AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Récit concernant mon (mes) armées

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Récit concernant mon (mes) armées   Jeu 11 Déc 2008 - 22:17

Voilou, c'est une partie du fluff de mon armée qui raconte la naissance des vampires qui la compose.
Ce récit implique deux de mes armées : les comtes-vampires et les bretonniens.

Pas d'explications, le texte est là pour ça Happy


Citation :
"EN FORMATION"

Odeur de sueur, de crottin et d'écurie, de sang, d'orage et de mort.
Au dessus du tumulte ambiant provoqué par cinq-milles chevaliers en armures et leurs montures, la moitié du nombre attendu, résonne ce cri puissant lancé par le seigneur Mitrad de Quenelles.
J'ai un peu peur de ce qui m'attend en face, je sens le niveau de tension graduellement monter alors que la position fer de lance est adoptée. En face de nous se dresse une marée... une marée de cadavre, d'os en armures et de magie noire presque palpable. Pas un destrier n'est calme et il faut que je tire sur les rênes du mien pour en garder le contrôle, je passe ma main dans sa longue crinière anthracite en signe d'amitié et le contact des crins me ravive le coeur. La tension devient inssuportable, le moment fatidique arrive et hommes comme bêtes le sentent.

"CHAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAARGEEEEEEEEEEEEEEEEEEEZ"

Cinq-milles chevaliers s'élancent au grand galop. La terre tremble, tremble comme si toute la colère de la dame du lac était concentrée dans ces guerriers qui courent droit vers la mort elle-même. La tension laisse place à une excitation gigantesque, l'odeur du sang et de la bataille est proche, les lances sont baissées, le ciel est obscurci par une nuée de flèches acérées projetées par les archers recrutés par le Duc. Silence soudain, pause... et puis immense vacarme, bruits sourds de chairs empalées, de lances brisées, de coups d'épée, hurlements, hénissements.
J'empale un corps décrépi mais ma lance éclate sous son poids, je dégaine mon épée et frappe de taille et d'estoc mes futures créations. Des membres vols et le sang gicle, je me délecte du carnage, je n'ai plus peur.
Mais les créations des mort-vivants se relèvent sans cesse, j'essaye de me tailler un passage sanglant à travers la melée afin d'aller pourfendre la cabale de nécromanciens corrompus s'employant à raviver l'étincelle de la vie dans ces corps sans âmes.
J'atteins le premier et d'un revers de mon épée, je le décapite et vois sa tête roulée sous les pieds d'un second que je charge et transperce de part en part. Mon destrier me sauve la vie : j'entends le craquement sinistre des os brisés par une ruade.
Je tue ainsi les sorciers jusqu'au dernier, n'épargnant aucun d'entre-eux. Certains quémandait ma pitié mais ma famille et moi avions trop soufferts de l'attaque des vampires, quelques semaines auparavant. Aveuglé par la haine et la colère, mon âme basculait déjà, je mis tout mon coeur à l'ouvrage et le sang giclant sur mon bouclier témoigne de l'accomplissement du massacre. Le ciel est encore ténébreux mais les arcs se sont tut. Des chauves-souris virevoltent et plongent dans la melées pour crever les yeux ou mordre les mains des chevaliers. Les hauts-elfes nous ont promis de l'aide, j'espère qu'ils vont bientôt arrivés, nous sommes en sous-nombre et n'avons pas réussi à percer l'épaisse ligne de cadavres ambulants durant la charge. Ca et là, j'entrevois des créatures différentes, longues canines, peau pâle, armures sombres comme la nuit : les vampires se battent aux côtés de leurs créations et sèment la mort parmis les bretonnis. Un dernier carré se forme autour du seigneur Mitrad et pour chaque chevalier tombant sur le champ de bataille, des dizaines de zombies sont réduits en charpies. Soudain, j'entends un son, on dirait presque un chant, un noble chant, mettant du baûme au coeur. La charge des chevaliers dragons! A nouveau, le bruit des lances brisées se fait entendre. Les elfes ne mettent pas longtemps à nous rejoindre au coeur de la mélée, je remarque que sur 500 chevaliers sensés nous rejoindre, quelques dizaines seulement sont parvenus jusqu'à nous, un sacrifice bien inutile mais qui me redonne un peu de courage. Je me lance comme un damné dans la mélée. Mon destrier étant tombé, je me bat homme contre homme avec un vampire. Un maître des arts du combat tel que moi ne pouvait perdre face à une si horrible créature, c'était sans compté qu'elle avait eu l'éternité pour parfaire son maniement des armes. L'armée des morts s'est retirée et forme un cercle autour de nous, plus aucun homme n'est debout hormis quelques héros bretonnis et elfiques, se battant chacun contre un vampire.
Un combat de plusieurs heures s'engage, quelques combattants tombent mais la plupart sont de forces égales.
Soudain, poussées apparament par un même force impie, toute les créatures maléfiques nous désarmèrent d'un même geste. Nous nous retrouvons à leur merci, sans plus aucun rempart. Un silence complet, une abominable puanteur, mes mains cloquées par ce combat, mes membres endoloris. Dans ma tête résonne la haine que j'éprouve envers ces créatures, une haine qui m'affaiblit.

Un vampire s'approche, un vampire si puissant qu'il dégage une aura maléfique le couvrant d'un manteau de ténèbres, son armure est noire comme le charbon, mon regard s'y perd un instant avant de remonter vers son visage. Un beau visage noble, pâle, je cru un moment qu'il s'agissait d'un homme normal mais la vue de deux canines dépassant de ses lèvres mirent fin à cette contemplation. Je regarde la mort en face, dans les yeux et ma haine est si puissante que je suis sur qu'il put, à ce moment là, ressentir ma colère.

"Vous vous êtes bien battu, héros humains et elfes. Malheureusement, vos corps mortels ne résistent pas à la fatigue et à la douleur."



Je lance un regard en coin à mon seigneur et j'ai juste de le temps d'apercevoir qu'il sort une dague de sa botte avant qu'il ne se rue sur un vampire qui, désemparé, n'a pas le temps de réagir. Il tombe en poussière, son coeur transpercé par la lame en argent béni par la fée enchanteresse. Le seigneur vampire, amusé par ce geste de désespoir, fixe le chevalier qui s'immobilise soudainement.
Sa longue chevelure devient grise, puis blanche, des rides se forment sur son visage, il n'a plus la force de tenir son épée et tombe à genoux sur le sol. Ses doigts, ses mains, ses bras puis son corps tout entier commence à pourrir et en quelques secondes, il retourne à la terre.

"Ne résistez pas. Ce serait du gachis. J'ai une offre à vous faire, si vous voulez bien l'entendre."

"Nous n'écouteront pas une créature aussi vile que vous!" crie un elfe en armure brillante qui est aussitôt frappé par un mutisme et implose, répandant viscères et membres dans l'assemblée"

Le vampire reprend la parole, "J'aimerais ne plus être interrompu!" Il crie, "J'AI HORREUR QUE L'ON M'INTERROMPE." Pris d'une folie soudaine, il donne un coup transversal avec son épée, tallaidant les chairs des zombies derrières lui. Il reprit d'un voix suave, " La prochaine FOIS, je vous ferai SOUFFRIR. Sachez que pendant les quelques siècles qu'a duré ma non-VIE, j'ai eu le temps de développer l'art de faire souffrir les vivants et bien que j'aie oublier la sensation de la douleur, j'ai gardé un ouïe et une vision parfaite et les CRIS de mes... cobayes... combiné à la vue de leur faciès déchirés par la douleur me suffit à distinguer si je les fait souffrir ou... non... alors écoutez ma proposition ou je serai OBLIGER de mettre mes menaces à exécutions et je puis vous assuRER que la mort n'est qu'une partie de plaisir à côté de ce que je vous ferai SUBIR."
Il a une drôle de manière de parler, accentuant certaines syllabes et certains mots, criants presque sur certains. Il parle comme un fou, quelqu'un sur les nerfs ou sur le point d'exploser.
"Je vous PROpose de me reJOINdre dans la non-vie! Vos corps ne souffriront PLUS, la fatigue n'eXIstera PLUS, vous aurez des siècles et des siècles pour vous PARfaire et DEvenir ce que vous avez TOUJOURS voulu être. Ceux qui refusent..." Il fait quelques pas, son regard se perd dans le vide et puis se fixe sur le mien. "JE LES FAIT SOUFFRIR!"

Personne n'accepta... dans un premier temps. Connaissant à présent la vilainie de mon maître, j'aurais du accepter tout de suite... les souffrances que j'ai vécue ce jour restent gravées dans ma mémoire comme des lettres de feu.

Et c'est dans d'horribles cris de souffrance infligée par la magie noire que quelques héros bretonnis et elfiques, dont moi-même -Rohnan de Brionne-, reçurent le...cadeau impie qu'est le baisé de sang. Ce jour là, je m'éveillais en tant que créature maléfique de la nuit. Ca a commencé dans le sang et ça terminera dans le sang car mon maître n'est plus digne de l'être... il est temps que les choses changent...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Récit concernant mon (mes) armées   Jeu 11 Déc 2008 - 22:56

Il y a quelques idées qui me plaisent (y compris dans le champ lexical) mais il te faut bosser orthographe, grammaire et style par contre.

exemple: "Nous n'écouteront pas une créature aussi vile que vous!" crie un elfe en armure brillante qui est aussitôt frappé par un mutisme et implose, répandant viscères et membres dans l'assemblée"

Devrait donner:

"Nous n'écouterons pas une créature aussi vile que vous!" crie un elfe en armure brillante qui est aussitôt frappé de mutisme et implose, répandant viscères et membres dans l'assemblée"

Il y a d'autres petites choses à corriger.

Par contre, ça me fait bizarre de lire le plaisir de ton perso à détruire des morts. Je le verrais plutôt parler du noble devoir de tout chevalier, non? A moins que son âme ne soit un peu pervertie avant sa (re)naissance vampirique...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Récit concernant mon (mes) armées   Sam 13 Déc 2008 - 16:32

Oui je reconnais j'ai pas fait beaucoup d'efforts orthographique, mon problème est que je fait plus de fautes quand j'utilise un clavier que quand j'utilise un stylo... et les correcteurs orthographiques ne sont pas des plus fiables.


Citation :
Par contre, ça me fait bizarre de lire le plaisir de ton perso à détruire des morts. Je le verrais plutôt parler du noble devoir de tout chevalier, non? A moins que son âme ne soit un peu pervertie avant sa (re)naissance vampirique...

Oui c'est ce que je voulais faire ressortir.
De plus, je me suis dit qu'après quelques décennies de non-vie, il à pu prendre du recul et que lorsqu'il raconte son histoire, il n'est plus l'hypocrite bretonnien de jadis mais un sanguinaire vampire qui n'a pas peur de dire que les massacres et les bains de sang, ça lui à toujours plu!
Et son âme est pervertie par la colère qu'il éprouve à ce moment-là à propos des vampires.

En tout cas merci pour l'avis! j'vais aller revérifier le texte et donner une version corrigée et améliorée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Récit concernant mon (mes) armées   Sam 13 Déc 2008 - 19:58

En dehors des questions de syntaxe et de style, je trouve très étrange le fait que des hauts elfes ait tentés de se porter au secours de simples humains dans une charge suicide. Les elfes étant une race sur le déclin, la pertes de 500 princes dragons serait une catastrophe pour ce peuple.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Récit concernant mon (mes) armées   

Revenir en haut Aller en bas
 
Récit concernant mon (mes) armées
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Liste d'armée Necron pour NetEpic
» [1500 pts] L'armée de la Lune noire
» Armée full khorne
» Tau vs DKoK 88e armée V2.1 : 3000pts (environs ....)
» armée type Hommes betes de khornes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armées Comtes Vampires et mort-vivants :: 
La Bibliothèque
 :: Récits, Fanfics et Fanart
-
Sauter vers: