AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Von Vocart, le bientôt vampire.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Pasiphaé
Loup de sang
Loup de sang


Nombre de messages : 159
Date d'inscription : 24/03/2008

MessageSujet: Von Vocart, le bientôt vampire.   Lun 26 Jan 2009 - 10:08

Je viens juste de remarquer cette partie Blushing ...

Alors comme vous l'avez vu, mon vampire posséde une histoire précise, inscrit dans la chronologie du fluff battle...Ceci présente ça vie avant d'avoir été mordu (jusqu'au moment fatidique).

Commentaires bienvenues!

Et donc pour rattrapper le rtard, un chti texte (si ya des erreurs de copier/coller, veuillez me les signaler...Et puis aussi il risque d'y avoir pas mal de fautes Angelique ) :

I.Décidément, il ne fait pas bon avoir le don magique

Marli von Vocart s'ennuyait ferme. Comme d'ailleurs les trois quart des gamins de dix ans et de famille riche dans Nuln d'ailleurs...D'autant que lui qui était reconnue comme un génie (mais qui sait ce qu'un précepteur peut dire pour conserver son poste? En pure perte d'ailleurs : pour un garçon spéciale il faut des précepteurs spéciaux disaient ces parents).Résultat? Il était astreint à des taches journalières ennuyeuses pour un enfant de cette âge. Plutôt grand, brun et avec une nette tendance à se servir de la force, il n'avait rien du future ingénieur (tradition familiale depuis trois générations), mais plutôt du fils de bucheron étrangement passionné par des problèmes dont toute enfant sain d'esprit se moquait...Enfin en contrepartie, il se moquait lui de ce que faisaient les autres enfants, d'où un certains équilibre...Et puisqu'il était bien bâtie, pas de risque de voir ces camarades de classes lui taper dessus, même s'ils en avaient envie.

D'autant plus qu'à dix ans, le gamin en question maîtrisait déjà (plus ou moins) la poudre! Évidemment, personne n'allait lui laisser s'approcher des stocks du collège de technique, ni d'ailleurs des petites réserves familiales...Mais force fut de constater, quand on vit voler des feux d'artifices amateur, que le petit n'avait pas attendue d'avoir les autorisations en questions pour ce servir. C'est pour cela qu'il était traité en génie, et qu'il devait s'astreindre à ces 4 heures de mathématique balistique quotidienne...A cette âge, même les travaux manuelles sont un jeux, et le petit Vocart aimaient les math...Mais pas à un telle rythme!

Et par un matin d'hivers, l'enfant réussie à déjouer l'attention des ces ignobles geolié (comprendre à ces précepteurs attentionnés) pour partir gambader dans la partie du jardin familiale que les épouses de trois générations avaient protégées avec courage contre la folie de leur maris, de sortes que ce lieux était encore un havre de verdure très agréable. Il aimait à regarder la serre plein de vie, mais aussi le passage des gens dans la rue juste devant le jardin. Certains nobles, d'autres pauvres, tous pressés pour aller on ne sait où ,le grand jeux étant justement d'imaginer les lieux en question. Bien peut de gens s'arrêtaient devant leur maison ,entre autres parce que tout le monde savait depuis longtemps que les risques de morts atroces y était plus élevés qu'ailleurs, métier d'ingénieur en cette année 1980 oblige. Pourtant, un individu, qui l'instant d'avant semblait comme les autres vaquer à ces affaires, s'arrêta pour fixer intensément le garçon...Quelque chose ne tournait d'ailleurs pas rond dans cette événement...

A cette âge là, les riches n'ont pas encore cet aire méprisant face à ceux qui sont moins bien habillé que eux même... Marli resta donc assez polie avec l'étrange individu qui entra dans sa maison , mais il faut dire qu'il dégageait quelque chose...D'intimidant. La personne en question était pourtant fort mal vêtue, avec cette longue robe d'un marron intense mais sale (à la réflexion, on peut se demander comment un telle paradoxe peut s'expliquer : comment un vert peut il être intense et sale à la fois?). Mais ce qui aurait montré à n'importe qui que cette personne était un vanupied, c'est bien cette barbe hirsute sur la face de ce géant à l'aire revêche. Dernier détail qui ne trompe pas : le dit personnage marchait nu pied.

Autre bizarrerie, la servante qui réceptionna ce qui semblait bien être un ermite eu beaucoup de déférence et de peur; comment cela était il même possible? Lorsque qu'on habit dans la même maison qu'une famille capable de faire exploser vingt fois la maison pour les besoin d'une « expérience », on finie par avoir les nerfs solides...Et Von Vocart junior l'avait vu une fois désamorcer une bombe contenant 15 kilo de poudre noire sans montrer le moindre signe de peur...Et en plus c'était sa gouvernante! Alors il est tout simplement inconcevable qu'une personne comme elle puisse avoir peur! Pendant que le petit garçon laissait libre cours à ces réflexions, le personnage était entrée dans la maison. Au vue des cries qui ne tardèrent pas à être poussé, on pouvait se douter que : primo l'individu était venue voir ces parents (Vocart reconnaitrait entre mille la voix tonitruante et roque de son père), secondo que la nouvelle annoncée n'était pas bonne.

Et évidemment, après un silence relatif de quelques secondes, le garçon entendit ce qu'il redoutait : son père l'appelait. Et au niveau de décibel, le jeune homme reconnue que il devait avoir fait (sans le savoir pour une fois) une très très grosse bêtise...Quand il entra dans la pièce où se jouait le drame dont il est question, Vocart était déjà près à geindre et à faire couler toute les larmes de son corps. Curieusement, l'ambiance dans la chambre richement décorée de pourpre et de jade lui retira immédiatement tout ces moyens...Son père n'avait pas l'aire furieux...Il était blême , et Vocart junior n'avait jamais vu cette expression de tristesse sur le visage (d'habitude rougeaud voir rouge de colère) de Vocart senior.

Le père s'avança alors vers le fils, et soudain Vocart senti que bien que son père avait tendance à être « un peu » emporté, il aimait son fil unique...Car la voix de son paternelle vibrait d'une intensité mal contenue :
« Mon fil, ce monsieur m'annonce que tu servira l'Empire autrement que comme ingénieur...Tu le servira comme mage. J'ai déjà donné l'ordre aux servantes de te préparer pour partir ». D'habitude, Marli était vif, mais il resta fixe en entendant cela. Pouvez vous imaginez pour un petit garçon de 10 ans de se retrouver soudain, et sans annonce aucune, privé de ces parents? Il pleura. Longtemps. Et ces larmes n'était pas feinte. Elle était l'expression de la surprise, mais aussi de la peur d'être laissé seul face à un monde qu'il ne comprenait pas. Tout son esprit d'enfant de dix ans était tournée vers des parents aimées et admirée...Et soudain se monde se brisa. Il se brisa d'autant plus que pour la première fois, il vit son père impuissant à empêcher quelque chose qu'il ne désirait manifestement pas. Son puissant père, maître de la poudre et de la technologie, en était réduit à lancer de regard assassin à un individu aux pieds nues. Le petit grandie de trop d'année en une seconde...

Après tout les préparatifs et adieux déchirant auxquelles ont pouvait s'attendre, le jeune homme et le vielle homme partir ensemble. Durant les préparatifs, sa mère lui avait dit quelque chose qui l'avait troublé : « Sache mon fil que le monstre qui va t'emmener est un mage. Il a cru voir en toit des capacités propre à cette engeance du chaos. En fait, il est fort probable qu'il se trompe, et dans ce cas tu nous reviendra...Il se montrera peut être aimable avec toi, puisqu'il pense que bientôt tu seras l'un d'entre eux...Mais ne t'y trompe pas, cette bête à l'aspect humain n'a rien de bon : il nous a menacé d'appeler les répurgateurs si nous te donnions pas...Car un individu qui possède le sinistre don magique devient un fanal pour les êtres du mal s'il ne devient pas l'un de ces mages des collèges magiques...Comprend bien mon garçon : cette homme t'aurait tuée si nous n'avions pas obéie! ». Ces paroles était troublante pour bien des raisons. Tout d'abord, sa mère se trompait totalement (après le père, c'est au tour de la mère d'être descendue de son piedestale), car l'homme n'avait rien d'aimable. Un mot surtout lui donnait à réfléchir : mage. Tout le monde savait que rester auprès d'un mage est dangereux, et notre petit ne pouvait s'empêcher de regarder craintivement le sinistre magicien qui le trainait presque vers un lieux inconnue.

Mais autre chose horrifiait encore plus le jeune garçon, si c'était possible : lui être un mage? Il ne se sentait rien de méchant pourtant! Bon d'accord, il aimait à faire quelque bêtises, mais après tout, n'était se pas normale pour son âge? Il ne se voyait surement pas portant une robe marron et marchant pied nu! Ces sombre réflexions absorbèrent tant le jeune homme qu'il ne remarqua pas la fatigue qui montait progressivement dans ces jambes. Jusqu'à un certain point. Mais là, cela devenait vraiment impossible, il fallait s'arrêter. Il dut donc, à contrecœur, s'adresser au mage.

« -Monsieur, peut on s'arréter s'il vous plait, j'ai mal au jambe!
(l'homme le regarda quelque instant puis siffla, et en un instant, un énorme cheval apparue, il avait l'aire sauvage, farouche et très dangereux, pourtant le mage posa la garçon sur l'animale sans que celui-ci ne réagisse, ils continuèrent leurs route)
-Merci monsieur...Mais, pourquoi vous ne montez pas monsieur?
-Jeune homme, je trouve horrible de faire porter mon poids à qui que se soit alors que je ne suis pas fatigué! Sache que cet animale n'est pas n'importe qui, c'est un cheval de Ghur, espèce puissante. Je n'irais certainement lui manquer de respect en lui faisant porter deux individus différents! ». Et ces sur ces paroles énigmatique que se clôt la seul discutions durant les 2 jours de voyages.

Le voyage lui même fut long et pas particulièrement intéressant, d'autant que le mage ne parlait pas et que Vocart n'osait pas l'interroger. Le garçon concentra donc toute son attention sur le paysage. Au fil du voyage, celui-ci devenait plus apre, plus sauvage, plus dangereux...Mais aussi plus beau, et le garçon n'avait pas peur : les mages ne sont peut être pas gentils, mais ils sont puissants, et Vocart se doutait qu'il ne risquait pas grand chose aux cotée du vielle homme. D'ailleurs au fil du temps, le jeune homme s'habituait au silence, et cela avec une rapidité étonnante. Visiblement, ce mage ne voulait rien lui faire. De plus, grâce aux échanges silencieux indispensables , le jeune homme apprit beaucoup. A la fin des deux jours, il savait allumer un feux et aider à préparer un repas (même si couper la viande était encore visiblement au dessus de ces forces et de son expérience).

Enfin, ils arrivèrent à ce qui semblait être un lieux de réunion, bien que tout suggérait que c'était le hasard et la nature qui avait crée ce lieux, et non la main de l'homme ou de quelques races intelligentes. Il y avait là cinq mages, tous à avec des habits usés, une musculature et une corpulence anormalement développée. Le plus Grand, et visiblement le plus vieux, ressemblait presque totalement à un Ours.


Instinctivement, le jeune homme comprit qu'il devait aller au centre du cercle que ceux-ci formaint. Étrangement, il n'avait pas peur. Il n'eut pas peur non plus quand un immense loup arriva lentement, presque timidement vers lui. Puis, avec tout autant de grâce, une chouette, une hirondelle, puis une chauve-souris. Des souris, blanche noire et de toutes les couleurs que porte la nature filait vers lui. Chaque animal, ours, serpent, coléoptère, prenait une place qui lui semblait propre, prédéfinie. Le jeune homme se sentait observé, reniflé, par une intelligence vive quoi que différente de ce qu'il avait connue. Il ne put s'empêcher de sourire. Un enfant avec le sourire du vieillard qui revoit de vieux amis, une impression d'harmonie. Tandis que les mots perdaient de leur sens, que son humanité gagnait en absurdité, Vocart senti plus fort encore le monde ambiant, senti encore plus comme ce monde était beau. Un vent irisé l'entourait, le recouvrait doucement.

Puis ils partirent, comme ils étaient venue, comme si ne rien n'était. Le vent lui continua de demeurer, et le jeune homme en éprouva une joie intense, presque orgiaque. Les mages autours de lui avait toujours l'aire aussi bourrue et sévère, mais leur regard renvoyait un nouveau message, une interrogation qui ne demandait nulle réponse : c'est beau n'est ce pas? C'est alors que le vielle homme parla : "aujourd'hui, tu apparais enfin à la lumière. Sache que tu passera les deux prochaines année à courir, par mont et par plaine, au travers des forêts et près des torrent sauvage. Car tu dois apprendre ce qui est. Choisie ton précepteur entre ces quatre jeunes gens ici présent."

Les « jeunes gens » en question devaient avoir au moins cent ans, au vu de leur barbes imposantes, mais on pouvait se douter qu'ils n'étaient que des jeunots comparé à l'être immense qui venait de lui parler. Vocart se mit donc à regarder les mages attentivement, il ne savait pas qui ni même comment choisir : quels critères adopter? L'un d'eux parla « Tu réfléchie trop, laisse ton instinct te parler ». Mais l'instinct est certes une bonne chose, mais il n'empêche qu'elle n'a pas trait à la raison, ou du moins pas assez pour suffire à un choix aussi important...D'un autre cotée, s'ils disent de suivre mon instinct, il y a une forte probabilité qu'il y est une bonne raison...Après tout, la magie semble liée aux sentiment et à l'instinct. Vocart ferma donc les yeux, fit le vide dans son esprit. Et immédiatement une image apparue. Un oiseau, noire, un corbeau...Ou une corneille? Il ne savait pas, mais cela devait suffire au choix.

Il rouvrit les yeux pour voir les 4 mages devant lui, chacun avait en lui comme une identité, une image d'un animale. Si le plus grand avait l'aire d'un ours, il n'était pas le seul : un autre avait cette aire pataud mais puissant, ces épaules larges, sa logue barde blanche indicant son âge et ces yeux sa sagesse. Le deuxième était plus fin, plus agile certainement...Il avait quelque chose de luisant, un peu comme un poisson, mais un poisson vieux, maître des riviers. Le troisième été encore plus évident : tout en lui évoque le loups solitaire, l'expérience, et un peu la folie...C'était celui qui l'avait emmené ici. On pouvait se douter de ce que Vocart vit lorsqu'il détailla le dernier des mages.


Dernière édition par Pasiphaé le Lun 26 Jan 2009 - 10:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pasiphaé
Loup de sang
Loup de sang


Nombre de messages : 159
Date d'inscription : 24/03/2008

MessageSujet: Re: Von Vocart, le bientôt vampire.   Lun 26 Jan 2009 - 10:08

Un homme grand, beau. Très pale, la peau même presque blanche. Contrairement aux autres, il était presque bien habillé. En tout cas, s'il n'était pas richement vêtue, le noire d'ébène de son manteau, répondant à celui de ces cheveux, était une couleur que seul quelqu'un de riche pouvait s'offrir...En y regardant de plus près, ce long manteau n'était pas un manteau classique : le noire d'ébène provenait d'une multitude de plumes. Si noire que l'on ne pouvait les distinguer au premier coups d'œil les unes des autres...Mais ces yeux n'était pas noire, ils étaient jaunes, comme le bec de l'animale qu'il avait aperçue en lui même plus tôt. Un long silence se fit, Vocart eu donc le temps de détailler ses bottes noires et fine qui semblait d'une matière indéfinissable. Il eu par contre aucun mal à reconnaître ce qu'il y avait sous le manteau : une fourrure blanche. En fait, l'ensemble était très étrange : même à 1 mètre, si l'on n'y prêtait pas attention, on pouvait penser avoir affaire à un nobliau dandy, où à un jeune et riche fils de marchand. Mais dès que l'œil s'accroche au détail, on sent que cela n'a absolument rien avoir, que cette homme est un fil de la nature et qu'aucune fêtes ne l'attend. A bien le regarder, ce dégage même de lui une certaines aura d'animalité brute, de violence même, émanait de lui. Et sa jeunesse n'avait plus rien d'évidente. Vocart n'eu pas besoin de formuler sa pensé, les 4 autres hommes reculèrent tendis que l'homme au yeux jaunes s'approcha.

L'homme en question parla : « je suis honoré de ton choix, nous allons partir d'ici quelques instants, tu vas commencer directement ton apprentissage. Je suis Kräher ». Kräher regarda une seconde les autres mages, acquiesça à quelque chose que Vocart ne sut déterminer puis chacun partie dans une direction différente, sans même se dire au revoir. De nouveau, Vocart était sur la route. Kräher se montra beaucoup plus volubile que l'ancien compagnon du jeune homme (il faut dire qu'en 2 jours, Vocart n'avait même pas appris son nom). Enfin plus volubile, disons qu'il devait parler presque comme une personne normale, bien que peu loquace. Ils marchèrent durant la demi journée qui restait, tendis que l'homme expliquait à son nouvelle apprentie ce qu'il était : un mage du vent de Ghur, ou vent de la bête. Il expliqua très brièvement au jeune homme se qu'étaient les 8 vents magiques. Et vers la fin de la journée, ils entrèrent dans une grotte pour se reposer.

« -Le vent d'une couleur indéfinissable que tu vois est le vent de Ghur, dont nous avons pu libérer ce don qui dormait en toi. Et sa couleur est indéfinissable à tes yeux tout simplement parce que cette couleur n'existe nulle par ailleurs que dans le royaume de la magie...
-Pourquoi des animaux sont venus?
-Mon garçon, quand je dis « nous », je désigne autant les animaux que les humains...sache que nous autres mages de la bêtes nous considérons frères des animaux, (une petite lueur s'alluma dans ces yeux) et je crois que tu as ressenti pourquoi nous faisons cela, d'ailleurs ton sourire tout à leur durant la cérémonie le montrait assez clairement!
-C'était une cérémonie?! Il n'y a pas eu de 3 phrases échangés! Vos habits sont certes spéciaux, mais j'ai bien l'impression que se sont vos habit de tout les jours! Et..Et...
-Rhoo, tu vas vite apprendre mon enfant que les cérémonies des hommes ne sont pas les même que ceux que tu apprendra avec moi.
-...
-Bien je reprend. A tien, tant que j'y pense, même si face à certaines personnes il vaut mieux nous désigné sous le terme de mage, sache que nous nous nommons en fait chamane.
-Chamane? Comme dans les très vielles histoires d'avant l'apparition des mages?
-Oui, c'est cela, nous sommes les garants de cette tradition ancienne. D'ailleurs, selon cette tradition, il va falloir déterminer qu'elle est ton animale totem, qui est inscrit en toi, comme dans chaque homme, depuis toujours...Mais chez nous, cela prend tout son sens. Nous ferons ça demain.
-D'accord...Dite monsieur...
-Oui? A tant que j'y pense, arrête de m'appeler « monsieur », c'est Kräher, tout simplement.
-Puis-je revoir mes parents? »

Un silence se fit, Kräher semblait réfléchir, puis il parla, lentement, comme pour chercher à trouver les mots les plus justes, mais sa voix en devenait saccadé, presque décousue. Il avait l'air vraiment désolée : «Écoute, tu reverras un jour tes parents, et même dans pas très longtemps si tu le veux...Mais...Tu es aujourd'hui un apprenti chaman. Au moment même où tes yeux ont commencés à percevoir le vent de Ghul, tu as acquis quelque chose....Qui fait de toi un être différent. Je sais que t'es parents t'aiment beaucoup. Cependant...Cependant se quelque chose qui est née en toi va leur faire peur. Il t'accueillerons comme si ne rien n'était, mais quelque chose sera brisé entre vous...Ce quelque chose fera de toi un étrangé pour tout les hommes qui, enfermés par la société, ont oubliés d'être libre comme nous le sommes... Viendra un jour où tu pourras maîtriser suffisamment le don qui est en toi pour aller les voir tes parents sans que cela ne te ni ne leur soit néfaste... Cela prendra quelques années...Alors courage et... patience. ».

Pour la première fois depuis les trois jours qui avait suivi la première rupture, Vocart pleura. Les premiers jours, il avait pensé que, n'étant évidemment pas doué du « don » magique, il reviendrait parmi les siens...Ensuite, l'émerveillement l'avait tenue or de toutes pensées mélancolique...Et puis tout c'était passé tellement vite que cela ressemblait plus à un rêve, ou à un cauchemar au pire, qu'à autre chose...Mais là, seul avec ce qui n'était finalement qu'un inconnue, une vague connaissance de moins d'un jour, il sentit toute la réalité de la chose. La première fois, c'était un enfant de 10 ans paniqué. Dans cette caverne, c'était un jeune homme qui prenait conscience de son destin : il avait été arraché à sa famille à 10 ans pour des raisons encore obscure. Il d'endormie finalement, épuisé. Mais très vite, tout s'emmêla dans la tête du petit garçon, pour devenir une masse informe de désespoir, et il se réveilla, Kräher à ces cotées.

Comme pour y réagir au désespoir du jeune homme, le vent magique se mit soudain à refluer, de façon presque imperceptible mais réelle ;et par certains aspect, il changea un peu dans ces tons. Kräher regarda le jeune homme et les vents, puis il dit, continuant son cours comme s'il n'avait pas remarqué l'état du garçon : "comme tu peux le voir, les vents magiques réagissent à nos sentiments. Sache qu'en plus du vent de la bête et des 7 autres vents, il existe d'autres magies. Comme par exemple la magie noire. Celle-ci est constitué de la fusion des 8 vents...Et ce vent noire du chaos est attiré par le malheur. Ce vent est dangereux, mais quand il ne s'agit que d'un désespoir intense, cela n'est qu'à peine visible...Sur les anciens champs de batailles et les cimetières, la malheur est si intense que la magie noire s'agglutine, chose dont se servent les nécromanciens pour leurs magies impies. Tu peux remarquer que le vent de Ghur a un peu changé, cela vient du fait qu'un peu de vent noire s'approche, et assombrie le vent de la bête...D'autant qu'avec le vent de la mort, le vent de la bête est celui qui est le plus liée au vent noire, là où a l'inverse des vents telle que celui de la lumière ont tendance à s'en défaire rapidement.". Puis il continua ainsi, expliquant la théorie magique, imperturbable, pendant que l'enfant se rendormie dans ces larmes...Vocart gardera toujours le souvenir confus de cette soirée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pasiphaé
Loup de sang
Loup de sang


Nombre de messages : 159
Date d'inscription : 24/03/2008

MessageSujet: Re: Von Vocart, le bientôt vampire.   Lun 26 Jan 2009 - 10:08

Le lendemain, quand il se leva, sa tête était vide, il s'habilla puis sortire de la grotte. Un froid mordant l'assaillit : il neigeait. Déjà Kräher préparait un feu, visiblement plus à l'attention du jeune homme que de lui même; car le froid ne semblait pas le gêner. Chose compréhensible vu son habillement très chaud. Ils mangèrent avec les réserves du maître. Puis le chaman partie pour un repérage des lieux. Le jeune homme ne bougea pas, se contentant de donner au feu du combustible pour ne pas avoir froid. Il commençait à somnoler un peu, bercer par le mouvement des flammes. Pour ce réveiller, il commença à détailler le lieux.

Il se trouvait devant la grotte, sorte de fissure dans la large falaise de Granite, comme taillé par l'épée d'un immense géant. Il savait, pour y être entré que cette petite ouverture donne sur une grotte bien plus grande, ce qui en fait un habitat naturelle idéale. Lui même se trouvait au centre d'un trou dans la danse forêt d'arbres ayant perduent leurs feuilles. Pourtant, inutile de chercher à regarder au loin, car les arbres son à cette endroit si proche les un des autres que toute vu était caché. Ces arbres étaient tous extrêmement droit, comme le mat des navires, avec de longues et grosses branches qui semblaient vouloir toucher le ciel. Tout était blanc, et au loin, on peut entendre le son cristallin d'une cascade. Tout cela à d'ailleurs demeuré encore aujourd'hui. Puis Kräher revint, les bras chargés de petit bois.

Il demanda immédiatement au jeune homme de se préparer. Toute en finissant les préparatifs, il s'adressa au garçon : « je crois qu'avant de faire quoique se soit d'autres, il faudrait te trouver un habillement un peu plus chaud : le froid est bien plus rude ici dans la nature que dans les villes surchauffés, tu n'as donc rien d'efficace pour contrer le froid qui va nous tomber dessus d'ici quelques jours...Si tu le permet, nous irons à la chasse...Si possible vite, car j'ai une mission à finir depuis trop longtemps déjà ». Sans attendre son apprenti, Kräher parti d'un pas sûre vers la forêt environnent la grotte,et Vocart bien eu du mal à le suivre sur ces courtes jambes, et il faisait beaucoup de bruit a cause des branches mortes et de la neige qui crissait sous ces pas.

Immédiatement, Kräher se retourna: le garçon n'était pas assez discret pour une chasse. Kräher marmonna alors quelque mots. Le vent d'ambre, qui jusque là semblait sommeiller, commença à prendre vie. Il s'enroula atour des pat..Non des pieds de Vocart. Celui-ci se sentit soudain plus rapide, plus discret, ces pas le menant instinctivement de façon à ce que le silence ne soit pas brisé...Comme un chasseur...Ou plutôt comme un prédateur. Après une heur à ce déplacer ainsi, le mentor devant et son disciple à quelque pas de lui, ils s'arrêtèrent subitement. Kräher fit un signe de la main à Vocart pour qu'il s'approche, ce qu'il fit doucement. L'autre lui pointa une direction. Et c'est là qu'il vit l'animale : un magnifique cerf blanc.

L'animale avait quelque chose de royale, son haut garrot marquait tout les signes de la puissance, ces yeux, tous les signes de la douceur et de la sagesse. D'autres animaux pouvait être repéré plus loin, comme des ombres, mais il était claire qu'il était bien moins beau que ce spécimen qui devait être le maître des lieux, le roi de la forêt. Vocart fut étonnée de voir son nouveau maître sortir de son manteau un arc; tout d'abord parce que l'on n'aurait pas cru que ce manteau, certes ample, pouvait caché un arc. Ensuite, parce que le jeune garçon n'arrivait tout simplement pas à comprendre pourquoi Kräher l'avait sortit : les cibles était bien trop loin, seul le serf était à port...Tchak, l'arc claqua. L'enfant eu les larmes aux yeux, il n'avait pu empêcher le meurtre. Car c'est bien d'un meurtre qu'il s'agissait, Vocart le sentait au plus profond de lui même. Le serf était tombé.

Mais se n'était pas fini, comme fou, le cerf se releva pour courir en tout sens, soudain terrifiant. Il brama, avec une telle force que le jeune homme eu peur pour sa vie : on comprend vite dans ce genre de situation qu'un animale acculée est particulièrement dangereux. Celui-ci chargea un énorme chêne noueux, et l'arbre chuta, comme frappé par les dieux. L'animale tourna alors ses yeux vers le chamane et son apprenti. Ces yeux n'avait plus rien de doux ou de sage, car ils étaient injecté de sang...Et contre toute attentent, il chargea. A une vitesse démoniaque. Heureusement, Kräher ne s'était pas contenté de regarder, comme le garçon. Déjà il avait renforcé son corps par la magie, et avait lancé la seconde incantation. Sortit de nulle par, des corneilles frappèrent l'animale, momentanément désorienté. Sa vitesse décuplé par la magie, Kräher décochait flèche sur flèche, chacune comme un dard au pennage noire.

Mais très vite l'animale immense se repris,et couvert de blessure, il s'avançait néanmoins, image même de la puissance brute. A mesure qu'il s'approchait, Vocart senti que l'animale était remplie de magie...Mais pas une magie naturelle, elle était très proche de celle qu'il avait ressentie la nuit dernière. Ce qu'il avait prit pour de majesté n'était qu'esprit de tyrannie. Au moment même où Vocart perça à jour la réelle nature de l'animale, celui-ci s'effondra et la magie en lui partit. Kräher s'approcha : « Nous ne pourrons manger la chaire, car elle est contaminée par le mal du chaos...Au moins je crois qu'ainsi tu peux comprendre qu'elle est la mission dont je t'es parlée...Il semblerait qu'un fou corrompe ces nobles animaux à des fins mystérieux; et cela fait deux ans que je le traque...Mère nature à cependant horreur du gaspillage, et même si nous brûlerons la dépouille, sa fourrure nous sera utile pour te chauffer durant les temps difficiles qui s'annoncent. Je vais t'apprendre à dépecer l'animale. »

Vocart ne put s'empêcher d'être un peu effrayé, voir dégoutté. C'était peut être un enfant turbulent, mais il n'avait jamais vu le sang réellement couler. C'était la première mort qu'il avait vu. Et devoir immédiatement après déchiquetait le cadavre pour en prendre la peau n'est pas exactement le genre de chose auxquelles il avait l'habitude...Kräher l'aida, et lentement, il dépeça l'animale. Puis le mage prépara magiquement la peau. Au bout de deux jours, Vocart avait son habit blanc. Ce manteau était chaud. Vocart lui avait aussi dit que, parce que l'animale qui le portait était un animale touché par la magie et doué du statut de chef de son groupe, le manteau aurait aussi la capacité de l'aider à modeler la magie. Il lui dit aussi que la peau risquait de changer de couleur, pour réagir à l'animale totem qui serait choisie.Restait à trouver cette animale en question...

Durant ces deux jours que dura le confection de la peau, Räher aida en même temps son apprenti à trouver son animal totem: « Il faut que tu trouves toi même l'animal totem...Cependant, il existe quelque astuces pour savoir lequel est le tien. Tout d'abord, ton physique même peut indiquer une information...Par exemple ,le simple fait que tes cheveux soient brun indique que l'animale est brun, du moins sur une partie de son corps...Peut être est tu toi aussi un ours, ce qui ferait de toi le quatrième ours de notre collège...Enfin nous verrons, je vais aussi t'apprendre quelques sortilèges simples qui t'aideront...D'ici quelque jours au grand maximum, nous saurons. Et comme ça tu auras droit à ton premier cours de magie pratique! ». Durant deux jours, Vocart s'exerça donc à la magie.Le jeune homme remarqua vite que là où les sciences ce bases casi-exclusivement sur la raison, c'est bien la maîtrise des sentiments et l'instinct qui permettent de faire un bon mage. Ce qui lui causa d'ailleurs bien des soucis, a cause de sa nature turbulente.

Mais enfin après quatre jours de méditation juste entrecoupé de maigres repas, l'esprit du jeune homme vacilla, puis il d'endormie. Très vite, un étrange animale lui apparue, vivant au grès des saisons. Comme le lui avait dit Räher, il ne reconnue pas l'animale et se contenta de garder en mémoire tout les détails possible. En fait, il semblait naître, sortant du ventre de sa mère. Il vit ainsi la vie entière de l'animal, il devient l'animal...Durant les quelques années de sa vie dans cette peau qui n'était pas la sienne, il appris bien des choses qu'un homme n'apprend pas. Il courut dans les vastes prairies. Il se battit face à des féroces animaux, parfois bien plus grand et fort que lui. Il fit l'amour et engendra des enfants. Il vit certain d'entre eux mourir, et d'autres grandir. Il dut se battre face à sa propre progéniture pour rester le mâle dominant...

Il avait, au moment de sa mort, totalement oublié son passé, animal qui avait perdu tout vestige d'humanité. Il eu donc un choque quand, mort dans cette vie là, il ouvrit les yeux en tant qu'humain, il lui fallut bien une demi heur pour reprendre ces sens, ce qui semblait bien peu encore par rapport à ces années de vies. Après cela il en parla à Kräher, qui visiblement était passé par une autre vois. D'après ces explications, chaque expérience était différente, mais il s'intéressa bien plus à la description de l'animal qu'aux détails du rêve de l'enfant : « Je vois, ton animale totem vit bien loin d'ici, dans les contrée que l'on appelle Carcajou. C'est un animale particulièrement courageux, mais aussi féroce, presque sans pitié..Tu seras un grand guerrier...Mais seul ta nature d'homme te permettra de garder ta dignité...Il va falloir toute ta vie que tu luttes contre ce qu'il y a de mauvais en toi...Pour tout te dire, tout homme possède un totem, et savoir lequel est le tien ne te rendra pas plus puissant en soit...Cela te sert surtout à apprendre ce que tu es, pour que tu puisses ensuite magnifier tes qualités et réduire tes défauts...(Räher sourit). D'ailleurs, beaucoup d'entre nous finissons pas avoir les personnalités inverse de celle que laisse entendre nos animaux totems tant nous luttons pour nous améliorer...Et maintenant que nous pouvons bouger, nous pourrons enquêter sur cette histoire d'animaux corrompus! ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pasiphaé
Loup de sang
Loup de sang


Nombre de messages : 159
Date d'inscription : 24/03/2008

MessageSujet: Re: Von Vocart, le bientôt vampire.   Lun 26 Jan 2009 - 10:09

Décidément, se forum ne laisse pas passer les messages un peu long Lol !

Vocart était confiant : il savait qu'en fin de compte, ils trouveraient ce mystérieux individu....Durant 5 ans, ils allèrent, de lieux en lieux, vivant seul dans la nature. Les maigres liens des deux hommes avec l'humanité se résumaient à des paysans vu de loin et de rapides passages dans les villages pour acheter papier et encre (Contre toute attente, le jeune homme n'avait pas abandonnée son amour pour la science, et continua de décrire le monde qui l'entourait dans un manuscrit où il notait ces observations). Parfois, ils trouvaient un de ces animaux blancs, toujours plus puissant, dominant toujours une plus grande zone...Mais aussi de plus en plus impitoyable, de plus en plus sanguinaire. Et lorsque l'un de ces animaux ,un Lion blancs de 3 mètre de hauteur et résistant aux température des contrés nord de l'empire, se mit à terroriser un village, des répuragateurs apparurent aussi, traquant la même cible. Malgré la méfiances de ces hommes de religion, Kräher les aida du mieux qu'il pouvait, obtenant ainsi lui même des informations et un peu de confiance de la pars de ces sombres personnes...Même si visiblement, certains d'entre eux l'auraient bien "purifié"...Mais toucher à un mage de l'un des huit collèges n'est pas une bonne idée, et Kräher était donc or d'atteinte.

Vocart appris auprès de ces chasseurs du chaos ce que pouvait aussi être l'humanité, et il vit que effectivement, chaque être vivant possède en lui cette part de violence. Lui même à l'inverse, semblait de plus en plus doux, de plus en plus sage, comme pour contredire la nature de son animale totem et donner raison à son maître. Sous l'influence de Kräher, il était devenue prudent et pacifique. Mais dans le même temps, au fil des 19 rencontres avec ces animaux corrompues, Kräher se montra à chaque fois plus fort, plus offensif. Calme est posée un instant, il devenait une bête furieuse la seconde d'après. Apprenant la magie de la bête, il fut très vite capable de se transformer en un animale féroce, comme une sorte de lycanthrope, bien que selon Kräher, il lui restait encore beaucoup à apprendre avant de maîtriser la forme ultime de ce sortilège. Paradoxalement Les répurgateurs lui faisaient plus confiance qu'au maître, sans doute parce qu'il était moins avancé dans la voie de la magie...Ce qui n'empêchait pas certains d'entre eux d'essayer de l'éliminer discrètement, à coup de poison... Après tout, lui n'était qu'un apprentie, sa mort serait moins difficile à faire accepter que celle d'un mage confirmé.

Au bout de deux ans, les choses avaient bien changé. Vocart avait 17 ans, il était devenue grand, voir immense par rapport aux paysans mal nourrie. Il était aussi devenue fort, mais gardait un aire souriant et des manières franches .Bien qu'il ne soit pas très loquace, comme tout chaman, il n'avait rien d'agressif, tout en ne parvenant pas à faire oublier ces long bras puissants et l'épée qui battait son flanc. Mais le bien le plus précieux qu'il pouvait bien avoir dans son sac était bien ses écrits, qui contenait plus de neufs cents pages d'une écriture nerveuse et serré, émaillé de dessins, détaillant tout ce qu'il avait appris. Progressivement, ce grimoire accumulait de l'énergie magique. Autre chose étonnante, sa vielle fourrure était devenue marron claire, sans pour autant s'user, encore une fois comme Kräher l'avait prévue. En fait, la seul chose que le maître de l'adolescent n'avait pas prévue, c'est la manière toute scientifique qu'avait Vocart de voir la magie, tout en obtenant de bon résultat. Là où un mage de la bête classique marchait à l'instinct, Vocart y ajoutait une part de théorie.

Kräher lui ne semblait pas vieillir, bien que quelque cheveux d'un blancs parfait apparaissaient ça et là dans sa chevelure. Le mentor avait appris la base de la magie à son disciple. Bien que Vocart puisse déjà être appelé chaman, il était encore très loin d'arrivé à la puissance d'un vraie mage de bataille, même novice. Mais il suivait le bon chemin pour en devenir un, au grand dame de Kräher qui aurait préféré le voir servir le peuple plus directement, utilisant son savoir pour aider les gens au jour le jour. Mais après tout, c'était normale : le jeune homme avait été formée dans le contexte d'une quête très proche de ce qui aurait été une escarmouche continuelle. En fait, Vocart pouvait être vu comme une sorte de scientifique guerrier, très proche finalement de ce que devait être un ingénieur de guerre comme son père. Habitué à observer, doué d'un grand sens pratique et habitué à voir et même à donner la mort.

Ils en était là quand enfin l'être mystérieux qui avait été la cause de cette course se manifesta. Au début, ce n'était qu'un homme dans le lointain, à peine une tache au sommet d'une colline. Mais Kräher et son acolyte n'était pas dupe, exercé au don de double vu, ils voyaient bien que celui qui marchait là bas était doué d'un grand pouvoir. Kräher appela trois corneilles pour leur faire porter un message aux différents groupes de répurgateurs qui enquêtaient dans les environs, puis ils se mirent à marcher. Visiblement, l'être maléfique n'avait pas peur d'eux, et il n'accéléra pas sa marche. Mais il allait vite, et durant une semaine, Vocart et son maître ne purent le rattraper. Entre temps, les répurgateurs étaient eux aussi arrivé, obligeant la cible à bifurqué parfois. Enfin, les quinze répurgateurs, nos deux personnages et le sinistre individu se rencontrèrent.

L'homme en question...Ressemblait étrangement à Kräher. Il était lui aussi très pale, et ces cheveux était d'un noire charbonneux. Ces habits étaient eux aussi noire et blanc, mais c'était cette fois ci des habits de nobles classique, contrairement à Kräher. De lui émanait des volutes de magies, de magies noire pour être précis. Avant qu'aucun protagoniste ne fasse quoique se soit, il prononça une formule. Un vent noir s'échappa du sol...Tendit que des mains squelettiques sortirent de terre...Des squelettes de gobelins majoritairement, et quelque squelettes d'hommes, probablement reste d'une escarmouche des temps lointain. Vocart avait très peur, ces créature venue d'outre-tombe n'avaient rien de normal, des lueurs vertes tremblotant dans leurs orbites vides. Et ils étaient nombreux! Au moins vingt cinq, trop pour moins d'une vingtaine d'hommes. Kräher aussi avait peur, visiblement, mais lui se maîtrisait mieux. Le courage du jeune homme et de son professeur s'affermit à la vue des répurgateur qui eux ne semblaient pas le moins du monde craintif. Et la haine se lisait dans leurs visages pleins de cicatrises.

Le plus grand d'entre eux, armée d'un grand marteaux et protégée par une armure de cuire clouté chargea en premier, écrasant proprement le premiers squelette, tandis que trois de ces camarades détruisaient les deux morts suivant de leurs armes exotiques. Les squelettes formaient une masse compact, et plusieurs d'entre eux se ruèrent sur l'homme au marteau, profitant du fait que son arme soit abaissé pour frapper. Entre temps, le monstre qui les avaient « ressuscités » s'était approché, sortant son épée. Il était d'une force prodigieuse, déchirant la rondache d'un des hommes chargés de le traquer. L'homme à qui appartenait cette protection vola sur plusieurs mètres sous la violence du coups, puis retomba évanouie au sol. Trois de ces confrères en profitèrent pour tirer sur le monstre de leurs arbalètes, tandis que le chaman invoqua une nuée de corbeau pour détruire des serviteurs de la chose qu'ils devaient détruire. Seul une flèche atteignit cette parodie de noble, qui se montra si rapide qu'il pouvait esquiver les tirs. Par contre, le sortilège fit son effet, et cinq des squelettes disparurent. Il ne restait plus qu'une dizaine de ces choses, tandis que six des répurgateurs était mort. Le jeune homme en ayant détruit deux puis s'était replié pour appliquer un baume à l'un des serviteurs de sigmar (qui crut tout de même bon de lui lancer un regard haineux).

La créature se remit à lancer le sortilège qui avait débuté se combat, et Vocart comprit que la chose voulait gagner à l'usure, car contrairement aux squelettes, un homme ne peut pas se relever...Il tenta de perturber les vents magiques , de façon à les rendre moins malléables. Cela ne fit que retarder le sort, mais Kräher profita de cela pour le dissper totalement . Tandis que les derniers squelettes étaient détruit, le monstre se retrouva entouré par sept des répurgateurs ainsi que par les deux chamanes. Malgré la situation critique pour lui, le monstre avait réussie à ôter la vie à deux de ces ennemis. Il dit alors, d'une voix froide, étonnement calme alors que tout le monde savait que ce n'était qu'un essais désespéré pour survivre :
« -Laissez moi passer si vous ne voulez pas alourdir la note!
Kräher répondit :
-Pourquoi avoir fait cela, créature de la nuit? ».
La chose ne répondit pas, se contentant de foncer là où il semblait y avoir de l'espace dans le cercle l'entourant. Mais peine perdue. Deux tirs d'arbalètes et une épée dans le ventre stoppèrent net sa course. C'est l'homme au marteau, du nom de Halmer, qui acheva, comme il avait commencé, le combat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pasiphaé
Loup de sang
Loup de sang


Nombre de messages : 159
Date d'inscription : 24/03/2008

MessageSujet: Re: Von Vocart, le bientôt vampire.   Lun 26 Jan 2009 - 10:10

II. Enquête sylvanienne.

L'affrontement était terminé, les répurgateurs se félicitaient, ils allaient pouvoir faire d'autres missions et servir l'humanité encore une fois. Certain pleuraient la mort de leur camarades, mais on les sentaient plus ou moins habitués. Mais le mystère demeurait. Pourquoi avoir fait cela? Et comment? Ce qui s'avéra être un vampire avait bien une raison pour avoir agir ainsi... Et il était tout à fait possible qu'un autre vampire, toujours pour la même mystérieuse raison, en face autant...Kräher demanda donc à Vocart de fouiller se qui restait du nosferati, à savoir un cadavre à l'apparence banale. Il y trouva une lourde bourse pleine d'or...Or littéralement remplie de magie noire. Il donna donc discrètement la bourse à Kräher qui avant de continuer ces recherches : les répurgateurs la prendrait sinon et diffuseraient ces pièces qui aurait pu devenir des sources de malheur pour les futures possesseurs. Vocart trouva ensuite un parchemin mystérieux couvert d'un langage étrange, visiblement maléfique, et dont les lettres semblaient animé d'une vie propre. Enfin, il trouva une autre liasse de parchemins, couverts de notes. Ces notes était tout ce qu'il y a de plus normale dans leur forme, comme n'importe qu'elle note d'information. La langue était la même que celle des autres parchemins, mais l'écriture était différente, certainement de la créature qui venait de mourir.

Halmer s'en approcha. Des répurgateurs, c'était le seul qui visiblement voulait continuer l'enquête, si cela était nécessaire du moins. Bien que pas le plus tolérant des chasseurs de sorcières, il était capable de comprendre que ces mages de batailles étaient un moindre mal. Cette homme, qui dépassait d'une tête tout ces camarades, s'avança de son pas pesant vers eux. Ayant remarqué leurs activités, il demanda de quoi il s'agissait. Kräher montra le parchemin et les notes (mais cacha les pièces d'or : l'homme était certes sage, mais même les plus saint des hommes agissent parfois inconsidérément devant une bourse bien remplie...) et tous trois les examinèrent. Visiblement,il savait lire le sombre langage. Mais pas sans efforts : il fronça les sourcilles longtemps, concentré sur sa tache. Enfin, il releva la tête, l'air rêveur. Puis il pointa son regard vers les deux autres pour parler : « il semblerait qu'un puissant vampire cherche à faire des recherches pour créer des serviteurs puissant et bestiaux sans se servir de son sang corrompue. Celui-ci, dit-il en désignant le cadavre du vampire, n'était qu'un faible serviteur...Et apparemment, le maître se méfiait du disciple parce qu'ils n'étaient pas de la même famille, ou du même sang, quelque chose comme ça...Lignage peut...La traduction n'est pas facile.Je ne peux vous retranscrire totalement ce qui est écrit, d'autant que la deuxième partie et les notes supplémentaires ont traits à la magies impies, mais je vais vous écrire sur un parchemin la totalité des informations que je peux sans problème vous communiquer...De toute façon, il est probable que nous soyons amené à enquêter encore ensemble quelques temps... ».

Puis il partie, celons ces dires vers le lieux où il pourrait faire son rapport et avoir ces ordres, tandis que les deux chamanes partirent de leur coté, la mission initiale terminé. Vocart ne demanda pas à son maître si ils devaient eux aussi faire un rapport : il avait compris depuis bien long que leur ordre laissait une grande liberté à ces membres, ce qui allait bien avec la nature sauvage et solitaire de ces membres. Sans surprise, Kräher décida de continuer l'enquête, et après avoir envoyé un message aux autres chamanes, ils partirent. Le maître, les notes de Halmer dans la main, réfléchissait à haute voix, tout en informant son disciple du contenue du papier : « Apparemment, le maître de ce vampire est un noble de Sylvanie...C'est assez surprenant, quand on sait que le nouveau compte de la contré, Vlad Von Casterein, est un homme capable qui a sut ramener le calme dans ses terres...C'est d'ailleurs un tour de force vu la renommé de la Sylvanie... D'ailleurs, quand j'y songe, la première bête à fourrure blanche que j'avais repéré était un loup blanc qui dominait des loups venant de ce sombre pays. Or ce qui m'avait permis de le repérer, c'est qu'il avait à sa suite un loups visiblement mort et qui pourtant se déplaçait et vivait avec les autres... Créature mort-vivante qui en générale se fait chasser par ces congénères.. Je pense que la meilleurs chose à faire pour l'instant est d'aller en Sylvanie. Cela prendra bien 1 mois. Tien, d'après Halmer, le vampire que nous avons déjà détruit était lui même un noble au vue de sa façon d'écrire...Étrange que ce Vlad ou ces serviteurs ne s'en soient pas rendue compte...Tellement étrange que je me demande comment cela est même possible... ».

Pasiphaé...C'est peut être un peu long non?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Von Vocart, le bientôt vampire.   Lun 26 Jan 2009 - 10:34

J'ai pas encore lu mais je le fais très bientôt pour avis. Merci à toi de nous faire bénéficier de cette lecture.
Revenir en haut Aller en bas
zodiarche
Champion squelette
Champion squelette
avatar

Age : 23
Nombre de messages : 60
Expérience de jeu (CV) : debutant
Date d'inscription : 04/01/2009

MessageSujet: Re: Von Vocart, le bientôt vampire.   Mer 28 Jan 2009 - 21:24

il est cool ton recit !!!!

vivement la suite !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poilu
~Seigneur dragon de sang~
 ~Seigneur dragon de sang~
avatar

Age : 32
Nombre de messages : 3620
Expérience de jeu (CV) : V6 quelques années et V7 depuis Octobre 2008
Date d'inscription : 29/10/2008

MessageSujet: Re: Von Vocart, le bientôt vampire.   Lun 9 Mar 2009 - 23:34

J'en garde pour plus tard (pas encore tout lu)....parce que ça déchiiiiire Love Love Love !!!!

Beurgl pour l'orthographe et la syntaxe: ça me fait penser, on m'a inculqué ma maîtrise (relative) du français à l'école....mais ton style d'écriture, ta plume, belle comme je sais pas quoi * encore rêveur de ce que j'ai lu* on ne l'enseigne pas! Ou si peu...mon Nagash que c'est beau!

Tu n'es pas le seul à produire des essais / récits de grande qualité. Et toutes mes félicitations aux participants de cette section, vous me régalez! Peut-être même qu'un jour, je me glisserai sur les traces de vos pas. Je pense qu'à force de vous lire, j'y verrai un peu plus clair sur la nature de "mon vampire intérieur"

Vous savez quoi??? Eh ben, ce forum, il déchire grave

Merci à vous tous, mis à part quelques fautes (utiliser firefox pourrait aider certains)....c'est un régal de vous lire.

Respectueusement,

Poilu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bonhomme
Sénéchal
Sénéchal
avatar

Age : 28
Nombre de messages : 290
Expérience de jeu (CV) : V6 et V7, début de warhammer avec la V6 (2000), début des CV avec leurs V6 (2001)
Date d'inscription : 06/03/2009

MessageSujet: Re: Von Vocart, le bientôt vampire.   Mar 10 Mar 2009 - 1:15

la suite la suite la suite???
je vais pas dodo moi si ça se coupe comme ça.... Crying Gniié ! Gniié !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feufollet.blogzoom.fr/
Poilu
~Seigneur dragon de sang~
 ~Seigneur dragon de sang~
avatar

Age : 32
Nombre de messages : 3620
Expérience de jeu (CV) : V6 quelques années et V7 depuis Octobre 2008
Date d'inscription : 29/10/2008

MessageSujet: Re: Von Vocart, le bientôt vampire.   Mar 10 Mar 2009 - 11:00

Dans ton avant dernier message, tu dis à un moment:
Citation :
Kräher se montra à chaque fois plus fort, plus offensif. Calme est posée un instant, il devenait une bête furieuse la seconde d'après. Apprenant la magie de la bête, il fut très vite capable de se transformer en un animale féroce

Quand tu dis "Kräher se montrait à chaque fois plus fort, plus offensif [...] la seconde d'après. Apprenant le magie de la bête", c'est bien Vocart qui apprend, alors (vu la construction de tes phrases avant) ce devrait être lui qui devient plus fort et offensif à chaque fois.

Désolé je suis un boulet (j'assume Happy ), et j'avoue que ce passage n'est pas très clair pour moi. A éclaircir peut-être (sauf si cela ne gêne que moi du fait de mon esprit boulien (= de boulet)

Cordialement,

Poilu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poilu
~Seigneur dragon de sang~
 ~Seigneur dragon de sang~
avatar

Age : 32
Nombre de messages : 3620
Expérience de jeu (CV) : V6 quelques années et V7 depuis Octobre 2008
Date d'inscription : 29/10/2008

MessageSujet: Re: Von Vocart, le bientôt vampire.   Mar 10 Mar 2009 - 11:16

Voila, j'ai fini
Citation :
Pasiphaé...C'est peut être un peu long non?

Fou Non mais tu te moques de moi! Allez, retourne au boulot Lol !

Je lirai la suite avec délectation Love , je surveille ce sujet maintenant = tu as un fan de +

P
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bonhomme
Sénéchal
Sénéchal
avatar

Age : 28
Nombre de messages : 290
Expérience de jeu (CV) : V6 et V7, début de warhammer avec la V6 (2000), début des CV avec leurs V6 (2001)
Date d'inscription : 06/03/2009

MessageSujet: Re: Von Vocart, le bientôt vampire.   Mar 10 Mar 2009 - 11:47

Citation :
je surveille ce sujet maintenant = tu as un fan de +
J'ai été pris de vitesse....! mais pareil!! Gniié ! Gniié !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feufollet.blogzoom.fr/
M@lFurion
Spectre
Spectre
avatar

Age : 32
Nombre de messages : 630
Date d'inscription : 27/12/2008

MessageSujet: Re: Von Vocart, le bientôt vampire.   Jeu 12 Mar 2009 - 17:34

Haaaaaaaaan!!! Pasiphae!!! tu as le don pour écrire, mec!!! Bravo, je te congratulations.J'adore.^^
Et j'attends la suite avec impatience, et non ce n'est pas long.^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Von Vocart, le bientôt vampire.   Sam 21 Mar 2009 - 13:48

Tien tu a posté ton récit sur ce forum. Je vais pas redire que j'adore, je l'ai déjà dit sur le warfo mais sa fait longtemps que tu n'y a pas posté... Mon vampire préféré se serait-il endormis :dodo: .
J'attends la suite Fou .
Revenir en haut Aller en bas
Pasiphaé
Loup de sang
Loup de sang


Nombre de messages : 159
Date d'inscription : 24/03/2008

MessageSujet: Re: Von Vocart, le bientôt vampire.   Lun 8 Juin 2009 - 14:13

Après des mois de rien du tout, j'ai décidé de m'y remettre enfin!

Pour tout dire, je suis surpris de vos messages (on ne m'a pas tellement encouragé par ailleurs Happy ).

Donc sa va venir... Mon projet est de faire environ une page par semaine ou plus...Donc courage!

Pasi, des fans Love ... Bon évidement, j'ai trop laissé refroidir, mais tant pis, je suis quand même content Cool .

EDIT : en fait, il y a une suite qui fait 1/3 de ce qui y est déjà depuis longtemps... Mais j'avais oublié de la poster ici Gniié ! .... Donc je vais le faire (par contre il risque d'y avoir encore plus de fautes si c'est possible), et éditer le truc qu'on m'a dit...

Au fait, si vous trouvez des fautes n'hésitez pas Whistling .

Ainsi, nos deux mages allèrent vers le Sud, prenant la direction inverse de celle qu'ils avaient pris pendant un peu plus de sept ans. Ce fut d'ailleurs l'occasion pour Vocart de revoir le lieux où l'on lui avait ouvert les yeux au vent de Ghur. Entre temps, sa perception c'était affiné, et il pouvait maintenant repérer chacun des huits vents magiques, ainsi que le vent noire. Il était tentant de revenir au domaine familiale, à peine à deux de là, mais Vocart ne le fit pas : il avait vu le regard des paysans, terrorisé par leurs simple présence, et ne voulait pas voir cela chez ces propres parents...Encore quelques années...Kräher, comme s'il lisait ces pensées, comme sans y penser : « Mon cher, je pense que tu as aujourd'hui une suffisamment grande maîtrise de toi pour aller voir tes parents...Je pense d'ailleurs qu'il ne faut pas trop hésiter : nous sommes tous mortels, et ce n'est pas une bonne idée d'attendre trop longtemps...Il vaudrait mieux aller les voir avant leur mort... ».

Vocart se retourna alors vers son maître, et lui dit, soudain grave. La voix était froide, maîtrisé : « j'ai vu ce qu'est l'humanité : rien de plus que des animaux à fortes capacités cognitives. Derrière moi, j'ai laissé une vision idéalisé de mes parents, et je ne trouverais là bas que des gens normaux, je serais déçue...Autant laisser définitivement ce passé révolue derrière moi. ». Ces yeux étaient un peu triste, et avait cette teinte particulière qu'ont les yeux des gens qui comprennent le monde qui les entoure avec un peu trop d'acuité. Kräher, qui avait appris à comprendre intimement l'enfant, vit immédiatement qu'il n'y avait aucune crainte dans ces paroles...Juste une certaines désillusion. Kräher compris aussi qu'à force de côtoyer les répurgateurs, sa vision de l'humanité c'était assombrie au point de faire de lui un misanthrope... Et cela d'autant plus que son maître partageait ces vues.

Ils continuèrent donc leur chemin, continuant leur long cycle de marche, d'entraînement et de chasse. Au moment d'atteindre la frontière de Sylvanie, l'été commençait à percer...Du moins dans le reste de l'Empire. Car la contré du comte Vlad était elle encore humide et froide, de lourd nuages grondant sans cesse. On était en 1997, et partout des hommes semblaient craindre ou au contraire désirer la venue du nouveau millénaire. Mais de cela, nos deux chamanes n'avaient qu'une idée très flou, isolés qu'ils étaient...Même si apparemment, les animaux eux même n'était pas tout à fait calme...Enfin cela pouvais peut être aussi être dû à l'influence étrange des terres de Sylvanie..

C'est alors que l'enquête proprement dite commença. Les résultat se faisait au début attendre, d'autant qu'il était difficile pour les deux chamanes de se lier à des humains, qui formaient pourtant une source d'information importante. En contre-partie, ils pouvaient compter sur l'aide des animaux. D'autant qu'ils paraissaient terrifié : des créatures étrange semblait apparaître partout..Ils n'avaient rien de comment avec ceux que Vocart et son maître avait traqué jusque là...C'étaient des créature mort-vivante. Généralement des loups, mais il y avait aussi bien d'autres animaux, comme des ours ou des faucon, plus généralement, tout les prédateurs naturelles des forêts de Sylvanie devait maintenant lutter avec leurs alter-ego morts. Mais là encore, cela n'apporta pas grand chose : juste une preuve supplémentaire que des événements dangereux se produisaient partout.

Un mois après le début d l'enquête, les chamanes s 'arrêtèrent dans une auberge. Le batiment avait l'aspect miteux propre à toutes les batissent Sylvanienne...C'était peut être même pire, car s'y ajouter une crasse épaisse. L'intérieur n'était pas mieux, c'était l'un de ces infâmes bouges que l'on voit partout dans l'empire, en encore plus miséreux, si cela était possible. Vocart était particulièrement à cran : il venait de tuer un énième loup mort-vivant solitaire, et continuait de fulminer contre ceux qui avaient infligé ça à cette pauvre bête. Son maître était lui fatigué. L'aire humide, mais plus encore l'ambiance délétère et la concentration de magie noire, avaient eu sur lui des effets néfastes. Mais il fallait bien interroger le barman au sujet des traces de pas de cette immense créature qui semblait roder dans les bois ou les loups mort-vivant étaient apparu... Il laissa cela à son apprentie, restant en retrait. Vocart s'approcha donc du patron de l'auberge. Celui-ci était presque une caricature, avec son gros ventre et la choppe de verre qu'il nettoyait avec un chiffon à la couleur douteuse. En fait, il était l'incarnation du patron de taverne Sylvanien, c'est à dire que en plus de son aire bourru, il avait l'œil méfiant une xénophobie plus que prononcé...Cela allait se révéler ardue pour le jeune homme...

Il eu d'ailleurs la confirmation immédiate de tout ce qu'il avait pensé quand l'homme l'apostropha :
« -Qu'es-tu veux?
-C'est pour un renseignement s'il vous plait, demanda Vocart, toujours aimable.
-Y a qu'les consommateurs avec qui j'discute, donc tire toi de là.
-Il n'y a pas de problème, je vais vous prendre un verre de bierre.
-Je sers pas les ptis jeunes!
Kräher dit alors qu'il la prendrait bien cette bierre en question. Le visage déjà rougeau de l'homme s'empourpra encore plus.
-J'sert que les gens du coin moi !Alors cassez vous de là toi et ton vieux débris. ».
Vocart regarda le poivrot qui venait d'insulter son maître dans les yeux. Le jeune homme savait que ces mots n'avaient pas beaucoup d'importance..Et Kräher avait su éviter que son apprentie le voit trop comme un père de remplacement. Mais son maître avait été, pendant tout ce temps, son mentor son amie...Et puis la journée avait était dure, Vocart si irrité...L'aubergiste, en voyant ces yeux soudain étrangement immobile pris conscience qu'il avait fait une erreur. Et la peur, si coutumière à ces pauvres gens, l'envahit une fois de plus.


Dernière édition par Pasiphaé le Mer 10 Juin 2009 - 12:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pasiphaé
Loup de sang
Loup de sang


Nombre de messages : 159
Date d'inscription : 24/03/2008

MessageSujet: Re: Von Vocart, le bientôt vampire.   Lun 8 Juin 2009 - 14:18

Vocart se maîtrisa à grand peine. Il venait réellement de passer tout près de la crise de nerf, et au vu de sa force physique, de son entrainement guerrier mais surtout de ces dons magiques, il aurait pu littéralement faire un malheur. En fait, quand ils furent sortie et qu'il eu repris ces esprit, il se rendit compte à qu'elle point il avait été d'exploser. Kräher se retourna alors et lui dit :
« Je tien tout d'abord à te féliciter, tu n'as pas céder à la colère. En fait, j'en suis même étonné au vu de la tête que tu faisais...Mais nous avons besoin de ces informations...Je vais tenter de le persuader de façon plus brutale, mais il faudra que l'on soit près à partir sur le champ dès que cela sera fait. ».
Vocart alla donc acheter le papiers qui lui manquait, tandis que son maître alla chez le maître forgerons afin qu'il répare le poignard de tannage indispensable à leur vie de chasseur. Chacun de son coté, le maître et l'éléve avait pu constater que le barman n'était pas le seul à leur être hostile.Puis ils revinrent vers l'auberge.

Cette fois-ci, Vocart resta en retrait, entrant juste derrière son maître dans la taverne. C'est donc son maître qui cette fois-ci s'approcha en premier de la table qui servait au barman de comptoir. L'homme ne lui parla pas tout de suite. Visiblement, il se maîtrisait plus, peut être à cause de ce qui c'était passé juste avant. Mais là où il avait une simple animosité sans conséquence, c'est une agressivité contenue, bien plus dangereuse, qui s'était développé :
« -Que voulez vous?
-Toujours la même chose, des renseignements. Avez-vous...
l'homme le coupa :
-D'accord, voici une information : si vous ne déguerpissez pas à l'instant, moi et tout ceux qui se trouve dans cette sale, nous allons vous faire très très mal...Alors partez, et définitivement! »

Effectivement, beaucoup des hommes de la taverne c'était levés. Ilsl avaient l'aire mauvais. Mais Kräher garda son calme, et se contenta de commencer un sortilège. Cela dura a peine un seconde, puis soudain les vents magiques réagir, et chacun sentie montait en lui une terrible peur, sortie du fin fond de la conscience animal de l'homme. Puis l'instant d'après, Kräher fit usage du don de lycanthropie. Mais juste un peu, de quoi altérer son apparence sans faire de lui un monstre, il avait simplement les trait plus aigue, le menton c'était allongé de façon imperceptible évoquant un oiseau, tandis que ces yeux perdaient un peu de leur humanité pour prendre l'expression vide commune aux oiseaux. Tout autour, on entendue un bruissement. Partout, des oiseaux autour de la maison. Ils se posaient, puis restaient là, à attendre, on ne sait pourquoi. Ils semblaient attendre. Puis certain se mirent à toquer de leur bec. Ho pas très fort, mais juste assez pour produire un son. Puis d'autres oiseaux rejoignirent les premiers. On aurait dit qu'une armée invisible faisait le siège de la battisse..Et c'était d'autant plus terrifiant que personne ne semblait à priori menacé.

Vocart était habitué aux tours de son maître, et il compris dès la première seconde ce que son maître voulait, son maître utilisait la peur. Il s'approcha donc du barman, et montra les croc. C'était une sensation étrange : calme, il mimait une colère feinte, alors que une heur avant, il avait maîtrisé une colère bien réelle au même endroit. Immédiatement, les paysans se firent serviles, et le barman lui même balbutia les informations demandées. Les deux chamanes partirent alors très vite, sans attendre que les paysans se reprennent et ne les tuent.

Après une courte course, les deux chamanes se posèrent au près d'une rivière, a un endroit tranquille où aucun paysans n'iraient les attaquer. Chacun reprit son souffle, observant les lieux. A l'image de toute la Sylvanie, cette rivière était sombre, ces berges pleines d'une vase épaisse. Les rares pierres, où le maître et l'élève se trouvaient, était comme cerné par une mousse au vert maladif. Les arbres, de hauts pin au tronc d'ébène, étendaient leurs ombres menaçantes. Les moustiques volaient un peu partout, sans pour autant piquer les deux mages de la bête, comme si ces insectes comprenaient ce que Kräher et Vocart étaient.


Dernière édition par Pasiphaé le Mar 9 Juin 2009 - 18:46, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pasiphaé
Loup de sang
Loup de sang


Nombre de messages : 159
Date d'inscription : 24/03/2008

MessageSujet: Re: Von Vocart, le bientôt vampire.   Lun 8 Juin 2009 - 14:19

Puis ils repartirent dans les bois, dans la direction indiqué par le barman. Et Kräher profita de l'occasion pour donner ces enseignement à son disciple : « Comme tu as pu le voir, la peur permet d'avoir souvent ce que l'on veut. En fait, celle-ci est un des moteurs les plus puissants de l'humanité, et toute société, même la plus saine, marche au moins en partie sur elle. Nous autres chamanes nous révoltons souvent contre cela...Mais reste que sans la peur, la société ne serait pas...Et sans la société, le chaos aurait déjà emplie l'univers. Mais sache aussi que si la peur permet de faire plier les hommes, elle peut aussi amener la rébellion. Il faut utiliser la peur avec parcimonie, je dirais même le moins possible, car l'homme qui a peur, s'il peut se soumettre à la source de crainte, peut aussi tenter d'oblitérer cette crainte.
Makavelle disait que le mieux est de lier la peur à l'appât du gain, la carotte et le bâton...C'est bien là le cœur des citées forgées par l'homme : l'intérêt et la peur.
Les hommes, les hommes sont des animaux avec de forte capacité cognitives. En d'autres termes, nous sommes des animaux capable de calculer, d'utiliser les choses, physique ou conceptuelle, comme outil.
Ainsi, la peur comme l'appât du gain sont devenue des outils. Et c'est contre cela que nous autres hommes de la nature nous insurgeons. Le juge utilise la peur, la peur du châtiment...Je me refuse à être juge. »

Pendant quelque secondes, ils restèrent silencieux. Vocart savait déjà une grande partie de ce que son maître avait dit. Il savait que chaque homme, lui compris est au fond un être avec des pulsions animales, et que son aspect humain est celui de la manipulation, de la compréhension du monde. Mais l'expérience qu'il avait vécu à l'instant donnait une nouvelle lumière à cette enseignement. C'était la première fois que Kräher utilisait la peur de cette façon, en plus de sept ans. Et Vocart ne comprit pas pourquoi : si cela était aussi efficace, pourquoi ne pas réellement maîtriser la peur? Pourquoi ne pas manier la carotte et le bâton? Cela peut certes être un peu cynique, mais si cela permet à l'humanité de survivre...

Comme pour répondre à sa question muette, Kräher repris : « Nous sommes des mages de Ghur, des chamanes. Là où l'homme normale utilise sans y penser ces outils, nous tentons de nous en éloigner. En acceptant pleinement notre nature animale, nous tentons de devenir plus humain. Parce que l'empathie est aussi un sentiment humain. Nous avons ici utilisé la peur parce que c'était là la seul solution compatible avec notre manque de temps. C'est aussi pour cela que je préfère rester à l'écart de la société : ainsi je n'utilise pas la peur ni la force face à d'autres hommes, tout en les servants au mieux. Je parle de façon nébuleuse de ces choses là, parce que les concepts qui y sont liée sont des plus compliqué. Deux idées s'affrontes : une vision purement mécanique, où le coeur ne commande qu'aux buts recherchés. L'autre idée est d'accepter les règles qui nous ont été inculqué, et dans chacune de nos action garder ces règles en tête...En d'autre termes, peut on considérer que la fin justifie les moyens ou pas? Et jusqu'où peut on utiliser notre connaissance de la nature humaine sans que cela soit démagogie ou manipulation? La femme qui met du rouge à lèvre tente de manipuler autrui..Cela reste pourtant bien innocent. A l'inverse, les serviteurs du prince des plaisirs est bien plus terrible...Pourtant au fond chacun se base sur les même moyens... ».

Vocart était assez étonné : il était rare que son maître parle autant. De )plus, on pouvait voir dans ce discours des redites, comme si le maître voulait encore insister sur ces idées, lui qui détestait par dessus tout de rabâcher... Le jeune homme pris donc bien le temps de méditer ce qui avait été dit, tandis qu'ils arrivait à un point de la rivière plus agréable (si l'on peut parler d'agréable pour une contré telle que la Sylvanie...). C'est alors que nos deux chamanes entendirent des son tout autour d'eux, leur sens en éveille repérant bien vite la troupe en approche. Avec la vitesse dû à l'habitude, ils se préparèrent à partir, s'en allant dans la direction opposé au gros des bruits. Mais visiblement ceux qui étaient venue s'attendaient à cela : ils avaient encadré toute la zone dans un large périmètre, et ceux pas avec un minces filet de guetteurs, mais bien avec ce qui semblait presque être une petite armée. Qu'elle débauche de moyen! Nos deux mages ne purent que revenir à leur points de départ, où cinq individus les attendaient.

Quatre d'entre eux étaient de simple paysans armées d'armes usée. Mais le cinquième, bien mieux habillé, et qui semblait bien être le chef, portait toute les même caractéristiques que le vampires qu'ils avaient vaincues il y a déjà quelque temps. Lui aussi était grand, pâle et avec des cheveux noires. De lui aussi émanait ces vents sombres si terribles. Le vampire en question donna quelques instruction à ces serviteurs, qui foncèrent vers Kräher. Celui-ci se changea immédiatement en un monstre féroce sorte de loups-garou à tête de corneille. Vocart en fit de même, et sa stature était aussi impressionnante que celle du maitre. A cette vue, deux des paysans freinèrent leur courses. Mais au moment même où ils allaient repartirent dans l'autre sens, ils virent le vampire...Cela suffit à les persuader d'attaquer. Entre temps, les deux autres paysans étaient arrivé au contact. Avant même que le premier ne lève son épée, Kräher l'avait assommer du paume de sa grande main. L'autre paysan s'était élancé sur Kräher par le flanc, espérant sans doute le surprendre, mais Vocart le pris par l'épaule de sa main gauche pour le placer face à lui, puis il lui transperça le ventre de sa seconde mains, l'éviscérant sur place. Kräher lui s'élança vers le deuxième paysan tremblant pour le faire tomber inconscient d'une simple baffe sans même s'arrêter dans sa course vers le quatrième homme. Le derniers paysan était manifestement terrorisé, et il ne bougea pas quand Vocart, légèrement plus rapide que son maître, apparue devant lui et l'assomma à l'aide de ces deux mains. Cela n'avait pas durée plus de quinze seconde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pasiphaé
Loup de sang
Loup de sang


Nombre de messages : 159
Date d'inscription : 24/03/2008

MessageSujet: Re: Von Vocart, le bientôt vampire.   Lun 8 Juin 2009 - 14:19

Le vampire lui s'approcha alors de Kräher, qui entre temps avait retrouvé tout comme Vocart sa forme normale :
« -Bonjour, je vois que vous êtes toi aussi un être de la nuit...Mon nom n'a que peut d'importance, je me contenterais donc de faire mon devoir. Bien que votre aura soit un peu différente de celle de mes compatriotes, votre physionomie, ainsi que le fait que vous nous ayez repéré à une telle distance vous identifie comme un frère...Seriez vous un Strigoï? C'est en tout cas se que semble annoncer ce vent bestiale....
-Je n'appartiens à aucune maison.
-Hum...Vous semblez donc être un wargulf...Et pourtant tout dans votre aura et dans votre attitude...
-Oui?
-Hum, rien. Quoiqu'il en soit, je suis chargé de patrouiller pour repérer les vampire attiré par l'aura de notre maître. Je suis ici pour vous dire deux chose : premièrement, sachez que si vous tentez une seul fois de gêner de quelque façon que se soit le travaille du peuple sylvanien, vous serez tuée sans rémission. Vous êtes par contre autorisé à chasser les bandits et bêtes féroces des contrés. Nous ne les chassons pas justement pour permettre à des individus de votre espèces d'avoir les moyens de parvenir à notre maître sans pour autant mourir de faim. La deuxième chose que vous devez savoir est que le maître en question se trouve au Sud-Est d'ici, plus précisent dans le château de Drakenhof. Vous avez le temps que vous voulez pour y parvenir tant que notre maître ne vous appelle pas. Si celui-ci le fait par contre, vous avez pour ordre de vous y rendre le plus vite possible, quelque soit l'activité en cours. Avez vous compris?
-Qu'elle est l'identité exacte de mon futur maître.
Le vampire souris de façon presque chaleureuse, découvrant ainsi deux longues canines.
-Vous n'avez pas réellement besoin de la savoir car votre nature même fait que vous êtes attiré par lui...Enfin si cela peut vous aider, il s'agit tout simplement de Vlad Von Casterein, le comte de Sylvanie.
Le vampire se tourna alors vers Vocart
-Quand à vous nouveau née, je tien à vous féliciter...Je suis réellement bluffé par votre maîtrise, on pourrait presque pensé que êtes un humain, tant votre teint est presque normale...En fait, si il n'y avait eu votre action durant ce petit test, je vous aurais pris pour un simple serviteur de ce monsieur.
-C'est le cas.
-Excusez moi, je parlais d'un simple serviteur humain. ».

Puis le vampire partie comme il était venue. Aux alentours, les troupes ne tardèrent pas à se disperser...


Nous allons d'ailleurs passer au chhapitre suivant... Je n'es par contre pas encore certains détailles du scénario (enfin un détail... Mais important)...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
M@lFurion
Spectre
Spectre
avatar

Age : 32
Nombre de messages : 630
Date d'inscription : 27/12/2008

MessageSujet: Re: Von Vocart, le bientôt vampire.   Mar 9 Juin 2009 - 17:22

Wahou!!! après deux ou ou trois grands récits, enfin de la baston!

Par contre je n'ai pas compris pourquoi le vampire a cru que les deux mages étaient des vampires, a moins qu'ils ont dissimulé leur nature humaine, grace a la fureur de l'ours?

Encore plein de question que je me pose.
Mais ces dernières seront sans doute dans le prochain chapitre que j'attends avec impatience. I don't want that

Tu devrais sortir la figurine de Vocart^^ et de Kraher si il sera encore en vie?^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Von Vocart, le bientôt vampire.   Mar 9 Juin 2009 - 20:23

Bon efin la suite... et une promesse de poster chaque semeine Wow incroyable Lol ! . Esseille de tenir le rythme.
Citation :
Tu devrais sortir la figurine de Vocart^^ et de Kraher si il sera encore en vie?^^
Mais il l'a déjà sortit et je l'ai même combattu (et j'ai perdu Whistling ) pas contre Kraher pas sur qu'il survivra. En fait Vorcart est un vampire nouveau né de niveau de magie 2 qui est incapble de lancer corectement une invocation Tongue . Ha oui j'oubliais, il est représenté par un mage HE peint aux couleurs vampiriques.
Continu.
Revenir en haut Aller en bas
Gildaar'k
Sénéchal
Sénéchal
avatar

Nombre de messages : 279
Expérience de jeu (CV) : Aucune ( ou presque )
Date d'inscription : 11/04/2009

MessageSujet: Re: Von Vocart, le bientôt vampire.   Mar 9 Juin 2009 - 21:44

Pasiphaé a écrit:
« Mon chère, je pense que tu as aujourd'hui une suffisamment grande maîtrise de toi pour aller voir tes parents...Je pense d'ailleurs qu'il ne faut pas trop hésiter : nous sommes tous mortelle, et ce n'est pas une bonne ide d'attendre trop longtemps...Il vaudrait mieux aller les voir avant leur mort... ».
Mon cher ; mortels doivent être accordés...
Ide est un mot inconnu à ce jour, mais je crois que tu voulais dire idée Tongue
A moins que j'ai tout raté et que ce sont deux femmes...
Et, AMHA, "une sufisamment grande maîtrise de toi" sonne étrangement...

Au sinon, c'est un bon récit malgré les nombreuses fautes d'accord.
Pour y remédier, sur Word normalement, on te souligne les fautes d'accord.

Vampire Gildaar'k

EDIT: il me semble aussi que c'est "chamans" et non pas "chamanes" à moins que tous les membres de cette "classe" ne soient des femmes Tongue
EDIT2 : Gniié ! Je suis presque sur à présent que le mentor est une femme car toutes les "fautes" indiquent cela...
Citation :
De )plus, on pouvait voir dans ce discours des redites,
des répétitions, pas des redites...
EDIT3 : Eh ben non, ce sont tous les deux des hommes... donc il y a plusieurs fautes à corriger Devil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pasiphaé
Loup de sang
Loup de sang


Nombre de messages : 159
Date d'inscription : 24/03/2008

MessageSujet: Re: Von Vocart, le bientôt vampire.   Mer 10 Juin 2009 - 12:31

Citation :

Par contre je n'ai pas compris pourquoi le vampire a cru que les deux mages étaient des vampires, a moins qu'ils ont dissimulé leur nature humaine, grace a la fureur de l'ours?
Kräher est grand, pale et vêtue de noir. Dès l'arrivé du vamp', ils se sont transformée en monstre féroce.. mais mise à part sa... La chance quoi^^.

Citation :
Mais ces dernières seront sans doute dans le prochain chapitre que j'attends avec impatience.
Certain truc ne se réglerons pas avant longtemps... Parce que parès être devenue vampire, notre bon gas va devoir se diriger vers Mordheim, comme plein d'autres vampires... C'est la seconde Grande partie (en fait, il y a 2 grande partie.. Plus une troisième beaucoup plus épique, mais celle là devra incorporé quelques batailles joué, des ortes de rapports de bataille romancé.).

Citation :
Bon efin la suite... et une promesse de poster chaque semeine Wow incroyable Lol ! . Esseille de tenir le rythme.
Pas si dure heing.. et puis je vais pas en balancer non plus des tonnes... En plus je serais en Pologne dans 1,5 semaines... Donc le récit sera moins rythmé... Mais je compenserais par une plus grosse production après, et cela me laisse le temps de penser au scénario.

Citation :
De )plus, on pouvait voir dans ce discours des redites,
Si c'est dans un texte sensé être orale, sa me gêne pas. Sinon, indique moi où c'est (donne le numéreau du poste et le numéreau du paragraphe.. Parce que sinon...).

Citation :
Pour y remédier, sur Word normalement, on te souligne les fautes d'accord.
Quelqu'un a une version craqu de Word à filer? (Je sais c'est pas bien mais bon...). Parce que visiblement, Open Office n'accomplie pas son... Office justement Mrgreen .

Citation :
EDIT3 : Eh ben non, ce sont tous les deux des hommes... donc il y a plusieurs fautes à corriger
Après tout, quand on a un pseudo telle que "Pasiphaé", c'est normale de faire trouble Devil .
Plus sérieusement, je ne vois pas les fautes... Je sais qu'elles y son mais je ne les voient pas... Avec word j'y arriverais peut être?

Désolé d'ailleurs de vous faire subir cela... Après la fin de la première partie, je compte tout mettre sur papier et trouver des gens qui m'aident à corriger les fautes dans mon entourage.. Même si je vois pas vraiment qui Gniié ! .

Pasi, oui se sont des hommes... Mais tout cela manque de présence féminine (en même temps, vu l'histoire... On trouve pas des nana au détour des bosquets Tongue )...

EDIT : j'allais oublier le principale :
III. Le message

Kräher attendit quelques instant, que le vampire et sa troupe s'éloigne. Puis il se retourna vers son disciple et lui dit : « la situation est extrêmement grave... Nous ne pouvons nous permettre de nous contenter d'envoyer des oiseaux pour porter le message à nos frères... Je vais le faire bien entendue... Mais je vais devoir aussi y aller... Un cas aussi grave m'oblige à l'annoncer moi même... Sinon personne ne nous croira. Du coup, tu vas être obligé de partir aussi... Et vu les risques que nous courrons, je pense que nous allons nous séparer : je vais écrire une lettre qui décrit la situation, et tu auras pour missions d'aller vers le Nord, en traversant le Moot, pour apporter la lettre que je vais t'écrire au Comte Électeur le plus proche.. Peut être va t-on ainsi augmenter nos chances d'arriver. Tu passeras près de Hazelhof, puis tu traversera les collines de Kolsa jusqu'à Dreetz puis enfin Talabheim. Cela fait environs trois cents cinquante kilomètre, et tu risque donc de prendre beaucoup de temps.. Mais ton meilleurs allié reste la discrétion, et la zone de Kolsa est parfait pour cela. Ha et ne la montre à personne d'autres que le comte Électeur. Il me connait.. et surtout, on ne sait pas si les vampires ne se sont pas infiltré dans sa suite... Défend ce message. Ce qui se passe à plus d'importance que nos propres vies. »

Et dans l'instant, Kräher écrivit la lettre en question. Vocart était secoué : tout d'abord parce qu'il allait quitter pour la première fois son maître... Mais aussi et surtout par la simple idée qu'un vampire est pu le prendre pour un des siens. Était il devenue inhumain à ce point sous sa forme animale? Les préparations prirent plus de temps que de coutume. En sept ans, ils avaient pris leurs habitudes, et la situation changeait tout. Et visiblement, chacun répugnait à quitter l'autre. Mais il fallut bien se séparer. Les adieux furent un peu guindé, surtout à cause du simple manque d'habitude qu'au manque d'émotions. Ils savaient tout deux que bien souvent, lorsqu'un mage de la bête en quitte un autre, il y a peu de chance qu'ils se revoient avant très longtemps... Peut être même jamais.

Et Vocart partie vers le Nord Ouest, tandis que son maître, ou peut être ex-maître, traversait le fleuve. Il en put s'empêcher de se retourner une dernière fois, tandis que la forme noire du vieil homme disparaissait, puis il se remit en route. Habitué à ce genre de marche, il arrive à Hazelhof le soir. Le village était encore plus petit que le précédent, et perdue dans la foret, il n'avait rien d'accueillant. Et il n'y avait même pas d'auberge... Vocart eu beaucoup de mal, et dû payer une forte somme, pour pouvoir passer la nuit dans l'étable d'un vieux paysans, qui avait regarder sa maigre bourse avec un œil un peu trop brillant. Quelque chose disait à Vocart qu'il valait mieux se mettre dans un endroit discret et appeler un animale pour qu'il puisse monter la garde. Justement, les chauves souris étaient fort nombreuses, et l'une d'elle accepta, en l'échange d'une part de la viande de cerf que Vocart avait pris auparavant. Il n'en restait pas moins que la paille, comparé au sol dur auquel Vocart était habitué, était très agréable et chaud. Le jeune homme s'endormit donc bien vite.

Mais à la quatrième veille environs, les chauves souris se manifestèrent. Quelqu'un d'hostile était entrée dans la grange. Persuadé d'avoir affaire au vieux paysan, Vocart se contenta de calmer les chauves souris et de sortir son épée. Mais en face de lui, ce n'était pas le vieil homme... Mais bien le vampire qu'ils avaient vu plus tôt dans la journée, les vêtement plein de sang... Et le chaman avait l'horrible pré-sentiment qu'il s'agissait justement de celui de son hôte. Le vampire se retourna alors vers lui, les yeux de braise et l'expression agressive. Puis il se détendit en voyant qu'il avait affaire à la même personne que précédemment. Il sourit et dit :

« -Et bien! Tu maîtrise aussi les créatures de la nuit! Tu feras une bonne recrue! Le vampire fit la mou. Par contre, tu ne vas pas dans la bonne direction.. Et où est ton maître?
Vocart faillie paniqué, il n'était pas habitué à mentir... Il fit donc comme son maître le lui avait conseillé dans ce genre, à savoir parler lentement pour ne pas montrer qu'il réfléchissait à ce qu'il disait.
-Lui se dirige vers le château du comte de Sylvanie... Mais il m'a chargé de transmettre une lettre à un de ces frères, il pense que c'est l'occasion de prendre sa revanche...
-Sur qui.
-Il ne me l'a pas dit.
-Hum... Je suis de plus en plus certain que... Le vampire le regarda froidement, et Vocart sentie par la magie que celui-ci contracté sa main. Qu'il est bien de la lignée des Strigoïe! Cette histoire de vengeance leur ressemble bien!Et puis-je voir la lettre?
Vocart sortie à moitié sa lame du fourreau, tout en modifiant subtilement son apparence.
-Il m'a dit que je devais la garder au péril de ma vie!
-Je vois.. Ne t'inquiète pas, je sais ce que c'est d'avoir un maître, et de lui devoir allégeance... Le mien m'a charger de rechercher d'autres vampires... Puis-je donc te suivre? Peut être puis-je t'aider à les convaincre? »

Vocart n'avait pas le choix. Il accepta la présence de l'autre... Mais cela était dangereux : la moindre erreur pourrait lui être fatale... Et Vocart avait du mal à voir comment il pourrait faire pour ne pas se trahir... Il se mit a discuter avec le vampire, surtout dans le but de voir comment il pourrait s'en débarrasser. Il n'apprit rien, à part le fait que le noble avait un carrosse dont il pouvait se servir pour se déplacer de jour (Vocart en déduisit que le vampire n'aimais pas la lumière), et bien gardé (ce qui n'aidait décidément pas le jeune homme).

Garhem présenta Vocart à ces hommes comme un invité, malgré sa répugnance manifeste pour les vêtements du jeune homme, il semblait porter un grand respect à celui-ci, certainement parce qu'il était un vampire lui aussi. Vocart remarqua un grand homme brun, au trait rudes et à la forte stature.

Il partirent donc au petit matin, entouré par une petite dizaines d'hommes d'armes. Visiblement, les hommes en question étaient terrifié, et semblait porter une haine viscérale au vampire. Encore une fois, Vocart pu voir les effets de la peur. Il pourrait peut être jouer dessus. Durant la journée, il n'en eu cependant pas l'occasion : a sa grande surprise, le vampire ne manifesta pas l'envie de dormir le moins du monde.

Tandis qu'ils traversaient la lande, caché par de lourds rideaux noires, celui qui se révélait s'appeler Garhem ne cessa de lui parler de la vie dans le château de Vlad Von Casterein. Il appris aussi que toute la noblesse de Sylvanie était corrompue, et que Vlad comptait devenir le futur Empereur. En fait, le vampire se révéla être un personnage sympathique, bien qu'un peu cynique. Faisait contraste avec les répurgateurs bourru, ou même son maître misanthrope. Mais bien vite, il se fatigua de ces discutions... Lui même était peut habitué à ce genre de personne bavarde.


Dernière édition par Pasiphaé le Mer 10 Juin 2009 - 12:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pasiphaé
Loup de sang
Loup de sang


Nombre de messages : 159
Date d'inscription : 24/03/2008

MessageSujet: Re: Von Vocart, le bientôt vampire.   Mer 10 Juin 2009 - 12:32

Il en en profita tout de même pour demander :
« -Et vous vous n'avez pas besoin de dormira de jour?
-Non... Au pire, je le fait pour me régénérer après une blessure...
-Pour ma part, il me faut un temps de repos.
-Cela arrive dans certaines lignées... je vous laisse vous reposer Von Vocart. »
Le jeune homme s'endormit donc... Mais comme on peut s'y attendre, sont sommeil fut agitée. Il n'est pas facile de dormir lorsqu'on sait qu'un monstre assoiffé de sang lit un ouvrage sur la géographie Sylvanienne juste à cotée de vous. Il se réveilla soudain en sentant la main de Garhem fouiller dans sa veste, certainement à la recherche de la lettre. Il l'a retira à l'instant, et s'excusa platement.

Mais Vocart était inquiet... Il avait remarqué qu'à son réveil, le vampire avait parut plus distant. Cela pouvait semblait normale qu'il y est une certaines gêne entre eux, vu qu'il avait tenté de lui voler la lettre. Mais ces les yeux plein de méfiance. On en était au soir. Garhem en profita très vite pour ouvrir les rideaux, puisque les derniers rayon du soleil avait disparue. La lande s'avéra froide, et monotone. Les sens accrues de Vocart lui révélèrent pourtant qu'elle était pleine de vie animale.

Encore une fois, Vocart était de plus en plus nerveux. Voilà que l'autre le regardait du coin de l'oeil. Un simple humain n'eut pas remarqué cela, mais lui voyait bien que quelque chose clochait. Et le vampire proposa une halte aux hommes fourbues. Il demanda aussi aux paysans d'aller monter leur camp à l'écart du carrosse. Dès que les paysans furent or de vue, Garhem sortie sa lame, une courte rapière effilé. En réponse, Vocart se transforma en bête féroce. Mais a sa grande surprise, Garhem, loin de prendre une posture de combat, se contenta de lui dire :
« -J'ai pris ces paysans pour qu'on puisse se nourrire. D'ici deux jours, on sera arrivé... Il suffit donc de saigner six ou sept d'entre eux, puis de ligotter les derniers. Ainsi, on aura de quoi se nourrir jusqu'au bout du voyage... Qu'en pense tu?
Vocart, parlant toujours lentement, tant pour rester dans son personnage que parce, encore une fois, pour mieux mentir :
-Je pense qu'on bon cheval me suffirait, et que comme sa, on pourrait les utiliser au retour...
-Non, les chevaux sont mort, ils n'ont rien à nous offrir de ce cotée là... Et puis, je refuse de me nourrir avec autres chose que du sang humain, je ne suis pas un Strigoï moi! Puis il ajouta, avec un ton qui suggérait le doute : Et inutile de me proposer de nous serrer la ceinture, ne me fait pas croire que tu peux tenir deux jours sans boire de sang. »

Vocart laissa planer un instant le silence. Ila mission était très importante. Trop importante pour qu'il se permette de mal agir... Il allait tenter une action de dernière minute... Put sauver ce qui pouvais l'être. Il répondie :
« -Bien, nous les attaquerons par surprise.
-j'invoque quelques esprit pour nous aider.
-Pas question! De vulgaire humain ne te font pas peur quand même!
Le vampire sourit.
-Et puis les esprit ont tendances a leur faire encore plus peur que nous... Et je sais que la viande est moins bonne quand elle est stressée ».
Il partirent donc, silencieux, vers le camps des hommes d'armes. Puis il se mirent en position, côte à côte, près à frapper. Les hommes dormaient pour la plupart dormaient autour d'un feux. La sentinelle dormait aussi d'ailleurs.. Mais loin de la lumière des flammes, au poste dont il avait la charge. Juste avant d'attaquer, le vampire se tourna vers Vocart :
« -Tu sais, il faudra que tu m'apprennent à faire battre ton cœur même en dormant.. C'est bluffant! J'ai cru un instant que tu était un homme! Mais un homme n'est pas assez fort pour accepter la mort de ceux de sa race, même en pensée... Alors allons tuer ces êtres faibles ». Et Garhem s'elança.

Avant même que Vocart puisse l'arrêter, le vampire passa à l'action.Il tua le première homme dans son sommeil, en lui tranchant le ventre d'un seul coup d'une violence terrible. L'homme hurla, ce qui réveilla les autres. Évidement, la majorité des soldats partirent en courant, mais trois d'entre eux se levèrent, nu mais une arme à la main. Vocart choisie ce moment pour frapper le vampire par derrière de toute la force monstrueuse de sa forme bestiale. Le vampire s'envola sur plusieurs mètre pour tomber dans la poussière. Il avait visiblement une grosse blessure au flancs droit. Il se releva pourtant en un instant. Il se retourna vers Vocart. Son visage exprimait tout d'abord la surprise, puis la colère. Et enfin, le visage de Garheim exprima la colère.

Il se rua vers Garheim, hurlant dans une langue ancienne d'étranges malédictions. Son mouvement se fit encore plus rapide, comme si le vent le portée. De ce vents n'aquit une fumée, qui prit forme pour donner des spectres. Ceux-ci se mirent à attaquer les pauvres hommes. L'un d'eux tomba à terre en hurlant et en se déchirant le visage. Quelques hommes paniqué revinrent, tandis que Vocart et Garhem luttait. Le jeune homme leur hurla de s'attaquer au vampire, parce que c'était la seul façon de stopper les esprit. Les hommes d'armes le firent immédiatement, à sa grande surprise. Il semblait même heureux de faire cela. Vocart se rappela alors se qu'avait dit Kräher, son maître : la peur amène l'obéissance... Mais aussi la haine... Une solution profitable à court terme, mais dangereux sur le long terme.

Et Vocart en avait besoin, de cette aide. Le vampire enchainait les attaques, avec son épée. Malgré ces long bras, Vocart avait une allonge plus courte. Il ne pouvait qu'esquiver, en espérant voir une ouverture. Mais cette aide semblait bien limité : dès qu'un des hommes d'armes usait de son arme, le vampire le tuait. Et les esprit prélevaient lentement leur tribu. Déjà quatre hommes sur les six étaient à terre. Et cela en à peine une ou deux minutes. Il fallait vraiment que cela cesse. Mais l'un des hommes semblait tenir bon. C'était le grand homme que Vocart avait déjà remarqué. Celui-ci regarda une seconde Vocart, et Vocart compris. L'homme pris une lance, et attaqua le vampire sur le coté, de façon à le frapper sur le dos, et un peu trop vers l'arrière.

Sans surprise, le vampire fit un bond en avant tout en brisant la hampe de l'arme de son épée. C'était l'ouverture que Vocart attendait, et il frappa de toute ces forces au niveau du cœur, comme l'un des répurgateurs lui avait apprit. Le ventre du vampire s'ouvrit. Mais celui-ci avait entre temps fait revenir sa lame sur le jeune homme, et lui ouvrit une large entaille au niveau du bas-ventre. Ils tombèrent tout deux l'un sur l'autre, au sol. Garhem n'avait visiblement pas été touché au cœur, et leur lutte continua au sol.

Cependant, la disparition des esprit indiqua au jeune homme que le vampire faiblissait, alors que sa propre blessure n'était que très réduite. Mais le vampire n'en était que plus féroce, luttant comme seul un mourant peut le faire. Il formait une sorte de chaos, s'écharpant de toute leur forces. A bout de force, le vampire se plaça sur Vocart. Mais celui-ci se colla au vampire et lui arracha un bout du visage avec ces dents de bête. Le vampire essaya alors de mordre la langue de Vocart. La blessure du chaman frottait contre le ventre du vampire, et était atrocement douloureuse... Soudain, cette douleur se tarit. Le corps du vampire tomba en poussière, comme s'il n'avait jamais existé.

Immédiatement, Vocart se releva, près à venir en aide aux rescapé. Après tout, il était un chaman, a avait les connaissances requises pour soigner autrui. Autour de lui, les hommes d'armes semblaient en état de choque, ils n'avaient pas encore pris conscience que leur ennemis et maître était mort, et ils continuaient donc à garder une position de combat... Jusqu'à ce que le plus grand d'entre eux, qui l'avait aider à tuer le vampire, le chargea.

Et Vocart compris : si ils gardaient une position de combat, c'est pour lutter contre le monstre qu'il voyait en sa personne. Le jeune homme savait que reprendre forme humaine ne suffirait pas... Et ces crétins étaient bien capable d'embrocher leur sauveur. Il s'enfuit donc dans la steppe. Les paysans en arme le suivirent. Il entendit un trait siffler juste à coté de lui. Visiblement, il valait mieux être discret pour les jours suivant...

Pasi, 3 pages de plus, je peux donc ne plus poster pendant 3 semaines Innocent .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
M@lFurion
Spectre
Spectre
avatar

Age : 32
Nombre de messages : 630
Date d'inscription : 27/12/2008

MessageSujet: Re: Von Vocart, le bientôt vampire.   Mer 10 Juin 2009 - 15:43

Yeaaaaaaaah, je ne m'attendais pas a une séparation aussi brutale entre le maitre et son disciple.
Mais c'est mieux comme cela, au moins on verra mieux les prouesses martial et magique de Kraher.

Je suis assez content de la tournure que sa a pris, Vlad a du voir la disparition de l'un de ses serviteurs et a du en envoyer d'autre, Varghulf, loups funeste, chauve souris vampires ou encore d'autre vampire, je sens bien la venue d'une nana. I don't want that

La suite dans 3 semaines, cela fait long^^, mais bon ça le vaut bien
Pasiphaé parce que tu le vaut bien. hhahahahahaha!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gildaar'k
Sénéchal
Sénéchal
avatar

Nombre de messages : 279
Expérience de jeu (CV) : Aucune ( ou presque )
Date d'inscription : 11/04/2009

MessageSujet: Re: Von Vocart, le bientôt vampire.   Mer 10 Juin 2009 - 17:06

J'ai pas eu le temps de lire le nouveau post, mais les redites sont le post qui est avant l'arrivée du vampire de Vlad.
Juste un petit rappel de la différence entre "sont" et "son" :
Citation :
'son' est un adjectif possessif et peut être remplacé par le pluriel 'ses'.

'sont' est le verbe 'être' (conjugué au présent et à la 3ème personne du pluriel) et peut être remplacé par l'imparfait 'étaient'.
'Faut revoir son français Devil

Vampire Gildaar'k
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blood Knight
Chevalier noir
Chevalier noir
avatar

Age : 22
Nombre de messages : 348
Expérience de jeu (CV) : 1 an de CV ma première armée et débute un petit contingent de Hauts elfes
Date d'inscription : 11/04/2009

MessageSujet: Re: Von Vocart, le bientôt vampire.   Mer 10 Juin 2009 - 18:22

L'histoire est bien Clap .Mais c'est sur que au niveau de l'orthographe faudrait un peu t'appliquer malgré qu'il y ai moins de fautes dans ces nouveaux textes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poilu
~Seigneur dragon de sang~
 ~Seigneur dragon de sang~
avatar

Age : 32
Nombre de messages : 3620
Expérience de jeu (CV) : V6 quelques années et V7 depuis Octobre 2008
Date d'inscription : 29/10/2008

MessageSujet: Re: Von Vocart, le bientôt vampire.   Dim 21 Juin 2009 - 0:18

Cool Rock'n roll (je reviens de good morning england) ça balance grave, de l'action, du suspens...la bibliothèque interdire ne fait pas mieux. Franchement, Pasi', tu déchires

La suite! Clap La suite! Clap La suite! Clap La suite! Clap La suite! Clap La suite! Clap La suite! Clap La suite! Clap La suite! Clap La suite! Clap La suite! Clap La suite! Clap La suite! Clap La suite! Clap

Cordialement,

Un fan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pasiphaé
Loup de sang
Loup de sang


Nombre de messages : 159
Date d'inscription : 24/03/2008

MessageSujet: Re: Von Vocart, le bientôt vampire.   Jeu 9 Juil 2009 - 10:06

Salut, je vous es fait tarder hein?
En fait, j'oublie tout le temps de poster ce que j'écris.... Gniié !
Mon autre problème, c'est que je cherche un bouquin particulié dont j'ai besoin de relire la fin pour finir ce récit... Mais je ne vous dit pas lequel, certains risques de comprendre... Mais c'est dure!Je peux pas avancer sans!

Enfin bon, une suite!

IV.Le début de la fin

Vocart se sentait mal, il sentait le poison couler dans ces veines. Quand est ce que le vampire avait il fait cela? La lame de la créature avait l'aire normale... Mais le doute n'était pas permis : une chose corruptrice coulait dans ces veines. Un humain normale ne tarderait pas à entrer dans le coma... Heureusement, il était un chaman et il savait qu'il saurait résister longtemps, peut être même indéfiniment, au poison.

Mais il fallait tout de même aller prévenir les gens le plus vite possible... Il ne devait pas échouer! Il courut donc, encore plus vite. Il devait atteindre la ville! La plaine était calme, et l'esprit du jeune homme commençait à ce calmer. La panique n'est pas bonnes conseillère... Il se remit en route.

Durant quelques temps, rien n'arriva. Mais très vite, Vocart entendit une cavalcade. Le jeune homme était très surpris : il était en plein centre de la plaine lorsque le vampire était mort... a supposer que son maître sache immédiatement sa mort grâce à de quelque pouvoir nécromentique, il ne pouvait tout de même pas envoyer de soldats si vite!

Sans perdre son sang froid, il alla très vite se cacher dans une irrégularité du terrain. Vocart les avait entendu de loin, il du attendre une demi-heur avant que la troupe soit visible. Il y avait une grande masse de cavaliers. Certains des chevaux portaient des cadavres... Mais des cadavres tout ce qu'il y a de plus mort! Ces gens étaient probablement des soldats de Talabheim, des cavaliers en patrouille. Et visiblement, ils avaient eu un accrochage : ils avaient l'aire épuisé.

Après avoir mis le plus d'ordre possible dans ces loques, Vocart se mit sur leur trajet, en faisant de grand signe. Il n'y avait pas à hésiter, car une telle garde serait très utile par la suite. Vocart n'avait pas peur de se faire attaquer, à cause de la distance, mais une telle garde lui permettrait de parler au cote electeur, en tant que captif pris dans une plaine très disputé, et là sans raison.

Le jeune homme n'avait qu'un seul doute : devait il révéler le but de son voiyage, où le garder secret? Il se dit que le seau de mage de bataille de son maître, sur la lettre, avait une chance de convaincre le chef de cette troupe qu'il était sérieux... Mais d'un autre coté... Les mages font peur. En tout cas, il fallait vite se décider, car les cavaliers, qui l'avait enfin vu, étaient à vu.

Durant la dizaine de minute de solitude qui lui restait, Vocart ne put faire son choix... Ces hommes étaient comme tout les hommes enfermé dans les villes ou perdu dans des campagnes dont ils ne comprenaient pas la nature : méfiant, haineux... En plus, pour peux qu'un prêtre soit parmis eux, et il avait des chance de ne pas pouvoir vivre longtemps... Les répurgateurs n'avaient ils pas essayer, pour certains, de le tuer alors qu'ils étaient clairement du même coté, et que le maître de Vocart était là?

Une autre pensée vain à son esprit : même s'il l'enfermait, ils ne le tuerait peut être pas. Pourquoi tuer un prisonnier? Mais non... C'étaient des cavaliers, pas de quoi avoir une cage... Et pas de quoi le retenir... C'est dans ce smoment là que Vocart regrettait son don magique. Mais bon, de toute façon, même en le tuant, ils trouveraient la lettre, avec la mention "à apporter au comte de Talabheim"...

Non! Vocart voulait survivre. Rien n'est plus important que la vie, c'est ce que son maître lui avait enseigné! Après tout, même un paysan d'un quelconque hameau voisin, chassé par quelque horreur, serait reçue par le comte, histoire d'avoir des informations... Et il ne serait pas trop tard. Et vocart ne pouvait faire confiance à ces hommes. Les hommes sont comme des animaux à forte capacité cognitive. Ils n'agissent dans le sens que l'on veux que si ils voient la carotte ou le baton... Et Vocart n'était en position pour ne donner ni l'un, ni l'autre... En d'autres termes, on ne se montre que lorsqu'on est le maître de la situation. Ce n'était pas le cas pour lui.

Il avait fait son choix, et entre temps, les cavaliers était arrivé. Un homme s'approcha alors de lui. C'était visiblement un vétérans, couturé de cicatrices, même sur le visage, seul partie visible de son corps. il portait une lourde armure de plate et un grand marteau de guerre. Il se dirigea vers Vocart et lui parla depuis le cheval, avec un ton brutale :
"-Qui est vous? et surtout, que faite vous seul et sans ressource au milieu de ces terres désolé? La mort rode ici!
(Encore une fois, Vocart se mit à parler lentement, très lentement... d'abord pour simuler la bêtise, ou le choc... Mais surtout parce qu'il allait devoir mentir, et bien.)
-Justement! Je faisais partie d'un convoie, et des...Des... Horreurs mortes nous ont attaqué. (Vocart baissa la tête, comme sous le choc.)
-Et pourquoi vous trouvez vous dans les plaines du Kolsa? Il n'y a personne ici normalement...
-...Un convoie...(Un temps long) Nous étions partie de nos terre pour fuir les horreurs qui commences a apparaitre en Sylvanie... Ma patite fille, vielle de un an, a été retrouvé, vidé de son sang... la Sylvanie est maudite!
-Je vois... (L'homme pris un instant de réflexion, puis il se tourna vers les autres cavaliers). Encore un pauvre homme qui fuit la Sylvanie... Je pense qu'un telle témoignage serait bon pour enrichir notre rapport, même si l'attaque que nous avons subit est assez grave en elle même... Le comte, notre futur Empereur, sera heureux de voir que c'est toute la Sylvanie qui est touché par le mal.. Voila qui risque de refroidir les ardeur De ce parvenue de Vlad!"
La troupe se mit à rire, puis on donna une monture, ou plutôt on mis Vocart sur la monture précédemment occupé par un cadavre. Le jeune homme se souvint que les paysans n'avaient que peu de droit... Et vu la façon dont le chef l'avait traité, comme un simple outil, Vocart fut heureux de ne pas avoir révélé son identité et sa véritable mission...

Je posterais probablement la suite cette aprem'...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Von Vocart, le bientôt vampire.   Jeu 9 Juil 2009 - 13:55

Clap Clap Clap J'ai tout lu d'une traite et c'est super!!! La suite!!Bravo
Revenir en haut Aller en bas
Pasiphaé
Loup de sang
Loup de sang


Nombre de messages : 159
Date d'inscription : 24/03/2008

MessageSujet: Re: Von Vocart, le bientôt vampire.   Jeu 30 Juil 2009 - 12:47

Et évidement, j'ai oublier de poster la suite Gniié ! ...
M'enfin, maintenant, je poste tout d'un coup, na!
Vous en avez pour environs 14 pages à lire!

Note : j'ai envoyé le tout depuis un ordinateur à faible connexion... Il est donc possible que certaine partie soit inversé... N'oubliez pas de me le faire remarquer si sa arrive!

Voici :

Ils voyagèrent durant donc pendant toute la journée. Malgré le fait qu’ils soient montés, la troupe allait plus lentement. En effet, les chevaux étaient fourbue, et surtout, il fallait s’arrêter constamment pour s’occuper des divers blessures des soldats. Mais enfin a la tombé de la nuit, ils furent en vue de Talabheim. Evidement, ils étaient encore loin, mais enfin les hauts murs de la cité au loin, malgré leur petitesse apparente à cause de la distance, avaient quelques chose de rassurant.

Ils firent halte pour la nuit. On installa le campement et des sentinelles furent misent partout. Vocart s’installa avec les soldats et commença à discuter avec eux. Contrairement à ce que l’on aurait pu s’attendre, Vocart s’intégra bien. Il parlait même un peu trop, comme n’importe qu’elle solitaire qui a pour une fois l’occasion de parler. C’était d’ailleurs un bon résumé de la nature de Vocart : un ballet d’attirance répulsion constant. Il ne supportait pas autrui, mais savait s’imposer. Il avait conscience de la dangerosité de la magie, mais aimait s’en servir. Il était de ceux qui aime le calme et préfère se ranger, mais sa vie et son devoir le poussait à agir sans cesse…

Le chef s’appelait Borgias. Et même s’il avait l’air mauvais, c’était un homme d’honneur, particulièrement proche de ces hommes. Hommes qui étaient particulièrement efficaces et bourru, et dont les fortes musculatures prédisposaient à des charges massives de cavalerie. Ils n’en restaient pas moins sympathique, et très vite, c’est à direz après une chope de bière peu fraiche.

Cette nuit là, il vit une immense comète à deux fourches tomber sur terre. Les hommes se levèrent tous en même temps, très excité à cet événement, et c’est le moins que l’on puisse dire. Après tout, la dernière comète n’avait elle pas annoncé l’arrivé de l’Empereur, fondateur de l’empire ? Chacun était donc plein de joie, et on vit soudain apparaitre comme de nulle part beaucoup d’alcool. Qui aurait pu croire que une simple patrouille à cheval pouvait transporter des litres de bière ? Il y a avait même de la Bugman !

Il n’empêche, cela faisait longtemps qu’il n’avait pas eu l’occasion de veiller simplement, près d’un bon feu. Racontant ces histoires où écoutant celle des autres, avec une simple mais bonne. Il prit ensuite une couverture fournie pas les militaires pour se préparer à dormir, les sens endormi. En fait, l’été commençais déjà à apparaître, et il faisait encore jour, mais il était si bon de pouvoir enfin dormir ! Cependant, il fallait être prudent, et c’est pour cela qu’il s’obligea, par acquis de conscience, à scruter encore une fois les environs de ces sens surdéveloppé.

Et il senti alors. Derrière eux, les pas tous identique de dizaine de pieds. Un rythme trop parfait pour des humains, puis un relent, très lège mais évident, de mort. Il n’hésita pas une seconde, et courut vers la tente du chef. Avant même que les gardes ne s’en rende compte, il parlait au chef :

« -Monsieur Borgias, je crois qu’il est temps de cesser pour moi de me cacher.
-Quoi ? Que voulez vous dire ?

-Je suis apprentie mage aux ordres de Kräher, qui est lui mage de bataille dûment assermenté ; j’ai sur moi une lettre attesté par son caché personnelle (il le montra au chef) à remettre en main propre au duc siégeant à Talabheim. C’est de la plus haute importance !


Dernière édition par Pasiphaé le Jeu 30 Juil 2009 - 13:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Von Vocart, le bientôt vampire.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Von Vocart, le bientôt vampire.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Von Vocart, le bientôt vampire.
» La fin de Vampire Knight
» Vampire Kisses
» Amour, vampire et loup-garou
» Orc vs Hauts elfes et Comtes vampire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armées Comtes Vampires et mort-vivants :: 
La Bibliothèque
 :: Récits, Fanfics et Fanart
-
Sauter vers: