.   Mar 13 Avr 2010 - 10:52

passionnant

forcé de constater qu'on ne s'en lace pas

Vivement la suite ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Von Vocart, le bientôt vampire.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Von Vocart, le bientôt vampire.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Von Vocart, le bientôt vampire.
» La fin de Vampire Knight
» Vampire Kisses
» Amour, vampire et loup-garou
» Orc vs Hauts elfes et Comtes vampire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armées Comtes Vampires et mort-vivants :: 
La Bibliothèque
 :: Récits, Fanfics et Fanart
-
Sauter vers: